Raphaël Glucksmann

Raphaël Glucksmann

Raphael Glucksmann au congrès du PSE, en mars 2024.
Fonctions
Coprésident de Place publique
En fonction depuis le
(1 an, 6 mois et 9 jours)
Avec Aurore Lalucq
Prédécesseur Jo Spiegel et Émilie Agnoux
Président de la commission spéciale sur l'ingérence étrangère dans l'ensemble des processus démocratiques de l'Union européenne, y compris la désinformation

(2 ans, 10 mois et 20 jours)
Élection
Législature 9e
Vice-président de la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 15 jours)
Avec Hannah Neumann
Élection
Président Marie Arena
Udo Bullmann
Législature 9e
Prédécesseur Barbara Lochbihler
Député européen
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 23 jours)
Élection 26 mai 2019
Réélection 9 juin 2024
Circonscription France
Législature 9e et 10e
Groupe politique S&D
Conseiller spécial auprès de la présidence de la Géorgie

(3 ans)
Président Mikheil Saakachvili
Biographie
Date de naissance (44 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt
Nationalité française
Parti politique AL (2006-2007)
PP (depuis 2018)
Père André Glucksmann
Conjoints Eka Zgouladze (2009-2012)
Léa Salamé (2015-)
Diplômé de Institut d'études politiques de Paris
Profession essayiste, réalisateur, personnalité politique

Raphaël Glucksmann, né le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un essayiste et un homme politique français.

Réalisateur de documentaires dans les années 2000, il est conseiller spécial de 2009 à 2012 de Mikheil Saakachvili, président néolibéral de la Géorgie. Il est ensuite essayiste, chroniqueur à France Inter et directeur du Nouveau Magazine littéraire en 2017.

Après un passage du côté de la droite à Alternative libérale en 2007 avec une position atlantiste, il s'oriente vers le centre gauche de tendance libérale et la social-démocratie, puis lance en 2018 le mouvement politique Place publique (PP).

À la tête d'une liste réunissant Place publique, le Parti socialiste et Nouvelle Donne, il est élu député aux élections européennes de 2019. Durant son mandat europhile en faveur du fédéralisme européen, il s'engage notablement contre le génocide culturel des Ouïghours, défend le Pacte vert pour l'Europe, soutient l'intégration de l'Ukraine à l'Union européenne ou encore une réforme du Règlement Dublin III. Durant son mandat, il siège au sein de la Commission des affaires étrangères et la Commission du commerce international et est vice-président de la Sous-commission des droits de l'homme.

Il est à nouveau tête de liste PS-Place publique pour les élections européennes de 2024, et obtient un score de 13,8 %.

Biographie

Famille

Raphaël Glucksmann naît le [1],[2] à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Son père est le philosophe André Glucksmann, issu d'une famille juive ashkénaze française[3] et sa mère est Françoise Glucksmann[4], née Villette[5], la fille de la philosophe Jeannette Colombel[6].

Vie privée

En 2009, Raphaël Glucksmann épouse Eka Zgouladze, alors femme politique géorgienne[7],[8], membre de gouvernements de droite, qui a aussi obtenu la nationalité ukrainienne. Le couple a un fils, né en 2011[9].

Il est en couple depuis 2015 avec la journaliste et animatrice audiovisuelle Léa Salamé, rencontrée la même année lors de l'émission de télévision On n'est pas couché[10]. En 2017, ils ont un fils[11].

Interrogé, en 2018, dans l'émission d'Arte 28 Minutes, sur son profil socioculturel, il reconnaît être né dans un milieu aisé, « mondialisé », et déplore la fracture entre deux franges de la population française pour le risque démocratique qu'elle engendre :

« Quand je vais à New York ou à Berlin, je me sens plus chez moi, a priori, culturellement, que quand je me rends en Picardie, et c’est bien ça le problème. Ce qu’il faut essayer de faire, c’est sortir de soi-même et essayer de comprendre — ce que ne fait majoritairement plus l'élite française — qu'on peut parfaitement soi-même trouver géniale cette émancipation vis-à-vis de tout type de structure collective mais que ça nous permet pas de faire un peuple. Or il n'y a pas de démocratie si on ne fait pas un peuple[12],[13]. »

Formation et débuts dans le journalisme

Raphaël Glucksmann étudie à Paris au lycée Lamartine, puis en classe préparatoire littéraire (hypokhâgne-khâgne)[4], au lycée Henri-IV[14]. De 1999 à 2003, il étudie à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po)[15],[4].

Il effectue un séjour de sept mois en Algérie, comme journaliste, au quotidien généraliste Le Soir d'Algérie[16].

En , encore étudiant, il fonde avec une dizaine de personnes, et avec l'aide de son père et de ses amis, l'association Études sans frontières (ESF), ce qui permet le à neuf étudiants venus de Tchétchénie d'étudier dans des écoles et universités parisiennes[17].

En 2004, il réalise le documentaire Tuez-les tous ! en collaboration avec David Hazan et Pierre Mézerette qui pointe la responsabilité de la France dans le génocide des Tutsis au Rwanda. Mis en cause, Édouard Balladur et Hubert Védrine produisent des droits de réponse à ce documentaire[18].

Toujours en 2004, il réalise avec David Hazan un documentaire sur la révolution orange en Ukraine[19].

Parcours journalistique

Le Meilleur des Mondes

Aux côtés de son père, Raphaël Glucksmann est un des contributeurs de la revue néoconservatrice Le Meilleur des Mondes, publiée entre 2006 et 2008 par le Cercle de l'Oratoire[20], un cercle de réflexion fondé par différentes sensibilités pro-américaines en France[21],[22].

Chroniqueur sur France Info et France Inter

À la rentrée 2017, Raphaël Glucksmann est chroniqueur dans Questions politiques, émission d'Ali Baddou diffusée chaque dimanche sur France Info et sur France Inter[23]. Lors d'une émission en mars 2018, il participe avec Natacha Polony à un débat sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994[24]. À l'issue de l'échange, celle-ci est poursuivie devant le tribunal correctionnel pour contestation de génocide et relaxée en 2022[25]. Le tribunal a conclu que Natacha Polony n'a plus été en mesure de s'expliquer à partir du moment où Raphaël Glucksmann a relevé l'expression « des salauds face à d’autres salauds », dans laquelle il a vu une référence implicite à la « théorie du double génocide  »[26]. En novembre 2018, il arrête l'émission pour se consacrer à son élection politique en fondant le mouvement Place publique[27],[28].

Le Nouveau Magazine littéraire

De à la fin de l'été 2018, Raphaël Glucksmann est directeur de la rédaction du Nouveau Magazine littéraire, qui se présente comme une revue de débats de la « gauche hors les murs »[29],[30] et qui ouvre son capital à 40 % à quatre actionnaires externes, parmi lesquels Claude Perdriel, Bruno Ledoux et Xavier Niel. En , après l'échec commercial du magazine (6144 nouveaux abonnés seulement malgré 760 000 euros de dépenses de marketing et des ventes tombées de 31 863 à 8 105 exemplaires en quatre numéros[31]) Glucksmann est congédié faute de résultats selon Claude Perdriel, ou à cause de ses critiques envers Emmanuel Macron, selon lui[32],[33].

Parcours politique

Engagement à Alternative libérale

En 2006, il est investi par Alternative libérale (AL), un parti favorable au libéralisme politique comme au libéralisme économique, pour être candidat aux élections législatives de 2007 dans la cinquième circonscription de Paris[34],[35]. Chargé de présenter les projets de politique extérieure du parti, il intervient en tant que membre du parti[36],[34] en , aux côtés d'Édouard Fillias, à une conférence de presse.

En 2019, Glucksmann nie, lors d'une conférence de presse de Place publique, avoir voulu se présenter aux législatives sous l'étiquette AL. Pourtant, les archives du site web du parti consultées par Libération attestent que Glucksmann fut présenté comme candidat jusqu'à début mars 2007[34],[36]. Dans un enregistrement d'une conférence de presse d'Alternative libérale retrouvé par le journal, Edouard Fillias passe la parole à Glucksmann alors présenté comme « candidat » avant d'expliquer pourquoi il est « intéressé par ce mouvement et par cette candidature »[36]. Toutefois, le journal confirme qu'il s'est bien retiré avant le dépôt officiel des candidatures, en raison de divergences avec ses convictions sociales, plaidant ne s'être « retrouvé qu'avec des gens de la droite libérale, qui daubaient sur la sécurité sociale »[34],[36].

Conseiller spécial de Mikheil Saakachvili

Mikheil Saakachvili, président de la Géorgie entre 2004 et 2013.

En août 2008, à la suite d'une altercation avec le général russe Borissov , chef des troupes d'invasion lors de la deuxième guerre d'Ossétie du Sud[37], Raphaël Glucksmann se rend en Géorgie pour se mettre au service de Mikheil Saakachvili, président néolibéral au pouvoir[38], qu'il avait déjà rencontré en 2004 à Kiev[9]. Son départ en Géorgie aurait également été initié par Bernard-Henri Lévy, ami de sa famille, après un appel téléphonique[16]. Il écrit à cette époque au sujet de la Géorgie que « certes, Saakachvili n'est pas Gandhi. Mais, sous son impulsion, la Géorgie a changé de visage. [...] Le gouvernement est formé de jeunes gens dont la double nationalité américaine, anglaise ou israélienne fait ressembler Tbilissi à une Babel occidentale plantée au cœur du Caucase »[39]. Il ouvre une « Maison de l'Europe » à Tbilissi[40].

En 2009, il est son conseiller officiel[9] et le considère comme « avant tout un ami ». Il sensibilise Saakachvili à la question de l'intégration de la Géorgie[9] dans l'Europe et participe aux discussions avec l'Union européenne face à la menace du pays, en affrontement direct avec la Russie dirigée par Vladimir Poutine[37]. En Géorgie, il « se flatte de servir d’intermédiaire » avec le président français Nicolas Sarkozy et de défendre l'image du pays à l'extérieur, sur fond de souhait d'une adhésion à l'UE, voire à l'OTAN[41],[42]. Il participe également à l'écriture des discours du chef de l'État[43],[9].

En 2012, il est marié à Eka Zgouladze, ministre de l'Intérieur géorgienne et le couple quitte la Géorgie pour l'Ukraine, dans un contexte de crise politique et de protestations visant Saakachvili[44]. Là-bas, il participe au mouvement Euromaïdan et sa femme devient vice-ministre de l'intérieur au sein du gouvernement de l'Ukraine durant environ un an et demi. En 2013, Saakachvili est battu à l'élection présidentielle par le candidat pro-russe, soutenu par l'Église orthodoxe[37].

Engagement en Ukraine

En 2013, après le refus de l'Ukraine, alors dirigée par Viktor Ianoukovitch, de signer le rapprochement avec l'Union européenne via un accord de libre-échange, Raphaël Glucksmann se rend à Kiev dès le début des manifestations d'Euromaïdan[45].

Il y conseille notamment gratuitement l'ex-boxeur et politicien Vitali Klitschko — candidat à l'élection présidentielle ukrainienne de 2014 avant de se désister en faveur de Petro Porochenko[46] — pour qui il écrit ses discours et développe ses contacts en Europe et aux États-Unis[45]. Avec Giorgi Arveladze , il envisage de créer un think tank pour faire de Kiev une vitrine de la démocratie européenne et d'opposition à Vladimir Poutine, tout en proposant aux candidats un catalogue de réformes[46]. Le journal Le Monde mentionne alors qu'il « a fait des soulèvements nationaux son fonds de commerce » ; Raphaël Glucksmann se décrit lui à l'époque comme « consultant en révolution »[45].

Positionnement lors des élections présidentielles

Raphaël Glucksmann s'oppose tant au nationalisme qu'aux idéologies islamistes, allant jusqu'à comparer les deux en affirmant qu'ils se renforcent l'un l'autre. Pour lui, « Le projet de l’extrême droite est politiquement plus dangereux que celui des jihadistes, car il n’y aura jamais de califat en France ».[47] En 2008, Raphaël Glucksmann publie son premier livre, coécrit avec son père et intitulé Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy. Ils y écrivent notamment : « Notre président a promis d'enterrer Mai 68. N'est-il pas plutôt son héritier rebelle ? » Ils suivent ainsi la thèse libérale voulant que Mai 68 n'ait été qu'une révolution anti-totalitaire[48]. Raphaël et André Glucksmann étaient tous deux présents au meeting du du candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2007, qui avait alors déclaré souhaiter « liquider l'héritage de 68 »[48],[49]. L'Humanité mentionne les éloges envers Nicolas Sarkozy à cette époque qu'il décrit comme quelqu'un qui « brise les tabous » en faisant preuve de « liberté et d'insolence »[50].

En 2015, Raphaël Glucksmann estime que le soutien apporté par son père à Nicolas Sarkozy en 2007 était une erreur[3]. Il affirme avoir été « athée en politique à ses débuts », et s'être déplacé vers la gauche « par dépit », Sarkozy ayant selon lui « quitté le champ de l’acceptabilité républicaine »[51].

Lors de la campagne pour l'élection présidentielle de 2017, il déclare ultérieurement avoir soutenu le candidat du Parti socialiste, Benoît Hamon[34], à qui il transmet une note sur des thèmes comme les droits de l'homme pour un discours au palais omnisports de Paris-Bercy[52]. Au second tour du scrutin, Raphaël Glucksmann apporte son soutien à Emmanuel Macron[53]et déclare que « Macron doit gagner haut la main ! ». Après l'élection, il se dit « fier » de la victoire de celui-ci contre Marine Le Pen, tout en regrettant sa « philosophie individualiste »[54]. Après le premier tour des élections législatives qui suivent, il estime que « le Parti socialiste est mort »[55]. Le , il participe à la journée de lancement du Mouvement du 1er juillet — qui deviendra Génération.s —, aux côtés de Benoît Hamon[56].

Mouvement Place publique : depuis 2018

En , Raphaël Glucksmann participe à la fondation de Place publique (PP), avec Claire Nouvian (présidente de l'association Bloom), l'économiste Thomas Porcher, l'homme politique socialiste Jo Spiegel et d'autres personnalités du monde associatif et politique[57].

Dès sa fondation, la vocation de Place publique est d'unifier la gauche (sans La France insoumise[58],[59]) en vue des élections européennes de 2019[60], mais sa proposition est rejetée par Europe Écologie Les Verts et n'aboutit ni avec Génération.s ni avec le Parti communiste français[61],[62]. Le , la direction du Parti socialiste le soutient à la tête d'une liste d'alliance avec Place publique et Nouvelle Donne aux européennes[63]. Cette décision suscite des critiques au sein de Place publique, que décide de quitter Thomas Porcher, dénonçant une « trahison » et l'absence de « vote en interne » sur la question[64],[65]. Claire Nouvian quitte également le mouvement et expose huit mois après les élections européennes les motifs de son départ lors d'une interview accordée au Nouvel Obs décrivant des « pratiques politiques exécrables » et une incompatibilité de personnalité avec Raphaël Glucksmann[66],[67],[68].

Pour Le Monde diplomatique, Glucksmann investit avec cette liste le centre gauche au profit de la désintégration du Parti socialiste[22]. Le , il est élu député européen, sa liste étant arrivée en sixième position, avec 6,2 % des suffrages exprimés et six élus[69],[70]. En août 2019, Glucksmann est recadré par Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, après ses propos prônant un « dépassement » qui « permettrait à la gauche de reprendre le pouvoir », souhaitant « dissoudre, de dépasser les partis politiques qui existaient avant Emmanuel Macron »[71].

Le , il est désigné vice-président de la sous-commission des droits de l'homme du Parlement européen sous la présidence de la socialiste belge Marie Arena et siège à la Commission des affaires étrangères et celle du commerce international[72],[73]. Le , Raphaël Glucksmann est élu président de la Commission spéciale sur l'ingérence étrangère dans l'ensemble des processus démocratiques de l'Union européenne, y compris la désinformation[74].

Lors des élections législatives de 2022, Glucksmann indique des désaccords avec la France insoumise, mais apporte son soutien à la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES)[75].

Raphaël Glucksmann annonce en septembre 2023 sa candidature aux élections européennes de 2024 avec comme slogan « Le combat continue », en principe avec le Parti socialiste qui n'a pas encore choisi sa tête de liste[76]. Il est officialisé tête de liste du PS le [77].

En avril 2024, VIGINUM révèle que le candidat est victime d'une campagne de désinformation pro-chinoise visant à handicaper sa candidature européenne en le qualifiant d'agent de la CIA suite à son engagement contre le génocide culturel des Ouïghours[78]. Il est également victime de fausses informations diffusées par le Rassemblement national et une partie de la gauche radicale[78].

Aux élections européennes de juin 2024, il arrive en troisième position avec 13,8 % des voix talonnant le parti présidentiel Ensemble[79].

Après la dissolution de l'assemblée nationale par Emmanuel Macron après l'annonce des résultats des élections européennes de juin 2024, Raphael Glucksmann pose ses conditions à une possible union des principaux partis de gauche. Alors qu'il avait indiqué le ne pas souhaiter rejoindre l'alliance aux conditions posées par LFI[80],[81], il annonce le au micro de France Inter son soutien à « une union de la gauche », afin « que le Rassemblement national ne gagne pas ces élections législatives et ne gouverne pas ce pays ». En effet, il affirme avoir « obtenu […] un engagement extrêmement clair sur les livraisons d'armes à l'Ukraine, sur les frontières de l'Ukraine, sur le soutien indéfectible à la résistance ukrainienne ». Il dit avoir « obtenu aussi le soutien à la construction européenne », que les « attaques du 7 octobre soient qualifiées de [...] clairement terroristes » et « un engagement clair dans la lutte contre l'antisémitisme, dans la lutte contre la brutalisation du débat public »[82].

Prises de position

Affaires étrangères

Raphaël Glucksmann est un partisan de l'Union européenne[83],[84], de la social-démocratie[85] et du fédéralisme européen[86],[87]. Il partage un temps une position atlantiste paternelle[88],[86]. Sur ce sujet, il se rapproche des positions de Nicolas Sarkozy avant de le regretter[89],[90].

En 2019, il déclare au magazine Marianne que la France doit rester dans l'OTAN et qu'il faut donc maintenir les relations entre l'OTAN et l'Union européenne à défaut de pouvoir « assumer le rôle de défense collective »[91]. Ainsi, il est en faveur d'une défense commune européenne[92]. Dans une chronique du Soir publiée en 2022 sur les bouleversements de l'atlantisme conventionnel, Glucksmann est décrit comme un auteur atlantiste libéral confronté à une « internationale transatlantique illibérale » en référence à la politique de Viktor Orbán[93].

Il estime que la France a joué un rôle dans le génocide des Tutsis au Rwanda[94].

Lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, il préconise, dans une tribune parue dans Le Monde, que l'Europe mette fin aux importations de gaz et de pétrole russe et fournisse davantage d'armes aux forces ukrainiennes[95]. Glucksmann, qui estime que la paix en Europe serait menacée si l'Ukraine s'effondrait[96], qualifie les partis qui ne défendent pas un renforcement du soutien à l'Ukraine de « pseudo pacifistes » qui « n'œuvrent pas à la paix, mais à la défaite des démocraties »[97]. Plusieurs critiques émanant du PCF et de LFI le qualifient de « va-t-en-guerre », à l'instar du journal L'Humanité, qui lui trouve « un certain opportunisme »[98].

Restant proche des positions d'Emmanuel Macron sur le libéralisme, l'Europe fédérale et l'Ukraine[99], il est même favorable à plus de soutien à cette dernière et déclare, lors de la campagne européenne de 2024 comme de 2019, que la France devrait totalement entrer en économie de guerre[100]. Lors des élections européennes de 2019, il propose une taxation des plus hauts patrimoines pour financer le soutien à l'Ukraine, ainsi qu'un passage en économie de guerre pour aider militairement l'Ukraine sans financer l'industrie de l'armement américaine[101]. Glucksmann soutient l'intégration de l'Ukraine à l'Union européenne[102] et la possibilité pour elle de rejoindre l'OTAN[103]. Il critique Emmanuel Macron pour son plaidoyer en faveur d'un rapprochement avec la Russie[92] et s'insurge contre Ségolène Royal quand elle remet en question certains des crimes commis lors de l'invasion russe de l'Ukraine[104],[105]. Le politologue Rémi Lefebvre note que « son côté très atlantiste pouvait le pénaliser il y a quelques années [mais] lui sert aujourd’hui à être identifié contre Poutine »[86]. Cependant, face aux critiques d'une partie de la gauche[106], Raphaël Glucksmann soutient que qualifier la position pro-ukrainienne d'alignée sur Washington ou d'atlantiste est « faux »[103].

Il contribue à une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux concernant le génocide culturel des Ouïghours, avec Dilnur Reyhan, présidente de l'Institut ouïghour d'Europe[107]. Au début de l'année 2021, comme d'autres députés européens, il est l'objet de sanctions de la part de la Chine (interdiction d'y entrer ou d'y faire des affaires), en raison de son soutien à la minorité persécutée des Ouïghours[108]. En novembre 2021, Glucksmann conduit sept membres du Parlement européen à Taïwan pour envoyer un signal fort en faveur de l'île autonome, malgré une menace de représailles de la Chine[109].

En mars 2024, il refuse l'emploi du terme « génocide » à l'endroit de la population palestinienne dans la guerre d'Israël sur Gaza et se justifie en déclarant avoir « un emploi extrêmement précautionneux du terme ». Il dénonce toutefois un « carnage » à Gaza ainsi que le « blocus »[110]. En avril 2024, il affirme la légitimité de la direction de Sciences Po Paris à faire évacuer ses locaux lors de l'occupation de l'établissement en soutien aux Palestiniens[96].

Immigration

Glucksmann propose, lors des élections européennes de 2019, une version européenne de l'opération Mare Nostrum[111].

Il prône, lors des élections européennes de 2024, une sortie du règlement Dublin III pour un meilleur partage de l'accueil des migrants entre les pays européens[101]. Il critique le Pacte sur la migration et l'asile, affirmant qu'il ne résout pas le « chaos des politiques migratoires européennes » et ne garantit pas la solidarité entre les États membres[112]. Il prône des règles uniformes pour tous les États membres et estime nécessaire une politique migratoire permettant des aller-retours entre les pays d'origine et d'accueil[113].

Il défend la création de voies d'immigration légales en Europe, proposant le développement de quotas, basés sur les besoins économiques des États[112]. Il propose ainsi une immigration de travail pour répondre à la pénurie de main-d'œuvre dans certains secteurs. Cette mesure est jugée difficilement réalisable par François Héran, en raison de la souveraineté des États membres sur leur politique migratoire, tandis que Matthieu Tardis, co-directeur au sein du centre de recherches Synergies migrations, estime que les visas de travail ne seraient pas accessibles aux mêmes personnes que celles qui empruntent les routes migratoires dangereuses vers l'Europe[114].

Écologie

Dans son programme pour les élections européennes de 2019, il prône une alliance entre socialisme et écologie, proposant un « pacte finance-climat-biodiversité » mobilisant jusqu'à 400 milliards d'euros par an pour la transition écologique et la création d'emplois[111].

Lors des élections européennes de 2024, il propose une taxation des plus hauts patrimoines pour financer la transition écologique. Glucksmann appelle également à investir dans les énergies renouvelables pour qu'elles représentent 70 % du mix énergétique européen. Il évite de prendre une position tranchée sur le nucléaire, affirmant qu'en sortir ne peut pas être un objectif, sans se prononcer sur sa place dans la production énergétique[101].

Il défend le Pacte vert pour l'Europe et propose, dans son programme, de lancer un grand plan de rénovation énergétique des logements et des bâtiments, en commençant par les écoles. Il soutient également le droit à la réparation pour combattre l'obsolescence programmée et appelle à un protectionnisme écologique européen, proposant un « Buy European Act » réservant les commandes publiques aux productions européennes. Il envisage également de lancer un « pacte bleu européen » pour protéger les océans et renforcer le transport ferroviaire, notamment le fret ferroviaire et les trains de nuit[115].

Défense

Lors des élections européennes de 2019, il propose un encadrement plus strict des exportations d'armes[111]. Lors de celles de 2024, il propose la création d'un fonds de défense de 100 milliards d'euros, financé par un nouvel emprunt européen[92]. Il estime nécessaire d'accroître les capacités de production d'armement et de conclure des contrats à long terme avec les industriels français[116].

Économie

Lors des élections européennes de 2024, Glucksmann définit son programme comme « opposé au libre-échange[101] ». Il s'oppose aux agences de notation, propose une taxation plus forte des milliardaires pour financer les politiques publiques[96] et défend une réforme de la Politique agricole commune[84].

Mesures sociales

Lors des élections européennes de 2019, il propose un salaire minimum pour chaque pays européen et un congé parental égalitaire de huit mois[111].

Corrida

Raphaël Glucksmann est membre du Comité d'honneur de la FLAC (Fédération des Luttes pour l'Abolition des Corridas) depuis le 14 février 2021[117].

Résultats électoraux

Élections européennes

Les résultats ci-dessous concernent uniquement les élections où il est tête de liste.

Année Liste Circonscription Voix % Rang Sièges
2019[118] PP-PS-ND-PRG France 1 403 170 6,19 6e
6  /  79
2024[119] PP-PS France 3 424 216 13,83 3e
13  /  81

Publications

  • Je vous parle de liberté : entretiens de Mikheil Saakachvili, Paris, Hachette Livre, , 207 p. (ISBN 978-2-01-237648-9).
  • avec André Glucksmann, Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy, Paris, Éditions Denoël, , 233 p. (ISBN 978-2-207-26007-4)
  • Génération gueule de bois. Manuel de lutte contre les réacs, Paris, Allary Éditions, , 171 p. (ISBN 978-2-37073-040-4)
  • Notre France. Dire et aimer ce que nous sommes, Paris, Allary Éditions, , 304 p. (ISBN 9782370730763)
  • Les Enfants du vide. De l'impasse individualiste au réveil citoyen, Paris, Allary Éditions, , 211 p. (ISBN 978-2-37073-162-3)
  • Lettre à la génération qui va tout changer, Paris, Allary Éditions, , 181 p. (ISBN 978-2-37073-140-1)
  • La grande confrontation, Paris, Allary Éditions, , 183 p. (ISBN 978-2-37073-453-2)

Notes et références

  1. Christophe Ono-dit-Biot, « Glucksmann père et fils : Sarkozy, enfant de mai 68 ? », Le Point, no 1847,‎ (lire en ligne [archive du ]).
  2. Cécile Daumas, « Raphaël Glucksmann : « Il était profondément droit-de-l’hommiste » », Libération, (consulté le ).
  3. a et b Maria Malagardis, « Raphaël Glucksmann : une rage d’enfant », Libération, (consulté le ).
  4. a b et c Perrine Cherchève et Marie Huret, « Raphaël Glucksmann, Bobo De Combat », L'Express, (consulté le ).
  5. Nina Siahpoush-Royoux, « « Je suis triste aujourd’hui » : Léa Salamé en deuil, elle pleure une femme chère à son cœur », Gala, (consulté le ).
  6. Philippe Artières, Franck Veyron et Laurent Jeanpierre, Ripostes ! - Archives de luttes et d'actions 1970-1974 (Faire front contre les nouveaux fascismes : André Gucksmann), CNRS Éditions, (ISBN 9782271146380, lire en ligne), p. 249.
  7. Anne Dastakian, « Géorgie : la « French connection » », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) « Former Georgian Official Joins Ukrainian Interior Ministry », sur Radio Free Europe/Radio Liberty, (consulté le ).
  9. a b c d et e Piotr Smolar, « Dans la famille Glucksmann, le fils est conseiller de président », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « Malaise sur le plateau de ONPC quand Yann Moix évoque Léa Salamé devant Raphaël Glucksmann », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  11. Clément Garin, « Léa Salamé a accouché : découvrez le joli prénom de son bébé », sur Télé Star, (consulté le ).
  12. Lucas Bretonnier, « Lancer Place Publique dans « Libé » : Raphaël Glucksmann se tire une balle dans le pied », Marianne, (consulté le ).
  13. 28 minutes, Renaud Dely, sur artetv.com du 22 octobre 2018
  14. Jean-Christophe Catalon, « Portrait de Raphaël Glucksmann, un trentenaire en guerre contre les réacs », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Vanessa Schneider, « Raphaël Glucksmann, fils sans complexe », M, le magazine du Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. a et b « Dans la famille Glucksmann, le fils est conseiller de président », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. Marion Van Renterghem, « De Grozny... à la Sorbonne », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Pierre Péan, Noires fureurs, blancs menteurs. Rwanda 1990/1994, Fayard/Mille et une nuits, 2005.
  19. Je vous parle de liberté par Mikheil Saakachvili, Hachette Littératures, octobre 2008.
  20. Antoine Perraud, « Soutien de Bush et de la guerre en Irak, la revue "Le Meilleur des mondes" esquisse une autocritique » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  21. Jean Birnbaum, « "Le Meilleur des mondes", une voix pour l'Amérique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. a et b Pierre Rimbert, « Raphaël Glucksmann, un autre Macron est possible », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  23. Benjamin Meffre, « Natacha Polony et Raphaël Glucksmann rejoignent Ali Baddou sur France Inter », sur Ozap, (consulté le ).
  24. « Natacha Polony, à propos du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda en 1994 : « Malheureusement, on est typiquement dans le genre de cas où on avait, j’allais dire, des salauds face à d’autres salauds » », sur francegenocidetutsi.org.
  25. « Contestation du génocide rwandais : Natacha Polony renvoyée en correctionnelle », sur Le Parisien, (consulté le ).
  26. Raphaël Doridant, « Relaxe attendue pour Natacha Polony », sur Survie, (consulté le ).
  27. Condé Nast, « Raphaël Glucksmann quitte France Inter pour se consacrer à la politique », sur Vanity Fair, (consulté le ).
  28. Benjamin Meffre, « Raphaël Glucksmann quitte France Inter pour se consacrer à ce nouveau parti politique », sur Ozap, (consulté le ).
  29. Abel Mestre et François Bougon, « « Le Nouveau Magazine littéraire » veut faire vivre « la gauche hors les murs » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Enguérand Renault et Chloé Woitier, « « Nouveau magazine littéraire » : Perdriel débarque Glucksmann pour anti-macronisme », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Nouveau magazine littéraire : Perdriel débarque Glucksmann pour anti-macronisme », Le Figaro, (consulté le )
  32. Abel Mestre, « Au « Nouveau Magazine littéraire », Glucksmann paie ses critiques envers Macron », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Anne Brigaudeau, « De la Géorgie aux européennes, comment Raphaël Glucksmann, tête de liste soutenue par le PS, s'est lancé pour de bon en politique », sur France Info, (consulté le ).
  34. a b c d et e Vincent Coquaz et Fabien Leboucq, « Raphaël Glucksmann était-il candidat d'un mouvement ultralibéral aux législatives de 2007 ? », Libération, (consulté le ).
  35. « Le PS se range sous son nom aux européennes : qui est Raphaël Glucksmann ? », sur LCI (consulté le ).
  36. a b c et d « Les petits arrangements de Raphaël Glucksmann sur son passé libéral », Libération, (consulté le ).
  37. a b et c Jean-Christophe Catalon, « Portrait de Raphaël Glucksmann, un trentenaire en guerre contre les réacs », Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  38. (en) Dimitri Gugushvili, « Lessons from Georgia's neoliberal experiment: A rising tide does not necessarily lift all boats », Communist and Post-Communist Studies, vol. 50, no 1,‎ , p. 1–14 (ISSN 0967-067X, lire en ligne, consulté le )
  39. Raphael Glucksmann, « Leçons géorgiennes », Libération (consulté le ).
  40. « Le conseiller français du Prince géorgien. RAPHAËL GLUCKSMANN », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  41. Marianne, 6 octobre 2012.
  42. François de Labarre, « Dix ans après, des accords pour rien en Géorgie », sur Paris Match, (consulté le ).
  43. Piotr Smolar, « Dans la famille Glucksmann, le fils est conseiller de président », Le Monde, (consulté le ).
  44. Hadrien Mathoux, « L'OPA réussie de Raphaël Glucksmann sur le PS, ou le mariage des repentis », Marianne, (consulté le ).
  45. a b et c « La révolution, c'est son rayon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. a et b Lucas Bretonnier, « International : au cœur de la nouvelle Ukraine » Accès libre, sur Le Parisien, (consulté le )
  47. Cécile Daumas, « Raphaël Glucksmann: «Le FN mène une bataille culturelle» », sur liberation.fr (consulté le )
  48. a et b Mai 68 expliqué à Nicolas Sarkozy, Raphaël et André Glucksmann, Editions Denoël, résumé de l'éditeur en février 2008.
  49. François d'Orcival, « Liquider l'héritage de mai 68 », Le Figaro, (consulté le ).
  50. Anthony Cortes, « Raphaël Glucksmann, le nouveau candidat du « en même temps » », sur L'Humanité, (consulté le )
  51. Lisa Vignoli, « Glucksmann père et fils : la tête et les jambes », M, le magazine du Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  52. Étienne Girard, « Benoît Hamon : voici comment a été élaboré le discours remarqué de Bercy », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. « Présidentielle 2017 : 32 personnalités s'engagent pour le second tour : « Macron doit gagner haut la main ! Il faut écraser le Front national » », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Raphaël Glucksmann : « Nous avons évité la mort clinique, mais la maladie, elle, demeure » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Raphaël Glucksmann, « Ci-gît le PS (1971-2017) », Le Nouvel Obs, no 2745,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. Clara Bamberger, « Hamon dit adieu au Parti socialiste devant ses partisans », Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  57. Eugénie Bourlet, « Raphaël Glucksmann dévoile un nouveau mouvement politique “citoyen, écologiste et solidaire” », Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  58. Cyrielle Cabot et AFP, « Européennes : Raphaël Glucksmann veut unir la gauche, mais sans la France insoumise », sur BFM TV, (consulté le ).
  59. Pauline Graulle, « Gauche sociale-démocrate cherche espace politique (désespérément) » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le ).
  60. Jannick Alimi, « Nous avons deux mois pour réunir la gauche, affirme Glucksmann », Le Parisien, (consulté le ).
  61. Quentin Laurent, « Gauche : Génération-s « prêt à dialoguer » avec Place publique », Le Parisien, (consulté le ).
  62. Raphaël Proust, « Européennes: à gauche, c’est «tout sauf le PS»! », L'Opinion, (consulté le ).
  63. « Raphaël Glucksmann candidat aux européennes pour une liste de gauche », sur 20minutes.fr.
  64. Marylou Magal, « Européennes: Thomas Porcher quitte Place publique en dénonçant une «trahison» », Le Figaro, (consulté le ).
  65. « L’économiste Thomas Porcher quitte Place publique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  66. Cécile Amar, « Claire Nouvian : « J’ai servi de caution écolo une fois, pas deux » », Le Nouvel Obs, (consulté le ).
  67. « Claire Nouvian claque la porte de Place publique et accable Glucksmann », Le Point, (consulté le ).
  68. « «Dégoutée» par la politique, Claire Nouvian dégomme Glucksmann, Place publique et le PS », sur Le Parisien, (consulté le ).
  69. « Voici la liste des députés français qui siégeront au Parlement européen », sur BFM TV, (consulté le ).
  70. « Résultats des élections européennes 2019 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  71. Rémy Descous-Cesari, « A La Rochelle, Glucksmann veut dépasser le PS sans le supprimer », sur liberation.fr, (consulté le )
  72. Parlement européen, « Élection des président(e)s et vice-président(e)s des commissions du Parlement », sur europarl.europa.eu, (consulté le ).
  73. « Députés du Parlement européen : Raphaël GLUCKSMANN », sur Parlement européen.
  74. « Le Parlement européen s'engage contre la désinformation et les ingérences étrangères », sur Radio France internationale, (consulté le ).
  75. Ariel Guez, « Législatives : malgré des « divergences immenses » avec Mélenchon, Raphaël Glucksmann soutient l'union de la gauche », sur BFM TV, (consulté le ).
  76. « Elections européennes 2024 : Raphaël Glucksmann annonce sa candidature, sans doute avec le PS », Le Monde, (consulté le ).
  77. « Élections européennes 2024 : le conseil national du Parti socialiste approuve Raphaël Glucksmann comme tête de liste », sur France Info, (consulté le ).
  78. a et b « Européennes 2024. Raphaël Glucksmann, un agent de la CIA ? Une campagne d'intox est lancée », Le Progrès (consulté le ).
  79. Sandrine Cassini, Après le bon score de Raphaël Glucksmann aux européennes 2024, le risque des divisions au PS en vue des législatives, lemonde.fr, 10 juin 2024
  80. Antoine Oberdorff, « Raphaël Glucksmann dit non au Front populaire aux conditions de LFI : « Il n’y a pas eu d’accord » » Accès libre, L'Opinion, (consulté le ).
  81. « Raphaël Glucksmann refuse un front populaire aux conditions de LFI » Accès libre, Le Point, (consulté le ).
  82. « Législatives : pour Glucksmann, "la seule manière" de bloquer le RN est "une union de la gauche" », sur Radio France, (consulté le ).
  83. Jean Quatremer, « Raphaël Glucksmann: «Jamais je ne me résoudrai à la mort de la gauche pro-européenne. Ou à sa réduction à un club de bridge» » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  84. a et b « Raphaël Glucksmann, un pro-européen devenu espoir de la social-démocratie » Accès libre, sur La Croix, (consulté le )
  85. Louis Nadau, « Et si c'était (pas) lui ? Raphaël Glucksmann, nouveau prophète pour vieille gauche », sur www.marianne.net, (consulté le )
  86. a b et c Maël Thierry et Sylvain Courage, « Raphaël Glucksmann peut-il créer la surprise ? », sur Le Nouvel Obs, (consulté le )
  87. Jonathan Bouchet-Petersen, « Ruffin et Glucksmann, des gauches différentes, pas irréconciliables » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  88. Felix Marquardt et Raphaël Glucksmann, « L'atlantisme à l'épreuve du «nouveau monde» », sur Le Figaro, (consulté le )
  89. « Raphaël Glucksmann assume sa différence », sur Le Figaro, (consulté le )
  90. Julien Rebucci, « Enquête sur le parcours sinueux de Raphaël Glucksmann », sur Les Inrocks, (consulté le )
  91. Louis Hausalter, « Quel programme pour l'Europe ? Les réponses de Raphaël Glucksmann, tête de liste PS/Place publique », sur www.marianne.net, (consulté le )
  92. a b et c Richard Flurin, « Elections européennes 2024 : le socialiste Raphaël Glucksmann propose un "fonds de défense de 100 milliards" d'euros » Accès libre, sur France Info, (consulté le )
  93. Jean-Paul Marthoz, « Avis de tempête sur l’Atlantique », Le Soir,‎ , p. 13 (ISSN 1375-5668, lire en ligne Accès payant)
  94. « Génocide au Rwanda : des « mitterrandiens » en colère après les propos de Raphaël Glucksmann », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  95. « Raphaël Glucksmann : « Si nous ne défendons pas l’Ukraine pour nos principes, alors faisons-le pour nos intérêts vitaux » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  96. a b et c Martin Lagrave, « Guerre en Ukraine: «Il y a un décalage entre les mots et les actes» de Macron, dénonce Glucksmann » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )
  97. « Guerre en Ukraine : Raphaël Glucksmann accuse LFI d’œuvrer «à la défaite des démocraties» », sur Le Figaro, (consulté le )
  98. « Raphaël Glucksmann, le nouveau candidat du « en même temps » - L'Humanité », sur https://www.humanite.fr, (consulté le )
  99. Constantin Gaschignard, « Fédéralisme, Ukraine : sur l'Europe, Raphaël Glucksmann et la Macronie d’accord sur (presque) tout », sur www.marianne.net, (consulté le )
  100. « Guerre en Ukraine: Raphaël Glucksmann appelle la France "à passer en mode économie de guerre" », sur BFMTV (consulté le )
  101. a b c et d Lucas Bauer, « Elections européennes 2024 : mais au fait, que propose Raphaël Glucksmann ? » Accès payant, sur Libération, (consulté le )
  102. « Intégration de l'Ukraine à l'UE, réforme de l'assurance chômage, immigration... Ce qu'il faut retenir de "Demain l'Europe" avec Raphaël Glucksmann » Accès libre, sur France Info, (consulté le )
  103. a et b « Raphaël Glucksmann : "Face à un caïd comme Poutine, on ne baisse pas les yeux" », sur L'Express, (consulté le )
  104. « Royal met en doute les possibles crimes de guerre en Ukraine, Faure s’insurge », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  105. « Crimes de guerre en Ukraine : Ségolène Royal provoque un tollé, une plainte déposée », Le Point, (consulté le ).
  106. Antoine Oberdorff, « Européennes: Raphaël Glucksmann tente de déjouer le procès en déconnexion de François Ruffin », sur l'Opinion, (consulté le )
  107. Elsa Vigoureux, « La rencontre de ces trois-là a rendu la cause ouïgoure puissante en France », Le Nouvel Obs, (consulté le ).
  108. Mathilde Loire, « Ouïghours: qui sont les parlementaires et universitaires européens sanctionnés par la Chine ? », L'Express, (consulté le ).
  109. « L'Europe est « aux côtés » de Taïwan, assure une délégation du Parlement européen à Taipei », sur France Info, (consulté le ).
  110. AFP, « Gaza : Raphaël Glucksmann refuse le terme de génocide mais dénonce un « carnage » », sur BFM TV (consulté le ).
  111. a b c et d Corinne Laurent, « Raphaël Glucksmann, un projet écologique et social pour les européennes » Accès libre, sur La Croix, (consulté le )
  112. a et b « Raphaël Glucksmann souhaite la mise en place de « voies d’immigration légales » en Europe » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le )
  113. « Raphaël Glucksmann veut développer des «voies d'immigration légales» en Europe » Accès libre, sur Le Figaro, (consulté le )
  114. Leslie Carretero, « Européennes : des "voies d’immigration légales" sont-elles possibles au niveau européen, comme le souhaite Raphaël Glusckmann ? » Accès libre, sur InfoMigrants, (consulté le )
  115. « Européennes: Raphaël Glucksmann propose "une révolution écologique européenne" » Accès libre, sur Challenges, (consulté le )
  116. Baptiste Farge, « Guerre en Ukraine: Raphaël Glucksmann appelle la France "à passer en mode économie de guerre" » Accès libre, sur BFM TV, (consulté le )
  117. Corrida - Raphaël Glucksmann intègre la FLAC
  118. « Résultats des élections européennes 2019 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  119. « Publication des candidatures et des résultats aux élections européennes 2024 », sur interieur.gouv.fr (consulté le )

Voir aussi

Bibliographie

  • Henri de Monvallier, Nicolas Rousseau, Les Imposteurs de la philo, Le Passeur, 2019 (ISBN 978-2368906941)

Articles connexes

Liens externes