Seconde présidence d'Emmanuel Macron

Seconde présidence d'Emmanuel Macron

Président de la République française

Emmanuel Macron en 2024.
Type
Type Président de la République française
Résidence officielle Palais de l'Élysée, Paris
Élection
Système électoral Scrutin uninominal majoritaire à deux tours
Mode de scrutin Suffrage universel direct
Élection 24 avril 2022
Début du mandat
Mandat en cours 2 ans, 1 mois et 6 jours
Présidence
Nom Emmanuel Macron
Date de naissance
Appartenance politique Renaissance
Représentation
1re législature XVIe de la Cinquième République française
250  /  577
Membres 577 députés
Composition de la législature depuis juin 2022.
2de législature XVIIe de la Cinquième République française
Membres 577 députés
Législature en attente d'élection
Gouvernements
Castex Borne
Attal

Divers
Voir aussi Politique de la France

La seconde présidence d'Emmanuel Macron commence le .

Candidat à l'élection présidentielle de 2022, Emmanuel Macron est réélu président de la République française le avec 58,55 % des voix face à la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen. Il devient ainsi le premier président de la Cinquième République élu au suffrage universel direct à être réélu hors période de cohabitation, ainsi que le premier à effectuer un deuxième quinquennat.

Emmanuel Macron nomme Élisabeth Borne Première ministre le , quelques heures après la démission de Jean Castex. Le , Gabriel Attal remplace Élisabeth Borne dans cette fonction.

Depuis la loi constitutionnelle du , qui a complété l'article 6 de la Constitution, « [n]ul ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs » en tant que président de la République. En conséquence, Emmanuel Macron (élu en 2017 puis réélu en 2022) ne pourra pas se représenter lors de l'élection présidentielle de 2027, à moins de modifier à nouveau la Constitution.

Formation

Contexte

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022

Crédit image:
PRESIDENT OF UKRAINE VOLODYMYR ZELENSKYY Official website
licence CC BY 4.0 🛈
Emmanuel Macron le 16 juin 2022 lors de sa visite à Kiev en Ukraine.

En 2022, Emmanuel Macron est président de la République depuis cinq ans, et arrive au terme de son premier quinquennat[1]. Son mandat s’achève marqué par la pandémie de Covid-19, la crise des Gilets jaunes[2], mais aussi par l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, que le président russe Vladimir Poutine déclenche le 24 février[3]. Alors que les autres candidats mènent campagne, Emmanuel Macron « survole » la présidentielle qui approche et continue de tenter en vain de négocier une paix dans la guerre russo-ukrainienne, en relation avec ses partenaires européens[4],[5],[6].

Annonce de candidature

Le , Emmanuel Macron annonce sa candidature à l’élection présidentielle via une Lettre aux Français envoyée à la presse régionale[7],[8],[9]. Comme beaucoup de ses prédécesseurs, notamment Nicolas Sarkozy en février 2012, François Mitterrand en 1988 et Valéry Giscard d'Estaing en 1981, c’est à quelques semaines seulement du premier tour qu’il se déclare candidat à sa réélection[10].

Campagne et réélection

Le président sortant mène une « campagne-éclair », privilégiant les déplacements sur le terrain ainsi que les réunions publiques, et n’organise qu’un seul grand meeting durant celle-ci, qui eut lieu le à Paris La Défense Arena, rassemblement de près de 30 000 personnes. Après une campagne parfois brutale, notamment marquée par l’entrée en politique de l’ancien journaliste et écrivain Éric Zemmour, qui fonde en décembre 2021 le parti d’extrême-droite Reconquête, Emmanuel Macron arrive en tête au premier tour du scrutin le 10 avril, totalisant un score de 27,85 % des voix[11],[12]. Au second tour, qui l’oppose à nouveau à la candidate du Rassemblement national Marine Le Pen, comme cinq ans plus tôt, il est réélu président de la République au soir du , avec 58,55 % des voix[13]. Au soir de sa victoire, il prononce un discours bref depuis sa soirée électorale au Champ-de-Mars, entouré de ses partisans face à la Tour Eiffel.

Emmanuel Macron devint alors le premier président de la République à être réélu hors cohabitation sous la Ve République depuis le général de Gaulle, qui avait été réélu lors de l’élection présidentielle de 1965[14]. Son investiture a lieu au palais de l'Élysée le [15].

Élections européennes de 2024 et dissolution de l'Assemblée nationale

Le président Macron ayant obtenu une majorité relative à l'Assemblée nationale à la suite des élections législatives de 2022[16],[17], il a dû faire face à une bataille difficile pour gouverner efficacement depuis sa réélection la même année[18]. Le président français a fait adopter une réforme des retraites impopulaire[19], sans passer par un vote au Parlement, une décision qui a provoqué des émeutes généralisées à travers le pays[20]. Il a ensuite été contraint de céder aux conservateurs les plus radicaux sur un projet de loi d'immigration à la fin de l’année 2023. Le groupe conservateur Les Républicains (LR) a menacé de déposer une motion si le gouvernement choisit d'augmenter les impôts et de réduire les retraites en réponse à une crise imminente de la dette[21].

Le 9 juin 2024, en raison de la victoire du Rassemblement national aux élections européennes ayant eu lieu le jour même, et de la défaite de son propre camp, Emmanuel Macron convoque des élections législatives anticipées pour les 30 juin et 7 juillet[22],[23],[24],[25].

Apprenant la décision d’Emmanuel Macron de dissoudre l’Assemblée Nationale par l’intermédiaire d’Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée, le premier ministre Gabriel Attal déclare:

« Je vous donne ma démission, utilisez-moi comme fusible. »[26].

L' annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron, provoque une avalanche de réactions, notamment entre les principaux responsables politiques et les députés sortants, qui appellent à dépasser les clivages habituels pour les élections législatives[27],[28],[29],[30]. Marion Maréchal, tête de liste Reconquête, « a exprimé son souhait d'une coalition de droite dans son pays ». Marine Le Pen, figure du RN, «  a appelé les partisans français à adhérer au syndicat pour obtenir une majorité pour la France »[31]. A gauche, on utilise le terme « front populaire », en référence au gouvernement de gauche de 1936[31]. François Ruffin sur X plaide pour une alternative « sociale, écologique, démocratique et pro-européenne » pour les prochaines élections[31]. Stéphane Séjourné, conseiller économique d'Emmanuel Macron, confirme que le parti Renaissance ne présentera pas de candidat, tandis qu'un autre conseiller anonyme de Macron estime que le parti a l'espoir de remporter les législatives[32].

Le mercredi , le président de la République a rappelé lors d'une conférence de presse que « ce ne sont jamais les formations politiques qui dictent » le nom du Premier ministre. En effet, seul le vote de confiance est primordial pour que le choix du premier ministre soit validé lors de la nouvelle Assemblée Nationale issue des élections législatives qui se tiennent entre le et le [33]. Selon un sondage réalisé par Elabe pour Les Échos, seulement 24 % des français font encore confiance au président de la République, alors qu'en , 29 % des français avaient encore confiance en Emmanuel Macron[34]. Lors des élections législatives, du fait qu'une formation politique pourrait obtenir la majorité absolue à l'Assemblée Nationale avec 577 sièges acquis, alors dans ce cadre précis une Quatrième Cohabitation se mettrait en place[35],[36].

Lors des Commémorations organisées le pour célébrer le 80e anniversaire de la Libération, Emmanuel Macron a déclaré devant un représentant de l'Elysée:

« Ça va, pas trop dures, ces journées ? » Le chef de l’Etat sourit : « Mais pas du tout ! Je prépare ça depuis des semaines, et je suis ravi. Je leur ai balancé ma grenade dégoupillée dans les jambes. Maintenant on va voir comment ils s’en sortent…  »[37].

Le samedi , à la surprise générale, le parti de la majorité présidentielle "Renaissance" renonce à présenter dans le cadre des élections qui ont cours aux deux circonscriptions de l'Ariège, ses propres candidats alors que le Parti socialiste, au nom du Nouveau Front populaire a officiellement présenté ses candidats dans un duel contre le RN[38]. Pendant une interview exclusive accordée à Geoffroy Lejeune dans Le Journal Du Dimanche le , l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy dénonce la dissolution de l'Assemblée Nationale comme « un risque majeur pour le pays »[39],[40]. Par ailleurs, le 15 juin 2024, Emmanuel Macron indiquant qu'il se refuse à démissionner, pourrait à juste titre, ne pas exercer de troisième mandat consécutif, à cause d'une décision importante du Conseil d'État, organe de la plus haute juridiction démocratique pour la Cinquième République Française, précisant que:

«le président de la Polynésie française ne peut exercer plus de deux mandats de cinq ans successifs »[41].

En effet, seule une Révision constitutionnelle s'imposant alors, est en droit de supprimer le nombre de fois ou le Président de la République se déclare une énième fois candidat sortant aux Élections présidentielles, afin qu'un Emmanuel Macron puisse obtenir l'accord du Conseil constitutionnel pour briguer un troisième mandat, ce qui n'est encore jamais arrivé pendant l'histoire de la Ve République française[41].

Gouvernement et représentation parlementaire

Parlement

Assemblée nationale

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte du résultat par circonscription des élections législatives françaises de 2022.

Organisées sept semaines après le second tour de l'élection présidentielle[42], les élections législatives des 12 et 19 juin 2022 constituent une première défaite pour Emmanuel Macron[43]. Pour la seconde fois dans la Cinquième République (après les élections législatives de 1988), la majorité présidentielle n'obtient qu'une majorité relative à l'Assemblée nationale avec 250 élus répartis entre les groupes Renaissance, Démocrate et Horizons[44],[45]. Ces élections voient l'émergence de la Nouvelle Union Populaire écologique et sociale, coalition des quatre principaux partis de gauche (LFI, PS, EELV et PCF) autour de Jean-Luc Mélenchon, qui obtient 151 élus[46],[45]. Le Rassemblement national obtient quant à lui 89 élus et effectue une percée historique dans un scrutin majoritaire national[47],[45]. Le parti Les Républicains, en obtenant 62 élus, apparait rapidement comme une plaque tournante de la nouvelle assemblée du fait de l'absence de majorité absolue pour le Président de la République et le Gouvernement[45].

Au fil des mois, l'Assemblée nationale parvient à adopter plusieurs textes avec le soutien de la majorité présidentielle et parfois des autres partis, notamment Les Républicains. Cependant, du fait de l'absence de majorité absolue, plusieurs textes ont été adoptés à la suite du recours à l'article 49, alinéa 3 de la Constitution utilisé à 23 reprises par la Première ministre Élisabeth Borne[48],[49],[50],[51]. Ces textes sont notamment les lois de finances et de financement de la sécurité sociale[52], ainsi que la réforme des retraites de mars 2023[53],[54].

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Manifestation contre le projet de réforme des retraites en France en 2023.

Du fait de l'utilisation massive de l'article 49, alinéa 3 de la Constitution et de l'absence de déclaration de politique générale suivie d'un vote de confiance, 31 motions de censure ont été déposées contre le gouvernement Élisabeth Borne, constituant un record absolu sous la Cinquième République[55]. La motion de censure déposée par le groupe LIOT à l'issue de l'engagement de la responsabilité sur la réforme des retraites le a été rejetée à 9 voix près[56].

Sénat

Dominé par la droite depuis 2011, le Sénat le reste après les élections sénatoriales de 2023 qui voient un nouveau recul de la majorité présidentielle qui perd quelques sièges[57]. Ces élections voient notamment la défaite de Sonia Backès, secrétaire d'État chargée de la Citoyenneté, candidate en Nouvelle-Calédonie[58],[59],[60],[61],[62].

Du fait de l'absence de majorité absolue à l'Assemblée nationale, le Sénat apparait pour beaucoup comme renforcé en comparaison au premier quinquennat d'Emmanuel Macron[63]. En effet, de plus en plus de textes sont présentés en première lecture au Sénat et la plupart font l'objet d'un accord en commission mixte paritaire. La réforme des retraites et la loi immigration votées en 2023 comptaient un certain nombre de dispositions introduites par des amendements sénatoriaux[64].

Gouvernement

Historique des gouvernements

Le , Élisabeth Borne est nommée Première ministre[65]. La composition initiale de son Gouvernement est annoncée le avant plusieurs remaniements notamment le après les élections législatives et le à l'issue de la période des « 100 Jours » lancée après la réforme des retraites. Le , Élisabeth Borne démissionne et Gabriel Attal est nommé Premier ministre. La composition de son gouvernement est annoncé le 11 janvier et le [66].

Membres du Gouvernement

Depuis le début de son second mandat, le président de la République a nommé 64 membres au gouvernement[67].

* Les personnes notées d'un astérisque sont celles ayant eu une ou plusieurs fonctions gouvernementales avant la seconde présidence d'Emmanuel Macron (avant le )

Membres du gouvernement sous la seconde présidence d'Emmanuel Macron (14 mai 2022 -)
Nom Fonctions Dates
Nommés en 2022 (47)
Élisabeth Borne * Première ministre 16 -
Première ministre, chargée de la Planification écologique et énergétique -
Première ministre, chargée de la Planification écologique et énergétique, ministre des Outre-mer -
Première ministre, chargée de la Planification écologique et énergétique -
Bruno Le Maire * Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique -
-
Gérald Darmanin * Ministre de l'Intérieur -
Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer -
-
Catherine Colonna * Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères -
Éric Dupond-Moretti * Garde des Sceaux, ministre de la Justice -
-
Amélie de Montchalin * Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires -
Pap Ndiaye Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse -
Sébastien Lecornu * Ministre des Armées -
-
Brigitte Bourguignon * Ministre de la Santé et de la Prévention -
Olivier Dussopt * Ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion -
Damien Abad Ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées 20 mai - 4 juillet 2022
Sylvie Retailleau Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche -
-
Marc Fesneau * Ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire -
-
Stanislas Guerini Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques -
-
Yaël Braun-Pivet Ministre des Outre-mer -
Rima Abdul-Malak Ministre de la Culture -
Agnès Pannier-Runacher * Ministre de la Transition énergétique -
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire -
Amélie Oudéa-Castéra Ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques -
Ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse, des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques -
Ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques -
Olivier Véran * Ministre délégué auprès de la Première ministre, chargé des Relations avec le Parlement et de la Vie démocratique -
Ministre délégué auprès de la Première ministre, chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement -
Isabelle Rome Ministre déléguée auprès de la Première ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances -
Gabriel Attal * Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé des Comptes publics -
Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse -
Premier ministre -
Premier ministre, chargé de la Planification écologique et énergétique -
Christophe Béchu Ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur et de la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé des Collectivités territoriales -
Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires -
-
Franck Riester * Ministre délégué auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité -
Ministre délégué auprès de la Première ministre, chargé des Relations avec le Parlement -
Ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur, de l'Attractivité, de la Francophonie et des Français de l'étranger -
Clément Beaune * Ministre délégué auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé de l'Europe -
Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé des Transports -
Olivia Grégoire * Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, porte-parole du Gouvernement -
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme -
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation -
Justine Benin Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de la Mer -
Charlotte Caubel Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de l'Enfance -
Chrysoula Zacharopoulou Secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux -
Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée du Développement et des Partenariats internationaux -
François Braun Ministre de la Santé et de la Prévention -
Jean-Christophe Combe Ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées -
Roland Lescure Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé de l'Industrie -
Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé de l'Industrie et de l'Énergie -
Jean-Noël Barrot Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé de la Transition numérique et des Télécommunications -
Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé du Numérique -
Ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé de l'Europe -
Caroline Cayeux Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée des Collectivités territoriales -
Jean-François Carenco Ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, chargé des Outre-mer -
Olivier Becht Ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur, de l'Attractivité et des Français de l'étranger -
Carole Grandjean Ministre déléguée auprès du ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion et du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, chargée de l'Enseignement et de la Formation professionnels -
Olivier Klein Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé de la Ville et du Logement -
Agnès Firmin-Le Bodo Ministre déléguée auprès du ministre de la Santé et de la Prévention, chargée de l'Organisation territoriale et des Professions de santé -
Ministre de la Santé et de la Prévention -
Geneviève Darrieussecq * Ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées, chargée des Personnes handicapées -
Hervé Berville Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargé de la Mer -
Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé de la Mer et de la Biodiversité -
Marlène Schiappa * Secrétaire d'État auprès de la Première ministre, chargée de l'Économie sociale et solidaire et de la Vie associative -
Sonia Backès Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, chargée de la Citoyenneté -
Laurence Boone Secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée de l'Europe -
Sarah El Haïry * Secrétaire d'État auprès du ministre des Armées et du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, chargée de la Jeunesse et du Service national universel -
Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la Biodiversité -
Ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, de la ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et du garde des Sceaux, ministre de la Justice, chargée de l'Enfance, de la Jeunesse et des Familles -
Patricia Mirallès Secrétaire d'État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire -
-
Bérangère Couillard Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de l'Écologie -
Ministre déléguée auprès de la Première ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations -
Dominique Faure Secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la Ruralité -
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée des Collectivités territoriales, et auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la Ruralité -
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité -
-
Nommés en 2023 (8)
Aurélien Rousseau Ministre de la Santé et de la Prévention -
Aurore Bergé Ministre des Solidarités et des Familles -
Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations -
Thomas Cazenave Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargé des Comptes publics -
-
Philippe Vigier Ministre délégué auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, chargé des Outre-mer -
Patrice Vergriete Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé du Logement -
Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé des Transports -
Fadila Khattabi Ministre déléguée auprès de la ministre des Solidarités et des Familles, chargée des Personnes handicapées -
Ministre déléguée auprès de la ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées -
Sabrina Agresti-Roubache Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la Ville -
Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, chargée de la Citoyenneté, et auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la Ville -
Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargée de la Ville, et auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, chargée de la Citoyenneté -
Prisca Thevenot Secrétaire d'État auprès du ministre des Armées et du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, chargée de la Jeunesse et du Service national universel -
Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée du Renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement -
Nommés en 2024 (9)
Catherine Vautrin * Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités -
Rachida Dati * Ministre de la Culture -
Stéphane Séjourné Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères -
Marie Lebec Ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des Relations avec le Parlement -
Nicole Belloubet * Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse -
Marie Guévenoux Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, chargée des Outre-mer -
Frédéric Valletoux Ministre délégué auprès de la ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités, chargé de la Santé et de la Prévention -
Guillaume Kasbarian Ministre délégué auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, chargé du Logement -
Marina Ferrari Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique, chargée du Numérique -
* Membres ayant occupé des fonctions gouvernementales avant à la seconde présidence d'Emmanuel Macron (22) [68]
Nom Fonctions Dates Gouvernement
Élisabeth Borne

2022 - 2024

Ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports - Édouard Philippe (1)
- Édouard Philippe (2)
Ministre de la Transition écologique et solidaire -
Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion - Jean Castex
Bruno Le Maire

2022 -

Secrétaire d'État auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Affaires européennes - François Fillon (2)
Ministre de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Pêche -
Ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l'Aménagement du territoire - François Fillon (3)
Ministre de l'Économie - Édouard Philippe (1)
Ministre de l'Économie et des Finances - Édouard Philippe (2)
Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance - Jean Castex
Gérald Darmanin

2022 -

Ministre de l'Action et des Comptes publics - Édouard Philippe (1)
- Édouard Philippe (2)
Ministre de l'Intérieur - Jean Castex
Catherine Colonna

2022 - 2024

Ministre déléguée aux Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères - Dominique de Villepin
Éric Dupond-Moretti

2022 -

Garde des Sceaux, ministre de la Justice - Jean Castex
Amélie de Montchalin

2022

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes - Édouard Philippe (2)
Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques - Jean Castex
Sébastien Lecornu

2022 -

Secrétaire d'État auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire - Édouard Philippe (2)
Ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé des Collectivités territoriales -
Ministre des Outre-mer - Jean Castex
Brigitte Bourguignon

2022

Ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l'Autonomie - Jean Castex
Olivier Dussopt

2022 - 2024

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Action et des Comptes publics - Édouard Philippe (2)
Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Comptes publics - Jean Castex
Marc Fesneau

2022 -

Ministre auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement - Édouard Philippe (2)
Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne - Jean Castex
Agnès Pannier-Runacher

2022 -

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances - Édouard Philippe (2)
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Industrie - Jean Castex
Olivier Véran

2022 - 2024

Ministre des Solidarités et de la Santé - Édouard Philippe (2)
- Jean Castex
Gabriel Attal

2022 -

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse - Édouard Philippe (2)
Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, porte-parole du Gouvernement - Jean Castex
Franck Riester

2022 -

Ministre de la Culture - Édouard Philippe (2)
Ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité - Jean Castex
Clément Beaune

2022 - 2024

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargé des Affaires européennes - Jean Castex
Olivia Grégoire

2022 -

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l'Économie sociale, solidaire et responsable - Jean Castex
Geneviève Darrieussecq

2022 - 2023

Secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées 21 juin 2017 - 3 juillet 2020 Édouard Philippe (2)
Ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants - Jean Castex
Marlène Schiappa

2022 - 2023

Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes - Édouard Philippe (1)
- Édouard Philippe (2)
Secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations -
Ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur, chargée de la Citoyenneté - Jean Castex
Sarah El Haïry

2022 -

Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, chargée de la Jeunesse et de l'Engagement - Jean Castex
Catherine Vautrin

2024 -

Secrétaire d'État à l'Intégration et à l'Égalité des chances, auprès du ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale - Jean-Pierre Raffarin (3)
Secrétaire d'État aux Personnes âgées, auprès du ministre de la Santé et de la Protection sociale -
Secrétaire d'État aux Personnes âgées, auprès du ministre des Solidarités, de la Santé et de la Famille -
Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité, auprès du ministre de l'Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement - Dominique de Villepin
Rachida Dati

2024 -

Garde des Sceaux, ministre de la Justice - François Fillon (1)
- François Fillon (2)
Nicole Belloubet

2024 -

Garde des Sceaux, ministre de la Justice - Édouard Philippe (2)

Affaires économiques et sociales

La nouvelle réforme de l’assurance-chômage est adoptée en octobre 2022. Elle prévoit de faire considérer les personnes licenciées pour abandon de poste comme démissionnaires, les privant ainsi d’indemnités chômage, et de moduler l’assurance-chômage selon la conjoncture. Ainsi, son montant sera réduit en période de faible taux de chômage et augmentera en cas de hausse du chômage. L’exécutif réfléchit par ailleurs, selon le ministre du Travail Olivier Dussopt, à baisser la durée d’indemnisation des seniors pour maintenir en activité les travailleurs de plus de 60 ans[69]. L'Assemblée nationale a été dissoute par Emmanuel Macron pour prévoir de nouvelles élections législatives anticipées, ce qui a également entraîné un gouffre, puisque tous les « grands projets santés » ont été annulés lors des élections législatives anticipées. Le projet de loi sur la fin de vie, orienté principalement vers le domaine social, est suspendu pendant que les députés échangeaient sur la question lors des débats parlementaires, jusqu'à ce que le Président de la République décide de dissoudre l'Assemblée nationale. Ainsi, ce texte de loi est aujourd'hui abandonné, alors que la seule manière de relancer les travaux parlementaires pour traiter les questions autorisant ce texte de loi est de repartir de zéro, tant que l'incertitude politique est toujours omniprésente[70].

Dette publique et note souveraine de la France

En , la dette publique de la France dépasse 3 000 milliards d’euros[71]. Emmanuel Macron renonce à faire baisser la dette sur le quinquennat[72]. En l'agence Standard & Poor'sÉlections dégrade la note souveraine de la France de « AA » à « AA- »[73]. Le , suite à la dissolution par le Président de la République de l'Assemblée Nationale, le cours du CAC40 s'est nettement dégradé, du fait que la France a un taux d'emprunt plus élevé que l'Allemagne autour de 3,20% soit un écart de plus de 0,70 %, pour la France, par rapport à l'Allemagne[74].

Environnement

Le ministre de l’Environnement autorise en octobre 2022 plusieurs techniques de chasse de l’alouette, comme les « pantes » (filets horizontaux) ou les « matoles » (cages-pièges), malgré le risque de contrevenir au droit européen et les critiques des associations de protection de l’environnement ont dénoncé des arrêtés « illégaux »[75].

« Le gouvernement fait le choix de la récidive en reprenant des arrêtés qu’il sait illégaux. Et, comme à son habitude, il les publie la veille de leur application afin de laisser tuer des milliers d’oiseaux le temps que le Conseil d’Etat se prononce sur le recours en référé que la LPO va déposer immédiatement pour demander la suspension de ces arrêtés[75]. »

Références

  1. « Quinquennat 2017-2022 : le bilan contrarié d'Emmanuel Macron », sur Les Echos, (consulté le )
  2. « 2017-2022: quel est le bilan économique d'Emmanuel Macron? », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  3. François Vignal, « Ukraine : comment expliquer l’évolution d’Emmanuel Macron face à la Russie ? », sur Public Sénat, (consulté le )
  4. (en) Reuters, « France to intensify arms delivery to help Ukraine counter-offensive », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « Guerre en Ukraine : Emmanuel Macron veut «la défaite» de la Russie, mais sans l'«écraser» », sur Le Figaro, (consulté le )
  6. « En préparant la guerre contre la Russie, Emmanuel Macron fait le jeu de Vladimir Poutine » Infoscope », sur Infoscope, (consulté le )
  7. « Voici la « lettre aux Français » d’Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle », sur Le Telegramme, (consulté le )
  8. « Présidentielle 2022 : la lettre d’Emmanuel Macron aux Français en 8 points », sur Le Messager (consulté le )
  9. « Que nous dit la « Lettre aux Français » de Macron de sa future campagne ? », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  10. « Présidentielle 2022 - Emmanuel Macron se déclare officiellement candidat dans une lettre adressée aux Français : lisez le texte intégral », sur lindependant.fr (consulté le )
  11. « RECAP. Présidentielle : duel Macron-Le Pen, McKinsey, Zemmour aux législatives... Le point à quatre jours du premier tour », sur ladepeche.fr (consulté le )
  12. Gabriel Gonot, « Présidentielles : vers un duel Macron/Zemmour, malgré les sondages ? », sur Entreprendre, (consulté le )
  13. « Macron réélu : les analyses de la presse étrangère », (consulté le )
  14. « Résultats présidentielle 2022 : pourquoi la réélection d'Emmanuel Macron est historique », sur TF1 INFO, (consulté le )
  15. « Pourquoi le second mandat d'Emmanuel Macron débute ce 14 mai », sur TF1 INFO, (consulté le )
  16. « Européennes 2024 : la campagne mémorielle d’Emmanuel Macron pour sauver sa majorité », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  17. Jean-Yves Dormagen, Stéphane Fournier & Guillaume Tricard, « Présidentielle : trois blocs et deux perdants », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  18. La Documentation française (direction), France 2024 : actualités et données clés, Paris, La Documentation française, , 163 p. (ISBN 978-2-11-157897-5, EAN 9782111578975, lire en ligne), p. 120 à 121
  19. Steve Jourdin, « De la réforme des retraites à la loi immigration en passant par les émeutes, retour sur une année électrique », sur Public Sénat, (consulté le )
  20. « Assimilés à des "factieux" par Emmanuel Macron, les manifestants contre la réforme des retraites répliquent », sur France 3 Centre-Val de Loire, (consulté le )
  21. Martin Goujon, « 4 façons dont les élections européennes pourraient remodeler la politique française », sur L'Observatoire de l'Europe, (consulté le )
  22. François Brousseau, « La solitude de Macron », sur Le Devoir, (consulté le )
  23. « DIRECT. Résultats élections européennes 2024: Macron dissout l'Assemblée, Le Pen se dit "prête à gouverner" », sur BFMTV (consulté le )
  24. « En direct, dissolution de l’Assemblée nationale : une réunion doit se tenir entre LFI, EELV, le PS et le PCF à 16 heures pour discuter d’une éventuelle union », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. « Législatives : les dangers d'une campagne éclair », sur l'Opinion, (consulté le )
  26. « Dissolution de l’Assemblée nationale : les macronistes sous le choc et la tentation du sauve-qui-peut », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. « Dissolution de l'Assemblée nationale : onde de choc et réactions après la décision d'Emmanuel Macron | LCP - Assemblée nationale », sur lcp.fr (consulté le )
  28. Cécile Vassas, « Dissolution de l'Assemblée : les députés virés, les réformes arrêtées », sur www.linternaute.com, (consulté le )
  29. Carolina CERDA-GUZMAN et Florian Savonitto, « Macron, la dissolution la plus hyperprésidentielle de la Ve République », sur Libération (consulté le )
  30. « L'éditorial du Figaro : «La dissolution hara-kiri d'Emmanuel Macron» », sur Le Figaro, (consulté le )
  31. a b et c Alexis Graillot, « Dissolution de l’Assemblée nationale : quelles conséquences parlementaires ? », sur Public Sénat, (consulté le )
  32. « Dissolution : la majorité «ne présentera pas de candidat» contre des députés sortants «faisant partie du champ républicain», selon Stéphane Séjourné », sur Europe 1, (consulté le )
  33. « Macron peut-il refuser de se faire « dicter » son Premier ministre par les législatives ? », sur Le HuffPost, (consulté le )
  34. Par Le Parisien avec AFP Le 13 juin 2024 à 19h42, « Dissolution de l’Assemblée nationale : la cote de confiance d’Emmanuel Macron chute à 24%, au plus bas depuis 2018 », sur leparisien.fr, (consulté le )
  35. Michel Fize, « La mort politique d’Emmanuel Macron », sur Revue Politique et Parlementaire, (consulté le )
  36. Rose Amélie Becel, « Législatives 2024 : à quoi faut-il s’attendre en cas de cohabitation entre Emmanuel Macron et un Premier ministre d’opposition ? », sur Public Sénat, (consulté le )
  37. « Emmanuel Macron, qui a déclenché cette dissolution pour piéger les partis, s’est piégé lui-même », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Législatives 2024 en Ariège : Renaissance, le parti d’Emmanuel Macron, ne présentera aucun candidat dans le département », sur ladepeche.fr (consulté le )
  39. « EXCLUSIF - Nicolas Sarkozy au JDD : « La dissolution constitue un risque majeur pour le pays » », sur lejdd.fr, (consulté le )
  40. « Dissolution de l’Assemblée : Nicolas Sarkozy et Lionel Jospin accablent Emmanuel Macron », sur Franceinfo, (consulté le )
  41. a et b Bertrand Mathieu, « Une démission, puis un 3ème mandat pour Emmanuel Macron ? En droit, c’est non ! », sur Le Club des Juristes, (consulté le )
  42. (en) « Macron’s bloc falls short of absolute majority, leftist coalition second, large gains for far right », sur France 24, (consulté le )
  43. (en) « Explainer: Understanding Legislative Elections in France », sur Institut Montaigne (consulté le )
  44. « Législatives : pourquoi Emmanuel Macron chiffre-t-il à "une trentaine" les députés qui lui manquent pour la majorité absolue, et non à 44 ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  45. a b c et d « Résultats Législatives 2022 : qui gagne et qui perd des sièges dans la nouvelle assemblée ? », sur Le Figaro, (consulté le )
  46. « INFOGRAPHIES. Législatives 2022 : sept graphiques pour analyser les résultats de la Nupes au second tour », sur Franceinfo, (consulté le )
  47. Mathieu Magnaudeix, « A l’Assemblée, le pouvoir installe ses têtes », sur Mediapart, (consulté le )
  48. « Infographie: Quels Premiers ministres ont le plus utilisé le 49.3 ? », sur Statista Daily Data, (consulté le )
  49. « Comment fonctionne l’article 49.3, utilisé pour la douzième fois par Elisabeth Borne ? », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. « Faites vos jeux, la saison des 49.3 ne fait que commencer à l’Assemblée », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  51. « Pourquoi l’article 49.3 est aussi impopulaire », sur Le Point, (consulté le )
  52. « Le recours au 49.3 mine-t-il la démocratie représentative ?… », sur www.pourleco.com, (consulté le )
  53. « Retraites : Elisabeth Borne recourt à l’article 49.3 pour faire adopter la réforme, l’intersyndicale annonce une neuvième journée de mobilisation jeudi 23 mars », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. « Le 49.3 sur la réforme des retraites relance la mobilisation et la crainte d’une explosion sociale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. Victor Boiteau, « A l’Assemblée les 19e et 20e motions de censure rejetées, Borne sauvée, la procédure dévitalisée », sur Libération (consulté le )
  56. Assemblée nationale, « Analyse du scrutin no 1240 - 16e législature », sur Assemblée nationale (consulté le )
  57. Public Sénat, « Résultats des élections sénatoriales : stabilité à droite, la gauche progresse, le RN remporte 3 sièges », sur Public Sénat, (consulté le )
  58. Capital avec AFP, « Sénatoriales 2023 : la secrétaire d’Etat Sonia Backès démissionne du gouvernement après sa défaite », sur Capital.fr, (consulté le )
  59. « La secrétaire d’Etat Sonia Backès, battue aux sénatoriales en Nouvelle-Calédonie, démissionne du gouvernement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. « Battue aux sénatoriales, Sonia Backès démissionne du gouvernement », sur lejdd.fr, (consulté le )
  61. « Après sa défaite aux sénatoriales, la secrétaire d'Etat à la Citoyenneté Sonia Backès démissionne », sur Les Echos, (consulté le )
  62. « Sonia Backès démissionne du gouvernement après sa défaite aux sénatoriales », sur Le Point, (consulté le )
  63. « Le Sénat, grand gagnant de la majorité relative », sur France Inter, (consulté le )
  64. « Loi « immigration » : ajouts, durcissement, censure… toutes les évolutions du texte, du projet initial à la version finale », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  65. (en) « Who is France's new Prime Minister Elisabeth Borne? », sur France 24, (consulté le )
  66. « Élisabeth Borne, de Matignon au Palais-Bourbon : un itinéraire à la fois classique et singulier | LCP - Assemblée nationale » (consulté le )
  67. Les nominations et les cessations des fonctions ont été effectuées par les décrets du 16 mai 2022, du 20 mai 2022, du 25 juin 2022, du 4 juillet 2022, du 28 novembre 2022, du 20 juillet 2023, du 10 octobre 2023, du 20 décembre 2023, du 9 janvier 2024 (décrets de cessation des fonctions et de nomination du Premier ministre), du 11 janvier 2024 et du 8 février 2024.
  68. Les nominations et les cessations des fonctions ont été effectuées par les décrets du 31 mars 2004, du 28 octobre 2004, du 29 novembre 2004, du 2 juin 2005, du 18 mai 2007, du 19 juin 2007, du 12 décembre 2007, du 23 juin 2009, du 14 novembre 2010, du 17 mai 2017, du 19 juin 2017, du 21 juin 2017, du 24 novembre 2017, du 16 octobre 2018, du 31 mars 2019, du 16 février 2020, du 3 juillet 2020, du 6 juillet 2020, du 26 juillet 2020 et du 16 mai 2022.
  69. Emilio Meslet, « Assurance-chômage. Les droits des chômeurs enterrés à l’Assemblée nationale », sur L'Humanité,
  70. « "C’est catastrophique" : les grands projets santé mis en suspens avant les législatives », sur L'Express, (consulté le )
  71. Elsa Conesa, « La dette de la France, qui dépasse 3 000 milliards d’euros, reste sous la surveillance des agences de notation », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  72. Renaud Honoré, « Emmanuel Macron renonce à faire baisser la dette sur le quinquennat », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  73. Olivier Chicheportiche, Agence France-Presse, « Finances publiques: l'agence S&P dégrade la note de la France de "AA" à "AA-" », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  74. « Législatives 2024 : CAC 40 en baisse, taux d'emprunt de la France en hausse... les marchés s'inquiètent des conséquences », sur Europe 1, (consulté le )
  75. a et b « La chasse traditionnelle de l’alouette réautorisée ; Christophe Béchu « assume » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi

Bibliographie

  • La Documentation française, France 2024: Actualités et données clés, vol. La Documentation française, Paris, DOC FRANCAISE, coll. « Économie politique », , 166 p. (ISBN 978-2111578975, lire en ligne).
  • Patrick Uwe Petit, « Emmanuel Macron, l'ascension » (ouvrage biographique), Paris, Editions du Panthéon, , 296 p. (ISBN 9782754769075, lire en ligne Accès libre).
  • Alain Duhamel, « Le Prince balafré - Emmanuel Macron et les Gaulois (très) réfractaires », Paris, Humensis, , 240 p. (ISBN 9791032920084, lire en ligne Accès libre).
  • La Documentation française (trad. du français), « 49. Quels changements sous le second quinquennat ? », dans La Documentation française (direction), France 2024: Actualités et données clés Broché – 17 janvier 2024, Paris, DOC FRANCAISE; 10e édition (17 janvier 2024), coll. « Doc' en poche », , 166 p. (ISBN 978-2-11-157897-5, EAN 9782111578975, lire en ligne), p. 120-121.
  • Valentin Behr et Sébastien Michon, Les profanes, les technos et les professionnels de la politique. Sociologie des ministres d’Emmanuel Macron, Presses Universitaires de Grenoble, , pp. 131-142 (HAL jpa-03886971, lire en ligne).
  • Ludovic Vigogne, Les sans jours : Macron : Les secrets d'un passage à vide, Bouquins, , 198 p. (ISBN 978-2-3829-2451-8).
  • Dominique Albertini et Charlotte Chaffanjon, Macron 2. Les secrets d’une réélection, L'Archipel, , 283 p., Broché (ISBN 2809844267 et 978-2809844269).
  • Olivier Mongin et Lucile Schmid, Emmanuel Macron à contretemps, Bayard, coll. « Constellations », , 250 p., Poche (ISBN 978-2-227-50039-6).
  • Attac France et Allan Barte, Macron, on fait le bilan, Paris, Les Liens Qui Liberent, coll. « Liens qui liberent », , 208 p. (ISBN 1020910909).
  • Collectif et Nathalie de Kaniv (direction), Souveraineté et solidarité, un défi européen, Les éditions du Cerf, (ISBN 9782204148351).

Articles connexes

Lien externe