The Shift Project

The Shift Project
Logo de l'organisation

Devise : « Redesigning the Economy to Achieve Carbon Transition »

Situation
Région Île-de-France
Création (11 ans)
Type Association / think-tank
Siège 16-18 rue de Budapest
Paris Drapeau de la France France
Organisation
Membres Alain Grandjean, Gaël Giraud, Hervé Le Treut, Jean-Pascal van Ypersele
Président Jean-Marc Jancovici
Directeur Matthieu Auzanneau

Site web theshiftproject.org

The Shift Project (abrégé « TSP » ou « le Shift ») est une association française créée en 2010 et un laboratoire d'idées qui s'est donné pour objectif l'atténuation du changement climatique et la réduction de la dépendance de l'économie aux énergies fossiles.

Le nom de l'association peut être traduit en français par « le projet de changement » (ou « le projet de mutation »), la devise étant Redesigning the Economy to Achieve Carbon Transition (« Redéfinir l'économie pour réaliser la transition carbone »).

Présentation, objectifs et fonctionnement

The Shift Project est une association loi de 1901[1] reconnue d'intérêt général, créée en à Paris, à l'initiative d'un groupe d'experts, dont Jean-Marc Jancovici, Geneviève Férone-Creuzet et Michel Lepetit[2]. L'objectif de l'association est de répondre à la double contrainte du carbone : changement climatique et raréfaction des ressources énergétiques fossiles. Pour cela, le « Shift » se propose de jouer un rôle de laboratoire d'idées en interface avec les acteurs économiques, politiques, académiques et associatifs. À la création de l'association, le premier directeur est Cédric Ringenbach. Il quitte son poste en 2016, pour créer trois ans plus tard l’association La fresque du climat[3] et est remplacé par Matthieu Auzanneau.

Structure et gouvernance

L'association est dirigée par un bureau composé de trois membres (personnes physiques) agréés par son conseil d'administration. Celui-ci est composé d'administrateurs issus pour certains des entreprises membres. Un comité d'experts[4] est chargé de s'assurer de la rigueur scientifique des travaux menés par The Shift Project : il est composé d'experts (en physique, climat, économie, histoire, agronomie...) que sont Alain Grandjean, Gaël Giraud (qui se réclame d'une éthique chrétienne[5]), Hervé Le Treut, Jean-Pascal van Ypersele et Jacques Treiner. The Shift Project dispose d'une équipe d'une dizaine de salariés et travaille avec un large réseau d'experts bénévoles qui s'organisent en une association autonome, The Shifters[4].

Objectifs

The Shift Project s'intéresse à la dépendance de l'économie au pétrole sous trois angles[6] : la possibilité du retour de la croissance[7], les problèmes liés à la disponibilité du pétrole en quantités limitées[8],[9] et le changement climatique induit par les émissions de dioxyde de carbone. Pour l'organisme, même si certains usages sont possibles, l'utilité du PIB est finalement limitée[10], notamment parce qu'il ne prend pas en compte les ressources naturelles (et ne permet pas de rendre compte de leur caractère fini) et la génération d'externalités (comme les émissions de gaz à effet de serre).

The Shift Project promeut une « économie qui réduit les flux d’énergie, et qui réduit et fait décélérer les flux de matière », dans le cadre d'un plan de transformation de l'économie française (PTEF)[11]. En ce sens, l'association peut être considérée comme décroissante, low-tech, malgré une certaine bienveillance vis-à-vis de l'énergie nucléaire[12],[13].

Financement

The Shift Project est financé par un système de mécénat provenant des entreprises membres[1]. Les membres en sont Spie, la SNCF, EDF, Bouygues, Vicat, Saint-Gobain, Rockwool, Vinci et Kingspan. Les mécènes en sont Thalys, Keolis, Asfa, l'Ademe et Enedis[14]. Son budget opérationnel pour 2017 se monte à près de 600 000 euros[15]. Ce budget est en forte croissance et atteint en 2019 environ 1 100 000 euros[16].

Projets, événements, activités

Depuis 2012, The Shift Project organise chaque année une rencontre de deux jours, baptisée The Shift Forum[4], ayant pour objectif l'échange et le débat entre dirigeants de grands groupes industriels et financiers, académiciens et experts dans le domaine de l'énergie, du climat et de l'économie. Le Shift organise aussi de nombreux événements publics[17], parfois en collaboration avec d'autres organisations comme le Business and Climate Summit 2015[18] ou le World Efficiency 2015[19].

L'association a participé au comité d'experts du Débat national sur la transition énergétique[20],[21], et en 2018 son président Jean-Marc Jancovici est nommé membre du Haut Conseil pour l'action climatique auprès du Premier ministre[22].

Principales publications

L'association fonctionne notamment sur la base de groupes de travail, qui rassemblent durant plusieurs mois ou années des experts (du monde académique, des ONG, des entreprises, d'institutions publiques…) sur un sujet précis. Ces groupes de travail publient ensuite un rapport, qui est présenté aux acteurs concernés et disponible publiquement.

Parmi les sujets traités au sein de ses projets ou groupes de travail se trouve la rénovation énergétique des bâtiments[23], les liens entre PIB et énergie[24],[25],[26], les indicateurs alternatifs au PIB[27], la qualité scientifique des scénarios énergétiques[28], la mobilité soutenable[29] ou encore le prix du carbone[30],[31].

Sur le prix du carbone en Europe, TSP propose notamment la mise en place d'un prix de réserve aux enchères (« prix plancher ») à 20 € par tonne de CO2 (en 2016) et à réviser à la hausse chaque année[32].

À partir de 2013, l'association rassemble des experts sur la rénovation énergétique du bâtiment puis fait des propositions, dont celle du « passeport efficacité énergétique »[33] qui est repris dans la Loi de transition énergétique et par de nombreux acteurs du bâtiment[34] en plus de l'expérimentation que mène le Shift à travers l'association Expérience P2E[35]. Les résultats de cette expérimentation ont conclu que le P2E « aide ceux qui ont une idée de travaux à passer au projet, et en particulier incite à embarquer la performance énergétique dans ce projet (augmentation des performances, approche globale…)[36] », même s'il « ne suffit pas pour entraîner le passage à l’acte » à lui seul car « il reste à combler le montage financier et la mise en relation avec les professionnels »[36] : le Passeport ne suffit pas à l'accompagnement des ménages, il en est une partie.

En 2016, l'ingénieur Francisco Luciano rassemble à la demande de TSP un groupe d'experts, en collaboration notamment avec la SNCF, Vinci Autoroutes, EDF, le CVTC, des start-ups du covoiturage, le haut-fonctionnaire Olivier Paul-Dubois-Taine et des chercheurs. Le Shift publie en septembre 2017 le rapport Décarboner les zones de moyenne densité - Moins de carbone plus de lien[37], qui vaut au Shift et au directeur du groupe de travail Francisco Luciano d'être invités par le Ministère des transports à participer aux Assises de la mobilité[38] et à divers groupes de travail gouvernementaux. Le rapport, qui se veut argumenté et chiffré, conclut qu'il est possible de largement décarboner la mobilité dans les zones périurbaines grâce à un système joignant vélo, covoiturage et transports publics rapides. Le groupe de travail étudie aussi la livraison des achats et le télétravail.

Le laboratoire d'idées publie le 4 octobre 2018 un rapport sur l'Impact environnemental de l'économie numérique[39] et propose un principe de sobriété numérique[40].

Loi Climat et résilience - 34 propositions d'amendements

Les Shifters, association constituée de bénévoles soutenant The Shift Project, a proposé, en , 34 amendements aux députés, dans le cadre de la loi Climat et résilience, sur l'ensemble des thématiques : consommer, produire et travailler, se déplacer, se loger et se nourrir. Une trentaine[41] ont été déposés par des députés à la première lecture de la commission spéciale[42] (dont plus des deux tiers sont des amendements distincts)[pas clair]. Plus d’une trentaine[43] ont été déposés lors de la séance publique.

Consommer : 3 thèmes, 6 amendements présentés

  • Mettre les Données environnementales (en particulier l’empreinte carbone) des produits et services en données ouvertes (fondé sur les articles 13 et 16 de l'AGEC) pour permettre de créer un « Yuka environnemental ».
  • Encadrer la publicité des produits les plus émetteurs de GES voire l’interdire.
  • Allonger la durée de garantie des produits.

Produire et Travailler : 2 thèmes – 13 amendements

  • Faire du bilan des émissions de gaz à effet de serre un vrai outil de pilotage des entreprises : communication de données tous les ans avec périmètre 3 (en amont et en aval de l'activité de l'entreprise intégré dans les périmètres 1 et 2), des objectifs chiffrés en données ouvertes sous peine de sanctions et de mise au pilori.
  • Accroître la sobriété numérique en étendant les pouvoirs de l’ARCEP et du CSA, en développant la sobriété numérique dans les achats publics, en créant un budget carbone du numérique dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone

Se loger - artificialisation des sols - 2 thèmes, 5 amendements

  • Encourager l’urbanisme circulaire en exploitant les friches urbaines et en optimisant le parc de logement existant.
  • Stopper les extensions de zones commerciales, d’entrepôts logistiques et de e-commerce très consommatrices d’espace.

Se loger - Rénovation thermique - 2 thèmes, 2 amendements

  • Généraliser une politique de rénovation globale des bâtiments et l’interdiction progressive de location de « passoires thermiques ».
  • Éliminer les modes de chauffage particulièrement polluants (chaudières au fioul).

Se nourrir - 2 thèmes, 3 amendements

  • Encourager la transition vers un régime alimentaire moins carné.
  • Encourager la production agricole locale pour favoriser la résilience alimentaire des territoires.

Se déplacer - 3 thèmes, 5 amendements

  • Étendre la portée du forfait mobilités durables en le rendant obligatoire et en permettant le cumul effectif avec les transports en commun.
  • Accorder une plus grande importance au poids dans le malus automobile.
  • Interdire les liaisons aériennes dont l’alternative ferrée existe en moins de quatre heures.

Engagement politique pour le climat : le « Manifeste pour décarboner l'Europe » de 2017

Appel à l'action du monde économique

Le 21 mars 2017, le think tank rend publics les signataires d'un texte, le « Manifeste pour décarboner l'Europe ». Ce texte est décrit comme un signal d'alarme 15 mois après la signature de l’Accord de Paris[44]. Il commence par « Nous, signataires du présent manifeste pour décarboner l’Europe, appelons les États européens à lancer dès maintenant les politiques capables d’aboutir en 2050 à des émissions de gaz à effet de serre aussi proches que possible de zéro ! »[45] et vise à « garantir la paix »[46].

L'appel est soutenu par plus de 3 000 citoyens dont 80 patrons et une quarantaine de scientifiques et de personnalités politiques. La presse mentionne surtout la signature des dirigeants économiques, comme le magazine Challenges : « Climat : Pourquoi les patrons s’unissent (enfin) pour décarboner l’Europe »[47], mais pose également la question de l'indépendance du Shift Project soupçonné d'être une simple façade chargée de porter les propositions des entreprises qui le financent[48].

Le think tank appelle ensuite les candidats à la présidentielle à s'engager en faveur d'un plan européen de lutte contre le dérèglement climatique à la hauteur de l'accord de Paris[49].

Signataires du Manifeste

Parmi les 80 patrons signataires, se trouvent Élisabeth Borne (RATP), Martin Bouygues (Bouygues), Patricia Barbizet (Artémis-Kering), Guillaume Pepy (SNCF), Christophe Cuvillier (Unibail Rodamco), Nicolas Dufourq (BPI France), Pierre Blayau (Caisse centrale de réassurance), Stéphane Richard (Orange), Alain Montarant (MACIF), Nicolas Théry (Crédit Mutuel), Denis Kessler (SCOR), Xavier Huillard (Vinci), Jean-Dominique Senard (Michelin) ou encore Agnès Ogier (Thalys)[50].

Parmi la quarantaine de scientifiques se trouvent des climatologues comme Jean Jouzel, Hervé Le Treut ou Jean-Pascal van Ypersele ; la biologiste et haute-fonctionnaire Dominique Dron ; le mathématicien Ivar Ekeland ; des physiciens comme Sébastien Balibar, Roger Balian ou Yves Bréchet, de nombreux économistes dont Gaël Giraud, Roger Guesnerie, Philippe Aghion, Christian de Perthuis, Jean-Marie Chevalier et Jean-Charles Hourcade et des directeurs de grandes écoles comme Meriem Fournier (AgroParis-Tech Nancy), Olivier Oger (EDHEC) ou encore Vincent Laflèche (Mines ParisTech).

On trouve aussi d'anciens ministres comme Arnaud Montebourg, Serge Lepeltier et le Belge Philippe Maystadt ou encore le président du syndicat CFE-CGC François Hommeril.

Neuf propositions

The Shift Projet a publié « 9 propositions pour changer d'ère », qui concernent autant de chantiers qu'il faut selon lui impérativement conduire pour être à la hauteur de l'Accord de Paris. L'AFP précise que ces propositions sont mises sur la table « en parallèle du Manifeste » et sont « non endossées par les signataires »[51]. Le quotidien économique Les Échos met en avant le « plan pour une Europe « zéro carbone » »[52].

Ces propositions concernent sept secteurs : l'électricité ; le transport ; le bâtiment ; l'industrie ; l'alimentation, l'agriculture et la forêt. Leur détail est publié en mai 2017 sous le titre Décarbonons ![53].

Impact environnemental du numérique

Constatant que le numérique émet en 2018 près de 4 % des gaz à effet de serre du monde avec une croissance de la consommation énergétique de 9 % par an, The Shift Project alerte sur la prise en compte nécessaire de cet impact dans les objectifs de transition énergétique. Il propose de réinventer nos usages du numérique pour qu’ils soient compatibles avec les contraintes climatiques[54].

En octobre 2018, The Shift Project publie le rapport Lean ICT – Pour une sobriété numérique, qui recommande de rendre la transition numérique compatible avec les impératifs climatiques et les contraintes sur les ressources naturelles et énergétiques[39].

Un nouveau rapport sur le streaming, Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne – Un cas pratique pour la sobriété numérique, est publié en juillet 2019[55]. The Shift Project y pointe notamment l'incompatibilité avec une logique de sobriété numérique des indicateurs actuels de performance fondés sur la quantité de contenu visionné.

Néanmoins, l'étude initiale de The Shift Project est sujette à caution car elle aurait exagéré entre 27 et 57 fois le bilan effectif de la consommation de vidéo en streaming[56]. The Shift Project reconnaît avoir commis une erreur, sans conséquence sur les résultats publiés dans ses rapports[57].

Le 14 octobre 2020, The Shift Project publie un troisième rapport sur l'impact environnemental du numérique, Déployer la sobriété numérique[58].

Critiques

Le philosophe Luc Ferry distingue quatre types d'écologie, représentés par les adeptes de la collapsologie, les partisans de la décroissance, les « réformistes [...] favorables à l’économie de marché et à la croissance » et les « écomodernistes ». La préférence du philosophe va à ces derniers. Il classe The Shift Project parmi les adeptes de la décroissance, en reconnaissant toutefois que leur absence d'animosité voire leur compréhension vis-à-vis de l'énergie nucléaire leur confère un certain caractère réformiste[12].

L'affirmation selon laquelle l'énergie nucléaire serait « un amortisseur de la décroissance » suscite l'incompréhension de certains partisans de la décroissance[59].

Proximité avec le monde de l'entreprise

Dans un article publié en décembre 2015, Nicolas Cori, journaliste du pure player digital Les Jours, qualifie The Shift Project de « pantoufle de vert des entreprises ». Selon lui, The Shift Project constituerait une plateforme au service de l'écoblanchiment d'entreprises comme EDF, Bouygues, la SNCF ou encore Vinci. Nicolas Cori estime que le think tank serait « bien utile pour les entreprises qui le financent », notamment car il permettrait, prétendument, aux dirigeants d'entreprise de présenter leur stratégie concernant les enjeux climatiques « sans être trop bousculés ». Le journaliste au Jours dénonce notamment le fait que les intervenants aux événements organisés par le think tank recevraient, en amont, les questions devant être posées, ce qui leur permettrait de préparer leurs éléments de langage. Dans le même esprit, il dénonce également une supposée bienveillance entre les organisateurs de ces rencontres, parmi lesquels figurent, en tête, Jean-Marc Jancovici, et les dirigeants qui y participent.

Interrogé par Nicolas Cori dans le cadre de la rédaction de cet article, Jean-Marc Jancovici nuance toutefois les critiques qui lui sont faites. Il assume pleinement sa proximité avec le monde de l'entreprise et souligne que seules deux attitudes sont possibles pour changer les choses, « gueuler de l'extérieur ou de l'intérieur ». Constatant que le premier créneau est déjà « bien encombré », il explique avoir choisi d'opter pour une approche de l'intérieur afin de faire évoluer les enjeux liés au climat[60]. Le directeur, Matthieu Auzanneau, ne cherche pas à esquiver la question des financeurs, qui pourraient être considérés comme des entreprises pas toujours irréprochables[61].

Notes et références

  1. a et b « Statuts de l'association The Shift Project » [PDF], sur theshiftproject.org (consulté le 25 janvier 2019).
  2. « Michel Lepetit - Intervenant Groupe BPCE », sur Lescolloques.bpce.fr, Groupe BPCE (consulté le 25 juin 2015).
  3. Aude Raux, « La Fresque du Climat : jouer pour comprendre », Kaizen magazine, no 50,‎ , p. 62-66.
  4. a b et c « Le think-tank de la transition carbone », plaquette de présentation [PDF], sur theshiftproject.org (consulté le 25 juin 2015).
  5. « Le cri des pauvres, le cri de la Terre, reconnaître l’altérité : une lecture chrétienne », sur Reporterre, .
  6. Vittorio de Filippis, « Matthieu Auzanneau : « Le pétrole a été le lait maternel de Wall Street » », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. Isabelle Hennebelle, « On ne sait pas faire de croissance sans une énergie abondante », L'Express,‎ (lire en ligne).
  8. Jean-Denis Renard, « Énergie : la fin du pétrole est en vue », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  9. « L’Europe a dix ans pour se préparer au pic de pétrole », sur Reporterre, .
  10. Pierre Lachaize et Julien Morel, « Les usages du PIB » [PDF], sur The Shift Project, (présentation en ligne, consulté le 4 décembre 2109).
  11. « Vers un plan de transformation de l'économie française en faveur du climat et de la résilience » [PDF], sur The Shift Project, .
  12. a et b « Les quatre écologies », sur infoimmo.ch
  13. « La "croissance verte" est-elle un mirage ? », sur batiactu.com,
  14. « Notre gouvernance - The Shift Project, think tank de la transition carbone », sur The Shift Project (consulté le 11 juin 2020)
  15. « Rapport du Commissaire aux Comptes pour l’année 2017 » [PDF], sur https://theshiftproject.org/gouvernance, (consulté le 25 janvier 2019).
  16. « Rapport du Commissaire aux Comptes pour l’année 2019 » [PDF], sur https://theshiftproject.org/gouvernance, (consulté le 4 mars 2021).
  17. Vincent Rondreux, « Bulle carbone et “stranded assets”: une affaire à 28 000 milliards de dollars... », Sortirdupétrole.com,‎ (lire en ligne).
  18. Antonin Amado, Béatrice Héraud, Concepcion Alvarez, « CLIMATE BUSINESS SUMMIT : UN CONSENSUS ET DES PROMESSES À TENIR », Novethic.fr,‎ (lire en ligne).
  19. Dorothée Laperche, « “Le salon World Efficiency va impulser une culture du changement” », Actu-Environnement.com,‎ (lire en ligne).
  20. Véronique Pappe, « Le think-tank "The Shift Project" soumet son rapport sur la rénovation thermique du bâtiment au secrétariat du DNTE », Construction21,‎ (lire en ligne).
  21. « L’évaluation économique des scénarios énergétiques », sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/, .
  22. Pierre Le Hir, Audrey Garric et Cédric Pietralunga, « Climat : un Haut Conseil pour orienter le gouvernement », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2018).
  23. Frédérique Vergne, « Passeport pour l’efficacité énergétique : « The Shift Project » passe à l’action », Le Moniteur,‎ (lire en ligne).
  24. Matthieu Auzanneau, « Gaël Giraud, du CNRS : « Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme » », OIL MAN, Chroniques du début de la fin du pétrole (Blog LeMonde.fr),‎ (lire en ligne).
  25. Gaël Giraud, « Pourquoi la transition énergétique est nécessaire pour l'économie (Tribune) », Challenges,‎ (lire en ligne).
  26. « How Dependent is Growth from Primary Energy? The Dependency ratio of Energy in 33 Countries (1970-2011) », sur http://econpapers.repec.org/ (consulté le 25 juin 2015).
  27. Dominique Pialot, « Comment se passer d'un indicateur comme le PIB ? », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  28. « “Interdisciplinary energy prospective: towards a common toolbox for scenario assessment and design?” », sur http://science-and-energy.org/, (consulté le 25 juin 2015).
  29. Vincent Rondreux, « Quelle transition pour la mobilité au quotidien ? », Sortirdupétrole.com,‎ (lire en ligne).
  30. Annick Masounave, « Le juste prix », L'AGEFI,‎ (lire en ligne).
  31. Marie Théobald, « Prix du carbone : quels sont les enjeux ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  32. « Un prix plancher sur les quotas carbone pour ne pas brader le climat », sur https://theshiftproject.org, (consulté le 25 janvier 2019).
  33. Frédérique Vergne, « Passeport pour l’efficacité énergétique : « The Shift Project » passe à l’action », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  34. « Direct Energie va expérimenter le Passeport de rénovation énergétique », Batiactu,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  35. Frédérique Vergne, « La nouvelle association Expérience P2E expérimente le passeport efficacité énergétique », Le Moniteur,‎ (lire en ligne, consulté le 19 novembre 2017).
  36. a et b « Le « passeport » : chaînon manquant de la rénovation énergétique en maison individuelle ? – Gaëtan Brisepierre Sociologue » (consulté le 11 juillet 2019).
  37. « Le défi de la desserte des zones périurbaines dans un monde décarboné », sur Mobilicités (consulté le 20 novembre 2017).
  38. « Assises de la mobilité : le covoiturage et le vélo permettraien », sur www.novethic.fr (consulté le 20 novembre 2017).
  39. a et b Lean ICT - Pour une sobriété numérique : Rapport du groupe de travail dirigé par Hugues Ferrebœuf, The Shift Project, , 88 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  40. Benoît Georges, « La transition numérique, un risque écologique », Les Échos, .
  41. Dimitri Carbonnelle (membre des Shifters), « The Shift Project - 30 amendements déposés pour la Loi Climat et Résilience », sur Linkedin, (consulté le 6 avril 2021).
  42. 22 listés, Assemblée nationale (consulté le 6 avril 2021).
  43. « 36 listés », sur Assemblée nationale, (consulté le 6 avril 2021).
  44. Irène Inchauspé, « Ces patrons qui veulent décarboner l'Europe », L'Opinion,‎ (lire en ligne).
  45. Isabelle Chaperon, « Les patrons français offensifs sur le climat », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  46. « L'appel de patrons pour "décarboner l'Europe" », Le Figaro.fr avec AFP,‎ (lire en ligne).
  47. Thuy-Diep Nguyen, « Climat: Pourquoi les patrons s’unissent (enfin) pour décarboner l’Europe », Challenges,‎ (lire en ligne).
  48. « The Shift Project, la pantoufle de vert des entreprises », sur Les Jours, (consulté le 1er mai 2019).
  49. « Lettre d'Emmanuel Macron à The Shift Project », sur decarbonizeurope.org, (consulté le 14 juin 2017).
  50. Ana Lutzky, « The Shift Project adresse aux présidentiables son "manifeste pour décarboner l'Europe", signé par de grandes sociétés », AEF,‎ (lire en ligne).
  51. « DES PATRONS LANCENT UN SIGNAL D'ALARME POUR "DECARBONER L'EUROPE" », AFP,‎ (lire en ligne).
  52. Benoit Georges, « Un plan pour une Europe « zéro carbone » », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  53. The Shift Project, Zeynep Kahraman, André-Jean Guérin, Jean-Marc Jancovici, Décarbonons ! 9 propositions pour que l'Europe change d'ère, Paris, éditions Odile Jacob, .
  54. The Shift Project, Le numérique.
  55. Maxime Efoui-Hess, The Shift Project, Climat : l’insoutenable usage de la vidéo en ligne : Un cas pratique pour la sobriété numérique, , 36 p. (présentation en ligne, lire en ligne [PDF]).
  56. Pauline Fricot, « Le streaming sur Netflix : une empreinte carbone allégée ? », sur Libération.fr, (consulté le 22 avril 2020).
  57. « Le Shift Project a-t-il vraiment surestimé l’empreinte carbone de la vidéo ? », sur The Shift Project, (consulté le 22 septembre 2020).
  58. The Shift Project, Déployer la sobriété numérique, Présentation en ligne
  59. Philippe Oberlé, « La pandémie est nucléaire », sur greenwashingeconomy.com
  60. « The Shift Project, la pantoufle de vert des entreprises », sur Les Jours, (consulté le 1er janvier 2021)
  61. « Qu’est-ce que le Shift Project ? » [audio], sur Reporterre, .

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes