Lutte ouvrière

Lutte ouvrière
Image illustrative de l’article Lutte ouvrière

Logotype officiel.
Présentation
Porte-paroles Nathalie Arthaud
Jean-Pierre Mercier
Fondation 1939 (Groupe Barta)
1942 (Groupe communiste)
1944 (Union communiste)
1956 (Voix ouvrière)
(Lutte ouvrière)
Siège Paris
Nom officiel Union communiste (trotskyste)
Positionnement Extrême gauche[1]
Idéologie Trotskisme[2]
Marxisme[3] 
Anticapitalisme[4] 
Féminisme[5]
Communisme[3]
Affiliation internationale Union communiste internationaliste
Adhérents 8 000 (revendiqués en 2018)[6]
Couleurs Rouge
Site web lutte-ouvriere.org
Représentation
Conseillers municipaux
16  /  512266

Lutte ouvrière (LO) est un parti politique français trotskiste situé à l'extrême gauche. Il s'agit du nom d'usage de l'Union communiste (trotskyste), principale organisation du regroupement international Union communiste internationaliste.

Communiste, révolutionnaire et internationaliste, LO défend les idées du trotskisme en France et met l'accent sur le rôle central de la classe ouvrière.

Arlette Laguiller est la porte-parole du parti pendant 35 ans. Elle est la première femme à se présenter à une élection présidentielle en France, en 1974, et brigue la présidence de la République jusqu’en 2007 — ce qui fait d’elle la détentrice du record de candidatures à ce type de scrutin sous la Ve République. Elle réalise son meilleur score en 2002, arrivant en cinquième position avec 5,72 % des suffrages exprimés.

Les actuels porte-paroles de LO sont Nathalie Arthaud, candidate aux élections présidentielles de 2012, 2017 et 2022, et Jean-Pierre Mercier.

En 2018, Lutte ouvrière revendique 8 000 adhérents.

Historique

Mouvements antérieurs

Premières initiatives de Barta

Lutte ouvrière prend ses origines en la personne de David Korner, plus communément appelé « Barta ». D’origine roumaine, celui-ci commence son activité politique en Roumanie au sein du Parti communiste roumain, au tout début des années 1930. Il part en 1933 étudier à Paris, où il découvre le trotskisme[M 1]. En 1935, en Roumanie, il fonde une première formation, le Groupe bolchévik-léniniste, avant de partir définitivement de son pays d'origine en 1936 avec trois autres militants roumains : Klara Feigenbaum, alias Irène, Marcoux et la compagne de ce dernier[M 2],[7].

Le projet des quatre militants est initialement de participer à la révolution sociale espagnole de 1936, mais ils s'installent finalement en France car Léon Trotski a de l'espoir quant à l'évolution de la situation politique et sociale dans ce pays[M 3]. Ils rejoignent le Parti ouvrier internationaliste (POI), qui vient d'être fondé par des trotskistes exclus de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO). Ils vont ensuite, sur les conseils de Trotski, rejoindre le Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP) de Marceau Pivert, où il existe une tendance défendant des positions internationalistes[Note 1].

La signature du Pacte germano-soviétique, puis l'entrée en guerre de la France à la suite de l'invasion de la Pologne, font que tous les partis politiques communistes sont officiellement interdits et doivent continuer dans la clandestinité. Déjà indisposé par l’état d’esprit « petit-bourgeois » qui règne dans la IVe Internationale à ce moment où éclate la Seconde Guerre mondiale, Barta se retire du PSOP à la suite d'un désaccord personnel lors d'une réunion du comité central du parti[M 4]. Avec Irène, il fonde alors un journal, baptisé L'Ouvrier, qui connaît trois numéros et dont la publication est stoppée lorsque Irène est enfermée trois mois à la prison de la Petite Roquette en raison de son militantisme[M 4]. En détention, Irène rencontre Lucienne, puis, quelques mois plus tard, Barta et Irène font la connaissance de Jacques Ramboz, un militant des Jeunesses communistes, déçu du chauvinisme du Parti communiste[M 4].

Groupe Lutte de classe ou groupe Barta

Barta rédige en novembre 1940 un manifeste trotskiste et internationaliste au sujet de la guerre, La Lutte contre la deuxième Guerre impérialiste mondiale. Il y exprime l’intention d’établir « un contact réel et étendu avec la classe ouvrière » et sa volonté de se consacrer à la propagande contre la « guerre impérialiste mondiale »[8]. Ce texte est considéré comme l'élément fondateur de la tendance politique qui naît à la suite de Barta[M 5].

Constitué de Barta, Irène, Lucienne et Ramboz, le groupe se renforce avec l’arrivée de Mathieu Bucholz, un camarade de classe de Ramboz au lycée Michelet de Vanves. Bucholz est en contact avec la résistance et aide le groupe à obtenir de faux papiers. Il apporte également d'autres militants, comme son propre petit frère ou d'anciens camarades de classe membres des Jeunesses communistes, à l’instar de Pierre Bois et son frère Jean[M 5].

Après la rupture du Pacte germano-soviétique le et l'invasion de l'Union soviétique par les troupes allemandes, le groupe tire à 2 000 exemplaires un tract, titré « Vive l'Armée rouge ! », qui appelle à la mobilisation au côté de l'armée soviétique afin de défendre l’héritage de la révolution d'Octobre en URSS face à l'impérialisme, et ce bien que l'URSS soit sous la coupe de la bureaucratie stalinienne[M 6],[9].

Sous l’Occupation, usant de faux papiers pour nombre de ses activités, le groupe démarre la diffusion des premiers numéros de La Lutte de classe en octobre 1942[M 7],[10]. On se réfère dorénavant à la petite organisation comme le groupe Lutte de classe, également appelé groupe Barta[H 1]. En 1944, deux organisations trotskistes, le POI et le Comité communiste internationaliste, négocient pour se réunir au sein du nouveau Parti communiste internationaliste mais le groupe Lutte de classe refuse d'y prendre part[M 8].

Quelque temps après la Libération, Mathieu Bucholz est assassiné par des membres du Parti communiste français et des FFI qui l’accusent en façade d’être un nazi[H 2],[B 1] mais lui reprochent surtout ses activités militantes oppositionnelles à la politique du Parti communiste[M 9]. C'est ce crime qui conduit Robert Barcia alias Hardy, ami de Bucholz, à intégrer le mouvement trotskiste[réf. nécessaire].

Militantisme en entreprise et crise

Dans les premières années d'après-guerre, le groupe décide de commencer un travail de militantisme en entreprise, au côté de la classe ouvrière. L'organisation fait en sorte que plusieurs de ses militants soient embauchés chez Renault au sein de l'usine de l'île Seguin[M 10]. Comptant alors une dizaine de militants[H 3], le groupe se fait désormais appeler « Union communiste ».

Le travail d'agitation démarre avec la publication d'un bulletin d'entreprise, La Voix des travailleurs de chez Renault[M 11]. Finalement, une grève très suivie commence chez Renault en 1947 : l'une de ses principales figures est Pierre Bois, militant du groupe et employé dans l’entreprise depuis 1946[H 4]. Cette grève est décidée et menée par les ouvriers indépendamment des consignes de la CGT, Bois en devenant le dirigeant pratique et Barta le dirigeant politique. Une attaque de tuberculose empêche Hardy d'y participer[H 5]. Le mouvement social entraîne une série d'autres grèves en France et la démission du gouvernement Ramadier des ministres appartenant au Parti communiste français[11].

À la suite de la grève, ne pouvant continuer à militer au sein de la CGT, le groupe organise son propre syndicat, le Syndicat démocratique Renault (SDR)[M 12],[H 6]. Bien que cette formation ait de 1947 à 1949 de l'influence au sein de l'usine[M 13], des tensions apparaissent : Bois et Barta s’opposent sur l’orientation du groupe et, à la suite d'un conflit au sujet de la rédaction d'un tract du SDR, le groupe se scinde en deux fractions à la fin de l’année 1949[H 7],[M 14]. La lassitude s’empare de la plupart des militants, qui cessent peu à peu toute activité, et la scission entre le groupe constitué autour de Bois et celui de Barta est consommée en 1950[M 14], entraînant la disparition du SDR et de l’Union communiste.

Voix ouvrière

Constitution d'une nouvelle organisation

Démissionnaire à l'été 1948, Hardy reparaît en 1950. En compagnie de Pierre Bois, toujours actif chez Renault, et d’Irène, il tente pendant cinq ans de reconstituer un groupe. Des étudiants, sympathisants et militants du PCF et de la SFIO, ainsi que des pionniers du mouvement de jeunesse sioniste de gauche Hashomer Hatzaïr, viennent renforcer les rangs[H 8].

En 1954, Pierre Bois est contacté par l’organisation révolutionnaire Socialisme ou Barbarie pour lancer un bulletin d'information ouvrière au sein de l'usine Renault : c'est la naissance de Tribune ouvrière[H 9]. Rapidement, le groupe décide d'un changement de format avec un bulletin recto-verso comportant un éditorial politique au recto et de courtes brèves sur le quotidien des conditions de travail au sein de l'entreprise au verso[H 10]. Ce format est alors généralisé à l'ensemble des différentes entreprises où les militants du groupe se trouvent.

La feuille prend le nom de Voix ouvrière en . À ce moment, cette presse militante — diffusée toutes les deux semaines aux portes des entreprises par de jeunes militants extérieurs à celles-ci pour éviter d'attirer l'attention sur les rédacteurs des bulletins qui eux y travaillent — existe dans plus de 20 grands groupes industriels français : en plus de Renault, c’est le cas notamment chez Citroën, la Société des usines Chausson ou la SNCF[H 11]. À la même période, Barta concède à aider à la rédaction de onze numéros du nouveau La Lutte des classes, avant de couper définitivement contact début 1957, entraînant la fin de la parution de cet organe militant[H 12].

Développement et extension

C'est aussi en qu'a lieu l'assemblée générale actant de la création de l'organisation Voix ouvrière, rue Serpente à Paris[H 13]. À l'occasion des élections législatives de 1962, l'organisation recommande de voter « sans illusion » pour les candidats du PCF afin que la classe ouvrière puisse exprimer « son opposition à la bourgeoisie »[12].

De 1959 à 1961, des bulletins de Voix ouvrière sont aussi édités par des militants du PCI lambertiste dans leurs entreprises respectives, en collaboration et en accord avec l'organisation[H 14],[H 15]. Le , l'organisation lance un journal bimesuel Voix ouvrière de quatre pages, contenant une sélection des différentes brèves des bulletins Voix ouvrière ainsi que l'édito national. En , la parution devient hebdomadaire et quatre pages d'analyse politique sont ajoutées au journal[H 16]. En , les militants de l'organisation éditent désormais 80 bulletins d'entreprises. La charge de travail étant plus grande pour Voix ouvrière, il est décidé d'abandonner les locaux situés à Corbeil-Essonnes et place Jacques-Bonsergent (Paris 10e) pour de nouveau locaux rue du Château-Landon (également Paris 10e)[H 16]. Cette période de croissance de l'organisation fait aussi que 27 permanences sont ouvertes dans 21 villes[H 16].

Aux élections législatives de 1967, un appel à l’abstention est lancé aux militants et sympathisants[12].

Mai 68 et dissolution

À la suite du meeting de Charléty tenu à l'issue de Mai 68, Hardy constate un engouement pour les idées révolutionnaires aussi bien au sein de la jeunesse étudiante que chez les ouvriers. Il propose alors une union avec les deux autres principaux groupes trotskistes, le Parti communiste internationaliste (PCI) et la Jeunesse communiste révolutionnaire (JCR), dans le but de fonder un parti révolutionnaire commun, mais cette proposition est refusée[H 17].

Après Mai 68, comme tous les mouvements se réclamant du trotskisme et d'autres formations d'extrême gauche en France, Voix ouvrière est interdite et dissoute par décret du président de la République, en application de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées. Par ailleurs, le responsable de publication du journal, Maurice Schrœdt, est enfermé neuf jours au fort de Vincennes[H 18].

Débuts de Lutte ouvrière

En continuité de Voix ouvrière

Malgré la dissolution de Voix ouvrière, le mouvement se reforme une semaine plus tard sous un nouveau nom, Lutte ouvrière (LO). Cette réactivité est due au fait que la direction de l'organisation a toujours envisagé la possibilité d'une dissolution depuis la guerre d'Algérie[H 18]. Les bulletins dans les entreprises et le journal continuent de paraître sous le nouveau nom[H 19]. Parallèlement, plusieurs militants rejoignent le Parti socialiste unifié (PSU) pour obtenir une couverture au cas où la répression politique envers Lutte ouvrière reprendrait[H 19].

Pour l’élection présidentielle de 1969, la Ligue communiste présente Alain Krivine et refuse aux autres organisations d'extrême gauche de s'associer à sa candidature. Néanmoins, Lutte ouvrière prend la décision de mener une campagne de soutien à Krivine[13]. Celui-ci arrive en septième et dernière position du premier tour avec 1,06 % des suffrages exprimés[14].

Lutte ouvrière continue sa croissance et organise en 1971 la première « fête de Lutte ouvrière » sur un champ de la commune de Presles, en banlieue parisienne[H 20].

Premières participations électorales

Après la campagne présidentielle de 1969 d’Alain Krivine, que Lutte ouvrière juge catastrophique, une première participation aux élections législatives est décidée par le parti en 1973. À cette occasion, comme LO se voit offrir du temps de parole à la télévision et à la radio, il est nécessaire de choisir un porte-parole pour représenter médiatiquement l'organisation. Le parti décide alors de choisir une femme. Alors que deux militantes sont initialement pressenties pour cette fonction, c’est finalement Arlette Laguiller, une employée de banque à la tête de la grève alors en cours au Crédit lyonnais, qui est choisie[H 21]. Présente dans 171 circonscriptions sur 490, Lutte ouvrière obtient une moyenne de 2,29 % des voix dans celles-ci et 0,82 % au niveau national.

L’année suivante, Lutte ouvrière devient le premier groupe politique à présenter une femme à une élection présidentielle avec la candidature d'Arlette Laguiller, qui commence son premier passage télévisé de la campagne en déclarant : « Eh bien oui, je suis une femme et j'ose me présenter comme candidate à la présidence de cette république d'hommes. C’est légal, et pourtant cela choque, cela paraît étrange, même aux hommes de gauche […][15]. » Avec 2,33 % des voix exprimées, l'organisation considère cette candidature comme un premier succès modeste : Arlette Laguiller arrive ainsi en cinquième position sur douze candidats, devant notamment Alain Krivine (0,37 %)[H 22],[16].

À la suite de cette élection, la direction du parti décide de présenter dorénavant systématiquement des candidats aux différentes élections[H 23].

Installation dans le paysage politique

Crédit image :
kenji-Baptiste OIKAWA
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Arlette Laguiller, porte-parole de Lutte ouvrière de 1973 à 2008.

Lutte ouvrière décide de s'investir pleinement lors des élections législatives de 1978 en présentant des candidats dans chacune des 470 circonscriptions de la France métropolitaine[17], le parti obtenant 1,70 % des suffrages exprimés. Pour les élections européennes de l’année suivante, sur demande de Lutte ouvrière, la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) concède à se présenter avec LO au sein de la liste « Pour les États unis socialistes d'Europe », qui réunit 3,08 % des voix[18],[19].

Arlette Laguiller est de nouveau la candidate du parti pour les présidentielles de 1981 et 1988, recueillant respectivement 2,30 % et 1,99 % des voix exprimées[20],[21].

Lutte ouvrière propose au PCF un accord électoral en vue des législatives de 1988, afin de constituer une plate-forme défendant des mesures communes : augmentation du SMIC, augmentation générale et uniforme des salaires, interdiction des licenciements. L'accord est envisagé de telle manière que des candidats LO seraient présents dans 75 circonscriptions. La demande reste lettre morte et Lutte ouvrière décide de ne présenter aucun candidat, l'organisation considérant l'élection comme « sans enjeux »[22].

Aux municipales de 1989, Christian Driano, ouvrier chez Peugeot, et Roland Szpirko, ouvrier chez Chausson AP, deviennent les premiers élus Lutte ouvrière. Ils sont élus à Montbéliard et Creil[23].

Jusqu'en 1995, Lutte ouvrière connaît une forte croissance dans ses effectifs militants et chez ses sympathisants[H 24].

Succès et déclin électoral

Élus locaux

Lors du scrutin présidentiel de 1995, Arlette Laguiller dépasse pour la première fois, avec 5,30 %, le seuil de 5 % des suffrages exprimés, qui permet le remboursement des frais de campagne[24]. Avec 1 615 552 voix, Lutte ouvrière gagne un million de voix supplémentaires par rapport à l'élection de 1988. Au soir du premier tour, Arlette Laguiller appelle à la constitution d'un « grand parti des travailleurs »[T 1]. Cet appel est considéré tantôt comme un ballon d'essai, tantôt comme de la « propagande » : la direction de Lutte ouvrière considère alors que le vote en faveur de sa candidate est surtout la conséquence d'un rejet de la gauche gouvernementale plutôt que’un vote d'adhésion aux idées centrales défendues par la formation[T 1].

Aux élections municipales ayant lieu quelques mois après la présidentielle, Lutte ouvrière présente 52 listes et obtient 2,81 % des voix au niveau national. Trois listes additionnelles sont menées avec le PCF[25]. Lutte ouvrière obtient sept conseillers municipaux, dont Arlette Laguiller aux Lilas[T 1],[25].

À l'instar des élections régionales de 1986 et 1992, LO s'associe à la LCR dans quelques circonscriptions lors des élections de 1998. La dynamique électorale de Lutte ouvrière lors de la présidentielle précédent se confirme et les 4,5 % de voix obtenus permettent à l'organisation d'avoir 20 élus dans neuf régions[T 2]. L'année suivante, l'union avec la LCR est renouvelée à l'occasion des élections européennes. Avec quasiment un million de voix, cinq candidats de la liste sont élus, dont trois de Lutte ouvrière : Arlette Laguiller, Armonia Bordes et Chantal Cauquil[T 3].

En 2001, 128 listes sont présentées dans 109 villes à l'occasion des municipales. Recueillant 4,37 % des suffrages, LO obtient 33 élus, dont onze femmes, dans 22 villes différentes, sans fusionner ses listes au second tour avec celles des partis de la gauche plurielle[26].

Élection présidentielle de 2002

En vue de la campagne présidentielle de 2002, les sondages créditent un temps Arlette Laguiller de 10 % d'intentions de vote[27]. Cette dernière se satisfait alors de devancer le candidat du PCF, Robert Hue[27]. Mais, contrairement à 1995, une autre candidature communiste révolutionnaire trotskiste est présente à cette élection, en la personne d'Olivier Besancenot, qui représente la LCR. Arlette Laguiller estime que, comme en 1995, un bon score ne reflétera pas nécessairement la volonté au sein de la population de construire un « grand parti des travailleurs » et que le projet pourrait être envisagé si son score de 1995 est doublé (ce qui équivaut à 3,2 millions de voix en sa faveur)[28].

Au cours de la campagne, une tribune est publiée par Daniel et Gabriel Cohn-Bendit dans Libération, où ils accusent l'organisation d'être une secte[T 2],[Note 2].

Avec 1 630 045 voix et 5,72 % des voix, Arlette Laguiller se classe en cinquième position de l'élection. Elle refuse de donner explicitement une consigne de vote au second tour, qui voit s’affronter Jean-Marie Le Pen et Jacques Chirac[29]. Dans un communiqué, l'organisation refuse aussi de participer à un « front anti-fasciste » et précise ne pas appeler à l'abstention[30]. Ces prises de position sont alors considérées comme « confuses », « ambiguës » ou « alambiquées » par la presse[29],[30],[31].

Vote utile et résultats en baisse

L'après 2002 marque la fin de la période d'ascension électorale de Lutte ouvrière, une étude faisant état du fait que 78,5 % des électeurs de LO ou de la LCR voteront dorénavant pour un des partis de la gauche plurielle[32]. Un constat pressenti par Lutte ouvrière à l'occasion de son congrès annuel de décembre 2003, où il est décidé d'une union avec la LCR aux élections régionales de 2004 pour limiter les conséquences du vote utile qui pourrait pousser « un fort courant d'électeurs à voter PS pour donner une gifle [au deuxième gouvernement Raffarin] »[33]. Malgré ces craintes, leur résultat de 4,95 % représente une légère augmentation par rapport au résultat des élections régionales de 1998 (4,83 %). Mais en raison d'une réforme du mode de scrutin[Note 3], Lutte ouvrière perd tous ses élus dans les conseils régionaux. Quelques mois plus tard, aux élections européennes de 2004, LO perd aussi tous ses élus.

Après une campagne pour le « non » au référendum sur la constitution européenne de 2005, Arlette Laguiller réalise à la présidentielle de 2007 un score (1,34 %) en net déclin comparé à 2002. Ce score peut être analysé comme la conséquence du vote utile ainsi que de la défection d'une partie de l'électorat traditionnel d'Arlette Laguiller vers la candidature d'Olivier Besancenot[34],[35].

Transition

Municipales de 2008

La campagne des élections municipales de 2008 est la dernière d'Arlette Laguiller en tant que porte-parole. Lors du congrès annuel de décembre 2007, la majorité décide d'autoriser la participation locale des militants à des listes unitaires avec les anciens partis de la gauche plurielle. Cette stratégie est dénoncée et critiquée par une tendance minoritaire de l'organisation, représentant de 3 à 10 % des membres, la fraction l'Étincelle[36].

Cette stratégie est expliquée par Alain Krivine, dirigeant de la LCR, et qui souhaitait constituer des listes avec LO, par une volonté de Lutte ouvrière d'avoir « des élus à tout prix »[37]. Quand Georges Kaldy, membre de la direction de Lutte ouvrière, justifie cette décision par « l'offensive générale de Sarkozy contre les travailleurs » et la possibilité d'avoir « des petites marges pour avancer leurs propositions »[38].

Finalement, dans 70 villes, les militants participent à des listes d'union, principalement conduites par le PCF (38 listes) ou le PS (26 listes). Par ailleurs des listes indépendantes sont présentées dans 118 villes[39]. Au premier tour, Lutte ouvrière obtient 36 élus dont 14 sur des listes indépendantes et 22 sur des listes d'union. Au deuxième tour, 43 candidats sont élus sur des listes d'union. Les militants se retirent entre les deux tours des listes de gauche de Marseille et de Perpignan parce qu'elles ont fusionné avec le Modem[40].

Le fait que la fraction Étincelle a soutenu des listes de la LCR contre des listes d'union LO-PS, ainsi que l'implication de la fraction dans la constitution du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) entraîne l'exclusion de l'Étincelle du parti[36].

Nouvelle porte-parole

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière depuis 2008.

Au congrès de 2008, Nathalie Arthaud, tout juste élue conseillère aux municipales, devient la nouvelle porte-parole de Lutte ouvrière, en remplacement d'Arlette Laguiller qui garde néanmoins sa place dans la direction de l'organisation[41],[42]. La première mission de Nathalie Arthaud est de mener la campagne pour les élections européennes de 2009, première campagne électorale du parti sans Arlette Laguiller[43].

Aux élections régionales de 2010, Lutte ouvrière annonce présenter des listes indépendantes dans toutes les régions, refusant de prendre part au Front de gauche, considéré comme « une nouvelle mouture de l'union de la gauche avec le PS » et qui mènerait in fine, selon LO, à la même politique que celle de la gauche plurielle[44].

De présidentielle en présidentielle

À la présidentielle de 2012, Nathalie Arthaud réalise un score faible (0,56 %), souffrant tout au long de la campagne de la comparaison avec sa prédécesseur selon la presse[45]. Cette élection correspond aussi au début du mouvement social qui agite l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois, où Jean-Pierre Mercier est l'un des négociateurs de la CGT. Une vingtaine de militants Lutte ouvrière présents notamment au sein de la CGT vont participer à l'animation de la contestation[46]. La médiatisation de ce mouvement installe Jean-Pierre Mercier aux devants de Lutte ouvrière dans les années qui suivent[47].

Après avoir fait 1,17 % aux européennes de 2014 et 1,47 % aux régionales de 2015, la candidature de Nathalie Arthaud à la présidentielle de 2017 est en hausse par rapport à 2012 avec 0,64 %. Alors qu'une étude démontre que jusqu'à deux tiers des électeurs de Nathalie Arthaud ou de Philippe Poutou ont préféré le vote utile en optant pour Jean-Luc Mélenchon à cette élection[48].

Les deux élections suivantes présentent des scores faibles : 0,7 % aux élections législatives de 2017, puis 0,78 % des suffrages lors des élections européennes de 2019[49],[50]. Mais à l'occasion des régionales de 2021, la stabilisation du nombre de voix par rapport à 2015, dans un contexte de très forte abstention, est perçue par la direction de LO comme le signe de la persistance d'un courant au sein de la population qui vise « le renversement du pouvoir de la grande bourgeoisie »[51].

En 2022, Nathalie Arthaud, candidate pour la troisième fois à une élection présidentielle, obtient le même pourcentage qu'en 2012, soit 0,56 %. Pour la première fois de l'histoire du parti dans cette élection, moins de 200 000 voix se sont portées sur leur candidature, ce qui peut s'expliquer par l'effet d'un vote utile très important en direction de la candidature de Jean-Luc Mélenchon parmi l'électorat habituel de Lutte ouvrière[52]. C'est la première fois qu'une candidate LO termine à la dernière position à cette élection. Aux législatives, deux mois plus tard, Lutte ouvrière réalise un score en hausse par rapport aux élections de 2017, avec 229 119 voix et 1,04 % des suffrages[53].

Dénomination

« Lutte ouvrière » est le nom d'usage de l'Union communiste (trotskyste)[54]. Le nom « Lutte ouvrière », qui vient de l'hebdomadaire édité par l'Union communiste, s'est, par métonymie, généralisé avec l'accord de la direction du parti, qui présente ses candidats aux élections sous cette dénomination. Le nom peut donc être considéré comme commun au parti et à son organe de presse officiel.

Presse et média

Lutte ouvrière

Lutte ouvrière
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Format Tabloïd
Genre Politique, journal d'opinion
Prix au numéro 1,20 
Diffusion 12 000 ex. (2020)
Date de fondation 1970
Ville d’édition Pantin

Propriétaire Éditions d'Avron
Directeur de publication Michel Rodinson
Directeur de la rédaction Michel Rodinson
ISSN 0024-7650
Site web journal.lutte-ouvriere.org

Lutte ouvrière est un hebdomadaire politique communiste.

Le journal prend le la succession de Voix ouvrière, fondé en 1962 et disparu, avec la dissolution de l'organisation, le .

Il est constitué de seize pages traitant des actualités politiques nationale et internationale, ainsi que des extraits des différents bulletins d'entreprises écrits et distribués chaque semaine par les militants de LO.

Sa devise est : « Prolétaires de tous les pays, unissons-nous ! ».

Lutte de classe

Lutte de classe, abrégé LDC, est un mensuel politique communiste.

Le premier numéro de La Lutte de classe sort le , sous l'impulsion du groupe constitué autour de Barta puis cesse de paraître après . La parution de la revue est ensuite relancée à partir de novembre 1956, avec la participation de Barta, avant de cesser début 1957. Publication relancée depuis , la présentation actuelle ainsi que la numérotation datent de 1993.

Cette revue est considérée comme l'organe théorique de l'organisation[55].

Il paraît avec une fréquence de huit numéros par an. Chaque année, un numéro spécial est publié avec les textes du congrès annuel de Lutte ouvrière.

De 1995 à sa suspension en , la Fraction L'Étincelle s'est exprimée par une tribune régulière dans la revue.

Radio La Bulle

En mai 1981, lors de l'essor des radios libres, LO créé Radio La Bulle sur la fréquence 89,3 MHz[56]. La fréquence émet six heures par jour jusque fin 1981[56]. Le thème musical est le Boléro de Maurice Ravel et le slogan est « Croquez la bulle ! »[57].

Principes et activités

Lutte ouvrière considère que tous les problèmes auxquels fait face l'humanité découlent de l’organisation capitaliste de la société et de la course au profit[58].

L'organisation et ses militants œuvrent pour ce faire à la création d’un parti communiste révolutionnaire[59]. Ce parti, qui serait dirigé par et pour la classe ouvrière, défendrait les intérêts des travailleurs à court terme (licenciements, chômage, salaires, conditions de travail et de logement) et à long terme (inégalités entre hommes et femmes, pollution, guerres, famines). Cette formation permettrait d'aider, dans un contexte révolutionnaire, à combattre et renverser l'« État bourgeois » afin de faire advenir une nouvelle organisation de la société, le communisme[59].

Fondements programmatiques

Lutte ouvrière estime que l’écart croissant entre les moyens techniques de plus en plus perfectionnés dont dispose l’humanité et la persistance, voire dans certaines régions l’aggravation, de la misère et des inégalités, rend possible et nécessaire le remplacement de la société capitaliste par une société communiste, c'est-à-dire par la mise en commun et le contrôle démocratique par l’ensemble de la population des capacités de production et d’échange dont dispose l’humanité pour assurer tous ses besoins.

Pour Lutte ouvrière, une société communiste serait bien éloignée de la caricature qu’en ont donnée les pays de l’Est et l’URSS, mais serait au contraire une société plus libre, plus démocratique que le capitalisme actuel, en donnant à l’ensemble de la population des moyens d’agir sur des choix qui seraient pris actuellement dans les conseils d’administration de banques ou de multinationales. Selon LO, les possibilités matérielles pour une telle société existent d’ores et déjà, ce qui n’était pas le cas dans la Russie de 1917.

Lutte ouvrière voit par ailleurs dans la classe ouvrière la seule force sociale qui ait à la fois la force et l’intérêt de prendre en main une telle réorganisation des mécanismes de production et de redistribution des richesses. LO estime qu’une telle transformation de la société ne pourra que résulter d’une confrontation entre « ceux qui n’ont que leur travail à vendre » et ceux qui détiennent les grands moyens de production. C’est pourquoi LO se dit révolutionnaire.

Lutte ouvrière revendique son héritage politique de Karl Marx et Friedrich Engels, qui ont analysé les rouages et contradictions internes du capitalisme naissant (valeur des marchandises, rôle de la classe ouvrière dans le processus de production), de Rosa Luxemburg, de Lénine, qui a conduit la révolution russe de 1917 et de Léon Trotski, qui a analysé les raisons de la dégénérescence de la révolution russe en bureaucratie stalinienne, l'échec des révolutions chinoises (25-27) et espagnole (36) ainsi que l'incapacité du mouvement ouvrier allemand à s'opposer à la montée du nazisme.

Dans la continuité de ces militants, Lutte ouvrière estime qu’il est nécessaire au prolétariat de disposer d’un parti qui défende ses intérêts. C’est ce parti, ouvrier, communiste, révolutionnaire, que LO cherche à construire.

Lutte ouvrière fait également sienne la formule de Marx « les prolétaires n’ont pas de patrie ». Pour Lutte ouvrière, l’internationalisme découle de l’organisation même de la société capitaliste, qui est déjà mondiale et met en relations tous les peuples de la planète. De ce fait, Lutte ouvrière estime qu’un bouleversement de l’ordre social actuel ne pourra être que mondial, et qu’il est de ce fait nécessaire aux militants qui travaillent à ce bouleversement de créer une nouvelle Internationale. Pour LO, aucun des regroupements internationaux existants ne peut prétendre à un tel titre, n’ayant ni le crédit, ni l’expérience, ni la force militante pour jouer un rôle véritable à l’échelle Internationale.

Liens internationaux

Lutte ouvrière est membre de l'Union communiste internationaliste (UCI), dont sont membres plusieurs groupes et partis politiques dans le monde.

Lutte ouvrière se réclame du trotskisme, qui est à ses yeux le seul courant communiste révolutionnaire à avoir toujours combattu le stalinisme, et à exister à l'échelle internationale. Cependant, contrairement à la plupart des autres groupes trotskistes, Lutte ouvrière estime qu'aucune des organisations internationales qui se nomment elles-mêmes Quatrième Internationale ne constitue une véritable internationale. De même que Lutte ouvrière milite en France pour la création d'un parti ouvrier communiste révolutionnaire, elle milite pour la construction d'une véritable internationale.

Propositions

Dans les élections, Lutte ouvrière défend les revendications dont elle estime qu’elles pourraient mettre un coup d’arrêt à la dégradation des conditions de vie de toute une partie pauvre de la population.

Elle affirme qu'il faut prendre sur les profits des grandes entreprises pour résoudre les trois problèmes principaux du monde du travail :

  • pour lutter contre le chômage, il faut interdire les licenciements et créer des emplois qui manquent dans les hôpitaux, les transports en commun, l'enseignement, le bâtiment, etc. ; il faut aussi répartir le travail entre tous sans perte de salaire, en prenant sur les profits ;
  • il faut augmenter les salaires, pensions de retraites à un niveau qui permette de vivre décemment, soit au moins 2000 euros par mois, et les indexer sur l'inflation réelle ;
  • il faut que l'État prenne en charge la construction des centaines de milliers de logements qui manquent.

Lors de l’élection présidentielle de 2007, Arlette Laguiller mit l'accent sur la nécessité que la population puisse contrôler les choix économiques des grandes entreprises, insistant sur le fait que « la gestion capitaliste des entreprises, menée dans le secret des conseils d’administration en fonction de la seule rentabilité financière, est non seulement catastrophique pour les travailleurs mais aussi pour toutes les autres couches populaires, et même pour toute la société » (Arlette Laguiller, Presles, ).

Lutte ouvrière défend depuis plusieurs années un « plan d'urgence » :

  • interdire les licenciements dans les entreprises qui font des profits et imposer le maintien des emplois en défalquant des profits les sommes nécessaires ;
  • imposer une augmentation de 300 euros de tous les salaires ;
  • mettre fin aux contrats précaires ;
  • rétablir l’impôt sur les bénéfices des sociétés à 50 % au moins et augmenter de façon importante l’imposition sur les hauts revenus ;
  • arrêter toute subvention, toute aide, au patronat sous quelque prétexte que ce soit, en consacrant l’argent ainsi économisé à embaucher du personnel dans les hôpitaux, dans l’enseignement, dans un grand service public de construction de logements sociaux.

Concernant toutes ces propositions, Lutte ouvrière affirme à chaque élection, dans les professions de foi, ses tracts, son journal, qu'elles ne constituent pas un programme électoral au sens où il suffirait d’élire un représentant pour qu’il soit appliqué, mais que par contre de telles revendications devraient être mises en avant lors d’une mobilisation des travailleurs (« Ces objectifs ne se réaliseront pas par la magie des résultats électoraux ou par des changements de majorité, mais par la lutte collective du monde du travail »).

Activités politiques

Selon Nathalie Arthaud[60], « être révolutionnaire ne veut pas dire attendre le grand soir les bras croisés. Être communiste révolutionnaire c’est militer au quotidien dans la classe ouvrière. C’est intervenir dans ses luttes des plus petites aux plus grandes pour que les travailleurs découvrent leurs capacités collectives. Mais c’est aussi y défendre des idées et des perspectives quand il ne s’y passe rien. C’est chaque jour poser une pierre à l’édifice du parti. »

Tournés principalement en direction des travailleurs et de la classe ouvrière, les militants de Lutte ouvrière cherchent donc à y mener un « travail de recrutement, de propagande et d’agitation révolutionnaire »[61].

Activité dans les entreprises

La principale activité de Lutte ouvrière consiste en l’organisation des travailleurs dans les entreprises[62]. Cette implication se fait notamment au travers du militantisme au sein des syndicats[63].

Apparus en 1956 du temps de Voix ouvrière[61], les bulletins d'entreprises sont le principe d'action le plus notable de Lutte ouvrière sur les lieux de travail. Ils sont constitués d'un édito national et au verso de brèves sur les conditions de travail au sein de l'entreprise, écrites par le groupe local d'entreprise[64]. Avec ces bulletins, les militants cherchent à faire vivre la lutte de classe en parlant des « méfaits et de l'exploitation » auxquels sont confrontés les travailleurs[H 10],[61]. Prenant une position proche de la base, il y est souvent fait état des conflits avec la maîtrise, les cadres et les managers[65]. La ligne des bulletins contredit généralement la stratégie des organisations syndicales, comme celle de la CGT[65]. Ces bulletins sont distribués toutes les deux semaines aux portes des entreprises où l'organisation est présente, traditionnellement par de jeunes militants[65].

En 2020, environ 500 000 travailleurs peuvent lire tous les 15 jours cette presse d’entreprise[réf. souhaitée].

Autres activités politiques

Lutte ouvrière entend également être présente « là où habitent les travailleurs, dans leurs quartiers, dans leurs communes », en diffusant sa presse et discutant avec eux[66],[67],[68],[69].

Lutte ouvrière soutient également de nombreux combats particuliers comme celui des « sans-papiers », d'associations comme Droit au logement, les mouvements féministes et de défense du droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

Concernant les discriminations à l'égard des homosexuels, Arlette Laguiller déclara en 2007 que « le refus de ce type de discriminations nous semble aller de soi pour des militants qui défendent des idées communistes »[70] ». Toutefois, en 1975, l'organisation affirma dans sa presse : « Nous pensons que c’est la société bourgeoise qui engendre l’égoïsme, l’individualisme et finalement le mépris pour les autres et les préjugés sociaux, dont le mépris envers les homosexuels fait partie. C’est à ce titre que nous combattons ce préjugé, comme nous combattons tous les autres. Mais il y a une distance entre cette lutte sans réserve contre les préjugés et le fait de parer l’homosexualité de vertus révolutionnaires, comme l’ont fait un certain nombre de « gauchistes », et d’y voir le fin du fin de la lutte contre la morale bourgeoise, en décrétant que l’homosexualité est tout aussi « normale » que l’hétérosexualité et que qui prétend le contraire est un arriéré plein de préjugés. Cela revient à idéaliser ce qui n’est, en très grande partie, qu’un des nombreux comportements aberrants engendrés par la société bourgeoise »[71]. Lutte ouvrière a aussi critiqué le Front homosexuel d'action révolutionnaire (1971-1974), considérant que ses publications sont « à la hauteur des graffitis de pissotière », reflétant l'« individualisme petit-bourgeois »[72]. Mais, depuis, LO prend systématiquement position pour défendre les libertés et les choix sexuels de chacun, dénonçant au contraire « L'homosexualité considérée comme vice bourgeois » qui était la doctrine des partis staliniens[73].

Dans l'émission Mots croisés d'Arlette Chabot diffusée le , Hardy déclarait : « Bien sûr, je suis favorable au Pacs. Je suis contre le mariage, mais les gens qui veulent se marier, je suis... Au contraire, il y a des gens qu'on empêche de se marier sous prétexte qu'ils n'ont pas les pratiques sexuelles de tout un chacun et de nos députés. Et bien je suis pour qu'ils aient ce droit ! »

Lutte ouvrière réclame la libération de Georges Ibrahim Abdallah, détenu en France depuis 1984[74].

Participation aux élections

Dans la tradition du mouvement communiste international, Lutte ouvrière participe aux élections dans la mesure de ses forces. À cette occasion, elle cherche à faire de la propagande pour ses idées, et notamment pour des mesures immédiates de défense des intérêts des travailleurs (voir les propositions ci-dessus). Elle cherche de plus à mesurer par-là son influence, et à estimer le moral et la combativité des travailleurs. Quand LO dispose d'élus (conseillers municipaux, conseillers régionaux, députés européens), son principe affiché est de soutenir les mesures qui lui semblent aller dans le sens des intérêts des travailleurs, et de voter contre celles qui dégradent leurs conditions de vie. Des comptes rendus des votes des élus sont par ailleurs rendus publics sur le site Internet de LO.

Fêtes et conférences

Crédit image :
BohwaZ
licence FAL 🛈
Vue de la fête de Lutte ouvrière en 2011 depuis la Grande Roue.

Fête de Lutte ouvrière

Lutte ouvrière organise également annuellement différentes fêtes politiques locales, dont la fête principale au niveau national est la fête de Lutte ouvrière, organisée tous les ans lors du week-end de la Pentecôte à Presles, une petite ville du Val-d'Oise située à 30 km au nord de Paris. Cette grande fête rassemble de 20 000 à 30 000 personnes dans le grand parc boisé de plusieurs hectares du château de Bellevue[75].

Dans les fêtes locales mais aussi pour la fête nationale, une grande place est faite à la culture, à la littérature et à la science. Des écrivains, intellectuels ou scientifiques viennent partager leurs connaissances avec les militants et sympathisants à l'occasion de conférences et d'interventions.

Lutte ouvrière accueille de nombreuses organisations d'extrême-gauche à ses fêtes et particulièrement lors de la fête nationale. Lors de cette fête, les groupes politiques venus de France, d'Europe, d'Afrique ou des États-Unis peuvent présenter et confronter leurs idées, et animer des débats dans un stand. Le stand le plus important revenant généralement à la Ligue communiste révolutionnaire puis au Nouveau parti anticapitaliste[H 25].

Cercle Léon Trotsky

Par ailleurs, Lutte ouvrière organise plusieurs fois par an des conférences sur des sujets de politique générale, d'actualité ou d'histoire. Ces conférences du cercle Léon Trotsky (CLT) ont lieu à la Maison de la Mutualité et rassemblent environ un millier de personnes. Elles sont ensuite éditées sous forme de brochures, vendues par l'organisation et ses militants.

Scissions de Lutte ouvrière

Durant les années 1970, Lutte ouvrière connaît des ruptures d'importances variables. Une première rupture est celle, en 1973, d'un militant parisien, « Bérard », qui signera la brochure « Rupture avec Lutte ouvrière et le trotskisme » (en réalité rédigée par le groupe Révolution internationale qu'il avait rejoint après sa sortie de LO[réf. nécessaire]). Cette brochure influence d'autres militants, comme ceux qui publient peu de temps après le texte « Pour que les travailleurs ne votent plus à gauche et ne se fassent plus massacrer, six militants quittent Lutte ouvrière ».

Union ouvrière

En 1974, une tendance oppositionnelle se constitue dans Lutte ouvrière, en particulier sur Bordeaux et Angoulême, à partir de la critique de la caractérisation de l'État soviétique comme « État ouvrier », considérant qu’il s’agissait en réalité d’un capitalisme d'État. Cette tendance publie plusieurs textes sur la nature du capitalisme, sur l'impérialisme, sur la Chine, fortement influencés par la lecture des « Grundrisse » (Fondements de la critique de l'économie politique), texte de Marx qui ne réduit pas le capitalisme à un système fondé uniquement sur la propriété privée. Cela conduit à un dialogue de sourds entre la majorité (qui demande à la minorité de dévoiler quelles sont les « conséquences pratiques » de ses positions) et la minorité (qui veut approfondir ses réflexions théoriques et refuse de fournir un contre-programme immédiat). Cela aboutit, le , à la diffusion au sein de l'organisation d'un texte intitulé « Table rase de la confusion ». À la suite de cette diffusion, la section de Lutte ouvrière de Bordeaux est dissoute le , et les oppositionnels se constituent en fraction indépendante qui publiera à partir de le journal « Union ouvrière, pour l'abolition de l'esclavage salarié ». L'Union ouvrière évolue ensuite vers des positions « ultragauches ». Union ouvrière disparaîtra en 1977, les militants se tournant vers le courant de l’autonomie ouvrière, certains créant le groupe Combat Pour l’Autonomie Ouvrière[76].

Combat communiste

Parallèlement, en , quatre sympathisants parisiens de l'opposition « capitaliste d'État » (dont un avait été exclu quelques mois auparavant pour avoir pris contact avec la maison d'édition du futur SWP britannique afin de traduire le livre de Tony Cliff, Le capitalisme d'État en Russie) se rendirent à Bordeaux mais ne purent rencontrer que deux « dirigeants » de la toute nouvelle Union ouvrière, ceux-ci se refusant non seulement à leur présenter les autres membres de leur tendance, mais surtout à indiquer sur quelles bases politiques précises ils comptaient constituer un nouveau groupe.

Contraints de créer une nouvelle « organisation » et un nouveau journal, les quatre fondateurs de CC recrutèrent progressivement une vingtaine de militants à Paris, Bordeaux et quelques autres villes, constituant le groupe Combat communiste[Note 4] qui publiera le journal mensuel du même nom[Note 5]. Combat communiste nouera des liens avec plusieurs organisations révolutionnaires étrangères, contribuera à la formation d'un groupe minuscule, l'OCRIA (Organisation des communistes révolutionnaires internationalistes d'Algérie), et publiera une demi-douzaine de bulletins d'entreprise, avant de disparaître en 1990. Il fut reproché à Combat communiste par les groupuscules « ultragauches » de l'époque d'être un « mini Lutte ouvrière » reproduisant les mêmes méthodes d'organisation (cellules d'entreprises, cercles sympathisants, bulletins d'entreprises, stages et cours de formation, adhésion au léninisme, etc.) et aussi les mêmes idées — à part sur la question de l'URSS. À sa décharge, on peut dire que le groupe tenta notamment une critique plus radicale de la fonction des syndicats et du stalinisme que LO ; qu'il essaya de donner une formation politique beaucoup moins dogmatique ; et qu'il essaya aussi dans sa presse et ses bulletins d'entreprise (du moins les premières années) de réintroduire la propagande socialiste de façon plus systématique et vivante. À la disparition du groupe, ou au fil des années précédant sa disparition, certains de ses militants rejoindront Lutte ouvrière, d'autres la LCR et d'autres mouvements communistes.

Fraction l'Étincelle

De 1996 à 2008, Lutte ouvrière comprend une petite fraction, nommée L’Étincelle. Cette fraction est née d'un désaccord sur l'évolution de l'ex-URSS à partir de 1989. D'autres désaccords sont apparus ensuite, notamment une critique des relations entretenues par la majorité avec les autres organisations de gauche et d'analyse des émeutes de 2005 dans les banlieues françaises. Elle obtient environ 3 % des voix lors du congrès annuel de l'organisation[Quand ?].

En 2008, la fraction conteste certains accords locaux entre Lutte ouvrière et le Parti socialiste. Elle élabore sa propre liste, à Wattrelos, dans le Nord, alors même que LO y constitue la sienne. Cet acte entraîne la suspension de l'ensemble de la fraction. S'ajoute aux griefs contre la fraction L'Étincelle sa participation au lancement du NPA aux côtés de la LCR. Réunis en conférence nationale le , les militants de LO votent une motion entérinant « la fin de toute relation entre Lutte ouvrière et le groupe nommé jusqu’à présent Fraction Lutte ouvrière - L’Étincelle »[77].

Accusations de sectarisme

Comme les autres organisations d'extrême gauche[Note 6], Lutte ouvrière est parfois accusée de sectarisme, c'est-à-dire de ne pas se tourner suffisamment vers les autres courants aux idées proches et de fonctionner repliée sur elle-même. Les accusations se portent également sur le fonctionnement même de Lutte ouvrière, extrêmement centralisé, occulte, imposant le secret des membres et l'usage des pseudonymes[78],[79],[80].

Externes

Parmi les critiques externes ayant accusé Lutte ouvrière, on peut citer :

  • Daniel Cohn-Bendit, Gabriel Cohn-Bendit et Libération dans un article[81]. Ils y affirment : « si quelqu'un se présentait et qu'on soupçonne derrière cette candidature les Témoins de Jéhovah ou l'Église de Scientologie, toute la presse écrite en parlerait. Par contre, presque rien sur l'Union communiste. Rien sur ses méthodes ultra clandestines, sur son sectarisme dénoncé par Jacques Morand (alias Illy, un des principaux responsables de ce parti avant d'en devenir l'opposant numéro 1), rien sur le gourou Hardy qui parle pendant des heures lors des congrès dans un silence religieux. » Cet article entraîne un procès en diffamation. Gabriel Cohn-Bendit, d'abord relaxé puis condamné en appel le , non pour avoir affirmé que Lutte ouvrière serait une « secte dirigée [...] par un gourou » (s'agissant plutôt d'une « insulte » politique, le droit français, très libéral sur le sujet, ne l'assimile pas à une « diffamation ») mais pour avoir affirmé que l'organisation obtenait un financement illégal d'entreprises[82] ;
  • Gérard Streiff (qui avait affirmé que « cette secte » tenait un « double discours ») et le journal L'Humanité, qui est relaxé lors d'un procès en diffamation[83] ;
  • « Contre le sectarisme de l'extrême gauche », article écrit par La Riposte, composée de militants se revendiquant trotskistes au sein du PCF[84].

Internes

Formulent aussi des critiques sur le sectarisme de Lutte ouvrière :

  • d'anciens militants de Lutte ouvrière exclus et ayant formé le courant Voix des travailleurs, qui est ensuite entré à la Ligue communiste révolutionnaire. Ils écrivent dans une brochure consacrée à expliquer leur exclusion : « Les militants à l'origine de notre tendance ont été exclus de Lutte ouvrière en pour avoir formulé la critique du cours sectaire de sa direction, son repli sur elle-même. »
  • Bernard Seytre, un ancien militant de LO[85] ; selon L'Express, « Bernard Seytre confirme la discipline de fer qui rythme la vie de l'organisation trotskiste, dont les cadres n'ont pas le droit d'avoir d'enfant, sous peine d'exclusion. »[86]. L'évocation de ces critiques amène Arlette Laguiller à fondre en larmes le , sur RTL. Dans l'émission Ne le répétez pas, en larmes elle interpelle le présentateur : « Ce que vous avez fait n’est pas honnête ! ». Plus tard elle s'expliquera[87]: « J'avais été invitée à une émission pour parler de mon livre et je me suis retrouvée devant un procureur qui faisait témoigner un intervenant (Bernard Seytre) refusant de dire son nom à l'antenne pour des raisons liées à son travail, alors que le journaliste (Emmanuel Chain) faisait mine de ne pas comprendre que nous protégions nos camarades par des pseudonymes (pour les mêmes raisons). »

Réponses à ces accusations

Selon Christophe Bourseiller, journaliste spécialiste des mouvements, organisations et partis d'extrême gauche :

  • « L'union communiste n'est évidemment pas une secte au sens où l'on évoque des sociétés religieuses fermées, exerçant sur leurs membres d'intolérables pressions psychologiques ou financières. Il s'agit d'un mouvement politique, qui s'est constitué dans la période la plus noire de notre histoire et a résolu de faire face, contre vents et marées, dans le but de s'inscrire dans la durée. »
  • « Vous niez que Lutte ouvrière présente des caractéristiques sectaires. J'avoue partager sur ce point votre sentiment. Je ne pense pas que votre organisation puisse être sérieusement jugée à l'aune des "nouveaux mouvements religieux". »

Selon l'ethnologue Maurice Duval, « dire que ce mouvement de la gauche radicale est « une secte », ce n'est pas argumenter légitimement contre ses idées, mais c'est suggérer qu'il est malfaisant, malsain et que sa disparition serait souhaitable ». Pour lui, la qualification des groupes contestataires radicaux de « sectes » est un support de l'idéologie néolibérale, et il souligne que « le procédé qui consiste à utiliser le discours sur les « sectes » pour créer de la peur et du consensus est très français »[88].

Le principal dirigeant de Lutte ouvrière, Robert Barcia, alias Hardy, a publié un livre d'entretiens : La Véritable Histoire de Lutte ouvrière, qui contient des réponses à ces accusations. Il affirme :

  • « Lutte ouvrière n'est évidemment pas une secte. Ceux qui disent ou suggèrent hypocritement cela seraient bien en peine d'expliquer en quoi notre mouvement aurait les caractéristiques d'une secte. Nous ne lavons pas le cerveau de nos adhérents, nous ne les faisons pas rompre avec leur famille, nous ne nous approprions pas leurs biens, s'ils en ont. Chacun d'eux peut nous quitter quand il le veut sans qu'aucune pression ne s’exerce sur lui avant ou après. Nous ne vivons pas en collectivité. Nous n'avons pas inventé une religion à nous, plus ou moins ésotérique ou mystique. »
  • « C'est à ceux qui affirment que nous sommes une secte de le justifier, plutôt qu'à nous de prouver le contraire. Mais ceux-là jouent sur le fait qu'un mensonge qui ne repose sur rien de concret et de tangible est d'autant plus difficile à démonter et à réfuter. Et un mensonge répété et repris mille fois passe pour une vérité. »
  • « Être clandestin c'est vivre sous une fausse identité, ce qui n'est le cas d'aucun de nos camarades et ne l'a jamais été depuis la guerre. Le siège de Voix ouvrière et de Lutte ouvrière n'a jamais été secret. »
  • « Nous sommes parfaitement légaux. Par exemple nos finances sont contrôlées chaque année par l'administration, qui publie notre bilan, comme celui de toutes les organisations politiques, au Journal officiel. De plus, nous touchons une subvention proportionnelle aux voix obtenues aux législatives. Comment l'État subventionnerait-il un « groupe clandestin » ? Et à quelle adresse ? »
  • « Je porte un pseudonyme comme nombre de militants trotskistes ou anarchistes, et aussi comme beaucoup d'acteurs, d'écrivains, ou encore de journalistes. Pour ces derniers il est impossible d'obtenir leur véritable identité. Il n'y a qu'un juge d'instruction qui le peut. »

Résultats électoraux

Élections présidentielles

Année Candidate 1er tour Rang
% Voix
1974 Arlette Laguiller 2,33 601 519 5e (sur 12)
1981 2,30 668 057 6e (sur 10)
1988 1,99 606 017 8e (sur 9)
1995 5,30 1 615 552 6e (sur 9)
2002 5,72 1 630 045 5e (sur 16)
2007 1,33 487 857 9e (sur 12)
2012 Nathalie Arthaud 0,56 202 561 9e (sur 10)
2017 0,64 232 384 10e (sur 11)
2022 0,56 197 094 12e (sur 12)

Élections législatives

Année 1er tour Sièges
Voix %
1973 194 889 2,29
0  /  490
1978 474 378 1,70
0  /  491
1981 99 185 1,11
0  /  491
1986 173 759 0,63
0  /  577
1988 Aucun candidat[Note 7]
1993 227 900 2,15
0  /  577
1997 421 877 3,86
0  /  577
2002 301 984 1,20
0  /  577
2007 218 264 0,86
0  /  577
2012 126 522 0,51
0  /  577
2017 159 470 0,72
0  /  577
2022 229 119 1,04
0  /  577

Élections européennes

Année Voix % Sièges Rang Tête de liste nationale Groupe
1979a  623 633 3,08
0  /  81
6e Arlette Laguiller
1984 417 702 2,07
0  /  81
7e Arlette Laguiller
1989 258 663 1,43
0  /  81
8e Arlette Laguiller
1994 442 723 2,27
0  /  87
10e Arlette Laguiller
1999a  914 680 5,18
3  /  87
9e Arlette Laguiller GUE/NGL
2004a  440 134 2,60
0  /  74
8e
2009 205 975 1,20
0  /  74
11e
2014 222 491 1,17
0  /  74
10e
2019 176 339 0,78
0  /  79
14e Nathalie Arthaud

a Liste commune avec la LCR, qui en 1999 remporte quant à elle, deux sièges.

Élections régionales

Année Voix 1er tour Conseillers Présidents
1986b  226 126[89] 1,84
0  /  1749
0  /  26
1992b  215 162[89] 1,84
0  /  1749
0  /  26
1998b  782 727[89] 4,50
20  /  1749
0  /  26
2004b  1 077 824[89] 4,58
0  /  1749
0  /  26
2010 206 314[90] 1,09
0  /  1749
0  /  26
2015 320 054 1,47
0  /  1722
0  /  26
2021 319 912 2,16
0  /  1722
0  /  26

b Liste commune avec la LCR.

Élections départementales

Année 1er tour Conseillers Présidents
2001 5,01 %
0  /  1997
0  /  100
2004 3,44 %
0  /  2034
0  /  100
2008
0  /  2020
0  /  100
2011
0  /  2026
0  /  101
2015
0  /  4108
0  /  98
2021
0  /  4108
0  /  98

Élections municipales

Année Nombre de listes Voix % Élus
1977 56 listes LO-LCR-OCT 91 668 3,78 % 0
1983 80 listes LO-LCR 62 235 2,16 % 0
1989 13 listes[23] 8 798 0,03 % 2
1995 52 listes 41 059 2,80 % 7
2001 128 listes[91] 120 784 4,37 % 33
2008 186 listes, dont 69 listes unitaires 52 008 (hors listes unitaires) 1,91 % (hors listes unitaires) 79 (dont 65 sur les listes unitaires)
2014 204 listes[92] 71 964 1,88 % 10
2020 260 listes[93] 46 118 1,49 % 16

Élus et personnalités

Fondateurs
Porte-parole
Élus
Autres
  • Fabien Engelmann, militant à LO de 2001 à 2008, avant de rejoindre le NPA en 2009 puis le FN en 2010.
  • Thierry Jonquet, écrivain ayant raconté son expérience de militant d'extrême gauche dans le livre Rouge c'est la vie.
  • Philippe Poutou, militant de LO dans sa jeunesse, avant de rejoindre le NPA.
  • Georges Kuzmanovic, militant de LO dans sa jeunesse, avant de rejoindre le Parti de Gauche.

Notes et références

Notes

Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Fête de Lutte ouvrière » (voir la liste des auteurs).
  1. Cette tendance internationaliste du Parti socialiste ouvrier et paysan est celle de Daniel Guerin[M 3].
  2. Voir la section Accusations de sectarisme.
  3. La répartition des sièges à la représentation proportionnelle entre toutes les listes ayant atteint un seuil de 5 % des suffrages exprimés au terme d'un unique a été remplacé par un système mixte, avec un deuxième tour auquel ne sont admises que les listes ayant atteint un seuil de 10 % des suffrages exprimés au premier tour, avec possibilité de fusionner avec celles ayant obtenu au moins 5 %.
  4. Les informations concernant Combat communiste sont tirées de l'expérience de son auteur cofondateur de Combat communiste, et membre de ce groupe de 1975 à 1981, et d'un article publié dans Contre le courant, revue du groupe, et intitulé « Bilan d'une exclusion »
  5. Les informations concernant Combat communiste sont tirées de l'expérience de son auteur, cofondateur et membre de ce groupe de 1975 à 1981, et d'un article publié dans la revue Contre le courant, intitulé « Bilan d'une exclusion » à paraître sur le site mondialisme.org dans la rubrique « Ni patrie ni frontières ». On trouvera d'ailleurs sur ce site plusieurs textes du groupe Combat communiste concernant l'évolution de l'extrême gauche de 1968 à 1988
  6. Toutes les organisations d'extrême gauche sont accusées de sectarisme par leurs adversaires politiques. Ainsi, concernant le NPA ou la LCR, on peut citer Jean-Luc Mélenchon, qui souligne « le sectarisme du NPA à l'égard du PCF » dans 20 Minutes du 6 mars 2009 ; selon Le Figaro, « Le PCF accuse Besancenot de sectarisme » ; le sénateur Henri Weber parle de « sectarisme débouchant sur l'impuissance » ; Philippe Cohen parle de « prétexte sectaire » dans Marianne ; le journal Res publica évoque « la ligne sectaire de Krivine et Besancenot ». Le même qualificatif a été utilisé pour Les Verts par Jean Saint-Josse : « Le parti des Verts est sectaire au sens de secte et il faut le punir ».
  7. Lutte ouvrière décide de ne pas participer aux législatives de 1988 à la suite de l'échec d'un accord électoral avec le Parti communiste français et parce que l'organisation considère ces élections comme « sans enjeux »[22].

Références

Références extraites d'ouvrages

  1. Barcia 2003, p. 85
  2. Barcia 2003, p. 79-80
  3. Barcia 2003, p. 132
  4. Barcia 2003, p. 118
  5. Barcia 2003, p. 131
  6. Barcia 2003, p. 125-126
  7. Barcia 2003, p. 141
  8. Barcia 2003, p. 169
  9. Barcia 2003, p. 170
  10. a et b Barcia 2003, p. 171
  11. Barcia 2003, p. 172-173
  12. Barcia 2003, p. 182
  13. Barcia 2003, p. 175
  14. Barcia 2003, p. 191
  15. Barcia 2003, p. 198
  16. a b et c Barcia 2003, p. 196-197
  17. Barcia 2003, p. 214-215
  18. a et b Barcia 2003, p. 216
  19. a et b Barcia 2003, p. 218
  20. Barcia 2003, p. 232
  21. Barcia 2003, p. 294-296
  22. Barcia 2003, p. 298
  23. Barcia 2003, p. 301
  24. Barcia 2003, p. 302
  25. Barcia 2003, p. 231
  1. Bois 2020, p. 16
  1. a b et c Laguiller 2021, p. 160-161
  2. a et b Laguiller 2021, p. 171
  3. Laguiller 2021, p. 163
  1. Moyon 1993, p. 8-9
  2. Moyon 1993, p. 10
  3. a et b Moyon 1993, p. 11
  4. a b et c Moyon 1993, p. 12
  5. a et b Moyon 1993, p. 13
  6. Moyon 1993, p. 14
  7. Moyon 1993, p. 15
  8. Moyon 1993, p. 17
  9. Moyon 1993, p. 20
  10. Moyon 1993, p. 29
  11. Moyon 1993, p. 30
  12. Moyon 1993, p. 33
  13. Moyon 1993, p. 37-38
  14. a et b Moyon 1993, p. 39

Autres références

  1. « Lutte ouvrière », sur Franceinfo (consulté le ).
  2. (en) « European Social Survey. Appendix A3 political parties », sur europeansocialsurvey.org, (consulté le ).
  3. a et b « Le communisme », sur lutte-ouvriere.org.
  4. « Renverser le capitalisme », sur lutte-ouvriere.org.
  5. « LO et les combats féministes », sur lutte-ouvriere.org.
  6. « La France, dernier pays du trotskisme », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  7. Rodolphe Prager et Claude Pennetier, « Notice Korner Louise dite Irène, dite Louise Barta, dite Klara en Roumanie » (consulté le )
  8. Barta, La lutte contre la deuxième guerre Impérialiste mondiale, (lire en ligne)
  9. Barta, Vive l'armée rouge des ouvriers et des paysans !, (lire en ligne).
  10. « Lutte de Classe », sur www.union-communiste.org (consulté le )
  11. « Décès de Pierre Bois, figure historique de Lutte ouvrière », sur lemonde.fr (consulté le )
  12. a et b « Les élections législatives de mars », Lutte de classe, no 2,‎ (lire en ligne)
  13. « Les gauchistes et les élections présidentielles », Lutte de classe, no 19,‎ (lire en ligne)
  14. « Décision n° 69-20 PDR du 3 juin 1969 », sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  15. « Arlette Laguiller – campagne électorale officielle : élection présidentielle 1er tour - 20.04.1974 », sur ina.fr (consulté le ).
  16. « Décision no 74-30 PDR du 7 mai 1974 », sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  17. « L'extrême gauche dans la campagne », Lutte de classe, no 52,‎ (lire en ligne)
  18. « La liste Pour les États unis socialistes d'Europe marque une étape dans le rapprochement des courants trotskistes », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. « Les élections européennes 7-10 juin 1979 », Courrier hebdomadaire du CRISP, no 861,‎ , p. 1–28 (ISSN 0008-9664, lire en ligne, consulté le ).
  20. « Décision no 81-45 PDR du 29 avril 1981 », sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  21. « Décision no 88-56 PDR du 27 avril 1988 », sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).
  22. a et b Colette Bernard, « Lutte ouvrière ne présentera pas de candidats », Lutte ouvrière, no 1043,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  23. a et b « Les résultats de Lutte ouvrière », Lutte ouvrière, no 1085,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  24. « Arlette Laguiller candidate à la présidentielle pour la sixième fois », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  25. a et b « Les résultats des listes Lutte ouvrière « Pour un plan de défense des travailleurs et des chômeurs » », Lutte ouvrière, no 1406,‎ (lire en ligne)
  26. « Les résultats LO-LCR », Lutte de classe, no 57,‎ (lire en ligne)
  27. a et b « Les banderilles d'Arlette Laguiller », sur nouvelobs.com, (consulté le )
  28. Christophe Forcari, « Laguiller éconduit Besancenot », sur liberation.fr, (consulté le ).
  29. a et b « L'ambiguïté d'Arlette », sur leparisien.fr, (consulté le )
  30. a et b « Second tour. L'extrême gauche ne sait sur quel pied danser », sur letelegramme.fr, (consulté le )
  31. « LO-LCR: partis confus », sur liberation.fr, (consulté le )
  32. Vincent Tiberj, « L'extrême gauche électorale : une résistible ascension ? », dans Pascal Perrineau (dir.), Atlas électoral 2007. Qui vote quoi, où et comment ?, Presses de Sciences Po, (DOI 10.3917/scpo.perri.2007.01.0041), p. 41-44
  33. « Motion : Elections 2004, pour des listes communes LO-LCR », Lutte de classe, no 77,‎ décembre 2003-janvier 2004 (lire en ligne)
  34. Daniel Boy et Jean Chiche, « L'échec électoral de la « gauche non socialiste » », dans Pascal Perrineau (dir.), Le vote de rupture. Les élections présidentielle et législatives d'avril-juin 2007, Presses de Sciences Po, (DOI 10.3917/scpo.perri.2008.01.0197), p. 197-212
  35. Michel Bussi et Jérôme Fourquet, « Élection présidentielle 2007 : Neuf cartes pour comprendre », Revue française de science politique, vol. 57,‎ 2007/3-4, p. 423 (DOI 10.3917/rfsp.573.0411)
  36. a et b « Lutte ouvrière exclut des militants séduits par le NPA », sur liberation.fr, (consulté le )
  37. Rodolphe Geisler, « Extrême gauche : le torchon brûle entre la LCR et LO », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  38. Sylvia Zappi, « Lutte ouvrière négocie des alliances avec le PCF et le PS », sur lemonde.fr, (consulté le )
  39. « Les résultats des listes Lutte ouvrière : les élus », Lutte ouvrière, no 2067,‎ (lire en ligne)
  40. « LO se retire des listes d'union PS qui fusionnent avec le MoDem », sur lemonde.fr (consulté le )
  41. « Bye bye Arlette, hello Nathalie », sur leparisien.fr, (consulté le )
  42. « Nathalie Arthaud, 38 ans, en piste pour remplacer Arlette Laguiller », sur lemonde.fr, (consulté le )
  43. « Lutte ouvrière : les Européennes sans Arlette », sur leparisien.fr, (consulté le )
  44. Stéphane Alliès, « Faute d'accord majoritaire, le NPA part en ordre dispersé aux régionales » Accès payant, sur mediapart.fr, (consulté le ).
  45. « Le résultat de Nathalie Arthaud à la présidentielle », (consulté le )
  46. Raphaëlle Besse Desmoulières, « Jean-Pierre Mercier, le stratège de la CGT à Aulnay » Accès payant, sur lemonde.fr, (consulté le )
  47. Mathieu Dejean, « « Comme des lions » : plongée dans la lutte des ouvriers de PSA-Aulnay », (consulté le )
  48. Manuel Cervera-Marzal, Le populisme de gauche, La Découverte, coll. « Sciences humaines », , p. 237
  49. Carine Janin, « Candidats aux européennes, des partis révolutionnaires veulent la fin du capitalisme », sur Ouest-France, (consulté le ).
  50. « Européennes : quels sont les scores des listes qui ont fait moins de 5 % en France ? », sur France Info, (consulté le ).
  51. « Communiqué de Lutte ouvrière : Un courant bien vivant dans l'électorat ouvrier », sur lutte-ouvriere.org, (consulté le )
  52. Jean-Yves Dormagen, Stéphane Fournier et Guillaume Tricard, « Trois blocs et deux perdants », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne Accès payant)
  53. « Les résultats de Lutte ouvrière », sur lutte-ouvriere.org (consulté le )
  54. Jean-Jacques Marie, Le trotskysme et les trotskystes, Armand Colin, , 224 p. (ISBN 978-2-200-35621-7, lire en ligne), « La définition de Lutte ouvrière par elle-même », p. 127.
  55. Jean-Louis Margolin, « Lutte Ouvrière : Le charme discret de la tradition trotskyste », Espaces Temps, no 9,‎ , p. 82 (DOI 10.3406/espat.1978.3008)
  56. a et b « Radio La Bulle (75) », sur schoop.fr (consulté le )
  57. Christophe Bourseiller, Mémoires d'un inclassable, Albin Michel, , p. 95
  58. « Présentation », sur lutte-ouvrière.org (consulté le )
  59. a et b « Pourquoi faut-il un parti communiste révolutionnaire ? », sur lutte-ouvriere.org (consulté le )
  60. « 1917-2017 : la révolution russe. Pour changer le monde, les travailleurs au pouvoir », Cercle Léon Trotsky, no 150,‎ (lire en ligne)
  61. a b et c Ludivine Bantigny, « Arlette Laguiller : femme, communiste, révolutionnaire », dans Michel Winock (éd.), Les figures de proue de la gauche depuis 1789, Perrin, (DOI perri.winoc.2019.01.0401), p. 404
  62. Madeleine Meteyer, « NPA, Lutte ouvrière, le PCF, «insoumis» : ce qui les différencie », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  63. « Nos activités dans les entreprises », sur lutte-ouvriere.org (consulté le )
  64. « Presse, publications », sur lutte-ouvriere.org (consulté le )
  65. a b et c Paul Boulland, Nathalie Ethuin et Julian Mischi, « Les disqualifications des gauchistes au sein du PCF. Enjeux sociologiques et stratégiques », Savoir/Agir, vol. 6, no 4,‎ , p. 35 (DOI 10.3917/sava.006.0029)
  66. Damien Le-Thanh, « Lutte ouvrière bat le pavé », sur Aisnenouvelle.fr, (sur l'Internet Archive).
  67. « Lutte ouvrière : les militants prennent le pouls des salariés », sur lunion.presse.fr, (consulté le ).
  68. « Avis de tempête sociale », sur paris-normandie.fr, (consulté le ).
  69. « http://ubacto.com/la-une-la-rochelle/-100503.shtml »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?).
  70. « Le point de vue des candidats aux élections présidentielles sur l'homosexualité », sur HopenU, (consulté le ).
  71. Lutte ouvrière no 338, 18 février 1975 (réponse à un courrier de lecteur).
  72. Benoît Bréville, « Homosexuels et subversifs », Manière de voir, no 118,‎ , p. 14-17.
  73. « Contre les discriminations de tous genres », sur Lutte Ouvrière : Le Journal (consulté le ).
  74. « Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah ! », sur Lutte Ouvrière : Le Journal, (consulté le ).
  75. « Presles : près de 30 000 personnes attendues à la fête de Lutte Ouvrière », Le Parisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  76. Supplément au no 6 de Combat Pour l’Autonomie Ouvrière, juin 1978, p. 2.
  77. « Après la Conférence nationale de Lutte Ouvrière du 21 septembre », Lutte ouvrière - Le journal, 24 septembre 2008.
  78. « Elections françaises: Arlette fêtée comme un star », sur DH.net,
  79. Christophe Forcari, « Une organisation bolchévique, opaque et rigide », sur Libération,
  80. François Koch, « Arlette et ses gardes rouges », sur L'Express,
  81. Daniel Cohn-Bendit et Gabriel Cohn-Bendit, « Arlette n'est pas une sainte. », sur Libération.fr, (consulté le ).
  82. « Gabriel Cohn-Benditet Libé condamnés », sur L'Obs, .
  83. « Arlette Laguiller n'aime pas le débat », sur humanite.presse.fr.
  84. « contre le sectarisme de l'extrême gauche », sur lariposte.com.
  85. France 2, Mots croisés, présenté par Arlette Chabot, 10 février 2003 INA
  86. François Koch, « La chute d'Arlette », sur L'Express, .
  87. « RTL info, sports, loisirs et musique »(Archive.org • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?) (consulté le ).
  88. Maurice Duval, « Des peurs collectives : Le discours anti-secte comme support de l'idéologie néolibérale », L'Homme et la société,‎ , p. 65–78 (ISSN 0018-4306, lire en ligne, consulté le ).
  89. a b c et d « Les résultats électoraux de Lutte Ouvrière depuis 1973 », Lutte de classe, no 82,‎ (lire en ligne)
  90. « Les résultats de Lutte Ouvrière », sur journal.lutte-ouvriere.org (consulté le )
  91. « Lutte Ouvrière et les Municipales à venir », Lutte Ouvrière, no 2051, 22 novembre 2007.
  92. « Résultats électoraux », sur lutte-ouvriere.org.
  93. « Annexe - Les élections municipales », Lutte de classe,‎ (lire en ligne).

Voir aussi

Bibliographie

Ouvrages écrits par des membres de Lutte ouvrière
  • Robert Barcia, La Véritable histoire de Lutte ouvrière : Entretiens avec Christophe Bourseiller, Paris, Denoël, , 326 p.
  • Pierre Bois, Une vie de militant ouvrier communiste révolutionnaire, Pantin, Les Bons caractères, , 222 p.
  • Thierry Jonquet, Rouge, c'est la vie, Seuil, , 174 p.
  • Arlette Laguiller, Une travailleuse révolutionnaire dans la campagne présidentielle, Lutte ouvrière, , 163 p.
  • Arlette Laguiller, Mon communisme, Plon, , 200 p.
  • Arlette Laguiller, Toujours militante, Les Bons caractères, coll. « Souvenirs de militants ouvriers », , 200 p.
Autres ouvrages
  • François Koch, La vraie nature d'Arlette, Paris, Seuil, , 136 p.
  • Richard Moyon, « Barta », Cahiers Léon Trotsky, Institut Léon Trotsky, no 49,‎ , p. 8-41 (lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes