Crise de 2024 au parti Les Républicains

La crise de 2024 au parti Les Républicains (LR) est liée à une alliance entre Éric Ciotti et le Rassemblement national (RN), qui au départ devait concerner « entre 70 et 80 » circonscriptions, mais ne s’est concrétisée que dans 61 d'entre elles[1], dont deux de députés LR sortants.

Présentée comme une « révolution politique » par le président de LR et un « coup de tonnerre » par les médias[2], cette opération est contestée par 700 membres du conseil national de LR, qui saisissent la justice[2] , et la quasi-totalité de ses députés et sénateurs. Elle voit pour la première fois un bureau politique d'un grand parti voter à l'unanimité l'exclusion de son président, lui reprochant d'avoir mené « des négociations secrètes, sans concertation avec sa famille politique et les militants » et de ne pas respecter les statuts du parti. Cette exclusion est toutefois contestée par Éric Ciotti. Ce serait la première fois qu'un grand parti, si ses instances légales validaient ce projet, s'engagerait dans une coalition nationale avec le Rassemblement national, brisant le traditionnel cordon sanitaire, scénario restant cependant hypothétique après deux semaines sans soutien des élus.

Cette crise provoque l'investiture de deux catégories de candidats se revendiquant tous des Républicains, le plus souvent dans les mêmes circonscriptions. Les médias couvrent en particulier celle d'Astrid Panoysan-Bouvet (Renaissance)[3], dans le 17e arrondissement de Paris, où le maire LR Geoffroy Boulard affronte le journaliste Arnaud Dassier, fils de l'ex-dirigeant de TF1 Jean-Claude Dassier et cofondateur de l’agence Avisa Partners, « bannie de l'encyclopédie Wikipédia »[4], après avoir en 2007 animé la campagne numérique de Nicolas Sarkozy.

D'une part, Éric Ciotti investit une soixantaine de candidats, dont la moitié qui ne sont pas adhérents LR, et appelle à soutenir les candidats RN dans les autres circonscriptions. D'autre part, la commission d'investiture du parti investit 400 candidats, dont tous les députés sortants, sauf Éric Ciotti et Christelle D'Intorni. Le projet d'alliance a été secrètement préparé avant la dissolution par l'homme d'affaires Vincent Bolloré[5] puis « orchestré » par ses radios, journaux et télévisions[5].

Seuls deux députés sont élus au premier tour, Christelle D'Intorni côté alliance avec le RN et Hervé Juvin pour Les Républicains, qui n'ont que 56 qualifiés au second tour, malgré l'estimation de 41 à 61 sièges d'Ipsos-Talan pour France Télévisions au soir du premier tour[6].

Contexte aux Républicains

Éric Ciotti et l'élection présidentielle de 2022

Candidat malheureux de la primaire LR pour désigner le candidat du parti à l'élection présidentielle de 2022, Éric Ciotti est accusé de n’avoir pas soutenu la gagnante de cette primaire Valérie Pécresse, alors qu’il affiche sa proximité avec l’homme d’affaires Vincent Bolloré et son protégé Éric Zemmour[7],[8],[9],[10],[11], candidat dans la même élection. Le 26 juillet 2022, Éric Ciotti annonce sa candidature à l'élection pour la présidence de LR prévue au congrès de décembre[12], où il obtient 42,73 % des voix, devant Bruno Retailleau et Aurélien Pradié[13] puis le soutien de 140 élus dont Laurent Wauquiez et Nadine Morano[14]. François Bellamy, autre personnalité importante du parti LR, et conseiller de la candidate, effectue aussi des déclarations favorables à Éric Zemmour.

Destitution du numéro deux du parti en pleine réforme des retraites de 2023

Lors de la présentation du projet de réforme des retraites, Aurélien Pradié devient le « M. Carrières longues » des débats[15], réclamant que personne n’ait à cotiser plus de 43 ans pour partir à taux plein[15], au nom d'une droite sociale, qui « parle à la France qui travaille ». Le , en pleine discussion sur cette réforme des retraites, contestée par les huit premiers syndicats dans la rue Éric Ciotti le démet de ses fonctions jugeant que ses « prises de position répétées » ne sont « plus conformes avec les valeurs » du parti[16],[17]. Il répond en s'inquiétant que son parti se soit « coupé des catégories populaires » en semblant divisé sur la question[15]. Sept membres de l'équipe dirigeante des LR écrivent à Éric Ciotti pour lui reprocher cette destitution et demandent une rencontre, sans laquelle il « ne participeront plus aux réunions » au siège[18].

La réforme des retraites étant imposée par un recours au 49.3, un tiers des députés LR a voté la motion de censure transpartisane du groupe centriste LIOT, désobéissant ainsi à Éric Ciotti et Bruno Retailleau[19].

Défaite aux deux dernières élections

Aux élections européennes de 2024, « le déclin du vote LR »[20] se reflète dans le résultat de la liste menée par François-Xavier Bellamy, qui obtient 7,2 %, après « le piteux score » (4,78 %) de Valérie Pécresse à l'élection présidentielle de 2022[21], des « mauvais scores à répétition » qui « interrogent sur l’avenir de la formation de droite »[21].

Déroulement

Préparation et annonce du projet d'alliance

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Vincent Bolloré (2014).

Le mardi , surlendemain de la dissolution de l'Assemblée nationale[22] et alors que le dépôt des listes aux législatives anticipées doit être fait dans la semaine, Éric Ciotti annonce dans un entretien au journal télévisé que les Républicains noueront une « alliance avec le Rassemblement national »[23]. Cet événement est « orchestré » par les médias de Vincent Bolloré[5]. La veille, ce dernier en a finalisé l'organisation au siège de son empire des médias, avec Éric Ciotti[24], qui n'en a encore rien dit dans son propre parti[24], sans prévenir ni consulter les élus[24] ni le conseil national[25]. Cette alliance est souhaitée depuis des mois par Vincent Bolloré[24], qui en « a esquissé la possibilité devant des journalistes et des éditeurs » de son groupe[24], et rencontré chaque été, depuis plusieurs années chez lui à Saint-Tropez[24], Éric Ciotti avec qui il « déjeune souvent ».

Un des proches de Bolloré, le présentateur de CNews Pascal Praud, a été prévenu directement par l’Élysée que la dissolution aura bien lieu, trois heures avant son annonce et avant Gabriel Attal et le gouvernement[26]. Mais il n’en dit rien à l’antenne.

La création de ce « bloc des droites, national », contre le Front populaire et Ensemble[27] est salué par Marine Le Pen[28], Jordan Bardella[29] et Guilhem Carayon président du mouvement de jeunesse Les Jeunes Républicains[30]. Le projet est qualifié par le président de la République Emmanuel Macron de « pacte du diable » lors d'une conférence de presse.

Le projet reçoit le soutien de Guy Drut, qui fut médaille d'or du 110 mètres haies lors des Jeux olympiques de 1976[31].

Bataille pour les comptes Facebook et Twitter de LR

Invoquant des « menaces reçues et des désordres »[32], Éric Ciotti réagit d'abord au projet de l'exclure en décidant de fermer les portes du siège du parti[32], où il s’enferme après avoir donné aux permanents salariés 10 minutes pour partir[32]. Il accède ainsi seul au profil Facebook des Républicains, qui va ensuite « rester aux mains » du président[33]. Il se filme seul dans son bureau, au siège, pour bien appuyer son désaccord, mis en scène, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux[34]. Il est cependant confronté à un changement de mot de passe sur X (ex-Twitter), l'empêchant d'accéder au compte officiel du parti[33].

Grâce à son contrôle du compte Facebook du parti, le , Éric Ciotti lance "de concert" avec Vincent Bolloré une pétition pour « soutenir le rassemblement des droites »[35] mais jugée "manifestement illicite" par Alexandre Archambault, avocat spécialisé en droit du numérique, car sans précision sur l'usage des données personnelles[36].

Demandes de démission

« La position exprimée par Éric Ciotti est une impasse, n'engage pas notre famille politique et ne représente en aucun cas la ligne des Républicains », souligne une tribune dans Le Figaro signée par Bruno Retailleau, Laurent Wauquiez, Valérie Pecresse, Michèle Tabarot, Annie Genevard François Baroin, Christian Jacob et Michel Barnier[37]. Parmi les autres signataires, Gérard Larcher, président LR du Sénat et Olivier Marleix, président du groupe parlementaire LR[38], demandent la démission d'Éric Ciotti[39], qui répond par « un affrontement surréaliste sur les réseaux sociaux » avec « le reste de sa famille politique »[40]. Gauthier Le Bret, journaliste de CNews, affirme que Gérard Larcher « négocie un accord avec la majorité présidentielle », ce qu'il dément immédiatement[5].

Ralliement simultané à Jordan Bardella de dirigeants du parti Reconquête

Le ralliement à Jordan Bardella coïncide avec celui de dirigeants du parti Reconquête. Sarah Knafo est invitée avec Sébastien Chenu et Éric Ciotti à l'émission « Touche pas à mon poste » sur C8, où Cyril Hanouna lui demande de répondre au téléphone en direct à Jordan Bardella devant « plus de 2 millions de téléspectateurs »[5]. Les trois vice-présidents du parti Reconquête (Marion Maréchal, Guillaume Peltier et Nicolas Bay), ainsi que Laurence Trochu, représentant quatre de ses cinq eurodéputés, appellent à soutenir l'alliance électorale RN-Éric Ciotti, malgré l'absence d'accord de partis, et en opposition à la ligne portée par Éric Zemmour[41],[42]. Éric Zemmour dénonce une trahison[43] et annonce leur exclusion[44].

Engagement du groupe de médias de Vincent Bolloré dans la campagne

Sur CNews, Pascal Praud fustige et exclut de tous les débats les élus LR en désaccord avec Éric Ciotti[5], le caricaturant comme « tellement décalés de la réalité lorsqu’ils fustigent le danger fasciste »[35]. Le groupe de médias de Vincent Bolloré s'engageant dans la campagne « à la manière d’un véritable parti politique »[5], pour "sauver le soldat Ciotti"[45], tactique présentant des "parallèles" avec celle d'Alfred Hugenberg, géant de l'acier et des médias en Allemagne dans les années 1930, selon la Prix Nobel d'économie Esther Duflo[46],[47]. Plusieurs présidents de région comme Xavier Bertrand, Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez demandent l'exclusion d'Éric Ciotti, le premier parlant de «trahison» avec le RN, et demandant aussi celle des députés LR soutenus ou investis par le RN[48].

Exclusion d'Éric Ciotti puis procédure en justice

Trouvant les portes closes, le bureau politique est contraint de se réunir « dans un bâtiment à proximité »[32], où il vote à l'unanimité l'exclusion d'Éric Ciotti, présenté comme un « traître » et charge Annie Genevard d'assurer l’intérim avec François-Xavier Bellamy et le trésorier Daniel Fasquelle[32]. L’exclusion d’Éric Ciotti est à nouveau votée le 14 juin, par une deuxième réunion via Internet, pour « renforcer juridiquement l'exclusion », « grâce au soutien des conseillers nationaux de LR »[49]. Ces deux exclusions successives sont contestées en justice en référé [50]. Le tribunal décide que la juridiction de fond doit être saisie « dans les huit jours » par « la partie la plus diligente ». Sa suspension temporaire de l'exclusion « sera caduque » après ces huit jours[50]. Ces « aspect légaux »[51] découlent d'interprétation divergente des statuts du parti sur le monopole, contesté, du président pour convoquer les instances[52]. L'audience a lieu le mercredi 26 juin à 16 heures et le bureau prévoit une nouvelle exclusion d'Éric Ciotti le 27 ou 28 juin[53].

Appel de 700 membres du Conseil national du parti à une 3e exclusion

Une source interne reconnait le que les deux votes des 12 et étaient juridiquement mal étayés, sans preuve que le conseil national avait voté dans le même sens. Le bureau décide donc de réunir le 18 juin les signatures d'environ 700 membres sur 2300 du conseil national de LR, "nombre plus que suffisant pour demander par écrit à Éric Ciotti, en vertu de l’article 24.3 des statuts, de convoquer un bureau politique" visant à l’exclure[54],[55],[2], le règlement intérieur lui accordant un délai de huit jours pour le convoquer, soit jusqu'au 26 juin 2024 à minuit. Ce délai échu, les membres du conseil national saisissent la justice pour désigner un mandataire ad hoc chargé de convoquer ce bureau[2]. Mais le tribunal judiciaire de Paris rejette cette demande et confirme de fait Éric Ciotti comme président du parti[56].

Sondage auprès de « sympathisants LR »

En juin 2024, un sondage annonce qu'une moitié des « sympathisants » LR approuveraient l’alliance avec le RN d'Éric Ciotti, sans donner d'indications sur l'étendue et le périmètre de cette notion de sympathisants[57].

Déclarations d'Aurélien Pradié des Républicains

Aurélien Pradié (2017).

Aurélien Pradié, député sortant du Lot, numéro 2 du parti jusqu'en , annonce qu'il quitte Les Républicains le , à quatre jours des législatives anticipées dans un entretien à La Dépêche du Midi[58]. Dès le lendemain du ralliement d'Éric Ciotti, il avait déclaré son «envie de vomir»[59] puis été « l’un des plus sévères »[60], car il a « trahi la droite »[60], estimant même qu'il fallait « le sortir de force du bureau du général de Gaulle »[60]. Inquiet que le nom « Les Républicains » soit « rincé et abîmé », par celui qui a été lors de la réforme des retraites de 2023 « la béquille du macronisme »[60] Aurélien Pradié se présente finalement sous l’étiquette de son micro-parti, "Du courage". « Nous sommes trente candidats, dont dix sortants, en France à ne pas se rattacher à LR présidé par Éric Ciotti » mais à ce parti qui est « une graine pour la suite », déclare-t-il[60]. Il précise cependant qu'il n'« a pas rendu sa carte Les Républicains »[61] et ne pas être opposé à voter de texte présenté par le RN : « quand il va dans le sens du pays, ce que j’ai toujours fait notamment en matière d’immigration ». Pierre-Henri Dumont le soutient dans sa prise de position[62],[60].

Investitures aux élections législatives de 2024

Le projet d'alliance contestée et la crise qui suit provoquent l'investiture de deux catégories de candidats s'affichant Les Républicains, souvent dans les mêmes circonscriptions, parfois après une incertitude. Le délégué aux outre-mer du RN, annonce qu'il ne présentera pas de candidat face au LR sortant Mansour Kamardine puis finalement investit Anchya Bamana[63]. Le RN a, « un temps, tendu la main » aussi à Pierre Cordier mais sans succès[64]. En Ardèche, le sortant Fabrice Brun quitte LR car il n'a pas apprécié la trahison d'Éric Ciotti[65]. Dans les Vosges, Stéphane Viry refuse investiture LR, pour confirmer son rejet de toute idée d’union avec le RN[66] mais en Haute-Loire, Jean-Pierre Vigier affirme qu'il est LR et « le reste » et qu'il « n’y a pas d’ambiguïté[67] ».

Candidats adoubés par Éric Ciotti

Jordan Bardella et Éric Ciotti annoncent au surlendemain des européennes que « plusieurs dizaines » de députés LR seront « soutenus » via cet « accord »[68] mais sans préciser de noms[68]et deux jours après la presse révèle que sur les 61 députés sortants, seule Christelle D'Intorni et lui en font partie. Éric Ciotti cite ensuite les députés européens Céline Imart et Christophe Gomart[69], mais la première se désolidarise[70].

Éric Ciotti investit finalement 61 candidats[1], jouant sur la confusion avec le nombre de députés LR sortants. Seulement un sur deux est adhérent LR[71]. Parmi eux, « quelques anciens députés » comme Brigitte Barèges (Montauban), Gilles Bourdouleix (Cholet) et Jacques Myard (Maisons-Laffitte)[1] mais « peu d’élus connus »[1], sinon Sébastien Meurant, ex-sénateur du Val-d'Oise, exclu de LR après son son soutien en 2022 à Éric Zemmour[1] et organisateur d'une opération d'influence russe selon Complément d'enquête[72],[73]. Leur nom est dévoilé par la presse au lendemain de la date limite de dépôt des candidatures.

Parmi eux, « de nombreux anciens soutiens » d'Éric Zemmour, mais aussi « des proches de Marion Maréchal Le Pen, des chroniqueurs de CNews, un porte-parole de Donald Trump en France », Typhanie Degois députée macroniste jusqu'en 2022[71] puis lobbyiste pour le milliardaire Pierre-Édouard Stérin[74] et de « très nombreux » parachutés depuis Paris[71], des avocats et dentistes ou encore François Fèvre, ex-directeur de communication de Robert Ménard à Béziers, qui a ensuite pris la direction de la radio RCF Sarthe[75]. On[style à revoir] y totalise 17,5 % de femmes[76], ce qui est sanctionné par des amendes en vertu de la loi tendant à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives[77]. Le , l'alliance annonce qu'elle retire leur investiture à deux de ses candidats après « la révélation de messages antisémites, racistes ou encore homophobes sur les réseaux sociaux[78] »:

  • Jean-Pierre Templier, suppléant d’Anthony Zeller dans le Loiret, est visé par une plainte du député Richard Ramos (MoDem) pour avoir écrit à propos de la communauté juive : « cette communauté nous dirige, combien sont au gouvernement, à la tête des entreprises du CAC 40 »[79],[78],[80]

Sébastien Laye, entrepreneur, financier et journaliste franco-américain, est investi dans les Hauts-de-Seine face à Gabriel Attal[83]. Éric Ciotti affronte le candidat LR Virgile Vanier-Guérin dans la 1re circonscription des Alpes-Maritimes[84]. Christelle D'Intorni candidate dans la 5e circonscription des Alpes-Maritimes et lui refusent les invitations des médias locaux à débattre avec leurs opposants, qui s’en indignent, amenant BFM Nice à annuler ses émissions et France 3 à renoncer à un débat[85].

Le candidat de cette alliance dans la 4e circonscription de l'Essonne Jérôme Carbriand est épinglé par L'Humanité pour avoir tenu des propos antisémites et homophobes dans un blog maintenant suprimé[86].

Candidats adoubés par la Commission nationale d'investiture des Républicains

De son côté, la commission nationale d’investiture (CNI) Les Républicains n'investit que 400 candidats contre 457 en 2022. « Trouver les candidats en une semaine, dans le cirque ambiant qu’a mis Éric Ciotti, avec les questions juridiques qui se posaient ça ne nous a pas simplifié la tâche ! » a expliqué Philippe Dallier, maire LR des Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)[87]. La liste n'est dévoilée par la CNI qu'au soir du [87], la clôture officielle des candidatures. En Haute-Garonne, sur les sept personnes proposées à la CNI, « deux candidats seulement ont décidé d’y aller », les autres ayant été inquiétées par les contestations en justice d'Éric Ciotti, selon la présidente de fédération Christine Gennaro-Saint[87].

Parmi les 400 candidats, 59 des 61 députés sortants, contre deux ( Éric Ciotti et Christelle D'Intorni[87]). LR n'a pas eu le temps de s'allier avec des candidats UDI dans des circonscriptions où il est moins implanté, comme en 2022[87].

Qualifiés pour le second tour

Sur 61 candidats d'Eric Ciotti présents au 1er tour avec le soutien du RN, 50 sont qualifiés pour le second et 25 peuvent espèrer être élus[88]. Parmi eux, Guilhem Carayon, patron des jeunes LR a obtenu 43,51 % des voix dans la quatrième circonscription du Tarn, où le RN n'avait receuilli que 35% aux Européennes [89] mais dont son père Bernard Carayon, a été élu de 1993 à 1997 et de 2002 à 2012, sous les couleurs du RPR puis de l’UMP[89]. Eric Ciotti a de son côté obtenu 40% dans sa circonscription mais Philippe Torre, dans la 2e circonscription de l'Aisne est proche de 50%[90].

Les Républicains n'ont que 56 qualifiés au second tour, malgré l'estimation de 41 à 61 sièges de Ipsos-Talan pour France Télévisions au soir du 1er tour[6] et ils ne sont en tête que dans vingt circonscriptions métropolitaines, bien que dans toutes du Cantal et de la Haute-Loire[90].

Seuls deux députés des deux camps impliqués dans cette crise sont élus au 1er tour, Christelle D'Intorni côté alliance avec le RN et Hervé Juvin pour les LR dits "canal historique".

Désistements, votes blanc et procédure d'exclusion de Xavier Bertrand

Les Républicains, qui n'avaient présenté que 400 candidats dont 56 qualifié au 2e tour ne donnent aucune consigne générale de vote pour le second, où ils sont présents dans 36 triangulaires dont 29 face au RN et seulement 3 face à la gauche mais multiplié les expressions au cas par cas. Le président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, a annoncé son soutien à Aurore Bergé, figure du parti du président, arrivée en tête dans les Yvelines, face au candidat RN[91] tandis que Marc-Philippe Daubresse, sénateur LR du Nord, a déclaré qu'il voterai blanc en "cas de duel entre un candidat LFI et un RN"[91] mais François-Xavier Bellamy, vice-président du parti, refuse de rejoindre un front républicain contre le RN, jugeant que le danger « c’est l’extrême gauche »[92].

Sur le plateau de l’émission de France 2 « Les 4 vérités », Éric Ciotti a annoncé son intention d'engager une « procédure d’expulsion » de LR de Xavier Bertrand[93].

Analyses

Cette crise, considérée comme une trahison par les « ténors du parti » gaulliste mais présentée comme une « révolution politique » par Éric Ciotti[94], voit pour la première fois un bureau politique d'un grand parti exclure son président[95], lors d'un « vaudeville stupéfiant » selon la presse[32].

Selon Gilles Richard, professeur d'histoire contemporaine, les racines sont l'élection d'Emmanuel Macron « sur une ligne libérale et européiste », ayant « fait voler en éclats l’équilibre de LR », une partie se rapprochant du FN en 2018. Selon lui LR « aurait dû trancher » entre les deux lignes en son sein, car il deviendra « un satellite du RN, sans vraie autonomie » s'il suit Éric Ciotti, mais « s'il s'allie à la droite macroniste, il restera un parti satellite relativement marginal », s'il s'allie à la droite macroniste[96][source insuffisante].

Aucun autre groupe politique n'étant susceptible de rejoindre le RN et ceux des Républicains alliés à lui comme Éric Ciotti, la France « se dirige tout droit vers une crise de régime », analyse la politologue Virginie Martin, professeure chercheuse à Kedge Business School[97]. Pour sa part, Éric Ciotti a dénoncé une « basse manœuvre de la macronie visant à déstabiliser nos candidats et nos électeurs » la classification de ses 63 candidats en « Union de l'extrême droite » par le ministère de l'Intérieur, qui selon lui « constitue un scandale démocratique d'une gravité inédite »[98].

Notes et références

  1. a b c d et e Manon Cottentin, « Législatives : qui sont les candidats de l’alliance Ciotti-RN ? », Le Parisien, (consulté le )
  2. a b c et d Alexandra Gonzalez et Emilie Roussey, « Crise chez Les Républicains: un nouveau bureau politique demandé à Éric Ciotti », sur BFM TV, (consulté le )
  3. K. Helies, M. Renier, E. Dupont et A. Joudi, « Législatives 2024 : une bataille sans merci dans le 17ème arrondissement de Paris », sur Franceinfo, (consulté le )
  4. Maxime Tellier, « ENQUÊTE. Avisa Partners : dans les coulisses de la sulfureuse agence d’influence soupçonnée de désinformation », sur Franceinfo, (consulté le )
  5. a b c d e f et g Ariane Chemin et Ivanne Trippenbach, « Législatives 2024 : comment les médias de Vincent Bolloré orchestrent l’alliance du RN et de la droite », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  6. a et b Laure Cometti, « Résultats des législatives 2024 : Les Républicains limitent la casse au premier tour, mais restent en sursis », francetvinfo.fr, 1er juillet 2024.
  7. D. Doucet, Louis Hausalter et Mathias Thépot, « Pourquoi Bolloré protège Zemmour », Marianne, (consulté le )
  8. Raphaël Garrigos, Isabelle Roberts et Simon Lambert (illustrateur), « Zemmour, le candidat du système Bolloré » Accès payant, sur Les Jours, (consulté le )
  9. « Vincent Bolloré se défend de promouvoir Éric Zemmour dans ses médias », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi, « Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour » Accès payant, sur Mediapart, (consulté le )
  11. Anthony Berthelier, « Hollande dénonce le rôle de Bolloré et de son groupe dans la montée en puissance de Zemmour », sur Le HuffPost, (consulté le )
  12. « Éric Ciotti officialise sa candidature à la présidence du parti Les Républicains », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  13. Antoine Comte, « Présidence des Républicains : Éric Ciotti arrive en tête et affrontera Bruno Retailleau au second tour », sur Franceinfo, (consulté le )
  14. «Éric Ciotti est celui qui fera gagner la droite» Accès payant, Le Figaro, (consulté le )
  15. a b et c Alexandre Pedro, « Les Républicains : les raisons qui ont poussé Éric Ciotti à destituer son numéro deux, Aurélien Pradié », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  16. Eloi Passot, Agence France-Presse, « Éric Ciotti démet Aurélien Pradié de son poste de numéro 2 des Républicains », Le Figaro, (consulté le ).
  17. Agence France-Presse, « Aurélien Pradié démis de ses fonctions de numéro deux de LR à la suite de ses prises de positions sur la réforme des retraites », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. Ludovic Vigogne, « LR: la lettre au vitriol des proches d'Aurélien Pradié à Éric Ciotti », sur L'Opinion, (consulté le )
  19. Alexandre Chauveau, « Retraites, motion de censure transpartisane... Les Républicains plus divisés que jamais », sur Europe 1, (consulté le )
  20. Victor Alexandre, Fabien Casaleggio et Louis Valleau, « Européennes 2024 : le déclin du vote LR et François-Xavier Bellamy en deux cartes », Le Parisien, (consulté le )
  21. a et b Victor Boiteau, « Résultats des européennes 2024 : Les Républicains, sans surprise parti » Accès payant, Libération, (consulté le )
  22. « “Macron KO” : le triomphe du RN à la une de la presse internationale », Courrier international, (consulté le )
  23. Claire Conruyt et Emmanuel Galiero, « Législatives : Éric Ciotti annonce que LR va nouer une «alliance avec le Rassemblement national» » Accès payant, Le Figaro, (consulté le )
  24. a b c d e et f Raphaëlle Bacqué, « Comment Éric Ciotti a orchestré avec Vincent Bolloré l’annonce de son ralliement au RN » Accès payant, Le Monde, (consulté le ).
  25. Alexandre Pedro, « Les Républicains envoient à Éric Ciotti son avis d’expulsion après une folle journée », Le Monde,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le )
  26. « Législatives. Quand Pascal Praud est prévenu avant Gabriel Attal de la dissolution de l’Assemblée », sur Ouest-France, (consulté le )
  27. Victor Boiteau, « Législatives anticipées : Ciotti tend la main au RN et plonge la droite dans le chaos », Libération, (consulté le )
  28. G.G., Agence France-Presse, « Alliance LR-RN aux législatives: Le Pen salue le « choix courageux » d'Éric Ciotti », sur BFM TV, (consulté le ).
  29. D. Brignand, F. Cerulli et P. Feretti, « Alpes-Maritimes : battus sur leurs terres, les Républicains vont-ils s'allier avec le Rassemblement national ? », sur Franceinfo, (consulté le )
  30. « Après Guilhem Carayon, l’eurodéputée LR Céline Imart soutient Éric Ciotti », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Guy Drut : « Il n’y a aucune raison que les Jeux olympiques se passent mal avec un gouvernement RN » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. a b c d e et f Philippe Rioux, « Élections législatives 2024 : "On est chez les dingues…" Avec l’accord LR-RN, la crise chez les Républicains vire au vaudeville », La Dépêche du Midi, (consulté le )
  33. a et b Salomé Ferraris, « Accord RN-Ciotti: la bataille interne chez les Républicains se déroule aussi sur les réseaux sociaux », sur BFM TV, (consulté le )
  34. Hortense de Montalivet, « Crise chez Les Républicains: Éric Ciotti se filme dans son bureau et se dit au travail "pour la France" », sur BFM TV, (consulté le )
  35. a et b « Éric Ciotti a préparé avec Vincent Bolloré son ralliement au RN en vue des législatives françaises », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le )
  36. Raphaël Grably, « Données personnelles: pourquoi il faut se méfier de la pétition d'Éric Ciotti », sur BFM TV, (consulté le )
  37. Maëlane Loaëc et Salomé Vincendon, « Législatives : Xavier Bertrand demande l'exclusion d'Éric Ciotti des Républicains après sa «trahison» avec le RN », Le Parisien, (consulté le )
  38. Martin Lagrave, « Législatives : les ténors des Républicains s’opposent à l’accord avec le Rassemblement national », Le Figaro, (consulté le )
  39. « En direct, élections législatives : Éric Ciotti veut une alliance de la droite avec le RN, les appels à sa démission se multiplient chez LR », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. Martin Lagrave, « Éric Ciotti exclu de LR : bataille pour le contrôle des réseaux sociaux des Républicains », Le Figaro, (consulté le )
  41. « En direct, législatives 2024 – La recomposition politique à l’extrême droite s’accélère : Éric Ciotti exclu de LR pour son alliance avec le RN, Marion Maréchal refuse la stratégie d’Éric Zemmour » Accès payant, Le Monde, (consulté le )
  42. Jacques Paugam, « Législatives 2024 : Marion Maréchal acte sa rupture avec Éric Zemmour », Les Échos, (consulté le )
  43. Agence France-Presse, « Législatives 2024 : Éric Zemmour annonce l'exclusion de Marion Maréchal de Reconquête », sur Europe 1, (consulté le )
  44. « DIRECT. Législatives 2024 : Éric Zemmour annonce l'exclusion de Marion Maréchal, Nicolas Bay, Guillaume Peltier et Laurence Trochu de son parti, Reconquête », sur Franceinfo, (consulté le )
  45. Samuel Gontier, « Sur CNews et C8, il faut sauver le soldat Ciotti ! » Accès payant, Télérama, (consulté le )
  46. Esther Duflo, « Comment en Allemagne en 1932 les divisions de la droite ont facilité l'ascension d'Hitler », sur France Culture, (consulté le )
  47. « Vincent Bolloré hors la loi - L'Humanité », sur https://www.humanite.fr, (consulté le )
  48. Maëlane Loaëc, Salomé Vincendon, Mathilde Durand, Eloïse Bartoli et Léo Aguesse, « Législatives : Xavier Bertrand demande l'exclusion d'Éric Ciotti des Républicains après sa «trahison» avec le RN », Le Parisien, (consulté le )
  49. Article par Le Figarole 14 juin 2024 [1]
  50. a et b Article dans Le Parisien avec AFP, le 14 juin 2024 [2]
  51. Article sur Radio France le 15/06/2024 [3]
  52. Florian Gouthière, « Crise à LR : quelle est la composition du bureau politique du parti qui pourrait décider du sort Eric Ciotti ? », Libération, (consulté le )
  53. « Crise chez LR: une nouvelle audience en référé des frondeurs pour exclure Éric Ciotti », sur BFM TV, (consulté le )
  54. « Législatives 2024 : Emmanuel Macron estime que le Nouveau Front populaire propose « un programme totalement immigrationniste » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. Anthony Lattier, « Les adeptes du “en second temps” », sur Politico, (consulté le )
  56. « La justice déclare irrecevable la troisième tentative de LR d'exclure Éric Ciotti », sur Le Figaro, (consulté le )
  57. Célestine Gentilhomme, « Législatives : la moitié des sympathisants LR approuvent « l’alliance » avec le RN annoncée par Ciotti » Accès payant, Le Figaro, (consulté le )
  58. Laetitia Bertoni et Gil Bousquet, « EXCLUSIF. Législatives 2024 - Aurélien Pradié quitte LR : "Le parti auquel j’appartenais est mort et n’est plus capable de parler aux Français" », La Dépêche du Midi, (consulté le )
  59. "«Quel destin misérable!» : le ralliement d’Éric Ciotti au RN a donné «envie de vomir» au député LR Aurélien Pradié", par Eloïse Cimbidhi dans Le Figaro le 12 juin 2024
  60. a b c d e et f « Le député sortant Aurélien Pradié, ancien numéro 2 du parti, quitte Les Républicains », Le Monde, (consulté le )
  61. Article par Valérie Hacot le 26 juin 2024 dans Le Parisien [4]
  62. « Législatives 2024 : Aurélien Pradié acte sa rupture avec LR », Les Echos, (consulté le )
  63. Article dans Franceinfo en [5]
  64. Julien Leprieur, « Législatives 2024 : qui est Pierre Cordier, candidat divers droite à sa succession dans la 2e circonscription des Ardennes ? », L'Ardennais, (consulté le )
  65. « Législatives 2024 : l'Ardéchois Fabrice Brun quitte Les Républicains », sur ici par France Bleu et France 3, (consulté le )
  66. « Le député sortant Stéphane Viry candidat dans la 1re circonscription des Vosges ». Article par Philippe Nicolle le dans Vosges Matin en [6]
  67. « Élections législatives : Jean-Pierre Vigier (LR) annonce sa candidature sur la deuxième circonscription de Haute-Loire ». Article dans L'Éveil de la Haute-Loire en [7]
  68. a et b « Elections législatives 2024 : Jordan Bardella annonce un « accord » entre le RN et Éric Ciotti avec « plusieurs dizaines » de députés LR « soutenus » » [8]
  69. Article par François Blanchard et Alexis Cuvillier, BFM TV le [9]
  70. Article par Sylvain Duchampt, France 3 le [10]
  71. a b et c « Législatives 2024 : les amis d’Éric Ciotti alliés avec le RN, un ensemble hétéroclite où les LR sont minoritaires », article par Alexandre Pedro et Clément Guillou, dans Le Monde le [11]
  72. « Complément d'enquête France : les réseaux Poutine », (consulté le )
  73. « "Complément d’enquête" : piégés par la propagande russe, des parlementaires finissent sur une chaîne pro-poutine », sur midilibre.fr (consulté le )
  74. « Législatives : Typhanie Degois, une lobbyiste de Pierre-Édouard Stérin en campagne sous l'étiquette RN-LR », sur La Lettre,
  75. [12]
  76. Article par Guillaume Jacquot, Public Sénat le [13]
  77. « Lois pour la parité politique : un dispositif contraignant, des résultats contrastés », sur vie-publique.fr (consulté le )
  78. a b et c Article dans L'Humanité le par Julia Hamlaoui [14]
  79. « Législatives 2024 : plainte contre un suppléant du RN dans le Loiret pour des propos sexistes, racistes et antisémites », par Christophe Dupuy , et François Guéroult, France Bleu, [15]
  80. « LÉGISLATIVES: ANTISÉMITISME, RACISME ET SEXISME... UN CANDIDAT SUPPLÉANT RN BIENTÔT EXCLU DANS LE LOIRET » par Ariel Guez, le [16]
  81. StreetPress, « « Juif qui parle, bouche qui ment » : Louis-Joseph Pecher, le candidat antisémite de Ciotti et du RN », sur StreetPress (consulté le )
  82. Radio France le [17]
  83. « Élections législatives : Éric Ciotti investit le LR Sébastien Laye face à Gabriel Attal », par Emmanuel Galiero dans Le Figaro le [18]
  84. "Législatives : Virgile Vanier-Guérin, le novice LR envoyé au feu face à Éric Ciotti à Nice" par Lucas Hélin le 19/06/2024 dans Le Figaro [19]
  85. "Éric Ciotti et Christelle d’Intorni refusent de participer à des débats", par Lucas Hélin dans Le Figaro[20]
  86. Alban Chrétien, « « Pédéraste », « Aryens » et « Juifs nomades » : plongée dans l’ancien blog du candidat d’extrême droite Jérôme Carbriand » Accès payant, L'Humanité, (consulté le )
  87. a b c d et e Article par Guillaume Jacquot sur Public Sénat le [21]
  88. "Législatives : Eric Ciotti en passe de réussir son pari", article par Christine Ollivier dans le journal L'Opinion
  89. a et b Article par Victor Boiteau le 30 juin 2024 dans Libération [22]
  90. a et b "Législatives 2024: le RN en tête, mais les alliances et désistements peuvent tout changer", par Hugo Romani et Émile Vaizand, dans Slate le 1er juillet 2024 [23]
  91. a et b  Public Sénat [24]
  92. « Le RN est au top mais LR ne donne pas de consigne de vote au second tour », sur 20 minutes, (consulté le )
  93. Article par Nathalie André le 3 juillet 2024 dans Le Télégramme [25]
  94. Eloïse Cimbidhi, « Crise à LR : « L'amitié passe après l'intérêt général du pays », tranche Éric Ciotti », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  95. Europe 1 et AFP, « Crise chez Les Républicains : un nouveau bureau politique du parti valide l'exclusion d'Éric Ciotti », .
  96. Article par Ariane Ferrand le 16 juin 2024 dans Le Monde [26]
  97. Simon Barbarit, « Législatives : pourquoi l’absence de majorité absolue peut conduire à une crise de régime ? », sur publicsenat.fr, (consulté le )
  98. "Législatives 2024 : Éric Ciotti fâché d’être désigné « union de l’extrême droite » par Romain Herreros, Huffington Post le 20 juin 2024 [27]

Voir aussi

Une catégorie est consacrée à ce sujet : Les Républicains.