Nouveau Front populaire

Nouveau Front populaire

Logo du Nouveau Front populaire.

Fondation
Fusion de Nouvelle Union populaire écologique et sociale
(indirectement)
Élections concernées par l'alliance Législatives de 2024 (XVIIe législature)
Organisations politiques concernées La France insoumise
Parti socialiste
Les Écologistes
Parti communiste français
Autres membres

Représentation à l'Assemblée nationale
182  /  577
Représentation au Sénat
95  /  348
Représentation au Parlement européen
26  /  81
Positionnement Gauche[a]
Idéologie Socialisme démocratique[1]
Social-démocratie[1]
Politique écologique[1]
Couleurs
Rouge, vert, jaune, violet, rose

Site Web www.nouveaufrontpopulaire.fr

Le Nouveau Front populaire (NFP), également appelé Front populaire, est une coalition des principaux partis politiques français de gauche. Lancé le , il s'agit d'une coalition formée en vue des élections législatives de 2024 en opposition aux partis de la majorité présidentielle ainsi qu'au Rassemblement national, dans le contexte de la montée de l'extrême droite lors des élections européennes de 2024 en France.

Cette coalition rassemble principalement Les Écologistes, La France insoumise, le Parti communiste français et le Parti socialiste, ainsi que Place publique, Génération·s, la Gauche républicaine et socialiste, le Nouveau Parti anticapitaliste et la Gauche écosocialiste, tout en poussant à une mobilisation des associations, des forces syndicales et des acteurs de la société civile. La coalition s'accorde sur une répartition du nombre de candidats et sur un programme politique commun. La coalition est composée de la majorité des partis politiques français de gauche.

Le NFP arrive en tête des élections législatives 2024, obtenant une majorité relative à l'Assemblée nationale, et devenant ainsi la première force politique du pays avec 182 députés élus.

Fondation et campagne électorale des législatives 2024

Élections européennes puis législatives anticipées de 2024

Les résultats des élections européennes de 2024 en France le voient le Rassemblement national (RN) arriver en tête du scrutin avec 31,37 %. Il devance Ensemble, la liste du camp présidentiel qui arrive en deuxième position avec 14,60 % des voix[2]. Le soir même des résultats, le président de la République Emmanuel Macron annonce la dissolution de l'Assemblée nationale par le recours à l'article 12 de la Constitution, entraînant la convocation de nouvelles élections législatives les et — c'est la sixième dissolution sous la Cinquième république[3].

Mise en place de la coalition

À la suite de l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale, François Ruffin interviewé le au soir par BFM TV depuis Amiens, appelle à un « Front populaire » et à une « gauche unie » face au risque de majorité de l'extrême droite, principalement incarné par le Rassemblement national (RN), pour les élections législatives anticipées du et [4],[5]. Selon L'Humanité, il devait créer un mouvement « transpartisan » du même nom avec plusieurs députés de gauche dont Sébastien Jumel et Marie-Charlotte Garin si la dissolution n’avait pas eu lieu[6].

Le , après avoir utilisé une première fois le terme « Front populaire » dans les réseaux sociaux pour appeler les responsables des principaux partis de gauche[7], François Ruffin lance avec Sébastien Jumel, Marie-Charlotte Garin, Sébastien Peytavie, Sophie Taillé-Polian, Nicolas Sansu, Damien Maudet, Karine Lebon, Leïla Chaibi et Emeline K/Bidi — élus étalés sur toute la gauche du spectre politique — une pétition en ligne pour récolter les signatures des électeurs désirant l'union des formations de gauche[8]. Elle recueille plusieurs centaines de milliers de signatures, quelques heures après sa rédaction[9]. Il est ainsi à l'origine de l'expression[10].

Parallèlement à cela, 350 personnalités provenant des mondes politique, intellectuel, artistique et militant — parmi lesquelles se trouvent Esther Duflo, prix Nobel d'économie, et Annie Ernaux, prix Nobel de littérature — signent une tribune dans Le Monde pour appeler à former une union des gauches, pour faire face, selon les signataires, « aux désastres de notre époque »[11]. Cette tribune est suivie par un appel des cinq syndicats nationaux que sont la CGT, CFDT, UNSA, FSU et Solidaires à manifester pour mettre en avant leurs revendications dans ce contexte de montée de l'extrême droite. La CGT appelle dans son communiqué à un « Front populaire » dans un cadre syndical[12].

Dans la soirée du , Les Écologistes (EÉLV) représentés par Marine Tondelier, La France insoumise (LFI) représentée par Manuel Bompard, le Parti communiste français (PCF) représenté par Fabien Roussel, le Parti socialiste (PS) représenté par Olivier Faure, Place publique (PP), Génération·s (G·s) et la Gauche républicaine et socialiste (GRS) annoncent publiquement la création d'une coalition de partis politiques français de la gauche nommée « Nouveau front populaire » afin d'instaurer un programme de rupture avec la politique du président de la République en exercice Emmanuel Macron et contre l'extrême droite[13],[14]. Les représentants de la coalition affirment alors leur intention de ne présenter qu'un seul candidat par circonscription aux élections législatives[13],[14]. Dans leur tribune, les représentants poussent à une mobilisation des associations, des forces syndicales et de la société civile afin de construire le front[13],[14].

Dans un second temps, le Nouveau Parti anticapitaliste rejoint la coalition[15], tout comme le Mouvement républicain et citoyen[16], Les Radicaux de gauche[16] et L'Engagement[16].

Le , Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie, alors précédemment opposée à la Nupes en 2022, annonce rejoindre le Front populaire[17].

Le au soir, les principales composantes de l'alliance parviennent à un accord de campagne, de programme et de répartition des circonscriptions[18]. L'accord prévoit selon son texte d'annonce « un programme politique de rupture avec une déclinaison pour les 100 premiers jours du mandat »[19].

Alors que le , Raphaël Glucksmann avait annoncé qu'il ne souhaitait pas rejoindre l'alliance aux conditions posées par LFI[20],[21], il indique le au micro de France Inter son soutien à « une union de la gauche », afin « que le Rassemblement national ne gagne pas ces élections législatives et ne gouverne pas ce pays ». De plus, il affirme avoir « obtenu [...] un engagement extrêmement clair sur les livraisons d'armes à l'Ukraine, sur les frontières de l'Ukraine, sur le soutien indéfectible à la résistance ukrainienne ». Il affirme avoir « obtenu aussi le soutien à la construction européenne », que les « attaques du 7 octobre soient qualifiées de [...] clairement terroristes » et « un engagement clair dans la lutte contre l'antisémitisme, dans la lutte contre la brutalisation du débat public »[22].

Dépôts des investitures pour les élections législatives de 2024

Sur les 577 investitures à pourvoir, quelques-unes sont remarquées ou suscitent des débats, voire des controverses.

Jérôme Guedj, député sortant du Parti socialiste, opposé à Jean-Luc Mélenchon, annonce le se présenter sans l'étiquette du Nouveau Front populaire, affirmant qu'il refuse de « s'associer à l’investiture de LFI ». Interrogé, Olivier Faure dit « respecter parfaitement (son) choix »[23].

Philippe Poutou est investi dans la première circonscription de l'Aude[24], François Hollande (après avoir annoncé sa candidature) dans la première circonscription de la Corrèze[25], Léon Deffontaines dans la troisième circonscription de la Somme[26] et Pierre Larrouturou dans la cinquième circonscription de l'Essonne[27]. Adrien Quatennens se présente dans la première circonscription du Nord, investi uniquement par La France insoumise (LFI) sans le soutien du Front populaire qui ne présente pas de candidat face à lui[28],[29]. Cependant, la militante féministe Amy Bah, membre du collectif #NousToutes et assistante parlementaire de Raquel Garrido jusqu'à la dissolution, vient se présenter dans cette circonscription « au nom des valeurs du Nouveau Front populaire ». Elle reçoit le soutien de la socialiste Martine Aubry[30],[31]. Finalement, Adrien Quatennens indique qu'il renonce à se représenter[32]. Il est remplacé par Aurélien Le Coq, co-animateur des Jeunes insoumis[33]. Cependant Amy Bah maintient sa candidature[34].

LFI refuse l'investiture à cinq frondeurs, Alexis Corbière, Raquel Garrido, Frédéric Mathieu, Hendrik Davi et Danielle Simonnet[35],[36],[37]. En réaction, Marine Tondelier, conteste cette décision qualifiant cette « purge » d'inacceptable : « Je ne vois pas pourquoi nous ne soutiendrions pas des députés qui sont des sortants »[38]. Pour Olivier Faure : « Le Front Populaire ne mérite pas d'être sali par des décisions irresponsables », il essaie de trouver une solution à cette situation[39]. À la place de Raquel Garrido, LFI investit Aly Diouara, obsédé par les « Juifs » et par les « Blancs » sur ses réseaux sociaux selon Le Figaro et soutien de l’imam Hassan Iquioussen, expulsé vers le Maroc pour des discours « haineux envers les valeurs de la République, dont la laïcité »[40]. Alexis Corbière, Raquel Garrido, Danielle Simonnet (face à Céline Verzeletti) maintiennent quand même leurs candidatures[41].

LFI investit Raphaël Arnault Voir avec Reasonator, porte-parole de la Jeune Garde antifasciste, triple fiché S et convoqué par la police pour apologie du terrorisme, dans la première circonscription de Vaucluse[42],[43],[44]. Son investiture crée la polémique[45]. Philippe Pascal, de la Gauche démocratique et sociale, se présente face à lui[46]. Il est soutenu par le PS, le PCF, Les Écologistes et Génération.s[46].

LFI investit Amal Bentounsi Voir avec Reasonator, inscrite au fichier des atteintes à la sécurité publique pour « mouvements extrémistes » et « violences urbaines », dans la sixième circonscription de Seine-et-Marne[47]. Grande sœur d'Amine Bentounsi, elle est la fondatrice du collectif Urgence notre police assassine. Pendant la campagne, un commentaire publié le avec la page Facebook du collectif lui est reproché : « on ne peut pas en vouloir à un croyant d'être homophobe si sa religion l'est »[48]. Amal Bentounsi s'explique via un communiqué qu'elle n'était pas à l'origine de ce commentaire[49],[50].

Le au soir, dernier jour pour déposer les candidatures, les tensions liées aux investitures semblent éteintes[51], et les observateurs parlent d'une gauche unie[52].

Le , Manuel Bompard juge la candidature de François Hollande « assez incohérente ». Il ajoute cependant de la « même manière que je souhaite que des partenaires politiques ne remettent pas en cause le choix de nos candidatures, je ne le ferai pas pour mes partenaires »[53].

Le , LFI retire son investiture à Reda Belkadi, candidat dans la première circonscription de Loir-et-Cher, dont des tweets à caractère antisémite et homophobe ont été exhumés le jour même par l'infirmier Vincent Lautard[54].

Désignation du Premier ministre à la suite des résultats aux élections législatives de 2024

Dans un premier temps, le Nouveau Front populaire (NFP) ne désigne pas le prochain Premier ministre, en cas de succès aux élections législatives de 2024. Jean-Luc Mélenchon affirme le « se sentir capable » d'être Premier ministre, mais déclare « Je ne m'élimine pas, mais je ne m'impose pas »[55] et le 16 juin « Si vous pensez que je ne dois pas être Premier ministre, je ne le serai pas »[56] avant de se déclarer, le , « bien évidemment » prêt à endosser cette responsabilité. Il ajoute « Un accord avait été trouvé pour que ce soit "le groupe parlementaire le plus important qui présente le candidat à la Primature" »[57],[58]. Mais pour Raphaël Glucksmann ou Carole Delga, le candidat de la gauche pour Matignon « ne sera pas Jean-Luc Mélenchon ». Après son intervention du 22 juin, sa figure est brandie par le RN et le camp présidentiel en tant que repoussoir[59],[60]. Plusieurs voix dans la coalition s'opposent à cette hypothèse[61],[62], considérant qu'il n'est pas assez fédérateur, notamment Fabien Roussel, Clémentine Autain, François Hollande, ou Marine Tondelier[63]. Il ajoute le n'être « candidat à rien » mais assure que le Premier ministre sera Insoumis[64]. Le 25 juin, François Ruffin déclare que Jean-Luc Mélenchon « est un obstacle à la victoire » du NFP[65],[66].

François Ruffin et Fabien Roussel se disent prêts à assumer cette responsabilité[67],[68],[69]. La vice-présidente de l'Assemblée nationale Valérie Rabault plaide pour sa part pour une « candidature féminine », citant Carole Delga, Clémentine Autain ou elle-même[70]. L'ancien dirigeant de la CFDT Laurent Berger est aussi proposé par Raphaël Glucksmann et Sandrine Rousseau[55], mais celui ci refuse cette possibilité le 24 juin[71].

Le 18 juin, Olivier Faure propose qu'en cas de victoire, les futurs députés du NFP votent pour choisir le Premier ministre. Cette proposition n'emporte pas l'adhésion côté LFI, Manuel Bompard considérant que le groupe le plus important devra « faire une proposition »[72].

Le 22 juin, un sondage LegiTrack d'OpinionWay-Vae Solis pour Les Échos et Radio Classique indique qu'en cas de victoire du NFP, les Français préféreraient un Premier ministre issu du PS (44 % des sondés) plutôt que de LFI (25 %)[73].

Le 4 juillet sur France Inter, Raphaël Glucksman déclare : « L'hégémonie de Jean-Luc Mélenchon a pris fin ». Il ajoute que d'autres « voix se sont affirmées pendant cette campagne », et cite François Ruffin, Valérie Rabault, Carole Delga, Aurore Lalucq et Marine Tondelier[74].

Le 8 juillet, au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives, les débats s'engagent à gauche pour proposer un Premier ministre dans la semaine[75]. La piste de Jean-Luc Mélenchon est avancée par des membres de LFI, mais rejetée par les autres partis de la coalition[76].

Du 12 au 13 juillet, les communistes proposent le nom d'Huguette Bello comme possible première ministre pour le NFP mais cette dernière refuse l'offre après un refus du PS que les Insoumis accusent de tout bloquer[77],[78],[79],[80],[81].

Campagne pour les élections législatives de 2024

La campagne pour les élections législatives est ouverte le à partir de minuit. Un premier débat a lieu sur la chaine BFM TV le en présence de Fabien Roussel, premier secrétaire du Parti communiste (PCF). Le , dans un communiqué de presse, le Nouveau Front populaire désigne quatre représentants pour intervenir en débat télévisé. Manuel Bompard (LFI) sur TF1, Ian Brossat (PCF) sur CNews, Olivier Faure (PS) sur France 2 et Marine Tondelier (EÉLV) sur BFM TV. Pendant la campagne, Marine Tondelier, souvent qualifiée de « révélation politique » se fait très positivement remarquer [82],[83],[84],[85]. Jordan Bardella refuse de débattre avec elle le 3 juillet, demandant à débattre avec Jean-Luc Mélenchon, ce qui est largement commenté[86],[87].

Communication

Communication officielle

La communication officielle est lancée dès le 17 juin, avec une charte graphique mêlant 5 couleurs et un logo spécifique. Certains candidats non soutenus officiellement utilisent des éléments de communication officielle, ce qui est contesté par le NFP[88]. La situation des 5 candidats dissidents de LFI génère des tensions : ces candidatas n'utilisent pas le logo de LFI, mais le logo du NFP. la direction de LFI tente de solliciter la justice, qui se déclare incompétente à statuer, et renvoie vers le conseil d'État[89],[90].

Une vidéo de campagne en version ASMR est très partagée sur les réseaux sociaux et suscite de nombreuses réactions[91].

Communication de soutien

En parallèle de la communication officielle, plusieurs artistes, graphistes et illustrateurs s'impliquent spontanément dès le début du NFP[92]. Cette communication politique visuelle devient virale, et se diffuse dans la rue et sur les réseaux sociaux. Ainsi, le collectif Formes des luttes, constitué d’artistes, coalisés au moment de la mobilisation contre le projet de réforme des retraites en 2019, s'implique rapidement. De même, le studio d'impression parisien risographique dirigé pat Vincent Longhi, participe activement à la diffusion des supports en s'appuyant sur la méthode du pochoir. Ainsi, Mathias Ribot et Geoffrey Dorne, deux graphistes coordonnent rapidement les créations au sein du site 24x36.art[93]. Le site reçoit environ 2 000 propositions en quelques jours, et en sélectionne 200[94].

Répartition des candidatures

Le , les quatre partis principaux de l'alliance trouvent un accord de principe pour une répartition des candidatures dans les 577 circonscriptions, entre eux et leurs alliés — en prenant en compte à la fois les députés sortants ainsi que les résultats des européennes[96],[97].

Parti ou composante Circonscriptions
Nombre +/-[b] % +/-[b]
La France insoumise et alliés 229 en diminution 97 39,69 en diminution 16,63
Parti socialiste et alliés 175 en augmentation 105 30,33 en augmentation 18,2
Les Écologistes et alliés 92 en diminution 8 15,94 en diminution 1,39
Parti communiste français et alliés 50 en stagnation 8,67 en stagnation
Autres membres de l'alliance 31 Nv. 5,37 Nv.
Total 577 en stagnation 100 en stagnation

Déroulé des deux tours des élections législatives

Nombre de qualifiés par composante au second tour

Le Nouveau Front populaire obtient neuf millions de voix (27,99 % des suffrages exprimés) [98], deuxième derrière le Rassemblement national et ses alliés issus des Républicains (33,15 %, dix millions de voix). La majorité présidentielle, Ensemble et son allié Horizons, obtient 20,04 %, sept millions de voix[98].

Trente-deux candidats du NFP sont élus au premier tour, 103 éliminés[99] et 409 qualifiés, dont 99 dans des duels, 303 dans des triangulaires et cinq dans des quadrangulaires[100].

Les non-LFI obtiennent 246 candidats qualifiés contre 163 pour LFI, soit une proportion de 61 % des 409 qualifiés du NFP hors-outre-mer, inverse de celle de 2022 :

  • les candidats socialistes se qualifient dans 78 % des cas (136 qualifiés, près de trois fois plus que les 54 en 2022)[101] ;
  • les candidats écologistes se qualifient dans 84 % des cas contre 61 % en 2022, avec 77 qualifiés, quinze de plus que les 62 en 2022 ;
  • les candidats LFI se qualifient dans 71 % des cas, soit 163 contre 219 en 2022 ;
  • les candidats communistes se qualifient dans 66 % des cas (33 candidats qualifiés contre 34 en 2022).

Projection de sièges par composante du NFP

Projection de sièges au soir du 1er tour

Au soir du premier tour, les estimations de l'institut Elabe pour BFMTV, celles qui donnent le plus grand nombre de sièges au RN, accordent 11 à 12 sièges aux candidats de gauche dissidents et 120 à 140 au NFP, parmi lesquels une proportion de non-LFI bien plus forte qu'en 2022, allant de 67 à 93 sièges, soit nettement plus que la moitié du total des NFP prévus par Elabde[102]:

  • 33 à 43 sièges au Parti socialiste[102];
  • 28 à 38 sièges aux écologistes[102];
  • 6 à 12 au Parti communiste[102].

Le directeur d'Elabe précise le lendemain, en plein débat sur les désistements, qu'il faut aussi désormais tenir comte d'une "différence dans le report des électeurs de Renaissance vers la gauche" encore plus marquée, qui favoriserait particulièrement les non-LFI, ainsi que les désistements, plus fréquents vers les non-LFI[102].

Projection de sièges au dernier jour de la campagne

La dernière projection en sièges de la campagne, publiée par Ipsos le 5 juillet 2024, au dernier jour de la campagne, accorde 145 à 175 députés au NFP[103]. Parmi eux:

  • LFI obtiendrait 58 à 68 sièges, soit 38% à 40%;
  • Le PS obtiendrait 51 à 61 sièges, soit 31% à 35%;
  • Les Ecologistes obtiendraient 29 à 37 sièges, soit 20% à 21%;
  • Le PCF obtiendrait 7 à 9 sièges, soit 4% à 5%;

Par ailleurs, les candidats "divers gauche", non-inclus dans le NFP, obtiendraient 14 à 16 sièges, environ 10% de ceux du total du NFP.

Investitures dans les circonscriptions perdues en 2022

Selon Vincent Tiberj, professeur à Sciences Po Bordeaux, la gauche a en 2024 fait « un bon choix d’avoir investi des socialistes dans de nombreuses circonscriptions gagnables mais perdues en 2022 » pour viser un meilleur report de voix au second tour qu’avec l'étiquette LFI de 2022[104], quand 92 circonscriptions s'étaient jouées à moins de 1 000 votes d’écart et 13 avec moins de 100 voix[105]. Les socialistes ont obtenu « la parité hors sortants » avec LFI[106], qui domine dans « les plus simples à gagner »[106], car les plus à gauche, avec ses 75 sortants, selon une analyse du quotidien Les Échos[106]. Selon les universitaires, le nombre de swing circonscriptions très incertaines a encore augmenté dans l'entre-deux-tours, au nombre de 160[107] et « même si le RN emportait les trois quarts des swing circos, il se situerait alors autour de 250-260 circonscriptions remportées, au-dessous des 289 »[107].

Désistements au second tour

Tous les leaders du NFP appellent au retrait de tous leurs candidats arrivés en troisième position[108],[109].

Le camp gouvernemental invoque également un désistement républicain pour faire barrage au RN « avec les candidats partageant les valeurs républicaines ». Des questionnements existent, dans la majorité[110],[111] et chez les observateurs, pour savoir si cette consigne s'applique également aux candidats LFI[112],[113].

Le 2 juillet au soir, seuil limite pour déclarer les maintiens ou désistements, 338 candidats NFP se maintiennent au deuxième tour, 131 se désistent[114].

Résultats du deuxième tour

Le NFP crée la surprise en devenant la première force politique du pays : 182 députés de la coalition sont élus, contre 168 pour Ensemble et 143 pour le Rassemblement national (RN, dont Les Républicains - RN)[115],[116],[117]. De plus, certains élus ayant fait campagne sur le programme du Nouveau Front populaire ne sont pas comptés parmi les 182 députés NFP, mais comme « divers gauche ». La Chaîne parlementaire décompte « au moins 193 députés » pour le Nouveau Front populaire[118].

Conséquences politiques des élections législatives

Le 8 juillet, au lendemain des résultats du deuxième tour des législatives, les débats s'engagent à gauche pour proposer un premier ministre dans la semaine[75]. La piste de Jean-Luc Mélenchon est avancée par des membres de LFI, mais rejetée par les autres partis de la coalition[76]. Les tractations entre les quatre principaux partis de la coalition sont intenses, à la fois pour trouver une coalition[119] et pour former les groupes parlementaires, dans le cadre d'une bataille à gauche entre LFI et le PS[120]. Raphaël Glucksmann estime de son côté qu'« on ne pourra pas gouverner par des décrets et des 49.3 »[121]. Le 9 juillet, dans un communiqué commun, le Nouveau Front populaire exhorte Emmanuel Macron à « se tourner immédiatement vers (lui) pour lui permettre de former un gouvernement »[122].

Plusieurs noms émergent pour le poste de Premier ministre : essentiellement Clémence Guetté, Marine Tondelier et Olivier Faure ou encore Manuel Bompard[123],[124],[125],[126]. Sur proposition du Parti communiste, le nom d'Huguette Bello ressort également, suscitant l'adhésion de LFI et d'EELV, tandis que le PS continue de privilégier Olivier Faure[127],[128],[129]. Manuel Bompard reproche au PS de tout bloquer[130]. Le 14 juillet, face aux réticences du PS, Huguette Bello se désiste, et les négociations semblent revenir à la case départ[131].

Le 10 juillet, le président Macron, dans une « lettre aux Français »[132] estime que « seules les forces républicaines représentent une majorité absolue », et demande « à l’ensemble des forces politiques (...) d’engager un dialogue sincère et loyal pour bâtir une majorité solide, nécessairement plurielle, pour le pays » ce qui suppose de leur laisser « un peu de temps »[133],[134]. Plusieurs représentants du NFP y voient une « forme de déni »[135].

Membres et soutiens

Cette liste de membres comprend en premier lieu les signataires de l'accord de principe diffusé le par les différents mouvements de gauche[136].

Partis membres de la coalition présentant des candidats aux élections législatives

Cette liste contient les signataires de la tribune initiant le Nouveau Front populaire et qui défendent un programme politique commun par un « contrat de législature »[137].

Composantes du Nouveau Front populaire[c]
Parti Logo Position Dirigeant(s)
Les Écologistes (LÉ) Gauche radicale à centre gauche Marine Tondelier
La France insoumise (LFI) Gauche[138] Manuel Bompard
Parti communiste français (PCF)
Marque déposée 🛈
Gauche radicale Fabien Roussel
Parti socialiste (PS) Gauche Olivier Faure
Génération.s (G·s) Gauche Ali Rabeh
Hella Kribi-Romdhane
Gauche écosocialiste (GES)[139],[140][source secondaire souhaitée]
Gauche radicale à extrême gauche Direction collective
Gauche républicaine et socialiste (GRS) Gauche Emmanuel Maurel
Génération écologie (GE)
Gauche Delphine Batho
Nouveau Parti anticapitaliste – L'Anticapitaliste (NPA-B)[141],[142] Extrême gauche Direction collective
Nouvelle Donne (ND)[143],[27]
Gauche Félix David-Rivière
Aline Mouquet
Parti de gauche (PG)[144]
Gauche gauche radicale Jean-Christophe Sellin
Isabelle-Hélène Lerner-Sultana
Parti ouvrier indépendant (POI)
Extrême gauche Direction collective
Place publique (PP)
Gauche à centre gauche Raphaël Glucksmann
Aurore Lalucq
Pour une écologie populaire et sociale (PEPS)[145],[142] Gauche radicale Direction collective
Révolution écologique pour le vivant (REV)[142]
Crédit image:
Révolution Écologique pour le Vivant
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Gauche à gauche radicale Aymeric Caron
Euskal Herria Bai (EHB)[146],[147]
Crédit image:
Euskal Herria Bai
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Centre gauche à extrême gauche
Picardie debout ! (PD)
Marque déposée 🛈
Gauche radicale Guillaume Ancelet
Rézistan's Égalité 974 (RÉ974)
Gauche Jean-Hugues Ratenon
Union pour la sécurité de Mayotte (USM)[148] Gauche Kira Bacar Adacolo
Tavini huiraatira[149]
Logo du Tavini huiraatira
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Gauche à centre gauche Oscar Temaru
Pour La Réunion (PLR)[150],[151]
Marque déposée 🛈
Gauche Huguette Bello
Le Progrès (LP) Gauche à centre gauche Direction collective
Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale (MDES)
Marque déposée 🛈
Extrême gauche Fabien Canavy
Pou Lagwiyann Dékolé (PLD) Gauche à gauche radicale Davy Rimane
Péyi-A
Gauche à centre gauche Jean-Philippe Nilor
Marcellin Nadeau

Partis soutenant la coalition

Soutiens du Nouveau Front populaire[c]
Parti Logo Position Dirigeant(s)
Paris en Commun[147]
Gauche à centre gauche Anne Hidalgo
Mouvement républicain et citoyen (MRC)[16],[147]
Marque déposée 🛈
Gauche Thierry Cotelle
Les Radicaux de Gauche (LRDG)[16]
Centre gauche Isabelle Amaglio-Térisse
Stéphane Saint-André
L'Engagement (LE)[16] Gauche Vincent Guibert
Union démocratique bretonne (UDB)[152],[142]
Marque déposée 🛈
Gauche Tifenn Siret
Pierre-Emmanuel Marais
Alternative Alsacienne - 's Linke Elsass[153] Gauche à centre gauche
Gauche démocratique et sociale (GDS)[154]
Marque déposée 🛈
Gauche Gérard Filoche
Allons enfants ! (AE)[143],[142] Attrape-tout Nina Morel
Ensemble ! (E!)[155],[142]
Gauche radicale Roland Mérieux
Mouvement des progressistes (MDP)[156]
Gauche à centre gauche François Béchieau
Parti radical de gauche (PRG)[157]
Marque déposée 🛈
Centre gauche Guillaume Lacroix
Humains et dignes (HD)[158] Gauche Muriel Ressiguier
Parti pirate (PP)[159]
Libertaire de gauche Direction collective
Association Démocratie Écologie Solidarité (ADÉS)[160] Gauche
Ensemble sur nos Territoires (ESNT)[161] Gauche Ronan Dantec
Parti progressiste démocratique guadeloupéen (PPDG)[162]
Gauche à centre gauche Jacques Bangou
Inseme a Manca (IaM)[163] Gauche
Ghjuventù di Manca (GdM)[163] Gauche
A Manca (AM)[163] Extrême gauche
Ecologia Sulidaria (ES)[163] Gauche
Révolution[164][source secondaire souhaitée] Extrême gauche Direction collective

Soutiens de la société civile

Chercheurs

Dans une tribune publiée le dans Le Nouvel Obs, plus de deux mille cinq cents scientifiques, dont les climatologues Valérie Masson-Delmotte et Christophe Cassou, et le sociologue Didier Fassin, appellent « appellent à lutter contre le Rassemblement national » et « dénoncent également les discours présentant le Nouveau Front Populaire comme une menace pour la République »[165].

De nombreux économistes soutiennent le NFP[166]. Ainsi, Éloi Laurent[167], Olivier Redoulès (directeur de Rexecode)[168], Henri Sterdyniak[168], Eric Berr (coanimateur du département économie de l'Institut La Boétie)[169],[170], Esther Duflo (prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel), Thomas Piketty, Julia Cagé, Michaël Zemmour[171], Lucas Chancel, Anne-Laure Delatte (chercheuse au Centre national de la recherche scientifique), Cédric Durand, Elvire Guillaud (de l'université Panthéon-Sorbonne), Élise Huillery, Pierre Khalfa (de la fondation Copernic), Camille Landais, Emmanuel Saez, Gabriel Zucman et en tout environ 300 économistes[172] soutiennent le programme économique du Front populaire. La Fondation Copernic soutient également le NFP[173]. L'Institut Rousseau , laboratoire d’idées attaché à la reconstruction écologique et démocratique, estime que le programme du Nouveau Front Populaire est "pertinent, réaliste et finançable" et précise qu'il permettrait le retour au plein-emploi d'ici à 2029 et la réduction du déficit public de la France de 3 %[174].

Monde associatif et syndical

La Ligue des droits de l'homme consolide le la mobilisation de la société civile souhaitée par les partis politiques signataires de l'accord tout en prenant le pas à l'appel des forces syndicales du [175],[176]. Ainsi, une cinquantaine d'organisations non gouvernementales initient un appel commun soutenant la mobilisation du front populaire contre l'extrême droite[175],[176]. Les signataires au premier rang sont la Cimade, l'Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne (Attac), la Confédération française démocratique du travail (CFDT), la Confédération générale du travail (CGT), la Fédération des acteurs de la solidarité (FNARS), la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF) , la Fédération syndicale unitaire (FSU), la Fondation Abbé Pierre (FAP), Greenpeace France, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), Oxfam France, SOS Racisme, le Syndicat des avocats de France (SAf), le Syndicat de la magistrature (SM), l'Union nationale des syndicats autonomes (UNSA), et l'Union syndicale Solidaires[175],[176]. D'autres signataires s'y ajoutent[175]. Les mouvements Extinction Rebellion[177], Riposte Alimentaire[178] et la Voie est libre (collectif contre l'A69)[178] appellent également à voter pour le Front populaire.

L'association Une Autre Voix Juive soutient également le Nouveau Front populaire[179]. L'Union juive française pour la paix et TSEDEK!, deux associations juives contre la colonisation en Palestine et ailleurs dans le monde, soutiennent le Nouveau Front populaire contre l'extrême droite[180].

Bruno Bougeon, président de l'Association Initiatives Dionysiennes à La Réunion soutient également le NFP[181].

Jean-François Julliard (directeur général de Greenpeace France), Jean Jouzel (médaille d'or du CNRS et prix Vetlesen), Dominique Méda, Dominique Bourg, Noam Leandri, Pierre-Louis Lions, Viviane Baladi et « des ONG, des scientifiques et des économistes (3) engagés pour le climat soutiennent le programme du Nouveau Front populaire »[182].

Monde culturel et professionnel

Plus de trois mille six cents professionnels de la santé, dont Bernard Jomier et Karine Lacombe appellent à voter pour le Nouveau Front populaire[183],[184].

Plus de trois cents personnalités d’internet dont Antoine Daniel, Benjamin Brillaud (Nota Bene), Charlie Danger, Gilles Mitteau (Heu?reka), Jean Massiet, Renaud Jesionek (Le Capitaine du Nexus VI), Manon Bril (C'est une autre histoire), Marie Treibert (La boite à curiosités), Marine Périn (Marinette — Femmes et féminisme), Maxime Robinet, Xavier Dang (mistermv), Clothilde Chamussy (Passé sauvage), Ponce, PV Nova, Rivenzi, Valentine Delattre (Science de comptoir), Valentin Levetti (Stupid Economics), Usul, Ultia, le magazine Canard PC et le collectif Afrogameuses appellent à voter pour le Nouveau Front populaire.[185],. Plusieurs centaines d'actrices et acteurs des littératures de l’imaginaire, dont Gilles Francescano, Laurent Whale, Patrick K. Dewdney, Élodie Serrano, Isabelle Bauthian, Claire Duvivier, Audrey Alwett, Silène Edgar, Sylvie Denis, Ketty Steward, Maxime Fontaine, Dominique Martel, Gilles Goullet, Olivier Gechter, Christophe Nicolas, Olivier Josso Hamel, Olivier Cotte, Sylvie Miller, Jean-Sébastien Guillermou, Anthony Roux, André-François Ruaud, Sabrina Calvo, Mathieu Gaborit et Samuel Perche[186] et plus de quatre cents auteurs de bandes désinées, dont Florence Cestac, Étienne Davodeau, Marion Montaigne, Léa Castor et Vincent Vanoli apellent également au vote pour le NFP[187].

Des ingénieurs « rejoignent le front populaire » dans L'Humanité pour faire barrage à l'extrême droite, tout en nuançant leur soutien à son programme[188].

Le , le banquier d'affaires Matthieu Pigasse « appelle en effet à voter Nouveau Front populaire », considérant « qu'il faut tout faire pour faire barrage au Rassemblement national »[189].

Le chanteur réunionnais Danyèl Waro et le poète martiniquais Patrick Chamoiseau appellent également a voter pour cette alliance[190],[191].

Programme politique commun

Le programme commun est réalisé en seulement quatre jours, dans un contexte de temps contraint[192].

L'accord de campagne prévoit un programme politique commun avec un « contrat de législature » adopté par les différents partis politiques et mouvements composant l'alliance ainsi qu'un projet de gouvernement basé sur 150 mesures[193] sur les « 100 premiers jours de mandat » dans le cas d'une obtention d'une majorité à l'Assemblée nationale par le Nouveau Front populaire[19].

Le , le Nouveau Front populaire présente son programme politique lors d'une conférence de presse à la maison de la Chimie[194],[195].

Plusieurs adversaires de la coalition qualifient celle-ci et son programme d'extrême gauche[196], en ciblant notamment l'influence supposée de LFI[138],[197]. Pourtant, la plupart des analystes politiques et économiques soulignent bien qu'il s'agit d'un programme de gauche[198],[199],[200]'.

International

Le programme concernant l'international fait l'objet de forts compromis[201],[202], en particulier le conflit israélo-palestinien[203],[204] , notamment en qualifiant les attaques du 7 octobre d'actes de terrorisme, ce que les représentants de LFI n'avaient pas toujours fait, crispant la classe politique, y compris à gauche[205].

Guerre en Ukraine

Conflit israélo-palestinien


Économie, social et fiscalité

Retraites

Fiscalité

Le programme prévoit également un accroissement de la contribution sociale généralisée (CSG) et la suppression de la flat tax[210].

Pouvoir d'achat

Union européenne

Environnement et santé

Isolation des logements et bâtiments

  • Assurer l'isolation complète des logements en renforçant les aides pour les ménages, dont la prise en charge complète pour les plus modestes
  • Accélération de la rénovation des bâtiments publics

Énergies

Absente du programme du Nouveau Front populaire, la question du nucléaire demeure « une pomme de discorde pour l’alliance des gauches »[211].

Gestion des eaux

  • Mise en place d'un moratoire sur les mégabassines
  • Mise en place de règles sur le partage de l’eau sur l’ensemble des activités
  • Transférer l'ensemble de la gestion publique de l'eau en régies locales
  • Atteindre un très bon état écologique et chimique de tous les cours d’eau et nappes phréatiques
  • Mettre à contribution les industriels à la dépollution des nappes et des sols
  • Mailler le territoire de fontaines à eau, de douches et de sanitaires publics et gratuits

Éducation et jeunesse

Éducation

Jeunesse

  • Arrêter le service national universel pour soutenir à nouveau les associations de jeunesse et d'éducation populaire
  • Création d'un dispositif de billet unique ouvert aux jeunes et permettant d'accéder à l'ensemble des transports en commun ainsi qu'aux vélos et aux voitures en libre-service du territoire

Agriculture

Outre-mer

  • Renforcer le bouclier qualité-prix
  • Réglementation des tarifs de desserte aérienne
  • Mise en place d’un taux maximal de sucre dans les aliments transformés
  • Organiser la distribution de bouteilles d’eau et plafonner le prix de l’eau partout où le service d’eau potable est défaillant
  • Création d’un fonds d’indemnisation de prévention contre les pollutions pour indemniser et assurer la prise en charge médicale des victimes de la chlordécone et des sargasses
  • Investir dans la dépollution et la décontamination des sols et des eaux
  • Abandon en Nouvelle-Calédonie au dégel immédiat du corps électoral

Logement

  • Construction de 200 000 logements sociaux par an pendant cinq ans
  • Garantir le droit au logement effectif avec l’encadrement des loyers de manière obligatoire dans les zones tendues
  • Garantie universelle des loyers
  • Revalorisation des aides au logement (APL)
  • Revenir sur les coupes budgétaires de Macron (« Choc de l’offre ») des organismes HLM

Culture

  • Créer d'un service public des arts et de la culture et des médias "au service de l’émancipation"[212]
  • Garantir la pérennité de l'audiovisuel public
  • Limiter la concentration dans les industries culturelles et les médias
  • Défendre et améliorer le régime des intermittents

Sport

Libertés, sécurité, police et justice

Lutte contre le racisme, l'antisémitisme et l'islamophobie

Ces questions ont été l'objet de fortes négociations, dans un contexte où LFI a parfois été accusée de postures ambiguës sur l'antisémitisme à cause de certaines prises de position sur le conflit israélo-palestinien[207],[213]. Le 23 juin, le Nouveau Front populaire dénonce dans une tribune signée par les 4 principaux partis une « campagne de diffamation » sur la lutte contre l'antisémitisme, orchestrée selon lui par « une macronie en déroute »[214].

  • Donner à la justice les moyens de poursuivre et de sanctionner les auteurs de propos ou actes racistes, islamophobes et antisémites
  • Instaurer un commissariat à l'égalité doté d'un observatoire des discriminations et de pôles spécialisés au sein des services publics et des cours d'appel
  • Mise en place de plans interministériels pour analyser, prévenir et lutter contre l'antisémitisme et l'islamophobie

Sécurité et forces de l'ordre

Institutions

Immigration

  • Abroger les lois asile et immigration de 2024
  • Régulariser les travailleurs, étudiants, parents d’enfants scolarisés
  • Instituer la carte de séjour de dix ans comme titre de séjour de référence
  • Création d’un statut de « déplacé climatique »[215]
  • Création d’une voie légale et sécurisée d’immigration
  • Mise en place d'une agence de sauvetage en mer et sur terre
  • Garantir l’accès à l'aide médicale d'État (AME)

Financement du programme

Le financement du programme du Nouveau Front populaire doit s'effectuer avec un projet de loi de finances rectificatif dès le . Il est prévu d'annuler des réformes fiscales mises en place par le gouvernement actuel mais sans donner un chiffrage précis. Pour Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste : « Nous ferons en sorte de financer ce projet très ambitieux en le prenant dans la poche de ceux qui en ont les moyens ». Éric Coquerel, député LFI sortant et ancien président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale indique « ce sont des mesures d'urgence, qu'il est assez facile de mettre en place et qui peuvent rapporter plusieurs dizaines de milliards d'euros »[216],[217].

Une réforme de la taxation de l'héritage est prévue, elle était estimée à 17 milliards d'euros par la Nupes en 2022. Le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF) avec l'ajout d'un volet « climatique », devrait rapporter 15 milliards d'euros par an. Une modification du barème de l'impôt sur le revenu avec l'instauration de 14 tranches, contre 5 actuellement, soit 5 milliards d'euros supplémentaires selon le chiffrage NUPES de 2022. Il est également envisagé de modifier la contribution sociale généralisée (CSG). Il sera étudié la suppression des « niches fiscales inefficaces, injustes et polluantes » sans autre précision. L'exit tax doit être rétablie. Une augmentation de 0,25 point par an, sur 5 ans, de la cotisation patronale vieillesse doit conforter le financement du régime général des retraites[216],[218],[217].

Le , Manon Aubry précise le nouveau barème d'imposition qui serait mis en place, basé notamment sur le passage de cinq à quatorze tranches d'imposition sur le revenu[219] : « ceux qui gagnent moins de 4 000 euros par mois, c’est-à-dire 92 % des Français, paieront moins d’impôt »[220].

Le , en conférence de presse, les représentants du NFP présentent le chiffrage de leur programme. Une loi de finances rectificative sera établie, portant sur 25 milliards d’euros pour les mesures d’urgence en 2024. Puis interviendront deux trains de mesures « structurelles » dont 100 milliards en 2025, pour un budget total de 150 milliards d’euros fin 2027, entièrement financés par de nouvelles recettes[221],[222]. Les recettes fiscales, liées notamment à l'ISF et sur les superprofits sont prévues pour compenser ces dépenses de manière équivalente[223]. Le même jour, la Fondation iFRAP, lobby proche du MEDEF, publie une chiffrage des programmes économiques des principales forces politiques et calcule les dépenses supplémentaires du programme du Nouveau Front populaire à 233,3 milliards d'euros. Le think tank estime que les recettes augmenteraient en contrepartie de seulement 55,0 milliards d'euros, ce qui conduirait à une hausse du déficit public de 178,4 milliards d'euros[224],[225].

Réactions

Monde politique français

À gauche

Aurore Lalucq, coprésidente de Place publique, soutient l'ouverture à des discussions sur le Front populaire dès le . Raphaël Glucksmann, coprésident du parti et tête de liste pour les élections européennes, refuse quant à lui dans un premier temps tout accord répondant aux conditions de La France insoumise (LFI)[20], avant de se joindre à l'union le 14 juin. Il aurait ainsi obtenu un soutien à l'Ukraine envahie par la Russie, l'assurance d'une politique europhile et de la caractérisation de l'attaque du Hamas contre Israël de 2023 comme acte terroriste, tout en préservant une certaine distance vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon et de LFI[226],[227].

Le , Pierre Joxe, ancien ministre, publie une déclaration sur son blog soutenant « les partis de gauche d'aujourd’hui, appuyés à nouveau par de nombreuses organisations démocratiques et syndicales grandes ou petites, [qui] ont su retrouver le chemin de l'union indispensable »[228].

Le , François Hollande, ancien président de la République déclare au JT de 20h de TF1, soutenir la nouvelle union des gauches, même s'il nuance son soutien en s'opposant à l'éventualité à ce que Jean-Luc Mélenchon devienne Premier ministre en cas de cohabitation[229]. Ce ralliement surprend en raison des hostilités de l'ancien président contre La France insoumise, il justifie son soutien par la volonté d'éviter une victoire de l'extrême droite[230],[231]. Le , il se présente lui-même comme candidat du Nouveau Front populaire dans la première circonscription de la Corrèze[232],[233]. Si dans un premier temps il ne reçoit pas l’investiture du NFP au niveau national (n'ayant été proposé que par la fédération locale du PS), celle-ci est validée officiellement plus tard dans la journée. Hollande déclare au sujet de sa candidature « C’est une décision inédite pour un ancien président de la République. Je l’ai prise parce que j’ai estimé que la situation était grave. Jamais l’extrême droite n’a été aussi proche du pouvoir depuis la Libération. Comment rester indifférent ? »[234].

L’ancien Premier ministre de la Gauche plurielle Lionel Jospin soutient l’alliance le en déclarant « Le Nouveau Front populaire est une des digues contre lesquelles peut se briser la vague. »[235]. Le , l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault apporte également son soutien, avec un argumentaire identique[236].

Anciennes figures de gauche

Le , les anciens Premiers ministres Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, déjà opposants à la NUPES en 2022, fustigent l'accord, le premier le qualifiant de « faute politique et morale » et le second de trahison « de l’héritage de Blum »[237],[238],[239],[240]. L'arrière-petit-fils de Léon Blum, Antoine Malamoud, y voit là « une parole bien imprudente de Bernard Cazeneuve » et dénonce un accaparement de la figure de son arrière-grand-père, qui fait fi de la réalité historique[241]. Interrogé sur BFM TV le , il déclare : « L'attelage du Front populaire de 1936 était hybride. Je veux dire, les positions de l'extrême gauche du Parti socialiste de Marceau Pivert […] et du Parti radical et radical de gauche étaient aussi opposées, voire plus, que ne le sont aujourd'hui les positions de Raphaël Glucksmann et de La France insoumise »[242]. L'ancien ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian (ex-PS) déclare que « Le nouveau Front populaire, c’est la Nupes 2 »[243].

Gouvernement

Le , le Premier ministre Gabriel Attal, lors d'une réunion avec les députés du groupe présidentiel, dénonce l'alliance des partis de gauche avec La France insoumise, visant particulièrement le Parti socialiste[244]. Le , le président Emmanuel Macron critique le programme du Nouveau Front populaire. Il déclare notamment « Ce n’est pas un programme social-démocrate (…) c’est un programme totalement immigrationniste ». Le lendemain, Manon Aubry lui répond sur CNews, en précisant que le programme du NFP est « un projet humaniste » qui « repose sur deux piliers » : « agir sur les causes des migrations » et assurer « un accueil digne »[245].

Extrême droite

Réagissant à la constitution du Nouveau Front populaire, le porte-parole du Rassemblement national, Julien Odoul, déclare le sur BFM TV : « J'ai une petite pensée quand même pour le grand Léon Blum qui doit se retourner dans sa tombe. » Son interlocuteur, Benjamin Duhamel, note l'ironie de la situation en affirmant ne pas être « sûr […] que le grand Léon Blum […] serait heureux d'être cité par un député Rassemblement national […] un parti qui a été en partie fondé par des membres de la SS »[246].

Autres hommes politiques

En cas de duel entre le RN et le Nouveau Front populaire, l'ancien premier ministre Dominique de Villepin « considère que la priorité doit être donnée à la lutte contre le Rassemblement national, et que le Rassemblement national constitue aujourd'hui la véritable menace pour notre pays »[247]. Daniel Cohn-Bendit soutient le Front populaire mais votera « à titre personnel » Clément Beaune dans la 7e circonscription de Paris[248].

Syndicats français

Appel à voter NFP

Le 18 juin, la CGT appelle à voter pour le Nouveau Front populaire. C'est la première fois que ce syndicat, attaché à sa neutralité vis-à-vis de la sphère politique, depuis l'adoption de la charte d'Amiens, se positionne ouvertement en faveur d'un mouvement politique. Le syndicat a déjà, par le passé, appelé à voter contre, notamment contre l'extrême droite, mais jamais pour un candidat, un parti ou une coalition[249],[250],[251]. Sa secrétaire générale Sophie Binet, appelle également a voter pour cette alliance[252] et Céline Verzeletti, membre de ce syndicat est investie par le NFP dans la quinzième circonscription de Paris[253].

Le 20 juin, des syndicats de la FSU, notamment son secrétaire général Benoît Teste[254] et sa branche enseignante SNUIPP, ainsi que des syndicats de l'Union syndicale Solidaires, comme SUD éducation, appellent également à voter pour le Nouveau Front Populaire[255],[256],[257].

L'Union étudiante et l'Unef appelent également à voter pour le NFP[258].

Barrage à l'extrême droite

Plusieurs autres syndicats ne donnent dans un premier temps pas de consigne claire de vote, appelant soit à voter contre l'extrême droite, sans davantage de précision, comme la CFDT[259],[251].

Aucune consigne

Enfin, quelques syndicats refusent de se prononcer, à l'instar de FO[251],[259].

Personnalités

L'avocat et historien Serge Klarsfeld a déclaré qu'il voterait RN plutôt que NFP (« une extrême gauche qui est sous l’emprise de La France insoumise avec des relents antisémites et un violent antisionisme ») au second tour, en cas de face à face, propos qui divisent la communauté juive[260],[261]. Pour sa part, la journaliste Anne Sinclair déclare sur BFM TV qu'elle votera « à gauche », mais s'abstiendra au second tour plutôt que de voter pour un candidat LFI[262]. Le philosophe Edgar Morin déclare : « J’ai une sympathie critique pour le Nouveau Front populaire »[263].

Réactions internationales

Les presses européennes, qui ont souligné quelques jours auparavant les résultats records de l'extrême droite aux élections européennes, font le constat que la dissolution a agi comme un facteur d'unification des différents mouvements de gauche et écologistes, entrainant une dynamique importante[264] et soulignent l'usage d'une référence historique[265], suscitant l'espoir pour une partie de la presse classée à gauche[266].

Références contradictoires à Léon Blum et au Front Populaire de 1936-1938

Référence à cette union historique

Le nouveau front populaire est une référence directe au Front populaire, né lui aussi d'une coalition des mouvements de gauche, notamment socialistes, radicaux et communistes, pourtant jugés irréconciliables[267],[268], constituée progressivement entre 1934 et 1936 face à la menace de la prise du pouvoir par l'extrême droite[269], dans un contexte de montée du fascisme[241]. La coalition, menée notamment par Léon Blum, remporte finalement les élections législatives de 1936 et gouverne jusqu'à 1938, générant plusieurs mesures sociales majeures, telles que la réduction du temps de travail à 40 heures par semaine ou la création de deux semaines de congés payés[268],[270].

Critiques

Des observateurs jugent le contexte de 2024 différent de celui de 1936[270],[269]. L’historien Rémy Pech Voir avec Reasonator pointe notamment qu'en 2024 : « La gauche est obligée de faire un Front populaire d’urgence alors que celui de 1936 avait maturé pendant deux ans, avec des comités qui n’étaient pas automatiquement affiliés aux partis politiques. Macron a peut-être précipité les choses par peur que la mayonnaise prenne à gauche si on lui en laissait le temps »[271].

Plusieurs critiques reprochent au Nouveau front populaire de ne pas être à la hauteur de cette référence historique, voire de trahir la mémoire de Léon Blum[241]. L'attitude et certaines positions jugées radicales de LFI sont souvent pointées du doigt pour justifier ces critiques. Notamment parce que Léon Blum, en tant que juif, a subi l'antisémitisme, et que les positions de LFI depuis le 7 octobre 2023 ont parfois été jugées ambigües vis-à-vis de l'antisémitisme[272]. Ainsi, le , le président Macron déclare : « S’il y en a un qui doit se retourner dans sa tombe aujourd’hui, c’est Léon Blum »[273]. Le Point titre le  : « une imposture politico-idéologique et une insulte à la mémoire de Léon Blum ». Dans cet article, le philosophe Daniel Salvatore Schiffer vilipende le Nouveau Front Populaire et accable les socialistes d'en faire partie. Il conclut ainsi son article : « ne laissons donc pas dévoyer ou dénaturer ainsi, de manière aussi éhontée, scandaleuse sur le plan politico-idéologique et malhonnête au niveau philosophico-éthique, la grande et belle histoire du Front populaire tel que l'admirable Léon Blum, fervent artisan de la social-démocratie en effet, le conçut, intentionnellement, à l'origine »[272].

Réponses à ces critiques

Milo Lévy-Bruhl, président de la Société des amis de Léon Blum déclare : « Oui, c’est difficile et presque irrespectueux de faire parler un mort, donc ce que je vous dis est à prendre avec beaucoup de pincettes. Toute la vie et l’action de Léon Blum inclinent à penser que, même si l’extrême-droite d’aujourd’hui n’est pas la même que celle qu’il a connue, sa plus grande crainte resterait de la voir arriver au pouvoir »[273]. Dans le même ordre d'idées, Antoine Malamoud, arrière petit fils de Léon Blum regrette que « la mémoire de Léon Blum, juif, victime de tant d’injures et d’agressions antisémites », soit invoquée « pour disqualifier cet accord de Nouveau Front Populaire, au prétexte du supposé antisémitisme de la France Insoumise »[213]. « Que celle-ci ait multiplié les déclarations imprudentes ou hasardeuses doit être critiqué, condamné », estime-t-il, « mais la persistance de l’antisémitisme est, depuis de nombreuses années, minimisée au sein de la plupart des forces de gauche, politiques et syndicales ». Il ajoute « C’est au cœur de la pensée de l’extrême droite que l’antisémitisme est structurellement présent, quel qu’en soit son camouflage, il est le support de toute l’orientation de la préférence nationale, il est au cœur de l’idéologie identitaire ». Il rappelle également que Léon Blum avait été « attaqué au moins aussi violemment par le PCF que Raphaël Glucksmann par certains militants de La France insoumise »[241]. L’historien Rémy Pech Voir avec Reasonator confirme, et ajoute : les deux fronts populaires, de 1936 et 2024, sont bien des « alliances électorales », entre des partis qui étaient en rivalité forte. « La situation est comparable : Les communistes traitaient les socialistes de sociaux-traîtres, de sociaux-fascistes. C’était la guerre »[271].

L'historien Jean Vigreux estime que « Le nom est finalement assez légitime. Il est dans une logique d’alliance large, et pas uniquement d’alliance politique : des associations et des syndicats y répondent. Il ne s’agit pas uniquement d’un effet de nostalgie, c’est plutôt un réflexe face à ce qui est perçu comme un danger imminent : l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir »[268].

Résultats électoraux

Élections législatives

Année Premier tour Second tour Sièges Rang Gouvernement
Voix % Voix %
2024 8 995 226 28,06 7 005 027 25,68
182  /  577
1er

Notes et références

Notes

Références

  1. a b et c (en) Wolfram Nordsieck, « France », sur Parties and Elections in Europe, (consulté le )
  2. Nicolas Mondon, Arthur Bijotat et Fig Data, « Élections européennes 2024 : découvrez l’intégralité des résultats en France, commune par commune », Le Figaro,‎ (lire en ligne Accès libre).
  3. « Résultats élections européennes 2024 : Macron dissout l'Assemblée, Le Pen se dit "prête à gouverner" », BFM TV,‎ (lire en ligne Accès libre).
  4. Elise Ramirez, « Législatives 2024. "Qu’on arrête les conneries, qu’on joue le match pour de vrai" : François Ruffin appelle à l'union des gauches », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le ).
  5. « « François Ruffin à la gauche : « Arrêtons les conneries et soyons le plus unis possible » », Le Point,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  6. Emilio Meslet, « Entre François Ruffin et la FI, c’est fini », L'Humanité, no 23978 « Résolument NON »,‎ , p. 10 (ISSN 0242-6870, lire en ligne Accès payant, consulté le )
  7. https://www.instagram.com/p/C8B1bLNMMMv/
  8. Charlotte Belaïch et Sacha Nelken, « À gauche, François Ruffin revendique le « capitanat » du « Front populaire » », Libération,‎ (lire en ligne Accès payant).
  9. Valentine Hullin, « Après la dissolution de l’Assemblée, François Ruffin souhaite un « Front populaire », Olivier Faure adhère à l’idée et LFI propose une réunion », HuffPost,‎ (lire en ligne Accès libre).
  10. « Législatives 2024 : comment l'ascension de François Ruffin a été stoppée par la dissolution », sur Franceinfo, (consulté le ).
  11. « « L’union des gauches et des écologistes, maintenant ! » : l'appel de 350 personnalités du monde politique, intellectuel, militant et artistique », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  12. Frantz Durupt et Damien Dole, « Législatives : face au risque de l’extrême droite au pouvoir, CGT et CFDT appellent à « manifester le plus largement possible ce week-end » », Libération,‎ (lire en ligne Accès payant).
  13. a b et c Sacha Nelken, « Accord de la gauche pour des « candidatures uniques » : récit d’une (courte) soirée » Accès libre, Libération, (consulté le ).
  14. a b et c Sandrine Cassini et Julie Carriat, « Élections législatives : la gauche vers l’union malgré les divisions », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  15. Chez Pol, « La macronie réussit l’exploit d’unir la gauche de Carole Delga à la gauche du NPA » Accès libre, Libération, (consulté le ).
  16. a b c d e et f « Quelques jours pour faire front populaire - La France insoumise » Accès libre (communiqué de presse), sur La France insoumise, (consulté le ).
  17. Sylvain Duchampt, « Elections législatives 2024 : Delga dit "oui" au Front populaire contre l'extrême droite » Accès libre, sur France 3 Occitanie, (consulté le ).
  18. « EN DIRECT - Nouveau front populaire : les partis de gauche s’accordent enfin sur un programme « de rupture » pour les législatives », Libération, (consulté le ).
  19. a et b « En direct, législatives 2024 : les partis de gauche annoncent un accord sur un programme commun au sein d’un « nouveau front populaire » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. a et b Antoine Oberdorff, « Raphaël Glucksmann dit non au Front populaire aux conditions de LFI : « Il n’y a pas eu d’accord » » Accès libre, L'Opinion, (consulté le ).
  21. « Raphaël Glucksmann refuse un front populaire aux conditions de LFI » Accès libre, Le Point, (consulté le ).
  22. « Législatives : pour Glucksmann, "la seule manière" de bloquer le RN est "une union de la gauche" », sur Radio France, (consulté le ).
  23. John Timsit, « Législatives : Jérôme Guedj (PS) candidat dans l’Essonne sans l’étiquette du « Nouveau front populaire » », Le Figaro, .
  24. Agence France-Presse, « Législatives : Philippe Poutou, ancien candidat du NPA à la présidentielle, investi par le Nouveau Front populaire dans l'Aude », sur Franceinfo, (consulté le ).
  25. « Législatives : François Hollande candidat dans la première circonscription de la Corrèze », Libération, (consulté le ).
  26. David Vandevoorde, « EXCLUSIF. Législatives : Léon Deffontaines (PCF) candidat dans la 3e circonscription de la Somme, « le Vimeu va redevenir rouge » », Le Courrier picard, (consulté le ).
  27. a et b Nolwenn Cosson, « Législatives : Pierre Larrouturou parachuté par le Nouveau Front populaire dans l’Essonne », Le Parisien, (consulté le ).
  28. Juliette Vignaud, « Législatives : l’Insoumis Adrien Quatennens sera bien candidat, mais pas avec le Nouveau Front populaire », sur Le Point, (consulté le ).
  29. « Législatives: Adrien Quatennens investi par LFI, Garrido, Corbière et Simonnet écartés », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  30. « Législatives 2024 : la militante féministe Amy Bah se porte candidate face à Adrien Quatennens au nom des "valeurs" du Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le ).
  31. Anthony Berthelier, « Législatives : La France insoumise investit Quatennens, Amy Bah du collectif Nous Toutes le défie », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  32. Amaury Coutansais-Pervinquière, « Élections législatives : Adrien Quatennens annonce retirer sa candidature dans le Nord », sur Le Figaro, (consulté le ).
  33. Arthus Vaillant, « Législatives: LFI investit Aurélien Le Coq, co-animateur des Jeunes insoumis, à la place d'Adrien Quatennens dans le Nord », sur BFM TV, (consulté le ).
  34. Agence France-Presse, « Législatives : qui est Amy Bah, qui maintient sa candidature dans le Nord après l’abandon d’Adrien Quatennens ? », Le Parisien, (consulté le ).
  35. Fatoumata Sillah, Louise Vallée, Sandra Favier et Dorian Jullien, « La France insoumise refuse l’investiture à Alexis Corbière, Raquel Garrido et Danielle Simonnet », Le Monde, (consulté le ).
  36. Agence France-Presse, « Législatives: Adrien Quatennens investi par LFI, Garrido, Corbière et Simonnet écartés », Le Figaro, (consulté le ).
  37. Sacha Nelken et Charlotte Belaïch, « « Crime de lèse-Mélenchon » « Une purge » : LFI ne réinvestit pas les députés frondeurs Corbière, Garrido ou Simonnet aux législatives 2024 » Accès payant, Libération, (consulté le ).
  38. « Législatives 2024 : "Je pense que c'est une purge", réagit Marine Tondelier, secrétaire nationale des Ecologistes, après l'annonce des investitures chez LFI », sur France Info, (consulté le ).
  39. « Législatives : « Il faut que Jean-Luc Mélenchon arrête de nuire à la politique », dit Danielle Simonnet sur LCI », sur TF1 Info, (consulté le ).
  40. Hugues Maillot, « Glucksmann « sioniste », « les Blancs », imam Iquioussen: les obsessions d’Aly Diouara, investi par LFI à la place de Raquel Garrido », Le Figaro, (consulté le ).
  41. « Législatives : ces circonscriptions où la gauche part divisée », Libération, (consulté le ).
  42. Sidonie Canetto, « Législatives 2024. Antifa et fiché S, qui est Raphaël Arnault, le candidat controversé du Front de gauche dans le Vaucluse ? », sur France 3 Régions, (consulté le ).
  43. Jean-Baptiste Marty, « INFO EUROPE 1 – Raphaël Arnault, candidat Nouveau Front Populaire aux élections législatives, possède trois fiches S », Europe 1, (consulté le ).
  44. « Le meilleur et le pire des Lyonnais dans l’actu du 16 au 23 mai », Tribune de Lyon, (consulté le ).
  45. Damien Frasson-Botton, « Législatives : à Avignon, l'officialisation de la candidature du parachuté LFI Raphaël Arnault fait polémique », La Provence, (consulté le ).
  46. a et b Philippe Paupert, « Législatives 2024 : Philippe Pascal, candidat dissident à gauche à Avignon - France Bleu », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le ).
  47. Jean-Baptiste Marty, « INFO EUROPE 1 - Législatives 2024 : la candidate LFI Amal Bentounsi inscrite au fichier des atteintes à la sécurité publique », Europe 1, (consulté le ).
  48. Agence France-Presse, « Amal Bentounsi, grande soeur courage et bête noire de la police », L'Express, (consulté le )
  49. « Direct - Faure veut un vote pour le Premier ministre, la CGT soutient le NFP… Retrouvez les événements marquants du mardi 18 juin », Le Nouvel Obs, (consulté le )
  50. Guillaume Deleurence, « Derrière la polémique sur Amal Bentounsi, les mêmes ressorts islamophobes », sur POLITIS, (consulté le )
  51. Sacha Nelken, « Le Nouveau Front populaire résiste à la crise interne chez LFI », sur Libération (consulté le )
  52. Par Ludwig Gallet et Alexandre Sulzer Le 16 juin 2024 à 21h42, « Législatives : gauche unie, droite déchirée, majorité en difficulté... top départ d’une campagne historique », sur leparisien.fr, (consulté le )
  53. « Législatives : la candidature de François Hollande est "assez incohérente", juge Manuel Bompard », sur Franceinfo, (consulté le )
  54. « « Youpin », « Pd »… LFI retire l’investiture à son candidat aux législatives Reda Belkadi, pour des tweets antisémites et homophobes », Le Parisien, (consulté le )
  55. a et b Fanny Rocher, « "Je ne m'élimine pas, mais je ne m'impose pas": Mélenchon se dit "capable" d'être Premier ministre », sur BFM TV, (consulté le ).
  56. « Législatives 2024 : "Si vous pensez que je ne dois pas être Premier ministre, je ne le serai pas", promet Mélenchon - France Bleu », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  57. « VIDEO. Législatives 2024 : "Je ne m'élimine pas et je ne m'impose pas", assure Jean-Luc Mélenchon concernant le poste de Premier ministre », sur Franceinfo, (consulté le )
  58. « Législatives 2024 : Jean-Luc Mélenchon « bien évidemment » prêt à devenir Premier ministre », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  59. Romain David, « Nouveau Front populaire : Jean-Luc Mélenchon, un caillou dans la chaussure des partenaires de LFI », sur Public Sénat, (consulté le )
  60. « Législatives: Jean-Luc Mélenchon à Matignon? La gauche rejette l'idée, "c'est un repoussoir" », sur RMC (consulté le )
  61. « Législatives 2024 : Jean-Luc Mélenchon se déclare candidat pour Matignon, la gauche divisée », sur Franceinfo, (consulté le )
  62. « « Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon, épouvantails dans leurs camps respectifs » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  63. « Législatives en France: la gauche tente d’écarter l’insoumis Mélenchon, épouvantail de Renaissance et du RN », sur RFI, (consulté le )
  64. Francis Marcoin, « N’être rien », Roman 20-50, vol. n° 52, no 2,‎ , p. 111–122 (ISSN 0295-5024, DOI 10.3917/r2050.052.0111, lire en ligne, consulté le )
  65. « VIDÉO - Pour François Ruffin, Mélenchon "est un obstacle à la victoire" du Nouveau Front populaire », sur TF1 INFO, (consulté le )
  66. « "Rejoins le RN direct !" : Quatennens attaque Ruffin, pour qui "Mélenchon est "un obstacle" à la victoire », sur www.marianne.net, (consulté le )
  67. Géraldine Houdayer, « Législatives : Jean-Luc Mélenchon ne sera pas le Premier ministre proposé par la gauche, affirme Raphaël Glucksmann », sur France Bleu, (consulté le ).
  68. Julie Carriat, « Carole Delga : « Jean-Luc Mélenchon ne sera pas premier ministre » », Le Monde, (consulté le ).
  69. Hortense de Montalivet, « Mélenchon Premier ministre ? Les figures de gauche ne disent pas non, mais ont déjà des alternatives », sur BFM TV, (consulté le ).
  70. Juliette Marie, « Législatives 2024 : qui sera Premier ministre ? À gauche, ils sont déjà trois à se dire « capables » », sur Ouest-France, .
  71. « Législatives 2024 : Laurent Berger n'a "pas envie" d'être Premier ministre et appelle à voter contre le RN - France Bleu », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  72. « En direct, législatives 2024 : Olivier Faure veut « un vote » des futurs députés du Nouveau Front populaire pour choisir le premier ministre, en cas de victoire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  73. Isabelle Ficek, « SONDAGE EXCLUSIF - Les Français préféreraient un Premier ministre issu du PS plutôt que de LFI » Inscription nécessaire, sur Les Échos, (consulté le )
  74. « Nouveau Front populaire : "L'hégémonie de Jean-Luc Mélenchon a pris fin", estime Raphaël Glucksmann », sur Franceinfo, (consulté le )
  75. a et b « "J'espère que le Nouveau Front populaire ne va pas se déchirer" : surpris des résultats des législatives, ces socialistes attendent que "chacun fasse un pas" », sur Franceinfo, (consulté le )
  76. a et b Gabrielle Trottmann, « « Un Premier ministre doit apaiser » : à l’exception de LFI, les ténors du NFP ne veulent pas de Mélenchon à Matignon », sur leparisien.fr, (consulté le )
  77. « EN DIRECT - Législatives, l'après : Emmanuel Macron convoque un Conseil des ministres mardi à 11h30 », sur TF1 INFO, (consulté le )
  78. « Huguette Bello, celle qui pourrait débloquer les négociations à gauche pour Matignon - L'Humanité », sur https://www.humanite.fr, (consulté le )
  79. Lilian Alemagna et Sacha Nelken, « Futur Premier ministre : au Nouveau Front populaire, après le désistement d’Huguette Bello, blocage ô désespoir », sur Libération (consulté le )
  80. « Nouveau Front populaire : Huguette Bello décline "l'offre" pour Matignon, la gauche sous pression », sur France 24, (consulté le )
  81. « Nouveau Front populaire : le PS rejette la proposition d’Huguette Bello comme première ministre, LFI accuse les socialistes de « tout bloquer » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. « Marine Tondelier s’impose en figure politique centrale avant le second tour des législatives », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  83. « Marine Tondelier, révélation de la gauche aux législatives », sur Le Nouvel Obs, (consulté le )
  84. Paul GRATIAN, « Législatives : l’écologiste Marine Tondelier est-elle la révélation de cette campagne ? », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  85. Hugo Wintrebert, « Qui est Marine Tondelier, la révélation écolo de l'entre-deux-tours ? », sur Vanity Fair, (consulté le )
  86. « Marine Tondelier, la figure du Nouveau Front populaire qui fait reculer Jordan Bardella », sur France 24, (consulté le )
  87. « Chronologie d’un débat manqué entre Jordan Bardella et Marine Tondelier », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  88. « VRAI OU FAUX. Législatives 2024 : des candidats non-investis par l'alliance de gauche utilisent malgré tout le logo du Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  89. Chloé Sémat, « Affiches électorales, communication… du Front populaire à LR, la grande confusion à l’approche des législatives », sur www.marianne.net, (consulté le )
  90. « Les dissidents peuvent-ils utiliser le logo Nouveau Front Populaire ? La justice se dit incompétente sur le sujet », sur leparisien.fr avec l'AFP, (consulté le )
  91. « Chuchotements, tapotements... Quand le Nouveau Front populaire surfe sur la curieuse mode de l’ASMR pour les législatives », sur Le Figaro, (consulté le )
  92. « La mobilisation graphique en soutien au Nouveau Front populaire : affiches, autocollants, stickers… », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  93. « Législatives. Qui se cache derrière les affiches de soutien au Nouveau Front populaire ? », sur dna.fr (consulté le )
  94. Charlotte Murat, « Législatives. Qui se cache derrière les affiches de soutien au Nouveau Front populaire ? », sur ledauphine.com (consulté le )
  95. « 24×36 – Les affiches du Front Populaire 2024 », sur 24x36.art (consulté le )
  96. Sacha Nelken et Charlotte Belaïch, « Législatives anticipées : «accord de principe» pour le Front populaire sur la répartition des circonscriptions » Accès libre, Libération, (consulté le ).
  97. Luc Peillon, « Législatives : non, LFI ne bénéficie pas de 300 circonscriptions dans l’accord à gauche pour un Front populaire, comme l’affirme Macron » Accès libre, Libération, (consulté le ).
  98. a et b « Législatives : les résultats définitifs du 1er tour publiés par le ministère de l'Intérieur », sur Le Figaro, (consulté le )
  99. « Résultats Législatives 2024 : la carte de France du Nouveau Front populaire », sur Le Figaro, (consulté le )
  100. Nicolas Berrod et Victor Alexandre, « Législatives 2024 : voici les résultats définitifs du premier tour, parti par parti », sur leparisien.fr, (consulté le )
  101. Article par Nicolas Arzur le 2 juillet 2024 dans Le Télégramme [1]
  102. a b c d et e "Qui pèse le plus à gauche après le premier tour des législatives?" BFM 30 juin 2024 [2]
  103. Projection Ipsos 5 juillet 2024 [3]
  104. a b et c Article par Hadrien Valat le 12 juin 2024 dans Les Échos [4]
  105. a et b « Swing circos » : ces circonscriptions où tout va se jouer Par Matthieu Aron, Noé Megel et Ingrid Gallois dans L'Obs le 2 juillet 2024 [5]
  106. « La position très claire de Mélenchon pour le second tour des législatives », sur Le HuffPost, (consulté le )
  107. Rose Amélie Becel, « Législatives 2024 : quelles sont les consignes de désistement des différents partis pour le second tour ? », sur Public Sénat, (consulté le )
  108. « "Il ne faut pas se tromper": la réunion "tendue" entre Macron et ses ministres après le premier tour des législatives », sur BFMTV (consulté le )
  109. « Au sein de la macronie, le barrage face au RN est à géométrie (très) variable », sur Le HuffPost, (consulté le )
  110. Enzo Quenescourt, « Pour la majorité présidentielle, le barrage républicain s’arrête à LFI… à quelques exceptions près », sur Libération (consulté le )
  111. « Législatives 2024 : ni RN-ni LFI, cas par cas ou désistement systématique, la coalition macroniste se divise sur la physionomie du front républicain », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  112. « Législatives 2024 : y aura-t-il une triangulaire dans votre circonscription ? Retrouvez notre décompte des candidatures pour le second tour », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  113. « Le Nouveau Front populaire en première ligne d’une situation politique inédite après sa victoire surprise aux législatives 2024 », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  114. « CARTE. Résultats des législatives 2024: 182 députés pour le NFP, comment la gauche a repris des couleurs », sur BFMTV (consulté le )
  115. Ouest-France, « Législatives 2024 : le NFP obtient 182 députés, selon les résultats définitifs », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  116. La Chaîne parlementaire, « Assemblée nationale : la composition du nouvel Hémicycle à l'issue des élections législatives », sur lcp.fr, (consulté le )
  117. LIBERATION, « EN DIRECT - Législatives 2024 : Emmanuel Macron «doit permettre à la gauche de gouverner», juge François Ruffin », sur Libération (consulté le )
  118. « Après les législatives, on vous explique pourquoi les négociations sur les groupes à l'Assemblée nationale sont aussi cruciales », sur Franceinfo, (consulté le )
  119. « Législatives : « On ne pourra pas gouverner par des décrets et des 49.3 », estime Raphaël Glucksmann », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  120. « Législatives 2024 : le Nouveau Front populaire exhorte Emmanuel Macron à se tourner "immédiatement" vers lui pour "permettre de former un gouvernement" », sur Franceinfo, (consulté le )
  121. https://www.dailymotion.com/video/x91v4qw
  122. « Législatives 2024 : Clémence Guetté et Olivier Faure parmi les "premiers ministrables" proposés par le Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  123. « Clémence Guetté, Marine Tondelier, Manuel Bompard... Qui pour représenter le Nouveau Front populaire à Matignon? », sur BFMTV (consulté le )
  124. « Nouveau Front populaire : deux noms émergent, mais toujours pas d'accord sur un Premier ministre », sur TF1 INFO, (consulté le )
  125. « Législatives 2024 : les communistes proposent Huguette Bello au poste de Première ministre », sur Franceinfo, (consulté le )
  126. Par Camille Ducrocq et Mathilde Durand Le 12 juillet 2024 à 06h48 et Modifié Le 12 Juillet 2024 À 23h42, « Législatives : Huguette Bello, une candidature « qui peut faire consensus » pour Matignon, selon Bompard », sur leparisien.fr, (consulté le )
  127. Sacha Nelken et Noa Jacquet, « Qui est Huguette Bello, la communiste qui pourrait être proposée au poste de Premier ministre à gauche ? », sur Libération (consulté le )
  128. https://www.ladepeche.fr/2024/07/14/legislatives-2024-le-parti-socialiste-dit-non-a-la-proposition-dhuguette-bello-pour-matignon-manuel-bompard-leur-reproche-de-tout-bloquer-12081394.php
  129. Par Pierre Maurer Le 14 juillet 2024 à 20h17, « Matignon : Après le retrait d’Huguette Bello, la gauche bute toujours sur le choix d’un potentiel Premier ministre », sur leparisien.fr, (consulté le )
  130. publiée dans la presse régionale et France Bleu
  131. « Dans une lettre aux Français, Emmanuel Macron appelle à "bâtir une majorité solide, nécessairement plurielle" », sur France Bleu,
  132. « Macron sort de son silence dans une lettre aux Français », sur euronews, (consulté le )
  133. « DIRECT. Législatives 2024 : la lettre d'Emmanuel Macron est un signe de "déni", dénoncent des figures du Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  134. Sandrine Cassini et Julie Carriat, « La gauche se met d’accord sur un nouveau « Front populaire » pour les élections législatives », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  135. Jean-Baptiste Rivoire, « La gauche propose un "Contrat de législature" » Accès libre, sur Off-investigation, (consulté le ).
  136. a et b « Vidéo. La France insoumise est-elle d’extrême gauche ? Comprendre en trois minutes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  137. « La Gauche écosocialiste est dans le Nouveau Front populaire ! » Accès libre, sur chaîne Telegram de la Gauche écosocialiste, (consulté le ).
  138. « Nouveau Front Populaire » Accès libre, sur Nouveau Front populaire (consulté le ).
  139. « Législatives : le NPA rejoint le nouveau "Front populaire" annonce Philippe Poutou » Accès libre, La Provence, (consulté le ).
  140. a b c d e et f « Nouveau Front Populaire », sur Nouveau Front Populaire (consulté le ).
  141. a et b « Législatives 2024 : Nouvelle Donne et Allons Enfants rejoignent le Front Populaire ! » Accès libre, sur Nouvelle Donne, (consulté le ).
  142. « Front Populaire ! Rassemblement pour la république sociale et pour vaincre l’extrême droite » Accès libre, sur Parti de gauche, (consulté le ).
  143. « Face au fascisme l’union fait la force ! » Accès libre, sur Pour une écologie populaire et sociale (PEPS), (consulté le ).
  144. EH Bai (@EHBai), « Nous applaudissons la constitution du nouveau front populaire qui rassemble toutes les forces progressistes de gauche.
    En tant que première force de gauche du Pays Basque nord, EHBai se tient prêt à participer à cette démarche historique en Iparralde.
     », sur Twitter, (consulté le )
    .
  145. a b et c Ariel Guez, « Législatives: le Front populaire s'élargit à gauche, les négociations se poursuivent » Accès libre, sur BFM TV, (consulté le ).
  146. Raphaël Cann, « Législatives 2024 : les candidats déclarés à Mayotte », Mayotte La Première,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  147. Caroline Perdrix, « Législative : Tematai Le Gayis se prépare à « Continuer le combat » » Accès libre, sur Radio 1, (consulté le ).
  148. N.P., « [Communiqué] "Nouveau front populaire : Pour plus de justice sociale" » Accès libre, sur Zinfos974, (consulté le ).
  149. Yves Mont-Rouge, « Législatives : PLR "porte les valeurs du nouveau Front populaire” » Accès libre, sur Radio Free Dom, (consulté le ).
  150. « L’Union Démocratique Bretonne rejoint l’appel du Nouveau Front Populaire », sur Union démocratique bretonne, (consulté le ).
  151. « NOUVEAU FRONT POPULAIRE ! », sur Facebook, (consulté le ).
  152. Gerard Filoche (@gerardfiloche), « Nous sommes GDS officiellement reconnus signataires », sur Twitter, (consulté le ).
  153. « Front populaire contre le néofascisme » Accès libre, sur Ensemble !, (consulté le ).
  154. « Le Mouvement des progressistes rejoint l'appel au large rassemblement des forces de gauche, écologistes et humanistes, pour faire barrage au rassemblement nationale et à l'extrême-droite ! » Accès libre, sur Mouvement des progressistes, (consulté le ).
  155. « Le Parti Radical de Gauche et les Législatives 2024 : « faire barrage à l’extrême Droite » », sur LOURDES-ACTU, (consulté le ) : « Les instances nationales du PRG ont choisi de soutenir tous les candidats du Nouveau Front Populaire qui défendront les mêmes valeurs que les siennes »
  156. Muriel Ressiguier (@MRessiguier), « Communiqué de presse : Soutien au Front Populaire ! », sur Twitter, (consulté le ).
  157. Hector M., « Le Parti Pirate soutient le nouveau Front Populaire », Entrevue, (consulté le ).
  158. « ADES - Le Rouge et le Vert » (consulté le ).
  159. Tom Esnault, « LÉGISLATIVES - Quelques jours pour faire front populaire », sur Ensemble sur nos Territoires (ESNT), (consulté le ).
  160. Ppdg Parti Guadeloupeen, « Déclaration commune », sur Facebook, (consulté le ).
  161. a b c et d Audrey Altimare, « Législatives 2024 : en Corse, la gauche partira finalement unie », France 3 Corse,‎ (lire en ligne).
  162. « Battre l’extrême droite ! Lutter pour le communisme ! », Révolution,‎ (lire en ligne).
  163. « Nous, scientifiques, appelons à la mobilisation contre l’extrême droite », Le Nouvel Obs, (consulté le )
  164. « Une armée d’économistes pro-Front Populaire, un bon argument de campagne ? », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  165. « Législatives 2024 : Emmanuel Macron renvoie dos à dos le Rassemblement national et le Nouveau Front populaire et appelle à voter contre », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  166. a et b « Législatives 2024 : le programme du Nouveau Front populaire est "keynésien, social et écologique", pour l’économiste Henri Sterdyniak », sur Franceinfo, (consulté le )
  167. Nathalie Silbert, « Législatives 2024 : le ton commence à monter aussi entre les économistes » Accès payant, Les Échos, (consulté le )
  168. « Eric Berr : « Le programme du Nouveau Front populaire est financé par les impôts, pas par la dette » » Inscription nécessaire, Alternatives économiques, (consulté le )
  169. Jean-Loup Delmas, « Une armée d’économistes pro-Front Populaire, un bon argument de campagne ? », 20 Minutes, (consulté le )
  170. « Les orientations économiques du Nouveau Front populaire répondent aux défis de notre époque », Le Nouvel Obs, (consulté le )
  171. Fabien Marcot, « Pour un Nouveau Front Populaire », sur Fondation Copernic, (consulté le )
  172. Laurence Dequay, « Pour l'institut Rousseau, le programme vert du Nouveau Front Populaire est "pertinent, réaliste et finançable" », Marianne, (consulté le )
  173. a b c et d « Ensemble, contre l'extrême droite : Appel commun » Accès libre, sur Ligue des droits de l'homme, (consulté le )
  174. a b et c « Emmaüs, Oxfam, Greenpeace, la LDH, Attac, SOS racisme… Après les syndicats, la société civile appelle à la mobilisation contre le RN - L'Humanité » Accès libre, sur L'Humanité, (consulté le )
  175. Mathias Thépot et al., « Dans la rue, le peuple de gauche fait front » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  176. a et b Émilie Massemin et Marie Astier, « Front populaire : les assos écolos entrent dans la danse », sur Reporterre, (consulté le )
  177. Olivier Gebuhrer et Pascal Lederer, « Une Autre Voix Juive soutient le Front Populaire », L'Humanité, (consulté le )
  178. « L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et TSEDEK! participent au Front Populaire », sur Union juive française pour la paix, (consulté le )
  179. « Tribune : L’avenir est écologique avec le Nouveau Front Populaire », sur Clicanoo, (consulté le )
  180. « « Sur le climat, seul le Nouveau Front populaire soutient un programme crédible » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  181. « Plus de 300 personnalités d’internet appellent à se mobiliser : l’histoire nous regarde ! », sur Mediapart, (consulté le )
  182. « Appel des professions et usagers de la santé à faire barrage contre l'extrême droite », sur Mediapart, (consulté le )
  183. Victor Tribot Laspière, « Législatives : plus de 200 streamers appellent à voter pour le Nouveau Front populaire afin d'éviter la victoire du RN », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  184. « Actrices et acteurs des littératures de l’imaginaire pour le Front populaire - L'Humanité », L'Humanité, (consulté le )
  185. « Législatives 2024 : des centaines d'auteurs de BD appellent dans une tribune à voter pour le Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  186. « Nous, ingénieur-es, rejoignons le Nouveau Front populaire », L'Humanité, (consulté le )
  187. « Législatives : le banquier d'affaires Matthieu Pigasse appelle "à voter Nouveau Front populaire pour éviter le retour de la bête immonde" », sur Franceinfo, (consulté le )
  188. Salim Lamrani, « Danyèl Waro : "Nous devons faire le choix du Nouveau Front Populaire" », L'Humanité, (consulté le ).
  189. « Législatives 2024 : « Le Nouveau Front populaire est la bonne réponse » pour Patrick Chamoiseau - L'Humanité », sur https://www.humanite.fr, (consulté le )
  190. « Les quatre jours qui ont conduit au Nouveau Front populaire et au programme commun des partis de gauche », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  191. « Législatives : que contient le programme du Nouveau Front populaire ? », sur Le Point, (consulté le )
  192. Charlotte Belaïch et Sacha Nelken, « Nouveau Front Populaire : ambiance de photo de famille après quatre nuits de négociations », Libération (consulté le ).
  193. Emilio Meslet, « « C’est eux ou nous » : la gauche lance son nouveau Front populaire » Accès libre, L'Humanité, (consulté le ).
  194. « « Un Front populaire d’extrême gauche », l’argument risqué (et trompeur) de la Macronie », sur Le HuffPost, (consulté le )
  195. « Pourquoi c’est faux de dire que LFI est un parti d’extrême gauche ? », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  196. (en-US) Aurélien Dubuisson et Paolo Stuppia, « Pourquoi le Nouveau Front populaire et son programme commun ne sont pas d’« extrême gauche » », sur The Conversation, (consulté le )
  197. « Pourquoi la France insoumise n'est pas d'extrême gauche », sur Alternatives Economiques, (consulté le )
  198. « Législatives 2024 : pourquoi le Nouveau Front populaire et son programme commun ne sont pas « d’extrême gauche » », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  199. a et b « Ce que contient le programme du Nouveau front populaire pour les élections législatives », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  200. Frédéric Autran, Anne-Sophie Lechevallier, Frantz Durupt, Damien Dole, Jean-Christophe Féraud, Sylvain Mouillard, Franck Bouaziz et Adrien Franque, « Législatives : ce que contient le programme du Nouveau Front populaire », Libération,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le ).
  201. Par Le Parisien avec AFP Le 14 juin 2024 à 15h11, « Législatives : le Nouveau Front Populaire s’accorde pour condamner les « massacres terroristes du Hamas » », sur leparisien.fr, (consulté le )
  202. « Hamas, Israël… Ce que dit le Nouveau Front populaire sur la situation à Gaza », sur Le Point, (consulté le )
  203. « Ce que contient le programme du Nouveau Front populaire vainqueur des législatives », sur Le HuffPost, (consulté le )
  204. Agence France-Presse, « Législatives : le programme du Front Populaire en 3 minutes chrono », La Tribune, (consulté le ).
  205. a et b « Législatives 2024 : programme, circonscriptions... Ce que contient l'accord du Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le ).
  206. « Ce qu’il faut retenir du programme économique du Nouveau Front populaire, entre ISF climatique et smic à 1 600 euros net », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  207. Romain David, « Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » », sur Public Sénat, (consulté le ).
  208. Anne de Guigné, « Retour de l’ISF, taxation des héritages... Comment le Nouveau Front Populaire veut faire payer les riches », sur Le Figaro, (consulté le ).
  209. Charles Plantade, « Le nucléaire, grand absent du programme économique et écologique du « Nouveau Front populaire » » Accès payant, Le Figaro, (consulté le ).
  210. « Élections législatives 2024 : le programme du Nouveau Front populaire, l'alliance de gauche », sur BFMTV (consulté le )
  211. a et b « Législatives 2024 : sur quoi reposent les accusations d'antisémitisme qui visent La France insoumise ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  212. « Antisémitisme : le Nouveau Front populaire dénonce "une campagne de diffamation", Raphaël Glucksmann se tourne plutôt vers une "charte" », sur Franceinfo, (consulté le )
  213. Guillaume Poingt, « Législatives : pourquoi le statut de «déplacé climatique» proposé par la gauche pourrait provoquer une forte hausse de l’immigration », lefigaro.fr, 18 JUIN 2024
  214. a et b Pierric Marissal, « Nouveau Front Populaire : comment les mesures annoncées peuvent-elles être financées ? », L'Humanité, (consulté le ).
  215. a et b Sébastien Dumoulin, « Législatives 2024 : le Front populaire prévoit 50 milliards de hausses d'impôt dès l'été », Les Échos, (consulté le ).
  216. Louis Faurent et Camille Richir, « Programme économique du Nouveau Front populaire : le social érigé en « urgence » absolue », La Croix, (consulté le ).
  217. Hugo Ruaud, « Programme du Nouveau Front Populaire : les pistes de la gauche pour augmenter les recettes fiscales et redistribuer les richesses », sur Public Sénat, (consulté le )
  218. « Législatives 2024 : "Nous prévoyons que tous ceux qui gagnent moins de 4 000 euros par mois payent moins d'impôts", promet Manon Aubry », sur Franceinfo, (consulté le )
  219. Erwan Manac’h, « Ce qu’il faut retenir du programme économique du Nouveau Front populaire, entre ISF climatique et smic à 1 600 euros net », sur Le Monde, .
  220. « « Irréaliste », le programme du Nouveau Front populaire ? On a vérifié », sur Reporterre, .
  221. Reuters, « Le "Nouveau Front populaire" chiffre à €125 milliards le coût de son programme économique pour 2024-2025 », Challenges, (consulté le )
  222. Ghislain de Montalembert, « Nouveau Front populaire, RN, Renaissance... Le vrai coût des programmes par l'Ifrap » Accès payant, Le Figaro Magazine, (consulté le )
  223. « Le vrai coût du programme du Nouveau Front Populaire », sur Fondation iFRAP, (consulté le )
  224. Hugo Septier, « Ukraine, Hamas… Glucksmlann fixe ses « lignes rouges » à l'union de la gauche, « seule manière » de battre le RN » Accès libre, BFM TV, (consulté le ).
  225. « Législatives 2024 : Après l’accord du Front populaire, Glucksmann sort du silence sur l’union de la gauche » Accès libre, Le HuffPost, (consulté le ).
  226. Pierre Joxe, « Front populaire ! » (billet de blog), sur Mediapart, (consulté le ).
  227. « Favorable au Nouveau Front populaire, Hollande va même plus loin », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  228. Abel Mestre, « Législatives 2024 : François Hollande, la dernière brique de l’union de la gauche », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  229. « "Nouveau Front populaire": François Hollande se dit "favorable" à l'alliance de gauche », sur BFM TV (consulté le ).
  230. Margot Bonnéry, « Législatives : Hollande candidat en Corrèze pour le Nouveau Front populaire », L'Humanité, (consulté le ).
  231. « François Hollande candidat aux élections législatives en Corrèze sous la bannière du Nouveau Front populaire « parce que la situation est grave » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  232. Lisa Douard, « « Ici, c’est la hollandie » : François Hollande candidat PS à Tulle, la surprise de l’ex-chef » Accès payant, Libération, (consulté le ).
  233. « Législatives 2024 : Lionel Jospin compare le Nouveau Front populaire à une "digue" contre une éventuelle vague d'extrême droite », sur Franceinfo, (consulté le ).
  234. « Le soutien d’un nouvel éléphant socialiste pour le nouveau Front populaire », sur Le HuffPost, (consulté le )
  235. « Francois Hollande soutient le Nouveau Front Populaire, ses anciens premiers ministres opposés », Entrevue, (consulté le ).
  236. Jérôme Cordelier, « Manuel Valls : « Ce soi-disant front populaire est une faute politique et morale » », Le Point, (consulté le ).
  237. Edouard Roux, « Premiers ministres de Hollande : que sont-ils devenus ? », Paris Match, (consulté le ).
  238. Karine Lepainteur, « Législatives 2024. Bernard Cazeneuve refuse le rassemblement de la gauche avec LFI », sur France 3 Régions, (consulté le ).
  239. a b c et d L. Ouangari, « Front populaire. Léon Blum se retournerait-il vraiment dans sa tombe ? Son arrière-petit-fils répond », Ouest-France, (consulté le ).
  240. « Antoine Malamoud, arrière-petit-fils de Léon Blum: "L'attelage du Front populaire de 1936 était hybride" », sur BFM TV, (consulté le ).
  241. Christel Martineau-Marteel, « Législatives 2024 : « Le nouveau Front populaire, c’est la Nupes 2 », estime Jean-Yves le Drian », Ouest-France, (consulté le )
  242. Nathan Tacchi, « Législatives : Gabriel Attal fustige l’accord « indigne » et « révoltant » de la gauche » Accès libre, Le Point, (consulté le ).
  243. « La grande interview : Manon Aubry », CNews, (consulté le )
  244. « Duhamel (BFM) recadre sèchement Odoul (RN) sur Léon Blum », Entrevue, (consulté le ).
  245. Jé. M., « Pour Dominique de Villepin, le RN « constitue la véritable menace pour notre pays » », Le Point, (consulté le )
  246. John Timsit, « Législatives : Daniel Cohn-Bendit soutient le «Nouveau Front populaire»... mais votera Clément Beaune à Paris », Le Figaro, (consulté le )
  247. « Législatives 2024 : la CGT appelle explicitement à voter pour le Nouveau Front populaire », sur Franceinfo, (consulté le )
  248. « Rompant avec sa tradition, la CGT appelle à voter pour le nouveau Front populaire », sur Le HuffPost, (consulté le )
  249. a b et c Maxence Kagni, « Législatives : la CGT appelle à voter pour le Nouveau Front populaire, que disent les autres syndicats et les organisations patronales ? », sur LCP - Assemblée nationale, (consulté le )
  250. « Sophie Binet : « Cette fois, il ne suffit pas de dire non à l’extrême droite » » Inscription nécessaire, Alternatives économiques, (consulté le )
  251. Thierry Jouve, « Législatives : la Haut-Pyrénéenne Céline Verzeletti candidate à Paris », La Dépêche du Midi, (consulté le )
  252. « Benoît Teste : « La dynamique du Nouveau Front populaire est source d’espoir » - L'Humanité », sur https://www.humanite.fr, (consulté le )
  253. « Le syndicat enseignant FSU-SNUIpp "appelle à voter massivement Nouveau Front Populaire" », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  254. « FSU-SNUipp : l’École fait front », sur Café pédagogique, (consulté le )
  255. « Battre l’extrême droite, par la lutte syndicale et par les urnes avec le Nouveau Front Populaire ! », sur SUD éducation, (consulté le )
  256. Gaël De Santis, « Nouveau Front populaire : le pari inédit de l’intervention citoyenne, associative et syndicale - L'Humanité » Accès payant, sur https://www.humanite.fr, (consulté le )
  257. a et b Roger Martelli, « Vote syndical : plutôt à gauche, mais… », Regards, (consulté le ).
  258. Les propos de Serge Klarsfeld divisent la communauté juive - La Story - C à Vous - 18/06/2024
  259. Thomas Poupeau, « Les déclarations de Serge Klarsfeld divisent la communauté juive : "C’est une insulte aux morts de la Shoah" », dans Le Parisien, 17 juin 2024 (en ligne).
  260. Législatives: Anne Sinclair assure qu'elle votera "à gauche", mais pas pour un candidat LFI sur BFM TV () Consulté le .
  261. « Edgar Morin : « J’ai une sympathie critique pour le Nouveau Front populaire » », sur La Tribune, 2024-06-30cest06:04:00+0200 (consulté le )
  262. « Législatives : “Oubliez l’extrême droite, c’est la gauche qui pourrait écraser Macron” », Courrier international, (consulté le ).
  263. Dorian Gallais, « Avec le nouveau Front populaire, la gauche française unie malgré les dissensions » Accès libre, Courrier international, (consulté le ).
  264. « Nouveau Front populaire : les médias engagés veulent y croire », sur Courrier international, (consulté le )
  265. « En 1934, la formation du Front populaire, ce n’était pas gagné non plus », sur Le HuffPost, (consulté le ).
  266. a b et c Pierre Ropert et Jean Vigreux, « Le Nouveau "Front populaire", un nom empreint de l'héritage de la gauche », sur France Culture, (consulté le ).
  267. a et b « 1936-2024: le jeu des différences entre le Front populaire et le Nouveau Front populaire », sur BFMTV (consulté le )
  268. a et b « Élections législatives 2024 : le Front Populaire de 1936, c’était quoi ? », sur Europe 1, (consulté le ).
  269. a et b « Front populaire : Léon Blum s'est-il oui ou non retourné dans sa tombe comme l'affirme Emmanuel Macron ? », Midi libre (consulté le ).
  270. a et b « Le « Nouveau Front populaire » : une imposture politico-idéologique et une insulte à la mémoire de Léon Blum », sur Le Point, (consulté le ).
  271. a et b « Qu’aurait « vraiment » dit Léon Blum sur le nouveau Front populaire ? », sur www.20minutes.fr, (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes