Les Radicaux de gauche

Les Radicaux de gauche
Image illustrative de l’article Les Radicaux de gauche
Logotype officiel.
Présentation
Présidents Virginie Rozière
Stéphane Saint-André
Fondation
Scission de Parti radical de gauche
Positionnement Gauche[1]
Idéologie Fédéralisme européen
Radicalisme
Écologisme
Solidarisme
Laïcisme
[réf. souhaitée]
Affiliation européenne S&D[réf. souhaitée]
Couleurs Bleu et orange
Site web lesradicauxdegauche.fr

Les Radicaux de gauche (abrégé en LRDG ou RDG) est un parti politique français de gauche se revendiquant du radicalisme, co-présidé par Virginie Rozière et Stéphane Saint-André.

Il a été créé en 2017 par une partie des membres du Parti radical de gauche (PRG), dont il reprend les grandes orientations et l'ancrage à gauche, en réaction à sa fusion avec le Parti radical « valoisien » au sein du Mouvement radical.

Historique

Contexte de la création

Le , Annick Girardin et Jacques Mézard, tous deux membres du PRG, font leur entrée dans le gouvernement Édouard Philippe I. Le Parti radical de gauche (PRG) avait par ailleurs proposé au candidat d'En marche de « bâtir avec lui une coalition large de gouvernement, capable de lui assurer une majorité présidentielle pour agir utilement dans l'intérêt de la France et des Français »[2].

En ce sens, une fusion du PRG avec le Parti radical « valoisien » est sérieusement envisagée au mois de [3]. Celle-ci avait déjà été évoquée en , sous les présidences de Jean-Michel Baylet (PRG) et de Jean-Louis Borloo (PRV)[4].

Les et , les deux partis se rassemblent lors d'universités d'été communes à Montpellier[5], ville de la circonscription électorale de la députée européenne PRG Virginie Rozière[6],[7]. Après des négociations entre Sylvia Pinel[8] et Laurent Hénart, la date de réunification est finalement fixée au , lors d'un congrès extraordinaire[9].

La réunification des deux partis en un Mouvement radical est soumise au vote lors du congrès[10] et votée à une large majorité au sein du PRG, puis par la réunion des délégués des deux partis.

Fondation en décembre 2017

Le , un collectif d'élus et de militants PRG opposés à la fusion avec le Parti radical valoisien de centre droit publient une tribune dans Le HuffPost[11]. Ils y affirment que « l'essence de [leur] engagement de « gauche » [est] une chance de préserver [leur] indépendance ».

Le 9 décembre, les adhérents refusant la fusion se réunissent autour de Virginie Rozière et Stéphane Saint-André afin d'envisager la possibilité de création d'un mouvement ou d'un parti.

En réaction, Sylvia Pinel, présidente du PRG et coprésidente du Mouvement radical, décide de les démettre de leurs fonctions au sein du PRG[12].

Participation aux élections européennes de 2019

En , un accord est conclu entre Les Radicaux de gauche et la liste « Envie d'Europe », conduite par le Parti socialiste et Place publique. Cependant, le PRG se reforme en en quittant le Mouvement radical, ce dernier participant aux élections européennes sur la liste « Renaissance » de LREM, alors que le PRG décide de soutenir la liste du PS. Sur demande du PRG, le PS dénonce alors l'accord précédemment conclu avec Les Radicaux de gauche[13],[14].

Positionnement

Organisation

En mars 2021, la direction nationale des Radicaux de gauche se compose comme suit[15] :

  • Coprésidents : Virginie Rozière, Stéphane Saint-André
  • Secrétaire générale : Isabelle Amaglio-Térisse
  • Secrétaire général adjoint : Philippe Carabasse
  • Trésorier : Quentin Michelon
  • Trésorier adjoint : Yvonnick Le Ny
  • Programme : Géraldine Guilpain
  • Vie militante : Frédérique Plaisant
  • Fédérations : Mélanie Raphaël-Béthune
  • ÉluEs : Philippe Carabasse
  • Société civile : Philippe Blet
  • Communication : Philippe Gasparella
  • Conciliation et formation : Paul Dhaille

Notes et références

  1. Laurent de Boissieu, « Les Radicaux de Gauche (LRDG) », sur france-politique.fr, .
  2. « Le PRG appelle à voter Macron », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  3. « Hénart: "Construire un grand parti radical avec le PRG. Indépendant des Républicains et d'En Marche" », France 3 Grand Est,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  4. « MM. Baylet et Borloo veulent réunir les radicaux de gauche et de droite », sur Le Monde (consulté le 27 mai 2018).
  5. « Les tardives retrouvailles des radicaux », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  6. « Virginie Rozière », sur virginieroziere.eu (consulté le 27 mai 2018).
  7. « Divorce entre Radicaux de Gauche et « Valoisiens » : les vrais chiffres de la division en Occitanie », sur france3-regions.blog.francetvinfo.fr, (consulté le 5 juin 2019).
  8. « Les Radicaux de gauche se ressoudent », sur ladepeche.fr (consulté le 5 juin 2019).
  9. « Actualités du Centre. Réunification: les radicaux ont-ils les moyens de leur ambition? », sur lecentrisme.com, (consulté le 27 mai 2018).
  10. « Les radicaux se retrouvent après 45 ans de séparation », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  11. « Pour que vivent les Radicaux de Gauche », sur Le Huffington Post, (consulté le 27 mai 2018).
  12. « Béthune - En créant son parti, Stéphane Saint-André s’attire les foudres du Parti radical de gauche », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mai 2018).
  13. « Européennes 2019 – Les Radicaux de Gauche »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) (consulté le 6 mai 2019).
  14. « Européennes : l’eurodéputée Virginie Rozière (Radicaux de gauche) quitte la liste PS », sur lefigaro.fr, (consulté le 5 juin 2019)
  15. « Organigramme des Radicaux de gauche (LRDG) », sur lesradicauxdegauche.fr (consulté le 5 mars 2021).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes