Prix Goncourt

Prix Goncourt
Image associée à la récompense

Edmond de Goncourt, créateur du prix par testament, cliché de Nadar.

Description Prix littéraire
Organisateur Académie Goncourt
Pays Drapeau de la France France
Date de création 1903
Dernier récipiendaire Jean-Baptiste Andrea (Veiller sur elle)
Site officiel www.academie-goncourt.fr

Le prix GoncourtÉcouter est un prix littéraire français récompensant des auteurs d'expression française, créé par testament par Edmond de Goncourt en 1892. La Société littéraire des Goncourt, dite Académie Goncourt, est officiellement fondée en 1902 et le premier prix Goncourt proclamé le .

Le prix annuel est décerné au début du mois de novembre par l'Académie Goncourt, après trois sélections successives, les deux premières intervenant en septembre et en octobre, parmi les romans publiés dans l'année en cours. Il s'agit du plus ancien et de l'un des plus prestigieux prix littéraires français[1],[2].

Historique

Le prix Goncourt, créé pour récompenser chaque année « le meilleur ouvrage d'imagination en prose[3], paru dans l'année » est attribué presque exclusivement à un roman.

En 1862, les frères Goncourt décident qu’après leur mort, leurs biens seront vendus, leur capital placé et les intérêts de cette somme utilisés par leur Académie Goncourt pour rémunérer dix auteurs à hauteur de 6 000 francs or par an (avec cette rente à vie, les dix académiciens peuvent ainsi vivre de leur plume) et pour décerner un prix annuel de 5 000 francs or[4]. Cependant, l'Académie Goncourt devant être reconnue d'utilité publique, elle doit placer ses fonds sous forme de portefeuille comprenant des obligations d'État, certes peu rémunératrices mais jugées sûres. Hélas, celles-ci n'étaient pas indexées sur l'inflation (inexistante en 1900) : avec la Première Guerre mondiale, puis la création du franc Poincaré en 1928, ce portefeuille obligataire s'effondre au fil des dévaluations successives ; les montants des rentes et du prix suivent la même tendance que la valeur du capital de l'académie littéraire[5]. On aboutit à la somme de 50 nouveaux francs en 1962[6].

Depuis 1903, un chèque est remis au lauréat du prix Goncourt, lequel distinguait à l'origine des romans naturalistes pour échapper à l'érudition qu'affectionnent les académiciens. Aujourd'hui, du fait de l'inflation, le montant du chèque, que certains lauréats font encadrer, ne représente plus qu'un prix symbolique — actualisé à 10 euros[7] — mais la « notoriété » promise au lauréat dès la fin de la Première Guerre mondiale par l'académicien Jean Ajalbert[8], qui verra son œuvre accéder au palmarès des meilleures ventes, est une récompense bien plus convoitée. En outre, en marge du prix Goncourt, l'académie décerne les prix Goncourt de la poésie (qui a pris en 2012 le nom de « prix Goncourt de la poésie Robert Sabatier »[9]), de la nouvelle, de la biographie (devenu « prix Goncourt de la Biographie Edmonde Charles-Roux » en hommage à la présidente de l'Académie, après son décès[10]) et du premier roman.

Depuis octobre 1914, les dix membres de l'Académie Goncourt se réunissent au restaurant Drouant, rue Gaillon, dans le deuxième arrondissement de Paris[1], chaque premier mardi du mois depuis 1920 dans leur salon, au premier étage du restaurant. Le prix est attribué début novembre. Si, après quatorze tours de scrutin, aucun lauréat n’est élu, le président a une voix double pour déterminer une majorité de votes.

Le prix ne peut être décerné qu'une seule fois à un même écrivain. Ce principe n'a connu qu'une exception, consécutive à la supercherie de Romain Gary qui a reçu le prix en 1956 pour son roman Les Racines du ciel, puis en 1975, sous le pseudonyme d'Émile Ajar, pour le roman La Vie devant soi.

Depuis 1926, le prix Goncourt est indissociable du prix Renaudot, créé cette année-là par dix critiques littéraires qui attendaient la proclamation faite par le président de l'Académie Goncourt. Sans lui être organiquement lié, le jury du Renaudot joue le rôle de complément naturel du jury du Goncourt, ce rôle étant accentué par l'annonce du résultat, qui intervient simultanément et dans le même cadre.

En 1941, les autorités de Vichy sont intervenues dans l’attribution pour éviter que le roman de Raymond Guérin, Quand vient la fin, jugé démoralisant, soit couronné. Le prix est allé à Henri Pourrat, écrivain régionaliste prônant le retour à la terre[11].

En 1988, l'Académie Goncourt a accueilli avec bienveillance la création du prix Goncourt des lycéens par la Fnac en collaboration avec le rectorat de Rennes.

Le , les jurés du Goncourt ont modifié certaines règles de fonctionnement à des fins de transparence, pour répondre aux critiques récurrentes qui leur étaient faites : ils ont décidé à l'unanimité que la qualité de juré était incompatible avec une fonction rémunérée dans une maison d'édition[12],[13] ; ils ont également prévu que les jurés n'ayant pas assisté aux réunions mensuelles pendant un an devaient démissionner ; et, enfin, ils ont instauré une limite d'âge, fixée à 80 ans, pour les futurs membres de l'Académie Goncourt (cette disposition ne s'appliquant pas de manière rétroactive)[14].

Secrétaire générale de l'Académie Goncourt de 1998 à 2018, Marie Dabadie a participé aux démarches visant à obtenir l'enregistrement du nom « Goncourt » à titre de marque et à doter l'Académie d'un site Internet officiel[15]. Unique salariée de l'institution, elle était notamment chargée de transmettre aux membres du jury les ouvrages adressés par les éditeurs et d'assister à toutes les délibérations du jury[16],[17].

À partir de 2022, une règle tacite indiquée par le président de l'Académie Goncourt précise que les anciens jurés ne peuvent figurer dans la sélection et concourir au prix. Cette clarification a été apportée au sujet de l'ouvrage Cher connard de l'ancienne jurée Virginie Despentes, qui fut l'un des romans les plus vendus de la rentrée littéraire[18].

Une récompense aussi convoitée que décriée

Le prix Goncourt reste le prix littéraire le plus convoité en France, en particulier parce qu'il assure de fait à son récipiendaire une promotion et des tirages importants[19]. Le gain pour l'éditeur serait évalué à au moins trois millions d'euros dans les huit semaines suivant l'obtention du prix[20]. Une critique récurrente formulée à l'encontre du prix Goncourt est d'être parfois « passé à côté » d'auteurs majeurs du XXe siècle : Guillaume Apollinaire et Colette (qui deviendra plus tard membre puis présidente de l'Académie Goncourt) sont les premiers écrivains illustres à être recalés. Mais l'exemple le plus souvent cité est l'attribution du prix 1932 à Guy Mazeline pour son roman Les Loups, l'année de la publication de Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline évincé par 6 voix contre 4[21], qui constituera ce que le journaliste et écrivain François Nourissier, qui présidera l’Académie Goncourt de 1996 à 2002, qualifiera de plus grand « scandale » de l'histoire du prix Goncourt[22]. Parmi les auteurs français reconnus, et parfois même nobélisés, qui ont été boudés par l'Académie Goncourt, les noms d'André Gide, Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Albert Cohen, Claude Simon, Marguerite Yourcenar, Françoise Sagan, Antoine Blondin, Michel Butor et Jean-Marie-Gustave Le Clézio sont régulièrement cités[23]. En 1999, le magazine Lire résumait le problème en une phrase lapidaire : « Le prix Goncourt couronne rarement le meilleur roman de l'année »[24].

En conséquence, les jurés du prix Goncourt se voient souvent reprocher un certain académisme dans leur approche de la littérature. En 1983, Michel Tournier déclarait à ce propos : « Nous sommes les descendants du réalisme et du naturalisme. Il faut juger en fonction de cet héritage. On est évidemment confronté à l'écueil de l'académisme et on ne l'évite pas toujours. C'est parce qu'ils rompent avec l'héritage que des chefs-d'œuvre sont parfois rejetés »[25]. Trente ans plus tard, Télérama soulignait encore ce tropisme, vilipendant l'académie pour « son faible appétit pour les gestes romanesques singuliers, trop hardis ou virtuoses, sa préférence décidément bien ancrée pour le fameux « roman d’imagination », sans vrais enjeux formels, vers lequel tendent régulièrement ses choix »[26].

De nombreuses critiques visent également l'affiliation des jurés à de grandes maisons d'édition (et plus précisément à trois éditeurs : Gallimard, Grasset et Le Seuil, d'où le terme ironique de « Galligrasseuil ») qu'ils auraient tendance à privilégier au détriment des petites maisons d'édition[27]. Comme évoqué ci-dessus, de nouvelles règles ont été instituées en 2008 pour éviter tout soupçon de connivence entre des membres du jury et ces grandes maisons d’édition : les jurés ont désormais l'interdiction d'être salarié dans l'édition[28]. Des réserves ont cependant été émises sur ces nouvelles règles qui ne garantiraient pas une plus grande impartialité[29]. Les jurés, en tant qu'auteurs, restent liés à leurs maisons d'éditions, et comme le déclarait Bernard Clavel (démissionnaire de l'académie en 1977) : « je n'ai jamais vu un seul juré voter au dernier tour contre son éditeur »[30]. À la différence d'autres prix littéraires prestigieux comme le prix Pulitzer, le prix Cervantes ou le prix Booker, le prix Goncourt n'est pas décerné par un jury « tournant »[31] : les membres de l'Académie Goncourt n'étant pas remplacés d'année en année, ces soupçons continuent de peser sur leurs décisions[32]. L'âge des jurés est également un sujet de controverse, voire de raillerie constante. Jules Renard écrivait déjà à ce sujet : « L'Académie des Goncourt me paraît malade ; ça a l'air d'une maison de retraite pour vieux amis. La littérature s'en désintéressera »[33]. Pour y remédier, l'Académie a changé son règlement en 2008 pour prévoir que les jurés perdront désormais leur droit de vote à 80 ans (basculement vers l'honorariat)[34].

Si le prix Goncourt suscite encore la convoitise, son attribution peut être ressentie par certains lauréats comme une forme de cadeau empoisonné. Sept ans après avoir reçu le prix, Jean-Louis Bory écrit : « La première conséquence du Goncourt a été de planter une date dans ma mémoire, comme une écharde. (…) Depuis, je vieillis. (…) Le Goncourt, c'est automatique, vous attire le grand public. Il vous aliène, c'est aussi automatique, les “connaisseurs”, aux yeux de qui le Goncourt est une maladie assez honteuse, un peu dégoûtante, qui se tient entre le lupus et la blennorragie. (…) Résultat : le grand public lit votre livre pour l'unique raison qu'il a eu le Goncourt, mais ne lit pas vos livres suivants, pour la bonne raison qu'ils ne l'auront pas. (…) Les connaisseurs ne liront pas votre livre parce qu'il a eu le Goncourt, et ne liront pas les suivants parce que le premier a eu le Goncourt »[35].

L'écrivain Jean Carrière, lauréat de 1972, écrira en 1987 le livre Le prix d'un Goncourt pour raconter sa longue traversée du désert à la suite de l'attribution de ce prix.

La concurrence est grande pour l'annonce des résultats entre les jurys du Femina et du Goncourt. Ainsi Antoine de Saint-Exupéry reçoit le Femina en 1931 alors qu'il était favori du Goncourt, idem en 1993 pour Marc Lambron tandis qu'en 1959, c'est le Goncourt qui « souffle » André Schwarz-Bart au Femina. Un accord est conclu en 2000 entre les deux jurys pour que l'ordre d'attribution des deux distinctions alterne en principe d'une année sur l'autre[36].

Certains critiques soulignent que la plupart des anciens lauréats sont tombés dans l'oubli[37].

En 1974, au moment même où Romain Gary imagine de mystifier les jurés, Yvan Audouard écrit à propos du prix Goncourt : « Il n'empêche que le Goncourt est une connerie persévérante et diabolique. Qu'il fausse totalement la vie littéraire de ce pays. Qu'il abîme ceux qui l'obtiennent, aigrit ceux qui le ratent, encombre la presse des humeurs de M. Armand Salacrou et n'a d'autre intérêt que de faire croire à M. Armand Lanoux qu'il a de l'importance. Dans ce cas on peut véritablement parler de connerie institutionnelle. Il n'améliore ni ne détériore ceux qui en font partie. Ils ne sont pas cons à titre privé. Mais ils sont devenus les agents actifs d'une dangereuse connerie collective. Et le pire, c'est qu'ils le savent »[38].

Place des femmes

Historiquement, le prix Goncourt a été mis en place pour récompenser le roman d'un auteur homme. Face à cette injustice, et particulièrement à l'attribution du prix Goncourt à un homme plutôt qu'à la favorite Myriam Harry pour La conquête de Jérusalem, 22 femmes se réunissent autour d'Anna de Noailles pour créer le prix de la Vie Heureuse en réponse à la misogynie du prix Goncourt. Ce prix est décerné pour la première fois en 1904 et le jury est entièrement composé de femmes. La première lauréate est Myriam Harry. Par la suite, le prix sera décerné aux auteurs et autrices en prose ou en vers[39]. Le prix de la Vie Heureuse deviendra le prix Femina en 1922.

La première femme à avoir reçu le prix Goncourt est Elsa Triolet en 1945[40].

Encore aujourd'hui, l’Académie Goncourt a pu prêter le flanc à la critique en distinguant surtout des hommes, ainsi que le constate la journaliste Cécile Mazin qui dénombre, en 2015, 112 lauréats dont 101 hommes avant proclamation du prix[41]. Cécile Mazin signale que « pour le prix du Pen Club britannique, la sélection comporte 16 personnes, 8 hommes et 8 femmes ». Puis la journaliste publie en intégralité le tract du groupe d’action féministe La Barbe, qui énumère le nom de dix femmes auxquelles n’est pas allé le prix Goncourt : Rachilde, Colette, Irène Némirovsky, Françoise Sagan, Christiane Rochefort, Violette Leduc, Albertine Sarrazin, Nathalie Sarraute, Sylvie Germain et Amélie Nothomb. « Colette était trop chaude et Sarraute, trop froide », ironise dans ce tract-manifeste le groupe d'action féministe[42]. Cécile Mazin prolonge sa réflexion pour déterminer pourquoi, par exemple et à titre de rappel, « dans les chiffres de la rentrée littéraire 2013, on comptait 72 % d’hommes chez Grasset, 81 % chez Seuil et 82 % chez Gallimard ». Dans un article paru dans le magazine littéraire et d’information éditoriale ActuaLitté et signé par son directeur, Nicolas Gary, le collectif La Barbe émet des hypothèses à ce sujet : « depuis Homère, la doxa littéraire, c’est celle des guerres, des conflits : bien entendu, les femmes apportent l’innommable, l’irreconnaissable avec leurs manuscrits ». Le collectif observe encore : « Beauvoir en 1954 pour ses Mandarins, ça ressemble à de la femme alibi »[43].

Membres actuels de l'Académie Goncourt

Les dix membres de l'Académie Goncourt, qui sont cooptés par les autres membres, sont désignés à vie. Ils ne perçoivent aucune rémunération ni aucun dédommagement, hormis le couvert qui leur est assuré chez Drouant. Chacun des académiciens se voit attribuer un couvert en vermeil gravé à son nom et est ainsi élu à un « couvert » déterminé[44]. Depuis 2008, les membres sont :

Liste des lauréats du prix Goncourt

Les lauréats du prix Goncourt sont[50] :

Année Auteur Ouvrage Éditeur
(nombre de prix)
Notes
1903 John-Antoine Nau Force ennemie La Plume Franco-américain d'expression française,
premier à recevoir le Goncourt
1904
Léon Frapié La Maternelle Albin Michel
1905 Claude Farrère Les Civilisés Paul Ollendorff
1906 Jérôme et Jean Tharaud Dingley, l'illustre écrivain Édouard Pelletan
1907
Émile Moselly Terres lorraines et
Jean des Brebis ou le Livre de la misère
Plon
1908
Francis de Miomandre Écrit sur de l'eau... Édition du Feu, puis
Émile-Paul Frères
Élu avec la moitié des voix
face à Jean Viollis qui en eut cinq lui-aussi.
Léon Hennique, président, décida du gagnant.
1909 Marius-Ary Leblond En France Fasquelle Nom de plume de deux cousins,
écrivains originaires de La Réunion
1910
Louis Pergaud De Goupil à Margot Mercure de France
1911
Alphonse de Châteaubriant Monsieur des Lourdines Grasset
1912 André Savignon Filles de la pluie Grasset (2)
1913 Marc Elder Le Peuple de la mer Calmann-Lévy Publié chez G. Oudin & Cie, le titre fut repris
1914 Adrien Bertrand L'Appel du sol Calmann-Lévy (2) Décerné en 1916
1915 René Benjamin Gaspard Fayard
1916
Henri Barbusse Le Feu Flammarion
1917
Henry Malherbe La Flamme au poing Albin Michel (2)
1918
Georges Duhamel Civilisation Mercure de France (2)
1919
Marcel Proust À l'ombre des jeunes filles en fleurs Gallimard À la recherche du temps perdu (vol. 2)
1920 Ernest Pérochon Nêne Plon (2) Publié en 1914 aux éditions Clouzot
1921
René Maran Batouala Albin Michel (3) Premier écrivain noir récompensé
1922
Henri Béraud Le Vitriol de Lune et Le Martyre de l'obèse Albin Michel (4)
1923
Lucien Fabre Rabevel ou le Mal des ardents Gallimard (2)
1924
Thierry Sandre Le Chèvrefeuille, le Purgatoire, le Chapitre XIII Gallimard (3) Publié à la librairie Edgard Malfère, le titre fut repris
1925
Maurice Genevoix Raboliot Grasset (3)
1926
Henri Deberly Le Supplice de Phèdre Gallimard (4)
1927
Maurice Bedel Jérôme 60° latitude nord Gallimard (5)
1928 Maurice Constantin-Weyer Un homme se penche sur son passé Rieder
1929 Marcel Arland L'Ordre Gallimard (6)
1930 Henri Fauconnier Malaisie Stock
1931
Jean Fayard Mal d'amour Fayard (2)
1932
Guy Mazeline Les Loups Gallimard (7) Année du Voyage au bout de la nuit de Céline
1933 André Malraux La Condition humaine Gallimard (8)
1934
Roger Vercel Capitaine Conan Albin Michel (5)
1935 Joseph Peyré Sang et Lumières Grasset (4)
1936 Maxence Van der Meersch L'Empreinte du dieu Albin Michel (6)
1937 Charles Plisnier Faux passeports Corrêa Auteur belge, premier lauréat étranger
1938 Henri Troyat L'Araigne Plon (3)
1939 Philippe Hériat Les Enfants gâtés Gallimard (9)
1940 Francis Ambrière Les Grandes vacances Nouvelle France Réservé, le prix est attribué en 1946
1941
Crédit image:
Albert Monier
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Henri Pourrat Vent de Mars Gallimard (10)
1942
Marc Bernard Pareils à des enfants Gallimard (11)
1943 Marius Grout Passage de l'homme Gallimard (12) Vote effectué par correspondance
1944
Elsa Triolet Le premier accroc coûte deux cents francs Denoël Première femme à recevoir le Goncourt
1945 Jean-Louis Bory Mon village à l'heure allemande Flammarion (2)
1946 Jean-Jacques Gautier Histoire d'un fait divers Julliard
1947
Jean-Louis Curtis Les Forêts de la nuit Julliard (2)
1948 Maurice Druon Les Grandes familles Julliard (3)
1949
Robert Merle Week-end à Zuydcoote Gallimard (13)
1950 Paul Colin Les Jeux sauvages Gallimard (14)
1951 Julien Gracq Le Rivage des Syrtes Corti Refusé par l'auteur
1952 Béatrix Beck Léon Morin, prêtre Gallimard (15)
1953 Pierre Gascar Les Bêtes Gallimard (16)
1954
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Simone de Beauvoir Les Mandarins Gallimard (17)
1955 Roger Ikor Les Eaux mêlées Albin Michel (7)
1956 Romain Gary Les Racines du ciel Gallimard (18)
1957 Roger Vailland La Loi Gallimard (19)
1958 Francis Walder Saint-Germain ou la Négociation Gallimard (20) Auteur belge
1959 André Schwarz-Bart Le Dernier des Justes Seuil
1960 Vintila Horia Dieu est né en exil Fayard (3) Attribué mais non décerné.
À la suite d'une campagne de presse au sujet de son passé politique,
orchestrée notamment par l'Humanité, l'auteur a renoncé au prix.
1961 Jean Cau La Pitié de Dieu Gallimard (21)
1962 Anna Langfus Les Bagages de sable Gallimard (22)
1963 Armand Lanoux Quand la mer se retire Julliard (4)
1964
Georges Conchon L'État sauvage Albin Michel (8)
1965 Jacques Borel L'Adoration Gallimard (23)
1966 Edmonde Charles-Roux Oublier Palerme Grasset (5)
1967 André Pieyre de Mandiargues La Marge Gallimard (24)
1968 Bernard Clavel Les Fruits de l'hiver Robert Laffont
1969 Félicien Marceau Creezy Gallimard (25)
1970
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Michel Tournier Le Roi des aulnes Gallimard (26) Seul cas d'unanimité du jury (au second tour)[6]
1971 Jacques Laurent Les Bêtises Grasset (6)
1972
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jean Carrière L'Épervier de Maheux Pauvert
1973
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jacques Chessex L'Ogre Grasset (7) Premier lauréat suisse
1974 Pascal Lainé La Dentellière Gallimard (27)
1975 Émile Ajar (Romain Gary) La Vie devant soi Mercure de France (3) Unique cas de double lauréat,
par ignorance de la mystification
1976 Patrick Grainville Les Flamboyants Seuil (2)
1977 Didier Decoin John l'Enfer Seuil (3)
1978 Patrick Modiano Rue des Boutiques obscures Gallimard (28)
1979 Antonine Maillet Pélagie-la-Charrette Grasset (8) Premier lauréat canadien
1980 Yves Navarre Le Jardin d'acclimatation Flammarion (3)
1981 Lucien Bodard Anne Marie Grasset (9)
1982 Dominique Fernandez Dans la main de l'ange Grasset (10)
1983 Frédérick Tristan Les Égarés Balland
1984 Marguerite Duras L'Amant Minuit
1985
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Yann Queffélec Les Noces barbares Gallimard (29)
1986 Michel Host Valet de nuit Grasset (11)
1987
Crédit image:
Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons - cc-by-sa-3.0
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Tahar Ben Jelloun La Nuit sacrée Seuil (4) Premier lauréat marocain et africain
1988
Crédit image:
Marie-Lan Nguyen (User:Jastrow)
licence CC BY 3.0 🛈
Erik Orsenna L'Exposition coloniale Seuil (5)
1989 Jean Vautrin Un grand pas vers le bon Dieu Grasset (12)
1990
Crédit image:
librairie mollat
licence CC BY 3.0 🛈
Jean Rouaud Les Champs d'honneur Minuit (2)
1991 Pierre Combescot Les Filles du Calvaire Grasset (13)
1992 Patrick Chamoiseau Texaco Gallimard (30)
1993 Amin Maalouf Le Rocher de Tanios Grasset (14) Premier lauréat libanais
1994 Didier van Cauwelaert Un aller simple Albin Michel (9)
1995
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Andreï Makine Le Testament français Mercure de France (4) Également prix Médicis
1996
Crédit image:
librairie mollat
licence CC BY 3.0 🛈
Pascale Roze Le Chasseur Zéro Albin Michel (10)
1997
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Patrick Rambaud La Bataille Grasset (15) Également grand prix du roman de l'Académie française
1998 Paule Constant Confidence pour confidence Gallimard (31)
1999 Jean Echenoz Je m'en vais Minuit (3)
2000 Jean-Jacques Schuhl Ingrid Caven Gallimard (32)
2001 Jean-Christophe Rufin Rouge Brésil Gallimard (33)
2002 Pascal Quignard Les Ombres errantes Grasset (16)
2003 Jacques-Pierre Amette La Maîtresse de Brecht Albin Michel (11)
2004 Laurent Gaudé Le Soleil des Scorta Actes Sud
2005 François Weyergans Trois jours chez ma mère Grasset (17) Auteur belge
2006
Crédit image:
David Monniaux derivative work by LPLT
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jonathan Littell Les Bienveillantes Gallimard (34) Également grand prix du roman de l'Académie française
2007 Gilles Leroy Alabama Song Mercure de France (5)
2008 Atiq Rahimi Syngué sabour. Pierre de patience P.O.L.
2009
Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Marie NDiaye Trois femmes puissantes Gallimard (35)
2010
Crédit image:
licence CC BY 3.0 🛈
Michel Houellebecq La Carte et le Territoire Flammarion (4)
2011 Alexis Jenni L'Art français de la guerre Gallimard (36)
2012
Crédit image:
Siren-Com
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Jérôme Ferrari Le Sermon sur la chute de Rome Actes Sud (2)
2013 Pierre Lemaitre Au revoir là-haut Albin Michel (12)
2014 Lydie Salvayre Pas pleurer Seuil (6)
2015 Mathias Énard Boussole Actes Sud (3)
2016
Crédit image:
Thibaut Chapotot
licence CC BY-SA 3.0 fr 🛈
Leïla Slimani Chanson douce Gallimard (37) Deuxième lauréat marocain
2017 Éric Vuillard L'Ordre du jour Actes Sud (4)
2018 Nicolas Mathieu Leurs enfants après eux Actes Sud (5)
2019
Crédit image:
librairie mollat
licence CC BY 3.0 🛈
Jean-Paul Dubois Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon L'Olivier
2020 Hervé Le Tellier L'Anomalie Gallimard (38)
2021 Mohamed Mbougar Sarr La Plus secrète mémoire des hommes Philippe Rey Premier lauréat sénégalais,
premier lauréat d’Afrique subsaharienne
2022 Brigitte Giraud Vivre vite Flammarion (5)
2023 Jean-Baptiste Andrea Veiller sur elle L'Iconoclaste Également Prix du roman Fnac

Autres prix Goncourt

Longtemps appelés « bourses[51] », les Goncourt de la poésie, de la nouvelle, de la biographie, de la jeunesse et du premier roman sont décernés chaque année par l'Académie Goncourt.

Goncourt des lycéens

Le Goncourt des lycéens est un prix littéraire français créé en 1988 par la Fnac, en collaboration avec le rectorat de Rennes et avec la bienveillance de l'Académie Goncourt. Le coup d'envoi du Goncourt des lycéens est donné tous les ans par l'annonce de la première sélection de l'Académie Goncourt. Le Goncourt des lycéens obéit aux mêmes règles de fonctionnement que le prix Goncourt[52]. Plus de 2 000 lycéens de 15 à 18 ans opèrent leur choix propre parmi les romans de cette sélection. La Fnac met à disposition des lycéens dès la rentrée de septembre les ouvrages de la sélection que les lycéens vont lire et étudier pendant deux mois et organise, en coopération avec le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, des rencontres régionales au cours desquelles les lycéens ont la possibilité d'échanger et de débattre avec les auteurs des livres qu'ils ont lus[53].

À l'issue de leurs lectures et de leurs rencontres avec les auteurs, les élèves élisent le « Goncourt des lycéens ». Le lauréat est proclamé quelques jours après son aîné.

Goncourt des détenus

Le prix Goncourt des détenus est créé en 2022 pour « développer l’intérêt pour la lecture et le sens critique mais aussi de favoriser une action collective basée sur l’écoute, au sein de l’établissement pénitentiaire »[54].

2022: Sarah Jollien-Fardel en est la première récipiendaire pour son roman Sa préférée.

2023: Les conditions idéales de Mokhtar Amoudi, Ed. Gallimard

Goncourt de la poésie

La bourse Goncourt de la poésie a été instituée en 1985, grâce au legs d'Adrien Bertrand (prix Goncourt en 1914). À la différence des autres prix de l'Académie, ce prix est décerné à un poète pour l'ensemble de son œuvre et non pour un ouvrage ou recueil particulier. En 2012, le prix a pris le nom de « Goncourt de la poésie-Robert Sabatier » en hommage à l'Académicien récemment décédé.

Goncourt de la nouvelle

Goncourt du premier roman

Goncourt de la biographie

Le Goncourt de la biographie est décerné annuellement depuis 1980. Il a pris le nom de « Goncourt de la biographie Edmonde Charles-Roux » après le décès de l'académicienne et en hommage à cette dernière, elle-même biographe.

Le lauréat du Goncourt de la biographie Edmonde Charles-Roux est annoncé par les Académiciens à l'issue de leur réunion de début juin et est remis à son lauréat en septembre à Nancy lors du Livre sur la Place, une manifestation que les Académiciens parrainent depuis sa création.

Goncourt Jeunesse

Décerné en partenariat avec la municipalité de Fontvieille :

Choix Goncourt internationaux

Il existe également depuis 1998 un « Choix Goncourt de la Pologne » organisé par l'Institut français de Cracovie et décerné par un jury constitué d'étudiants des départements de français des universités de toute la Pologne sur la base de la liste établie en septembre par l'Académie Goncourt[56]. Depuis 2012 un « Choix Goncourt de la Serbie »[57] décerné par un jury constitué d'étudiants en langue et littérature françaises est organisé par l’Institut français de Serbie avec l'aide des universités serbes. 2013 a vu la naissance du « Choix Goncourt de la Roumanie »[58], décerné par sept jurys d'étudiants (un jury étant constitué au sein du département de français de chacune des sept universités roumaines participantes) et organisé par l'Institut français de Roumanie avec le soutien de lecteurs français du pays et la librairie française de Bucarest, Kyralina. Proclamé pour la première fois en 2019, le « Choix Goncourt de l'Algérie » est organisé par l'Institut français d'Algérie à Alger, Annaba, Oran, Tlemcen et Constantine et est le fruit du vote d'un jury lycéen (à Alger) et de jurys étudiants et d'adhérents des médiathèques de l'Institut français d'Algérie constitués dans chacune des cinq villes précitées[59],[60].

Au , le nombre de « Choix Goncourt à l'étranger » s'élève à quatorze, chacun couvrant un pays ou une région : Algérie, Belgique, Brésil, Bulgarie, Chine, Espagne, Italie, Orient (Liban et douze pays du Moyen-Orient), Pologne, Roumanie, Serbie, Slovénie, Suisse et Tunisie[61].

Pour l'édition 2019-2020, six nouveaux pays ont rejoint les pays participant au « Choix Goncourt à l'étranger » : le Royaume-Uni (Choix Goncourt décerné pour la première fois en décembre 2019), l'Autriche (Choix Goncourt décerné pour la première fois en janvier 2020), le Maroc (Choix Goncourt décerné pour la première fois en février 2020) et, enfin, la Grèce, la République tchèque et la Géorgie (qui décerneront chacune leur Choix Goncourt pour la première fois en mai 2020). En mai 2020, le nombre de « Choix Goncourt à l'étranger » s'élève ainsi à vingt. Le développement des Choix Goncourt à l'étranger, renommés « Choix Goncourt internationaux », se poursuit pour atteindre, en mai 2023, le nombre de trente-cinq[62].

Notes et références

  1. a et b Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1903 à 1921 émission de Pierre Assouline sur France Culture le 27 juillet 2013.
  2. « Les prix littéraires ».
  3. Il se distingue ainsi à l'origine du prix de Poésie remis par l'Académie française.
  4. Robert Kopp, « Une machine à faire lire », sur L'Alsace, .
  5. Jacques Lindecker, « La folle semaine commence », sur L'Alsace, .
  6. a et b « Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 1962 à 1978 », émission de Pierre Assouline, France Culture, 17 août 2012.
  7. « Prix Goncourt | Académie Goncourt », sur academiegoncourt.com (consulté le )
  8. Jean-Louis Cabanès, Les Goncourt dans leur siècle : Un siècle de Goncourt, Presses Univ. Septentrion, , p. 320.
  9. « Goncourt de la poésie Robert Sabatier », sur académiegoncourt.com (consulté le ).
  10. « Goncourt de la Biographie Edmonde Charles-Roux », sur academiegoncourt.com (consulté le )
  11. Jean Galtier-Boissière, Mon journal pendant l'Occupation, éditions La Jeune Parque, (lire en ligne), p. 81.
  12. « Le Goncourt donne l'exemple », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  13. Cf. polémiques au sujet des maisons d'édition Gallimard, Grasset et Le Seuil, souvent récompensées.
  14. « Du côté de chez Drouant : Le Goncourt de 2004 à 2011 » émission de Pierre Assouline sur France Culture le 31 août 2013.
  15. « www.academiegoncourt.com »
  16. « Les secrets du Goncourt avec son « onzième juré » », Radio télévision suisse, (consulté le ).
  17. Mohammed Aïssaoui, « Marie Dabadie, dans l'ombre du Goncourt », Le Figaro, encart « Culture », 11 septembre 2013, page 38.
  18. « Prix Goncourt 2022 : le président de l'Académie explique pourquoi Virginie Despentes ne gagnera jamais le concours », sur ladepeche.fr (consulté le )
  19. « À qui appartient… le prix Goncourt ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  20. « Un Goncourt, ça gagne (com)bien ? » dans Slate.fr du 14 janvier 2012.
  21. « Ces prix Goncourt sont-ils encore lisibles ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  22. « Céline furax, des jurés séniles, un micro au plafond... 10 histoires sur le Prix Goncourt », sur France Culture, (consulté le ).
  23. « La tribu Goncourt », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  24. « Le Goncourt inconnu », Didier Sénécal, Lire de novembre 1999.
  25. GONCOURT : Marguerite Duras pour " l'Amant " Au secours de la victoire dans Le Monde du 13 novembre 1984
  26. En distinguant Jean-Baptiste Andrea, l’Académie Goncourt ne remporte pas le prix de l’audace par Nathalie Crom sur telerama.fr du 7 novembre 2023
  27. « À qui profitent les prix ? », dossier France Info du 25 octobre 2007.
  28. « Du neuf à l'Académie Goncourt », Anne Crignon, Le Nouvel Observateur du 28 février 2008.
  29. « Prix Goncourt, révolution dans un verre d’eau ? » par Joseph Vebret dans Le Nouvel Observateur du 9 février 2008.
  30. Goncourt mode d'emploi par Jérôme Dupuissur lexpress.fr du 1er octobre 2007
  31. Emmanuel Lemieux, « La stratégie de l'andouillette », L'Express/Lire,‎ (lire en ligne).
  32. « Les Prix littéraires à l'étranger », Capucine Roche, Lire de novembre 2004.
  33. Thierry Gandillot, « Le siècle des Goncourt », L'Express,‎ (lire en ligne).
  34. Alain Beuve-Méry, « Le jury Goncourt se fixe une limite d'âge », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  35. « Le Goncourt, une maladie honteuse ? » sur lexpress.fr du 2 novembre 2011.
  36. « Jean-Paul Dubois, prix Femina », Le Nouvel Obs,‎ (lire en ligne).
  37. François Reynaert, « Nau, Pérochon, Walder... qui se souvient des lauréats du Goncourt ? », sur bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le ).
  38. Yvan Audouard, Lettre ouverte aux cons, Albin Michel, 1974, p. 70.
  39. Alisonne Sinard, « Contre un Goncourt misogyne : le Femina, un prix tour à tour militant, volcanique et collabo », sur France Culture, (consulté le )
  40. « 3 juillet 1945, Elsa Triolet reçoit le prix Goncourt | INA », sur ina.fr (consulté le )
  41. Cécile Mazin, « Le Goncourt, un mâle nécessaire ? », sur ActuaLitté, .
  42. La Barbe, « Prix Goncourt 2015 – Place Gaillon, restaurant Drouant, 3/11/2015 – La Barbe », sur labarbelabarbe.org, (consulté le ).
  43. Nicolas Gary, « Égalité hommes-femmes : "l’édition ne se sent pas concernée" », sur ActuaLitté, (consulté le ).
  44. « Les 10 couverts », sur Académie Goncourt (consulté le ).
  45. Mohammed Aïssaoui, « Rambaud et Ben Jelloun, nouveaux visages du Goncourt », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. a et b « Philippe Claudel et Pierre Assouline, nouveaux jurés Goncourt », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  47. « Paule Constant, une nouvelle tête chez les Goncourt », bibliobs.nouvelobs.com,‎ (lire en ligne)
  48. « Virginie Despentes et Éric-Emmanuel Schmitt font leur entrée dans le jury Goncourt », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  49. a et b « Pascal Bruckner et Camille Laurens désormais membres de l'Académie Goncourt. », .
  50. Palmarès intégral sur le site officiel de l'Académie Goncourt.
  51. Le nom du prix étant réservé au « prix Goncourt », ces bourses sont désormais appelées « le Goncourt de la poésie », « le Goncourt de la nouvelle », etc.
  52. À ce titre, le prix ne peut désigner deux fois le même lauréat. C'est pour cette raison que les romans sélectionnés pour le Goncourt des lycéens 2019 sont au nombre de 14 quand la 1ère sélection du Prix Goncourt en compte 15 : Léonora Miano ayant déjà remporté le Prix Goncourt des Lycéens en 2006, elle ne figure pas dans la liste de 2019.
  53. « Lancement de la 32e édition du Prix Goncourt des lycéens », sur www.education.gouv.fr, (consulté le ).
  54. http://www.justice.gouv.fr/prison-et-reinsertion-10036/prix-goncourt-des-detenus-2022-les-15-romans-selectionnes-34566.html
  55. « Affinités électives : Didier Daeninckx », France Culture, 1er décembre 2005 (consulté le 26 avril 2022).
  56. « Le choix de la Pologne | Academie Goncourt », sur Académie Goncourt (consulté le ).
  57. « Le choix de la Serbie | Academie Goncourt », sur Académie Goncourt (consulté le ).
  58. « Le choix de la Roumanie | Academie Goncourt », sur Académie Goncourt (consulté le ).
  59. « Lancement en 2019 du prix littéraire "Choix Goncourt de l’Algérie" », HuffPost Maghreb 19 décembre 2018.
  60. « Le choix de l'Algérie | Academie Goncourt », sur Académie Goncourt (consulté le ).
  61. « Les Choix Goncourt à l'étranger | Academie Goncourt », sur Académie Goncourt (consulté le ).
  62. « Les Choix Goncourt internationaux », sur Académie Goncourt (consulté le )

Annexes

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Prix Goncourt.

Bibliographie

  • Olivier Boura, Un siècle de Goncourt, Paris, Arléa, , 302 p. (ISBN 978-2869596337).
  • Robert Kopp, Un siècle de Goncourt, Paris, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard », , 144 p. (ISBN 978-2070448173).
  • Pierre Assouline, Du côté de chez Drouant : cent dix ans de vie littéraire chez les Goncourt, Paris, Gallimard, coll. « Hors-série Littérature », , 224 p. (ISBN 978-2070143047).

Articles connexes

Liens externes