Yaël Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet en 2023.
Fonctions
Présidente de l'Assemblée nationale
En fonction depuis le [1]
(1 an, 11 mois et 20 jours)
Élection
Législature XVIe (Cinquième République)
Prédécesseur Richard Ferrand
Députée française

(6 ans, 11 mois et 19 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 5e des Yvelines
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LREM (2017-2022)
RE (depuis 2022)
Prédécesseur Jacques Myard
Ministre des Outre-mer

(1 mois et 5 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Élisabeth Borne
Gouvernement Borne
Prédécesseur Sébastien Lecornu
Successeur Élisabeth Borne (intérim)
Gérald Darmanin
Présidente de la commission des Lois
de l'Assemblée nationale

(4 ans, 11 mois et 21 jours)
Élection
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Dominique Raimbourg
Successeur Sacha Houlié
Biographie
Nom de naissance Yaël Braun
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Nancy (France)
Nationalité Française
Parti politique PS (années 2000)
EM/LREM/RE (depuis 2016)
Diplômée de Université Paris-Nanterre
EFB de Paris
Université Toulouse-Capitole
Profession Avocate
Résidence Hôtel de Lassay (Paris 7e)
Site web yaelbraunpivet.fr

Signature de Yaël Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet
Ministres français des Outre-mer
Présidents de l'Assemblée nationale

Yaël Braun-Pivet, née le à Nancy (Meurthe-et-Moselle), est une avocate, militante associative et femme politique française.

Adhérente du Parti socialiste à Tokyo, elle rejoint en 2016 La République en marche, puis est élue députée dans la cinquième circonscription des Yvelines lors des élections législatives de 2017. Elle est présidente de la commission des Lois de l'Assemblée nationale durant la XVe législature, de 2017 à 2022.

En , elle est nommée ministre des Outre-mer par Emmanuel Macron dans le gouvernement Élisabeth Borne. Quelques semaines plus tard, elle est réélue députée de la cinquième circonscription des Yvelines et quitte ses fonctions ministérielles avant d'être élue présidente de l'Assemblée nationale, en . Elle est la première femme à occuper cette fonction.

Situation personnelle

Origines

Yaël Braun naît le à Nancy (Meurthe-et-Moselle) .

Elle se présente comme une descendante de « l'immigration slave, juive polonaise et juive allemande, avec des grands-parents entrés en France avec des visas touristiques et une valise, dans les années 1930 »[2]. Libération indique qu'elle n'est « ni pratiquante ni croyante » et qu'elle « célèbre en famille les fêtes juives, comme le faisait son père […] et surtout son grand-père, tailleur juif polonais qui, fuyant l'antisémitisme, s'est réfugié à Nancy dans les années 30 » pour échapper aux nazis[3],[4]. Après la guerre, il est médaillé de la Résistance[5].

Son père est cadre dans une entreprise publicitaire[6] et sa mère, qui a grandi à la Direction départementale des Affaires sanitaires et sociales (DDASS), a obtenu un diplôme de sténodactylographe à 16 ans[5]. Le couple a deux enfants, un garçon et une fille[5].

Sa famille quitte Nancy pour s'installer au gré des mutations professionnelles de son père. À la table familiale de son enfance, les débats politiques sont fréquents[5].

Vie privée

Elle est mariée à Vianney Pivet, cadre supérieur chez L'Oréal. Ils ont cinq enfants et, en 2017, résident au Vésinet[7].

Carrière professionnelle

Après des études à la faculté de droit à Nanterre (Paris X), elle est d'abord avocate en droit pénal au barreau de Paris puis au barreau des Hauts-de-Seine jusqu'en 2003[7] : elle exerce sept ans, d'abord en tant qu'avocate en droit pénal dans le cabinet d'avocat d'Hervé Temime[8], puis dans son propre cabinet avec deux associés à Neuilly-sur-Seine[9].

De 2003 à 2012, le couple s'expatrie, avec ses enfants, en Asie (Taïwan, Japon), puis au Portugal[5],[7].

À son retour en France courant 2012, elle obtient un master 2 « droit des affaires et juriste d'entreprise » puis crée une start-up spécialisée dans les courts séjours en chambre d'hôtes avant de s'orienter vers l'engagement bénévole[7],[5].

Engagement associatif

Elle dirige la cellule départementale d'accès aux droits et à la justice en novembre 2014, où elle crée des consultations gratuites d'avocats et donne elle-même des conseils juridiques à ceux qui en ont besoin[5]. Résidant dans les Yvelines depuis 2012, elle s'y engage dans Les Restaurants du Cœur en 2014, dirige bénévolement l'antenne de Chanteloup-les-Vignes en 2015, puis dirige la création du centre d'accueil de Sartrouville, où elle dirige une équipe d'une centaine de bénévoles[2]. Membre du conseil d'administration des Restos du Cœur des Yvelines, elle devient en septembre 2016 la responsable nationale du déploiement de l'activité « accès à la justice »[10],[7].

Elle démissionne de ses fonctions bénévoles après son élection comme députée, en 2017[11].

Parcours politique

Débuts

Yaël Braun-Pivet est trésorière de la section du Parti socialiste (PS) à Tokyo dans les années 2000[9]. Après avoir « toujours voté PS »[12], elle adhère à l'automne 2016 à En marche[9], parti dans lequel elle dit avoir « retrouvé toutes [ses] idées profondes en termes de dépassement des clivages politiques et de pragmatisme »[11], convaincue par la position modérée d'Emmanuel Macron sur le projet de réforme de la déchéance de nationalité[8].

Députée et présidente de la commission des Lois

Élection

Le , lors du second tour des élections législatives, elle devance le député sortant Jacques Myard et est élue députée avec 58,99 % des voix[13]. Le , elle est élue présidente de la commission des Lois de la XVe législature, une des huit commissions permanentes de l'Assemblée nationale[14] face à l'ex-PRG Alain Tourret[15].

Le Monde affirme que « son parcours tranche quand l’usage voulait que la fonction soit réservée à des députés expérimentés » et que « la volonté de parité n’est pas étrangère » à son élection[12]. D'après L'Obs, elle « n'avait pourtant pas les faveurs de l'Élysée »[9]. Elle déclare à ce sujet : « Je n'avais de relations spéciales avec personne, j'ai présenté mon parcours et été élue. Pour une fois, ce n'est ni un ami, ni un « pressenti » et je trouve ça bien ! »[9]. Elle devient la première femme[16] à accéder à cette fonction après une première élection à l'Assemblée nationale[3], et la deuxième à accéder à la présidence de cette commission sous la Cinquième République, vingt ans après Catherine Tasca[12]. Réagissant à ce précédent, elle souligne que cette dernière « était une ancienne ministre » et « avait donc déjà une stature politique », et juge ainsi « inédit d'avoir une inconnue à cette fonction-là »[17].

Présidence et méthode de travail

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Yaël Braun-Pivet sur les bancs de l'hémicycle de l'Assemblée, en 2017.

Alors que le début de sa présidence commence par une série de maladresses ou d'accusations voire de moqueries[18], et que l'opposition critique globalement l'attitude du groupe La République en marche dans les débats de la commission[12],[19], son travail est finalement salué par l'ensemble des groupes parlementaires[20],[3]. Elle est notamment à l'origine de plusieurs visites de terrain (prisons, centres de rétention administrative) par les députés membres de la commission, simultanées et dans toute la France, qu'elle qualifie d'« emblématique d'une volonté nouvelle d'aborder les politiques publiques sur la base de contrôles exercés sur le terrain »[21]. En juin 2018, l'AFP estime qu'elle « incarne depuis un an le "renouvellement" à l'Assemblée, par son style et son approche de terrain, mais son poids politique reste questionné »[2]. L'AFP comme Le Monde la présentent comme une présidente « atypique »[2],[22]. En janvier 2022, Libération estime qu'à l'Assemblée nationale, elle « a fini par convaincre de sa compétence, y compris dans l'opposition », et l'on salue également sa sympathie et sa bienveillance[3]. Dans le même temps, Le Figaro évoque son « retour en grâce », estime qu'elle « s'est révélée une bûcheuse acharnée » et que « son engagement dans le suivi des textes anti-Covid lui a permis de se rendre incontournable à l'Assemblée nationale »[23].

Le quotidien Libération relève qu'« elle n'hésite pas […] à s'écarter des positions du gouvernement : on l'a vue protester contre la « commission » d'experts censée procéder à la réécriture de l'article 24 de la loi sécurité globale et elle était à la manœuvre, avec l'opposition, pour exempter les 12-15 ans du passe vaccinal »[3].

En septembre 2018, après la nomination de François de Rugy au gouvernement, elle se porte candidate à la présidence de l'Assemblée nationale[24] mais se désiste ensuite pour soutenir Richard Ferrand qu'elle avait pourtant critiqué quelques heures avant ce revirement[25]. Des proches de Richard Ferrand lui auraient signifié qu'elle serait « purgée » de la présidence de la commission des Lois si elle maintenait sa candidature[26].

En juillet 2019, à l'occasion de la remise en jeu des postes au sein du groupe LREM, elle est reconduite à la présidence de la commission contre Laetitia Avia au second tour de scrutin[27].

Activité parlementaire

Projet de loi organique rétablissant la confiance dans l'action publique

Yaël Braun-Pivet est rapporteure du projet de loi organique pour la confiance dans la vie politique, « un texte qu'elle défendait ardemment avant même d'accéder » à la présidence de la commission[12]. À son initiative, la commission adopte, le , avec le soutien du gouvernement, un amendement au texte, visant à durcir le régime des sanctions applicable aux parlementaires touchant illégalement des indemnités dans des entreprises publiques ou des autorités administratives, alors que Mediapart relève de nombreuses situations de ce type[28]. Le Journal du dimanche la classe alors parmi « les 10 députés qui vont peser dans le quinquennat »[29].

Prisons

Yaël Braun-Pivet indique avoir choisi de faire de la question des prisons un axe important de son mandat[30]. Le , une trentaine de députés membres de la commission des Lois, issus de différents groupes politiques, se sont rendus, à son initiative, dans des établissements pénitentiaires dans toute la France[31], afin d'étudier de près la situation carcérale française. Dans le prolongement de ces visites, quatre groupes de travail ont été créés au sein de la commission des Lois et confiés aux membres du bureau. Ces groupes ont émis des recommandations concernant la prise en charge des détenus présentant des troubles psychiatriques, la diversification des conditions de détention par le recours aux établissements ouverts, l'activité en détention, et le lien avec le tissu économique local dans une perspective de réinsertion[32].

Présidant le groupe sur la diversification des conditions de détention, Yaël Braun-Pivet s'est personnellement investie pour le développement de centres pénitentiaires de réinsertion, modèle français de prisons à sécurité allégée (dites « ouvertes »), défendant l'idée qu'« on ne peut pas calquer tout le régime de détention sur les profils les plus dangereux »[33]. La députée s'est rendue à la prison ouverte de Horserod au Danemark[34], ainsi qu'au centre de détention de Casabianda-Aléria en Corse[35], afin d'étudier le fonctionnement de ces établissements. Elle dit y avoir constaté de nombreux avantages : « coûts de construction et de fonctionnement moins élevés que pour une prison classique (sic) », « détenus davantage responsabilisés », « activité obligatoire », « rapports entre les détenus ou avec les surveillants apaisés », « conditions de détention infiniment meilleures que dans nos maisons d'arrêt surpeuplées »[33].

Le , Nicole Belloubet, garde des Sceaux et ministre de la Justice, a annoncé le souhait du gouvernement qu'une quinzaine d'établissements de ce type puissent être ouverts au cours du quinquennat, selon des modalités qui seront définies sur la base des recommandations faites par la commission des Lois[36]. Dans son rapport, Yaël Braun-Pivet propose de construire dix-huit « centres pénitentiaires de réinsertion » (CPR) de 150 places maximum chacun, soit 2 700 nouvelles places en milieu ouvert. Elle souhaite y ajouter les treize entités présentes sur le territoire aujourd'hui, destinées aux peines courtes ou aménagées, classées en QPS (quartier de préparation à la sortie), QPA (quartiers pour peines aménagées) ou QNC (quartiers nouveau concept). Au total, 3 300 places de prison en milieu ouvert pourraient être créées, à destination essentiellement des détenus qui purgent une courte peine de moins de deux ans, sauf les plus dangereux qui auraient, par exemple, commis des violences volontaires. Tous feraient l'objet d'une évaluation individuelle renforcée avant leur entrée dans un CPR[37].

Proposition de loi sur les mesures de sûreté

En 2020, elle dépose, avec Raphaël Gauvain, une proposition de loi visant à instaurer des mesures de sûreté pour les terroristes sortant de prison[38]. Celle-ci prévoit une forme d'assignation à résidence pour des personnes sortant de prison après avoir purgé leur peine, à travers des mesures telles qu'un suivi par le service pénitentiaire d'insertion et de probation, des obligations de pointage dans un commissariat, le port de bracelet électronique, l'interdiction de quitter le territoire ou de paraître dans certaines communes ou catégories de lieux, l'obligation de déclarer son emploi et son domicile et de ne pouvoir en changer qu'avec l'autorisation préalable du juge ; ces mesures pouvant durer jusqu'à 10 ans au plan délictuel et 20 ans au plan criminel[39],[38],[40]. De telles mesures étaient réclamées de longue date par une partie de la droite et par le parquet national antiterroriste. Le texte est soutenu par le gouvernement[40], tandis que des défenseurs des libertés publiques et le Conseil national des barreaux contestent le texte, qui instaure selon eux une « peine après la peine » ; la Commission nationale consultative des droits de l'homme met en cause un dispositif disproportionné[39],[38],[40]. Consulté en amont, le Conseil d’État considère que ces mesures de restrictions de libertés n’apportent aucune garantie en matière de prévention de la récidive terroriste et préconise que leur durée ne puisse excéder cinq ans[40]. Le Conseil constitutionnel censure l'essentiel du texte[41] qui n'aboutit qu'à une modification mineure de l'article 421-8 du Code pénal. Il indique néanmoins que les mesures proposées relèvent bien de mesures de sûreté et ouvre la porte à un texte de remplacement en indiquant la voie à suivre[42].

Réforme des institutions

Le , Yaël Braun-Pivet est nommée rapporteure du projet de loi constitutionnelle « pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », aux côtés de Marc Fesneau, président du groupe MoDem à l'Assemblée nationale. Elle est responsable du volet institutionnel du projet de loi (réforme du Conseil supérieur de la magistrature, suppression de la Cour de justice de la République, des membres de droit (anciens présidents de la République) du Conseil constitutionnel et baisse du nombre de députés pour la saisine du Conseil constitutionnel, inscription du climat dans la Constitution)[43].

Commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Benalla

À partir du 23 juillet 2018, Yaël Braun-Pivet assure la présidence de la commission d'enquête parlementaire sur l’affaire Benalla, du nom du chargé de mission d’Emmanuel Macron[44],[45],[46]. Elle est très critiquée par l'opposition et sur les réseaux sociaux pour son manque d'impartialité supposé[47],[48]. Dès le 28 juillet, elle estime ses travaux d'investigation terminés[47]. Pour Le Monde, elle est l'une des principaux « perdants » de la crise née de l'affaire Benalla : selon le quotidien, « en tant que corapporteur [de la commission d'enquête], elle a eu le plus mauvais rôle, celui de questionner l'action de l'exécutif alors que la Macronie vivait sa première crise politique ; pendant dix jours, elle a été la cible répétée des critiques de l'opposition qui lui ont reproché d'être aux ordres de l'Élysée ». Le journal indique qu'après avoir « gagné le respect des oppositions en cherchant le consensus lors des travaux de sa commission », elle a révélé « un autre visage […] parce qu'elle refusait d'auditionner Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Élysée »[49].

Notamment, dans le contexte de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla, elle reçoit des dizaines de messages injurieux ou menaçants sur les réseaux sociaux, et dépose plainte pour injures sexistes et menaces à caractère antisémite[50].

Le 1er janvier 2019, Yaël Braun-Pivet oppose une fin de non-recevoir à une demande de réouverture de la commission d'enquête faisant suite à de nouveaux éléments mentionnés dans les médias, à savoir la poursuite de l'utilisation par Alexandre Benalla de deux passeports diplomatiques et de supposés liens professionnels persistants entre ce dernier et le président de la République[51],[52].

Conseillère municipale du Vésinet

Candidate lors des élections municipales de 2020, en 16e position sur la liste de Bruno Coradetti (investi par LREM) au Vésinet, elle est élue conseillère municipale[53],[54].

Éphémère ministre des Outre-mer

Alors présidente de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, elle s'est fréquemment déplacée en Outre-mer tout en ayant été rapporteure d'une mission d'information sur l'avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie[55],[56].

Le , elle est nommée ministre des Outre-mer par Emmanuel Macron dans le gouvernement d'Élisabeth Borne. À ce poste, elle succède à Sébastien Lecornu[57]. Sa nomination surprend puisqu'elle était plutôt pressentie pour occuper un autre ministère[55]. D'après des journalistes de la rédaction d'Europe 1, Richard Ferrand aurait directement « poussé » le président de la République à la nommer ministre pour la dissuader de briguer ensuite le perchoir de l'Assemblée nationale, à l'approche des élections législatives[58].

Trois jours après sa nomination, lors d'une cérémonie d'hommage, elle s'engage à faire construire un mémorial en l'honneur des victimes de l'esclavage[59].

Le , après avoir été réélue députée dans sa circonscription, elle quitte le gouvernement pour présenter sa candidature à la présidence de l'Assemblée nationale. La Première ministre Élisabeth Borne récupère alors par intérim les fonctions de ministre des Outre-mer[60]. Plusieurs élus ultramarins déplorent une « attitude brutale » et font part de leur « déception » quant au faible intérêt que susciterait ce portefeuille ministériel[61].

Élections législatives de 2022

Yaël Braun-Pivet se représente aux élections de juin 2022, dans la cinquième circonscription des Yvelines. L'Élysée annonce que les ministres battus dans leur circonscription devront quitter le gouvernement[62].

Après sa réélection avec 64,6 % des voix, elle explique être prête à travailler « avec tous ceux qui veulent avancer avec nous », y compris le Rassemblement national : « C'est cela la beauté de la démocratie. Au Parlement lorsque l'on vote des textes, nous ne sommes pas nécessairement tenus par nos groupes »[63].

Présidente de l'Assemblée nationale

Quatre ans après sa première tentative, Yaël Braun-Pivet se porte de nouveau candidate à la présidence de l'Assemblée nationale dans les jours qui suivent les élections législatives de .

Ses chances de succès sont augmentées quand le président sortant, Richard Ferrand, qui souhaitait conserver son poste, perd son mandat de député, car battu dans la sixième circonscription du Finistère.

Le , elle remporte le second tour d'une primaire ouverte aux groupes de l'alliance présidentielle par 105 voix contre 85 pour son collègue Roland Lescure[64]. Après avoir devancé quatre concurrents lors du premier tour, elle est élue présidente de l'Assemblée nationale à l'issue du second tour avec 242 voix sur 462 suffrages exprimés. L'abstention des députés du Rassemblement national après le retrait de leur candidat lors de l'entre-deux-tours est perçue comme un facteur de sa victoire[65]. Yaël Braun-Pivet devient ainsi la première femme appelée à présider la chambre basse du Parlement français[66],[67].

En , après ses premier mois au perchoir du palais Bourbon, France Télévisions cite des sources de la majorité affirmant qu'elle entretiendrait des relations froides avec les proches du président de la République, mais qu'elle a gagné le respect des groupes d'opposition pour sa conduite des débats[68].

En , après avoir refusé de convoquer un bureau de l'Assemblée nationale pour statuer sur la recevabilité de la proposition de loi d’abrogation de la retraite à 64 ans, elle décide finalement d'endosser seule la responsabilité d’utiliser l'article 40 de la Constitution. Sa décision est immédiatement dénoncée par une grande partie des oppositions, qui lui reprochent d'avoir suivi les consignes de l'Élysée[69].

Le même mois, elle se fait épingler par la HATVP pour avoir omis plus de 40 000 euros d'actions dans des sociétés comme TotalEnergies, BNP Paribas ou encore LVMH dans sa déclaration d'intérêts, effectuée en 2022[70].

Début 2024, le site Médiapart publie un article notant un usage intensif de sa part des sanctions, l'opposition de gauche étant particulièrement ciblée. Elle détient ainsi le record de sanctions prises à l'encontre des députés de l'opposition, ayant, en son seul mandat, dépassé le cumul total des sanctions décrétées par l'ensemble de ses prédécesseurs[71]. Son groupe parlementaire d'origine, lui, est globalement épargné. Questionnée à ce sujet dans l'article, Yaël Braun-Pivet affirme son intention de continuer à pratiquer les sanctions de manière intensive. L'opposition s'inquiète d'une pratique visant à « réduire la liberté d'expression des parlementaires », citant à l'appui d'autres périodes de l'histoire où les débats ont été agités à l'Assemblée, sans que la présidence de ces époques ne prenne particulièrement de sanctions[71].

Le , elle est la première femme à présider un Congrès du Parlement français à Versailles, à l'occasion de l'inscription du droit à l'IVG dans la Constitution[72].

Le 28 mai 2024, elle a suspendu la session des questions au gouvernement après que le député insoumis Sébastien Delogu ait brandi un drapeau palestinien et demandé contre lui la sanction « la plus sévère qui puisse être prononcée à l’encontre d’un ou d’une députée », une exclusion de deux semaines, en invoquant les « manifestations troublant l’ordre ou une scène tumultueuse », cas prévus par l'article 70 du règlement intérieur pour cette sanction[73].

Cette sanction, la plus forte pouvant être donnée, est vivement critiquée et jugée disproportionnée par le groupe de La France insoumise, mais aussi par Olivier Faure et Valérie Rabault, du Parti socialiste. Naïma Moutchou, vice-présidente Horizons de l’Assemblée, juge également cette sanction trop sévère[74]. Le député saisit la Cour européenne des droits de l'homme deux jours plus tard[75].

Élections législatives de 2024

Yaël Braun-Pivet se montre critique de la décision d'Emmanuel Macron de dissoudre l'Assemblée nationale le 9 juin 2024. Selon elle, l'Assemblée fonctionnait malgré la majorité relative des soutiens du gouvernement[76]. La présidente Braun-Pivet estime qu'un « autre chemin » était possible, passant notamment par plus de coopération « avec LR, avec les socialistes, avec les écologistes »[77].

Victime d'antisémitisme

Elle est régulièrement la cible d'injures et menaces sexistes et antisémites d'anonymes, notamment en 2018, en marge de l'affaire Benalla[50],[78],[79], ou en 2021, dans le contexte des débats sur la politique sanitaire française[50]. Face à ces attaques, « Twitter France refuse de répondre aux demandes des services de police judiciaire chargés de l’enquête » de 2018[80] mais Yaël Braun-Pivet reçoit à toutes ces occasions le soutien de la classe politique[3],[81]. Ces menaces et ces insultes, se sont renouvelées puis amplifiées lors du débat parlementaire portant sur la réforme des retraites de 2023[82].

Détail des mandats et fonctions

Au gouvernement

À l’Assemblée nationale

Au niveau local

Synthèse des résultats électoraux

Présidence de l'Assemblée nationale

Année Parti 1er tour 2d tour Issue Adversaires
Voix % Rang Voix % Rang
[83] LREM 238 42,35 1re 242 52,38 1re Élue

Élections législatives

Année Parti Circonscription 1er tour 2d tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
2017[84] LREM 5e des Yvelines 18 299 47,15 1re 19 684 58,99 1re Élue
2022[85] 14 483 36,59 1re 23 336 64,62 1re Élue

Décorations

Notes et références

  1. (fr) En cas de dissolution, le Président et les questeurs assument les pouvoirs d’administration générale du Bureau jusqu’à l’entrée en fonctions de la nouvelle Assemblée.
  2. a b c et d « Yaël Braun-Pivet, atypique présidente d'une commission phare à l'Assemblée », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  3. a b c d e et f Alain Auffray, « Yaël Braun-Pivet, elle revient de lois », sur liberation.fr, (consulté le ).
  4. « Eric Zemmour est entouré de personnes "clairement antisémites", selon Yaël Braun-Pivet qui se dit "très inquiète" », sur France Info, (consulté le ).
  5. a b c d e f et g Claudine Douillet, « Yaël Braun-Pivet : ce que j'ai conservé de ma culture juive », sur alliancefr.com, (consulté le ).
  6. « Yaël Braun-Pivet : "Je ne m’étais pas lancée dans la politique pour recevoir des coups" », sur lenouveleconomiste.fr, (consulté le ).
  7. a b c d et e David Goudey, « Yaël Braun-Pivet, des "Restos du Cœur" aux bancs de l'Assemblée nationale », sur 78actu.fr, (consulté le ).
  8. a et b Capucine Coquand, « Yaël Braun-Pivet : un itinéraire hors norme », Décideurs Magazine,‎ (lire en ligne).
  9. a b c d et e Diane Malosse, « 10 choses à savoir sur Yaël Braun-Pivet, novice à l'Assemblée », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le ).
  10. A.B., « Avocate, bénévole aux Restos du cœur… qui est la nouvelle présidente de l'Assemblée nationale ? », sur leprogres.fr, (consulté le ).
  11. a et b « Yaël Braun-Pivet : « Je veux porter la voix des personnes les plus démunies à l'Assemblée », sur Affiches Parisiennes.com, (consulté le ).
  12. a b c d et e Manon Rescan, « Les débuts difficiles des LRM à la commission des lois », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  13. Élections législatives 2017 : Yvelines (78) - 5e circonscription.
  14. « Le "perchoir" et tous les postes REM seront remis en jeu à mi-mandat dit Ferrand » Le Point, 27 juin 2017.
  15. Étienne Baldit, « Pas élu président de la commission des Lois, Alain Tourret (LREM) refuse d'y siéger », sur europe1.fr, (consulté le ).
  16. « Assemblée nationale: Yaël Braun-Pivet, première de séances », sur liberation.fr, .
  17. « Dans le bureau de... Yaël Braun-Pivet », Marie Claire, no 793,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Le Canard enchaîné accuse alors l'avocate pénaliste de ne pas savoir différencier une loi d'un décret. Lire en ligne.
  19. « Matignon catastrophé par l'amateurisme d'une députée En Marche », sur Valeurs actuelles, (consulté le ).
  20. Jannick Alimi, « Cacophonie à l'Assemblée nationale », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « Une vingtaine de députés s'invitent en simultané dans la "misère" des prisons françaises », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Manon Rescan et Jean-Baptiste Jacquin, « Yaël Braun-Pivet, députée appréciée, mais présidente désavouée », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  23. Loris Boichot, « Yaël Braun-Pivet, le retour en grâce d'une opiniâtre à l'Assemblée nationale », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  24. Geoffroy Clavel, « Richard Ferrand en lice pour devenir président de l'Assemblée nationale après le départ de Rugy », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  25. « Qui succédera à François de Rugy à la présidence de l'Assemblée nationale ? », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  26. « Présidence de l'Assemblée : après avoir étrillé Ferrand, Braun-Pivet se retire pour le soutenir », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Clément Pétreault et Erwan Bruckert, « Renouvellement des postes à l'Assemblée : tout ça pour ça ! », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  28. Laurent Mauduit, « Indemnités : l'Assemblée menace les parlementaires hors-la-loi », sur Mediapart, (consulté le ).
  29. David Revault d'Allonnes et Christine Ollivier, « Les 10 députés qui vont peser dans le quinquennat », sur lejdd.fr, (consulté le ).
  30. « L'Assemblée nationale se mobilise contre la surpopulation en prison », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  31. Corinne Audouin, « Visites surprises des députés en prison », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Groupes de travail sur les conditions de détention en France - Groupes de travail », sur assemblee-nationale.fr (consulté le ).
  33. a et b « La députée qui veut développer les prisons sans barreaux », leparisien.fr,‎ 2018-02-08cet18:59:41+01:00 (lire en ligne, consulté le ).
  34. « Les prisons ouvertes danoises, un modèle à étudier ? », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. « La députée LREM Yaël Braun-Pivet appelle à "réinventer" le système carcéral », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Nicole Belloubet envisage "une quinzaine" de prisons ouvertes pour les détenus en fin de peine », sur europe1.fr (consulté le ).
  37. « Des prisons de plus en plus "ouvertes" pour favoriser la réinsertion ? », LCP Assemblée nationale (consulté le ).
  38. a b et c « Loi sur la sûreté antiterroriste : les sénateurs PS saisissent le Conseil constitutionnel », sur Public Sénat.fr, (consulté le ).
  39. a et b Arthur Berdah, « Mesures de sûreté pour les terroristes sortant de prison : Richard Ferrand saisit le Conseil Constitutionnel », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  40. a b c et d Jean-Baptiste Jacquin, « Le Conseil constitutionnel saisi de la loi sur la sûreté antiterroriste », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  41. Jean-Baptiste Jacquin, « Le Conseil constitutionnel censure la loi de sûreté contre les ex-détenus terroristes », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  42. « Terroristes sortant de prison : une censure et un nouveau texte ? - Administratif », sur dalloz-actualite.fr (consulté le ).
  43. « Le casting très politique de la réforme des institutions à l’Assemblée », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  44. « AN audition gal Eric Bio-farina », sur lcp.fr, (consulté le ).
  45. « Yaël Braun-Pivet sous le feu des tensions », sur liberation.fr, (consulté le ).
  46. « La commission d’enquête sur l'affaire Benalla se déchire à l'Assemblée nationale », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  47. a et b « Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission d'enquête parlementaire : "aucune raison d'auditionner Christophe Castaner" », sur Le Journal du dimanche (consulté le ).
  48. Bahar MAKOOI, « L'affaire Benalla déclenche un déferlement de haine sur les réseaux sociaux », sur France24.com, .
  49. Virginie Malingre, Manon Rescan et Olivier Faye, « Benalla : du Parlement au gouvernement, les gagnants et les perdants de la crise », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  50. a b et c « Antisémitisme : la députée LREM Yaël Braun-Pivet visée par des menaces et injures », sur Franceinfo, (consulté le ).
  51. « Benalla: Yaël Braun-Pivet (LREM) rejette une nouvelle commission d'enquête à l'Assemblée », sur Le Point, (consulté le ).
  52. Fabrice Arfi, « Alexandre Benalla affirme échanger très régulièrement avec Emmanuel Macron », sur Mediapart (consulté le ).
  53. « Yaël Braun-Pivet, candidate au Vésinet : « Quand on sollicite un mandat, la moindre des choses, c'est de l'exercer » », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  54. Maxime Pimont, « Yvelines. Yaël Braun-Pivet élue députée de l'année 2021 », sur actu.fr, (consulté le ).
  55. a et b « Qui est Yaël Braun-Pivet la nouvelle ministre des Outre-mer ? », sur Outre-mer la 1ère, (consulté le ).
  56. « Gouvernement Borne : Yaël Braun-Pivet, une députée influente aux Outre-mer », sur LaProvence.com, (consulté le ).
  57. Hugues Garnier, « Remaniement : Yaël Braun-Pivet nommée ministre des Outre-mer », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  58. « Sauf surprise, Yaël Braun-Pivet prendra la présidence de l'Assemblée nationale », sur Europe 1, (consulté le ).
  59. « Yaël Braun-Pivet s'engage pour un mémorial des victimes de l'esclavage », sur Outre-mer la 1ère, (consulté le ).
  60. « Décret du 25 juin 2022 relatif à la composition du Gouvernement », sur legifrance.gouv.fr, .
  61. « Yaël Braun-Pivet préfère le perchoir aux Outre-mer, des députés dénoncent "une attitude brutale" », sur Outre-mer la 1ère, (consulté le ).
  62. « Législatives : les ministres battus devront démissionner », sur Le Point, (consulté le ).
  63. Huffington post Face au RN, LREM et le jeu risqué de la banalisation.
  64. Jean-Baptiste Daoulas, « Majorité : Yaël Braun-Pivet probable future présidente de l’Assemblée nationale », sur Libération, (consulté le ).
  65. Mikaël Libert, « Yaël Braun-Pivet élue présidente de l’Assemblée grâce au RN ? Pas si simple », sur 20 Minutes, (consulté le ).
  66. Claire Tervé, « Yaël Braun-Pivet devient la première femme présidente de l'Assemblée nationale », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  67. Jean-Baptiste Daoulas et Laure Equy, « En politique, les femmes prennent du grade mais restent sur leurs gardes », sur Libération, (consulté le ).
  68. Margaux Duguet, « Respectée des oppositions, critiquée en interne... Yaël Braun-Pivet, une présidente de l'Assemblée nationale sur une ligne de crête », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  69. Wally Bordas, « Assemblée nationale: Yaël Braun-Pivet, une présidente affaiblie? », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  70. « Déclarations d’intérêts des députés : beaucoup d’erreurs, mais pas d’infractions substantielles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  71. a et b « À l’Assemblée, la sanctionnite aiguë de Yaël Braun-Pivet irrite l’hémicycle », mediapart.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. Raphaël Marchal, « IVG dans la Constitution : lieu, histoire, déroulement… Tout savoir sur le Congrès de Versailles », sur LCP, (consulté le ).
  73. "Député exclu après avoir brandi le drapeau palestinien : 4 questions sur les sanctions à l’Assemblée". Article par Juliette MARIE et Erwan ALIX dans Ouest-France le 29 mai 2024 [1]
  74. Chez Pol, « Exclusion temporaire d’un député LFI pour avoir brandi un drapeau palestinien : une sanction disproportionnée pour la députée Horizons Naïma Moutchou », sur Libération, (consulté le ).
  75. Hugo Septier, « Drapeau palestinien brandi à l'Assemblée: Sebastien Delogu saisit la CEDH après sa sanction », sur BFMTV, (consulté le ).
  76. « Voilà, voilà », sur Politico, (consulté le )
  77. « Dissolution de l’Assemblée nationale : des candidatures uniques à gauche, conférence de presse d’Emmanuel Macron dans l’après-midi », sur Le Monde, (consulté le )
  78. Sébastien Birden, « Yvelines : la députée LREM Yaël Braun-Pivet visée par des insultes antisémites », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  79. Juliette Hochberg, « La députée Yaël Braun-Pivet insultée et menacée sur les réseaux sociaux », sur Marie Claire (consulté le ).
  80. « Injures antisémites: Braun-Pivet dénonce « l’absence de coopération » de Twitter », sur fr.timesofisrael.com (consulté le ).
  81. « Antisémitisme : menacée, Yaël Braun-Pivet porte plainte et reçoit un soutien unanime de la classe politique », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  82. Lou Syrah, « « Juive, ton heure approche » : à l’Assemblée nationale, la présidente et les antisémites », sur Mediapart (consulté le )
  83. « Séance du mardi 28 juin 2022 », sur assemblee-nationale.fr, (consulté le ).
  84. « Résultats des élections législatives 2017 : Yvelines (78) – 5e circonscription », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  85. « Élections législatives 2022 : Yvelines (78) – 5e circonscription », sur resultats-elections.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  86. (en) « Ruslan Stefanchuk: I heard that France will stand side by side with Ukraine until the last russian soldier leaves Ukraine ».

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes