Guillaume Peltier

Guillaume Peltier
Illustration.
Guillaume Peltier en 2016.
Fonctions
Vice-président de Reconquête
En fonction depuis le
(15 jours)
Avec Jérôme Rivière
Prédécesseur Fonction créée
Conseiller départemental du Loir-et-Cher
En fonction depuis le
(6 mois et 24 jours)
Avec Virginie Verneret
Élection 27 juin 2021
Circonscription Canton de Chambord
Prédécesseur Gilles Clément
Député français
En fonction depuis le
(4 ans, 7 mois et 4 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 2e de Loir-et-Cher
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LR (2017-2022)
NI (depuis 2022)
Prédécesseur Patrice Martin-Lalande
Vice-président des Républicains[a]

(2 ans, 1 mois et 14 jours)
Président Christian Jacob
Prédécesseur Jean Leonetti
Successeur Annie Genevard[b]
Porte-parole des Républicains

(1 an, 11 mois et 7 jours)
Avec Guillaume Larrivé
Valérie Debord
Brigitte Kuster
Président Nicolas Sarkozy
Laurent Wauquiez
Prédécesseur Sébastien Huyghe
Lydia Guirous
Successeur Lydia Guirous
Gilles Platret
Laurence Sailliet
Conseiller régional du Centre-Val de Loire

(5 ans, 6 mois et 14 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président François Bonneau
Groupe politique Les Républicains (président)
Président de la communauté de communes de la Sologne des Étangs

(3 ans, 3 mois et 13 jours)
Prédécesseur Claude Beaufils
Successeur Jean-Pierre Guémon
Maire de Neung-sur-Beuvron

(3 ans, 3 mois et 13 jours)
Prédécesseur Michel Legourd
Successeur Édith Bresson
Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique FN (1996-1998)
MNR (1998-2000)
MPF (2001-2008)
UMP (2009-2015)
LR (2015-2022)
REC (depuis 2022)
Diplômé de Université Paris-Sorbonne
Profession Professeur de lycée en histoire-géographie, consultant en communication

Guillaume Peltier
Maires de Neung-sur-Beuvron

Guillaume Peltier, né le à Paris, est un homme politique français.

Au début de sa carrière, il enseigne l'histoire-géographie en lycée. Ensuite, en complément de sa vie politique, il devient consultant en communication et chroniqueur politique.

Il commence sa vie politique très jeune par un passage au Front national de la jeunesse puis au Mouvement national républicain de Bruno Mégret. En 2001, l'année de ses 25 ans, il adhère au Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, où il occupe notamment la fonction de secrétaire général. En 2009, il opte pour l'Union pour un mouvement populaire (UMP) – devenue ultérieurement Les Républicains (LR). Avec Geoffroy Didier, il fonde au sein de l’UMP le mouvement La Droite forte, qui arrive en tête du congrès de de 2012.

Il devient maire de Neung-sur-Beuvron et président de la communauté de communes de la Sologne des Étangs en 2014, fonctions qu'il quitte en 2017 après avoir été élu député dans la 2e circonscription de Loir-et-Cher. Il est également élu conseiller départemental de Loir-et-Cher dans le canton de Chambord en 2021.

À la suite de l'élection de Christian Jacob à la tête de LR en 2019, il devient vice-président délégué (« numéro deux ») du parti jusqu'en et reste un de ses vice-présidents jusqu'en .

En , il rejoint Éric Zemmour pour sa campagne présidentielle et devient le porte-parole du candidat ainsi que le vice-président de son parti, Reconquête. Ce ralliement conduit à son exclusion immédiate de LR et de son groupe parlementaire.

Situation personnelle

Jeunesse et famille

Guillaume Peltier grandit en banlieue parisienne dans une HLM de la porte de Vanves, au sein d'une famille de classe moyenne et de sensibilité de gauche[1] ; son père est artisan plombier et sa mère laborantine[2]. Il est étudiant en hypokhâgne au lycée Blomet (École normale catholique), en khâgne au lycée Lakanal à Sceaux (1995), puis à la Sorbonne (licence d'histoire en 1997 et maîtrise en 1998), avant de devenir professeur certifié d'histoire-géographie en . Il milite à l'UNI. Il est père de quatre enfants.

Carrière professionnelle

En , il est lauréat du CAPES. Il quitte ses engagements associatifs et politiques et est nommé professeur d’histoire-géographie au lycée public Philippe-Lebon à Joinville, dans la Haute-Marne. En , il est nommé professeur à Épernay.

En , il crée sa propre EURL de communication politique, institutionnelle et d'entreprise[3], baptisée Com1+ et dont les bureaux sont situés avenue de Grammont, à Tours[4]. Cette société publie La Lettre de l'opinion, un magazine numérique bimensuel de décryptage des enquêtes d’opinion[5]. En 2012, l’entreprise emploie près d'une dizaine de salariés et présente un chiffre d'affaires supérieur à un million d'euros[6].

À partir d', Guillaume Peltier devient intervenant à l'université d'Orléans en master 2 pour un cours intitulé « Conseil politique et communication »[7].

Il est invité permanent de la chronique politique de Ruth Elkrief sur BFM TV et d'Olivier Galzi sur i>Télé à partir de , Guillaume Peltier débat chaque semaine face à ses homologues du Parti socialiste. Chaque samedi, il affronte ainsi François Kalfon, spécialiste opinion du PS, dans le cadre de l'émission le Match de l'opinion[8].

Le , une perquisition a lieu à son domicile de Neung-sur-Beuvron dans le cadre d'une enquête pour délit de favoritisme et prise illégale d'intérêts présumé et de soupçons de non-respect par la ville de Menton des règles d'attribution des marchés, dossier dans lequel serait également impliqué Bygmalion (chacun aurait répondu à deux marchés semblables se situant juste en dessous du seuil de 15 000 euros qui aurait obligé à une mise en concurrence)[9],[10]. Le , il est placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête pour délits présumés de favoritisme et prise illégale d'intérêts à la mairie de Menton[11]. La plainte qui est à l'origine de cette affaire est jugée « inepte » par Jean-Claude Guibal, maire de Menton. Aucune charge n’est finalement retenue contre lui[12].

Parcours politique

Débuts en politique au FN (1996-1998)

Guillaume Peltier adhère en 1996 au Front national de la jeunesse (FNJ), mouvement de jeunesse du Front national[1]. Sous la direction de Samuel Maréchal, père de Marion Maréchal-Le Pen, il est chargé de capter les jeunes catholiques traditionalistes courtisés par Bernard Antony. En 1996, il fonde avec Nicolas Bay l'association Jeunesse Action Chrétienté, un mouvement proche de l'organisation Ichtus[1] qui se mobilise contre le PACS et l'euthanasie.

En 1998, aux côtés de Jean-Yves Le Gallou ou Jean Haudry, il participe à un numéro de la revue Offensive pour une Europe enracinée, qui s'attache à démontrer que l'Europe tire ses racines de « la grande civilisation originelle et commune indo-européenne »[13].

Membre du MNR (1998-2000)

Guillaume Peltier quitte le Front national en , déclarant ne pas vouloir se rendre « complice » de la croisade antimégrétiste[14].

Après la scission entre Jean-Marie Le Pen et Bruno Mégret, Guillaume Peltier prend parti pour le second et assiste au congrès fondateur du MNR à Marignane[1],[15],[16]. Il entre à la direction du Mouvement national de la jeunesse, l'organisation de la jeunesse du parti mégrétiste, en compagnie de Philippe Schleiter[17]. En , il participe à la fondation du Front de la jeunesse[18].

Il est également, pendant quelques mois en 2000, secrétaire général de l'Alliance avec les chrétiens en politique (ACEP), une association politique de laïcs chrétiens, d'esprit œcuménique, dont il a été exclu.

Mouvement pour la France (2000-2008)

Guillaume Peltier à un meeting du MPF le , à Paris.

En , il se présente à Épernay sur la liste divers droite conduite par Franck Leroy. Après avoir approché Charles Millon, il rencontre en 2000 Philippe de Villiers[1]. Celui-ci le nomme responsable des jeunes du MPF l’année suivante, en 2001[1].

Il se met alors en congé de l'Éducation nationale et devient permanent du MPF[1]. Il est également nommé assistant parlementaire du député européen Thierry de La Perrière.

De 2001 à 2006, il est le premier président des Jeunes pour la France[19]. En 2002, après avoir obtenu 2,89 % des suffrages exprimés aux élections législatives dans la sixième circonscription de la Marne, il est condamné à un an d'inéligibilité par le Conseil constitutionnel, qui avait été saisi par la Commission nationale des comptes de campagne[20].

En 2003, il devient secrétaire général du MPF[1] en remplacement de Thierry de La Perrière[21], et conduit la liste MPF dans la circonscription Massif central-Centre lors des élections européennes de 2004 et co-dirige la campagne nationale de Philippe de Villiers au niveau national avec Thierry Coste[22]. Il recueille 6,62 % des voix et n'obtient aucun élu. Lors du référendum du , il est directeur de campagne du MPF et l'un des organisateurs du meeting du , qui réunit environ 5 000 personnes au Palais des sports de Paris.

En , Guillaume Peltier est nommé porte-parole de la campagne présidentielle de Philippe de Villiers.

En 2006, le trésorier du MPF, Bruno Georges, décide également de démissionner. Guillaume Peltier est très critique à l'égard de la politique de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, qu'il qualifie à cette époque d'imposteur[1]. Se déclarant républicain, laïc et anticlérical, il affirme se battre « contre toutes les formes de communautarisme » et se sentir « plus proche des déclarations d'un Manuel Valls que des projets d'un Nicolas Sarkozy en la matière »[1].

Il est candidat aux élections législatives de 2007 dans la 1re circonscription d'Indre-et-Loire et obtient 5,92 % des voix. Selon Libération, Guillaume Peltier participe aux négociations avec Brice Hortefeux pour les accords UMP/MPF[23].

Lors de l'élection municipale de 2008 de Tours, il conduit une liste qui s'oppose notamment à celles du maire sortant PS Jean Germain et de l'ancien ministre de la Culture Renaud Donnedieu de Vabres, et recueille 8,44 % des suffrages. Donnedieu de Vabres refusant une fusion de sa liste avec la sienne, il décide par mesure de rétorsion de ne pas appeler à voter pour Donnedieu de Vabres au deuxième tour ; en réaction, alors qu'il avait été investi candidat officiel UMP aux élections cantonales sur le canton de Tours-Val-du-Cher, l'UMP décide de présenter un autre candidat, et Guillaume Peltier recueille 21,87 % des voix, contre 54,68 % pour Gérard Gernot, le candidat PS, et 10,84 % pour Nourdine Tarkany, candidat officiel UMP-Nouveau Centre[24].

Il quitte, en , son poste de secrétaire général du MPF, et en juin son poste de porte-parole. Le , La Nouvelle République du Centre-Ouest publie un article[25] où Guillaume Peltier annonce que l'« histoire avec le MPF » est « finie ».

Cadre de l'UMP puis de LR (2009-2022)

En , il adhère à l'UMP[26] et se rapproche de Jean-François Copé : selon Le Figaro, il aurait largement participé à l'écriture d'Un député ça compte énormément, ouvrage de ce dernier[27]. Son adhésion à l'UMP ne fait pas l'unanimité au sein du parti présidentiel en Indre-et-Loire[28]. Il est nommé responsable de la communication de la fédération UMP d'Indre-et-Loire en [29].

Investi candidat de l'UMP aux élections cantonales de 2011 dans le canton de Tours-Sud, Guillaume Peltier est battu de justesse par le socialiste sortant, Claude-Pierre Chauveau, qui le devance de 55 voix (50,71 % contre 49,29 %)[30].

À partir de , il fait partie de la cellule Ripostes réunie autour de Brice Hortefeux pour défendre le bilan de Nicolas Sarkozy dans les médias dans la perspective de l'élection présidentielle de 2012[31]. Le , Guillaume Peltier est nommé secrétaire national de l'UMP chargé des études d'opinion et des sondages[15],[32].

Le , il est investi pour les élections législatives candidat UMP sur la première circonscription d'Indre-et-Loire[33] et intègre quelques semaines plus tard l'équipe de porte-paroles du candidat UMP à la présidentielle, Nicolas Sarkozy[34]. Ainsi, il rejoint Emmanuelle Mignon, conseillère stratégique de la campagne présidentielle, Guillaume Lambert, directeur de campagne, le conseiller Patrick Buisson, l'ex-sondeur Pierre Giacometti, Jean-Michel Goudard (ancien publicitaire d'Euro RSCG), mais aussi Henri Guaino et Franck Louvrier[35],[36].

À la suite de l'officialisation de la candidature de Nicolas Sarkozy, le , le président sortant mobilise une équipe de porte-paroles autour de Nathalie Kosciusko-Morizet, que Guillaume Peltier intègre. Les médias le considèrent alors comme faisant partie de ceux qui comptent dans l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy[37]. Très présent dans les médias il défend la stratégie et la ligne de campagne choisie par Nicolas Sarkozy, qui n'est « pas une stratégie droitière, mais une stratégie populaire » selon lui[38].

Il est battu aux législatives de 2012 par le candidat socialiste Jean-Patrick Gille, avec 58,20 % contre 41,80 %.

En , il lance le mouvement « La Droite forte » avec le conseiller régional d'Île-de-France Geoffroy Didier, et dépose la marque « La Droite forte » en vue du congrès de l'UMP[39],[40]. La motion arrive en tête avec 28 % des suffrages exprimés le , devant la Droite sociale de Laurent Wauquiez et la France moderne et humaniste de Jean-Pierre Raffarin[41]. En , dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient vice-président de l’UMP au titre des mouvements, lors de la seconde vague de nomination après celle de janvier, en plus du vice-président délégué Luc Chatel, en poste depuis .

Pour répondre à la « fête de la Rose » du PS, il crée « la fête de la Violette », un rassemblement de militants, cadres et élus de l’UMP qui a lieu chaque premier week-end de juillet en Sologne[42]. Le , pour sa première édition, 1 500 militants sont réunis, et sont présents Jean-François Copé (président de l’UMP), Brice Hortefeux, ainsi que Bruno Le Maire comme invité d’honneur[43]. Le , pour sa deuxième édition, 2 500 militants ont fait le déplacement, ainsi que Luc Chatel (président de l’UMP par interim), Brice Hortefeux, Frédéric Nihous ou encore Rachida Dati, invitée d’honneur[44].

Sa liste l'emporte lors des élections municipales de 2014 à Neung-sur-Beuvron (1 200 habitants), avec 61,85 % des voix lors de l'unique tour de scrutin[45]. Une semaine plus tard, le , il est élu maire par le conseil municipal. Le , il est élu président de la communauté de communes de la Sologne des Étangs (7 729 habitants), par 24 voix contre 3[46].

Le , il est nommé par le nouveau président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, secrétaire national fonctionnel aux fédérations professionnelles et coordonnateur adjoint des élections régionales[47]. Le , il est nommé porte-parole des Républicains, en tandem avec Guillaume Larrivé, Valérie Debord et Brigitte Kuster[48].

En , candidat sur les listes de Philippe Vigier dans le cadre des régionales en Centre-Val de Loire, il arrive en tête dans son département (34,08 % contre 33,73 au PS-EELV et 32,19 au FN), mais l'UMP-UDI échoue au niveau régional. Il devient ensuite président du groupe d'opposition au conseil régional.

Il soutient Nicolas Sarkozy pour le premier tour de la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Dans le cadre de sa campagne, il est nommé avec plusieurs personnalités conseiller politique. Lors du second tour, il soutient François Fillon.

Le , il est élu député dans la deuxième circonscription de Loir-et-Cher avec 53,93 % des voix au second tour[49], ce qui le conduit à quitter la mairie de Neung-sur-Beuvron pour cause de non-cumul des mandats. Dans la foulée, le , il est élu vice-président du groupe LR à l'Assemblée nationale[50],[51] et devient membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation. Le président de l'Assemblée nationale, François de Rugy, annonce en sa nomination comme membre d'un des groupes de travail (La démocratie numérique et les nouvelles formes de participation citoyenne) visant à réformer l'Assemblée nationale[52].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017[53]. Le , à la suite de la victoire de Laurent Wauquiez, il est nommé deuxième vice-président des Républicains.

En 2017, il crée le mouvement Les Populaires, qui rassemble une vingtaine de députés LR[54].

En , Guillaume Peltier se présente comme n'étant « ni libéral, ni socialiste », mais « travailliste » : il souhaite que « la droite propose un New Deal sur le plan économique, fondé sur un triptyque : la baisse des dépenses publiques, la baisse des charges pour les entreprises et la hausse des salaires pour les travailleurs »[55]. Appelant à « faire valoir le travail plus que la finance », il préconise en 2018 une hausse de 10 à 20 % du Smic[55], provoquant une polémique au sein de la droite[56].

En , après l'élection de Christian Jacob à la présidence des Républicains, il devient « vice-président délégué » du parti, ce qui le met en deuxième place dans l'organigramme du parti[57] ; ce titre est habituellement désigné sous le vocable « numéro deux »[57].

En , Le Monde publie un article mettant en cause ses méthodes de travail, qui auraient provoqué la démission d'une vingtaine d'assistants parlementaires entre 2017 et 2021. Selon le journal, « rythme de travail effréné, demandes de tâches sans cesse urgentes, nombreux messages nocturnes, manque de considération expliquent cet intense turnover »[58].

Proche de Xavier Bertrand[59], il le soutient dans un premier temps dans la perspective de l'élection présidentielle de 2022[60], alors que Bertrand a quitté LR depuis 2017.

Estimant disposer d'un « vrai réseau de sympathisants de droite », Guillaume Peltier lance le , le micro-parti « Ensemble avec Guillaume Peltier », afin de rassembler des sympathisants n'étant pas nécessairement membres du parti LR. Ce nouveau mouvement vise à prendre le relais — en la complétant — de l'association « Les amis de Guillaume Peltier », que le député avait fondé en 2017 dans son fief de Sologne[61].

En , il revendique sa proximité avec Robert Ménard, maire d'extrême droite de Béziers, et se voit désavoué par Christian Jacob. Il propose ensuite de rétablir la Cour de sûreté de l'État pour lutter contre le terrorisme islamiste, en retirant la possibilité de pouvoir interjeter appel de ses décisions : cette dernière possibilité est publiquement rejetée par les principaux dirigeants de LR[62]. En , Christian Jacob retire le statut de no 2 de LR à Guillaume Peltier après ses propos concernant Robert Ménard ; il est remplacé par Annie Genevard[60]. Si officiellement il s'agit d'une réaction à cette dernière prise de position, Guillaume Peltier considère pour sa part qu'il s'agit d'une conséquence de son ralliement à Xavier Bertrand[63] qui envisageait de se présenter à l'élection présidentielle en dehors de LR ; Peltier n'est plus no 2 de LR mais reste toutefois l'un des vice-présidents du parti[63].

Aux élections départementales de 2021, Guillaume Peltier est élu conseiller départemental dans le canton de Chambord, remportant ainsi avec Virginie Verneret le canton le plus peuplé de Loir-et-Cher, qui était détenu par la gauche depuis quarante-deux ans. Dans la foulée, il est élu président du groupe de la majorité au conseil départemental de Loir-et-Cher[64].

Finalement, alors qu'un congrès est organisé en 2021 afin de départager le candidat de la droite pour l'élection présidentielle de 2022, il apporte son soutien à Éric Ciotti[65].

Le , il est démis de sa fonction de vice-président de LR par Christian Jacob après un tweet où il se demandait « comment rester insensible » au discours d'Éric Zemmour[66].

Soutien d'Éric Zemmour (depuis 2022)

Le , au cours de l'émission Le Grand Rendez-Vous, Guillaume Peltier annonce soutenir la candidature d'Éric Zemmour à l'élection présidentielle et rejoindre le parti Reconquête. Immédiatement, Christian Jacob, président du parti Les Républicains, confirme son exclusion du parti[67], suivie de celle du groupe parlementaire associé[68], tandis qu'il est nommé porte-parole d'Éric Zemmour[69] puis vice-président de son parti[70]. Par ailleurs, Guillaume Peltier démissionne de la présidence du groupe majoritaire du conseil départemental de Loir-et-Cher, où il rejoint les non-inscrits[71]. Marine Le Pen affirme que Guillaume Peltier s'était auparavant rapproché du RN pour envisager son ralliement, ce qu'il dément[72].

Le Monde évoque alors la « première grosse prise de droite pour Éric Zemmour »[73]. Alors que ce dernier est en difficulté dans le recueil des 500 signatures, Guillaume Peltier lui apporte son savoir-faire en la matière, acquis lors de la campagne présidentielle de 2007 au service de Philippe de Villiers[74].

Affaire judiciaire

Le 24 janvier 2022, le procureur de Blois ouvre une enquête préliminaire à la suite de révélations de Mediapart sur l’utilisation de fonds publics par Guillaume Peltier au bénéfice de ses micro-partis[75].

Publication

  • Milieu de cordée, Plon, 2019.

Notes et références

Notes

  1. Vice-président délégué (en deuxième position dans l'organigramme du parti) jusqu’au .
  2. En tant que vice-président délégué (en deuxième position dans l'organigramme du parti).

Références

  1. a b c d e f g h i et j Christophe Forcari, « Popu mais content », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Élisabeth Chavelet et Ludovic Vigogne, « Guillaume Peltier - Geoffroy Didier, le jeune duo qui bouscule l’UMP », Paris Match, semaine du 3 au , pages 86-89.
  3. Portrait Nouvelle République, .
  4. « Guillaume Peltier est jeune, beau et vient du FN : le choix de l’UMP pour Tours », Rue89, .
  5. Saïd Mahrane, « Peltier, la nouvelle boîte à idées de l'UMP », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. « Le CV de Guillaume Peltier, le numéro deux de LR qui fait rejaillir les fractures à droite », sur LExpress.fr,
  7. Biographie succincte sur le site http://www.ladroiteforte.fr/, site consulté le .
  8. Site consulté le , sur son site officiel.
  9. M.G. avec AFP, « Bygmalion : perquisitions chez l'UMP Guillaume Peltier », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  10. Vanina Le Gall, « Délit de favoritisme présumé : Guillaume Peltier perquisitionné », sur lanouvellerepublique.fr, La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le ).
  11. UMP: Guillaume Peltier en garde à vue (médias), lefigaro.fr, .
  12. Fin de garde à vue pour Peltier et un cofondateur de Bygmalion - Reuters.
  13. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 641, n. 4.
  14. Renaud Dely, « Jeunes, musclés et mégrétistes », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. a et b Anne-Laëtitia Béraud, « L'ex-frontiste Guillaume Peltier nommé secrétaire national de l'UMP », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Donnedieu: "droitisation de l'UMP" sur lefigaro.fr du
  17. Magali Boumaza, Le Front national et la formation des jeunes : l’échec d’une tentative d’homogénéisation de cultures politiques, 2002
  18. « Groupe union et défense (GUD) », sur france-politique.fr.
  19. http://www.jeunespourlafrance.fr/presentation/le-bureau-national/
  20. Condamnation de Guillaume Peltier par le Conseil constitutionnel Sur le site conseil-constitutionnel.fr
  21. http://www.france-politique.fr/chronologie-mpf.htm.
  22. Cyril Hofstein, « Thierry Coste, le Machiavel du monde rural », Le Figaro Magazine, semaine du , p. 56-58.
  23. Libération, édition du
  24. ACCUEIL INDRE ET LOIRE Résultats par canton, sur le site interieur.gouv.fr
  25. Guillaume Peltier l’UMP à l’horizon article de la NR sur le site tours.maville.com consulté le
  26. Xavier Renard, « Guillaume Peltier, ex-FN, rejoint l’UMP », sur Libération.fr, (consulté le )
  27. Anne Brigaudeau, « L'UMP Guillaume Peltier dément tout contact avec Coûteaux, soutien de Marine Le Pen », sur francetvinfo.fr, (consulté le ).
  28. Ainsi, l'ancien ministre Renaud Donnedieu de Vabres s'y oppose, de même que le comité de la première circonscription d'Indre-et-Loire qui se déclare « favorable à l'adhésion de M. Peltier à l'UMP mais pas en Indre-et-Loire » : cf. « UMP Guillaume Peltier indésirable à Tours ? », La Nouvelle République du Centre-Ouest,
  29. « Vous avez interviewé Guillaume Peltier, porte-parole adjoint de Nicolas Sarkozy et secrétaire national de l'UMP », sur 20minutes.fr (consulté le )
  30. Ministère de l’intérieur « Les résultats des élections. Indre et Loire (37). Tours-Sud »
  31. Solenn de Royer, « L'UMP crée une « cellule riposte » pour contrer le PS », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. L'ancien FN Guillaume Peltier nommé secrétaire national de l'UMP Le Monde du
  33. Candidats investis ou soutenus par le Conseil national de l’UMP du Sur le site u-m-p.org
  34. Guillaume Peltier porte-parole adjoint Sur le site lanouvellerepublique.fr
  35. Présidentielle: l'équipe de Nicolas Sarkozy se dessine Sur le site 20minutes.fr
  36. EN IMAGES. Sarkozy : l’équipe de choc du président Sur le site leparisien.fr
  37. Guillaume Peltier la passion extrême des sondages Sur le site liberation.fr
  38. " La stratégie n'est pas droitière, elle est populaire " Sur le site lanouvellerepublique.fr
  39. Deux jeunes sarkozystes lancent "la Droite forte", Le Point, .
  40. Geoffroy Didier : "Sans une droite forte, le FN nous battra en 2017", Le Point, .
  41. « La droite forte, grande gagnante des motions de l'UMP », dans l'édition du Monde du .
  42. « Les sarkozystes lancent «la fête de la Violette» », sur 20minutes.fr
  43. « UMP : Copé prône l'unité, les dons affluent », sur lefigaro.fr
  44. « Les soutiens de Sarkozy réunis pour la Fête de la Violette », sur lejdd.fr
  45. Alain Auffray, « Comment Peltier s'est fabriqué un fief dans le Loir-et-Cher », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. Guillaume Peltier élu président - La Nouvelle République
  47. « Nominations », u-m-p.org, .
  48. « Les nouveaux porte-paroles des Républicains », sur republicains.fr, (consulté le ).
  49. « Résultats des élections législatives 2017 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  50. « Pour être député, Guillaume Peltier a appris la patience », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le ).
  51. « Guillaume Peltier vice-président du groupe LR », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest, (consulté le ).
  52. Pour une nouvelle Assemblée nationale, Paris, Assemblée nationale, , 23 p. (lire en ligne), p. 24
  53. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, .
  54. Carl Meeus, « Guillaume Peltier, l'homme qui veut refonder la droite », Le Figaro Magazine, semaine du , p. 90-94.
  55. a et b « Peltier (LR) prône une politique économique "travailliste" », sur boursorama.com, (consulté le ).
  56. « Coronavirus : pour Les Républicains, l’après-pandémie devra être social », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  57. a et b « Guillaume Peltier vice-président délégué LR », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ) : « Guillaume Peltier, désormais n°2 du parti Les Républicains. […] L’organigramme a été officiellement révélé hier mercredi. Il place en deuxième position le député de Loir-et-Cher Guillaume Peltier, nommé vice-président délégué. »
  58. « Adepte du « travaillisme », Guillaume Peltier, numéro 2 de LR, épuise ses collaborateurs » Accès limité, sur Le Monde.fr, (consulté le ) : « Contacté, Guillaume Peltier dénonce des « remous de l’aigreur et de la jalousie » et souligne que « la vie politique commande un engagement de tous les instants ». ».
  59. Sarah Belouezzane, « Guillaume Peltier, un ambitieux au parcours sinueux », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ) :

    « Après avoir milité au FN dans sa jeunesse, ce proche de Xavier Bertrand se fait désormais le chantre de la droite sociale. »

    .
  60. a et b Marion Mourgue, « Le président de LR, Christian Jacob, va retirer à Guillaume Peltier son statut de numéro 2 du parti », sur lefigaro.fr, (consulté le ) : « le 30 mai dernier […] Guillaume Peltier s'était prononcé pour «une Cour de sûreté de la République» pouvant placer en détention des personnes fichées pour des soupçons de radicalisation terroriste, sur la base d'un «faisceau de soupçons avérés et concrets» et sans possibilité de faire appel. Le numéro deux des Républicains s'était aussi dit pour «échanger, discuter, travailler avec Robert Ménard», le maire de Béziers non encarté mais proche de Marine Le Pen. Ces deux positions n'avaient pas fait l'objet d'une délibération collective. […] De plus en plus isolé au sein du parti, Guillaume Peltier s'est prononcé dans Le Parisien en faveur du soutien à Xavier Bertrand et contre la primaire. »
  61. « Peltier (LR) lance son micro-parti pour mener une "réflexion programmatique" » [archive du 20 avril 2022], sur Orange Actualités, (consulté le ) : « Le numéro 2 de LR Guillaume Peltier a lancé son micro-parti "Ensemble avec Guillaume Peltier", un outil de "réflexion programmatique" sans visée électorale […] Le député du Loir-et-Cher, qui se targue de disposer d'un "vrai réseau de sympathisants de droite" après avoir mené une dizaine de tours de France ces douze dernières années, avait déjà lancé en 2017 "Les amis de Guillaume Peltier", association active en Sologne pour organiser des événements locaux. Le micro-parti se veut un "label complémentaire" et une déclinaison idéologique de cette structure et de la newsletter. »
  62. Jules Pecnard, « Terrorisme : en proposant une "justice exceptionnelle" sans appel, Guillaume Peltier met le feu à LR », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  63. a et b « LR : rétrogradé, Peltier dit payer son soutien à Bertrand », sur Le Point, (consulté le ) : « Mais pour le député du Loir-et-Cher, la véritable raison serait son soutien à Xavier Bertrand pour l’élection présidentielle de 2022, rapporte Le Parisien. […] Guillaume Peltier reste toutefois l’un des vice-présidents de LR. Pour le remplacer à la place de numéro 2, c’est la députée du Doubs, Annie Genevard, qui a été choisie. ».
  64. « Départementales : le canton de Chambord bascule à droite avec Guillaume Peltier », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ) : « C’est beaucoup de fierté et d’émotion. On a atteint quelque chose d’inatteignable. Cela fait 42 ans que ce canton est à gauche et on a pu le conquérir à la force du poignet avec la sincérité des convictions. C’est une victoire d’autant plus belle qu’elle était compliquée et inattendue. »
  65. Quentin Laurent, « Congrès LR : «J’ai décidé de voter pour Éric Ciotti», Guillaume Peltier explique son choix » Accès payant, sur leparisien.fr, (consulté le ) : « Le vice-président des Républicains sort d’un silence de plusieurs mois, répond aux rumeurs de ralliement à Éric Zemmour, et fait savoir qu’il votera au premier tour du congrès LR pour Éric Ciotti ».
  66. Marion Mourgue, « Après le congrès, Jacob fait le tri dans les instances des Républicains, Peltier et Perdriau démis de leurs fonctions », sur lefigaro.fr, (consulté le ) : « Guillaume Peltier, déchu de son rang de numéro deux après les régionales [en juillet 2021], s'est vu retirer son titre de vice-président ».
  67. Pierre Lepelletier, « Présidentielle 2022 : Guillaume Peltier, ex-numéro 2 de LR, a «décidé de soutenir Éric Zemmour» », sur lefigaro.fr, (consulté le ) : « Christian Jacob, le président de LR, a en effet annoncé dans la foulée sur Twitter : «Alors qu'il n'exerçait plus aucune responsabilité dans les instances de LR, Guillaume Peltier fait un retour aux sources en rejoignant Éric Zemmour. Par cette décision, il est de fait exclu de notre famille politique et ne peut plus s'en revendiquer», a-t-il souligné ».
  68. Modification dans les groupes politiques, JORF du , sur legifrance.gouv.fr, consulté le .
  69. « Présidentielle : le député LR Guillaume Peltier rejoint Eric Zemmour et devient son porte-parole », sur leparisien.fr, (consulté le )
  70. Léopold Audebert et Hugues Garnier, « Présidentielle: Guillaume Peltier nommé vice-président du parti Reconquête d'Éric Zemmour », sur BFMTV, (consulté le ) : « Ancien numéro 2 chez les LR, désormais numéro 2 chez Reconquête. Guillaume Peltier, qui a été exclu des Républicains après avoir annoncé son soutien au candidat Éric Zemmour, a été nommé par ce dernier vice-président de son parti »
  71. « Loir-et-Cher : Guillaume Peltier ne siège plus dans la majorité du Département », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le ).
  72. Marie-Pierre Bourgeois, « Comment Guillaume Peltier a hésité entre Éric Zemmour et Marine Le Pen », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  73. Sarah Belouezzane et Ivanne Trippenbach, « Guillaume Peltier, député LR, première grosse prise de droite pour Eric Zemmour » Accès limité, sur lemonde.fr, (consulté le ).
  74. Paul Laubacher, « Parrainages: les heurts et malheurs de Zemmour et Le Pen », sur L'Opinion.fr, (consulté le ).
  75. Sarah Brethes, Antton Rouget, « Le député Guillaume Peltier visé par une enquête », sur Mediapart (consulté le )

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes