Aurélien Pradié

Aurélien Pradié

Aurélien Pradié
Illustration.
Aurélien Pradié en 2017.
Fonctions
Secrétaire général des Républicains
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 13 jours)
Président Christian Jacob
Annie Genevard (intérim)
Prédécesseur Annie Genevard
Député français
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 15 jours)
Élection 18 juin 2017
Réélection 19 juin 2022
Circonscription 1re du Lot
Législature XVe et XVIe (Cinquième République)
Groupe politique LR
Prédécesseur Dominique Orliac
Conseiller régional d'Occitanie
En fonction depuis le
(1 an, 1 mois et 3 jours)
Élection 27 juin 2021
Circonscription Haute-Garonne

(2 ans et 1 jour)
Élection 13 décembre 2015
Circonscription Lot
Successeur Brigitte Rivière
Président de la communauté de communes du Causse de Labastide-Murat

(3 ans, 8 mois et 20 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Pierre Sabrazat
Successeur Chantal Mejecaze
Maire de Labastide-Murat
puis de Cœur de Causse

(3 ans, 9 mois et 6 jours)
Élection
Prédécesseur Lucien-Georges Foissac
Successeur Chantal Mejecaze
Conseiller général du Lot

(7 ans et 12 jours)
Élection 16 mars 2008
Circonscription Canton de Labastide-Murat
Prédécesseur Lucien-Georges Foissac
Biographie
Date de naissance (36 ans)
Lieu de naissance Cahors (France)
Nationalité Français
Parti politique UMP (jusqu'en 2015)
LR (depuis 2015)
Site web aurelienpradie.fr

Aurélien Pradié, né le à Cahors (Lot), est un homme politique français.

Membre de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), devenu Les Républicains (LR), il est successivement conseiller général du Lot, maire de Labastide-Murat — devenu Cœur de Causse en 2016 —, président de la communauté de communes du Causse de Labastide-Murat et conseiller régional d'Occitanie.

Élu député dans la 1re circonscription du Lot lors des élections législatives de 2017, il devient en 2019 secrétaire général de LR après l'élection de Christian Jacob à la présidence du parti. La liste Les Républicains qu'il conduit aux élections régionales de 2021 en Occitanie obtient 18,22 % des voix au second tour et 21 sièges au conseil régional. Il est l'un des six porte-paroles de Valérie Pécresse durant la campagne présidentielle de 2022. Il est réélu député pour un deuxième mandat lors des élections législatives de 2022.

Famille

Né de parents gérants d'une petite entreprise du secteur agroalimentaire[1] de négoce de noix[2], il a un frère, boulanger[2]. À la suite d'un accident vasculaire cérébral (AVC), son père devient paraplégique. Aurélien Pradié déclare que cette épreuve « a forgé [s]on engagement » notamment sur les questions liées au handicap[3].

Formation et carrière professionnelle

Aurélien Pradié commence des études de droit à Toulouse[4], mais quitte l'université sans aucun diplôme[5]. De 2012 à 2015, il est collaborateur contractuel au cabinet du président du conseil départemental de l'Aveyron, Jean-Claude Luche[6]. Il travaille pendant six mois, en 2014, pour l'entreprise agroalimentaire Andros, dont le siège est dans le Lot, auprès du PDG Frédéric Gervoson[1]. De 2015 à 2017, il exerce une activité de consultant au sein de la société Humani Conseil[6].

Parcours politique

Au sein de l'UMP et LR

À partir de 2007, il est président des Jeunes UMP du Lot[7].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[8],[9]. Il est alors membre du mouvement « Les Populaires », lancé par Guillaume Peltier au sein des Républicains[10]. En novembre 2018, il intègre le « contre-gouvernement » de Laurent Wauquiez, chargé du handicap et des solidarités[11].

En octobre 2019, après l'élection de Christian Jacob à la présidence des Républicains, il devient secrétaire général du parti[12],[13]. En vue de l'élection présidentielle de 2022, il soutient Xavier Bertrand et s'oppose à l'organisation d'une primaire par son parti, alors que Bruno Retailleau entend briguer l'investiture par cette procédure[14].

Il est la tête de liste pour les Les Républicains aux élections régionales de 2021 en Occitanie.

Mandats électifs dans le Lot

Lors des élections cantonales de 2008, il est élu au premier tour de scrutin sur le canton de Labastide-Murat, devenant le 2e plus jeune conseiller général de France derrière Jean Sarkozy[15] en battant Lucien-Georges Foissac, son ancien instituteur[1]. Sa campagne, menée au guidon de sa mobylette, est atypique[16].

En 2011, Xavier Bertrand, ministre du Travail, lui confie une mission sur l'emploi des jeunes[17].

En 2012, il est candidat à 26 ans de la 1re circonscription du Lot pour l'UMP. Avec 40 % des voix au second tour, il est battu par la députée sortante Dominique Orliac (PRG). Ses comptes de campagne sont rejetés par le Conseil constitutionnel, ce qui lui vaudra une inéligibilité pour un an[18],[19], information qu'un internaute s'ingénie à masquer sur sa page Wikipédia à l'approche des élections régionales de 2021[20].

À l'issue des élections municipales de 2014, il est élu maire de Labastide-Murat[21], après que sa liste a recueilli plus de 70 % des voix (350 voix sur 476 exprimés[22]). Il est élu dans la foulée président de la communauté de communes du Causse de Labastide-Murat. Dans cette fonction, il contribue notamment à implanter un pôle de santé sur la commune de Labastide-Murat. En 2016, il devient maire de la commune nouvelle de Cœur de Causse[réf. nécessaire].

Lors du redécoupage électoral qui précède les élections départementales de 2015, l'ancien canton de Labastide-Murat est coupé en deux et Labastide-Murat est fondue dans le grand canton de Causse et Vallées qui regroupe 47 communes. Aurélien Pradié dénonce alors un redécoupage pour le faire battre et renonce à briguer un nouveau mandat. En revanche, cette même année, il est élu conseiller régional d'Occitanie[23] ; il siège à la commission Emploi, Formation professionnelle et Apprentissage[24], ainsi que la commission Agriculture et Appel d'offres. Il est alors tête de liste dans le département et enregistre un des scores les plus élevés de la région Occitanie[réf. nécessaire].

Le , conformément à la loi sur le cumul des mandats, Aurélien Pradié démissionne de ses mandats de maire, président de communauté de communes et de conseiller régional[25]. Il reste cependant conseiller municipal et conseiller communautaire.

Député de la 1re circonscription du Lot

Élection

En juin 2016, il est investi par Les Républicains dans la première circonscription du Lot pour les élections législatives de 2017[26]. Au soir du premier tour, avec 24 % des voix, il est devancé par Sébastien Maurel (28 %) de La République en marche et donné battu au second tour. Mais il crée finalement la surprise en étant élu député avec 51,3 % des voix[27],[1]. Il creuse en particulier l'écart dans les zones rurales du département. Il devient un des plus jeunes députés de l'histoire du Lot et crée une nouvelle fois la surprise dans cette terre historiquement ancrée à gauche[28],[2].

Il est réélu député lors des élections législatives de 2022 avec 64,63 % des voix[29].

Travaux sur le handicap

En octobre 2018, il défend à l'Assemblée nationale une proposition de loi en faveur de l'inclusion des enfants et adolescents en situation de handicap au sein de l'école publique. Prévoyant également de donner un véritable statut et une meilleure rémunération pour les accompagnants de ces élèves, sa proposition de loi est soutenue par l'ensemble des groupes politiques. Elle est rejetée par le groupe La République en marche[30],[31]. Le journal Les Échos indique qu'il « n'est parvenu à se faire entendre, sur sa proposition de loi [...], qu'à la faveur d'un coup de gueule de l'insoumis François Ruffin contre le « sectarisme » de la majorité, qui venait de rejeter le texte à l'automne »[32].

En décembre 2018, Aurélien Pradié est désigné par la commission des Lois de l’Assemblée nationale pour conduire une mission parlementaire sur les droits fondamentaux des majeurs protégés en situation de handicap (tutelles, curatelles) aux côtés de la députée de l’Isère Caroline Abadie[33].

Proposition de « Agir contre les violences au sein de la famille »

Le 28 août 2019, le député Aurélien Pradié dépose sa proposition de loi « Agir contre les violences au sein de la famille ». Durant le mois de septembre, il auditionne des magistrats, femmes victimes, collectifs, associations, personnalités et acteurs de terrain[34]. Le 10 octobre, dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale, il fait le décompte des femmes tuées par leurs conjoints ou ex-conjoints au cours de l’année 2019. Son texte est soutenu par l’ensemble des groupes parlementaires et par le Gouvernement[35].

Après avoir été adoptée par l’Assemblée nationale le 15 octobre 2019[36], la proposition de loi d'Aurélien Pradié est définitivement votée par le Sénat le 18 décembre 2019. Après dix heures de débats, tous les articles de la proposition de Loi visant à agir contre les violences conjugales ont été adoptés à l’unanimité au Parlement. Une étape marquante dans la protection des femmes victimes de violences puisque cette Loi porte notamment la généralisation du Bracelet anti-rapprochement pour les auteurs de violences, la réduction forte du délai pour délivrer une ordonnance de protection, l’amélioration de l’accès au Téléphone Grave Danger, ou encore la suspension de plein droit de l’exercice de l’autorité parentale pour les conjoints condamnés pour un crime à l’égard de l’autre parent. [37]. Le 28 décembre 2019, le Président de la République promulgue la loi dans sa totalité[38].

Tête de liste aux élections régionales en Occitanie

Le 10 mars 2021, il est investi par LR comme chef de file aux élections régionales en Occitanie[39]. Il conduit la liste Du courage pour l'Occitanie, coalition de la droite et du centre. À l'issue du 1er tour, il arrive en 3e position derrière la présidente socialiste sortante Carole Delga et la liste du RN. Il obtient un score de 12,19 %, ce qui fait de lui le candidat de la droite avec le plus mauvais score de métropole. Au second tour, il obtient 18,22 % des voix et 21 sièges au conseil régional d'Occitanie.

Porte-parole de Valérie Pécresse

Aurélien Pradié est désigné par Valérie Pécresse pour être l'un de ses six porte-parole durant la campagne de l'élection présidentielle de 2022, aux côtés d'Othman Nasrou, de Florence Portelli, d'Agnès Evren, de Guilhem Carayon et de Christelle Morançais[40].

Positionnement politique

Droite sociale

Aurélien Pradié se revendique comme représentant de l'aile sociale des Républicains[41], en s'engageant en particulier sur des thématiques sociales comme la pauvreté, le handicap ou les violences faites aux femmes. Il revendique souvent son attachement aux figures et à la pensée politique de Georges Pompidou et de Jacques Chirac [42]. Selon lui, la droite républicaine doit se préoccuper autant des questions sociales, issues de l'héritage gaulliste, que des questions régaliennes[43].

Propositions et prises de position

Engagé sur la question de la pauvreté, il estime en janvier 2021 que « l'accès à l'alimentation est la première urgence » et propose plusieurs mesures d'urgence : la distribution de chèques alimentaires aux bénéficiaires de l'allocation logement, le renforcement de l'amende contre les distributeurs qui détruisent de la nourriture ou encore la limitation des frais bancaires[44]. Il évoque régulièrement le sujet de l'ascenseur social : « Pour moi, le premier sujet, c'est l'ascenseur social, ce qui passe par une vraie révolution de l'école afin de casser la reproduction sociale. »

Il défend la création d'un « revenu vital » fixé à 40 % du revenu médian, remplaçant la plupart des aides sociales existantes[45]. Inspiré par la pensée sociale du Général de Gaulle, il plaide également pour le développement de l'intéressement et de la participation dans le monde de l'entreprise[46].

Il interroge la responsabilité du libéralisme économique dans la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 en 2020 : « On n’évitera pas d’interroger le libéralisme, c’est une évidence […]. La question fondamentale est là : l’idée que l’argent serait la seule échelle de valeur et que l’État n’a plus aucun rôle à jouer »[47].

Détail des mandats et fonctions

À l’Assemblée nationale

Au niveau local

Distinction

En février 2020, Aurélien Pradié reçoit la récompense de « député de l'année » attribuée par Le Trombinoscope[48].

Notes et références

  1. a b c et d L'Obs avec AFP, « Aurélien Pradié, député du Lot, jeune loup de droite élu en terre radicale », sur L'Obs,
  2. a b et c Vanessa Schneider, « Aurélien Pradié, le jeune député LR qui roule encore à droite », sur M, le magazine du Monde,
  3. Quentin Laurent, « Les Républicains : qui est Aurélien Pradié, l'étoile montante de la droite ? », sur Le Parisien,
  4. Laurent Benayoun et Ria Calonius, « Canton de Labastide-Murat. Duel droite-gauche au cœur du département » sur La Dépêche du Midi, 29 février 2008
  5. « Les jeunes députés tapageurs de LR veulent imposer leur style », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b « Déclaration de M. Pradié à la HATVP »
  7. Laurent Benayoun, « Labastide-murat. Aurélien Pradié confirme sa candidature » sur La Dépêche du Midi, 24 décembre 2007
  8. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  9. Virginie Le Guay, « La jeune garde de Laurent Wauquiez », Paris Match, semaine du 16 au 22 novembre 2017, page 42.
  10. « Peltier lance le mouvement « Les Populaires » au sein des Républicains », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  11. Laurent Dubois, « Le député (LR) du Lot Aurélien Pradié dans le "contre-gouvernement" de Laurent Wauquiez », France 3 Midi-Pyrénées,
  12. Thibaut Souperbie, « Les Républicains : Aurélien Pradié, nommé secrétaire général », sur medialot.fr,
  13. Théo Caubel, « Le député du Lot, Aurélien Pradié, nommé secrétaire général des Républicains », France Bleu Occitanie,
  14. Ilyes Ramdani, « Bruno Retailleau se prépare à doubler LR par la droite », sur Mediapart, (consulté le ).
  15. Jean-Baptiste Garat et Bruno Jeudy, « La génération Sarkozy à l'assaut des régions » sur Le Figaro, 30 novembre 2009
  16. « Aurélien Pradié : «Je ne veux pas ressembler aux autres» », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. Laurent Benayoun, « Cahors. Emploi jeunes : une mission pour Pradié », sur La Dépêche du Midi,
  18. Laurent Benayoun,« Comptes de campagne déficitaires : Aurélien Pradié (UMP) inéligible un an » sur La Dépêche du Midi, 14 février 2013
  19. Laurent Benayoun, « L'affaire Pradié secoue la classe politique » sur La Dépêche du Midi, 14 février 2013
  20. Moran Kerinec, « Comment les politiques caviardent leurs pages Wikipédia en amont des élections régionales », sur Numerama, (consulté le )
  21. Laurent Benayoun, « Labastide-Murat. Aurélien Pradié, plus jeune maire du Lot » sur La Dépêche du Midi, 8 avril 2014
  22. « L'Express - Actualités Politique, Monde, Economie et Culture », sur LExpress.fr (consulté le )
  23. Véronique Haudebourg, « Qui sont les conseillers régionaux de Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon ? » sur France 3 Occitanie, 14 décembre 2015
  24. Grande région : dans quelles commissions siègent vos élus ? sur La Dépêche du Midi, 22 janvier 2016
  25. a b c d et e Marc Louison, « En 2018, Aurélien Pradié va continuer à être un "député pirate" », sur La Vie Quercynoise,
  26. Thibaut Souperbie, « Législatives 2017 : Aurélien Pradié désigné candidat » sur medialot.fr, 26 juin 2016
  27. Résultats des élections législatives 2017 - Lot sur le site du Ministère de l'Intérieur, 18 juin 2017
  28. Hervé Boucleinville, « Lot : une bonne étoile pour Aurélien Pradié », sur La Dépêche du Midi,
  29. Dominique Albertini, « Législatives : Aurélien Pradié, Lot de consolation pour LR », sur Libération,
  30. Pauline Moullot, « Comment les députés LREM ont-ils bloqué la proposition de loi sur les élèves en situation de handicap ? », sur Libération,
  31. Mathilde Damgé et Anne-Aël Durand, « Handicap : la promesse de Macron sur les accompagnants scolaires est-elle tenue ? », sur Le Monde,
  32. Pierre-Alain Furbury, « Les « jeunes schnocks » de la droite », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  33. « Aurélien Pradié en mission pour rétablir les droits des personnes en situation de handicap », sur ladepeche.fr (consulté le )
  34. « Violences conjugales: Aurélien Pradié (LR) révolté contre le «bluff» du gouvernement », sur LEFIGARO (consulté le )
  35. « À l'Assemblée, un député fait le décompte des victimes de féminicides en 2019 », sur RTL.fr (consulté le )
  36. « Violences faites aux femmes. L'Assemblée nationale adopte la proposition de loi d'Aurélien Pradié, député du Lot », sur actu.fr (consulté le )
  37. Par Ronan Tésorière avec AFP Le 18 décembre 2019 à 20h37, « Violences conjugales : le bracelet anti-rapprochement adopté définitivement par le Parlement », sur leparisien.fr, (consulté le )
  38. « LOI n° 2019-1480 du 28 décembre 2019 visant à agir contre les violences au sein de la famille (1) - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  39. « Commission nationale d’investiture du 10 mars 2021 », sur republicains.fr, (consulté le ).
  40. Le Point.fr, « Présidentielle : Valérie Pécresse choisit 6 porte-parole », sur Le Point, (consulté le )
  41. « Chez Les Républicains, Aurélien Pradié entend faire vivre la droite sociale »
  42. « Aurélien Pradié, la droite sociale et du terroir », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  43. « «La droite ne réussit jamais quand elle est borgne» : avant 2022, les Républicains veulent aussi parler social », sur leparisien.fr, (consulté le )
  44. Le Point magazine, « Pradié (LR) propose un plan anti-pauvreté et d'aide alimentaire », sur Le Point, (consulté le )
  45. Dominique Albertini, « A droite, la bataille du «revenu vital» », sur Libération (consulté le )
  46. « Aurélien Pradié : « Pour gagner, la droite doit s'adresser aux Français » », sur Les Echos, (consulté le )
  47. « Coronavirus : pour Les Républicains, l’après-pandémie devra être social », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  48. « L'élu lotois Aurélien Pradié reçoit le prix du Député de l'année », sur La Dépêche du Midi,

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes