Guadeloupe

Guadeloupe
Guadeloupe
Logotype régional.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Statut Département et région d'outre-mer
Chef-lieu Basse-Terre
Arrondissements Basse-Terre
Pointe-à-Pitre
Cantons 21
Communes 32
Intercommunalités 6
Conseil régional Conseil régional de la Guadeloupe
Président Ary Chalus (REM)
2015-2021
Conseil départemental Conseil départemental de la Guadeloupe
Présidente Josette Borel-Lincertin (PS)
2015-2021
Préfet Alexandre Rochatte[1]
Démographie
Gentilé Guadeloupéen, Guadeloupéenne
Population 387 629 hab. (2018)
Densité 238 hab./km2
Langues
locales
Français, Créole guadeloupéen
Géographie
Coordonnées 16° nord, 62° ouest
Superficie 1 628,43 km2
Divers
Monnaie Euro
Fuseau horaire UTC−04:00
Domaine internet .gp et .fr
Indicatif téléphonique +590
Code ISO 3166-1 GLP, GP
Localisation
Localisation de Guadeloupe
Liens
Site web www.cg971.fr
La Guadeloupe, Colonie de la France aux Amériques, Bibliothèque de Toulouse, 1854.

La Guadeloupe (en créole guadeloupéen : Gwadloup[2]) est un archipel des Caraïbes constitué de sept îles, formant une région et un département d'outre-mer français. La partie principale (Karukera en langues amérindiennes[3]) en forme de papillon est composée de deux îles : la Grande-Terre à l'est et la Basse-Terre à l'ouest, séparées par un bras de mer, appelé « la Rivière-Salée ».

Administrativement, la Guadeloupe est un département français, une région mono-départementale de l'Outre-mer français et une région ultrapériphérique européenne, des Antilles françaises ; son code départemental officiel est le « 971 ». Elle est membre de l’Organisation des États de la Caraïbe orientale (OECS).

La Guadeloupe, bordée par la mer des Caraïbes à l'ouest et par l'océan Atlantique à l’est, est située à 575 km au nord des côtes du Venezuela en Amérique du Sud, à 205 km à l'est de l'Île de Aves, à 739 km à l'est-sud-est de la République dominicaine, à 2 176 km à l'est-sud-est de Miami (États-Unis) et à 6 732 km de Paris.

La région se compose de plusieurs îles et îlets : la Guadeloupe proprement dite (la Grande-Terre et la Basse-Terre) et ses dépendances : l’île de Marie-Galante, l'archipel des Saintes composé principalement de Terre-de-Haut et Terre-de-Bas, la Désirade et des ilets inhabités.

Toponymie

Historiquement, la Basse-Terre est d'abord nommée « Karukera » (« île aux belles eaux », en langue caraïbe[4]) par les Amérindiens qui l'habitent et la Grande-Terre, « Cibuqueira » (« île aux gommiers », en langue caraïbe)[5]. La Rivière Salée, bras de mer qui les sépare coupant la Guadeloupe en deux, était appelée « Aboukétoutou » qui signifiait « détroit ». Christophe Colomb y aborde le et lui attribue le nom de Guadeloupe en hommage à la Vierge protectrice des navigateurs Notre-Dame de Guadalupe. En Espagne, à Guadalupe, le Monastère royal de Santa María de Guadalupe est dédié à la Vierge des navigateurs. Le nom de Guadalupe viendrait du nom de la rivière qui coule dans cette ville, en arabe wadi-al-lub, qui signifie la « rivière aux cailloux noirs[6] » ou, selon une déformation signalée par Ana Castillo, « rivière de l'amour »[7].

On doit aux agences de voyage la périphrase « l'île papillon » inspirée par la forme des deux îles principales.

Géographie

Localisation, frontières et espaces maritimes

La Guadeloupe est un territoire de l'hémisphère nord situé dans l'archipel des Caraïbes (ou Antilles), entre le tropique du Cancer et l'équateur. Elle fait partie des îles du Vent (par opposition aux îles Sous-le-Vent proches du Venezuela). Elle est positionnée à 16°15' de latitude Nord, soit la même latitude que la Thaïlande ou le Honduras, et à 61°35' de longitude Ouest, à peu près celle du Labrador et des îles Malouines.

Le territoire guadeloupéen partage des frontières maritimes avec le territoire britannique d'outre-mer de Montserrat, l'état d'Antigua-et-Barbuda, l'état de la Dominique et, par sa proximité avec l'île de Aves, avec le Venezuela[8]. Les canaux séparant la Guadeloupe des îles voisines sont le canal de Guadeloupe, large de 55 km, entre Basse-Terre et Montserrat et le canal de la Dominique, 25 km, entre Terre-de-Haut et la Dominique. L'espace maritime guadeloupéen se compose des éléments suivants[9] : Eaux intérieures : 2 881 km2 ; Mer territoriale : 6 653 km2 ; Zone économique exclusive (regroupée avec celle de la Martinique) : 123 483 km2.

Territoires limitrophes de la Guadeloupe
Amérique du Nord, à 2 190 km
Miami, à 2 200 km
Saint-Martin, à 230 km
Saint-Barth, à 200 km
Antigua, à 92 km
Europe, à 5 600 km
Paris, à 6 732 km
Amérique centrale, à 1 900 km
Managua, à 2 700 km
Guadeloupe Afrique, à 4 685 km
Dakar, à 4 715 km
Amérique du Sud, à 580 km
Caracas, à 2 176 km
Dominique (Pays), à 88 km
Martinique, à 160 km
Guyane, à 1 590 km
Brasilia, à 3 850 km

Géologie, topographie et hydrographie

La Guadeloupe et ses dépendances constituent un archipel de 1 702 km2[10].

Carte de la géologie de surface de la Guadeloupe.

La Basse-Terre et les Saintes à l'ouest sont situées sur l'arc interne de l'arc des Petites Antilles correspondant à la récente ligne volcanique. Ces deux îles sont issues de la formation d'une chaîne volcanique récente qui culmine à la Soufrière. La Grande-Terre, Marie-Galante et La Désirade à l'est sont situées sur l'arc externe de l'arc des Petites Antilles[11] correspondant à l'ancienne ligne volcanique. Et ces trois îles sont d'origine corallienne.

La « Guadeloupe continentale », d'une superficie de 1 436 km2, se compose de deux terres distinctes, qui sont séparées par un fin bras de mer n'excédant pas 200 mètres de large pour 5 km de long, appelé « la Rivière Salée ».

  • La Basse-Terre à l'ouest, 848 km2 (massif ovale de 45 km sur 20). D'origine volcanique (comme certaines îles voisines), son plus haut sommet est le volcan en activité de la Soufrière culminant à 1 467 m, soit la plus haute altitude des Petites Antilles.
  • La Grande-Terre à l'est, 588 km2 (triangle d'environ 40 km de côté) est plate et repose sur un substrat calcaire (comme les îles voisines d'Antigua ou Barbade). Le point culminant, le morne l'Escale, s'élève à 136 m d'altitude.
Topographie de la Guadeloupe.
La Rivière Salée, coulant sur un axe nord-sud selon les courants de marée, constitue un bras de mer séparant les deux îles dont la configuration fait qu'elles sont souvent comparées aux ailes d'un « papillon » déployées sur la mer.

À peu de distance, les « dépendances administratives » (ou les îles du sud) se composent de plusieurs îles, d'une superficie globale de 194 km2 qui ne diffèrent pas beaucoup culturellement de la « Guadeloupe continentale », à l'exception des Saintes. Très récemment est apparue l'expression « archipel de la Guadeloupe » ou « îles de Guadeloupe » dans l'essor du tourisme, mais officiellement la Guadeloupe n'est pas reconnue comme étant un archipel au sens propre du terme. Dès lors, on parle de la Guadeloupe et de ses dépendances.

  • La Désirade, 21 km2, est une île calcaire de forme allongée (11 km sur 2 km), qui se présente comme un vaste plateau incliné vers le nord-ouest. Le point culminant, la Grand-Montagne, s'élève à 275 m d'altitude.
  • Les îles de la Petite-Terre sont un petit archipel de 2 km2 constitué de deux îlots Terre de Haut et Terre de Bas fermés par un récif corallien, situé à une dizaine de kilomètres au sud de la Pointe des Châteaux et de la Désirade dont il dépend administrativement. Le point culminant de l'archipel s'élève à 8 m d'altitude.
  • Marie-Galante, 158 km2, est une grande île formée sur un substrat calcaire vallonné, soumis au vent alizé. Surnommée « l'île aux cent moulins », sa forme arrondie (15 km de diamètre) lui vaut également les surnoms de « Grande Galette » ou de « sombrero ». Le point culminant, le morne Constant, s'élève à 204 m d'altitude.
Première et deuxième Chutes du Carbet.
  • Les îles des Saintes se présentent comme un petit archipel de 9 îles arides et escarpées. Les deux plus grandes îles sont habitées : Terre-de-Haut, un îlet allongé de 5 km2 à l'est, et Terre-de-Bas, l'îlet le plus grand de 8 km2 à l'ouest de l'archipel et de forme plus arrondie. Le point culminant de l'archipel, le Morne du Chameau, s'élève à 309 m d'altitude.

En Guadeloupe, la majorité des cours d'eau se situe sur Basse-Terre tandis que les îles de Grande-Terre, Marie-Galante, Les Saintes et la Désirade, au relief beaucoup moins élevé, comptent très peu voire aucun cours d'eau. À Basse-Terre coulent par exemple la Lézarde, la rivière de Moustique ou Grande Rivière à Goyave. À Grande-Terre coulent la rivière Audouin et des ravines comme celles de Gaschet ou Cordel. À Marie-Galante coulent la rivière de Saint-Louis et la rivière de Vieux-Fort.

Différents plans d'eau naturels ou artificiels parsèment l'archipel de la Guadeloupe, principalement dans le sud de Basse-Terre. On trouve des étangs naturels comme Grand Étang, l'étang Zombis[12], ainsi qu'un lac de cratère d'origine volcanique, le lac Flammarion. La plus grande retenue artificielle est le lac de Gaschet (environ 100 ha). On compte pas moins de sept sources thermales en Guadeloupe, parmi elles les Bains Jaunes à Saint-Claude (26 °C, altitude de 950 m) et la Fontaine Thomas à Bouillante (70 °C). Il existe aussi une station thermale à Ravine Chaude.

Climat

La Guadeloupe bénéficie d’un climat tropical, tempéré par les influences maritimes.

Station météorologique du Raizet, Les Abymes
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 20,7 20,6 21 22,2 23,6 24,3 24,3 24,1 23,8 23,3 22,4 21,3 22,6
Température maximale moyenne (°C) 29,2 29,2 29,7 30,3 30,9 31,4 31,6 31,9 31,7 31,3 30,5 29,7 30,6
Précipitations (mm) 83 60 67,9 96,5 134,1 107,8 129,6 169,1 206,2 214,5 213,9 134 1 616,6
Source : Météo-France, « Données climatiques de la station de Le Raizet », sur meteofrance.gp (consulté le 31 octobre 2017)
Répartition des précipitations en Guadeloupe.

Dans tout l'archipel on distingue deux saisons :

Côté température, avec une moyenne de 27 °C, il n'y a que peu de différence entre les mois les plus chauds (de 25 °C à 32 °C) et les mois les plus froids (de 23 °C à 29 °C). La géographie spécifique de l'archipel, le contraste entre la Basse-Terre et la Grande-Terre, entraîne également un climat spécifique sur chacune de ces îles. La Grande-Terre et ses plateaux calcaires connaissent régulièrement de sévères sécheresses, alors que dans le même temps, le relief perpendiculaire au flux des alizés de la Basse-Terre régule le régime des pluies. La température moyenne de l’eau de mer est de 28 °C. Mais il est à noter que le climat au sommet du volcan de la Soufrière est frais (15 à 22 °C), brumeux et parfois venteux[13]. Et que les précipitations atteignent une hauteur de 12 000 millimètres par an[14].

Enfin l'île est sujette au passage des ouragans de mai à novembre. Et ceux-ci se forment soit localement dans les Antilles, soit au large du Cap-Vert en Afrique et dérivent dans les alizés d'est.

Paysages et environnement

Grande-Rivière des Vieux-Habitants.
Plage de Grande Anse à Deshaies.

L'île de Basse-Terre est le massif montagneux le plus élevé des Petites Antilles et possède sur son territoire le volcan de la Soufrière, surnommée aussi la Vieille Dame, point culminant des Petites Antilles. Elle regorge de cascades, de rivières, de plages de sable doré ou noir, et une forêt tropicale humide recouvre son massif montagneux. L'île de Grande-Terre se compose (à l'ouest) d'une plaine bordée d'une mangrove qui va en se densifiant depuis le Gosier jusqu'à Port-Louis, de la région des Grands Fonds (au centre) et d'un plateau aride, dentelé de côtes rocheuses et sauvages (du nord à l'est). Le littoral sud de la Grande-terre, parsemé de plages de sable blanc à l'abri des récifs coralliens, concentre les grandes stations balnéaires du Gosier, de Sainte-Anne et de Saint-François.

La Guadeloupe et les Antilles constituent un point chaud de biodiversité. Comme les autres Petites Antilles, la Guadeloupe a émergé de l'océan il y a moins de cinq millions d'années et son isolement a favorisé l'émergence d'un fort taux d'endémisme. L'archipel était entièrement recouvert de forêt avant l'arrivée des européens au XVIe siècle, et cette arrivée s'est accompagnée d'invasions biologique et de défrichements qui ont eu un impact sévère sur la biodiversité. De nombreuses espèces ont disparu de l'île telles que l'Amazone de la Guadeloupe, le rat mondoungue, le lamantin des Caraïbes, le phoque moine des Caraïbes, l'améive de Guadeloupe. Selon un rapport de la DEAL de la Guadeloupe et de la Martinique : 1 260 plantes vasculaires, huit mammifères, 14 oiseaux, 11 reptiles, quatre amphibiens et quatre espèces de poissons d'eau douce ont été introduits dans les Antilles françaises. Parmi lesquelles le Miconia calvescens, le rat, la mangouste, le poisson-lion et la fourmi manioc sont considérées comme espèces invasives.

Flores terrestre et aquatique

Pitcairnia bifrons, la Soufrière.

Entre 300 et 1 000 m d'altitude se développe la forêt tropicale humide qui recouvre une grande partie de l'île de Basse-Terre. On y rencontre le gommier blanc, l'acomat-boucan ou le châtaigner, le marbri ou bois-bandé ou le laurier-rose; des arbustes et des herbacées comme le palmiste montagne, le balisier ou les fougères; de nombreuses plantes épiphytes : broméliacées, philodendrons, orchidée et des lianes. Au-dessus de 1 000 m se développe la savane humide composée de mousses, lichens, sphaignes ou de plantes plus vigoureuses comme les mangles-montagnes, les violettes des hauts ou le thym-montagne.

La forêt sèche occupe une grande partie des îles de Grande-Terre, de Marie-Galante, des Saintes, de La Désirade et se développe aussi sur la côte sous le vent de Basse-Terre. La forêt de littoral se développe plus difficilement en raison de la nature du sol (sablonneux, rocheux), de la salinité, de l'ensoleillement et du vent et c'est le milieu où poussent le raisinier bord de mer, le mancenillier (arbre très toxique dont le tronc est marqué d'un trait rouge), l'icaquier ou le cocotier. Sur les falaises et dans les zones arides on rencontre des cactées comme le cactus-cierge (Cereus), le figuier de Barbarie, le cactus-raquette, le cactus « Tête à l'anglais » et les aloès.

Palétuviers dans le Grand Cul-de-sac marin.

La mangrove bordant certaines côtes guadeloupéennes est structurée en trois niveaux, allant du plus proche de la mer au plus éloigné. Au premier niveau se trouve les palétuviers rouge; au second, à une dizaine de mètres de la mer, les Palétuviers noirs forment la mangrove arbustive; au troisième niveau les palétuviers blancs forment la mangrove haute. En arrière de la mangrove, où la marée et le sel ne pénètrent pas, se développe parfois une forêt marécageuse, unique à la Guadeloupe. L'espèce représentative de ce milieu est le Mangle-médaille.

Un rapport de la DEAL informe qu'en 2020 la Guadeloupe compte :

  • 256 espèces végétales menacées, comme la Brassavola cucullata nommée aussi Bois baguette ou Bois café
  • 110 autres quasi menacées, comme le Courbaril (classé « vulnérable »), le Gaïac (classé en « danger »), le cactus Tête à l’anglais (classé en « danger critique »)[15].
  • cinq espèces disparues (dont quatre orchidacées).

Les herbiers, comme ceux tapissant le lagon du Grand Cul-de-sac marin, sont de véritables prairies sous-marines constituant un écosystème et une zone de transition entre la mangrove et les récifs coralliens. On y rencontre quatre espèces de plantes marines à fleurs dont la Thalassia testudinum est la plus répandue[16].

Faunes terrestre et aquatique

La faune guadeloupéenne en 1667, par Jean Babtiste du Tertre.
Le racoon.

La Guadeloupe compte de nombreuses espèces d'insectes allant des papillons, aux phasmes appelés localement cheval à diable, en passant par une espèce endémique d'araignée : la Holothele sulfurensis. L'Île compte également des coléoptères de grande taille comme le Dynaste Hercule.

On trouve des reptiles comme la tortue charbonnière à pattes rouges ou molokoï, deux espèces de couleuvres : l'Alsophis antillensis et l'Alsophis sanctonum, un petit serpent ressemblant à un ver de terre : le Typhlops guadeloupensis, deux espèces d'iguanes : Iguana delicatissima et Iguana iguana, un gecko nommé localement mabouia et des petits lézards appelés anolis. Deux batraciens sont endémiques de la Basse-Terre : l’hylode de Pinchon et l’hylode de Barlagne.

L'archipel compte aussi une très grande diversité d'oiseaux comme le colibri huppé, le Pic de Guadeloupe (oiseau endémique et classé « quasi menacé »[17]), le faucon crécerelle, le pélican brun, la frégate.

Contrairement aux apparences il s'agit d'un poisson.
Myrichthys ocellatus (Serpentine ocellée).

On estime à 13 le nombre d'espèce de chauve-souris vivant en Guadeloupe, allant du myotis de la Dominique (4 grammes) au grand noctilion pêcheur (plus de 70 grammes). Le territoire compte également une chauve-souris endémique : la grande chauve-souris brune guadeloupéenne[18]. Enfin, citons encore chez les mammifères le racoon (mascotte du parc national de la Guadeloupe) et l'agouti doré (animal protégé en voie de disparition).

La Guadeloupe est bordée par des récifs coralliens et celui situé dans le Grand Cul-de-sac Marin, long de 29 km est le plus long des Petites Antilles[19]. Cet espace abrite 50 espèces de coraux parmi lesquelles les gorgones. Depuis 2017, 16 coraux sont protégés dans les Antilles françaises[20].

Certains cours d'eau sont parfois peuplés d'ouassous (crevettes d'eau douce locales).

Les eaux guadeloupéennes sont également riches en espèces animales allant des invertébrées (éponges, monnaies caraïbe, anémones de mer, étoiles de mer) aux grands mammifères (grand cachalot ou Baleine à bosse[21]), passant par les poissons de récifs (perroquet, poisson-lion, poisson « coffre », congre, diodon[22]), côtiers et océaniques (orphie, exocet, dorade coryphène, requins, marlin, espadon[23]), jusqu'aux reptiles (tortue caouane, tortue olivâtre, tortue « karet », tortue verte[24]).

Préservation de l'environnement

Depuis ces dernières décennies, les milieux naturels de Guadeloupe souffrent des prélèvements (chasse et pêche en particulier), du recul de la forêt, de l'urbanisation et de la périurbanisation. Ils souffrent aussi du développement de cultures intensives (banane et canne à sucre en particulier) qui ont atteint leur apogée dans les années 1955-75. Entraînant la situation suivante : herbiers et récifs dégradés à hauteur de 50 % autour des grandes îles ; quasi disparition des palétuviers et mangroves à Marie-Galante, aux Saintes et à la Désirade ; augmentation de la salinité de la nappe d’eau douce souterraine due à « l’intensité de l’utilisation de la nappe » ; et pollutions d’origine agricole (pesticides et composés azotés[25]).

Carte de la réserve de la biosphère guadeloupéenne.

De plus, l'étude ChlEauTerre, dévoilée en mars 2018, conclut que 37 molécules anthropogéniques différentes (dont plus de la moitié est issue des résidus de pesticides désormais interdits, comme le chlordécone) ont été retrouvées sur « 79 % des bassins versants analysés en Grande-Terre et 84 % sur la Basse-Terre »[26]. Un rapport de l’Office de l’eau de Guadeloupe fait état en 2019 d'une « dégradation généralisée des masses d’eau ».

Malgré tout, il existe une volonté de préserver ces milieux dont l'environnement végétal et les paysages restent préservés sur quelques parties des îles et constituent un atout sensible pour le tourisme. Ces espaces sont pour partie classés en ZNIEFF et protégés, pour certaines avec un statut de réserve naturelle guadeloupéenne, dont plusieurs grottes abritant des chiroptères protégés. En ce sens, le site du Grand Cul-de-sac Marin est inscrit depuis le 8 décembre 1993 en tant que zone humide d’importance internationale (Convention de Ramsar). Et le 15 février 1993, la Guadeloupe et ses dépendances ont été classées Réserve de la Biosphère (label UNESCO) avec une superficie de 69 707 hectares d'espace protégés et ont été inscrites au patrimoine mondial de L'UNESCO. Devenant ainsi le département d'outre-mer ayant le plus d'espaces protégés, avec notamment un parc national.

Scandale environnemental de la chlordécone aux Antilles françaises

Importation de pesticides en Guadeloupe.

La population guadeloupéenne a été exposée au chlordécone, un insecticide dangereux, perturbateur endocrinien et vraisemblablement cancérogène[réf. nécessaire], autorisé entre 1972 et 1983 dans les bananeraies des Antilles, afin de protéger les bananeraies d'un charançon. Son autorisation à la vente avait été retirée en 1990 par le gouvernement français, mais une dérogation en permettra l'usage jusqu'en 1993, à la suite de la demande pressante des producteurs de banane, relayée par le député de la Martinique, Guy Lordinot. Son usage se poursuivra en réalité jusqu'aux années 2005-2007.

En 2019, une commission d'enquête parlementaire met en cause l'État pour avoir autorisé la vente de ce produit, dont la toxicité était pourtant connue, mais « ces responsabilités sont partagées avec les acteurs économiques. Les industriels d'abord, mais aussi les groupements de planteurs et certains élus.»[27].

Des études sont en cours pour mieux mesurer les impacts de ces produits sur la santé. Des arrêtés d’interdiction de la pêche sont à respecter en Martinique et en Guadeloupe (poissons et crustacés d'eau douce genre ouassous, certaines espèces de poissons de lagon et de langouste), rappelle l'AFSSA, de même qu'il faut en zone contaminée éviter de consommer les légumes racines du jardin plus de deux fois par semaine.

Croquis des dommages du tremblement de terre de Pointe-à-Pitre. Johann Jacob Weber (1803–1880), 1843.
Le cratère de la Soufrière et ses fumerolles.

Risques naturels

Séismes et tsunamis

L'archipel est traversé par de nombreuses failles géologiques comme celles de la Barre ou de Cadoue, tandis qu'en profondeur, au large du Moule et de La Désirade débute le Rift de Désirade, et entre le nord de Marie-Galante et le sud de la Grande-Terre débute le Rift de Marie-Galante. Et c'est en raison de ces caractéristiques géologiques que les îles du département de la Guadeloupe sont classées en zone III d'après le zonage sismique de la France et font l'objet d'un plan de prévention des risques spécifique[28].

Le séisme de 1843 aux Petites Antilles est, à ce jour, le séisme connu le plus violent. Il a causé la mort de plus d'un millier de personnes ainsi que de très importants dégâts à Pointe-à-Pitre[29],[30].

Le , les îles du département, notamment l'archipel des Saintes, furent frappées par un violent séisme atteignant la magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter et causant la mort d'une personne ainsi que de nombreux dégâts matériels[31].

Éruptions volcaniques

Cyclones tropicaux et marées de tempêtes

Les îles des Caraïbes, sur le trajet des ouragans tropicaux.

Situés dans une région très exposée, la Guadeloupe et ses dépendances doivent faire face à de nombreux cyclones. L'ouragan le plus meurtrier à avoir frappé la Guadeloupe est l'ouragan de Pointe-à-Pitre de 1776 qui a fait au moins 6 000 morts[32].

Le , le cyclone Hugo inflige de sérieux dégâts aux îles de l'archipel et marque profondément la mémoire des habitants de l'archipel[33]. En 1995, trois cyclones (Iris, Luis et Marilyn) ont frappé l'archipel en moins de trois semaines.

Quelques-uns des ouragans meurtriers ayant frappé la Guadeloupe sont les suivants :

Répartition spatiale des hommes et des activités

Carte de la Guadeloupe et ses dépendances.
Caractéristiques des îles
Rang Île Population

(2018)[35]

Population

(1999)

Croissance Superficie

(km2)

Densité
1 Grande-Terre 188 472 196 767 en diminution - 4,22 % 586,68 321
2 Basse-Terre 184 533 172 693 en augmentation + 6,86 % 847,82 218
3 Marie-Galante 10 655 12 488 en diminution - 14,7 % 158,01 67
4 Terre-de-Haut 1 526 1 729 en diminution - 11,7 % 5,22 292
5 La Désirade 1 432 1 620 en diminution - 11,6 % 21,42 67
6 Terre-de-Bas 1 011 1 269 en diminution - 20,3 % 7,58 133
7 Petite-Terre 0 0 _ 1,70 _
Principales agglomérations
Rang Unités urbaines Population

(2012)

Population

(1999)

Croissance Activités Îles
1 Pointe-à-Pitre - Les Abymes[36] 257 361[37] 243 515 en augmentation + 5,69 % Pôle économique, agriculture, tourisme Grande-Terre et Basse-Terre
2 Basse-Terre[38] 51 315[39] 52 475 en diminution - 2,21 % Pôle administratif Basse-Terre
3 Capesterre-Belle-Eau[40] 27 486[41] 24 628 en augmentation + 11,60 % Agriculture Basse-Terre
4 Sainte-Rose[42] 20 379[43] 17 574 en augmentation + 15,96 % Agriculture Basse-Terre
Densité de la population en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy, en 2000.

Située à la jonction des deux grandes îles de la Guadeloupe, l'agglomération pointoise (soit Pointe-à-Pitre, Les Abymes, Baie-Mahault, Le Gosier et sept autres communes), regroupe à elle seule 257 361 habitants en 2012[44], soit 63,8 % de la population du département ; c'est la 25e agglomération urbaine de France par sa population. Dans cette zone, la densité moyenne est de 353 hab./km2, tandis qu'à Marie-Galante elle n'est que de 67 hab./km2.

En 2018, la densité de population moyenne du département était de 238 hab./km2 contre 103,7 hab./km2 en France métropolitaine ; de plus, un tiers des terres de l'archipel est consacré à l'agriculture et les zones montagneuses ne sont pas habitables, ainsi l'espace et le logement viennent à manquer.


Liste des quinze communes les plus peuplées du département
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Les Abymes 97101 CA Cap Excellence 81,25 53 082 (2018) 653
Baie-Mahault 97103 CA Cap Excellence 46,00 31 193 (2018) 678
Le Gosier 97113 CA La Riviéra du Levant 45,20 26 692 (2018) 591
Petit-Bourg 97118 CA du Nord Basse-Terre 129,88 24 522 (2018) 189
Sainte-Anne 97128 CA La Riviéra du Levant 80,29 23 767 (2018) 296
Le Moule 97117 CA du Nord Grande-Terre 82,84 22 315 (2018) 269
Sainte-Rose 97129 CA du Nord Basse-Terre 118,60 18 650 (2018) 157
Capesterre-Belle-Eau 97107 CA Grand Sud Caraïbe 103,30 18 131 (2018) 176
Morne-à-l'Eau 97116 CA du Nord Grande-Terre 64,50 16 875 (2018) 262
Lamentin 97115 CA du Nord Basse-Terre 65,60 16 536 (2018) 252
Pointe-à-Pitre 97120 CA Cap Excellence 2,66 15 410 (2018) 5 793
Saint-François 97125 CA La Riviéra du Levant 61,00 12 348 (2018) 202
Saint-Claude 97124 CA Grand Sud Caraïbe 34,30 10 659 (2018) 311
Basse-Terre 97105 CA Grand Sud Caraïbe 5,78 10 046 (2018) 1 738
Petit-Canal 97119 CA du Nord Grande-Terre 70,50 8 212 (2018) 116

Axes de communication et transports

Les modes de déplacement des actifs guadeloupéens sont les suivants[45] : voiture (80 %) ; transport en commun (7 %) ; marche (7 %) ; pas de transport (4 %) ; vélo (2 %).

Route nationale 1.

Le réseau routier guadeloupéen est très bien développé et en bon état. Au 31 décembre 2011 il comprenait 416 kilomètres de routes nationales et 619 kilomètres de routes départementales[46]. Deux ponts, qui ne s'ouvrent plus, permettent de franchir la Rivière Salée et de relier les îles de Basse-Terre et Grande-Terre.

En termes de sécurité, en 2019, 47 personnes sont tuées sur les routes de Guadeloupe, ce qui correspond à un taux de 114 morts par million d'habitants, double d'autre départements français[47].

Un projet de Tramway comprenant deux lignes a été voté le par la communauté d'agglomération du Sud Grande-Terre[48]. La première phase devait relier, en 2019, le nord des Abymes au centre-ville de Pointe-à-Pitre. La deuxième phase, en 2023, devait compléter la première en desservant l'université. À l'horizon 2030, deux lignes étaient prévues : la ligne 1 de Lauricisque à Baie-Mahault, et la ligne 2 jusqu'à Belle plaine au Gosier. Le projet est abandonné en 2018[49].

La Guadeloupe dispose de nombreuses installations portuaires et de services de transport permettant la liaison entre les îles de l'archipel[50],[51], à savoir :

Chaque île de l'archipel dispose d'installations aéroportuaires :

Histoire

Peuplements amérindiens des Antilles et arrivée des Espagnols

Pétroglyphe précolombien à Baillif.

À l'instar d'autres îles des Petites Antilles, la Guadeloupe est probablement occupée par des Amérindiens des Antilles, dits groupes précéramiques, à partir de 3000 av. J.-C. comme semble l'indiquer la découverte récente de traces de culture sur brûlis sur l’île de Marie-Galante[52],[53]. Cette période est dénommée Âge Archaïque dans la nomenclature archéologique américaine. Vers le début du premier millénaire, des groupes amérindiens agro-céramistes migrent depuis le nord du Venezuela dans tout l'arc antillais.

Cette période, le Néoindien ancien ou Âge Céramique ancien comprend deux cultures bien identifiables par le style de leur production céramique : Huecan et Cedrosan Saladoïde (anciennement dénommés Arawaks par les archéologues).

Décalque d'une gravure sur roche. La Guadeloupe préhistorique (fig.13), par Jean-François-Albert du Pouget de Nadaillac, 1886.

Vers le IXe siècle, ils laissent la place à la culture troumassoïde qui inaugure la période du Néoindien récent dont les traces ont été notamment retrouvées à l'abri Patate au Moule. Ces groupes ne proviennent pas d'une migration mais d'une transformation sur place des groupes antérieurs, profonde mutation encore mal expliquée mais où le climat, la démographie et des modifications sociétales pourraient avoir joué un rôle. La céramique troumassoïde est dérivée de la céramique cedrosan saladoïde, avec une extrême simplification du registre décoratif qui disparaît presque totalement. C'est sans doute tardivement, peut-être autour du XVe siècle, qu'une nouvelle population migre dans l'arc antillais depuis le Plateau des Guyanes.

Ces peuples, les Kalinagos ou Caraïbes insulaires décrits par les Espagnols à leur arrivée dans les Petites Antilles, pourraient correspondre aux cultures dénommées Suazoïde et Cayo par les archéologues. Cette période tardive est marquée par l'évidence de contacts avec les Taïnos des Grandes Antilles. Selon une thèse aujourd'hui infirmée par plusieurs recherches scientifiques[54], les « Arawaks » auraient été massacrés à l'arrivée des Kalinagos, un peuple décrit par les chroniqueurs espagnols comme guerrier et pratiquant le cannibalisme.

Les Kalinagos sont les principaux occupants des lieux jusqu'au milieu du XVIIe siècle, c'est-à-dire peu de temps après l'installation des Français en 1635, mais bien après l'arrivée des premiers Européens.

Arrivée des Espagnols

Le nom « Guadeloupe » honore Notre-Dame de Guadalupe.

L'histoire moderne de la Guadeloupe commence en , lorsque Christophe Colomb aperçoit, lors de son deuxième voyage, La Dominique, puis Marie-Galante où il débarque le [55].

Il arrive sur l'île de la Basse-Terre le [56] à l'embouchure de l'actuelle rivière du Grand-Carbet. Il note l'importance de la présence de l'eau, notamment en voyant les chutes du Carbet. Il nomme l'île Santa María de Guadalupe de Extremadura en hommage au monastère espagnol où Christophe Colomb fit un pèlerinage après son premier voyage au Nouveau Monde en 1492 et vint remercier pour cette découverte[57].

Dès 1502, l'archipel de la Guadeloupe est précisément indiqué dans toutes ses composantes (les cinq îles) sur le planisphère de Cantino indiquant l'importance et la connaissance du lieu par les premiers navigateurs européens. La Guadeloupe est alors peuplée par les Caraïbes, peuple amérindien présent sur l'île depuis le VIIIe siècle.

L'archipel de la Guadeloupe fut une colonie espagnole pendant environ 130 ans, jusqu'en 1635.

Première colonisation française et développement de la traite des Noirs

Les cinq îles de la Guadeloupe clairement identifiées et nommées (Isla de Guadalupe, Isla Deserada, Marígalante et Todos Santos) sur le planisphère de Cantino datant de 1502.

Débarquant à Pointe Allègre en 1635, Charles Liénard de L'Olive et Jean du Plessis d'Ossonville prennent possession de la Guadeloupe au nom de la Compagnie des îles d'Amérique, créée le par le cardinal de Richelieu afin d'élargir le champ d'intervention de la Compagnie de Saint-Christophe, dans le but d'y développer notamment la culture du tabac pour l'exporter vers la France. C'est le début de la colonisation de l'archipel.

Ces débuts sont difficiles. Une famine décime en 1635 une partie des colons, les rapports entre les Amérindiens Caraïbes, qui leur fournissaient des vivres, et les Français se tendent rapidement, dès lors que ces derniers étendent leurs terres au détriment des populations indigènes, se transformant en guerres ouvertes. En 1641, se termine la guerre entre colons et Caraïbes. Ces derniers, déjà diminués par les maladies et les massacres, sont envoyés sur l'île de la Dominique.

La dépréciation du tabac est sensible dès le début de la colonisation : quatre compagnies commerciales font faillite en tentant de coloniser les îles guadeloupéennes, en raison de la chute des cours et du coût des guerres contre les Caraïbes. La population augmente cependant rapidement et l'esclavage se développe. En 1656, les esclaves sont déjà plus de 3 000 à travailler sur l'archipel, pour une population de 15 000 personnes[58].

Croquis d'un moulin à sucre avec des esclaves au travail et des administrateurs de la Compagnie des Indes occidentales en 1667.

En 1664, la Guadeloupe et la Martinique passent sous l'autorité directe du roi de France, Louis XIV, qui décide alors de développer la culture de la canne à sucre. Celle-ci nécessite des investissements plus onéreux que celle du tabac, mais est beaucoup plus rentable. L'édit de mai 1664 crée la Compagnie française des Indes occidentales, qui reçoit alors pour quarante ans une concession sur l'ensemble des possessions françaises des Caraïbes sous suzeraineté royale. Des terres sont données à des officiers supérieurs qui sont encouragés à y importer des esclaves pour exploiter la canne à sucre ; cependant la population d'esclaves diminue en Guadeloupe entre 1664 et 1671 (passant de 6 323 à 4 627 personnes).

Dès 1671, le monopole de la Compagnie française des Indes occidentales est aboli pour ouvrir la concurrence à tous les ports français, dans la traite négrière, dont le développement massif, par des Français et des Anglais, fait flamber le prix des esclaves mais abaisse le coût de leur transport et satisfait les planteurs de sucre. La Guadeloupe est encore habitée par de nombreux colons blancs qui cultivent du tabac, sur des plantations nécessitant peu de capitaux.

Esclaves travaillant dans un atelier de production de tabac. Virginie, 1670.

Après 1671, le nombre de planteurs blancs diminue rapidement et en 1674, la création de la ferme du tabac entraîne leur ruine. Moins taxé, le tabac produit en Virginie par des planteurs jacobites profite de la contrebande et prend son essor.

L'augmentation rapide de la population d'esclaves correspond aussi à la création en 1673 de la Compagnie du Sénégal, ancêtre de la Compagnie de Guinée, dans le sillage de la Compagnie royale d'Afrique, fondée en 1672. Face à cette concurrence, la Compagnie française des Indes occidentales sera dissoute en 1674.

L‘essor de l'esclavage en Guadeloupe est cependant moins rapide qu'à la Martinique, à qui la traite négrière réserve les esclaves les plus résistants et où Louis XIV a installé plus de nobles de rang élevé et où la population noire double entre 1673 et 1680[59].

Dès 1700, la population d'esclaves en Guadeloupe est remontée à 6 076 personnes, beaucoup moins qu’en Martinique. Cette différence explique aussi qu'un siècle plus tard, en 1794, Victor Hugues ait pu se rendre maître de la Guadeloupe pour le compte de la Révolution française alors que la Martinique est restée sous la domination des grands planteurs de sucre alliés aux Anglais dans le cadre du traité de Whitehall.

Conflits franco-britanniques, « première » abolition de l’esclavage et période suédoise

Siège de la Guadeloupe et occupation anglaise (1759 - 1763)

Vue du fort Royal de la Guadeloupe pendant l'occupation anglaise. Archibald Campbell, 1762.

Après des tentatives infructueuses en 1666, 1691 et 1703, les Britanniques s'emparent une première fois de la Guadeloupe en 1759. Ils ne la conserveront que quatre ans, jusqu'en 1763 (traité de Paris).

Depuis 1757 les forces françaises sont commandées par Nadeau du Treil, gouverneur de la colonie : 250 soldats et entre 200 et 3 000 miliciens. Les principales places fortes sont :

L'escadre anglaise est dirigée par le commodore Moore, et comprend 8 000 hommes.

La flotte anglaise attaque d'abord la colonie de la Martinique mais est repoussée (15 janvier). Elle se présente devant Basse-Terre le 21 janvier au soir. Les opérations commencent le 23 janvier ; la ville de Basse terre est bombardée, tous les entrepôts sont détruits. Le fort St Charles est évacué le 25 janvier. Les forces françaises se réfugient au réduit du Dos-d'âne. La colonie attend des renforts de la Martinique et de la métropole. Une escadre de secours, commandée par Bompar, est annoncée. Les Anglais poursuivent leur conquête et assiègent le fort Louis au Petit Cul-de-sac (8 et 14 février). Ils occupent toute la partie est de l'île (Saint-Anne et Saint-François) dès le 29 mai. Les dernières attaques ont lieu mi-avril en prenant à revers le réduit de Dos-d'âne : Petit-Bourg tombe le 13 avril, Goyave est abandonnée le 15 et Capesterre se rend le 20. Devant les destructions, les colons demandent un arrêt des combats, ils signent de leur côté une reddition le 1er mai. N'ayant pas de nouvelle de la flotte française, sans espoir de secours, Nadeau doit capituler le lendemain.

Cette période se caractérise par un fort développement de l'économie de l'île[60] passant par la reconstruction des quartiers bombardé, l'importation massive d'esclaves noirs : 40 525 en 1753 et 77 957 en 1773, une exportation de sucre, de café, de coton et de cacao en forte hausse, la fondation du port de la Pointe à Pitre pour favoriser le commerce (une centaine de vaisseaux chaque année contre dix auparavant), la livre circulation du commerce avec les colonies anglaises et étrangères, et la relance de la production agricole :

Années 1753 1759 1761 1762 1763 1773
sucreries 331 290 339 420 446 378

Devant cette expansion économique, les colons blancs sont devenus favorables à une annexion à l'Angleterre. Mais les colonies anglaises de la région (Barbade, Jamaïque) craignent la concurrence des produits guadeloupéens. Ils militent pour rendre la Guadeloupe à la France. En échange les Anglais conservent le Canada et l'Inde.

À partir de 1775, la Guadeloupe n'est plus rattachée à la Martinique mais reste sous l'autorité du gouverneur des îles du Vent.

« Première » abolition de l’esclavage

Proclamation de Victor Hugues, en novembre 1794.

En avril 1794, profitant des troubles provoqués par la Révolution française, les Britanniques reprennent brièvement possession de l'île, après la défaite le 20 avril de Basse-Terre et la capitulation du général et gouverneur depuis 1792, Georges-Henri-Victor Collot.

Victor Hugues, nommé Commissaire national en Guadeloupe, les en chasse dès le mois de mai 1794, aidé par les esclaves, auxquels il avait promis la liberté. Ce dernier annonce, le , l'abolition de l'esclavage (adopté par la Convention nationale au mois de février par la loi du 16 pluviôse an II).

Victor Hugues, dit « Le Terrible », met en place les lois de la Convention et par conséquent le tribunal révolutionnaire. Les planteurs (dont certains soutenaient l'Angleterre) ne se soumettant pas au nouveau régime, sont traduits devant ce tribunal. La répression du commissaire de la Convention sera étendue aux « anciens » esclaves qui se révoltèrent pour ne pas avoir été payés. En 1798, le Directoire le rappelle en France.

Il est remplacé par le général Edme Étienne Desfourneaux, mais malgré sa volonté de réforme de la gestion locale, ce dernier est également remis en cause par la population et par une partie de l'armée. C'est aussi l'époque de l'expansion des corsaires guadeloupéens.

Rétablissement de l’esclavage

En 1801, à la suite de la mort du général Antoine de Béthencourt, le premier Consul nomme Jean-Baptiste de Lacrosse capitaine général de la Guadeloupe. Le , il est capturé pendant une reconnaissance qu'il faisait en dehors de la ville de Pointe-à-Pitre. L'officier mulâtre Magloire Pélage le force à s'embarquer sur un bâtiment danois. Son aide de camp Louis Delgrès, un métis, rejoint les rebelles.

Le contre-amiral de Lacrosse se fait conduire à la Dominique d'où il attend l'expédition commandée par le général Antoine Richepanse chargé par le premier consul Napoléon Bonaparte de rétablir l'esclavage. Il retourne alors avec elle à la Guadeloupe et, à la mort de Richepanse en 1802, reprend le commandement en chef et parvient à soumettre les révoltés ainsi qu'à rétablir l'ordre.

En 1802, le premier Consul Bonaparte nomme Jean-Baptiste de Lacrosse gouverneur. Ce dernier tente de renvoyer de l'armée les officiers noirs, qui y avaient été intégrés après l'abolition de l'esclavage. Une révolte de ces officiers monte. Louis Delgrès deviendra l'un des chefs de cette rébellion avec Joseph Ignace et l'esclave Solitude.

Bonaparte dépêche alors une expédition de 4 000 hommes dirigés par le général Richepanse pour mater la rébellion. Après une défense héroïque, beaucoup de révoltés préfèrent se suicider plutôt que de se rendre, non sans avoir auparavant fait entendre À L'Univers Entier leur Dernier cri de l'Innocence Et Du Désespoir.

La loi du 16 pluviôse an II qui avait aboli l'esclavage est annulée le par Bonaparte. Son article premier affirme clairement le caractère exclusif et exceptionnel de la citoyenneté française dans la colonie, désormais restreinte aux seuls Blancs : « jusqu’à ce qu’il en soit autrement ordonné, le titre de citoyen français ne sera porté [dans la colonie] que par les Blancs. Aucun autre individu ne pourra prendre ce titre ni exercer les fonctions ou emplois qui y sont attachés » Loi du 20 mai 1802. Pour Jean-François Niort et Jérémy Richard, dans leur article paru dans le Bulletin de la société d'Histoire de la Guadeloupe, l’arrêté consulaire, à la suite de la féroce répression de la rébellion emmenée par Louis Delgrès, consacre un « ordre ségrégationniste[61].

Occupation anglaise puis possession suédoise

View of Guadeloupe (période anglaise). Jenny Prinssay, 1813.

En 1808, les Anglais mènent une nouvelle campagne d'invasion des Antilles, prenant Marie-Galante et la Désirade, puis en 1809, les Saintes. Entre le et le

, les troupes britanniques fortes de 6 700 hommes et dirigées par George Beckwith, et soutenues par la Royal Navy commandée par l'amiral Alexander Cochrane, envahissent l'île en débarquant sur les plages du Gosier, de Sainte-Marie et de Capesterre.

Les Britanniques se dirigent alors vers Basse-Terre où les troupes françaises peu nombreuses (entre 3 000 et 4 000 soldats), mal équipées et commandées par le gouverneur Ernouf sont rapidement prises en tenaille après un nouveau débarquement à Vieux-Habitants, et sont obligées de capituler le . L'aigle du 66e régiment impérial est un trophée rapporté à Londres, en même temps que de nombreuses troupes prisonnières.

La Grande-Bretagne intègre la Guadeloupe dans ses possessions coloniales antillaises tandis que la guerre s'intensifie en Europe (Guerre d'indépendance espagnole, Guerre de la sixième coalition) et en Amérique du Nord (Guerre contre les États-Unis, de juin 1812 à février 1815). Afin d'assurer l'intégration de la Suède dans la sixième coalition, les Britanniques signent un traité avec Jean-Baptiste Bernadotte, nouveau prince héritier de Suède, le  : la Guadeloupe est cédée à ce prince, pour lui et ses descendants, en dédommagement de l'effort de guerre que la Suède doit fournir pour abattre Napoléon et pour dédommager Bernadotte d'avoir abandonné ses titres dans l'Empire français. En réaction, l'Empire français fait promulguer le un Sénatus-consulte « concernant l'île française de la Guadeloupe » : « il ne sera conclu aucun traité de paix entre l'Empire français et la Suède, qu'au préalable la Suède n'ait renoncé à la possession de l'île française de la Guadeloupe »[63]. L'écroulement rapide de l'empire napoléonien, quelques mois plus tard, et le traité de paix de Paris du 30 mai 1814 ne laissent pas le temps aux Suédois de remplacer les Britanniques sur l'île : l'article 9 du traité confirme que la Suède laisse la Guadeloupe à la France. L'épisode des Cent-Jours replace la Guadeloupe sous occupation anglaise, et le deuxième traité de Paris de novembre 1815, redonne la souveraineté française sur la Guadeloupe. La Grande-Bretagne dédommagea la Suède de ces retournements de situation avec une somme de 24 millions de francs au profit du trésor suédois, reversée sous forme de rente à perpétuité aux monarques (Guadeloupefonden), rente qui fut close en 1983 après accord entre le parlement et le roi de Suède.

Institutionnalisation républicaine dans l’empire colonial et immigrations post-esclavage

Victor Schoelcher, par Henri Decaisne.

Entre 1816 et 1825 une série de lois propres à l'île sont promulguées. Les institutions municipales voient le jour en 1837.

En 1848, sous la Deuxième République, l'esclavage est finalement aboli définitivement. En effet, le gouvernement provisoire de 1848 annonce le 4 mars la création d'une commission en vue de l'abolition, présidée par Victor Schœlcher, sous-secrétaire d'État à la Marine et aux Colonies. Le décret d'abolition est signé le 27 avril 1848.

À l'occasion des élections législatives d'août 1848, la Guadeloupe désigne trois députés. Schœlcher est élu à la fois en Guadeloupe et en Martinique, mais opte pour cette dernière et cède son siège guadeloupéen à un nouvel affranchi noir, Louisy Mathieu. L'année suivante, il est élu député de la Guadeloupe à l'Assemblée législative.

Composition de la population guadeloupéenne en 1848[64]
Population Nombre d'esclaves Blancs Libres de couleur
129 778 87 087 9 946 32 745

Le 16 mars 1878, Saint-Barthélemy est cédée de nouveau par le Royaume de Suède à la France qui l’incorpore dans l’Empire français au sein de la Guadeloupe.

Immigration africaine après l'abolition de la « traite négrière » et de l’esclavage (1852-1861)

Louisy Mathieu, 1848.

Quelques années après le décret du 27 avril 1848, « le recours à l’Afrique comme territoire de recrutement d’immigrants » est mis à l’ordre du jour. Le 14 mai 1852, un encart paraît dans le journal L’Avenir dans lequel un M. Boissard « annonce son prochain voyage en France afin d’obtenir du gouvernement l’autorisation d’importer dans la colonie des cultivateurs africains ». Deux ans plus tard, un M. Chevalier propose au ministre des Colonies l’aval pour « introduire » 4 000 à 5 000 Africains.

Ces demandes, pressantes, vont se multipliant. Dans le fonds ministériel des archives d’outremer, l’historien guadeloupéen Raymond Boutin recense les correspondances du ministre des Colonies avec plusieurs entrepreneurs : Maes, Santelli, Simon. Le lobby des indemnitaires (les colons percevant l’indemnité de six millions de francs en vertu de la loi du 30 avril 1849 « pour dédommagement de la libération de près de leurs 248 500 esclaves »Décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848) obtient, auprès du gouvernement, la signature d’un traité avec la Compagnie générale maritime par lequel celle-ci « s’engageait à fournir à la Guadeloupe 600 travailleurs de 12 à 25 ans ».

Néanmoins, cette opération migratoire, pour plusieurs raisons liées à la reprise des activités de traite sur les ports et comptoirs africains[65], fut de courte durée et, semble-t-il, « seuls 71 engagés furent débarqués du Siam à Pointe-à-Pitre ». C’est ainsi que le 4 mars 1857, la maison Régis de Marseille s’engage à fournir 10 000 Africains sur les trois à six années à venir[66].

Le dernier convoi d'Africains débarque le 20 juillet 1861. Au début du mois, le traité franco-britannique mettait un terme officiel à cette immigration dont « les conditions de recrutement avaient vivement ému l’opinion britannique qui considérait ce trafic comme une traite déguisée et une incitation au développement de l’esclavage en Afrique »[66]. Laconiques, les Notices coloniales publiées à l'occasion de l'exposition universelle d'Anvers en 1885 s'en tiendront à l’enchaînement juridique sans en mentionner les motifs. « Le recrutement de travailleurs à la côte d’Afrique ayant été interdit en 1859, le Gouvernement français, après de nombreuses négociations, signa avec le Gouvernement anglais la convention du 1er juillet 1861 qui permettait de recruter pour les colonies françaises des travailleurs sur les territoires indiens appartenant à la Grande-Bretagne et d’embarquer les immigrants sujets de Sa Majesté Britannique, soit dans les ports français de l’Inde[67]. » Pourtant, c'est essentiellement en raison de la prohibition du « recrutement de travailleurs à la côte d’Afrique », suite aux campagnes de presse menées par les réseaux abolitionnistes anglais, que le gouvernement français se tourne vers l’Inde et parvient à s’entendre avec la couronne britannique[66].

Immigration indienne à la suite de l’interdiction de l’immigration africaine (1854-1890)

Bien avant 1848, en anticipation de l'abolition prochaine de l'esclavage, l'Île Maurice a recours à des travailleurs indiens engagés par contrat, dès 1819. Sitôt que les créoles de Guadeloupe en apprennent l’existence, l’un d’eux, Reiset, y voit une formidable « possibilité » : selon lui, cette main d'œuvre permettrait de « donner aux esclaves l’exemple du travail agricole fourni par des hommes libres »[66].

Le 24 décembre 1854, à bord de l'Aurélie, les premiers immigrants indiens débarquent en Guadeloupe. Il s'agira du plus faible contingent.

Ils épousent la condition de « nègre »[68], les raisons de leur venue et leurs modalités - dans la promiscuité de bateaux sur-occupés, la proie de la vermine et de maladies de toute sorte - étant analogues. D'ailleurs, « Sur l’habitation, les Indiens héritent des cases qui ont autrefois servi à abriter les esclaves » fait observer Raymond Boutin. En tout point similaire à la condition des Africains les ayant précédé, « ils sont corvéables à merci et doivent de longues heures de journée de travail qui dépassent bien souvent la durée fixée par contrat ». Aussi, comme leurs devanciers, « la mortalité est le trait dominant de la démographie des Indiens ». Ce qui ressort des témoignages de « personnalités étrangères au monde de l'habitation », telle que MM. Guilliod et Avril dans les années 1870, est la prégnance de la matrice esclavagiste à travers un recours irrationnel et sadique à la violence[69]. Une violence illégale autorisée - un trait caractéristique du système plantationnaire[70] - par la corruption et, surtout, la « complaisance de ceux-là mêmes qui ont pour mission d'assurer leur protection ». Pour échapper à ces sévices, des Indiens désertent et vagabondent, si bien que l’on pourrait dire, qu’à leur tour aussi, ils marronnent. Certains, grâce à la complicité de marins pêcheurs et de propriétaires d'embarcation, gagnent la Dominique et Antigue. L’incendie est un de leurs « modes de protestation ». En cela, fait remarquer Raymond Boutin, « ils reprennent à leur compte un mode de protestation déjà en cours pendant l’esclavage et très en vogue dans les années qui suivirent l’émancipation »[66].

Les immigrants indiens, nommés coolies, embarquent depuis la Côte de Coromandel, Pondichéry, de Madras, de la côte de Malabar ou de Calcutta. Ils sont majoritairement tamouls. Cette population indienne s'accroît considérablement, passant de 5 761 personnes en 1860 à 21 805 en 1885. En 1925, Raymond Poincaré décide d'octroyer définitivement la nationalité française aux ressortissants indiens ainsi que le droit de vote[71], grâce à Henry Sidambarom qui lutta toute sa vie contre l’engagisme et pour l’accession à la citoyenneté française des travailleurs indiens, victimes de discrimination. Dans les usines, la ségrégation est de mise. Traditionnellement, dans les anciennes colonies esclavagistes françaises, il existe une gradation de couleur, du plus sombre au plus clair[72].

Aujourd'hui la communauté indienne longtemps effacée, tient à faire reconnaître son identité. La présence de la couleur indienne que ce soit par le colombo (épice) ou par le tissu emblématique de la tenue traditionnelle, le madras, rappelle leur contribution très ancrée dans l'identité guadeloupéenne.

Immigrations sud-est asiatique et extrême orientale

En 1859, 513 travailleurs chinois ont embarqué à bord de l'Indien à destination de la Guadeloupe. Sur les 513 engagés, 208 ont été recrutés en Guadeloupe. Ces Chinois, engagés pour une durée de huit ans maximum, ont été essentiellement originaires de la région de Canton ou plus largement de la province de la Rivière des Perles, actuellement Guangdong[73].

Entre 1866 et 1872, sont arrivés en Guadeloupe 149 Annamites recrutés en majorité comme manœuvres dans les usines sucrières de l'île[74]. L'historien Christian Schnackenbourg avance quant à lui le nombre de 268 hommes disant également qu'ils n'auraient pas été des émigrés économiques mais des déportés politiques, ayant résisté à la pénétration française en Indochine[75]. En 1872 se déclare une rébellion causée par la réclamation des Annamites à regagner l'Indochine. Leur contrat étant arrivée à terme. En 1874, suite au procès, ils seront tout d'abord transférés en Guyane puis, après leur amnistie, rapatriés en Annam.

En décembre 1894 arrivent à Pointe-à-Pitre 590 travailleurs immigrés japonais. Ils quitteront la Guadeloupe au fur et à mesure et les derniers seront rapatriés au Japon en juin 1896.

La Guadeloupe durant les deux Guerres mondiales

Première Guerre mondiale

Soldat guadeloupéen en 1916.
Le Général Charles Lanrezac, 1916.
L'Officier supérieur Camille Mortenol, 1917.

Depuis 1848, les citoyens guadeloupéens prennent part à la vie politique française mais, bien que recensés depuis la loi militaire du 15 juillet 1889, sont exemptés de service militaire. Pour certains, à l'image du député guadeloupéen Gratien Candace, c'est la preuve qu'ils ne sont pas considérés comme Français à part entière. Le 26 juin 1912, le député déclare à la Chambre : « Vous avez fait de nous des citoyens, des hommes libres. Nous voulons être traités comme de vrais Français ! Nous le serons véritablement que lorsque vous nous aurez associés, avec tous les autres fils de la patrie, à l’œuvre sacrée de la défense nationale[76]. » En janvier 1913, il s'adresse une nouvelle fois à l'Assemblée nationale et certifie que « Ceux qui veulent être soldats. Ils considèrent comme un amoindrissement moral le fait de ne point être appelés sous les drapeaux[77]. » La loi de 1912 sur le service militaire est généralisée en 1913 et le 6 juin 1913, le ministre de la Guerre, Eugène Etienne décide de l'incorporation du régiment créole devant sous peu rejoindre la métropole[78]. Au cours de la Première Guerre mondiale :

  • 9 151 Guadeloupéens ont été mobilisés sous les drapeaux ;
  • 6 345 ont été envoyés en métropole ou ailleurs comme aux Dardanelles ;
  • 1 137 sont morts, parmi eux de maladies (dysenterie, paludisme) et du froid (pieds gelés qui nécessitent parfois l'amputation)[79].

Durant ce conflit des Guadeloupéens ont exercé des responsabilités éminentes comme Charles Lanrezac qui pendant les premières semaines commande la Cinquième armée française ou Camille Mortenol qui se distingue dans la création d'une défense antiaérienne efficace pour protéger la capitale.

Deuxième Guerre mondiale

Six semaines après le début de l'invasion du sol français par les troupes allemandes le Maréchal Pétain, devenu le nouveau Président du Conseil, déclare l'armistice au cours de la nuit du 24 au 25 juin 1940. Avant ce cessez-le-feu, le 10 juin 1940 des soldats guadeloupéens tels que le capitaine Moïse Bebel et ses compagnons d'arme ont été victimes de crime de guerre perpétré par les nazis, donnant lieu au massacre du bois d'Eraine.

De son côté Gratien Candace, qui dans les prémices de la Première Guerre mondiale militait ardemment en faveur de la participation des soldats guadeloupéens dans la défense de la patrie, fait partie des députés ayant voté les pleins pouvoirs à Philippe Pétain. Si la France est désormais sous l'emprise de l'Allemagne nazie, l'Empire colonial français et les « anciennes colonies » dont fait partie la Guadeloupe s'en sortent pour l'instant indemnes[80].

Dès septembre 1939, l'amiral Robert est commandant en chef de l’Atlantique Ouest et haut-commissaire de France aux Antilles, à Saint-Pierre-et-Miquelon et en Guyane[81]. Peu avant l'armistice, Constant Sorin est nommé gouverneur en Guadeloupe par Georges Mandel dix jours avant l'offensive allemande.

L'amiral Sorin, d'abord soutien convaincu du Général de Gaulle au lendemain de l'Appel du 18 Juin, devient un pétainiste convaincu sous la pression de son supérieur hiérarchique, l'amiral Robert. Tandis qu'à l'inverse, l'époque se caractérise dans une grande part de la société guadeloupéenne par une loyauté vis-à-vis de la France, par une aversion profonde envers tout ce qui attrait aux Allemands et par des sentiments mitigés s'agissant des États-Unis, pays dans lequel des lois ségrégationnistes sont appliquées contre les gens de couleurs auxquels les Guadeloupéens s'identifient[82].

Cette période, entre 1940 et 1943, est désignée en Guadeloupe sous le nom d'« an tan Sorin » (au temps de Sorin), pour signifier cette situation assez particulière de l'histoire de la Guadeloupe, où se sont mêlés la dissidence, le travail, la créativité, la débrouillardise et l'autosuffisance, mais aussi le rationnement et la pénurie.

Des voix s'élèvent en Guadeloupe à l'exemple de celle du conseiller général socialiste Paul Valentino, en porte-parole du conseil d'élus émanant de la volonté du peuple, qui fait part de la décision du conseil général de Guadeloupe de poursuivre le combat aux côtés des Alliés avec l'Empire français d'outre-mer. Ce qui mènera tout bonnement à la suppression du conseil général en octobre 1940 et à la nomination des conseillers municipaux par Constant Sorin, en application des décisions de Vichy. Par ses prises de position, Paul Valentino sera condamné et incarcéré en premier lieu au fort Napoléon des Saintes puis une nouvelle fois arrêté le 21 juillet 1940 et incarcéré sur l'Île du Salut en Guyane[83].

Le , la politique vichyste se fait de plus en plus oppressante et opprimante en Guadeloupe obligeant par exemple tous les élus à déclarer qu'ils n'appartiennent pas à des sociétés secrètes telle la Franc-maçonnerie[84]. La propagande vichyste prend le pas et les Guadeloupéens y voient une régression de leurs acquis républicains : un couvre-feu est ordonné, la presse est censurée, les émissions de la BBC sont proscrites, dans les écoles s'instaure le salut au drapeau, la consommation de rhum est interdite, la place de la Victoire est rebaptisée place du Maréchal Pétain, les nouveaux conseils municipaux et le conseil général sont nommés par Sorin.

Et si bien des Békés, fonctionnaires, commerçants, ou employés adhèrent à la Révolution nationale, des Guadeloupéens s'engagent dans la résistance intérieure ou participent à la Résistance extérieure en rejoignant les Forces françaises libres : c'est ce que les Antillais appellent entrer en « dissidence »[83],[85].

Base aérienne de Fort Dix en 1943.

Sur le front extérieur on estime qu'entre 1940 et 1943 un peu plus de 2 000 Guadeloupéens se sont rendus sur l'île voisine de la Dominique afin de rejoindre les Forces françaises libres[80]. Dans un premier temps ces derniers étaient directement envoyés en formation à Londres. Mais devant l'afflux croissant de volontaires, il a été décidé de les former directement sur le sol dominiquais puis de les envoyer aux États-Unis, d'abord en Louisiane puis au camp de Fort Dix situé dans le New-Jersey, pour parfaire leur formation[86],[87].

Élie Bloncourt, résistant guadeloupéen et président de la SFIO pour la zone occupée.

Durant cette période, c'est 1 % de la population guadeloupéenne qui ralliera la Dominique. Chiffre qualifié de très élevé comparativement au nombre d'habitants de l'île à cette époque (environ 230 000 habitants), selon l'historien Éric Jennings[88]. En témoigne un directeur d'usine de Sainte-Rose adressant ses préoccupations à Constant Sorin, le 30 avril 1943 : « J'ai l'honneur de vous faire savoir qu'à cause de nombreux départs journaliers de dissidents, et malgré le concours de prisonniers la récolte ne pourra être enlevée[83]. » C'est en effet en raison des ralliements toujours plus importants des Antillais dans les Forces françaises libres que le Général de Gaulle crée en 1942 le Bataillon des Antilles duquel découle le bataillon de marche n° 5.

En métropole, des soldats guadeloupéens comme le poète Guy Tirolien sont fait prisonniers par les nazis, d'autres à l'exemple d'Élie Bloncourt prennent part à la résistance en zone occupée.

En Guadeloupe, la résistance passive se transforme peu à peu en défiance et débouche sur des confrontions de plus en plus directes et brutales avec les autorités et les forces de l'ordre locales. Et la libération de Paul Valentino de l'Île du Salut, suite au basculement de la Guyane dans le camp allié, signale le début de la dissidence armée. En mai 1943, revenu clandestinement en Guadeloupe, il fomente deux opérations d'envergure contre le régime de Vichy. Dont celle du 30 avril 1943, à Port-Louis, qui se traduit par l'attaque d'un poste de police et le sabotage de lignes de communications. Malgré l'échec de cette opération due à l'arrivée de renfort de la gendarmerie, les jours du gouvernement Sorin sont comptés.

Quelques jours plus tard, à la suite d'un match de football se jouant à la ville de Basse-Terre, des heurts entre supporters et gendarmerie font un mort de 17 ans, Serge Balguy, et plusieurs blessés. Dans la foulée, des gens encerclent la demeure d'un médecin proche des autorités en place, la tension monte et les troubles inquiétants entraînent la démission du conseil municipal de Basse-Terre[83].

En juillet 1943, Constant Sorin quitte ses fonctions[89] et la Guadeloupe est placée sous l'autorité du Comité français de libération nationale.

De colonie à région ultramarine, mouvements sociaux et question statutaire

Départementalisation et régionalisation

La Guadeloupe. Un Morne. Plantation de canne à sucre.png

Le [90], les anciennes colonies de l’Empire français font place à l’Union française, mais celle des Antilles françaises se rapprochent du statut de la métropole[91] et deviennent des départements d’outre-mer : la Guadeloupe et la Martinique[92](le département de la Guadeloupe intégrera aussi Saint-Barthélemy et Saint-Martin dans un arrondissement spécial).

Avec l'arrivée des socialistes au pouvoir en France, la loi de décentralisation est votée en 1982[93] et la région de la Guadeloupe est créée[94], s'intégrant aux 22 régions de France métropolitaine. Dans la foulée, le Conseil régional de la Guadeloupe voit le jour en 1983.

Conflits sociaux, mouvements autonomistes et indépendantistes

Le , dans la commune du Moule, une grève est organisée par les ouvriers de l'usine Gardel en raison d'un retard dans l'application du relèvement du salaire minimum garanti. Des barrages sont érigés par les grévistes. La tension monte et finalement, les gendarmes et CRS présents sur place tirent sur la foule. Le communiqué officiel de l'époque publié par le ministère de l'intérieur dans la presse métropolitaine 4 jours plus tard parle de légitime défense après que les forces de l'ordre aient reçu « des coups de feu blessant un officier et plusieurs gendarmes et C.R.S (...) et des bombes incendiaires » Le bilan est de quatre morts, tous du côté des manifestants, et de quatorze blessés. Localement ces événements sont appelés le massacre de la Saint-Valentin[95].

De nouvelles émeutes ont lieu les 25, 26 et 27 mai 1967 lors des manifestations ouvrières en vue d'obtenir une augmentation salariale de 2,5 %. Ces manifestations donnent lieu à des affrontements avec les CRS, qui ouvrent le feu sur la foule, et entraînent la mort de 5 à 87 personnes, selon les sources, dont Jacques Nestor, un célèbre militant du GONG et plusieurs blessés[96]. Les personnes arrêtées seront relâchées par la cour.

De longues luttes s'ensuivent, dont l’emblématique grande grève qui bloque la récolte de 1971. Deux ans plus tard, l'Union générale des travailleurs de Guadeloupe (UGTG) est fondée[72].

En 2009, l'ensemble des secteurs économiques de l'île sont paralysés par une grève générale qui durera un mois et demi, les grévistes dénonçant notamment les prix des biens de consommation de base[97]

Référendum sur le projet d'une collectivité unique

Le , la « Déclaration de Basse-Terre » est signée. Les présidents de Région des DFA proposent au président de la République et au Gouvernement une modification législative voire constitutionnelle, visant à créer un statut nouveau de Région d'Outre-mer doté d'un régime fiscal et social spécial pour la Guadeloupe, la Guyane et la Martinique, dans le cadre de la République française d'une part, et de l'Union européenne d'autre part (article 299-2 du Traité d'Amsterdam).

L’égalité des droits sociaux en outre-mer fut longue à atteindre. Ainsi, les Guadeloupéens n’ont bénéficié du Smic et du RMI métropolitains qu’en 1996 et 2002[98],

Le , les électeurs de Guadeloupe ont rejeté à 73 %[99], le projet de création d'une collectivité unique se substituant au département et à la région qui coexistent sur le même territoire. Le même jour, les électeurs de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin ont voté en faveur de l'autonomie de leurs communes, devenues par la loi organique du 21 février 2007 deux Collectivités d'outre-mer[100](COM) distinctes des autres dépendances et de la Guadeloupe.

Le , débutent les grèves générales du L.K.P Liyannaj Kont Pwofitasyon (Union contre les profiteurs) qui dureront jusqu'au 4 mars. Ce collectif rassemble 48 organisations syndicales, associatives et politiques. C'est la première fois que l'on assiste à une telle union de la société civile qui élabore une plateforme de revendications balayant l'ensemble des problèmes de l’île. Jusqu'à 100 000 personnes, soit 1/4 de la population, défilent dans les rues. Le LKP se livre alors à une mise en accusation publique de l'État français en décortiquant les mécanismes d'un système inégalitaire[101]. Ces 44 jours de paralysie affaiblissent l'économie de la Guadeloupe et révèlent un profond malaise social sur fond de crise économique.

En avril 2009, pour trouver des réponses à la crise sociale en outre-mer, Nicolas Sarkozy ouvre les États généraux ; de nombreux ateliers dont l'atelier gouvernance proposent un projet d'évolution statutaire à caractère autonome (art. 74 de la constitution) et un projet d'évolution institutionnelle (simplification administrative) relevant de l'assimilation législative (art. 73 de la Constitution)[102] soumis à consultation référendaire, à l'instar de la Martinique et la Guyane[103]. Les populations de ces dernières se sont prononcées en deux référendums en janvier 2010, rejetant l'autonomie en faveur de la simplification administrative (fusion des assemblées départementale et régionale).

À la demande du président de région, Victorin Lurel, la Guadeloupe décide un report de dix-huit mois des consultations populaires, vu la proximité des scrutins régionaux et la pluralité des évolutions statutaires sollicitées par elle-même et par ses dernières dépendances. Mais en définitive, la Guadeloupe et ses dépendances s'inscriront dans la réforme nationale des collectivités territoriales.

Administration, politique et géopolitique

Territoires de la République française.

L'administration de la Guadeloupe s'organise comme celle des autres régions de la France métropolitaine et s'inscrit donc dans l'application stricte de la séparation des pouvoirs et l'héritage jacobin de l'État modulé des différentes lois de décentralisation. Depuis la réforme constitutionnelle du , qui a supprimé les appellations DOM et TOM, la Guadeloupe est un DROM (Département et région d'outre-mer de numéro 971). Elle est donc à la fois une région administrative et un département français d'outre-mer (l'expression DOM reste utilisée aujourd'hui) formant une région mono-départementale pour qualifier cette particularité administrative. Cependant, seul un préfet de région est nommé et siège à Basse-Terre, chef-lieu du département. Le référendum du 7 décembre 2003, où le « non » l'a emporté, proposait de mettre en place une nouvelle collectivité territoriale gérée par une assemblée unique regroupant les compétences de la région et du département. Cette nouvelle collectivité devait rester dans le cadre de l'article 73 de la Constitution avec un régime dit d'assimilation législative.

La Guadeloupe forme avec la Martinique et la Guyane les départements français d'Amérique (DFA), ou constitue l'un des sept territoires situés en Amérique en incluant Clipperton, Saint-Barthélemy, Saint-Martin et Saint-Pierre-et-Miquelon. La région fait aussi partie de l'Union européenne au sein de laquelle elle constitue une région ultrapériphérique (RULP), ce qui lui permet de bénéficier de « mesures spécifiques » consistant à faire des adaptations du droit communautaire en tenant compte des caractéristiques et contraintes particulières de la région.

La Guadeloupe moderne, malgré une organisation administrative et une gouvernance lourde, complexe et confuse par le bicaméralisme de son exécutif local, mène une politique active utilisant pleinement ses institutions qui l'intègrent au reste du territoire français en application des directives assimilationnistes que prévoient la départementalisation et l'intégration à l'Union européenne. Cette orientation qui la rapproche de l'Europe et de la France, limite sa capacité décisionnelle, bride ses responsabilités en faveur d'une mise sous tutelle d'un État providence fort et omniprésent, provoque d'importantes disparités de peuplement, d'aménagement et de développement économique sur son territoire particulièrement entre le continent et les dépendances, et tend à l'isoler de son environnement local, le bassin caribéen, d'où la volonté de changement institutionnel ou statutaire formulée par les élus locaux.

La politique internationale - CARICOM, CARIFORUM, Association des États de la Caraïbe (AEC) - est entretenue par Paris, même si cette dernière délègue depuis peu la représentation française dans la zone caraïbe au Président de région des trois départements français d'Amérique. Cependant, malgré une organisation institutionnelle parfois inadaptée à la réalité guadeloupéenne, ce schéma politique a permis d'améliorer et d'aligner les infrastructures et les services publics, sanitaires et sociaux au même niveau que la métropole. La Guadeloupe se place donc dans le profil d'un pays développé pour sa qualité et son niveau de vie et se situe au même degré économique qu'un pays en voie de développement. Sa population active qui s'inscrit principalement dans un cadre ouvrier et agricole est un électorat sensiblement ancré à gauche, comme le démontre les scrutins territoriaux.

Sous-préfecture de Guadeloupe à Pointe-à-Pitre.

Découpage administratif et pouvoirs judiciaires

Le représentant de l'État est le préfet de région[104], installé à Basse-Terre[105], qui, malgré la suppression du troisième arrondissement, conserve encore certaines prérogatives dans les collectivités de Saint-Barthélemy et Saint-Martin[106] où un préfet délégué a été nommé[107]. Il représente avec les collectivités territoriales l'exécutif local dans l'exercice des prérogatives qui lui sont conférées. Un sous-préfet[108] siégeant à Pointe-à-Pitre[109] administre le deuxième arrondissement. Le préfet de région rend compte à l'exécutif national, aux différents ministres du gouvernement qui rendent compte au Président de la République. Il prend les différents arrêtés et déclenche les différents plans de secours et d'alertes.

Les collectivités territoriales se composent en trois degrés : les communes, le département et la région depuis la loi de décentralisation « Defferre »[93] et représente l'exécutif local dans la limite des prérogatives qui leur sont attribuées. À noter également que le territoire est divisé en 6 établissements publics de coopération intercommunale.

  • Les conseillers municipaux sont élus par le peuple qui élisent à leur tour un maire dans chacune des trente-deux communes.
  • Les conseillers départementaux sont élus au scrutin binominal majoritaire à deux tours dans chaque canton (vingt-un pour la Guadeloupe).
  • Les conseillers régionaux, eux, sont élus au suffrage universel direct par scrutin de liste à la proportionnelle à deux tours pour occuper les 41 sièges de l'hôtel de région Guadeloupe ; une prime majoritaire de 25 % est attribuée à la liste arrivée en tête, depuis la loi du [110].
  • Les quatre députés[111], élus au même mode de scrutin que les cantonales dans chacune des circonscriptions, et les trois sénateurs[112] élus au suffrage universel indirect par les grands électeurs, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour la Guadeloupe, sont chargés de représenter la population au parlement à Paris (Assemblée nationale et Sénat) et de porter les doléances du territoire. Ils participent au système législatif de la nation.
  • La Guadeloupe est représentée au Parlement européen par un député européen (section « Atlantique »).
    Palais de Justice de Basse-Terre.

Les pouvoirs judiciaires sont placés sous l'autorité du procureur de la République nommé par le garde des sceaux.

Toutes les juridictions du premier degré sont présentes (tribunaux d'instance, de grande instance, chambre correctionnelle, cour d'assise, tribunal de police, conseil des Prud'hommes, tribunal de commerce, etc.). Une cour d'appel dans le département représente le deuxième degré de l'ordre judiciaire[113]. Le troisième degré est la Cour de cassation à Paris.

Les deux premiers degrés de l'ordre administratif sont également présents à Basse-Terre qui héberge le tribunal administratif et la cour administrative d'appel. Le troisième degré est le conseil d'État à Paris.

Partis, tendances politiques et élections

Les principaux partis qui animent la scène politique locale sont de souche nationale ou des partis locaux affiliés aux familles nationales : Objectif Guadeloupe (LR ex UMP), La République en marche (LREM), Fédération guadeloupéenne du Parti socialiste (PS), Guadeloupe unie, solidaire et responsable (GUSR), Parti progressiste démocratique guadeloupéen (PPDG), Parti communiste guadeloupéen (PC), les Verts, Modem, le Rassemblement National. Toutes les grandes familles politiques françaises sont représentées. Quelques minorités indépendantistes n'excédant pas les 1 % de suffrages se présentent aux divers scrutins, elles arrivent tout de même à être élues à la tête de petites municipalités, comme l'Union populaire pour la libération de la Guadeloupe (UPLG).

La tendance politique générale actuelle de la Guadeloupe moderne est principalement à gauche, même si la droite fut active pendant de très nombreuses années aux assemblées départementale et régionale. Car en effet, depuis 1999 et la déclarations de Basse-Terre, les crises internes à droite se sont accumulées : position autonomiste de la présidente de région Lucette Michaux-Chevry (Objectif Guadeloupe) et revers au référendum de 2003 amenant Victorin Lurel (PS) à sa place aux élections régionales de 2004, départ de la présidente de la section locale de l'UMP, la députée maire du Moule Gabrielle Louis Carabin, en juin 2009 et guerre de succession entre cette dernière et Marie-Luce Penchard alors Ministre chargée de l'Outre mer (et fille de Lucette Michaux-Chevry). Malgré l'intervention et l'arbitrage de Paris[114], la fracture au sein de la droite a contribué à la victoire de la gauche et de Victorin Lurel[115].

Conseil général de Guadeloupe à Basse-Terre.

Lors des élections législatives de juin 2012, tous les parlementaires guadeloupéens ont été des élus de la gauche: (Eric Jalton, Gabrielle-Louis Carabin, Ary Chalus, Victorin Lurel, Félix Desplan, Jacques Cornano et Jacques Gillot)[116]. Aux élections municipales de 2014, la gauche remporte 24 communes contre 8 pour la droite. Les élections départementales de 2015 voient la fédération guadeloupéenne du Partie socialiste remporter 26 cantons contre 11 pour la GUSR et 2 pour la droite[117]. Madame Josette Borel-Lincertin préside actuellement le conseil départemental de la Guadeloupe. Aux élections régionales de 2015, la liste menée par Ary Chalus a remporté 28 sièges sur 41[110]. Aux élections européennes de 2014, l'UMP est arrivée en tête du scrutin devant le Front National se classant en troisième position, en dépit d'une abstention record[118]. Et lors de celles de 2019 en Guadeloupe, les résultats ont été les suivants : Jordan Bardella du parti Rassemblement national (23,50%), Nathalie Loiseau du partie La république en marche (18%), Manon Aubry de La France insoumise (12,96%), Yannick Jadot d'Europe écologie – Les Verts (10,46%), Raphaël Glucksmann de la liste d'Union de la Gauche (8,91%) et François-Xavier Bellamy de la liste Les Républicains (5,77%)[119]. Le scrutin des élections présidentielles est organisé la veille de celui de la métropole pour une meilleure cohésion du suffrage et compte tenu du décalage horaire. Le dépouillement n'est dévoilé que le jour officiel en même temps que la métropole. Aux élections présidentielles de 2017, en Guadeloupe, les résultats du premier tour ont été les suivants : Emmanuel Macron (30,23 %), Jean-Luc Mélenchon (24,13 %), François Fillon (14,53 %), Marine Le Pen (13,51 %), Benoît Hamon (9,95 %). Au second tour, les électeurs ont voté à 75,13 % pour Emmanuel Macron contre 24,87 % pour Marine Le Pen avec un taux de participation de 49,23 % des inscrits[120].

Géopolitique

Géostratégie et enjeux

Les Îles de Guadeloupe vues depuis la Station Spatiale Internationale.

Au niveau géostratégique, la Guadeloupe se situe dans une zone pivot de l'archipel antillais et également à cheval entre l'océan Atlantique et la mer des Caraïbes. Ce promontoire de choix dans la région permet à la France d'avoir une portée sur une large partie de la façade orientale du continent américain.

La zone économique exclusive formée par la Guadeloupe et la Martinique s'étend sur un peu plus de 126 146 km2[121]. Ce qui offre à la France d'importantes ressources halieutiques et une indépendance dans le développement d'une politique souveraine en matière de recherche et de protection sous-marines (protection des baleines à bosse, réserve Cousteau, protection des récifs coralliens).

De par sa position géographique, la Guadeloupe permet à la France de participer aux dialogues politiques et diplomatiques tant au niveau régional (Petites et Grandes Antilles) que continental (Amérique latine et Amérique du Nord)[122]. La signature de la Convention régionale pour l’internationalisation des entreprises (CRIE), l'adhésion à la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) ou l'adhésion à l’Association des États de la Caraïbe (AEC) sont autant de jalons posés permettant à la Guadeloupe de développer ses relations bilatérales ou multilatérales dans le cadre d'accords ou au sein d'institutions internationales[123].

Le développement de partenariats économiques bilatéraux et multilatéraux avec d'autres États caribéens et américains passe par la modernisation du port autonome de Guadeloupe ou l'importance de l'aéroport international Guadeloupe-Pôle Caraïbes.

Litige territorial

Photo satellite de l'île de Aves.

Le Venezuela est au centre d’une polémique concernant ses eaux dans les Petites Antilles, car ce pays en possède une grande superficie grâce à l’île de Aves. La contestation des pays voisins (Grenade, Barbade, Antigua-et-Barbuda, et la Dominique) repose sur le statut même de l’île. Car, en effet, cette île est en fait qu'un îlet formé par une bande de sable d’une taille comparable à celle d’un terrain de football et de plus est inhabité. Ces pays estiment donc que cette « île » ne devrait pas permettre d’attribuer des eaux au Venezuela. L’affaire est encore en cours.

C'est également sur ces arguments qu'en France la question de la souveraineté du Venezuela sur l'île de Aves a été soulevée par le CIPPA[124] en 2014. Le CIPPA, qui n'est pas un organisme représentatif ni élu mais simplement un groupuscule indépendantiste, considère la Guadeloupe comme l'île des Petites Antilles située la plus près de l'île de Aves et que l'îlet se trouve dans la zone économique exclusive française. En réponse, le Ministère des Affaires Étrangères a rappelé que le critère de la distance séparant une métropole et son territoire d'outre-mer (comme c'est aussi le cas de la France et de la Guadeloupe) ne constitue pas un motif solide permettant de dénoncer de manière unilatérale un traité international.

Symboles

Population et société

Démographie

Entre 2007 et 2012, la croissance démographique a été de l'ordre de 0,1 % par an[125], croissance inférieure à celle de la France métropolitaine (+ 0,5 % par an), sur la même période. Cela s'expliquant par un solde migratoire négatif (-0,6 % par an) et par de nombreux départs vers la métropole étant dus aux difficultés économiques du département, causés par un taux de chômage élevé (28,7 % au recensement de 2012).

En 2018, le département comptait 387 629 habitants[Note 1], en diminution de 3,6 % par rapport à 2013 (France hors Mayotte : +2,36 %). (Les données démographiques ne tiennent pas compte de Saint-Martin et Saint-Barthélemy)

Démographie du département de la Guadeloupe
Année 1664 1789 1879 1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
Habitants 11 437 106 593 174 231 276 545 305 312 315 848 317 269 353 431 386 566 400 736 404 635 394 110

Immigration

La relative richesse de la Guadeloupe contraste avec la très grande pauvreté de plusieurs îles de la région des Caraïbes ; ainsi, la collectivité s'apparente à un Eldorado pour les populations de ces territoires[126]. De plus, d'autres facteurs, comme l’instabilité politique, et les catastrophes naturelles expliquent cette immigration. Dès les années 1970, les premiers immigrés clandestins d’origine haïtienne arrivèrent en Guadeloupe pour satisfaire un besoin de main-d'œuvre dans le secteur agricole ; à côté de cette immigration haïtienne, plus visible parce que plus nombreuse, la Guadeloupe a également connu l’arrivée et l’installation de populations de l’île de la Dominique et de la République dominicaine. En 2005, la préfecture qui représente l’État en Guadeloupe, avance les chiffres de 50 000 à 60 000 étrangers dans le département[127].

Migration

Migrations métropolitaine et américaine

Crée en 1963 par Michel Debré, le Bumidom a eu pour objectif de « [...] contribuer à la solution des problèmes démographiques intéressant les départements d'outre-mer[128]. » Et pour se faire ces missions ont été multiples : information des futurs migrants, formation professionnelle, regroupement familial, gestion des centres d'accueil. À l'époque, ce projet était aussi vu comme un moyen de diminuer l'influence des mouvements indépendantistes antillais qui, dans les années 1960, se renforçaient[129]. Entre 1963 et 1981, on estime à 16 562 le nombre de Guadeloupéens ayant migré vers la métropole par le biais du Bumidom.

On estime à environ 50 000 le nombre de Guadeloupéens et de Martiniquais qui ont participés au chantier du Canal de Panama, entre 1904 et 1914. En 2014, on évaluait entre 60 000 et 70 000 les descendants de ces Antillais vivant au Panama[130]. D'autres vagues migratoires se sont faites vers l'Amérique du nord notamment vers le Canada, au cours du début du 20e siècle.

Famille, égalité des sexes, sexualité et LGBT

Famille et égalité des sexes

L'Insee informe qu'en 2019 la parité homme/femme au sein des assemblées locales était respectée et dépassait même celle rencontrée au niveau national. Et, à ce titre, la Guadeloupe ferait figure de « modèle de parité[131],[132]. » Car selon les études, le modèle matrifocal antillais serait une des raisons de la participation élevée et de l'implication importante des femmes dans la vie politique locale.

En effet, au sein des conseils municipaux et à l'échelon national, on estime entre 82 et 92 conseillères pour 100 conseillers alors que ce nombre est de 95 conseillères pour 100 conseillers en Guadeloupe, dans les communes de plus de 1000 habitants. Et malgré le peu de postes de maire occupés par des femmes (8 sur 32 postes au total, soit 25%), la Guadeloupe se place devant le Centre-Val de Loire et l'Île-de-France qui en comptent 20%. Également, dans le cas de leur présence au sein des intercommunalités guadeloupéennes, on dénombre 2 femmes pour 4 hommes à la présidence de ces assemblées territoriales dont 44% sont des conseillères communautaires, chiffre supérieur à celui des autres Dom et à celui national (31%). Elles représentent également 30% des vice-présidents, alors que dans le reste de la France elles ne représentent que 8% des mandats. Le conseil général est composé à parts égales et le conseil régional compte 21 femmes pour 20 hommes[133].

Sexualité et LGBT

Langues

Le créole a été créé pour que tous les groupes ethniques (européen majoritairement français, africain et amérindien) puissent se comprendre[134]. Cette langue est donc issue d'un mélange créé dès le XVIIe siècle en réponse à une urgence communicative. Puisque contrairement aux Espagnols dont seuls les Castillans avaient au départ le droit de coloniser l'Amérique, et aux Anglais, les Français ne possédaient pas à l'époque de la colonisation de la Guadeloupe de langue unifiée. Les Normands parlaient le normand, les Bretons le breton et c'est pourquoi ils ne pouvaient pas imposer leur langue. Par ailleurs, Terre-de-Haut et Terre-de-Bas dans l'archipel des Saintes, de par leur histoire de peuplement (colons bretons, normands et poitevins), ont leurs créoles propres qui se distinguent du créole Guadeloupéen de par leurs prononciations francisées, leurs expressions particulières, leurs syntaxes et leurs sonorités. Bien que non transcrit, ces insulaires qualifient leur créole de « patois » ou « parler saintois » et assurent activement sa transmission et sa pérennité par leurs descendances de manière vernaculaire.

Le créole a été écrit pour la toute première fois par un béké[135] guadeloupéen à la fin du XVIIe siècle. Et il l'avait, à l'époque, retranscrit à partir de l'orthographe française.

Quelques éléments de transcription phonétique :

  • la lettre « c » n'existe pas, ni l'association « qu » et donc le son [k] s'écrit avec un K.
  • le son « in » (de matin) s'écrit « en »,
  • le son « an » (de enfant) s'écrit « an »[136].

La Guadeloupe étant un département français, le français en est la langue officielle. Toutefois, le français guadeloupéen (en contact avec le créole) possède certaines caractéristiques linguistiques différentes de celles du français standard métropolitain[137]. Mais, ce français régional a été peu étudié et la plupart des descriptions faites portent sur son lexique et sa morphosyntaxe[138]. Cependant, il y a désormais une étude[139] très détaillée sur l'aspect phonique du français guadeloupéen (ce serait la première étude qui traite à la fois des aspects phonétiques acoustiques, phonologiques et perceptifs du français guadeloupéen en particulier et du français antillais en général). Cns les variétés lectales de français guadeloupéen (acrolecte, mésolecte et basilecte).

Depuis le retour aux sources d'une partie de la population guadeloupéenne, il s'est créé un véritable intérêt pour le créole à travers l'apparition de livres de contes et de poésies qui sont, depuis une dizaine d'années, édités en créole et en français. Et, dans ce courant, Hector Poullet est notamment un pionnier des dictées médiatisées en créole. Le créole est aussi une langue très imagée, et très philosophique par ses expressions et son phrasé, ce qui, lorsqu'il est traduit littéralement en français, peut être objet de confusions. Les représentants des plus vieilles générations ne parlent pas toujours couramment le français, mais le créole guadeloupéen.

Religions

Basse-Terre - Église de N.D. Du Mont-Carmel. C'est la plus ancienne des églises qui existent actuellement. Elle fut élevée par Houël, gouverneur et sénéchal de l'Ile, vers 1655
Basse-Terre. - Église de N.D. Du Mont-Carmel. C'est la plus ancienne des églises qui existent actuellement. Elle fut élevée par Houël, gouverneur et sénéchal de l'Ile, vers 1655. Extrait de Les étapes de la Guadeloupe religieuse, 1935[140]

En 1685, le Code noir[141] annonce la religion catholique comme seule autorisée aux Antilles françaises excluant de fait aux juifs et aux protestants la pratique de leur culte, et il impose la conversion forcée des esclaves nouvellement arrivés ainsi que le baptême de ceux plus anciens. S'en suit un rapide engouement chez les esclaves puisque cette religion leur offre un refuge spirituel et permet de sauvegarder certaines de leurs croyances et coutumes africaines, marquant ainsi le début d'un syncrétisme religieux[142]. Depuis les années 1970, de nouvelles religions sont en concurrence avec l'Église catholique telles que : l'Église évangélique de tendance pentecôtiste, l'Église adventiste du septième jour, les Étudiants de la Bible ou Témoins de Jéhovah et l'Église des mormons. Administrativement, le territoire de la Guadeloupe fait partie du Diocèse de Basse-Terre et Pointe-à-Pitre rattaché à l'Église catholique en France. Le diocèse regroupe les territoires de Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint-Martin et le nombre de fidèles est estimé 400 000. En 2020, 59 prêtres étaient en activité dans le diocèse[143],[144],[145]. Le siège épiscopal est à Basse-Terre dans la cathédrale Notre-Dame-de-Guadeloupe.

Temple hindou, Grande-Terre.

L'Hindouisme, accompagnant les Indiens venus travailler en Guadeloupe au milieu du XIXe siècle, est en forte expansion depuis les années 1980. La communauté indienne a d'ailleurs une tradition qui lui est propre et qui vient d'Inde. Il s'agit des mayé men, prononciation déformée du nom de la déesse indienne tamoule Mariamman. On compte pas moins de 400 temples dans l'archipel. L'Islam a fait son apparition aux Antilles françaises au cours des années 1970 tout d'abord à la Martinique. Selon le président de l'association des musulmans de Guadeloupe, le département compterait entre 2 500 et 3 000 musulmans[146]. L'île compte deux mosquées. Le Judaïsme est présent en Guadeloupe depuis l'arrivée de colons hollandais chassés du nord-est de l'actuel Brésil, en 1654. Il existe une synagogue et une communauté culturelle israélite[147],[148]. Le Maronisme est pratiqué par les Guadeloupéens d'origines syrienne et libanaise[149],[150]. Le Rastafarisme exerce une attirance chez de nombreux jeunes depuis les années 1970[151],[152], suite à son émergence aux États-Unis et à la Jamaïque. Le quimbois ou kenbwa, pratiqué en Guadeloupe, se réfère aux pratiques magico-religieuses issues du syncrétisme chrétien et africain[153]. Quant au gadèzafè ou sòsyé, il aurait un don d'extra-lucidité conféré par un saint, un ancêtre[154] et pratiquerait le désenvoutement, le charme et aiderait à la guérison.

Dans la culture populaire guadeloupéenne, le souvenir de créatures surnaturelles est encore vif dans les esprits comme :

  • Le soucougnan ou volant : sorte de vampire qui peut prendre l'apparence d'une boule de feu ou d'un oiseau noir. Son arbre de prédilection est le fromager, appelé « arbre aux esclaves » aux Antilles.
  • Le dorlis : homme doté du pouvoir d'invisibilité pour se faufiler dans les domiciles et abuser des femmes.
  • La diablès ou diablesse : belle femme élégante, ayant au moins un pied de cheval ou de cabrit, se tenant généralement au bord des rivières et qui entraîne les hommes dans les bois pour les perdre à jamais, ou qui les précipite du haut d'une falaise.
  • Manman dlo (la mère des eaux), équivalente de Mamy wata : sirène qui fait chavirer les embarcations et emporte les enfants laissés sans surveillance au bord de l'eau (mer ou rivière). Pour apaiser sa colère on lui lance un peigne.
  • Les zombis ou zèspri (Nzambé signifiant Dieu en kikongo) : morts-vivants.
  • Les mofwazé ou morphroisés (de « métamorphosés ») : entités en forme de chien poursuivant les personnes marchant seules la nuit tombée.
  • Bèt a man ibè est une femme transformée en truie par un sorcier jaloux. Elle entraîne dans son sillage des petits cochons, ses enfants, dans une cacophonie de bruits de chaînes, de grognements et de cris. Son passage les nuits sans lune provoque la fermeture des volets. Celui qui s’aventure à regarder par le trou de la serrure risque d’être atteint de cécité.[3]
  • Le bokor (différent du bokor haïtien) : gros crabe ou crapaud apportant le désordre dans un foyer et que l'on chasse avec de l'eau bénite, de l'ammoniaque ou en le frappant avec les branches d'un acacia (le bwa-pini).
  • Le ti mons (petit monstre) : génie hideux de petite taille sorti d'un œuf qu'on aurait couvé sous son aisselle, durant 7 jours. Celui-ci, reconnaissant envers celui qui l'a fait naître, exaucerait tous ses vœux.

Rites et tradition autour de la mort

Cimetière de Morne-à-l'Eau.

Historiquement la mort d'une personne était annoncée en soufflant dans une conque de lambi, ce qui produisait un son rauque et puissant audible à bonne distance. Puis un crieur de mornes ou « kouri-sikilè » avait pour mission d'aller avertir la famille éloignée et en chemin faisait également circuler l'information pour qu'elle se propage de bouche-à-oreille. Puis, la nouvelle du décès annoncée, chacun s'affairait à la préparation de la veillée mortuaire[155].

Il fallait pour cela rassembler les sièges et les tables permettant aux invités de s'asseoir et de se restaurer, ce qui était le rôle des hommes. Et nettoyer le domicile de la personne défunte, préparer le repas, obtenir des bougies et tout le nécessaire permettant de passer la nuit à veiller le corps, ce qui était le rôle de femmes. Tandis que d'autres se chargeaient de commander le cercueil auprès d'un ébéniste ou d'un charpentier, de s'occuper des tâches administratives auprès de la mairie ou des préparatifs de l'office religieux auprès de l'église[156]. Et une fois les préparatifs terminés, la veillée pouvait commencer.

Aujourd'hui, les crieurs de mornes ont été remplacés par les radios locales et la presse qui diffusent de façon quotidienne les avis d'obsèques. Et de nos jours, lors d'un décès, se sont les entreprises funéraires qui assurent la préparation à l'enterrement. Proposant à la famille et aux proches un espace, dans leurs locaux, dédié à la veillée mortuaire. Si toutefois quelques veillées mortuaires sont encore pratiquées comme autrefois, notamment à la campagne, il est indéniable que cette tradition tend à disparaître[157].

Chaque 1er et 2 novembre, respectivement la Toussaint et la Fête des Morts, sont l'occasion pour les Guadeloupéens de se retrouver en famille afin de se recueillir et d'illuminer la sépulture de leurs proches. À cette occasion tous les cimetières de l'archipel sont ouverts durant la nuit et sont baignés de lumière de bougies.

Éducation

Lycée Carnot, Pointe-à-Pitre.

La région académique de la Guadeloupe comprend uniquement l’académie de la Guadeloupe. Elle emploie 9 618 personnes et son budget de fonctionnement a été de 714,3 millions d'euro pour l'année 2018-2019[158]. Le territoire compte 300 écoles primaires dont 1 maternelle privée sous contrat et 14 écoles élémentaires privées sous contrat[159]. Il compte aussi 52 collèges dont 6 privés sous contrat. Et enfin compte 38 lycées dont 13 sont privés sous contrat[159].

Durant l'année scolaire 2018-2019 ont été scolarisés dans l'Académie de Guadeloupe :

  • 45 510 élèves dans le premier degré ;
  • 45 626 élèves dans le second degré ;
  • 2 718 élèves en post-bac en lycée.

Depuis 2014, l'Académie compte 12 circonscriptions réparties en 5 pôles[160] :

  • Le Pôle Îles du Nord (Saint-Martin et Saint-Barthélemy) ;
  • Le Pôle Basse-Terre Nord (Baie-Mahault, Capesterre-Belle-Eau et Sainte-Rose) ;
  • Le Pôle Basse-Terre Sud : Basse-Terre et Bouillante (Les îles des Saintes incluses) ;
  • Le Pôle Grande-Terre Nord : Grande-Terre nord, Sainte-Anne et Saint-François (Les îles de La Désirade et de Marie-Galante incluses) ;
  • Le Pôle Grande-Terre Sud : Les Abymes, Gosier et Pointe-à-Pitre.

Les îles de la Guadeloupe comptent également deux campus locaux de l'Université des Antilles (Fouillole et Camp Jacob), une « cité de la connaissance » comprenant un campus sanitaire et social, une « Université des métiers » comportant un centre de formation pour apprentis (CFA), un pôle régional des arts et des spectacles, une résidence étudiante, et enfin trois antennes de l'école régionale de la deuxième chance.

Santé et protection sociale

La Guadeloupe dispose d'un centre hospitalier universitaire (CHU), situé à Pointe-à-Pitre, d'un centre hospitalier régional (CHR) à Basse-Terre, de cinq hôpitaux situés à Capesterre-Belle-Eau, Pointe-Noire, Bouillante, Saint-Claude et Grand-Bourg, de six cliniques situées à Baie-Mahault, Le Gosier, Le Moule, Trois-Rivières, Gourbeyre, Saint-Claude et d'une polyclinique située à Grand-Bourg[161], de l'Institut Pasteur de Guadeloupe[162].

L’île est considérée comme un désert médical. Alors que l'on compte 246 médecins généralistes à Paris pour 100 000 habitants, ce chiffre tombe à 140 pour la Guadeloupe. Concernant les chirurgiens-dentistes, alors qu'ils sont en moyenne 88 pour le département des Bouches-du-Rhône pour 100 000 habitants par exemple, ils ne sont que 45 en Guadeloupe[163].

Pandémie de la Covid-19

Médias

Parmi les titres de la presse écrite distribués en Guadeloupe, citons par exemple :

  • France-Antilles Guadeloupe ;
  • Le Courrier de Guadeloupe ;
  • Nouvelles Semaines ;
  • Nouvelles Étincelles ;

Au titre des radios émettant sur les ondes guadeloupéennes, voir l'article détaillé situé ci-dessous :

S'agissant des principales chaînes de télévision transmises en Guadeloupe, peuvent par exemple être citées :

Au titre des services téléphoniques GSM, voir l'article détaillé situé ci-dessous :

Sport

Parmi les groupes et associations sportives que compte la Guadeloupe, citons par exemple :

  • MJCA - Maison des Jeunes et de la Culture des Abymes
  • La Skywalkers Parkour Team et En avant roller à Sainte Anne
  • A.S Redoutable à Baie-Mahault
  • A.C. Saint Robert à Baillif
  • A.S. Racing Club et Cygne Noir à Basse-Terre

Au titre des événements sportifs majeurs se déroulant régulièrement en Guadeloupe, peuvent être mentionnés :

Les principaux équipements sportifs structurant le territoire guadeloupéen sont par exemple :

Délinquance et criminalité

La Guadeloupe était le département le plus violent de France en 2015[164] : 45 meurtres avaient été enregistrés en Guadeloupe et à Saint-Martin[165]. Ces résultats font des deux îles le département « le plus meurtrier de France, loin devant les Bouches-du-Rhône » avec 8,4 meurtres pour 100 000 habitants, soit trois fois plus que dans la région marseillaise. Outre les crimes, on observe selon les chiffres de 2013 une forte augmentation des vols à main armée contre les locaux commerciaux (+63 %) ainsi que celle des cambriolages sur ces mêmes locaux (+31,5 %)[166].

Économie

Indicateurs économiques, emploi et coût de la vie

La culture de la banane.

La région Guadeloupe est globalement sous-dotée en infrastructures, logements sociaux, numérique et réseaux d’énergie. Et le taux de couverture des importations par les exportations s'est élevé à 6 % en 1996. Également, d’après la direction du Budget, l’investissement moyen de l’État par habitant est de 116,29 euros en outre-mer, contre 176,40 en moyenne nationale[167]. Toutefois, malgré sa situation économique, la Guadeloupe fait partie des îles les plus riches et les plus stables des Caraïbes.

La situation économique difficile de la Guadeloupe est traduite par deux chiffres significatifs : le taux de chômage (23,7 % de la population active en 2015[168]), et elle se classe au second rang des régions les plus touchées par le chômage dans l'Union européenne[169]. En janvier 2010 le nombre de demandeurs d'emploi est de 51 860 personnes ce qui augmente le taux de chômage à 23,7 % de la population totale soit une hausse de près de 11,5 % par rapport à 2009. De plus, un jeune Guadeloupéen sur deux est sans emploi. En 2017, le taux de chômage en Guadeloupe était de 22% contre 24% de 2014 à 2016[170].

D'après l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), les prix de l’alimentaire en Guadeloupe sont supérieurs de 42 % à ceux de la métropole[98].

Secteurs d'activité

Vanille Banane de Guadeloupe, Basse-Terre.

L'agriculture (canne à sucre, banane, melon, café[171], vanille), autrefois moteur économique de l'île, ne survit que grâce aux subventions de l'État et des collectivités locales.

Et les deux plus grosses productions de l'île, la canne à sucre et la banane, sont en crise. « La canne, c'est notre sidérurgie », ont coutume de dire les Guadeloupéens et pour cause les industries, peu nombreuses, appartiennent essentiellement au secteur agroalimentaire (sucreries, rhumeries, conserveries). Quant aux cultures fruitières et maraîchères, elles ne parviennent pas à couvrir les besoins des 400 000 habitants. Et chaque année, la Guadeloupe doit donc importer plus de dix mille tonnes de fruits et de légumes.

L'industrie représentait selon l'INSEE, 5,4 % de la valeur ajoutée totale du département en 2006 (contre 6,5 % en 1993) et 6,9 % des emplois. Son développement est partiellement dû aux lois de défiscalisation. La Guadeloupe compte une dizaine de zones industrielles réparties sur tout le territoire. Ces activités se concentrent principalement dans l’agglomération pointoise, sur le site de Jarry (325 hectares) à Baie-Mahault. Cette zone d'activité industrielle (l’une trois premières zones industrielles de France) regroupe 80 % des créations d’emplois des dix dernières années.

Port de Jarry, Baie-Mahault.

Le tourisme est le seul secteur économique à conserver un certain dynamisme et les bons résultats de l’année 2007 confirment l’orientation favorable de la conjoncture du secteur. Le trafic des passagers à l'aéroport Pôle Caraïbes (hors transit) a progressé de 6,2 %, notamment sous l’effet du développement du tourisme de croisière, en hausse de 26,9 % sur l’exercice ; hors croisiéristes, le nombre de passagers arrivés dans l'archipel a crû de 3,6 %. L’hôtellerie classée a également bénéficié de l’augmentation de la fréquentation ; la Guadeloupe est visitée par une majorité de voyageurs en provenance de la métropole (92 % des flux) devant ceux de l’Italie et de la Belgique[172].

Énergies

L'île dispose d'un fort potentiel d'énergie solaire, éolienne et marines, mais en 2018, la biomasse-énergie et le charbon et les hydrocarbures pétroliers restent les plus utilisés.

La loi sur la transition énergétique (TECV) prévoit 50 % d'énergie renouvelable à horizon 2020 pour le territoire. Et la PPE de Guadeloupe prévoit de développer 66 Mw de capacité supplémentaire de biomasse-énergie de 2018 à 2023, dont 43 MW en remplacement du charbon. Par exemple la centrale à charbon Albioma Caraïbes (AC) sera convertie à la biomasse pour aider à faire passer de 20,5 % à 35 % la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de la Guadeloupe[173], et ainsi atténuer la dépendance de l'île aux hydrocarbures fossiles et diminuer la pollution acide de l'air et la production de cendres et de mâchefers toxiques. Cette centrale de 34 MW qui produit en 2 018 260 GWh/an d’électricité (soit 15 % des besoins de l'île) doit diminuer de 265 000 t équivalent CO2/an sur l'ensemble de la chaîne (-87 % une fois reconvertie à la biomasse par rapport à la situation antérieure, au charbon)[173].

La Guadeloupe compte : une centrale de production d'électricité, au Moule, adossée à la filière agricole de la canne à sucre et qui en récupère les déchets du broyage de la canne (bagasse) afin de produire de l'énergie ; 12 parcs éoliens comme à la Désirade, au Moule ou à Marie-Galante[174] ; une centrale géothermique, à Bouillante, exploitant l'énergie de la vapeur d'eau produite par l'activité volcanique (la production d'électricité de cette centrale la place au premier rang national) ; un projet d'exploitation de l'énergie des vagues et des courants marins ; des installations photovoltaïques contribuant au fonctionnement des chauffe-eaux solaires chez les particuliers et au développement du secteur des véhicules électriques[175].

Représentant 2,2 % de la production totale, l'électricité produite par la force hydraulique provient de barrages aménagés dans le lit de quelques cours d'eau.

Approvisionnement en eau potable

L’eau distribuée par le réseau d’eau potable de Guadeloupe provient principalement de la Basse Terre, pour 70 % de prises d’eau en rivière et pour 20 % de captages de sources. Les 10 % restants proviennent de forages qui exploitent les eaux souterraines de la Grande Terre et de Marie-Galante[176].

L'accès à l’eau et l'assainissement sont problématiques du fait de la vétusté du réseau provocant énormément de perte dans le système d'adduction. Depuis des années, les coupures d’eau se font récurrentes, imposant des « tours d'eau », principalement dans les communes de la Grande-Terre qui sont les plus touchées avec des conséquences pour les particuliers mais aussi les activités agricoles[177].

D’après les statistiques de l’Office de l’eau (données de 2020), 61 % de la production d’eau potable est gâchée, soit près de 50 millions de mètres cube d’eau par an, en raison de canalisations vétustes. D'autre part, 70 % des stations de traitement des eaux usées ne sont pas aux normes[167].

Grands projets

Quelques grands projets d'aménagement ont été réalisés au XXIe siècle :

Culture

Architecture

Arts visuels

Littérature

Musées et monuments

Mémorial ACTe.

Principales salles de cinéma, de théâtre et de spectacle

La Guadeloupe dispose depuis 1996 d'une Scène nationale, l'Art-chipel, répondant à une exigence artistique en matière d'art contemporain : spectacle vivant, arts plastiques et images. Situé à Basse-Terre, cet équipement doté de deux salles de spectacle dispose d'un budget de l'État français important pour produire des artistes, les présenter et dispenser un programme d'éducation artistique destinée en priorité à la jeunesse, scolarisée ou non.

Musiques et danses

« The Dance in Place Congo » Illustration artistique d'un rassemblement de danseurs au lieu dit Place Congo. E. W. Kemble, 1886, Nouvelle-Orléans.
Cliquez sur l'image pour écouter.Musique traditionnelle gwoka jouée au marché aux épices de Basse-Terre.

Les musiques et les danses qui caractérisent la culture guadeloupéenne sont le gwoka (ou gwo ka) qui est, depuis 2014, inscrit à l’inventaire du patrimoine immatériel de France à l’Unesco[181]. Le bouladjel qui est, depuis 2013, inscrit à l'inventaire du patrimoine immatériel de France à l'Unesco[182]. Le quadrille, qui est à l'origine une danse européenne introduite dans les colonies antillaises au cours du XVIIIe siècle[183],[184]. La biguine, qui est une musique et une danse d'origine antillaise dont les prémices remontent à la période précédent l'abolition de l'esclavage, au cours de la première moitié du XIXe siècle. Le wabap, qui est une variation de la musique biguine, influencée par la musique afro-cubaine comme le mambo, le jazz et le bebop.

On y écoute aussi de la kadans, musique d'origine haïtienne apparue en Guadeloupe dans les années 1960 et qui donnera naissance à des groupes locaux comme Les Vikings de la Guadeloupe, Les Aiglons, Expérience 7. Du konpa, musique également d'origine haïtienne apparue dans les années 1960 et qui sera popularisée en Guadeloupe par des groupes légendaires comme Les Frères Déjean (1963) et Les Shleu-Shleu (1965). De la kadans lypso ou cadence lypso, qui est un genre musical créé dans les années 1970 par le métissage de la kadans et du kompa avec la musique calypso dominiquaise. Elle sera popularisée en Guadeloupe par Gordon Henderson (inventeur de la musique) et le groupe Exil One, ainsi que par Jeff Joseph et le groupe Gramacks[185]. Également du zouk, qui originellement est une dérive du rythme de la kadans et du rythme de la batterie de la biguine, et dont le nom désigne à l'origine un bal populaire. Ce style sera popularisé par des groupes et des chanteurs comme Kassav' (dont faisait partie Patrick Saint-Éloi), Zouk Machine, Expérience 7, Gilles Floro et Francky Vincent.

Le gwada style, représenté par une jeunesse guadeloupéenne soucieuse de son patrimoine culturel en faisant naître ce nouveau courant nommé du diminutif que donnent les jeunes à l'île, la « Gwada ». On retrouve souvent cette expression dans la musique reggae/dancehall, genres musicaux très populaires aux Antilles (Admiral T, Missié GG). Le creole Jazz[186], le kako gwada et le rock gwada, à l'image des artistes comme Alain Jean-Marie, Sonny Troupé et Jacques Schwarz Bart pour le créole jazz. Et à celle de Dominique Coco, Soft, Exxòs Mètkakola, Erik, Florence Naprix, G'Ny, The Bolokos, Stevy Mahy, représentant la « nouvelle scène créole » alliant avec créativité les sonorités et rythmes traditionnels avec les tendances musicales de la scène underground (néo soul, acoustique, rock, électro, hip-hop). Chaque année se déroule le festival de Marie-Galante Terre de blues consistant à lier les trois Saint-Louis : Saint Louis, célèbre fief du blues aux États-Unis dans les années 1930, Saint Louis du Sénégal, symbole d'une ascendance africaine, et Saint Louis de Marie-Galante, créole, se retrouvant autour de la musique qui naît de cette traversée. En 2013 il accueillait 13 000 festivaliers[187].

Le Festival international de musique Saint-Georges célébre la vie et l'œuvre de Joseph Bologne.

Culture vestimentaire

Mulâtresse de la Guadeloupe, vers 1890.
Vendeuse de lait, 1893.

La tenue traditionnelle, héritée aujourd'hui, est le résultat d'un long brassage culturel impliquant l'Afrique, l'Asie et l'Europe. Métissage culturel ayant d'abord pour toile de fond le commerce triangulaire puis un commerce plus mondialisé incluant des importations de tissus venus d'orient. Par exemple, on retrouve dans le costume traditionnel guadeloupéen des influences asiatique avec l'emploi du tissu madras provenant d'Inde, africaine et européenne (espagnole en l'occurrence) avec le port du foulard comme couvre-chef et à nouveau européenne (française en l'occurrence) dans l'adoption du jupon en dentelle venu de Bretagne[188].

Les vêtements portés en Guadeloupe ont muté au cours des siècles et ont subit des évolutions reflétant les conditions sociales et les évolutions sociétales, durant la période de l'esclavage jusqu'à nos jours. Au cours de la seconde moitié du 17e siècle, en effet, les esclaves débarquant en Guadeloupe étaient nus ou quasiment. On leur faisait ensuite revêtir des haillons ou les habits usés du propriétaire qui rapidement partaient en lambeaux, masquant à peine leur nudité[189]. Ou bien les esclaves travaillant aux champs portaient la robe « trois trous » constituée d'une étoffe fabriquée à partir de fibre végétale et dans laquelle on faisait trois trous (deux pour y passer les bras et une pour y passer la tête)[190].

Sous la pression de l'église et dès la mise en application du Code noir en 1685, il était à la charge des propriétaires de fournir : « à chacun esclave par chacun an deux habits de toille ou quatre aulnes (environ 7.5 m2) de toilles... art.25 »[191], ce qui améliora que très modestement leurs conditions. Toutefois, la mauvaise qualité des vêtements portés durant l'esclavage reste à nuancer car ces derniers pouvaient varier selon le jour de la semaine (vêtements du quotidien, du dimanche, des grandes occasions), ou en fonction du statut des esclaves employés dans les habitations. Ces derniers, effectivement, pouvaient se voir habillés de vêtements de qualité variable selon le métier qu'ils exerçaient au sein de la propriété. S'agissant des femmes domestiques, par exemple, leurs habits pouvaient être de meilleurs confections car elles devaient refléter l'image de réussite et d'aisance que voulait montrer leur maître.

À partir du 17e siècle, l'ébauche du costume créole va notamment coïncider avec la volonté des femmes esclaves de retrouver leur dignité, avec l'évolution de leur emploi au sein de l'habitation ou de la société guadeloupéenne (spécialisation dans les métiers de la couture et de la confection), à l'évolution sociétale guadeloupéenne (femmes de couleur libres, esclaves affranchies, mulâtresses) et avec l'influence de la mode vestimentaire européenne et que la maîtresse d'habitation va représenter[192].

Vie quotidienne à Marie-Galante, 1895.

Après l'abolition de l'esclavage, les grandes périodes de la tenue traditionnelle guadeloupéenne vont être les suivantes :

  • 1848 à 1930, mise en place de l'utilisation du costume;
  • 1930 à 1950, déclin significatif du port du costume traditionnel;
  • 1950 à 1960, période durant laquelle le costume devient uniquement un vêtement « folklorique »;
  • 1960 à nos jours, le costume traditionnel retrouve un nouveau souffle et est valorisé à la fois comme vêtement du quotidien et témoignant l'attachement à la culture guadeloupéenne[193]. Aujourd'hui de nombreux stylistes s'inspirent de la tenue traditionnelle pour réaliser certaines de leurs créations.
Fête des cuisinières.

Issue de cette fusion des codes vestimentaires africain et européen au cours des siècles, incluant des matériaux aux origines lointaines, la garde-robe guadeloupéenne compte des vêtements créoles comme : la robe douillette ou wòb ti-do, robe du quotidien également nommée « à corps » car elle tient bien au corps comme un corset ; la jupe-chemise, en tenue d'apparat (la chemise est en batiste très fine garnie de dentelles, qui s'arrêtent aux coudes et boutonnée par des boutons en or. La jupe, ample et très large par derrière avec une queue, se noue jusqu'au-dessus des seins) ; la robe à corps qui se distingue des autres par la quantité et la richesse du tissu utilisé (satin, de satin broché, satinette).

La coiffe traditionnelle, portée avec ou sans le costume traditionnel féminin, fait l'objet d'une codification précise[194] :

  • la « tête chaudière » est la coiffe de cérémonie de forme ronde et plate, surmontée d'un nœud en épis;
  • la tête quatre bouts (coiffe comportant quatre nœuds) signifie « mon cœur a de la place pour ceux qui le désirent ! »;
  • la tête trois bouts signifie «  mon cœur est pris !»;
  • la tête deux bouts signifie « mon cœur est engagé, mais vous pouvez tenter votre chance ! »;
  • la tête un bout signifie « mon cœur est libre ! »

Gastronomie

Marché de la Darse, Pointe-à-Pitre.

En terme de gastronomie, la cuisine guadeloupéenne est une cuisine métissée des influences africaine, européenne et asiatique. Elle se sert tout d'abord des produits agricoles comme le poyo (bananes plus communément appelées bananes vertes ou ti-nain), la banane dite plantain, le fruit de l'arbre à pain, le gombos, le choux, le pois d'Angole, la christophine, l'igname ou la patate douce. La mer et les rivières approvisionnent en raies, vivaneaux, poulpes (chatou), lambis, burgots (type de gros bulot), oursins, ouassous. Les vergers procurent en fruits comme le corossol, le jambosier rouge, le fruit de la passion (marakoudja), la mangue, la quenette et des agrumes. Les condiments parfois ajoutés aux plats sont le piment habanero, la cive (sorte d'oignon du pays) ou les graines du roucou qui donnent une teinte rouge aux sauces.

La cuisine souvent épicée et assaisonnée résulte de la macération de la viande ou du poisson pendant des heures, avant de les faire cuire, afin d'en relever le goût. Comme plats typiques on citera : le blaff de poisson, les dombrés, le bébélé (originaire de Marie-Galante[195]), le colombo (équivalent du curry indien) et le matété (riz cuit avec du crabe). Et en terme de mises en bouche ou en-cas, sont offerts le boudin créole, les accras, la galette de cassave ou le bokit.

Du côté des desserts, on y propose le blanc-manger, les sorbets ou diverses salades de fruits. En terme de pâtisseries le choix pourra se porter sur les pâtés à la confiture, le tourment d'amour (aux Saintes), le caca bœuf (à Marie-Galante[196]) ou le sacristain. Le pain natté qui est un pain brioché local est souvent consommé.

Il existe localement des productions de fruits confits (surelle, ananas, carambole) et de confitures (goyave, banane, noix de coco). Sont aussi consommés les sorbets comme celui au coco, ou le snowball réalisé à partir de glace pillée à laquelle on ajoute un sirop (menthe, grenadine). Et parmi les sucreries citons la doucelette, le sucre à coco, le kilibibi et le konkada (d'origine béninoise).

Ti-punch, accras et boudin créole.

Dans la catégorie des boissons, la consommation de soda est très importante en Guadeloupe, tout comme celle d'une boisson localement surnommée bière noire. Aussi, il n'est pas rare de rencontrer aux abords des routes des vendeurs de jus de canne à sucre ou d'eau de coco. Le chaudeau est consommé lors des grandes occasions (mariage, baptême, communion) et il s'agit d'un lait de poule à la mode guadeloupéenne que l'on déguste accompagné d'un gâteau fouetté (génoise). Le rhum, dont la consommation est culturellement imbriquée dans la société guadeloupéenne, provient notamment d'une des dix distilleries réparties sur le territoire guadeloupéen et produisant les rhums de Guadeloupe.

Célébrations, festivités et jours fériés

Guadeloupéenne durant le carnaval.

En période de Noël, les familles et amis se réunissent lors de chanté Nwel, occasion de chanter des cantiques et de faire la fête. Après les périodes de fêtes de fin d'année débutent les répétitions du carnaval de Guadeloupe. Les groupes de carnaval défilent tous les dimanches après-midi, dans les rues jusqu'au vacances de Carnaval qui arrivent en février ou en mars. Les groupes à peaux, par exemple, le groupe Akiyo sont des groupes composés uniquement de grosses percussions et d'instruments de coque de lambi. Ils ont la particularité de ne pas avoir de cuivres dans l'orchestre, ni de chorégraphie, défilent souvent sans costumes thématiques. Depuis 2014, le Carnaval en kabwèt de Marie-Galante est inscrit à l’inventaire du patrimoine immatériel de France à l’Unesco[197].

Le Mardi gras, c'est la grande fête où les groupes de carnaval concourent dans le chef-lieu Basse-Terre ou à Pointe-à-Pitre pour les meilleurs costumes, meilleure musique ou meilleure chorégraphie dont le thème est imposé par les comités de carnaval. Le lendemain, le mercredi des Cendres, jour qui termine le carnaval, la mascotte de roi du carnaval surnommée Vaval est brûlée, ce qui signe la fin des festivités, tout le monde défile en noir et blanc (pour marquer le deuil de Vaval), et débutent alors les quarante jours de carême. La population majoritairement catholique, respecte cette période. Mais, étant donné le grand engouement pour les fêtes, le « jeudi mi-carême », un défilé en rouge et noir identique au carnaval donc avec des groupes de musiciens précédés de personnes qui défilent est organisé.

Après cette période de privation, ce sont les fêtes de Pâques, lors desquelles les familles vont souvent camper sur la plage et mangent des plats traditionnels et très populaires à base de crabes : matété (riz cuit avec du crabe), calalou (crabes avec des feuilles de madères accompagné de riz blanc) ou dombrés aux crabes (petites boules de farine cuites avec du crabe).

Fêtes et jours fériés
Date Nom Remarques
1er janvier Jour de l’an Premier jour de l’année. Pour les catholiques, fête de Sainte Marie (avant le concile Vatican II, Circoncision de Jésus-Christ).
Lendemain du dimanche de Pâques (lundi 5 avril en 2021, lundi 18 avril en 2022) Lundi de Pâques Pâques (fête chrétienne commune aux catholiques et aux protestants) est le premier dimanche qui suit la première pleine lune fictive de printemps.
1er mai Fête du Travail D'abord journée de protestations et grèves pour la journée de travail de 8 heures ; traditionnellement le jour de nombreuses manifestations syndicales et politiques en France. Journée devenue fériée sous le régime de Vichy. Depuis 1947, l’appellation « Fête du Travail » n’est que coutumière, i.e. non officielle.
8 mai Fête de la Victoire 1945 Commémoration de la capitulation allemande et de la fin de la Seconde Guerre mondiale (1945).
27 mai Abolition de l’esclavage Dans le département de Guadeloupe uniquement.
39 jours après Pâques (jeudi 13 mai en 2021, jeudi 26 mai en 2022) jeudi de l'Ascension Fête chrétienne célébrant la montée de Jésus aux cieux.
lendemain du septième dimanche après Pâques (lundi 24 mai en 2021, lundi 6 juin en 2022) Lundi de Pentecôte Lundi férié (seul le dimanche garde une signification religieuse particulière).
14 juillet Fête nationale Commémoration de la Fête de la Fédération du (elle-même anniversaire de la prise de la Bastille en 1789).
21 juillet Fête Victor Schœlcher Commémoration de la naissance (en fait le ) du député Victor Schœlcher qui fut à l'origine de l'abolition de l'esclavage, spécifique à la Guadeloupe et à la Martinique.
15 août Assomption Fête catholique célébrant la montée de la Vierge Marie aux cieux.
1er novembre Toussaint Fête de tous les saints de l’Église catholique.
2 novembre Fête des morts Uniquement dans le département de la Guadeloupe.
11 novembre Armistice de 1918 Commémoration de l’armistice mettant fin à la Première Guerre mondiale.
25 décembre Noël Naissance de Jésus-Christ.

Animaux dans les compétitions

Préparation au combat de coqs.

les combat de coqs, bien qu'en voie de disparition, font partie du patrimoine immatériel de la Guadeloupe. Et les défenseurs de cette pratique ont aujourd'hui la volonté de faire perdurer cette tradition, incluse dans la culture guadeloupéenne depuis plusieurs siècles. Toutefois, la loi actuelle n'autorise pas la construction ni l'ouverture de nouveaux gallodromes[198]. La saison s'étale de novembre à juillet et les combats se déroulent le samedi après-midi et le dimanche. Une quinzaine de combats peuvent se succéder, les jours d'ouverture, et durer de cinq à dix minutes[199]. En 2016, la Guadeloupe comptait 10 pitakoks.

Les concours de bœufs-tirant, apparus à Marie-Galante, mettent en compétition des bœufs évoluant en binôme et devant tracter un convoi dont le poids peut atteindre une tonne 400 kg ou plus. Ces derniers doivent atteindre le plus rapidement possible le sommet d'une piste pentue longue d'environ 160 mètres[200]. Cette compétition est alors l'occasion de mettre à l'épreuve la vaillance, la ténacité de ces animaux et valoriser la race créole. En 2019, la Guadeloupe comptait 18 clubs[201].

Les concours de cabris-tirant, calqués sur le modèle des bœufs-tirant, mettent en compétition des boucs évoluant en binôme et devant tracter une charge jusqu'au sommet d'un sentier dont la longueur ne dépasse pas 150 mètres[202].

Les courses hippiques pratiquées à l'hippodrome de Saint-Jacques, à Anse-Bertrand, se déroulent tous les dimanches, du mois de décembre au mois d'août. Passionnés et parieurs viennent voir se mesurer pur-sang et demi-sang montés par des jockeys caribéens[203].

Dans la culture populaire

Musique classique

Les Caquets par Marius Casadesus, 1re partie.

Le Chevalier de Saint-George transmettra à la postérité des compositions comme Les Caquets, œuvre réalisée en 1783. Cette dernière, harmonisée et interprétée par Marius Casadeus en 1936, sera jouée à l'occasion du Tricentenaire du rattachement de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane à la France, (1935-1936).

Les Caquets par Marius Casadesus, 2e partie[204].

Musique contemporaine

Roman

Dans le roman Vingt Mille Lieues sous les mers de Jules Verne les passagers du Nautilus passent aux abords de la Guadeloupe : « Le 16 avril, nous eûmes connaissance de la Martinique et de la Guadeloupe, à une distance de trente milles environ. J’aperçus un instant leurs pitons élevés » Partie 2, Chap XVIII.

Dans le roman Bourses de voyage de Jules Verne les passagers de l'Alert font une escale de 4 jours en Guadeloupe : « La distance qui sépare Antigoa de la Guadeloupe, ou pour mieux dire du groupe d’îles compris sous ce nom, n’est que de cent à cent vingt milles (p. 34-41) » Partie 2, tome 17 et 18, Chap II.

Tragédie historique

En 1822, le chevalier de Fréminville : Christophe-Paulin de la Poix, marin-naturaliste en campagne aux Saintes à bord du vaisseau la Néréïde partage un amour passionné avec Caroline, une Saintoise, plus connue sous le nom de « Princesse Caroline » en référence à sa beauté. Cette dernière se suicide en se jetant du haut du morne Morel, pensant son amoureux mort à Saint-Christophe car il n'est pas revenu de campagne. Elle condamne ainsi le chevalier à la folie. Pris de chagrin, ce dernier retourne à Brest, emportant les habits de sa bien-aimée avec lesquels il se travestit jusqu'à la fin de ses jours.

Les gravures et récits de ce drame sont conservés au musée du fort Napoléon.

Numismatique

Le Chevalier de Saint-George figure sur une pièce de 10  en argent éditée en 2012 par la Monnaie de Paris pour représenter sa région natale, la Guadeloupe.

Cargo Guadeloupe de la Compagnie Générale Transatlantique dans le port du Havre, 1913. Université de Washington.

Paquebots

Trois navires de la Compagnie générale transatlantique ont porté le nom de la Guadeloupe : Guadeloupe (période navigation : 1870-1889) ; Guadeloupe (période de navigation : 1907-1915) ; Guadeloupe (période de navigation : 1929-1936).

Rue et voie de circulation

Il existe de très nombreuses voies portant le nom de la Guadeloupe ou de Karukera, par exemple :

Longs métrages

Avec ses 320 jours de tournage en 2018, le département de la Guadeloupe devient un lieu de production cinématographique en progression notable[205].

Documentaires

  • La Soufrière (La Soufrière - Warten auf eine unausweichliche Katastrophe), court métrage documentaire allemand réalisé par Werner Herzog, sorti en 1977.
  • Souvenirs encombrants d’une femme de ménage de Dani Kouyaté sorti en 2008.
  • Le Chevalier de Saint-George de Claude Ribbe sorti en 2011.
  • Karukera, film réalisé par Mark-Alexandre Montout et sorti en 2016.

Séries télévisées

La ville de Deshaies, cadre de tournage de la série Meurtres au paradis.

La Guadeloupe a également été le décor de nombreuses séries télévisées (réalisées en partie ou en intégralité sur le territoire) parfois à audiences internationales.

  • Baie des Flamboyant, telenovela française crée par Jean-Luc Azoulay et diffusée depuis le 24 septembre 2007 sur Guadeloupe 1re. Puis sur France Ô depuis 2012.
  • Domino, série télévisée française répartie en 120 épisodes de 2 minutes, interprétée par Laurent Tanguy et Laurence Joseph, et diffusée depuis 2011 sur Guadeloupe 1re.
  • Meurtres au paradis (Death in Paradise), série télévisée policière britanico-française créée par Robert Thorogood, entièrement tournée en Guadeloupe, et diffusée depuis le 25 octobre 2011 au Royaume-Uni sur BBC one et depuis le 22 juillet 2013 en France sur France 2 puis sur France Ô.
  • Les Îles d'en face, série télévisée française humoristique créée par Philippe Giangreco et diffusée à partir en 2013 sur France Ô et sur les autres chaînes du Réseau Outre-Mer première.
  • La smala s'en mêle, série télévisée française en sept épisodes de 90 minutes créée par Didier Grousset et diffusée entre 2012 et 2016 sur France 2. Elle a aussi été diffusée en Suisse sur RTS Un et en Belgique sur La Une.
  • Villa Karayib, série télévisée française de durée courte, au ton humoristique en 140 épisodes, créée par Alain Agat et Philippe Giangreco, et réalisée par Philippe Giangreco et Gwendal Pointeau, pour le compte de Canal+ Overseas1. Tournée en Guadeloupe entre novembre et décembre 2013, pour une première diffusion sur Canal+ Antilles à partir de mars 2014 et sur France Ô au début de l'année 2016.
  • Bienvenue à Nimbao, série française réalisée par Philippe Lefebvre et sortie en 2017.
  • Le Rêve français, mini-sérieréalisée par Christian Faure, sortie en 2017 et diffusé sur France 2 en 2018.
  • Capitaine Marleau (saison 3, épisode 6 L'arbre aux esclaves), série télévisée française créée par Elsa Marpeau et réalisée par Josée Dayan.

Personnalités de Guadeloupe

Codifications

La Guadeloupe a pour codes :

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. Émilie Coste, « Philippe Gustin élargit ses fonctions », acteurspublics.com, (consulté le 13 mai 2018).
  2. Le Collectif "Moun Gwadloup" sur le sentier de la guerre, Guadeloupe La 1re, 20 septembre 2019
  3. La Guadeloupe en bref, culture.gouv.fr, consulté le 4 décembre 2020
  4. Guadeloupe - Histoire, Ministère des Outre-mers, 16 novembre 2016.
  5. D'après le linguiste Thierry l'Etang : la Guadeloupe s'appelait Turuqueira puis Çurruquia pour Chanca, elle est appelée diversement Carucueria, Carucueira, Caracueira, Queraqueira ou Caraquéira par Martyr d’Anghiera. Sur la carte-croquis dite de Bartolomé Colon (1503-5), apparaît dans la partie supérieure de l’arc des Petites Antilles, au-dessus de Guadalupa et au niveau des îles Vierges, l’île Carucura. Dans le Libretto (1504), Guadipea est dite Carachara, alors que l’Isolario de Bordone (1528) nomme Characara une île située près de Guadalupe. Geraldini comme Santa Cruz la nomment Caruqueira, Bernaldez, Quaruqueria, Quaruquena ou Quaréquena. Gregory McInstosh relève ainsi plusieurs autres variantes : Caraquiera, Carqueixra, Carqueira, Kerkeria, Quiqueri, Quariqui. Parallèlement à cette ligne historique, un autre vocable ou variante affecté à la Guadeloupe fait son apparition depuis Gomara : Guacana, Guacane ou Guancano. Encore dite, Caroucaira par l’Anonyme de Carpentras, elle est nommée Carucueira par Rochefort. Pour Breton et pour les autochtones qui distinguent fort bien les deux îles, Kaloukéra ou Caloucaéra ne désigne que la Basse-Terre ou la Guadeloupe « proprement dite ». La Grande-Terre étant appelée Kousaalaoua, Couchâalaoüa ou Couchahalaoüa. [PDF] Voir Du nom indigène des îles de l'archipel des Antilles.
  6. Georges Bertrand, Dictionnaire étymologique des mots français venant de l'arabe, du turc et du persan, Paris, L'Harmattan, , p.74.
  7. (es) María Jesús Castro Dopacio, Emperatriz de las Américas : La Virgen de Guadalupe en la literatura chicana, Universitat de València, (ISBN 978-84-370-7758-1, lire en ligne)
  8. Liste des frontières maritimes par pays
  9. « Tableau des superficies | limitesmaritimes.gouv.fr », sur limitesmaritimes.gouv.fr (consulté le 12 juillet 2020)
  10. Guadeloupe - géographie, population et environnement outre-mer.gouv.fr, 9 novembre 2016
  11. Région Guadeloupe, Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, BRGM, « Inventaires des sites géologiques remarquables de Guadeloupe (Phase 2) », Rapport final,‎ , p. 79 p (lire en ligne)
  12. JOSEPH Philippe (dir.), Ecosystèmes forestiers des Caraïbes, KARTHALA Editions, (ISBN 978-2-8111-3056-5, lire en ligne)
  13. « La soufrière | Parc national de la Guadeloupe », sur www.guadeloupe-parcnational.fr (consulté le 6 avril 2021)
  14. Nathalie Bleuse et Charles Mandar, « « Le régime pluviométrique de la Guadeloupe » », La Météorologie, 8e série, no 4,‎ , p. 15 (lire en ligne)
  15. DEAL Guadeloupe, « Liste rouge (UICN) des espèces menacées – Flore vasculaire de Guadeloupe », sur www.guadeloupe.developpement-durable.gouv.fr, (consulté le 26 août 2020)
  16. « Herbiers | Parc national de la Guadeloupe », sur www.guadeloupe-parcnational.fr (consulté le 27 août 2020)
  17. « La Liste rouge des oiseaux de Guadeloupe », sur UICN France, (consulté le 26 août 2020)
  18. « Mammifères | Parc national de la Guadeloupe », sur www.guadeloupe-parcnational.fr (consulté le 26 août 2020)
  19. Parc national de la Guadeloupe : les récifs coralliens. pdf
  20. Arrêté du 25 avril 2017 fixant la liste des coraux protégés en Guadeloupe, en Martinique et à Saint-Martin et les modalités de leur protection (lire en ligne)
  21. « Catalogue des suivis », sur Observatoire des mammiferes marins de la Guadeloupe (consulté le 27 août 2020)
  22. « Poissons marins | Parc national de la Guadeloupe », sur www.guadeloupe-parcnational.fr (consulté le 26 août 2020)
  23. Archimer-Ifremer : La pêche des espèces pélagiques aux Antilles françaises.
  24. « Tortues Marines de Guadeloupe | Habitat des tortues marines » (consulté le 26 août 2020)
  25. « Un rapport s’alarme de « la dégradation généralisée » des masses d’eau en Guadeloupe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  26. ladepeche.fr: "En Guadeloupe, une nouvelle étude confirme la forte pollution à la chlordécone", 08/03/2018
  27. AFP, « Antilles : l'État, «premier responsable» de la pollution au chlordécone », sur Le Figaro.fr,
  28. Préventions des risques et nuisances > Risques naturels> Les plans de prévention des risques naturels - DEAL Guadeloupe - 28 juin 2012.
  29. [1].
  30. [2].
  31. Séisme ressenti en Guadeloupe.
  32. (en) Edward N. Rappaport, Jose Fernandez-Partagas et Jack Beven, « The Deadliest Atlantic Tropical Cyclones, 1492-1996 », National Oceanic and Atmospheric Administration, (consulté le 19 décembre 2013).
  33. a b et c Yasmina Yacou, « Le 22 août 1964, l'ouragan Cléo ravageait la Guadeloupe », Guadeloupe La 1re, 22 août 2020.
  34. (en) « Preliminary Report : Hurricane Hugo (10-22 Septembre 1989) », National Hurricane Center, (consulté le 30 septembre 2017), p. 7.
  35. INSEE Guadeloupe de 2018
  36. Insee - Délimitation de l'unité urbaine 2010 de Pointe-à-Pitre - Les Abymes, consulté le 15 août 2015.
  37. Insee - Séries historiques des résultats du recensement - Unité urbaine de Pointe-à-Pitre, consulté le 15 août 2015.
  38. Insee - Délimitation de l'unité urbaine 2010 de Basse-Terre, consulté le 15 août 2015.
  39. Insee – Séries historiques des résultats du recensement - Unité urbaine de Basse-Terre, consulté le 15 août 2015.
  40. Insee - Délimitation de l'unité urbaine 2010 de Capesterre-Belle-Eau, consulté le 15 août 2015.
  41. Insee – Séries historiques des résultats du recensement - Unité urbaine de Capesterre-Belle-Eau, consulté le 15 août 2015.
  42. Insee - Délimitation de l'unité urbaine 2010 de Sainte-Rose, consulté le 15 août 2015.
  43. Insee – Séries historiques des résultats du recensement - Unité urbaine de Sainte-Rose, consulté le 15 août 2015.
  44. Insee - Résultats du recensement de la population de 2012 dans l'unité urbaine de Pointe-à-Pitre - Les Abymes, consulté le .
  45. « Contexte en Guadeloupe | L'ADEME en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.ademe.fr (consulté le 10 juillet 2020)
  46. Chambre régionale des compte Guadeloupe, « RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT MIXTE DE GESTION, D’ENTRETIEN ET D’EXPLOITATION DES ROUTES DE LA GUADELOUPE », ,‎
  47. La sécurité routière en France, Bilan de l’accidentalité de l’année 2019
  48. Tramway, un projet sur les rails pour 2019 - France Antilles - 10 septembre 2013.
  49. Cap Excellence doit renoncer à son projet de tramway
  50. « Accueil », sur Guadeloupe Port Caraïbes (consulté le 9 juillet 2020)
  51. « Les îles de Guadeloupe | Se déplacer », sur Les îles de Guadeloupe (consulté le 9 juillet 2020)
  52. Siegel et al - Analyse préliminaire de prélèvements sédimentaires en provenance de Marie-Galante. Bilan scientifique 2006-2008. Service régional de l’archéologie Guadeloupe- Saint-Martin – Saint-Barthélemy 2009.
  53. (en) Siegel et al, « Paleoenvironmental evidence for first human colonization of the eastern Caribbean », Quaternary Science Reviews,‎ , p. 275-295 (ISSN 0277-3791, lire en ligne).
  54. Oruno D. Lara, « Arawaks et Karibs, Le mythe », Encyclopaedia universalis (consulté le 14 avril 2021)
  55. Colomb, Christophe, 1494. Relation du deuxième voyage, in : Soledad Estorach et Michel Lequenne, La découverte de l'Amérique. 2, Relations de voyage et autres récits, 1494-1505, Paris, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-4988-6, OCLC 492679643), p. 8.
  56. probablement à l'actuel lieu-dit de Sainte-Marie sur la commune de Capesterre-Belle-Eau.
  57. Jean-Pierre Giordani, La Guadeloupe face à son patrimoine: itinéraires et modalités d'une reconnaissance et d'une revalorisation, KARTHALA Editions, (ISBN 978-2-86537-641-4, lire en ligne), p. 25-26
  58. Karaibes.
  59. Jacques Adélaïde-Merlande, Histoire générale des Antilles et des Guyanes: des Précolombiens à nos jours, Paris, (ISBN 978-2-7384-2972-8, lire en ligne)
  60. Lucien Abenon, La Guadeloupe de 1671 à 1759, tome 2, l'Harmattan, Paris, 1987.
  61. Niort, Jean-François, et Jérémy Richard. « A propos de la découverte de l’arrêté consulaire du 16 juillet 1802 et du rétablissement de l’ancien ordre colonial (spécialement de l’esclavage) à la Guadeloupe ». Bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe, no 152 (2009): 31‑59. https://doi.org/10.7202/1036868ar
  62. Bulletin des lois du 2e semestre 1813, pages 257-258 : gallica.bnf.fr. Ce Sénatus-consulte est promulgué par la régente, l'impératrice Marie-Louise, puisque Napoléon, à cette date, est en campagne en Saxe autour de Leipzig où il sera défait le 19 octobre.
  63. Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, La Découverte, , 995 p. (ISBN 978-2-35522-088-3), chap. 6 (« Le résistible retour du passé (1814-1830) »), p. 223.
  64. « Il semble que le capitaine Trébuchet n’ait vu dans l’agent du gouvernement qu’un homme de paille et dans l’opération qu’une traite traite des nègres comme autrefois », Lettre du commandant de Gorée et dépendances au ministre, du 22 septembre 1857, CAOM, carton 186, dossier 1139, cit. in Boutin 2006: 187.
  65. a b c d et e Boutin, Raymond, 1945-, La population de la Guadeloupe : de l'émancipation à l'assimilation, 1848-1946 : aspects démographiques et sociaux, Ibis rouge éd, dl 2006 (ISBN 2-84450-240-7 et 9782844502407, OCLC 420934293, lire en ligne), p. 208-211
  66. République française, et Ministère de la Marine et des Colonies, éd. « Notices coloniales publiées à l’occasion de l’exposition universelle d’Anvers en 1885 (T. II) », Vol. 2. Paris: Imprimerie nationale, 1885, p. 497.
  67. Mbembe, Achille, 1957-, Critique de la raison nègre (ISBN 978-2-7071-7747-6 et 2707177474, OCLC 861572774, lire en ligne)
  68. Dépêches ministérielles, Lettre du ministre au gouverneur du 5 décembre 1879, archives départementales, Gpe 2Mi 70 R 172, cit. in. Boutin 2006: 209.
  69. Une société de plantation est une société dont le fondement socio économique est la pratique d'une agriculture à vocation spéculative dans des grandes plantations.
  70. *7 octobre 2011 - Célébration du 59e anniversaire du décès de Henry Sidambarom (PDF).
  71. a et b Jacques Denis, « Darboussier, mémoire tenace de l’esclavage », sur Le Monde diplomatique,
  72. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01629750/document
  73. https://www.regionguadeloupe.fr/fileadmin/Site_Region_Guadeloupe/actus/agenda/BROCHURE_MEMORIAL_ACTe_2015-bassdef2.pdf
  74. Christian Schnakenbourg, « Les déportés Indochinois en Guadeloupe sous le Second Empire », Outre-Mers. Revue d'histoire, vol. 88, no 330,‎ , p. 205–208 (DOI 10.3406/outre.2001.3848, lire en ligne, consulté le 14 août 2020)
  75. Pascale Forestier, « La citoyenneté en guerre ? Les soldats guadeloupéens sur le front pendant la Première Guerre mondiale, no 168 », Société d'histoire de la Guadeloupe,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  76. « La figure de l’ennemi : les Antilles et la Première Guerre mondiale », sur Mission Centenaire 14-18 (consulté le 10 avril 2021)
  77. Pascale Forestier et Ingrid Dumirier, sous la direction de M. Benoît Jullien, « Les soldats guadeloupéens dans la première guerre mondiale », sur http://www.archivesguadeloupe.fr, (consulté le 10 avril 2021)
  78. « Histoires Mémoires Croisées "Des champs de bataille aux réécritures de l'Histoire coloniale" - Rencontre du 8 juillet 2014 », sur www.senat.fr (consulté le 10 avril 2021)
  79. a et b « Vichy vaincu par la pression populaire », L'Express,‎ (lire en ligne)
  80. Jean-Jacques Allevi, « Seconde Guerre mondiale : la Martinique sous la botte de Vichy », Geo,‎ (lire en ligne)
  81. Léo Elisabeth, « Vichy aux Antilles et en Guyane : 1940-1943 », Outre-Mers. Revue d'histoire, vol. 91, no 342,‎ , p. 145–174 (DOI 10.3406/outre.2004.4087, lire en ligne, consulté le 13 avril 2021)
  82. a b c et d Eric T. Jennings, « La dissidence aux Antilles (1940-1943) », Vingtième Siècle, vol. 68, no 1,‎ , p. 55–72 (DOI 10.3406/xxs.2000.3935, lire en ligne, consulté le 13 avril 2021)
  83. Dominique Chathuant, « La Guadeloupe dans l'obédience de Vichy 1940/1943 », Bulletin de la Société d'Histoire de la Guadeloupe,‎ , p. 40 p. (lire en ligne)
  84. Julien Tourelle, « La dissidence dans les Antilles françaises : une mémoire à préserver (1945-2011) », Revue historique des armées, no 270,‎ , p. 68-78 (lire en ligne)
  85. Raymond Proust, « Les Antillais dans la France Libre », sur archive.wikiwix.com (consulté le 13 avril 2021)
  86. « Les Antillais dans la France Libre – Fondation de la France Libre » (consulté le 14 avril 2021)
  87. Hélène Ferrarini, « Plus de soixante-dix ans après, les résistants antillais sortent de l'ombre », sur Slate.fr, (consulté le 14 avril 2021)
  88. Edouard Boulogne, « Grosse bourde hier soir sur Guadeloupe la première. L'ancien gouverneur de la Guadeloupe, Constant Sorin, ne fut pas un général allemand, nommé par Hitler pour exterminer les Guadeloupéens ! », Le Scrutateur,‎ (lire en ligne)
  89. « Guadeloupe - Histoire », sur Service d'Information du Gouvernement, (consulté le 10 octobre 2020)
  90. « Evolution institutionnelle et statutaire outre-mer : chronologie | Vie publique.fr », sur www.vie-publique.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  91. « Les départements et les régions d’outre-mer (DOM et ROM)| Vie publique.fr », sur www.vie-publique.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  92. a et b « La loi Defferre sur la décentralisation est promulguée » (consulté le 10 octobre 2020)
  93. « Région Guadeloupe-La Guadeloupe, terre d'histoire », sur www.regionguadeloupe.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  94. 14 février 1952: une grève en Guadeloupe réprimée dans le sang, France 24, 14 février 2009.
  95. « Quand, pour la dernière fois, les forces de l'ordre ont-elles tiré sur une foule en France? - Libération », sur www.liberation.fr (consulté le 9 janvier 2019)
  96. « Chronologie : la grève en Guadeloupe et en Martinique », L'Obs, (consulté le 1er novembre 2017).
  97. a et b Samy Archimède, « Chômage, vie chère ou pollutions : dix ans après la révolte des Guadeloupéens, l’État n’a pas tenu ses engagements », sur Bastamag
  98. Antoine Guiral, « Référendum aux Antilles, quand c'est non, c'est non ! », sur Libération.fr, (consulté le 10 octobre 2020)
  99. « Les collectivités territoriales régies par l’article 74 | Conseil constitutionnel », sur www.conseil-constitutionnel.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  100. Willy Marze, Au cœur du Péyi Guadeloupe : Enquête sur une identité, Globophile, , 250 p. (ISBN 978-2-9538964-8-0).
  101. www.etatsgenerauxdeloutremer.fr.
  102. « Référendum: la Guyane et la Martinique rejettent l'autonomie », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 18 décembre 2016).
  103. « Le Préfet / Le Préfet / La préfecture de la Guadeloupe / Préfecture et sous-préfecture, préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin / Services de l'État / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  104. « Préfecture et sous-préfecture, préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin / Services de l'État / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  105. « La préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin / Préfecture et sous-préfecture, préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin / Services de l'État / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  106. « La Préfète / Organisation des Services de l'Etat / Actualités / Accueil - L'Etat à Saint-Barthélemy et Saint-Martin », sur www.saint-barth-saint-martin.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  107. « Le sous-préfet / La sous-préfecture de Pointe-à-Pitre / Préfecture et sous-préfecture, préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin / Services de l'État / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  108. « La sous-préfecture de Pointe-à-Pitre / Préfecture et sous-préfecture, préfecture de Saint-Barthélemy et Saint-Martin / Services de l'État / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  109. a et b « Région Guadeloupe-Les élections régionales », sur www.regionguadeloupe.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  110. « NosDéputés.fr par Regards Citoyens », sur nosdéputés.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  111. « Sénateurs de la Guadeloupe », sur www.nossenateurs.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  112. « Juridictions judiciaires d'outre-mer », Ministère de la Justice (consulté le 10 octobre 2020)
  113. « UMP : Paris tacle Chaulet et missionne Blaise Aldo », sur www.guadeloupe.franceantilles.fr (consulté le 18 décembre 2016).
  114. « Régionales 2010 : Carabin sur la liste de Lurel ? », sur DOMactu (consulté le 30 juin 2020).
  115. « Ministère des Outre-mer », sur Ministère des Outre-mer (consulté le 30 juin 2020).
  116. « Les résultats des élections départementales des 22 et 29 mars 2015 / Élections départementales 2015 / Élections 2015 / Élections locales 2015 / Archives / Élections / Politiques publiques / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  117. « Guadeloupe (971) : Résultats de l'élection présidentielle », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 18 décembre 2016).
  118. « Les résultats des élections européennes en Guadeloupe / Elections européennes / Élections / Politiques publiques / Accueil - Les services de l'État en Guadeloupe », sur www.guadeloupe.gouv.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  119. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle-2017 (consulté le 10 octobre 2020)
  120. « Tableau des superficies », Portail national des limites maritimes (consulté le 19 septembre 2020)
  121. Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, « La France et les Caraïbes », sur France Diplomatie - Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le 19 septembre 2020)
  122. « Région Guadeloupe-S'ouvrir au marché caribéen », sur www.regionguadeloupe.fr (consulté le 11 juillet 2020)
  123. « L’île d’Avès : réponse du Ministère des Affaires Etrangères | CIPPA.gp », sur cippa.gp (consulté le 10 juillet 2020)
  124. Insee - Résultats du recensement de la population de 2012, Série historique des résultats du recensement, consulté le .
  125. « Atlas Caraïbe », sur atlas-caraibe.certic.unicaen.fr (consulté le 19 septembre 2020)
  126. L'immigration en Guadeloupe, sur islandscommission.org.
  127. « Légifrance - Droit national en vigueur - Jurisprudence - Jurisprudence judiciaire », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 21 avril 2021)
  128. Anne Bocandé, « Péyi an nou : le Bumidom en BD », sur Africultures, (consulté le 21 avril 2021)
  129. « Août 1914 : les Guadeloupéens et Martiniquais oubliés du Canal de Panama », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 21 avril 2021)
  130. « La Guadeloupe est un "modèle de parité" en politique selon l'Insee », sur LExpress.fr, (consulté le 21 avril 2021)
  131. « Parité homme-femme en politique : la Guadeloupe est "un modèle", selon l'Insee », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 21 avril 2021)
  132. « Regards sur les inégalités femmes-hommes - La Guadeloupe, un modèle de parité en politique - Insee Flash Guadeloupe - 115 », sur www.insee.fr (consulté le 21 avril 2021)
  133. « Créole », sur www.axl.cefan.ulaval.ca (consulté le 10 octobre 2020)
  134. Balthazar Gibiat, « Fyèr, péyi, libèté… Comment le créole est devenu “la” langue antillaise », sur Geo.fr, (consulté le 10 octobre 2020)
  135. Fabrice Delumeau., « UNE DESCRIPTION LINGUISTIQUE DU CREOLE GUADELOUPEEN DANS LA PERSPECTIVE DE LA GENERATION AUTOMATIQUE D’ENONCES. », HAL-archives-ouvertes.fr,‎ , p. 318 (lire en ligne)
  136. Akpossan-Confiac Johanne (Linguiste, interviewée par Yvan Amar), « Particularités et accent du français aux Antilles », sur RFI - Danse des mots - Sapeurs de la Langue, (consulté le 3 avril 2015).
  137. Thibault André, « ‘C’est rire qu’il riait’, ou l’extraction du prédicat par clivage en français régional antillais », Congrès Mondial de Linguistique Française (CMLF2010), Neveu F., Muni Toke V., Durand J., Klinger T., Mondada L. et Prevost S. (Eds.), , 13 p. (lire en ligne), pp. 2183-2195.
  138. Akpossan-Confiac Johanne (2015). La consonne /R/ comme indice de la variation lectale : cas du français en contact avec le créole guadeloupéen. Thèse de Doctorat de Phonétique. Paris: Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
  139. lien vers ouvrage
  140. « Le Code noir », sur gallica.bnf.fr (consulté le 7 juillet 2020)
  141. « Les religions aux Antilles françaises », sur Observatoire, (consulté le 7 juillet 2020)
  142. « Basse-Terre - Église catholique en France », sur Église catholique en France (consulté le 30 juin 2020).
  143. « Carte des diocèses », sur Église catholique en France (consulté le 30 juin 2020).
  144. « Diocèse de Guadeloupe », sur guadeloupe.catholique.fr (consulté le 18 août 2020)
  145. « Ramadan : Le mois sacré de l'islam a débuté », sur Guadeloupe la 1re (consulté le 7 juillet 2020)
  146. « JEWISH AND KOSHER FRANCE: SYNAGOGUES IN GUADELOUPE, FRANCE », sur www.kosherdelight.com (consulté le 7 juillet 2020)
  147. « CCIG OR SAMEAH », sur ccig-or-sameah.business.site (consulté le 21 avril 2021)
  148. « Joie des Libanais pour la Saint Maroun – Diocèse de Guadeloupe » (consulté le 21 avril 2021)
  149. « 150 ans de présence des Libanais dans l'Archipel : Un événement pour la Guadeloupe », sur Guadeloupe la 1ère (consulté le 21 avril 2021)
  150. « Archives d'Outre-mer - les communautés rastas ultramarines », sur Outre-mer la 1ère (consulté le 10 avril 2021)
  151. « {Portrait} La communauté Rasta en Guadeloupe » (consulté le 21 avril 2021)
  152. « La sorcellerie des quimboiseurs - Culture en Guadeloupe », sur France-Antilles Guadeloupe (consulté le 21 avril 2021)
  153. Christiane Bougerol, « L'involontaire retour des morts aux Antilles », Études rurales, vol. 105, no 1,‎ , p. 243–255 (DOI 10.3406/rural.1987.3192, lire en ligne, consulté le 10 octobre 2020)
  154. Harry Eliezer, « Toussaint: dans «fête des morts», il y a «fête»... au moins aux Antilles », sur Slate.fr, (consulté le 21 avril 2021)
  155. « Antilles : Les rites funéraires d'antan (Part I) », sur La mort fait partie de la vie, (consulté le 10 octobre 2020)
  156. « Mémoires de Guadeloupe », sur www.memoires-de-guadeloupe.com (consulté le 16 août 2020)
  157. Chiffres de l'Académie de Guadeloupe, 2018-2019, pdf.
  158. a et b Rectorat de la Guadeloupe, « www.ac-guadeloupe.fr - Rectorat de la Région Académique Guadeloupe », sur www.ac-guadeloupe.fr (consulté le 19 septembre 2020)
  159. Académie de Guadeloupe, répartition des 12 circonscriptions, pdf.
  160. « Polyclinique Saint-Christophe de Marie-Galante », sur Polyclinique de Marie-Galante (consulté le 24 avril 2021)
  161. « Site officiel de l'institut Pasteur de Guadeloupe » (consulté le 1er novembre 2017).
  162. « Des médecins cubains bientôt au chevet des Antilles françaises ? », sur LCI,
  163. « Guadeloupe : la spirale de la violence », sur Franceinfo, (consulté le 18 août 2020)
  164. « La violence en Guadeloupe bat tous les records », sur Outre-mer la 1re, (consulté le 18 août 2020)
  165. « Valls en Guadeloupe : pourquoi l'île est le département le plus meurtrier de France », sur Le HuffPost, (consulté le 18 août 2020)
  166. a et b Marion Lecas, « Panorama d'une Guadeloupe à l'abandon où les services de base ne sont même plus assurés », sur Bastamag,
  167. « La vérité sur le LKP », sur Le Point.fr, (consulté le 18 décembre 2016).
  168. « GéoPopulation » Economie » » Guadeloupe, Martinique et Réunion possèdent les taux de chômage les plus élevés d’Europe en 2007 », sur www.geopopulation.com (consulté le 18 décembre 2016).
  169. « Chômage - Moins de chômeurs mais plus de demandeurs d'emploi − Bilan économique 2017 - Guadeloupe | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 10 octobre 2020)
  170. DAAF Guadeloupe, « Vanibel, on aime sa couleur café ! », sur daaf.guadeloupe.agriculture.gouv.fr, (consulté le 19 septembre 2020)
  171. « Ministère des Outre-mer », sur Ministère des Outre-mer (consulté le 30 juin 2020).
  172. a et b Connaissance des énergies et AFP (2018) https://www.connaissancedesenergies.org/afp/une-centrale-charbon-va-se-convertir-la-biomasse-en-guadeloupe-181115 La conversion prochaine à la biomasse de la centrale à charbon Albioma Caraïbes (AC) va aider à faire passer de 20,5 % à 35 % la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique de la Guadeloupe, s'est félicitée jeudi la Commission de régulation de l'énergie (CRE).| 15 novembre 2018
  173. « La filière éolienne en Guadeloupe - Eolien », sur Guadeloupe Energie (consulté le 21 avril 2021)
  174. « L'ADEME en Guadeloupe | Agence de la transition écologique », sur www.guadeloupe.ademe.fr (consulté le 10 juillet 2020)
  175. Guadeloupe (paragraphe « enjeux ») BRGM, 5 mars 2018
  176. « Guadeloupe : protestation contre les coupures répétées d’eau », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  177. « 2020, l'an 1 du nouveau Centre des arts et de la Culture », sur Guadeloupe la 1ère (consulté le 30 juin 2020).
  178. a b c d et e (en) « Anniversaries (events) », The Times,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  179. Le Mémorial ACTe de Guadeloupe présenté à Paris.
  180. « UNESCO - Le gwoka : musique, chants, danses et pratique culturelle représentatifs de l’identité guadeloupéenne », sur ich.unesco.org (consulté le 19 septembre 2020)
  181. « Fiches d'inventaire - Patrimoine Culturel Immatériel en France », sur www.pci-lab.fr (consulté le 19 septembre 2020)
  182. Langue et culture régionale créole : quadrille avec ou sans commandement.
  183. « Accueil », sur www.quadrilleguadeloupe.com (consulté le 16 août 2020)
  184. La musique populaire en Haïti : mini-djaz et migration.
  185. « La folle histoire de Fania All-Stars au Yankee Stadium », sur Mundo Latino, (consulté le 18 décembre 2016).
  186. Migail Montlouis-Félicité, « Marie-Galante, terre d'émotions, Terre de Blues. »,
  187. « My Title », sur Afroculture.net (consulté le 17 avril 2021)
  188. Néba Francis Yale, « La vie quotidienne des esclaves sur l’habitation dans la Saint-Domingue française au XVIIIe siècle : regards de planteurs, de voyageurs et d’auteurs européens », HAL. Archives-ouvertes.fr,‎ , p. 174 (lire en ligne)
  189. « Visite : le musée Saint-John Perse - "Destination Guadeloupe" no 28 », sur www.guadeloupe-fr.com (consulté le 17 avril 2021)
  190. Edit du Roy, « LE CODE NOIR OU EDIT DU ROY servant de règlement », Assemblée Nationale,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  191. « Le costume créole une histoire en surpiqûre » (consulté le 17 avril 2021)
  192. Mission académique : langue et culture régionales créoles.
  193. « Les coiffes de la Guadeloupe », sur Atout Guadeloupe - Guide vacances Guadeloupe (consulté le 18 août 2020)
  194. Céline D'ailleurs, « Le Bébélé : de l’histoire à la tradition », sur Saveurs d'ici et d'ailleurs, (consulté le 16 octobre 2020)
  195. « Recettes de cuisine de Marie-Galante », sur www.ot-mariegalante.com (consulté le 17 avril 2021)
  196. « Fiches d'inventaire - Patrimoine Culturel Immatériel en France », sur www.pci-lab.fr (consulté le 19 septembre 2020)
  197. « Combats de coqs : l’interdiction de construire de nouveaux gallodromes confirmée », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 août 2020)
  198. « Un souffle nouveau pour les combats de coqs - Culture en Guadeloupe », sur France-Antilles Guadeloupe (consulté le 19 août 2020)
  199. Article de Guadeloupe 1re : bœufs tirant.
  200. Office du Tourisme de Marie-Galante : compétitions de bœufs tirants.
  201. « GOYAVE. Trente-six attelages de boucs-tirants se sont affrontés à Morne Rouge - Faits de Société en Guadeloupe », sur France-Antilles Guadeloupe (consulté le 19 août 2020)
  202. IPEOS I-Solutions, « L'hippodrome de Saint-Jacques », sur www.ot-ansebertrand.fr (consulté le 19 août 2020)
  203. (notice BnF no FRBNF37992857)
  204. « La Guadeloupe mise sur le cinéma pour son développement économique », sur LEntreprise.com, (consulté le 12 septembre 2020)
  205. Hegesippe Légitimus.

Bibliographie

Articles connexes

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Guadeloupe.

Liens externes