Gauche écosocialiste

Gauche écosocialiste
Image illustrative de l’article Gauche écosocialiste

Logotype officiel.
Présentation
Fondation 2017 (Ensemble Insoumis-e)
2022 (GES)[1]
Scission de Ensemble
Siège 26 rue Malmaison Bagnolet
Positionnement Gauche[2] à gauche radicale
Idéologie Écosocialisme
Anticapitalisme
Marxisme
Internationalisme
Féminisme
Anti-impérialisme
Euroscepticisme modéré[2]
Affiliation nationale La France insoumise
Nouvelle Union populaire écologique et sociale (2022-2024)
Nouveau Front populaire (depuis 2024)
Affiliation internationale Quatrième Internationale - Secrétariat unifié (certains de ses membres individuellement)
Site web gauche-ecosocialiste.org
Présidents de groupe
Assemblée nationale Mathilde Panot (LFI)
Représentation
Députés
1  /  577

La Gauche écosocialiste (GES) est une organisation politique française, fondée en 2022 par des militants venus d'Ensemble et du Nouveau Parti anticapitaliste. Il est issu du courant Ensemble Insoumis-e, interne à Ensemble, qui a décidé de rejoindre La France insoumise et d'abandonner le nom Ensemble.

Historique

En 2016, la France insoumise (LFI) est créée pour porter la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle de 2017 et des militants du mouvement Ensemble décident de la rejoindre. Ensemble fait campagne pour l'élection de Jean-Luc Mélenchon, mais refuse après un vote interne de faire partie de la France insoumise[3]. Les militants d'Ensemble favorables à la FI constituent le courant Ensemble Insoumis-e et participent aux différentes instances de la FI, notamment les groupes d'action, les livrets thématiques et l'espace politique[4]. Les divergences sur le rapport à la France insoumise s'approfondissent avec l'élection présidentielle de 2022, pour laquelle Ensemble ne donne pas de consigne de vote. En juin 2022, Ensemble Insoumis-e estime qu'Ensemble « a épuisé sa fonction »[5][source secondaire nécessaire] et se structure en organisation indépendante, prenant le nom de Gauche écosocialiste[1].

La GES organise son congrès fondateur du 12 au à Montreuil (Seine-Saint-Denis)[6]. Elle compte alors plusieurs centaines d'adhérents[7].

Positionnement politique

Organisation

La Gauche écosocialiste se présente, dans un premier temps, comme un courant interne à LFI[7]. Manuel Bompard ne s'oppose pas à la création de GES mais réprouve le terme de « courant » car il refuse une ramification de LFI, jugeant les « compétitions internes » nocives à la crédibilité du parti[8],[9]. Hendrik Davi précise alors : « Notre feuille de route explique pourquoi on est dans la LFI [sic] et pourquoi on y croit. […] Donc on n’est pas un courant interne. […] On est un groupe de militants au sein de LFI ».

Élus

Notes et références

  1. a et b « Vive la Gauche écosocialiste ! », 13 juillet 2022.
  2. a et b (en) « France », sur Europe Elects, (consulté le )
  3. Marc de Boni, « Ensemble !, le mouvement de Clémentine Autain, ne rejoint pas La France insoumise », sur Le Figaro, (consulté le ).
  4. « Contribuer à la construction de la France Insoumise », 15 octobre 2017, sur le site de la Gauche écosocialiste.
  5. « Déclaration de la réunion nationale d’Ensemble Insoumise », 26 juin 2022, sur le site de la Gauche écosocialiste.
  6. Hugo Romani, « Vers un « courant Clémentine Autain » chez les Insoumis ? », sur Le Point, (consulté le ).
  7. a b c d e et f Pierre Maurer, « Le parti proche de Clémentine Autain se structure au sein de LFI : « On est un courant interne » », sur Le Parisien, (consulté le ).
  8. « Manuel Bompard recadre des voix dissonantes de la France insoumise et rejette la création d’un « courant interne » », sur Le Journal du dimanche, (consulté le ).
  9. Chez Pol, « Démocratie interne : LFI organise sa coupure de courants », sur Libération, (consulté le ).
  10. « Adresse pour une nouvelle force éco-socialiste ! », sur Gauche Ecosocialiste, (consulté le ).

Voir aussi

Liens externes