Liste de sondages sur les élections législatives françaises de 2024

Cette page dresse la liste des sondages d'opinion en France relatifs aux élections législatives françaises de 2024.

Tous les sondages de cette liste, sauf mention contraire, se conforment aux règles de la Commission des sondages[1],[2] et appliquent la méthode dite des quotas.

Une couleur arbitraire est associée à chaque institut de sondage ; ces couleurs sont une aide visuelle et ne correspondent pas à une tendance politique.

Intervalle de confiance des instituts de sondage

Intervalle de confiance à 95 % de chance
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Intervalle de confiance à 95 % de chance.

Les sondages comportent une dimension purement technique. Ils sont publiés accompagnés d'une présentation des intervalles de confiance à 95 %. Le tableau résume les intervalles de confiance selon la taille de l'échantillon (ou du sous-échantillon). Si pour un échantillon (sous-échantillon) de 1 000 personnes le candidat reçoit 10 % (ou 90 %) d'intentions de vote, l'incertitude est de 3 points pour un niveau de confiance de 95 %. Il y a donc 95 % de chance que son score soit compris entre 7 et 13 % (respectivement 87–93 %)[3].

La base de comparaison doit être cohérente : il faut soit donner le pourcentage par rapport à l'effectif total y compris abstention, blanc et NSPP, soit N doit être limité aux intentions de vote pour un candidat quand l'on veut que la somme des scores fasse 100 % comme ci-dessous. Par exemple à 25 % d'abstention, 1 000 sondés ne correspondent qu'à 750 exprimés pour un candidat, ce qui monte l'incertitude à ± 3,6 %.

Les intervalles de confiances publiés sont généralement ceux donnés par la méthode dite aléatoire, ceux de la méthode des quotas n'étant pas calculables. Il est cependant généralement admis que la marge d’erreur des sondages par quotas est égale ou inférieure à celle des sondages aléatoires[4].

Estimation du taux de participation

L'abstention est "la grande inconnue" des sondeurs[5], qui doivent traiter des électeurs n'ayant pas voté au précédent scrutin comparable, en 2022[6]. La participation est en effet estimée « entre 62 et 65 % selon les différents instituts »[6], contre 47 % en 2022, et pourrait la dépasser « de 20 points »[6]. Près de 2/3 des Français interrogés se déclarent « certains d’aller voter »[6]. Une participation « au plus haut depuis 25 ans » peut entraîner de « nombreuses triangulaires »[7]. Les sondages ont eu du mal à estimer la participation, Ipsos la prévoyant à 45 % quelques semaines avant les Européennes 2024[8], où elle fut en réalité de 51,5 %, au plus haut depuis 30 ans[9], mais faible chez les jeunes (38 % chez les 18-24 ans et 42 % chez les 25-34 ans)[5].

Depuis le milieu des années 2010[10], la certitude d'aller voter est mesurée sur une échelle de 1 à 10[10], ce qui laisse aux sondés la possibilité de faire état d'incertitudes sur la destination de leur vote[10]. Leur intention de vote n'est alors pas systématiquement prise en compte, ce qui pose des problèmes d'interprétation dans les tendances générales dégagées par le sondage[11],[12]. Le biais le plus souvent évoqué est de « sous-représenter un électorat moins politisé et moins informé, généralement plus jeune, qui ne se décidera qu’au dernier moment »[13],[12], tandis que les électeurs « qui se décident le plus tard sont essentiellement dans les catégories populaires »[14].

Électeurs certains de voter mais sans exprimer encore leur intention

Une proportion élevée d'électeurs se dit « certaine » de voter mais sans exprimer encore d'intention, selon plusieurs sondeurs. Elle se situe à 13 % selon les instituts de sondage Elabe[15] et Opinionway[16] contre 8 % après la dissolution pour le premier et 9 % pour le second[17]. Selon Vincent Tiberj, professeur de sciences politiques à Bordeaux, le « choix d’avoir investi des socialistes dans de nombreuses circonscriptions gagnables mais perdues en 2022 » et au total 30 % du total des candidats NFP, vise cet électorat sur la réserve et un meilleur report de voix au second tour qu’avec l'étiquette LFI (40 % des candidats NFP, Les Écologistes en ayant 20 % et le PCF 9 %)[18], car 92 swing circonscriptions s'étaient jouées en 2022 par moins de 1 000 votes d’écart[19].

Sondages à l'échelle nationale

Premier tour

Sondeur Date Panel Participation EXG NFP[a] DVG ECO DVC ENS DVD LR[b] RN et alliés UPF (DLF-LP) REC Autres
LFI PCF EÉLV PS RE MoDem HOR PRV UDI LR (Ciotti)[c] RN
Harris Interactive 21-24 juin 2024 2 325 - 1% 27 % 1% 1% 20 % 2% 7 % 4 % 33 % 2 % 2 %[d]
Ifop 20-24 juin 2024 1 843 63,5% 1 % 29,5 % 1 % 0,5 % 20,5 % 7 % 36 % 1 % 3 %
Elabe 19-21 juin 2024 2 002 62 % 1 % 27 % 2 % 0,5 % 20 % [e] 10 % 36 % 1,5 % 2 %
Ipsos 19-20 juin 2024 2 000 60 % 1,5 % 29,5 % 1 % 1 % 19,5 % 1,5 % 7 % 4 % 31,5 % 2 % 1,5 %
Opinion Way 19-20 juin 2024 1 009 - 1 % 28 % 1 % 22 % 3 % 6 % 35 % 1 % 3 %
Odoxa 19-20 juin 2024 2 006 64 %[20] 2 % 28 % 3 % 1,5 % 19 % 1 % 7 % 33 % 3,5 % 2%
Harris Interactive 19-20 juin 2024 2 263 72 % 1 % 26 % 1 % 1 % 21 % 2 % 6 % 2 % 33 % 3 % 4 %[f]
Opinion Way 18-20 juin 2024 1 057 - 27 % 2 % 1 % 20 % [e] 2 % 7 % 35 % 2 % 4 %
Ifop 18-20 juin 2024 1 861 64 % 1 % 29 % 1 % 1 % 22 % 6 % 34 % 2 % 4 %
Cluster17 17-19 juin 2024 2 699 60 % 1 % 30 % 3 % 19 % 2,5 % 7 % 32 % 2,5 % 3 %
Ifop 14-17 juin 2024 1 131 62 % 1,5 % 28 % 3 % 18 % 2 % 5 % 4 % 33 % 0,5 % 3 % 2 %
Début de la campagne électorale officielle en vue du premier tour ().
Ifop 13-14 juin 2024 1 114 63 % 1 % 26 % 3,5 % 19 % 1,5 % 7 % 35 % 1 % 3 % 3 %
Debout la France soutient l'« union des droites » derrière le RN et renonce à présenter des candidats dans la majorité des circonscriptions (14 juin 2024).
Opinion Way 12-13 juin 2024 1 011 - 1 % 25 % 2 % 2 % 20 % 2 % 7 % 33 % 3 % 5 %
Cluster17 11-13 juin 2024 2 764 60 % 1 % 28,5 % 3 % 1,5 % 1 % 18 % 2,5 % 7 % 29,5 % 1,5 % 3,5 % 3 %
Opinion Way 11-12 juin 2024 1 019 - 1 % 25 % 3 % 1 % 19 % 1 % 9 % 32 % 4 % 5 %
Elabe 11-12 juin 2024 1 502 57 % 1 % 28 % 5 % 18 % 2 % 6,5 % 31 % 4 % 4,5 %
Le président LR, Éric Ciotti, annonce une alliance avec le Rassemblement national, rapidement contestée par une partie des membres du mouvement ().
Les principaux partis de gauche, regroupés en 2022 sous l'étiquette NUPES, annoncent la création d'un Nouveau Front populaire (nuit du 10 au ).
Ifop 10-11 juin 2024 1 089 73 % 1 % 25 % 5 % 18 % 1,5 % 9 % 35 % 0,5 % 4 % 1 %
1 % 11 % 19 % 3 % 17 % 2 % 8 % 34 % 4 % 1 %
1 % 11 % 2 % 6 % 13 % 2 % 16 % 1 % 8 % 35 % 0,5 % 3,5 % 1 %
Opinion Way 10 juin 2024 1 095 - 1 % 23 % 4 % 2 % 18 % 2 % 8 % 33 % 5 % 4 %
Harris Interactive 9-10 juin 2024 2 340 71 % 3 % 22 % 9 % 19 % 9 % 34 % 4 %
Le président de la République Emmanuel Macron dissout l'Assemblée nationale[21] et convoque des élections législatives pour le 30 juin et le [22] ().
Ifop 12-13 décembre 2023 1 100 63 % 1,5 % 24 % 6 % 19 % 3 % 11 % 28 % 1 % 5 % 1,5 %
1 % 10 % 4 % 9 % 8 % 2 % 18 % 3 % 10 % 27 % 1 % 6 % 1 %
Elabe 3-5 avril 2023 1 808 - 1 % 25,5 % 3 % 21,5 % 1 % 11,5 % 24,5 % 1,5 % 4,5 % 6 %
Ifop 20-21 mars 2023 1 094 65 % 1 % 26 % 5 % 22 % 2 % 10 % 26 % 1 % 5 % 2 %
1 % 11 % 3 % 9 % 7 % 3 % 21 % 1 % 10 % 26 % 1 % 5 % 2 %
Harris Interactive 3-7 mars 2023 2 108 66 % 1 % 24 % 6 % 1 % 24 % 3 % 10 % 22 % 1 % 4 % 4 %
Cluster17 4-6 novembre 2022 2 151 87 % 1,5 % 24,5 % 3 % 0,5 % 25 % 2 % 10,5 % 20 % 2 % 5 % 6 %
Ifop 2-4 novembre 2022 1 513 - 1,5 % 25 % 4 % 27 % 2 % 11 % 21 % 0,5 % 5,5 % 2,5 %
1,5 % 11 % 3 % 7 % 8 % 2 % 26 % 3 % 11 % 21 % 0 % 5 % 1,5 %
Résultats : décompte officiel 22 745 492 46 % 1,2 % 25,7 % 3,7 % 2,7 % 1,3 % 25,8 % 2,3 % 11,3 % 18,7 % 1,1 % 4,2 % 3,3 %

Projections en sièges

La prudence est de mise sur les premières projections en sièges, basées sur les réponses des seuls sondés se disant « certains d'aller voter »[23], les sondeurs tenant compte aussi des élections précédentes, la « construction de ces chiffres », dont « il faut se méfier », demeurant d'abord « très fragile »[24], compte tenu du contexte de polarisation. Deux projections, par Mediapart et Le Figaro, menées à partir des résultats des récentes élections européennes du 9 juin 2024, montrent le RN en tête dans 457 d'entre elles (près de huit sur dix)[25] et au second tour des duels dans 513 circonscriptions, dont 461 (90 % d’entre eux) entre RN et gauche[25],[26], mais aussi 52 duels incluant Renaissance, dont 41 contre le Nouveau Front populaire et 11 contre le RN[26].

Sondages

Sondeur Date Panel NFP[a]
(LFI-PCF-EÉLV-PS)
DVG ENS
(RE-MoDem-HOR-PRV-UDI)
DVD LR[b] RN et alliés UPF
(DLF-LP)
REC Autres
Harris Interactive 21-24 juin 2024 2 325 150-180
26-31 %
85-130
15-23 %
30-50
5-9 %
230-275
40-48 %
0–2
10–20
1–3 %
Ifop 21-24 juin 2024 1 843 185-215
32-37%
6-10
1-2%
70-100
12-17%
30-50
5-9%
220-260
38-45 %
3-7
1%
Elabe 19-21 juin 2024 2 002 150-170
26-29%
90-110
16-19%
35-45
6-8%
250-280
43-49%
10-12
2%
Ifop 18-20 juin 2024 2 317 180-210
31-36%
8-12
1-2%
80-110
14-19%
40-60
7-10%
200-240
35-42 %
5-10
1-2%
Odoxa 19-20 juin 2024 2 006 160-210
28-36%
70-120
12-21%
10-50
2-9%
250-300
43-52 %
Harris Interactive 19-20 juin 2024 2 004 135-165
23-29 %
95-130
16-23 %
30-50
5-9 %
235-280
41-48 %
0–2
10–20
1–3 %
Cluster 17 17-19 juin 2024 2 699 190-240
33-42%
70-100
12-17%
20-30
3-5%
200-250
35-43 %
20-30
3-5%
Début de la campagne électorale officielle en vue du premier tour (17 juin 2024).
Debout la France soutient l'« union des droites » derrière le RN et renonce à présenter des candidats dans la majorité des circonscriptions (14 juin 2024).
Cluster 17 11-12 juin 2024 2 764 190–235
33–41 %
10–14
2 %
70–100
12–17 %
25–35
4–6 %
195–245
34–42 %
10–16
2–3 %
Elabe 11-12 juin 2024 1 502 150–190
26–33 %
90–130
16–23 %
30–40
5–7 %
220–270
38–47 %
10–20
2–3 %
Le président de Les Républicains, Éric Ciotti, annonce une alliance avec le Rassemblement national, rapidement contestée en interne (11 juin 2024).
Les principaux partis de gauche, regroupés en 2022 sous l'étiquette NUPES, annoncent la création d'un Nouveau Front populaire (nuit du 10 au 11 juin 2024).
Harris Interactive 9-10 juin 2024 2 340 115–145
20–25 %
125–155
22–27 %
40–55
7–10 %
235–265
41–46 %
0–2
5–20
1–3 %
Le président de la République Emmanuel Macron déclare la dissolution de l'Assemblée nationale et convoque des élections législatives pour le 30 juin et le 7 juillet 2024 (9 juin 2024).
Ipsos 8-13 décembre 2023 4 000 55–79
10–14 %
20–22
3–4 %
117–165 (+3 DVC)
21–29 %
7–8
1 %
44–60
8–10 %
243–305
42–53 %
10–11
2 %
Elabe 3-5 avril 2023 1 808 150–180
26–31 %
15–20
2–3 %
130–155
23–27 %
60–75
10–13 %
150–175
26–30 %
1–2
12–15
2–3 %
Harris Interactive 3-7 mars 2023 2 108 158–168
27–29 %
234–244
41–42 %
69–79
12–14 %
91–100
16–17 %
8–14
1–2 %
Résultats de 2022[27] 22 745 492 131
23 %
22
4 %
249
43 %
74
13 %
89
15 %
1
<1 %
0
0 %
11
2 %

Intentions de vote par critères géographiques

Par circonscription législative

10e circonscription du Nord

Premier tour
Sondeur Date Échantillon NFP - REV REN (Ensemble) RN
Mortreux Darmanin Verbrugghe
Ifop 18-20 juin 602 24 % 42 % 28 %
Second tour
Sondeur Date Échantillon NFP - REV REN (Ensemble) RN
Mortreux Darmanin Verbrugghe
Ifop 18-20 juin 602 27 % 44 % 29 %
- 65 % 35 %

Projections en cas de duel au second tour

Sondeur Date Panel NFP ENS RN Ne sait pas
OpinionWay 17-18 juin 2024 1 044 33 % - 41 % 26 %
- 40 % 37 % 23 %

Voir aussi

Notes et références

Notes

  1. a et b NUPES avant le 11 juin 2024.
  2. a et b Candidats investis par la Commission nationale d'investiture des Républicains.
  3. Candidats LR pro-RN investis par Éric Ciotti. Le ministère de l'Intérieur et des Outre-Mer a attribué à ces candidats la nuance UXD, « union de l'extrême droite ».
  4. Dont 0,5% Divers souverainiste
  5. a et b Indiqué erronément dans le sondage comme étant alliés aux LR.
  6. Dont 0,5% Divers souverainiste

Références

  1. Communiqué sondages campagne électorale 2022.
  2. Sur les présidentielles de 2012 : fiabilité, contrôle….
  3. La table à 95 % fournie est la plus usitée (compromis entre erreur et fiabilité de l'information). Il existe des tables présentant des intervalles de confiance à 90 ou 99 % moins souvent publiées. Elles mettent en évidence le fait que plus on veut une confiance élevée, plus on augmente la plage d'incertitude.
  4. « Les questions que vous vous posez sur les sondages », sur ipsos (consulté le ).
  5. a et b "Législatives : à qui peut profiter l’abstention ?" par Nathan Tacchi le 13 juin 2024 [1].
  6. a b c et d Article par Alexis Graillot le 19/06/2024 sur Public Sénat [2].
  7. "Résultats des législatives 2024 : déjà des tendances de 1er et de 2e tour" par Fabien Dabert, L'Internaute le 20 Juin 2024 [3].
  8. "Européennes 2024 : l'effrayant taux de participation prévu par les sondeurs" le 29 avril 2024 [4].
  9. Huffington post le 16/06/2024 [5].
  10. a b et c "Les Dessous de la campagne 2017" par Laurent Neumann aux Éditions Calmann-Lévy en 2017 [6].
  11. "Dix Leçons sur les sondages politiques", par Alexandre Dézé en 2022 aux éditions de Boeck Supérieur.
  12. a et b "Élection présidentielle 2022 : biais et disparités méthodologiques des intentions de vote" par Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et au Cevipof-Sciences Po, Le Monde, 10 octobre 2021 [7] .
  13. "5 choses à surveiller absolument lorsque vous lisez un sondage" par Lucie Alexandre le 22 octobre dans L'Obs[8].
  14. "Présidentielle : les sondeurs en quête des électeurs cachés" par Valérie de Senneville, Les Échos, 17 avril 2017 [9].
  15. Sondage Elabe sur les élections législatives françaises de 2024 [10].
  16. Notice sur le site de la Commission des sondages [11].
  17. Notice sur le site de la [[Commission des sondages] [12].
  18. "Ce que la gauche peut (raisonnablement) espérer des législatives" par Fabien Escalona, dans Médiapart le 23 juin 2024 [13].
  19. Article par Marie Maison le 21 juin 2022 dans Le Monde [14].
  20. « Forte participation, triangulaires en masse, RN à portée de majorité absolue, NFP en progression et Renaissance en chute libre », sur Odoxa (consulté le ).
  21. Décret du 9 juin 2024 portant dissolution de l'Assemblée nationale.
  22. Décret n°2024-527 du 9 juin 2024 portant convocation des électeurs.
  23. "Présidentielle: les sondages donnent-ils seulement la parole aux électeurs certains d'aller voter ?" le 9 septembre 2021 par Jérémy Tordjman pour l'AFP [15].
  24. Article par Frédéric Jacq le 14 juin 2024 dans Le Télégramme [16].
  25. a et b "Législatives: d'après la projection des européennes, les macronistes et LR menacés de disparition" par Guillaume Tabard et Fig Data, dans Le Figaro du 13 juin 2024 [17].
  26. a et b Article par Mathieu Dejean, Fabien Escalona et Donatien Huet, dans Mediapart le 12 juin 2024 [18].
  27. « Résultats des élections législatives 2022 » Accès libre, sur Le Monde, (consulté le ).