Élections législatives françaises de 2024

Élections législatives françaises de 2024
577 députés de l'Assemblée nationale
(majorité absolue : 289 sièges)
(1er tour)
(2d tour)
Type d’élection Élections législatives
Scrutin majoritaire uninominal à deux tours
Corps électoral et résultats
Inscrits 49 500 000
Députés élus par circonscription
Carte
Crédit image:
licence ODbL 🛈
  • Élection à venir
Assemblée nationale élue
Par groupes
  • Élection à venir (577)
Gouvernement
Sortant
Gabriel Attal
Majorité présidentielle
(RE, MoDem, HOR)
Législature élue
XVIIe de la Ve République
Site web

Les élections législatives françaises de 2024 se déroulent de manière anticipée les et pour le premier tour et les et pour le second tour[N 1]. Le scrutin intervient trois ans avant la fin normale du mandat de la législature sortante à la suite de la dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron, en réaction à la lourde défaite de la coalition présidentielle Ensemble aux élections européennes des et , où elle est devancée de près de 17 points par le Rassemblement national.

Ces élections visent à élire les 577 députés de la XVIIe législature de la Cinquième République pour une période de cinq ans.

C'est la sixième fois depuis le début de la Cinquième République qu'une dissolution est décrétée par recours de l'article 12 de la Constitution, mais la première au cours d'un quinquennat. La dernière dissolution en date avait eu lieu en 1997, pendant la première présidence de Jacques Chirac[N 2].

Contexte

Contexte institutionnel

L'article 12 de la Constitution permet au président de la République française de dissoudre l'Assemblée et d'appeler à de nouvelles élections dans les vingt à quarante jours après la signature du décret de dissolution — il ne peut y avoir d'autre dissolution dans l'année suivant ces élections (soit jusqu'à )[2].

Depuis une réforme constitutionnelle ayant eu lieu en 2000, qui avait institué un mandat présidentiel de cinq ans, les élections législatives ont coïncidé avec les élections présidentielles. Conséquence du fait majoritaire, le besoin pour le président de la République de dissoudre l'Assemblée nationale ne s'était plus présenté[3].

Assemblée sortante et élections législatives de 2022

Depuis les élections législatives de 2022, la coalition Ensemble dont le parti présidentiel Renaissance fait partie gouverne grâce à une majorité relative à l'Assemblée nationale avec un tripartisme fort entre la gauche, les libéraux et les identitaires[4].

Cette situation entraine de nombreux blocages au parlement sur différents projets de lois et votes de budgets, entrainant de nombreux recours à l'article 49 alinéa 3 de la Constitution par le gouvernement d'Élisabeth Borne[5] conduisant Emmanuel Macron ainsi que ses proches à envisager dès le remaniement, la possibilité d'une dissolution afin de contrer les entraves liées à l'absence de majorité absolue[6] ; l'échéance de ayant également été envisagée[7].

Élections européennes de 2024

Le président de la République, Emmanuel Macron, décide de dissoudre l'Assemblée nationale après la lourde défaite de la liste Besoin d’Europe (Renaissance et ses alliés) aux élections européennes du [8]. En effet, le camp présidentiel arrive en deuxième position avec 14,60 % des voix, dépassé par les 31,37 % du Rassemblement national[9]. Avant même la tenue de ces élections européennes, le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, avait déjà réclamé la dissolution de l'Assemblée nationale en cas de victoire[10].

La plupart des ministres d'Emmanuel Macron apprennent la dissolution de l'Assemblée en même temps que le reste des Français[11].

Le président justifie la dissolution par les résultats des élections européennes et en particulier par « la montée des nationalistes et des démagogues » qu'il considère comme « un danger pour notre nation »[12],[13].

Réactions et conséquences de l'annonce

Politique

L'annonce de la dissolution durant l'allocution d'Emmanuel Macron étonne une grande partie de la presse et des médias autant qu'elle prend de court les différentes formations politiques[11],[14].

Le lendemain de l'annonce, le , 350 personnalités provenant des mondes politique, intellectuel, artistique et militant — parmi lesquelles se trouvent Esther Duflo, prix Nobel d'économie, et Annie Ernaux, prix Nobel de littérature — signent une tribune dans Le Monde pour appeler à former une union des gauches, pour faire face, selon les signataires, « aux désastres de notre époque »[15].

Législation

Du au , tous les travaux parlementaires en cours sont suspendus[16]. Les projets et propositions de loi devant le Parlement au prennent définitivement fin avec le terme anticipé de la XVIe législature[17].

La commission d'enquête parlementaire sur les violences dans le milieu culturel[18] prend fin ainsi que la discussion du projet de loi sur la fin de vie, ce qui provoque le mécontentement de plusieurs personnalités politiques pour ce dernier[19] : la présidente sortante de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, déclare ainsi que « tout ce que l'on avait jusqu'à présent comme chemin parlementaire est anéanti, tous les débats qui ont eu lieu en commission spéciale et dans l'hémicycle n'existent plus »[20].

Sur la scène internationale

Une majorité de la presse internationale voit l'annonce de la dissolution de l'Assemblée comme un pari très risqué voire un « coup de poker ». Les médias étrangers s'accordent à dire que l'objectif d'Emmanuel Macron est de couper court à la montée en popularité du Rassemblement national en ne lui donnant que peu de temps pour s'organiser afin de faire vivre une lourde défaite tant politique que symbolique au parti de Marine Le Pen ; Politico Europe affirme ainsi : « Il est presque certain que [la future répartition des sièges à l'Assemblée] marquera un coup d'arrêt pour Le Pen. Le principe de base est qu'elle ne remporte pas la majorité aux législatives. »[21]

Cependant, de nombreux médias estiment que le jeu est très risqué étant donné qu'il n'est pas exclu que le Rassemblement national remporte la majorité des sièges, ce qui contraindrait le gouvernement à former un gouvernement de coalition, car selon Politico Europe « malheureusement, l'extrême droite n'a jamais été aussi respectable en France »[21].

Système électoral

L'Assemblée nationale est composée de 577 sièges pourvus pour cinq ans au scrutin uninominal majoritaire à deux tours dans autant de circonscriptions.

Est élu au premier tour le candidat qui réunit la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal au quart des électeurs inscrits dans la circonscription. Si aucun des candidats ne satisfait ces conditions, un second tour est organisé entre les candidats ayant réuni un nombre de voix au moins égal à un huitième des inscrits, soit 12,5 %. Les deux candidats arrivés en tête du 1er tour se maintiennent néanmoins par défaut si un seul ou aucun d'entre eux n'a atteint ce seuil. Au second tour, le candidat arrivé en tête est déclaré élu[22],[23].

Le seuil requis pour être élu au premier tour étant fondé sur un pourcentage du total des inscrits et non des seuls suffrages exprimés, il rend plus difficile l'accès au second tour lorsque l'abstention est élevée. Le système permet en revanche l'accès au second tour de plus de deux candidats si plusieurs d'entre eux franchissent le seuil de 12,5 % des inscrits. Les candidats en lice au second tour peuvent ainsi être trois, un cas de figure appelé « triangulaire ». Les seconds tours où s'affrontent quatre candidats, appelés « quadrangulaire » sont également possibles, mais beaucoup plus rares[24].

Projets avortés d'introduction d'une dose de proportionnelle

Bien que cela ait été discuté à plusieurs reprises, il n'y a pas eu de modification du mode de scrutin[25],[26],[27].

Dates et délais

Selon les dispositions de la Constitution, les élections en cas de dissolution doivent se tenir dans les vingt à quarante jours après la signature du décret de dissolution et l'expiration des pouvoirs de l'Assemblée nationale. L'Assemblée doit ensuite se réunir le deuxième jeudi qui suit son élection. Les élections législatives sont fixées par le gouvernement aux et pour la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Polynésie française et les Français résidant sur le continent américain, et aux et pour le reste du territoire français (y compris les autres départements et collectivités d'outre-mer) et les autres Français établis hors de France[2],[28],[29],[1],[30]. Les déclarations de candidature doivent être déposées du au pour le premier tour et jusqu'au pour le second tour[29].

Le décret de convocation des électeurs du président de la République — qui suit le décret de dissolution également pris par celui-ci — ayant fixé les élections trois semaines après sa signature, le délai de dépôt des candidatures pour le premier tour prévu par le code électoral, fixé au quatrième vendredi précédant le jour du scrutin[31], n'est pas applicable à ces élections législatives. Conformément à la jurisprudence du Conseil constitutionnel, la date limite de dépôt de candidature pour le premier tour est donc édictée par ce décret[32], qui la fixe au dimanche 16 juin à 18 heures[33].

Députés ne se représentant pas

À la fois dans la majorité et dans l'opposition, des députés ont exprimé publiquement leur refus de se représenter :

Forces en présence

Principaux partis

Partis ayant eu des élus en 2022 ou présents en leur nom dans les projections des sondages.

Principaux partis politiques et coalitions
Parti Idéologie Chef(s) de file Résultats en 2022
(% au 1er tour)
Rassemblement national (RN) Extrême droite[41],[42]
Nationalisme[43], conservatisme[44][source insuffisante], opposition à l'immigration[45], euroscepticisme[46]
Jordan Bardella 17,94 % des voix
88 sièges
Renaissance (RE) Centre gauche[47],[48] à droite[49]
Social-libéralisme, europhilie, troisième voie, transformisme, réformisme
Stéphane Séjourné 15,77 % des voix
150 sièges
La France insoumise (LFI) Gauche[50],[51],[52] à extrême gauche[53],[54],[55],[56],[57]
Socialisme démocratique, antilibéralisme, écosocialisme, souverainisme de gauche
Manuel Bompard 13,76 % des voix
75 sièges
Les Républicains (LR) Droite[58],[59],[60],[61],[62],[63]
Conservatisme, gaullisme
Éric Ciotti ou Annie Genevard et François-Xavier Bellamy (disputé) 10,49 % des voix
61 sièges
Mouvement démocrate (MoDem) Centre[64]
Social-libéralisme, démocratie chrétienne, fédéralisme européen
François Bayrou 4,59 % des voix
46 sièges
Les Écologistes (LE) Centre gauche à gauche
Écologie politique, fédéralisme européen
Marine Tondelier 3,81 % des voix
15 sièges
Parti socialiste (PS) Gauche[65],[66],[67],[68]
Socialisme[69], progressisme, social-démocratie[70], social-écologie[71]
Olivier Faure 3,78 % des voix
28 sièges
Reconquête (REC) Extrême droite[72],[73],[74]
Nationalisme, national-conservatisme, opposition à l'immigration, anti-islam
Éric Zemmour 3,61 % des voix
0 siège
Horizons (HOR) Centre droit[75],[76],[77],[78] à droite[79],[80]
Républicanisme, europhilie
Édouard Philippe 2,69 % des voix
27 sièges
Parti communiste français (PCF) Gauche radicale[81]
Communisme
Fabien Roussel 2,29 % des voix
12 sièges
Union des démocrates et indépendants (UDI) Centre[82],[83],[84] à centre droit[85],[86],[87],[88]
Social-libéralisme, démocratie chrétienne, europhilie
Hervé Marseille 0,96 % des voix
6 sièges
Parti radical de gauche (PRG) Centre gauche[89],[90]
Radicalisme, laïcisme, solidarisme, républicanisme, social-libéralisme
Guillaume Lacroix 0,54 % des voix
1 siège
Debout la France (DLF) Droite[91],[92],[93] à extrême droite[94],[95],[96]
Souverainisme, gaullisme, national-conservatisme
Nicolas Dupont-Aignan 0,54 % des voix
1 siège
Coalitions Composantes
Nouveau Front populaire (NFP)
Ensemble pour la République (ENS)

Autre partis ou mouvements

Campagne

L'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique (Arcom) annonce dans sa recommandation du aux services de radio et de télévision décompter le temps de parole du jusqu’au pour le premier tour et du jusqu’au pour le second tour[97]. Certains ajustements sont pris en compte pour considérer le décalage horaire en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, en Polynésie française, à Saint-Barthélemy, à Saint-Martin et à Saint-Pierre-et-Miquelon[97].

Le secrétaire général de Renaissance et ministre des affaires étrangères, Stéphane Séjourné, affirme que le parti Renaissance « ne présentera pas de candidat » face à d'autres candidats du bord républicain. Un autre conseiller anonyme d'Emmanuel Macron affirme que le parti a l'espoir de gagner ces élections législatives[98].

Propositions d'alliances autour du RN

Les Républicains

Dès le , Marine Le Pen affirme que le Rassemblement national est prêt à ne pas présenter de candidats contre certains des candidats des Républicains afin de faire le rassemblement. Elle ajoute qu'en cas de la victoire de son parti, elle laissera la place de Premier ministre à Jordan Bardella[99]. Le , Jordan Bardella invite le parti Les Républicains à rejoindre cette union[100].

Bien qu'il rejette préalablement une telle alliance le [100], le président des Républicains Éric Ciotti annonce au journal de 13h de TF1 du 11 juin 2024 sa volonté d'une alliance avec le Rassemblement national[101].

Après des inquiétudes de la droite la veille[102], cette annonce suscite une crise interne au sein du parti. La grande majorité des députés[103] et des sénateurs républicains[104] s'y opposent. Un grand nombre de figures de la droite se désolidarisent du président du parti, dont Jean-François Copé — ancien président de l'UMP entre 2012 et 2014 — ainsi que le président du Sénat Gérard Larcher, et la présidente du conseil régional d'Île-de-France Valérie Pécresse. Ces derniers demandent sa démission de la direction du parti — que Ciotti écarte, se justifiant par un soutien et une « confiance de militants, de beaucoup de parlementaires, de candidats »[105],[106]. La vice-présidente du parti Florence Mosalini-Portelli annonce à l'antenne de France Info prévoir d'exclure Ciotti du parti[107].

Invité au Journal de 20 heures de France 2 du 11 juin, Jordan Bardella confirme qu'un accord a été conclu entre son mouvement et plusieurs dizaines de députés des Républicains[108].

Alors que la quasi-totalité des cadres des Républicains avaient rejeté tout accord électoral, Éric Ciotti est exclu « à l'unanimité » des Républicains le par le bureau politique du parti, auquel il n'a pas participé et dénonce par la suite « des décisions illégales ». François-Xavier Bellamy et Annie Genevard assurent l'intérim[109],[110]. Le lendemain, Éric Ciotti saisit le tribunal judiciaire de Paris en référé dans l'optique de faire annuler les décisions prises par le bureau politique des Républicains[111], celles-ci sont suspendues par le tribunal judiciaire le vendredi 14 juin 2024[112].

Reconquête

Dès le , des discussions ont lieu entre le Rassemblement national et Reconquête (représenté par Marion Maréchal) au siège de ces premiers[113]. Marion Maréchal met en avant son « souhait ardent » de former une union des droites entre Reconquête et le Rassemblement national[100].

Le 11 juin, après plusieurs discussions au siège du RN, Marion Maréchal annonce finalement que le parti de Marine Le Pen refuse un accord avec Reconquête. Elle déplore « un changement de position » et une « décision soudaine et contradictoire » de la part du Rassemblement national[114]. Néanmoins, le soir même, Éric Zemmour, président de Reconquête, annonce sur CNews qu'il ne se présentera pas aux législatives afin de ne pas faire barrage à l'élection d'un candidat RN[115].

Les trois vice-présidents du parti (Marion Maréchal, Guillaume Peltier, Nicolas Bay), ainsi que Laurence Trochu, représentant quatre des cinq nouveaux eurodéputés du parti, appellent à « soutenir, partout en France, les candidats uniques de la coalition des droites », c'est-à-dire l’alliance électorale entre le RN et Éric Ciotti, en opposition à la ligne portée par Éric Zemmour[116],[117]. Éric Zemmour évoque de leur part une trahison[118] et annonce leur exclusion de Reconquête[119].

Nouveau Front populaire

À partir du 10 juin, des discussions entre les principales forces de gauche que sont La France insoumise, le Parti socialiste, Les Écologistes et le Parti communiste français ont commencé afin de former une coalition qui s'appellerait le Front populaire. Selon les principaux dirigeants de gauche, cette union proposerait un programme de gouvernement jusqu'à l'élection présidentielle de 2027 et elle aurait une structure différente de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale, l'union des gauches des élections législatives de 2022[120],[121].

Le même jour, François Ruffin (LFI), Sébastien Jumel (PCF), Marie-Charlotte Garin (LE), Sébastien Peytavie (G.s), Sophie Taillé-Polian (G.s), Nicolas Sansu (PCF), Damien Maudet (LFI), Karine Lebon (GDR), Leïla Chaibi (LFI) et Emeline K/Bidi (GDR) lancent un site web pour récolter les signatures des électeurs désireux de l'union des formations de gauche[122],[123]. Cet appel est suivi par un appel des cinq syndicats nationaux (CGT, CFDT, UNSA, FSU et Solidaires) à manifester pour mettre en avant leurs revendications dans ce contexte de montée de l'extrême droite et d'appel à un « Front Populaire » (soutenu directement par la CGT)[124].

Dans la soirée du 10 juin, Les Écologistes, La France insoumise, le Parti communiste français, le Parti socialiste, Place publique, Génération.s et la Gauche républicaine et socialiste annoncent la création d'un « Nouveau Front populaire » rassemblant les formations de gauche humanistes, les syndicats et la société civile avec la présentation de candidatures uniques dans chaque circonscription afin de porter un programme commun[125]. Le 11 juin, la présidente de la région Occitanie Carole Delga alors précédemment opposée à la NUPES en 2022, annonce rejoindre le Front Populaire[126].

Dans la nuit du au , le NPA - L'Anticapitaliste annonce dans un communiqué que sa direction a accepte de rejoindre le Front Populaire[127].

Le , les quatre partis principaux de l'alliance trouvent un accord pour une répartition des différents circonscriptions entre eux et leurs alliés - en prenant en compte à la fois les députés sortants ainsi que les résultats des européennes[128].

Le au soir, les principales composantes de l'alliance parviennent à un accord de campagne, de programme et de répartition des circonscriptions[129]. L'accord prévoit selon son texte d'annonce « un programme politique de rupture avec une déclinaison pour les 100 premiers jours du mandat »[130].

Alors que le , Raphaël Glucksmann avait annoncé qu'il ne souhaitait pas rejoindre l'alliance aux conditions posées par LFI[131],[132], il indique le au micro de France Inter son soutien à « une union de la gauche », afin « que le Rassemblement national ne gagne pas ces élections législatives et ne gouverne pas ce pays ». De plus, il affirme avoir « obtenu [...] un engagement extrêmement clair sur les livraisons d'armes à l'Ukraine, sur les frontières de l'Ukraine, sur le soutien indéfectible à la résistance ukrainienne ». Il affirme avoir « obtenu aussi le soutien à la construction européenne », que les « attaques du 7 octobre soient qualifiées de [...] clairement terroristes » et « un engagement clair dans la lutte contre l'antisémitisme, dans la lutte contre la brutalisation du débat public »[133].

Le 14 juin, le Nouveau Front populaire présente son programme de campagne[134], et ses 150 mesures parmi lesquelles :

Le même jour, la France insoumise refuse l'investiture à cinq « frondeurs » : Frédéric Mathieu, Danielle Simonnet, Raquel Garrido, Alexis Corbière et Hendrik Davi[135],[136]. Ces cinq députés sortants décident quand même de maintenir leurs candidatures.

Le 15 juin, l'ancien président de la République française, François Hollande, annonce qu'il se présente dans la première circonscription en Corrèze avec le soutien du Nouveau Front populaire[137].

Majorité présidentielle

Dissensions entre Renaissance et Horizons

Depuis l'annonce de la dissolution, des discussions ont lieu entre Horizons le parti de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe et Renaissance pour renouveler l'appartenance de ces premiers à la coalition Ensemble.

Néanmoins des points de tensions et de désaccords apparaissent entre les deux formations politiques. En premier lieu sur la répartition des circonscriptions, puis les conditions de l'accord et enfin sur le fait qu'Horizons ne souhaite pas partir en campagne sous l'étiquette « Ensemble »[138]. Cela conduit le parti d'Édouard Philippe à inscrire au Journal officiel sa propre nuance. Par ailleurs, dans certaines circonscriptions comme la première circonscription du Val-de-Marne, Horizons présente son propre ticket et ce, contre un candidat officiel de Renaissance[139].

MoDem

Le parti de François Bayrou renouvelle son adhésion à la coalition « Ensemble » sur les bases des accords pour la campagne législative de 2022[138].

Sondages

Premier tour

Sondeur Date Panel EXG NUPES puis Nouveau Front populaire DVG ECO DVC ENS (RE-MoDem-HOR) DVD UDC (LR-UDI) UPF (DLF-LP) RN REC Autres
LFI PCF EÉLV PS
Debout la France soutient l'« union des droites » derrière le RN et renonce à présenter des candidats dans la majorité des circonscriptions (14 juin 2024).
Opinion Way 12-13 juin 2024 1 011 1 % 25 % 2 % 2 % 20 % 2 % 7 % 33 % 3 % 5 %
Cluster17 11-13 juin 2024 2 800 1 % 28,5 % 3 % 1,5 % 1 % 18 % 2,5 % 7 % 1,5 % 29,5 % 3,5 % 3 %
Opinion Way 11-12 juin 2024 1 019 1 % 25 % 3 % 1 % 19 % 1 % 9 % 32 % 4 % 5 %
Elabe 11-12 juin 2024 1 502 1 % 28 % 5 % 18 % 2 % 6,5 % 31 % 4 % 4,5 %
Le président LR, Éric Ciotti, annonce une alliance avec le Rassemblement national, rapidement contestée par une partie des membres du mouvement (11 juin 2024).
Les principaux partis de gauche, regroupés en 2022 sous l'étiquette NUPES, annoncent la création d'un Nouveau Front populaire (nuit du 10 au 11 juin 2024).
Ifop 10-11 juin 2024 1 089 1 % 25 % 5 % 18 % 1,5 % 9 % 0,5 % 35 % 4 % 1 %
1 % 11 % 19 % 3 % 17 % 2 % 8 % 34 % 4 % 1 %
1 % 11 % 2 % 6 % 13 % 2 % 16 % 1 % 8 % 0,5 % 35 % 3,5 % 1 %
Opinion Way 10 juin 2024 1 095 1 % 23 % 4 % 2 % 18 % 2 % 8 % 33 % 5 % 4 %
Harris Interactive 9-10 juin 2024 2 340 3 % 22 % 9 % 19 % 9 % 34 % 4 %
Le Président de la République Emmanuel Macron dissout l'Assemblée nationale[140] et convoque des élections législatives pour le 30 juin et le 7 juillet 2024[141] (9 juin 2024).
Ifop 12-13 décembre 2023 1 100 1,5 % 24 % 6 % 19 % 3 % 11 % 1 % 28 % 5 % 1,5 %
1 % 10 % 4 % 9 % 8 % 2 % 18 % 3 % 10 % 1 % 27 % 6 % 1 %
Elabe 3-5 avril 2023 1 808 1 % 25,5 % 3 % 21,5 % 1 % 11,5 % 1,5 % 24,5 % 4,5 % 6 %
Ifop 20-21 mars 2023 1 094 1 % 26 % 5 % 22 % 2 % 10 % 1 % 26 % 5 % 2 %
1 % 11 % 3 % 9 % 7 % 3 % 21 % 1 % 10 % 1 % 26 % 5 % 2 %
Harris Interactive 3-7 mars 2023 2 108 1 % 24 % 6 % 1 % 24 % 3 % 10 % 1 % 22 % 4 % 4 %
Cluster17 4-6 novembre 2022 2 151 1,5 % 24,5 % 3 % 0,5 % 25 % 2 % 10,5 % 2 % 20 % 5 % 6 %
Ifop 2-4 novembre 2022 1 513 1,5 % 25 % 4 % 27 % 2 % 11 % 0,5 % 21 % 5,5 % 2,5 %
1,5 % 11 % 3 % 7 % 8 % 2 % 26 % 3 % 11 % 0 % 21 % 5 % 1,5 %
Résultats : décompte officiel 22 745 492 1,2 % 25,7 % 3,7 % 2,7 % 1,3 % 25,8 % 2,3 % 11,3 % 1,1 % 18,7 % 4,2 % 3,3 %

Projections en sièges

Sondeur Date Panel NUPES puis Nouveau Front populaire DVG ENS
(RE-MoDem-HOR)
DVD UDC
(LR-UDI)
UPF
(DLF-LP)
RN REC Autres
Debout la France soutient l'« union des droites » derrière le RN et renonce à présenter des candidats dans la majorité des circonscriptions (14 juin 2024).
Cluster 17 11-12 juin 2024 2 800 190 - 235
33 % - 41 %
10 - 14
2 % - 2%
70 - 100
12 % - 17 %
25 - 35
4 % - 6 %
195 - 245
34 % - 42 %
10 -16
2 % - 3 %
Elabe 11-12 juin 2024 1 502 150 - 190
26 % - 33 %
90 - 130
16 % - 23 %
30 - 40
5 % - 7 %
220 - 270
38 % - 47 %
10 - 20
2 % - 3 %
Le président de Les Républicains, Éric Ciotti, annonce une alliance avec le Rassemblement national, rapidement contestée en interne (11 juin 2024).
Les principaux partis de gauche, regroupés en 2022 sous l'étiquette NUPES, annoncent la création d'un Nouveau Front populaire (nuit du 10 au 11 juin 2024).
Harris Interactive 9-10 juin 2024 2 340 115 - 145
20 % - 25 %
125 - 155
22 % - 27 %
40 - 55
7 % - 10 %
0 - 2
235 - 265
41 % - 46 %
5 - 20
1 % - 3 %
Le Président de la République Emmanuel Macron déclare la dissolution de l'Assemblée nationale et convoque des élections législatives pour le 30 juin et le 7 juillet 2024 (9 juin 2024).
Ipsos 8 - 13 décembre 2023 4 000 55 - 79
10 % - 14 %
20 - 22
3 % - 4 %
117 - 165 (+3 DVC)
21 % - 29 %
7 - 8
1 %
44 - 60
8 % - 10 %
243 - 305
42 % - 53 %
10 - 11
2 %
Elabe 3 - 5 avril 2023 1 808 150 - 180
26 % - 31 %
15 - 20
2 % - 3 %
130 - 155
23 % - 27 %
60 - 75
10 % - 13 %
1 - 2
150 - 175
26 % - 30 %
12 - 15
2 % - 3 %
Harris Interactive 3 - 7 mars 2023 2 108 158 - 168
27 % - 29 %
234 - 244
41 % - 42 %
69 - 79
12 % - 14 %
91 - 100
16 % - 17 %
8 - 14
1 % - 2 %
Résultats de 2022[142] 22 745 492 131
23 %
22
4 %
249
43 %
74
13 %
1
<1 %
89
15 %
0
0 %
11
2 %

Notes et références

Notes

  1. Les territoires concernés pour les votes des 29 juin et 6 juillet 2024 sont la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Polynésie française ainsi que les Français résidant sur le continent américain[1].
  2. Ces élections se concluent par la troisième cohabitation, avec Lionel Jospin comme Premier ministre

Alpha

Références

  1. a et b Décret no 2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des électeurs pour l'élection des députés à l'Assemblée nationale, (lire en ligne)
  2. a et b « Dissolution de l'Assemblée nationale (article 12 de la Constitution) », sur Assemblée nationale (consulté le )
  3. « À retenir : Pourquoi dissoudre l’Assemblée nationale ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Jean-Yves Dormagen, Stéphane Fournier et Guillaume Tricard, « Présidentielle : trois blocs et deux perdants », Le Monde diplomatique, (consulté le )
  5. « Elisabeth Borne utilise l’article 49.3 pour la 23e fois de la législature », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Claire Gatinois et Nathalie Segaunes, « Dissolution de l’Assemblée : le pari à haut risque d’Emmanuel Macron pour relancer son quinquennat après l’échec aux européennes », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  7. Solenn de Royer, « « A force de jouer avec le feu, le chef de l’État pourrait finir par se brûler, en entraînant dans l’incendie le pays tout entier » », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  8. « DIRECT. Résultats élections européennes 2024 : Emmanuel Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale », BFMTV,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. « Élections européennes 2024 : découvrez l’intégralité des résultats en France, commune par commune », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Grégoire Pinson, « Résultats européennes 2024 : Jordan Bardella demande une dissolution de l’Assemblée nationale », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. a et b « Une dissolution surprise, fin de la réunion du gouvernement à l'Élysée », France 24,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  12. « Résultats européennes : pourquoi Macron a décidé de dissoudre l'Assemblée nationale », RTL,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Européennes, dissolution, législatives : ce qu'il faut savoir », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le )
  14. « Dissolution de l’Assemblée : à l’Élysée, dans les coulisses de la décision surprise d’Emmanuel Macron », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  15. « « L’union des gauches et des écologistes, maintenant ! » : l’appel de 350 personnalités du monde politique, intellectuel, militant et artistique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le )
  16. Ju. M., « Elections législatives : c’est quoi ces élections provoquées par la dissolution de l’Assemblée nationale par Macron ? », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  17. Grégoire Poussielgue, « Législatives 2024 : fin de vie, logement, agriculture… ces projets de loi sacrifiés sur l'autel de la dissolution », Les Échos,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  18. Marlène Thomas et Johanna Luyssen, « Fin de la commission parlementaire sur les violences dans le milieu culturel : pour Judith Godrèche, «c’est un coup de poignard dans le dos» », sur Libération (consulté le )
  19. Ju. M., « « Un immense gâchis » : avec la dissolution de l’Assemblée nationale, le projet de loi sur la fin de vie est à l’arrêt », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  20. Eugénie Boilait, « Fin de vie, Nouvelle-Calédonie, dette française… Quel avenir pour les travaux qui étaient en cours à l’Assemblée ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  21. a et b Courrier international 2024.
  22. Articles L126 et L162 du code électoral
  23. « Législatives 2024 : dates, mode de scrutin, enjeux… tout savoir sur l'élection des députés », La Provence,‎ (lire en ligne Accès libre)
  24. Camille Kress, « Triangulaire, quadrangulaire : Pourquoi certaines circonscriptions auront à choisir entre plus de deux candidats dimanche ? », sur Les Surligneurs, (consulté le )
  25. Jean-Rémi Baudot, « "On se fait balader" : le MoDem s'impatiente alors que l'Elysée n'avance pas sur la proportionnelle aux législatives », sur francetvinfo.fr, .
  26. AFP, « Emmanuel Macron estime qu’introduire « une part de proportionnelle » aux élections législatives « serait bon pour la démocratie » », sur lemonde.fr, .
  27. Grégoire Poussielgue, « Proportionnelle aux législatives : l'étroite voie de passage de Yaël Braun-Pivet », sur lesechos.fr, .
  28. Cécile Vassas, « Dissolution de l'Assemblée : les députés virés, les réformes arrêtées », L'Internaute,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  29. a et b Décret n° 2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des électeurs pour l'élection des députés à l'Assemblée nationale, (Légifrance, lire en ligne)
  30. « Vote, procuration, candidats… Le guide de la campagne des législatives anticipées », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  31. « Article L157 du code électoral », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  32. « Dissolution de l'Assemblée nationale : premier tour des législatives le 30 juin », sur Vie publique, (consulté le )
  33. « Décret n° 2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des électeurs pour l'élection des députés à l'Assemblée nationale », sur legifrance.gouv.fr, (consulté le )
  34. « Hautes-Alpes. Le député Joël Giraud arrête la politique: "Ce monde n'est désormais plus le mien" », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  35. « Législatives 2024 : l'ancien ministre Olivier Dussopt ne se représente pas en Ardèche - France Bleu », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  36. « Un député Renaissance, qui se dit avoir « été entraîné dans un tourbillon », ne se représentera pas ; Agnès Pannier-Runacher entre en campagne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Législatives dans le Rhône : le député sortant Hubert Julien-Laferrière quitte la vie politique pour se consacrer "aux grands singes" », BFMTV,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. Jade Toussay, « Julien Bayou retire sa candidature à Paris au nom de l’union « Front Populaire » », sur Le HuffPost, (consulté le )
  39. Sofiane Orus Boudjema, « Législatives : le Nouveau Front populaire investit Pouria Amirshahi dans la circonscription de Julien Bayou », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. « Législatives : malade, Marc Le Fur (LR) ne se représente pas », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Sénatoriales 2023 : il refusait d’être classé à l’extrême droite, le RN débouté par le Conseil d’État », sur Public Sénat (consulté le )
  42. « Le Rassemblement national est bien d’extrême droite, confirme le Conseil d’État… Sur demande du RN » (consulté le )
  43. (en) Wolfram Nordsieck, « France », sur parties-and-elections.eu (consulté le )
  44. « Priorité nationale, identité: ces principes fondamentaux que Le Pen veut créer », sur lexpress.fr, (consulté le )
  45. « Cet amendement qui montre les contradictions du RN sur l’immigration », sur Le HuffPost, (consulté le )
  46. Gilles Andréani, « L’émergence d’un consensus eurosceptique ? », Commentaire, vol. 143, no 3,‎ , p. 658–661 (ISSN 0180-8214, DOI 10.3917/comm.143.0658, lire en ligne, consulté le )
  47. « LREM tente de ratisser à gauche », sur Libération,
  48. « Olivier Dussopt intègre le parti unique de la majorité présidentielle », sur Le Dauphiné libéré,
  49. « Pour la presse, Emmanuel Macron « ancre le macronisme à droite » », sur Les Échos, (consulté le )
  50. « La France insoumise - NUPES (LFI-NUPES) - Assemblée Nationale » Accès libre, sur datan.fr (consulté le )
  51. Anthony Berthelier et Romain Herreros, « Mélenchon et la NUPES d’extrême gauche ? Cette attaque de la Macronie toujours aussi infondée », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  52. « Schools in France to display flags in classrooms », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. « En France, la course aux législatives commence : 'Des élections d'une importance rarement connue depuis le suffrage universel' », sur RTBF, (consulté le )
  54. « La grande union des gauches françaises prend forme », sur L'Echo, (consulté le )
  55. Henri Weber, « Où va la macronie ? », Le Débat, vol. 4, no 206,‎ , p. 36 (lire en ligne Accès libre)
  56. Federico Tarragoni, « L'esprit démocratique du populisme », , p. 13
  57. Olivier Duhamel, Martial Foucault, Mathieu Fulla, Marc Lazar, « La Ve démystifiée », , p. 213
  58. Collectif, « Les Républicains (LR) : dates clés, histoire, actus, infos sur ce parti », sur La Croix (consulté le )
  59. « Présidentielle 2022 : qui sont les cinq candidats déclarés à droite ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  60. « Présidentielle en France: qui des cinq candidats pour représenter la droite ? », sur RFI, (consulté le )
  61. (en) « French right-wing party to choose candidate for presidential election », sur euronews, (consulté le )
  62. « Pour le lancement de ses états généraux, LR roule à droite et tape sur la majorité », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. « Les Républicains (LR) - Assemblée Nationale », sur datan.fr (consulté le )
  64. « Démocrate (MoDem et Indépendants) (DEM) - Assemblée Nationale », sur datan.fr (consulté le )
  65. (en) NicoláS De La Cerda et Jacob R. Gunderson, « Are party families in Europe ideologically coherent today? », European Journal of Political Research,‎ (ISSN 0304-4130 et 1475-6765, DOI 10.1111/1475-6765.12638, lire en ligne, consulté le )
  66. « Officiellement intronisé premier secrétaire du PS, Olivier Faure promet une ligne 'vraiment à gauche, vraiment réaliste' », sur Franceinfo, (consulté le )
  67. « Faut-il voir dans le virage à gauche d’Olivier Faure l’influence des insoumis ? », sur publicsenat.fr, (consulté le )
  68. « Socialistes et apparentés (SOC-A) - Assemblée Nationale », sur datan.fr (consulté le )
  69. « Parti Socialiste (PS) : Infos et actualités du parti en direct », sur 20 minutes (consulté le )
  70. Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe », sur parties-and-elections.eu (consulté le )
  71. Jannick Alimi, « A gauche ou à droite, cinquante nuances d’écologie », sur leparisien.fr, (consulté le )
  72. « Éric Zemmour et le Rassemblement national: l’extrême droite française face à la valse des traîtres », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  73. Karl Laske et Jacques Massey, « Les « VIP » de Zemmour : l’extrême droite et la droite dure en rang… », sur mediapart.fr, (consulté le )
  74. « INFOGRAPHIE. Que valent les 25.000 adhérents du parti d'Éric Zemmour face aux partis traditionnels? », sur bfmtv.com (consulté le )
  75. Loris Boichot et Tristan Quinault-Maupoil, « L’offensive d’Édouard Philippe bouscule l’aile droite de la majorité », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  76. Héloïse Thépaut, « Haute-Garonne : le nouveau parti politique d’Édouard Philippe séduit plusieurs élus locaux », sur L'opinion Independante, (consulté le )
  77. « L'offensive d’Édouard Philippe bouscule l'aile droite de la majorité », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  78. « Création d'Horizons : "Une très bonne nouvelle pour le centre droit", estime le maire de Fontainebleau Frédéric Valletoux », sur Franceinfo, (consulté le )
  79. Jean-Baptiste Daoulas, « Horizons, le parti de droite du professeur Edouard Philippe », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  80. « Horizons et apparentés (HOR) - Assemblée Nationale », sur datan.fr (consulté le )
  81. « Gauche démocrate et républicaine - NUPES (GDR-NUPES) - Assemblée Nationale », sur datan.fr (consulté le )
  82. « L'UDI, ou le centre affranchi de la Macronie, en route vers les Européennes », sur Challenges (consulté le )
  83. (en) « European Social Survey. Appendix A3 political parties », sur europeansocialsurvey.org, (consulté le ).
  84. Pascal Perrineau, La Démocratie de l'entre-soi, Presses de Sciences Po, , 224 p. (ISBN 978-2-7246-2052-8, lire en ligne)
  85. « Le centre droit cherche sa voie pour les européennes », sur la-croix.com, (consulté le )
  86. Quentin Laurent, « Centre : après le MoDem, les Radicaux et Agir, l’UDI se rapproche de Macron », sur leparisien.fr, (consulté le )
  87. « Européennes : le centre droit fera bande à part », sur parismatch.com (consulté le )
  88. (en) Jocelyn Evans et Gilles Ivaldi, The 2012 French Presidential Elections : The Inevitable Alternation, Palgrave Macmillan, , p. 182.
  89. « « PRG – Le centre-gauche » – Retrouvez le discours de Guillaume Lacroix »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), sur partiradicaldegauche.fr (consulté le )
  90. « Le PRG choisit son nouveau président », sur La Dépêche du Midi, (consulté le )
  91. « Nuances politiques aux municipales: Castaner revoit sa copie », sur france24.com, (consulté le )
  92. Pascal Perrineau (dir.) et Luc Rouban (dir.), La Démocratie de l'entre-soi, Presses de Sciences Po, coll. « Académique », , 224 p. (ISBN 978-2724620504, lire en ligne)
  93. « Debout la France », sur francetvinfo.fr,
  94. Eva Mignot, « Au moins 82 députés ont un membre de leur famille engagé dans la vie politique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  95. « Nicolas Dupont-Aignan écarte Emmanuelle Gave de sa liste aux Européennes en raison d'écrits racistes », sur liberation.fr, (consulté le )
  96. « Elections européennes : Nicolas Dupont-Aignan annonce une liste Debout la France », sur Franceinfo, (consulté le )
  97. a et b « Recommandation de l'Arcom du 10 juin 2024 aux services de radio et de télévision relative aux élections législatives des 30 juin et 7 juillet 2024 » Accès libre, sur Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, (consulté le )
  98. « Dissolution : la majorité «ne présentera pas de candidat» contre des députés sortants «faisant partie du champ républicain», selon Stéphane Séjourné » Accès libre, sur Europe 1, (consulté le )
  99. « Législatives : Marine Le Pen prête à ne pas présenter de candidats RN face à certains LR » Accès libre, sur La Voix du Nord, (consulté le )
  100. a b et c AFP, « Législatives : Reconquête et Les Républicains courtisés par le RN pour une éventuelle alliance » Accès libre, sur La Voix du Nord, (consulté le )
  101. Dominique Albertini, « Alliance LR-RN : Eric Ciotti sort sa carte d’identitaire » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  102. Benjamin Moisset, « Législatives anticipées : à droite, inquiétudes face à l’hypothèse d’une alliance avec le RN » Accès payant, sur Libération (consulté le )
  103. Service Checknews, « Législatives : plus de 80 % des députés LR rejettent la proposition d’un accord avec le RN avancée par Ciotti », sur Libération (consulté le )
  104. Accord LR/ RN: les sénateurs LR affirment "à l'unanimité" vouloir "garder leur indépendance et leur autonomie", via un communiqué Consulté le .
  105. « En direct, élections législatives : Eric Ciotti annonce qu’il souhaite faire alliance avec le Rassemblement national, Marine Le Pen salue un « choix courageux » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  106. C. Br., « DIRECT. Législatives : appels à la démission de Ciotti, «seuls les militants» pourraient «m’enlever mon mandat» répond-il » Accès libre, sur La Voix du Nord, (consulté le )
  107. « "On le vire", affirme une vice-présidente des Républicains après les propos d’Eric Ciotti », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  108. « Législatives: Bardella "confirme" un accord de soutien du RN pour "plusieurs dizaines" de candidats LR », sur BFMTV (consulté le )
  109. « Législatives : Éric Ciotti pourrait-il être contraint à démissionner de la présidence LR ? », sur Le Figaro, (consulté le )
  110. « En direct, législatives 2024 : le bureau politique de LR exclut Eric Ciotti » Accès libre, sur Le Monde
  111. « Législatives : exclu de LR, Ciotti saisit le tribunal judiciaire pour «contester» la décision du bureau politique », sur Le Figaro, (consulté le )
  112. « Pourquoi la justice a suspendu l’exclusion d’Eric Ciotti de la présidence des Républicains », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  113. « En direct, dissolution de l’Assemblée nationale : Jordan Bardella évoque des « discussions » avec « des cadres des Républicains » en vue des législatives et affirme que « rien n’a été acté » avec Marion Maréchal », sur Le Monde, (consulté le )
  114. « Marion Maréchal annonce que le RN « refuse le principe d’un accord » avec Reconquête ! », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  115. « « Pour ne pas faire barrage » au RN, Zemmour ne se présentera pas aux législatives », sur Le HuffPost, (consulté le )
  116. « En direct, législatives 2024 – La recomposition politique à l’extrême droite s’accélère : Eric Ciotti exclu de LR pour son alliance avec le RN, Marion Maréchal refuse la stratégie d’Eric Zemmour » Accès payant, sur Le Monde, (consulté le )
  117. « Législatives 2024 : Marion Maréchal acte sa rupture avec Eric Zemmour », sur Les Echos, (consulté le )
  118. « Législatives 2024 : Eric Zemmour annonce l'exclusion de Marion Maréchal de Reconquête », sur Europe 1, (consulté le )
  119. « DIRECT. Législatives 2024 : Eric Zemmour annonce l'exclusion de Marion Maréchal, Nicolas Bay, Guillaume Peltier et Laurence Trochu de son parti, Reconquête », sur Franceinfo, (consulté le )
  120. « Élections législatives : c'est quoi le "Front Populaire", l'alliance voulue par la gauche pour contrer le RN ? », sur actu.fr, (consulté le )
  121. « Olivier Faure appelle à créer «un front populaire» », sur Figaro Live, (consulté le )
  122. François Ruffin, « Front populaire 2024 : Nous, députés insoumis, écologistes, communistes, socialistes, Génération-s, portons un mot d'ordre : unité. Derrière une bannière : front populaire. » Accès libre, sur frontpopulaire-2024.fr, (consulté le )
  123. Charlotte Belaïch et Sacha Nelken, « À gauche, François Ruffin revendique le «capitanat» du «Front populaire» » Accès libre, sur Libération, (consulté le )
  124. Frantz Durupt et Damien Dole, « Législatives : face au risque de l’extrême droite au pouvoir, CGT et CFDT appellent à écouter les «exigences sociales» », sur Libération (consulté le )
  125. Sacha Nelken, « Accord de la gauche pour des «candidatures uniques» : récit d’une (courte) soirée » Accès libre, sur Libération, (consulté le )
  126. « Elections législatives 2024 : Delga dit "oui" au Front populaire contre l'extrême droite », sur France 3 Occitanie, (consulté le )
  127. « Le NPA-l’Anticapitaliste rejoint le Nouveau Front Populaire pour faire face à l’extrême-droite et à Macron », sur npa-lanticapitaliste.org, (consulté le )
  128. Sacha Nelken et Charlotte Belaïch, « Législatives anticipées : «accord de principe» pour le Front populaire sur la répartition des circonscriptions », sur Libération (consulté le )
  129. « EN DIRECT - Nouveau front populaire : les partis de gauche s’accordent enfin sur un programme «de rupture» pour les législatives », sur Libération, (consulté le )
  130. « En direct, législatives 2024 : les partis de gauche annoncent un accord sur un programme commun au sein d’un « nouveau front populaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  131. Antoine Oberdorff, « Raphaël Glucksmann dit non au Front populaire aux conditions de LFI : « Il n’y a pas eu d’accord » » Accès libre, L'Opinion, (consulté le ).
  132. « Raphaël Glucksmann refuse un front populaire aux conditions de LFI » Accès libre, Le Point, (consulté le ).
  133. « Législatives : pour Glucksmann, "la seule manière" de bloquer le RN est "une union de la gauche" », Radio France, (consulté le )
  134. « Législatives 2024 : les partis de gauche annoncent un « nouveau front populaire » et un programme commun « de rupture » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  135. « En direct, législatives 2024 : La France insoumise refuse l’investiture à Alexis Corbière, Raquel Garrido et Danielle Simonnet », sur Le Monde, (consulté le ).
  136. « « Crime de lèse-Mélenchon » « Une purge » : LFI ne réinvestit pas les députés frondeurs Corbière, Garrido ou Simonnet aux législatives 2024 », sur Libération, (consulté le ).
  137. Législatives 2024 : L'ancien président de la République François Hollande candidat dans la première circonscription de Corrèze
  138. a et b Robin D'Angelo, « Edouard Philippe revendique davantage d’autonomie pour Horizons aux législatives 2024 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  139. « Vers des candidatures soutenues par Horizons contre des candidats Renaissance ? », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  140. Décret du 9 juin 2024 portant dissolution de l'Assemblée nationale
  141. Décret n°2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des électeurs
  142. « Résultats des élections législatives 2022 » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

Presse

Articles connexes

Liens externes