Ouest-France

Ouest-France
Image illustrative de l’article Ouest-France

Pays Drapeau de la France France
Zone de diffusion Grand Ouest
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Berlinois
Genre Presse régionale
Prix au numéro 1,10  en semaine (1,35  le vendredi avec TV Magazine) et 1,20  le dimanche (Dimanche Ouest-France)[1]
Diffusion 646 853[2] ex. (2019)
Date de fondation (il y a 77 ans)
Ville d’édition Rennes

Propriétaire Société Ouest France[3]
Rédacteur en chef François-Xavier Lefranc[4]
ISSN 0999-2138
Site web www.ouest-france.fr
Supplément

TV Magazine (vendredi)

Ouest-France est un quotidien régional français, édité à Rennes et vendu dans les régions de l'Ouest de la France, ainsi qu'à Paris. Il est édité par le groupe Sipa - Ouest-France, propriété de l'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste (ASPDH), contrôlée par la famille Hutin.

Historique

La rédaction du Pré-Botté à Rennes, ancien siège du journal.

Ouest-France paraît pour la première fois le lundi , prenant la suite de L'Ouest-Éclair, journal créé le , interdit de parution à la Libération pour collaboration[5]. Il est fondé par Paul Hutin-Desgrées, qui bénéficie du soutien de leaders démocrates-chrétiens comme Georges Bidault, Pierre-Henri Teitgen et Francisque Gay[6]. Son premier numéro a pour titre « Rennes accueille avec enthousiasme les libérateurs » avec une photo du général de Gaulle[7].

Implanté à l'origine dans le centre-ville de Rennes (rue du Pré-Botté), Ouest-France déménage son siège, sa rédaction, son administration et son imprimerie en à Chantepie, dans la banlieue de Rennes (rue du Breil)[8]. Il dispose depuis 1993 d'un second centre d'impression à La Chevrolière, à une vingtaine de kilomètres au sud de Nantes[9].

Le journal délaisse progressivement le plomb pour passer à l'impression en offset à partir de 1978[10]. Sa première photo en couleur est publiée en juin 1980[réf. souhaitée].

Évolutions récentes

En , l'Association pour le soutien des principes de la démocratie humaniste est fondée, qui détient à 99,91 % le groupe SIPA - Ouest-France[11].

En , Ouest-France édicte sa propre charte de l'information dans laquelle le journal rappelle les valeurs humanistes auxquelles il aime se référer et qui mentionne les règles que ses journalistes sont appelés à respecter : honnêteté intellectuelle, prudence d'écriture et respect des personnes. Cette charte est intitulée « Dire sans nuire, montrer sans choquer, témoigner sans juger, dénoncer sans condamner »[12].

Depuis , il paraît le dimanche, en format tabloïd, sous le titre Dimanche Ouest-France (21 éditions). Cette parution dominicale au prix de 1,20 euro est divisée en trois cahiers : « Actualités », « Magazine » et « Sports ». Elle est diffusée en 2017 à 364 310 exemplaires, conquérant ainsi la première place parmi les journaux paraissant le dimanche[réf. nécessaire].

Le 20 000e numéro paraît le vendredi , présentant dix-huit unes représentatives de l'histoire du journal[13].

En 2011, une rotative est arrêtée. Des éléments d'impression de cette rotative sont transférés sur les cinq autres rotatives de Chantepie et à l'imprimerie de Nantes.

En 2012, démontage de la rotative 6 à Chantepie, la tour couleur remontée sur la rotative 7 à La Chevrolière. Réaménagement du plateau pour la mise en place d'une rédaction papier.web

Parallèlement à l'édition papier, Ouest-France développe un journal en ligne, sur ouest-france.fr ; ouestfrance.entreprises.fr ; jactiv.ouestfrance.fr ; lemarin.fr ; infomer.fr ; ouestfrance-auto.com ; ouestfrance-immo.com ; ouestfrance-emploi.com ; ouestfrance-affaires.com ; ouestmarches.com ; ouestbateaux.com ; vacancesalouest.com ; maville.com ; ouestfrance-ecole.com ; infolocale.fr ; meilleurenclasse.com ; et le service « Dans nos cœurs »[réf. nécessaire].

En 2013, l'automatisation des expéditions est mise en place, jusqu'au chargement des camions. Ouest-France est disponible sur smartphone, sur tablette et sur Ipad. L'édition du soir, journal exclusivement numérique, est lancée[réf. souhaitée].

En 2013-2015, deux nouvelles rotatives sont acquises, la KBA Commander CL en configuration 4/1, avec une capacité d'impression de 90 000 exemplaires par heure contre 60 000 pour l’équipement actuel[Quoi ?]. Et un transtockeur[Quoi ?] dont le rôle sera de distribuer les bobines sur les deux nouvelles rotatives, la mise en service commence à l'automne 2014. Trois anciennes rotatives seront arrêtées.

Fin 2015, confronté à la prochaine réunification de la Normandie, Ouest-France lance une édition en Haute-Normandie, sortant ainsi pour la première fois de sa zone d'évolution historique[14]. Cette édition intitulée « Normandie » est éditée en version numérique payante et en version papier[15]. Cette offensive est réalisée sans création de rédactions locales ni de postes ; l'actualité étant couverte par des reporters régionaux basés à Caen[14], et avec le concours de pigistes locaux[15]. La nouvelle édition, sortie le sur 22 pages, est imprimée à Cherbourg-Octeville par La Presse de la Manche, et tirée « entre 3 000 et 5 000 exemplaires »[15]. Elle n'offre pas d'informations de proximité, seule l'information internationale, nationale et régionale y trouve place[14]. Elle sera disponible dans 120 points de vente[15].

Le , François Régis Hutin annonce qu'il quitte ses fonctions opérationnelles pour se consacrer à l'éditorial[16]. Louis Échelard le remplace comme président du directoire et directeur de la publication, et son gendre Matthieu Fuchs devient vice-président du directoire et directeur général[16].

Pour tenter de s'implanter au Havre, le quotidien réaménage son édition « Pays d'Auge » en lui rajoutant la mention « Baie de Seine » et en consacrant de 2 à 4 pages quotidiennes au port normand, alimentées par un journaliste détaché et des pigistes. Les ventes ne récompensant pas cet effort, l'édition papier revient à son format originel le et n'est plus vendue localement[17]. Seule une rubrique internet est maintenue[17].

En , Ouest-France annonce l'acquisition d'Atlantique Presse Information, une entreprise spécialisée dans les informations économiques dans le Grand Ouest[18].

Rédacteurs en chef

Organisation de l'entreprise

Groupe SIPA - Ouest-France

Ouest-France est actuellement au cœur du groupe SIPA - Ouest-France qui réunit quatre autres quotidiens, en 2002, 39 hebdomadaires locaux à travers Publihebdos et 155 gratuits via la Spir Communication[19]. Le groupe possède des participations majoritaires dans la publicité à travers la société Précom, les journaux gratuits, l'édition de livres, l'affichage, la radio, la télévision[20]. Le groupe « développe une stratégie commerciale agressive qui a progressivement assuré son hégémonie dans tout l’Ouest de la France », ainsi qu'une politique de diversification et d'intégration qui, selon l'universitaire Cégolène Frisque, « tend à asphyxier et paralyser les journaux et leurs rédacteurs. Devenus monopoles tentaculaires, les titres régionaux ne sont plus considérés comme des titres parmi d’autres pouvant avoir des stratégies éditoriales particulières, ils doivent d’une part assurer une rentabilité toujours plus grande, nécessaire au fonctionnement de l’ensemble du groupe, et ils se donnent d’autre part de plus en plus pour rôle de rendre compte des activités et réalisations des pouvoirs locaux – politiques, économiques, culturels –, voire de les promouvoir ».

Le quotidien

Le quotidien emploie 1 506 personnes (CDI inscrits au [réf. nécessaire]), dont 60 % d'hommes et 40 % de femmes. Il y a 576 journalistes professionnels (un tiers de femmes), répartis dans soixante-trois rédactions, dont une à Paris. Plus de 2 600 correspondants locaux complètent un réseau de collecte de l'information particulièrement dense. Le journal est vendu dans 8 800 points de vente, et colporté par 5 300 porteurs à domicile.

Le président du directoire et directeur de la publication d’Ouest-France est Louis Échelard. Les autres membres du directoire sont Mathieu Fuchs (vice-président et directeur général), François-Xavier Lefranc, Jeanne-Emmanuelle Gapsys-Hutin et Philippe Toulemonde. David Guiraud préside le conseil de surveillance.

Ouest-France est parmi les premiers quotidiens français à avoir disposé d'une « société des rédacteurs ». Elle est créée le , après celle du Monde (1951) et celle du Figaro (octobre 1965). Mais elle ne fonctionne que peu de temps. Une nouvelle tentative a lieu à la fin des années 1990, mais elle avorte rapidement faute de pouvoir se faire entendre en tant que telle par la direction[20].

Activité, rentabilité, effectif

Chiffres clés[21]
2014 2015 2016 2017 2018 2019
Chiffre d'affaires en milliers d'euros 311 655 304 467 295 527 291 086 295 997
Résultat net en milliers d'euros + 7 976 + 43 757 + 3 842 + 4 660 + 140
Effectif moyen annuel 1 524 1 461 1 442 nc 1 443

Ouest-France bénéficie, comme la plupart des journaux, de subventions de la part de l'État français. En 2019, il reçoit 3 989 248  de subventions directes[22].

Diffusion

Siège de la rédaction de Lorient.

Ouest-France est le premier quotidien payant français en diffusion, depuis 1975. En 2016, il vend chaque jour environ 694 000 exemplaires, ce qui le place loin devant ses concurrents, y compris les quotidiens parisiens ou nationaux (Le Parisien + Aujourd'hui en France, 360 000 exemplaires ; Le Figaro, 320 000 exemplaires ; Le Monde, 292 000 exemplaires ; Sud Ouest, 256 000 exemplaires)...

Il imprime chaque jour quarante neuf éditions, diffusées dans trois régions du Grand Ouest, la Bretagne, les Pays de la Loire et la Normandie, soit quatorze départements. Il se vend aussi là où se trouvent beaucoup de gens de l'Ouest : à Paris, mais aussi en été dans certaines stations touristiques (notamment dans les Pyrénées[23]). Cela représente, en moyenne quotidienne, 600 pages différentes où trouvent place environ 2 800 photos.

Le maillage ancre Ouest-France « si solidement et depuis si longtemps dans ses terres qu'il a fini par s'intégrer au paysage, comme les abers, les calvaires, les rivières, les côtes déchiquetées ou les landes venteuses »[24].

Avec 2,52 millions de lecteurs, Ouest-France est aussi le premier quotidien francophone au monde.

La diffusion totale d'Ouest-France s'établit officiellement comme suit, selon l'OJD[25],[26] :

Année 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Diffusion totale 785 254 786 205 782 216 784 697 790 043 796 376 785 113 782 822 783 017 781 033 781 668 793 790 795 807 785 967
Année 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020
Diffusion totale 780 779 766 970 767 434 751 225 731 725 712 500 693 794 685 096 661 016 646 853 637 463

Ouest-France, comme le reste de la presse quotidienne, doit faire face à une baisse de ses ventes. En dix ans, il a connu ainsi une baisse régulière de sa diffusion papier, perdant entre 2009 et 2018 137 482 ventes, soit une baisse de 17,5 % (base OJD).

Éditions locales

Les 49 éditions[27] se répartissent sur trois régions (Pays de la Loire, Normandie, Bretagne) soit quatorze départements :

Département Nombre Diffusion Nom des éditions
Calvados 3 49 000 Bayeux - Caen, Caen - Vire, Pays d'Auge - Baie de Seine
Côtes-d'Armor 6 86 000 Dinan, Guingamp, Lamballe, Lannion - Paimpol, Loudéac - Rostrenen, Saint-Brieuc
Eure 1 3 000 Normandie Eure
Finistère 5 43 000 Centre-Finistère, Concarneau, Nord-Finistère, Quimper, Quimperlé
Ille-et-Vilaine 9 127 000 Fougères, Redon, Rennes (ville), Rennes Est, Rennes Nord, Rennes Ouest, Rennes Sud, Saint-Malo, Vitré
Loire-Atlantique 7 113 000 Châteaubriant - Ancenis, La Baule-Escoublac - Guérande, Nantes (ville), Nord Loire, Sud-Loire - Vignoble, Pornic - Pays de Retz, Saint-Nazaire
Maine-et-Loire 2 26 000 Angers - Segré, Cholet
Manche 2 33 000 Avranches - Granville, Saint-Lô - Coutances - Cherbourg
Mayenne 1 40 000 Mayenne
Morbihan 5 107 000 Auray, Lorient, Ploërmel, Pontivy, Vannes
Orne 1 21 000 Orne.
Sarthe 2 25 000 Le Mans - Sarthe nord, Sarthe sud
Seine-Maritime (0) 3 000 Normandie Seine-Maritime (édition fermée en )[28]
Vendée 5 77 000 Challans - Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Fontenay-le-Comte - Luçon, La Roche-sur-Yon, Les Herbiers - Montaigu, Les Sables-d'Olonne

Ligne éditoriale

Généralités

Les principes revendiqués par la devise du journal « Justice et Liberté », répondent à la trinité : humanisme, démocratie chrétienne et social-libéralisme.

François Régis Hutin, qui en a été le président entre 1984 et 2016, signe régulièrement à la une, notamment le samedi, des éditoriaux dans lesquels il affiche ses engagements en faveur de l'Union européenne libérale, de la liberté de l'enseignement et de la paix. Sa fille, Jeanne Emmanuelle Hutin, signe, elle, dans l'édition dominicale dimanche Ouest-France. François Régis Hutin met également son journal au service de son combat contre la peine de mort ou pour l'amélioration des conditions de vie dans les prisons. Il publie aussi régulièrement de grands reportages réalisés le plus souvent à l'étranger, dans des pays déshérités ou victimes de catastrophes[19]. Il lance régulièrement des opérations humanitaires que gère l'association Ouest-France Solidarité, créée en 1981. Le quotidien défend également le principe de protection des sources d'information des journalistes[réf. nécessaire].

Selon l'universitaire Cégolène Frisque, la puissance du journal induit paradoxalement une certaine paralysie, « pour préserver sa santé financière en refusant de prendre le moindre risque tant vis-à-vis des lecteurs que des annonceurs et des partenaires institutionnels, et pour conforter son rôle d’acteur de la vie locale »[20]. Le journal est ainsi critiqué pour son conformisme, l'existence de sujets tabous, et une possible confusion entre communication et information[19],[20]. Le suivi de l'information locale est caractérisé « par une logique de faible distance, voire de soutien systématique aux pouvoirs locaux, de suivi et de mise en scène des manifestations institutionnelles »[20]. En 2005, la préfecture de la région Bretagne passe ainsi commande de quatre articles au journal[29],[30].

La ligne éditoriale du journal s'infléchit dans les années 1990 : de démocrate-chrétienne, elle devient plus conservatrice, l'humanisme et le progressisme laissant place à un ralliement net aux thèses libérales[20]. Un éditorial de Jeanne Emmanuelle Hutin en soutien à Nicolas Sarkozy en mars 2021 suscite une vive critique d'une partie de la rédaction[31].

Prises de position

Traité de Maastricht

Il joue un rôle de conviction pour l'adoption du traité de Maastricht par les électeurs de l'Ouest de la France[32].

Réforme des retraites

Dans un communiqué du titré « Enrayer le déclin éditorial », le Syndicat national des journalistes d'Ouest-France déplore la ligne éditoriale du journal, qui prend systématiquement la défense de la réforme des retraites.

Mariage homosexuel

Dans son éditorial du signé par Jeanne-Emmanuelle Hutin, Ouest-France marque clairement son opposition à l'ouverture du mariage aux couples de même sexe. La fille du président superpose la crise économique mondiale à une crise morale : « Dans ce contexte de prise de conscience, il paraît inutile de s’arc-bouter sur des mesures symboliques qui auraient plus d’effets négatifs que positifs sur l’économie »[34].

Notes et références

  1. Tarifs de référence du journal Ouest-France issus du site de Ouest-France.
  2. « Ouest-France - ACPM », sur www.acpm.fr (consulté le ).
  3. https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/377714654-societe-ouest-france-350190B003650000.html.
  4. « À l'approche de son 70e anniversaire, Ouest France change de statut », AFP, publié le 11/06/2014 sur le site lexpress.fr.
  5. Guy Delorme, Ouest-France. Histoire du premier quotidien français, Éditions Apogée, , p. 35.
  6. Guy Delorme, Ouest-France. Histoire du premier quotidien français, Éditions Apogée, , p. 102.
  7. « Ouest-France a 75 ans : découvrez l’intégralité du premier numéro du journal », sur Ouest-France, .
  8. Guy Delorme, Ouest-France. Histoire du premier quotidien français, Éditions Apogée, , p. 221.
  9. Guy Delorme, François Régis Hutin : le dernier empereur d'Ouest-France, Éditions Apogée, , p. 121.
  10. Guy Delorme, François Régis Hutin : le dernier empereur d'Ouest-France, Éditions Apogée, , p. 45.
  11. Guy Delorme, François Régis Hutin : le dernier empereur d'Ouest-France, Éditions Apogée, , p. 159.
  12. Jean-Marie Charon, « Réflexions et propositions sur la déontologie de l'information », Rapport à Mme la ministre de la Culture et de la Communication [1].
  13. Dossier du 20000e exemplaire sur ouest-france.fr. Consulté le 4 juin 2010.
  14. a b et c Philippe Legueltel, « Ouest-France franchit la Seine pour la première fois », Les Échos, 26 novembre 2015.
  15. a b c et d « Le quotidien régional Ouest-France va désormais être distribué en Haute-Normandie », La Correspondance de la presse, 30 novembre 2015.
  16. a et b « Ouest-France : François-Régis Hutin quitte ses fonctions opérationnelles », AFP, 28 octobre 2016, 17 h 34.
  17. a et b « Prolongez l'aventure sur ouest-france.fr », Ouest-France, éd. Pays d'Auge, 27 juin 2017.
  18. « Ouest-France acquiert l’agence API pour de nouvelles offres auprès des entreprises du Grand Ouest », sur Ouest-France,
  19. a b et c Gérard Thomas, « Le phare Ouest », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. a b c d e et f Cégolène Frisque, « Une reconfiguration des espaces politiques et médiatiques locaux ? », Revue française de Science politique, Presses de Sciences-Po, vol. 60,‎ , p. 960-973 (DOI 10.3917/rfsp.605.0951, lire en ligne Inscription nécessaire).
  21. « Société Ouest-France - bilans », sur www.verif.com (consulté le ).
  22. https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/aides-a-la-presse-classement-des-titres-de-presse-aides/
  23. Exemple : Arrens où on pouvait trouver chaque jour les différentes éditions locales.
  24. Olivier Le Naire, « La maison Ouest-France », L'Express, édition régionale Bretagne, Normandie, pays de la Loire, 4 février 2010.
  25. Tirage et diffusion quotidienne d'Ouest-France d'après l'OJD.
  26. eZ Community Bundle Nova eZ SEO Bundle, « Presse Quotidienne Régionale », sur www.acpm.fr (consulté le ).
  27. « Le quotidien Ouest-France passe de 44 à 53 éditions papier en 2011 », AFP, 7 février 2011, 10 h 46.
  28. « Le quotidien Ouest-France peine à s'implanter dans l'ex Haute-Normandie ».
  29. Philippe Argouarch, « La préfecture commande des articles à Ouest-France », sur Agence Bretagne Presse, (consulté le ).
  30. Pierre-Henri Allain, « La préfecture pige à « Ouest-France ». », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Tom Kerkour, « Des journalistes de Ouest-France se désolidarisent d’un éditorial sur Nicolas Sarkozy », sur Le Figaro, (consulté le )
  32. « L’Europe n’est pas la cause de tous nos maux ! », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Jeanne Emmanuelle Hutin, « Des repères stables pour surmonter la crise », sur Ouest-France.fr (consulté le ).

Voir aussi

Bibliographie

  • Henri Fréville, La presse bretonne dans la tourmente : 1940-1946, Paris, Éditions Plon, , 347 p. (ISBN 2-259-00494-6)
  • Guy Delorme, Ouest-France, histoire du premier quotidien français, Paris, Éditions Apogée, , 256 p. (ISBN 2-84398-160-3)
  • Guy Delorme, François Régis Hutin : le dernier empereur d'Ouest-France, Paris, Éditions Apogée, , 208 p. (ISBN 978-2-84398-340-5)
  • Nicolas Legendre, « François-Régis Hutin quitte la présidence de Ouest-France », Le Monde,‎ , p. 10 (ISSN 0395-2037)
  • Jacques Thouroude, Ouest-France et la question coloniale, Rennes, Editions Goater, , 448 p. (ISBN 978-2-918647-34-8, lire en ligne)

Article connexe

Liens externes