Le Temps (quotidien suisse)

Letemps-logo-new.svg
Image illustrative de l’article Le Temps (quotidien suisse)
Un exemplaire du quotidien Le Temps, le 9 décembre 2005.

Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Berlinois
Genre Généraliste
Prix au numéro 3,80 CHF
Diffusion en kiosque ou par abonnement 39 716[1] ex. (2013)
Date de fondation
Ville d’édition Lausanne (depuis 2015)

Propriétaire Fondation Aventinus (depuis 2021)
Ringier Axel Springer (2016-2019)
Directeur de publication Eric Hoesli
Rédactrice en chef Madeleine von Holzen
ISSN 1423-3967
Site web www.letemps.ch

Le Temps est un quotidien suisse édité à Lausanne. C'est le seul quotidien généraliste francophone de dimension nationale en Suisse. Fondé le , il résulte du regroupement du Journal de Genève et Gazette de Lausanne et du Nouveau Quotidien.

Il se présente comme libéral et humaniste et accorde des tribunes libres à des auteurs de tous bords politiques. Le Temps compte des rédactions à Lausanne, Genève, Berne, Sion et Zurich. Depuis le 1er janvier 2021, il est détenu par la Fondation Aventinus[2].

Histoire

Création du journal

Le quotidien est issu de la fusion du Journal de Genève et Gazette de Lausanne et du Nouveau Quotidien. Le Journal de Genève, fondé en , était un des organes marquants en Suisse romande pour la politique, les finances et l'économie. Il avait fusionné en avec la Gazette de Lausanne. Le Nouveau Quotidien, quotidien romand édité à Lausanne, avait été fondé en et était édité par Edipresse.

En 1997, les deux journaux étant déficitaires et se concurrençant[3],[4], leurs éditeurs annoncent le 24 juin 1997 dans les deux titres leur intention de les fusionner[5].

Une association des amis du Journal de Genève et de la Gazette de Lausanne tente de s’opposer au regroupement avec le Nouveau Quotidien qu’elle considère comme un sabordage[3],[6],[7],[8],[9].

Les deux titres cessent de paraître à la fin février 1998, et la première édition du Temps parait le .

En 1998, la rédaction est d'abord située dans le Centre Swissair à l'aéroport de Genève-Cointrin. En 2000, celle-ci déménage dans les locaux de la gare de Genève-Cornavin. En parallèle, les bureaux du journal à Lausanne, Neuchâtel, Sion, Berne et Zurich sont également logés dans les gares de ces villes[10].

Rachat par Ringier

En , les deux principaux actionnaires du journal, le groupe Ringier et le groupe Tamedia, mettent en vente Le Temps en espérant qu'il soit racheté par un acquéreur extérieur. Mais aucune offre ne satisfait les deux actionnaires. Le Cercle des Amis du Temps, regroupant des personnalités romandes soucieuses de l'avenir du journal avait aussi formulé une offre d'achat qui a été ignorée[pourquoi ?][Comment ?]. C'est pourquoi, le , Ringier rachète la participation de Tamedia et devient le propriétaire du quotidien roman avec 92,5 % du capital[11]. En 2016, Ringier et Axel Springer fondent une co-entreprise, qui devient propriétaire du Temps.

Le titre est alors détenu à hauteur de 92,5 % par le groupe de presse Ringier Axel Springer, le restant du capital étant détenu par l'économiste Stéphane Garelli (3 %), la Société des rédacteurs et du personnel du Temps (2,4 %) et la Société éditrice du Monde (2,1 %)[12].

Déménagement à Lausanne

La newsroom du Temps à Lausanne

En 2015, le quotidien romand choisit de déplacer sa salle de rédaction de Genève à Lausanne, tout en maintenant une rédaction régionale à Genève. Selon Stéphane Benoit-Godet, rédacteur en chef du Temps, il fallait créer des synergies avec L'Hebdo et Edelweiss, deux autres titres de Ringier, les trois journaux disposant d’une « newsroom » commune[13],[14]. L'Hebdo cessera de paraître deux ans plus tard, en février 2017.

En 2019, Le Temps annonce que son nombre d'abonnés augmente pour la première fois de son histoire (stabilisation des abonnés à la version imprimée et augmentation des abonnés à la version en ligne)[15]. Alors que, historiquement, il tirait une majorité de ses revenus de la publicité, il annonce qu'il dépend désormais principalement des abonnements (depuis 2017 pour la version imprimée et depuis 2019 pour la version en ligne)[15].

Fondation Aventinus

En 2020, Ringier Axel Springer Suisse SA procède à un « recentrage stratégique de son portefeuille »[16]. La fondation Aventinus annonce racheter le journal au 1er janvier 2021, déplacer la rédaction à Genève et vouloir maintenir un journal de qualité indépendant[2],[16].

La fondation Aventinus, présidée par François Longchamp, nomme un conseil d'administration sans représentant de la fondation ni de ses donateurs[17]. Le président du conseil d'administration de la société est Éric Hoesli, qui avait été le premier rédacteur en chef du titre[16], tandis que Madeleine Von Holzen devient rédactrice en chef le 1er janvier 2021.

En mars, il est annoncé que la rédaction déménagera d'ici à juillet 2021 dans le quartier du Bouchet à Genève, à mi-chemin entre la gare principale de Genève-Cornavin et l'aéroport[10].

Ligne éditoriale et valeurs

Briefing de la rédaction du Temps

Selon sa charte rédactionnelle[18], Le Temps « est attaché aux valeurs libérales fondamentales », et il défend celles-ci « dans le respect de l'environnement ». Il voue une attention particulièrement soutenue à la culture et à la science[18].

En 2018, à l'occasion de ses 20 ans, le journal qui se décrit comme « libéral et humaniste » a traduit ces valeurs en s'engageant pour 7 causes identifiées par la rédaction[19] et inscrites dans la charte du titre[18]: le journalisme, l'égalité homme-femme, l'écologie, la créativité suisse, l'économie inclusive, la technologie au service de l’homme, et la Suisse comme laboratoire politique. La deuxième de ces causes amène à la création en décembre 2019 d'une « Charte de l'égalité des genres »[20].

Politiquement, il se décrit comme « indépendant de tout parti politique, et de toute organisation économique, confessionelle ou religieuse »[18]. Sur les sujets économiques, la ligne éditoriale du Temps se situait en 2011 au centre (libéral), alors qu'il montrait une ouverture sur les sujets de culture et société, d'après Alain Clavien, professeur d'histoire contemporaine à l'Université de Fribourg.[21].

Le journal ambitionne d'être un média de référence en matière d'information et d'analyse[18]; en 2012, une étude de l'Université de Zurich le situe également en tant que référence[22] et en 2018, une étude de l’Association fondatrice pour la qualité des médias en Suisse le classe à la première place (ex-aequo avec la Neue Zürcher Zeitung) au classement de la qualité des médias suisses[23].

Quotidien francophone, il privilégie l'emploi de termes français au lieu d'anglicismes[18], féminise les noms de métiers et tient compte de l'évolution des écritures inclusives et épicènes[20].

Supports et lectorat

Presse écrite

Impression du quotidien Le Temps à l'imprimerie Tamedia de Bussigny.

Dans la version papier, l’actualité est présentée sur une vingtaine de pages réparties en plusieurs rubriques : « économie et finance », « sport », « société et culture », « Suisse » ainsi que « Monde ». On y trouve régulièrement les dessins de Chappatte, caricatures humoristiques sur la situation géopolitique actuelle.

Le journal est imprimé à Bussigny dans le canton de Vaud.

Selon l'étude REMP MACH BASIC 2016-2, le Temps compte en 2016 98 000 lecteurs, 32 266 tirages et 28 410 exemplaires vendus. Le Temps est lu chaque jour par 127 000 personnes[24]. En 2012, le tirage était de 41 531 exemplaires[25], et de 39 716[1] en 2013.

Les lecteurs et lectrices du titre Le Temps portent un intérêt supérieur à la moyenne à la politique, aux articles de fond, à l'art, à la culture, aux voyages et aux sujets locaux et régionaux. En revanche, l'intérêt pour les célébrités, les ordinateurs et l'informatique, l'électronique de loisirs et de communication, l'automobile et la moto est plus faible.

Selon une étude de Publicitas[26], la plus grande partie des lecteurs sont des personnes de plus de 50 ans. Pour ce qui est du sexe des lecteurs, il y a autant d'hommes que de femmes qui consultent le journal. Les salaires des lecteurs dépassent généralement les 8 000 francs suisses bruts mensuels. Sa diffusion est assurée à 91 % par les abonnements et 9 % par la vente au numéro[27].

Plusieurs suppléments viennent enrichir le quotidien, dont un supplément « Carrières » (emploi et management) le vendredi, et « Le Temps Week-End », un supplément culture le samedi.

Au début de l'année 2017, Le Temps lance T-Magazine, un magazine essentiellement consacré au bien-être, au voyage et à l’esthétique[28]. Le supplément accompagne l'édition du week-end environ 15 fois par an et est également disponible numériquement.

Numérique

Un passager de train tenant un smartphone sur lequel est affiché l'application mobile du quotidien Le Temps

Sur Letemps.ch, site d’informations en continu, on peut retrouver une synergie entre les rubriques de la version papier et du site internet.

Ce quotidien possède deux applications mobiles sur iPhone et Android. La première, appelée « Le Temps », permet de consulter les articles publiés sur le site internet du Temps. La deuxième, « Le Temps ePaper » propose de consulter les versions électroniques des éditions du Temps publiées.

Dès 2011, l'accès gratuit aux articles sur le site internet du journal est limité pour les non-abonnés[29]. Dès 2015, le système s'ouvre en permettant la consultation de dix articles par mois gratuitement (sans inscription)[30]. Dès , le système change à nouveau en catégorisant certains articles comme gratuits et d'autres comme réservés aux abonnés[30].

Le Temps a procédé, en collaboration avec l'EPFL, à la numérisation complète des trois quotidiens dont il est l’héritier : le Journal de Genève, la Gazette de Lausanne et Le Nouveau Quotidien. L'intégralité des contenus parus (environ quatre millions d'articles, des illustrations, photographies et publicités), remontant jusqu'à 1798, peut être recherchée par mot-clé et/ou date sur le site internet consacré à ces archives[31]. Chaque article est restitué dans la mise en page originale du quotidien concerné.

Selon l'étude Net-Metrix-Audit[32], l'audience des supports digitaux du Temps s'élève en décembre 2020 à 1'679'000 clients uniques, 7'027'621 visites et 13'249'349 pages vues. Cela le place en deuxième position des médias romands concernant le nombre de visiteurs mensuels, derrière 20 Minutes (1'973'000 clients uniques)[33] mais devant Le Matin (1'630'000), 24 Heures (1'061'000) ou la Tribune de Genève (1'109'000)[34].

L'audience du site du Temps (clients uniques) connaît une évolution que l'on peut résumer en 3 parties (selon l'audience auditée par l'étude Net-Metrix-Audit[32]:

  • Elle augmente fortement entre mai 2004 (93'000, premiers chiffres disponibles) et juin 2007 (264'000).
  • Elle stagne ensuite de jusqu'en décembre 2014 (306'000), alors que les autres sites de médias suisses romands connaissent une augmentation linéaire.
  • Entre décembre 2014 et décembre 2020, le nombre de clients uniques est multiplié par plus de 5: il passe de 306'000 à 1'679'000.
Graphique: évolution des «unique users» des sites Le Temps, Tribune de Genève, 20 minutes, Le Matin et 24 Heures.

Collaborations

Sur le plan éditorial, Le Temps collabore avec Le Monde, La Tribune et Courrier international en France et Le Soir en Belgique.

Sur le plan commercial, une combinaison publicitaire existe avec la Neue Zürcher Zeitung ainsi qu’un couplage publicitaire en ligne avec LeMonde.fr.

Gouvernance

Le journal est édité par Le Temps SA.

Direction

  • Présidence du Conseil d’administration[31] :
  • Direction :
    • Dès 2021 : Tibère Adler (Le Temps et Heidi.news)[35] ;
    • 2015-2020 : Daniel Pillard (Ringier Romandie) ;
    • 2009-2014 : Valérie Boagno ;
    • 2004-2009 : Jean-Jacques Roth ;
    • 1998-2004 : Éric Hoesli.
  • Rédaction en chef :
  • Chefs d'édition :
    • Olivier Perrin ;
    • Philippe Simon ;
    • Jean-Michel Zufferey ;
    • Nicolas Dufour (numérique).

L'entreprise comporte environ 80 salariés, journalistes et secrétaires d'édition. Des correspondants sont employés à New York et à Paris. La rédaction centrale se trouve à Lausanne. Des bureaux existent à Genève, Zurich et Berne.

Capital

En Ringier rachète la participation de Tamedia au capital du journal[37]. Le capital de 5 millions au bilan du journal Le Temps SA est détenu à 92,5 % par Ringier Axel Springer Medien Schweiz AG[38], le restant du capital est détenu par l'actionnaire Stéphane Garelli (3 %), la Société des rédacteurs et du personnel (2,4 %) du Temps SA et Le Monde (2,1 %)[39]. Le chiffre d'affaires provient pour 48 % des lecteurs et pour 52 % de revenus publicitaires. En 2015, le président du conseil d'administration Stéphane Garelli rachète les parts du banquier genevois Claude Demole, administrateur démissionnaire[40],[41].

Enquêtes

Le , la RTS est visée par une enquête du journal Le Temps. Il a décrit les dysfonctionnements au sein de la chaîne[42].

Notes et références

  1. a et b Ringier reprend Le Temps cbnews.fr
  2. a b et c Madeleine von Holzen, « Les nouvelles ambitions du « Temps » », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 3 janvier 2021).
  3. a et b Ernst Bollinger (trad. Walter Weideli), « Le journal de Genève » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Ernst Bollinger (trad. Walter Weideli), « Le Nouveau Quotidien » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Nicolas Dufour, « La naissance du «Temps», dans le bruit et la fureur », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 mars 2021)
  6. Roger de Diesbach, Presse futile, presse inutile : Plaidoyer pour le journalisme, Genève, Slatkine, , p. 351
  7. Christian Campiche, Info popcorn : Enquête au cœur des médias Suisses, Genève, Eclectica, , p. 88
  8. Antoine Maurice, Une exécution sommaire : La fin du Journal de Genève et Gazette de Lausanne, Chêne-Bourg, Georg,
  9. Dominique Flaux, Journal d'une fusion : et Gazette d'un sophisme, Toutch et Cartoutch, .
  10. a et b Catherine Frammery, « «Le Temps» revient à Genève, et alors? », (consulté le 30 mars 2021)
  11. 24 Heures, « Rachat par Ringier » (consulté le 16 mai 2017)
  12. Agence AWP, « Le groupe Ringier rachète Le Temps », sur bilan.ch,
  13. Tribune de Genève, « Le Temps déménage à Lausanne » (consulté le 16 mai 2017)
  14. Philippe Amez-Droz, Médias suisses à l'ère du numérique, Lausanne, PUR, coll. « Le savoir suisse », , p. 81
  15. a et b Gaël Hurlimann et Stéphane Benoit-Godet, « « Le Temps » enregistre une hausse historique des abonnements », Le temps,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2019).
  16. a b c et d « Le journal Le Temps racheté par la fondation Aventinus », RTS Info,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2020).
  17. Valère Gogniat, « François Longchamp : «Nous donnons une mission civique au « Temps » », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 3 novembre 2020).
  18. a b c d e et f « Charte rédactionnelle du Temps (version 4) », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 mars 2021)
  19. « Les 7 causes du «Temps» en 2018 », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 mars 2021)
  20. a et b « Charte de l’égalité des genres », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 mars 2021)
  21. Isabelle Eichenberger, « La couleur politique de la presse francophone en débat », sur http://www.swissinfo.ch/, (consulté le 11 mai 2017).
  22. The Quality of the Media, main findings, Research Department on Public Opinion and Society (FÖG) of the University of Zurich, 2012.
  23. « «Le Temps» et la «NZZ» en tête des journaux de qualité suisses », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 22 mars 2021)
  24. REMP, « MACH BASIC », sur REMP, (consulté le 18 mai 2017)
  25. Institut Recherches et études des médias publicitaires (REMP), 2012.
  26. Publicitas, « Faire de la pub dans Le Temps », (consulté le 4 mai 2017)
  27. Source: REMP 2012
  28. « T-Magazine », sur lenouvelliste.ch (consulté le 18 mai 2017).
  29. Catherine Frammery, « Sur le Web, le virage de l'info payante », Le Temps, , p. 3.
  30. a et b Thomas Deléchat, « Pourquoi « Le Temps » a changé le mode d'accès à ses articles », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 18 mars 2019).
  31. a et b Impressum de le Temps, (lire en ligne).
  32. a et b « Net-Metrix-Audit, évolution de l'audience Le Temps, 2013-2020 », sur netreport.net-metrix.ch (consulté le 24 janvier 2021)
  33. « Audience du site 20minutes.ch », sur netreport.net-metrix.ch (consulté le 24 janvier 2021)
  34. « NET-Metrix-Audit », sur netreport.net-metrix.ch (consulté le 24 janvier 2021)
  35. a b et c « Madeleine von Holzen sera la rédactrice en chef du « Temps » et de « Heidi.news » », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le 10 novembre 2020).
  36. Victoria Marchand, « Marc Walder succède à Stéphane Garelli au sein du conseil d’administration du Temps », Cominmag.ch, (consulté le 13 octobre 2020)
  37. RTS, « Le groupe de presse Ringier annonce le rachat du journal Le Temps »,
  38. « Le contrat a été signé: Ringier et Axel Springer fondent une entreprise commune en Suisse », sur ringier.com,
  39. Alexis Delcambre, « Le quotidien suisse Le Temps est à vendre », sur lemonde.fr,
  40. ATS, « Presse: Stéphane Garelli rachète 3% du capital du «Temps» », 20 minutes, (consulté le 13 octobre 2020)
  41. « Stéphane Garelli rachète 3% du capital du «Temps» », 24 heures,‎ (ISSN 1424-4039, lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  42. « La RTS visée par une enquête du journal Le Temps », sur TDG (consulté le 31 octobre 2020)

Liens externes