Encyclopédie Wikimonde

2 456 415 articles

Élections législatives françaises de 2022

Les élections législatives françaises de 2022 ont lieu les et afin d'élire les 577 députés de la XVIe législature de la Cinquième République.

Ces élections législatives font suite à l'élection présidentielle organisée au mois d', dont le second tour a vu le président sortant Emmanuel Macron être élu pour un second mandat face à Marine Le Pen du Rassemblement national, tandis que Jean-Luc Mélenchon, candidat de l'Union populaire, a terminé à la troisième place.

Jean-Luc Mélenchon, peu après sa défaite au premier tour, appelle les Français à « l'élire Premier ministre » et appelle de ses vœux une cohabitation. Dans les semaines qui suivent, il initie la création de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES) regroupant La France insoumise et les autres partis de gauche : le Parti socialiste, Europe Écologie Les Verts et le Parti communiste français. Les différents partis de la majorité (La République en marche, le MoDem, Agir et Horizons) se regroupent aussi au sein d'une coalition nommée Ensemble. Au-delà de ces deux acteurs, Les Républicains et le Rassemblement national peuvent aussi espérer réaliser des performances notables.

Le premier tour est marqué par une abstention record de 52,5 %, et par une quasi-égalité entre la NUPES et Ensemble. Le second tour est marqué par une abstention de 53,8 % cependant moindre que celle de 2017. Ensemble reste la principale force de l'Assemblée nationale avec 245 sièges, mais perd largement sa majorité absolue. La NUPES obtient 131 à 150 sièges - selon, entre autre, la comptabilisation ou non des députés d'outre-mer - doublant sa représentation, notamment grâce aux résultats obtenus dans les métropoles. La surprise vient du RN qui effectue, malgré un mode de scrutin historiquement défavorable à l'extrême droite, une percée électorale avec 89 députés, soit une progression de 81 sièges, notamment dans les départements ruraux. Avec 64 sièges, LR perd la moitié de sa représentation et devient la 3e force de l'opposition, avec un potentiel rôle d'arbitre. L'UDI disparait presque totalement avec 3 sièges.

Pour la première fois depuis les législatives de 1988, le président élu ne dispose que d'une majorité relative dans la foulée de l'élection présidentielle. C'est aussi la première fois depuis l'instauration du quinquennat en 2000. La XVIe législature est ainsi l'une des plus fragmentées de la Ve République. Ce résultat est perçu par les commentateurs comme un désaveu pour Emmanuel Macron et un risque de grande instabilité politique et de blocages institutionnels, les différentes forces en présence étant à la fois très polarisées et divisées, limitant les possibilités d'accords entre partis.

Rachel Keke

Rachel Keke, née le à Abobo (Côte d'Ivoire), de son nom complet Rachel Keke Raïssa, est une gouvernante et femme politique franco-ivoirienne.

Comme gouvernante, elle est l'une des porte-parole de la grève des femmes de chambre de l'hôtel Ibis Batignolles entamée en 2019. Cette mobilisation, aboutie après 22 mois, est considérée comme la plus longue de l'histoire de l'hôtellerie en France.

Investie par La France insoumise, elle est élue députée aux élections législatives de 2022 dans la 7e circonscription du Val-de-Marne.

Rachel Keke est née en 1974 dans la commune d'Abobo, au nord d'Abidjan, en Côte d’Ivoire, d'une mère vendeuse de vêtements et d'un père conducteur d'autobus. Elle est originaire de l’ethnie des Dida du peuple Krou. Son grand-père combat avec les forces françaises pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle perd sa mère à l'âge de 12 ans et commence à travailler à 16 ans comme coiffeuse. Elle travaille également ensuite comme caissière et comme aide à domicile pour personnes âgées. À la suite du coup d'État de décembre 1999 en Côte d'Ivoire, elle arrive en France à 26 ans et y exerce son métier dans le salon de coiffure de son oncle. Naturalisée française en 2015, elle a cinq enfants et s'est remariée en 2016 à Bobby Yodé, un chanteur de zouglou, une musique urbaine ivoirienne.

Elle commence à travailler comme femme de chambre à l'hôtel Ibis Batignolles en avril 2003, employée par les sous-traitants successifs. Longtemps à temps partiel, ses demandes pour passer à plein temps n'aboutissent qu'en 2017. Elle devient gouvernante en 2019. Ses conditions de travail ont des effets sur sa santé et elle est en arrêt maladie en février 2019. Son salaire mensuel net passe de 1 300 à 1 700 euros grâce au succès de la mobilisation de 2019 - 2021. Elle indique au sujet de ce métier qu'il « détruit le corps. Il y a des syndromes du canal carpien, des tendinites, des maux de dos... ». Dans le cadre de ce travail, elle est également confrontée au racisme et à des tentatives d'agressions sexuelles.

Le 17 juillet 2019, vingt-huit femmes de chambres de l'hôtel Ibis Batignolles majoritairement africaines, dont Rachel Keke, se mettent en grève pour une durée illimitée. Elles dénoncent alors leurs conditions de travail et leur sous-rémunération auprès de leurs employeurs le groupe hôtelier Accor et son sous-traitant STN.

Accompagnée de ses collègues, et notamment de la porte-parole Sylvie Kimissa, elles subsistent grâce aux caisses de soutien et cagnottes en ligne mises en place par les syndicats et donateurs anonymes.

Le combat des femmes de chambre prend fin en mai 2021 par un accord où elles obtiennent une revalorisation des qualifications et des salaires, la prise en compte des heures supplémentaires et une prime de repas. Par contre, elles n'obtiennent pas la fin de la sous-traitance et l'intégration chez Accor.

Depuis la fin de cette mobilisation, Rachel Keke dénonce plus généralement dans les médias l’injustice que subissent les femmes noires dans la société française. Elle insiste sur les conséquences que les emplois précaires qu'elles occupent majoritairement ont sur leur santé physique et mentale (accidents du travail, harcèlement moral et sexuel, mépris, etc.).

Rachel Keke rejoint le Parlement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES), organisation visant à rassembler personnalités, associatifs et citoyens de la société civile autour de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise à l'élection présidentielle de 2022. Elle participe activement à la campagne et intervient à des réunions publiques au côté de députés insoumis.

Vêtue de la tenue africaine de fête qu'elle portait pour la signature de l'accord mettant fin à la grève de l'hôtel Ibis, elle réalise une intervention remarquée à la convention de lancement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale du où elle évoque la situation des travailleurs essentiels et l'importance de les représenter à l'Assemblée. Sa prise de parole est décrite par les observateurs comme la plus applaudie par le public.

Investie par La France insoumise, elle est candidate aux élections législatives de 2022 dans la septième circonscription du Val-de-Marne, où elle réside. La circonscription est traditionnellement ancrée à droite.

Au premier tour de l'élection, Rachel Keke obtient 37,22 % des suffrages exprimés et termine en première position, en ballottage favorable devant l'ancienne ministre des Sports du gouvernement Philippe II et du gouvernement Jean Castex Roxana Maracineanu (23,77 %). Elle est élue au second tour à 177 voix près avec 50,30 % des suffrages face à Roxana Maracineanu.

À la suite de son élection, des captures d'écran d'anciens messages de Rachel Keke sur Facebook ont circulé sur les réseaux sociaux. Ces messages, retrouvés par des internautes, sont des soutiens à Marine Le Pen et au Rassemblement national en 2017, au régime de Bachar el-Assad, ou bien encore des messages racistes. Le , Rachel Keke reconnaît avoir repartagé ces posts sur Facebook, mais qu'ils ne reflètent plus ce qu'elle défend aujourd'hui.

Raquel Garrido

Raquel Garrido, née le mardi à Valparaíso au Chili, est une avocate, chroniqueuse et femme politique franco-chilienne.

Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise (LFI) pendant plus d'un an, elle en était également l'avocate. Elle est élue députée le 19 juin 2022, dans la 5e circonscription de la Seine-Saint-Denis, sous la bannière de la Nupes, en battant le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde.

Raquel Garrido est la fille de Guillermo Garrido, ingénieur chimiste chilien et de María Eugenia Montecinos, assistante de direction. Elle est la sœur de l'artiste Tatiana Garrido (Mistysa). Elle naît le à Valparaíso, au Chili.

Deux jours après le coup d'État du , à cause de leur appartenance à l'organisation d'extrême gauche Mouvement de la gauche révolutionnaire, ses parents sont emprisonnés ainsi que ses oncles et tantes. Ils décident de s'exiler à Toronto au Canada en puis en France à Marly-le-Roi (où Raquel Garrido va rester), au Brésil puis retournent enfin au Chili pour les projets professionnels de son père d'après ce qu'elle décrit comme une « vie d'errance et d'exil ».

Élisabeth Borne

Élisabeth Borne, née le dans le 15e arrondissement de Paris, est une haute fonctionnaire et femme d'État française. Elle est Première ministre depuis le .

Ingénieure générale des ponts et chaussées, préfète de la région Poitou-Charentes de 2013 à 2014 puis directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l'Écologie de 2014 à 2015, elle est présidente de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) de 2015 à 2017.

Longtemps proche du Parti socialiste, elle rejoint La République en marche dès la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron puis est nommée ministre chargée des Transports en dans le premier gouvernement Édouard Philippe, sous la première présidence d'Emmanuel Macron. En , elle est nommée ministre de la Transition écologique et solidaire, en remplacement de François de Rugy, démissionnaire. Elle est nommée l'année suivante ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion dans le gouvernement Jean Castex. Elle rejoint le parti Territoires de progrès courant 2020.

À la suite de l'élection présidentielle de 2022 et de la seconde présidence d'Emmanuel Macron, elle est nommée Première ministre, devenant la seconde femme à occuper ce poste dans un gouvernement français, trente ans après Édith Cresson.

XVIe législature de la Cinquième République française

La XVIe législature de la Cinquième République est un cycle parlementaire français qui s'ouvre en , à la suite des élections législatives de juin 2022. Les premiers travaux de l'Assemblée nationale prendront place le mardi avec l'élection de son président.

Les élections législatives de 2022 ont lieu les dimanches et . Le premier tour est marqué par une abstention record de 52,5 %, et par une quasi-égalité entre la coalition de gauche et la majorité présidentielle. Le second tour est marqué par une abstention de 53,8 % cependant moindre que celle de 2017. Ensemble, la coalition des partis de la précédente majorité, composée de La République en marche, le MoDem, Agir et Horizons, reste la principale force de l'Assemblée nationale avec 245 sièges, mais perd largement sa majorité absolue. La Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES), une coalition de gauche regroupant La France insoumise, le Parti socialiste, Europe Écologie Les Verts et le Parti communiste français, obtient 131 sièges, doublant sa représentation, notamment grâce aux résultats obtenus dans les métropoles. La surprise vient du Rassemblement national (RN) qui effectue, malgré un mode de scrutin historiquement défavorable à l'extrême droite, une percée électorale avec 89 députés, soit une progression de 81 sièges, notamment dans les départements ruraux. Avec 64 sièges, Les Républicains (LR) perd la moitié de sa représentation et devient la 3e force de l'opposition, avec un potentiel rôle d'arbitre. L'Union des démocrates et indépendants (UDI) disparait presque totalement.

Pour la première fois depuis les législatives de 1988, le président élu ne dispose que d'une majorité relative dans la foulée de l'élection présidentielle. C'est aussi la première fois depuis l'instauration du quinquennat en 2000. La XVIe législature est l'une des plus fragmentées de la Ve République. Ce résultat est perçu par les commentateurs comme un désaveu pour Emmanuel Macron et un risque de grande instabilité politique ou de blocages institutionnels, les différentes forces en présence étant à la fois très polarisées et divisées, limitant les possibilités d'accords entre partis.

Parmi les 577 élus à l'ouverture de la législature, et entrant en fonction le , on dénombre 215 femmes (37,3 %, contre 38,7 % lors de la XVe législature et 26,9 % lors de la XIVe législature) et 362 hommes (62,7 %). Au début de leur mandat, l'âge moyen des députés est de 49 ans, tandis que l'âge médian est de 49 ans et 7 mois. Les députés ont entre 21 ans pour le plus jeune et 79 ans pour le plus âgé.

Les premiers groupes sont constitués le mardi avant 18 heures, après la première séance de la législature. Ils sont ensuite publiés a Journal Officiel du lendemain. Certains partis organisent en amont l'élection de leurs futurs présidents.

Le mercredi , Aurore Bergé est élue présidente du groupe Renaissance (environ 170 députés) dès le premier tour.

Jean-Paul Mattei est élu président du groupe MoDem (48 députés) dès le premier tour, succédant à Patrick Mignola, non réélu lors des élections législatives.

Le même jour, Olivier Marleix est élu face à Julien Dive pour succéder à Damien Abad à la présidence de groupe du parti Les Républicains (61 députés).

Le mercredi , Mathilde Panot est réélue à l'unanimité pour présider le groupe La France Insoumise (environ 75 députés), Laurent Marcangeli est élu par acclamation président du futur groupe du parti Horizons (29 députés), membre de la coalition Ensemble, André Chassaigne est reconduit à la présidence du groupe Gauche démocrate et républicaine (18 députés), et Marine Le Pen est acclamée présidente du Groupe Rassemblement national (qui succède au groupe Front national – Rassemblement national qui existait de 1986 à 1988) qui devient le premier groupe d'opposition avec 89 députés.

Le jeudi , Julien Bayou et Cyrielle Chatelain sont élus à l'unanimité coprésidents du Groupe écologiste, qui est lui aussi recréé (il avait existé de 2012 à 2016). Ils désignent Sandrine Rousseau comme candidate à un poste de vice-présidente de l'Assemblée nationale. Le groupe écologiste compte 23 députés.

Le jeudi , Boris Vallaud est élu président du groupe socialiste face à Guillaume Garot pour succéder à Valérie Rabault qui ne se représente pas. Jérôme Guedj retire quant à lui sa candidature peu avant le vote. Le groupe socialiste compte 32 députés.

Est également créé, à l'initiative d'Olivier Serva,un groupe composé notamment d'élus ultramarins nommé Utiles (ultramarins, territoires, insularités, liberté, égalité et solidarités), qui compterait 17 à 22 députés.

L'Assemblée nationale nouvellement élue se réunit pour la première fois le mardi à 15 heures. Cette séance, présidée par le doyen d'âge José Gonzalez du Rassemblement national (79 ans), doit servir à l'élection du président de l'Assemblée. Les six députés les plus jeunes remplissent les fonctions de secrétaires jusqu'à la composition du Bureau.

La coalition électorale Ensemble, constituée des groupes LREM, MoDem et Horizons, organise une primaire interne le mercredi 22 juin 2022 afin de désigner son candidat pour l'élection. Yaël Braun-Pivet l'emporte face à Roland Lescure, Joël Giraud, Barbara Pompili et Sophie Errante. D'abord candidat, Éric Woerth se retire avant le vote.

Le Bureau de l'Assemblée nationale est composé du président de l'Assemblée, des 6 vice-présidents, des 3 questeurs ainsi que des 12 secrétaires. Il est composé le mercredi à 15 heures, en séance publique. Plus tôt dans la journée, une réunion entre le Président et les présidents de groupes doit permettre de répartir les postes, à moins qu'il ne soit décidé de l'organisation d'un scrutin. L'heure limite de dépôt des candidatures pour les fonctions du Bureau est fixée à 14 heures 30.

Lors de l'ouverture de la XVIe législature, le mardi , Emmanuel Macron est président de la République depuis 5 ans, 1 mois et 14 jours. Il a été élu président une première fois le dimanche avec 66,10 % des suffrages puis réélu pour un second quinquennat le dimanche avec 58,55 % des voix. Il nomme Élisabeth Borne Première ministre le 20 mai 2022.

Le 21 juin 2022, après le second tour des élections législatives de 2022, Élisabeth Borne présente sa démission au président de la République, qui la refuse.

Christophe Galtier

Christophe Galtier, né le à Marseille (France), est un joueur puis entraîneur français de football. Il a évolué au poste de défenseur de 1985 à 1999, avant de devenir entraîneur à partir de 1999. Il est notamment l'entraîneur de l'AS Saint-Étienne de 2009 à 2017. Il prend la succession de Joao Sacramento à la tête du LOSC Lille en décembre 2017. Il entraîne l'OGC Nice depuis juin 2021.

Formé à l'Olympique de Marseille, il passe la majorité de sa carrière de joueur en France, évoluant notamment pour le club phocéen de 1985 à 1987 et de 1995 à 1997, avec qui il est finaliste de la Coupe de France en 1986 et en 1987. Il porte également les couleurs du Lille OSC et du Toulouse FC respectivement de 1987 à 1990 et de 1990 à 1993, suivi de brefs passages au SCO d'Angers et au Nîmes Olympique. La fin de sa carrière le voit passer brièvement à l'AC Monza en Italie et au Liaoning Yuandong en Chine.

À la fin de sa carrière de joueur en 1999, Galtier devient l'adjoint de Bernard Casoni à l'Olympique de Marseille, poste où il reste jusqu'en avril 2001, assurant brièvement l'intérim en tant qu'entraîneur principal en 2000. Après une première expérience d'entraîneur en Grèce avec l'Aris Salonique et un nouveau poste d'adjoint au Sporting Club de Bastia, il devient l'adjoint d'Alain Perrin pendant près de cinq ans entre 2004 et 2009, avec qui il passe notamment par Al Ain Club aux Émirats arabes unis, Portsmouth en Angleterre, puis le FC Sochaux-Montbéliard et l'Olympique lyonnais. Après le renvoi de Perrin de l'AS Saint-Étienne en 2009, Galtier se voit confier le poste d'entraîneur principal de l'équipe alors mal en point en championnat et proche de la relégation. Après avoir maintenu le club à l'issue de la saison 2009-2010 et obtenu une dixième place la saison suivante, « les Verts » deviennent sous ses ordres un prétendant récurrent aux places de Ligue Europa en championnat et remportent la Coupe de la Ligue en 2013. Il quitte le club stéphanois au terme de la saison 2016-2017.

Il est, de la fin d’année 2017 à l'été 2021, l’entraîneur du LOSC Lille. En 2018, il permet au club de se maintenir après une rude saison. La saison 2018-2019 sera marquée par une qualification en Ligue des champions due à l’excellente saison du LOSC, vice-champion de Ligue 1. Lors de la saison 2020-2021, l'équipe du LOSC Lille est championne de France au terme d'un très beau parcours tout au long de l'année. Elle acquiert son titre lors de la dernière journée de Ligue 1 en battant Angers sur le score de 2 à 1. Auréolé de ce titre de champion de France, Galtier s'engage ensuite à l'OGC Nice pour un contrat de trois ans.

Christophe Galtier commence le football aux Sports Olympiques Caillolais, club formateur marseillais qui a révélé de nombreux jeunes comme Jean Tigana ou Éric Cantona, avant d'intégrer en 1982 le centre de formation de l'Olympique de Marseille au poste de milieu défensif où il retrouve son cousin Jean-Charles De Bono. En 1983, il fait partie de l'équipe de France juniors B1 aux côtés d'Alain Roche et Franck Silvestre. Il fait ses débuts en première division contre Brest le 30 juillet 1985, puis s'imposera rapidement dans l'équipe type en tant que solide défenseur, rugueux de réputation. Il joue 52 matchs et atteint la finale de la coupe de France à deux reprises avec le club phocéen, mais à la fin de la saison 1986-1987, alors que son contrat prend fin et que le club de Marseille connait un important remaniement après l'arrivée de Bernard Tapie, il choisit de s'engager avec le Lille OSC.

Régulièrement appelé en équipe de France espoirs, il remporte avec la génération où se sont imposés Éric Cantona, Laurent Blanc, Stéphane Paille et Alain Roche le Championnat d'Europe de football Espoirs 1988, mais ne sera pas par la suite sélectionné en équipe de France A.

Christophe Galtier poursuit sa carrière à Lille jusqu'à la fin de la saison 1989-1990. Le club échappant alors de peu à la relégation en deuxième division, il décide de signer un contrat avec le Toulouse Football Club, où il évoluera dans la deuxième partie du championnat de France pendant trois saisons.

Au début de la saison 1993-1994, en fin de contrat avec le TFC, il se relance au SCO Angers, club tout juste promu en première division qui effectue un recrutement ambitieux. Cette saison se terminera sur un fiasco, le SCO Angers étant relégué en deuxième division.

Sa fin de carrière de joueur se déroulera dans différents clubs situés en bas de tableau. Pour la saison 1994-95, il intègre le Nîmes Olympique, pensionnaire de seconde division, qui vise la remontée dans l'élite, mais rate sa saison et termine finalement 22e du championnat et descend en National. L'Olympique de Marseille qui est alors en seconde division décide de faire appel à l'expérience de ce joueur formé au club pour retrouver l'élite. Il restera au club phocéen durant deux saisons, participant notamment sous la direction de l'entraineur Gérard Gili au retour de son club formateur en première division.

En 1997, il signe un contrat avec l'AC Monza, club de Serie B italienne, et en 1998 avec le club chinois de Liaoning Yuandong, avant de mettre un terme à sa carrière de joueur à 32 ans, en 1999.

Il rejoint en 1999 en qualité d'entraîneur adjoint le staff technique de Bernard Casoni qui prend les commandes de l'équipe de l'Olympique de Marseille après la démission de Rolland Courbis. L'équipe a du mal à se stabiliser et, à la suite du départ rapide de Bernard Casoni, voit se succéder durant les saisons 1999-2001 plusieurs entraîneurs. Après l'épisode Abel Braga, Christophe Galtier assurera plusieurs mois l'intérim en qualité d'entraîneur principal avec Albert Emon, avant d'être remplacé à ce poste par Javier Clemente. Le 7 avril 2000, dans le tunnel du Vélodrome, à la mi-temps de Marseille-Monaco, le joueur monégasque Marcelo Gallardo est agressé par plusieurs joueurs marseillais mais également par des membres du staff, dont Galtier, et de la sécurité de l'OM. Henri Biancheri, directeur sportif monégasque, parle alors d'un « lynchage ». Galtier écope comme sanction d'une suspension de six mois.

En décembre 2001, Christophe Galtier s'engage comme entraîneur adjoint de Richard Tardy à l'Aris Salonique, club de première division grecque habitué des joutes européennes, en retrait sur la scène continentale à cette époque. L'équipe termine finalement à la neuvième place du championnat et ne parvient pas à retrouver l'Europe. En janvier 2002, il est diplômé du DEF (Diplôme d'entraîneur de football). Il quitte la Grèce en mai 2002 et devient adjoint au SC Bastia aux côtés de Gerard Gili. Le club corse traverse depuis plusieurs années une période difficile et se fixe pour objectif de retrouver le haut du tableau en recrutant des joueurs aguerris du championnat (Laurent Batlles, Jocelyn Gourvennec et les internationaux Florian Maurice, Franck Silvestre et Lilian Laslandes), ou encore des jeunes prometteurs comme Michael Essien et Alou Diarra. Les résultats ne seront pas à la hauteur des ambitions, l'équipe terminant douzième du championnat en 2003, puis 17e en 2004, évitant de justesse la relégation. Le 5 avril 2004, Gérard Gili est démis de ses fonctions d’entraîneur et Christophe Galtier effectuera l'intérim à la tête de l'équipe avec José Pasqualetti jusqu'à la fin de la saison.

En juin 2004, Alain Perrin vient de quitter l'Olympique de Marseille et propose à Christophe Galtier de devenir son adjoint pour entraîner l'équipe d'Al-Aïn Football Club à Abou Dhabi. Ce sera le début d'une fructueuse collaboration entre les deux hommes, et une étape décisive dans la carrière d'entraîneur du technicien marseillais.

Le duo entraînera brièvement le club de l'émirat (juillet-octobre 2004), puis le club de première division anglais Portsmouth (avril-décembre 2005), avant de s'engager lors de la saison 2006-2007 au FC Sochaux-Montbéliard. Après un retour au premier plan de la scène française et européenne au début des années 2000, le club franc-comtois vient de traverser une saison difficile en terminant quinzième du championnat de France. Le travail des deux entraineurs s'avère bénéfique, le FC Sochaux remontant à la septième place du championnat et effectuant un parcours brillant en coupe de France lui permettant, à la suite de la victoire en finale contre l'Olympique de Marseille, de conquérir son deuxième titre dans cette compétition et de renouer avec les joutes européennes.

L'expérience sochalienne sera cependant vite écourtée. Sollicité durant l'été 2007 par l'Olympique lyonnais, alors en perte de vitesse dans les compétitions européennes, Alain Perrin décide de répondre favorablement à la proposition du champion de France en titre et s'engage avec Christophe Galtier pour entrainer le club rhodanien. L'OL vise le titre dans l'ensemble des compétitions nationales et une demi-finale en Ligue des champions. Lyon sera finalement éliminé de la compétition européenne en huitième de finale par Manchester United, mais va conquérir son septième titre de champion de France d'affilée et réaliser un parcours historique en Coupe de France, atteignant la finale pour la première fois depuis 1976. La conquête du trophée contre le PSG constituera un autre évènement pour le club, lui permettant de remporter son premier doublé coupe-championnat.

Des dissensions avec certains joueurs et avec l'encadrement technique, puis entre les dirigeants du club rhodanien et Alain Perrin vont mettre fin rapidement à l'expérience lyonnaise. Le club se sépare de son entraineur, suivi par son adjoint, au début de l'été 2008.

En novembre 2008, Laurent Roussey, entraineur de l'AS Saint-Étienne est limogé à la suite d'un début de saison catastrophique en championnat et le club ligérien fait appel à Alain Perrin, champion de France en titre et vainqueur de la coupe de France lors des deux saisons précédentes, pour redresser l'équipe et lui permettre de se stabiliser dans le haut du tableau.

Les débuts du duo Perrin-Galtier vont s'avérer difficiles (défaite 3-0 contre Lille, puis 1-0 contre Nice), avant que l'équipe ne commence à renouer avec la victoire (2-1 contre Nancy, puis 2-0 contre Le Havre), mais le redressement attendu ne se produira finalement pas. En dépit d'un parcours intéressant jusqu'aux huitièmes de finale en coupe UEFA, l'AS Saint-Étienne luttera toute la seconde partie de saison pour éviter la relégation. Dix-huitième au classement et en position de relégable à la veille de la dernière journée du championnat, l'équipe ne se maintient de justesse en Ligue 1 que lors de l'ultime rencontre, grâce à la défaite de Caen et à une encourageante victoire 4-0 contre Valenciennes.

En dépit des très mauvais résultats en championnat, le contrat liant l'AS Saint-Étienne aux deux entraineurs est reconduit en fin de saison jusqu'en juin 2011, dans un souci de stabilité. Le départ de nombreux joueurs, dont pour des raisons financières celui de Bafétimbi Gomis, meilleur buteur du club lors de la saison précédente, et le couteux recrutement de l'intersaison (Bakary Sako, Vincent Planté, Gelson Fernandes, Boubacar Sanogo, Guirane N'Daw, Gonzalo Bergessio, Augusto Fernández) n'ont cependant pas permis de redresser la situation. L'équipe évolue tout l'automne dans la deuxième partie du championnat, puis finit par s'effondrer début décembre, subissant coup sur coup deux lourdes défaites contre Lille (4-0) et contre le PSG (3-0), la plaçant en position de relégable. Le 15 décembre 2009, deux jours après la défaite contre le PSG, les dirigeants de l'AS Saint-Étienne décident l'éviction d'Alain Perrin et proposent à Christophe Galtier de lui succéder à la tête de l'équipe. Ce dernier hésite, puis sur les conseils d'Alain Perrin, finit par accepter. Cinquième entraineur au chevet des Verts depuis la remontée du club en Ligue 1 en 2004, il est celui qui prend en main les destinées de l'équipe dans la situation la plus difficile.

Yaël Braun-Pivet

Yaël Braun-Pivet, née le à Nancy (Meurthe-et-Moselle), est une avocate, militante associative et femme politique française.

Membre du Parti socialiste puis d'En marche (devenu La République en marche), elle est élue députée dans la cinquième circonscription des Yvelines lors des élections législatives de 2017. Elle est présidente de la commission des Lois constitutionnelles, de la Législation et de l'Administration générale de la République à l'Assemblée nationale, sous la XVe législature, de 2017 à 2022.

Le , elle est nommée ministre des Outre-mer par Emmanuel Macron dans le gouvernement d'Élisabeth Borne. Quelques semaines plus tard, elle est réélue députée des Yvelines puis désignée candidate à la présidence de l'Assemblée nationale par les groupes de la majorité présidentielle.

Alexis Corbière

Alexis Corbière, né le à Béziers, est un homme politique français.

Membre de la Ligue communiste révolutionnaire de 1993 à 1997, il est ensuite membre du Parti socialiste (PS) jusqu'au congrès de Reims de 2008. Il devient alors secrétaire national du Parti de gauche (PG). Il est premier adjoint à la maire PS du 12e arrondissement de Paris, Michèle Blumenthal, de 2001 à 2014, et conseiller de Paris entre 2008 et 2014.

Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon et de son mouvement, La France insoumise, pour l'élection présidentielle française de 2017, il est élu député dans la 7e circonscription de la Seine-Saint-Denis lors des élections législatives de 2017.

Il est réélu député dès le premier tour des élections législatives de 2022.

Alexis Corbière est titulaire d'une licence d'histoire obtenue à l'université Paris-Diderot et du certificat d'aptitude au professorat de lycée professionnel (CAPLP) de lettres-histoire. Étudiant-stagiaire à l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) de Saint-Denis, entre 1994 et 1995, il devient en 1995 professeur de lettres et d’histoire-géographie en lycée professionnel.

Au , il est affecté au sein du musée de l’histoire de l’immigration par une mise à disposition du rectorat de l'académie de Paris. Il est rattaché à la fonction de président du Conseil d'orientation de l'établissement concerné. En , il y est notamment tuteur de quatre jeunes en service civique et rédacteurs de différents documents.

Fils d'un père agent EDF et d’une mère sans profession, cousin de Jean-François Corbière, futur conseiller départemental du canton de Béziers-2, il anime en novembre et décembre 1986 dans son lycée la grève contre le projet de loi Devaquet. Il débute là son engagement politique dans l’organisation trotskiste Parti communiste internationaliste (PCI) de Pierre Lambert ; celle-ci vient alors d’être affaiblie par le départ d'une grande partie de ses militants étudiants — soit près de 400 personnes qui dirigeaient le syndicat UNEF-ID — vers le Parti socialiste sous l’impulsion du futur député socialiste Jean-Christophe Cambadélis.

Étudiant en philosophie puis en histoire (Paul-Valéry à Montpellier et Paris 7), Alexis Corbière devient l’un des animateurs nationaux de la petite organisation de jeunesse « lambertiste », l’Alliance des jeunes révolutionnaires (AJR), dont il est l'un des secrétaires nationaux. En 1988, il s'engage dans la campagne présidentielle de Pierre Lambert (candidat sous son vrai nom Pierre Boussel) présenté par le Mouvement pour un parti des travailleurs (MPPT), qui ne recueillera que 0,38 % des suffrages.

Nouvelle Union populaire écologique et sociale

La Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES ou NUP, prononcé ou, voire ) est une coalition de partis politiques de la gauche française. Sur son logotype officiel, elle est représentée par la lettre grecque nu : .

Créée en amont de l'élection présidentielle française de 2022, sous le nom d'Union populaire (UP), pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon portée par La France insoumise, la formation est par la suite étendue sous la forme d'une coalition à laquelle participent le Pôle écologiste (comprenant notamment Europe Écologie Les Verts), le Parti communiste français et le Parti socialiste, afin de présenter des candidatures communes aux élections législatives de 2022.

Cette formation a pour objectif de regrouper les principales forces de gauche afin de présenter des candidatures communes pour les élections législatives de 2022.

Les participants se réunissent autour de plusieurs marqueurs, dont :

Cette coalition a l'ambition d'obtenir une majorité à l'Assemblée nationale afin d'imposer une cohabitation au président Emmanuel Macron, de faire nommer Jean-Luc Mélenchon comme Premier ministre.

Le jeudi , le Programme partagé de gouvernement de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale est publié et consultable en ligne. Il est constitué de six cent cinquante propositions réparties en huit chapitres :

Les quatre formations sont d'accord sur 95% de ces mesures mais reconnaissent diverger sur 33 d'entre elles ; dans l'hypothèse d'une victoire de la gauche un débat parlementaire où chacun pourra exposer ses arguments aura lieu et c'est l'Assemblée qui tranchera.

Le 9 juin, plus de 170 économistes engagés à gauche, dont Thomas Piketty, Bernard Friot, Julia Cagé, Gabriel Zucman et Jacques Généreux, signent une tribune soutenant le programme économique de la NUPES.

L'accord de coalition rassemble La France insoumise et ses alliés (dont Révolution écologique pour le vivant, la Gauche démocratique et sociale et le Parti ouvrier indépendant), le Pôle écologiste, incluant Europe Écologie Les Verts, Génération écologie, Génération.s et Les Nouveaux Démocrates, le Parti communiste français et le Parti socialiste.

Le samedi , lors de sa première convention, la Nouvelle Union populaire écologique et sociale adopte officiellement la lettre grecque ν (nu, ) comme symbole après l'avoir utilisé massivement la veille sur les médias sociaux. Ce choix est motivé par une ressemblance visuelle avec le V de la victoire et une proximité sonore avec les deux premières initiales de la NUPES.

Forte du score de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, La France insoumise a pu s'attribuer la majorité des circonscriptions.

En dehors de l’accord, les partis de gauche réunionnais (La France insoumise, Parti socialiste, Pour La Réunion, Rézistan’s Égalité 974, Europe Écologie Les Verts, Le Progrès) décident de se rassembler et de présenter des candidatures uniques à la manière de NUPES sur les sept circonscriptions de La Réunion, sous la bannière du « Rassemblement réunionnais ». Trois binômes sur les sept sont constitués d'un titulaire et d'un remplaçant issus de partis différents.

Assemblée nationale (France)

L'Assemblée nationale () est l'institution française qui forme, avec le Sénat, le Parlement de la Cinquième République. Son rôle est de débattre, de proposer, d'amender, de voter les lois, ainsi que de contrôler l'action du Gouvernement. À la différence du Sénat, elle a le pouvoir de forcer la démission du gouvernement par le vote d'une motion de censure. Elle siège au palais Bourbon à Paris. Depuis 1986, l'Assemblée nationale compte 577 membres, appelés « députés », élus au suffrage universel direct au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour une durée de cinq ans.

Léon Marchand

Léon Marchand, né le à Toulouse (Haute-Garonne), est un nageur français spécialiste des épreuves quatre nages et du papillon.

Il détient depuis 2019 le record de France du 400 m quatre nages et depuis 2022 le record de France du 200 mètres quatre nages et du 200 mètres papillon.

En 2022, il devient champion du monde et recordman d'Europe du 400 m 4 nages, champion du monde du 200 m 4 nages et vice-champion du monde du 200 m papillon.

Né à Toulouse, dans une famille de nageurs, il pratique la natation à la piscine Nakache. Il est le fils des nageurs Xavier Marchand et Céline Bonnet, ainsi que le neveu de Christophe Marchand et grand frère d'Oscar Marchand

Il est entrainé par Nicolas Castel au sein du club des Dauphins du TOEC.

Titulaire d'un baccalauréat scientifique mention très bien, il suit des études d'informatique à l'université Toulouse-III-Paul-Sabatier.

Il mesure 1,83 m, pour 74 kg.

En avril, lors des Championnats de France de natation 2019 à Rennes, Léon Marchand est sacré champion de France du 200 mètres papillon. Il est cependant devancé sur cette course par le suisse Jérémy Desplanches. Il est le premier à être sacré champion de France à moins de 17 ans.

Il remporte la médaille de bronze sur le 200 m quatre nages, terminant derrière le suisse Jérémy Desplanches, et les français Samy Helmbacher et Clément Bidard.

En juillet, à l'occasion des championnats d'Europe juniors 2019 à Kazan, il remporte une médaille de bronze sur le 400 m quatre nages et sur le 200 m brasse.

En août, lors des Championnats du monde juniors 2019 à Budapest, il remporte la médaille de bronze sur le 400 m quatre nages. A cette occasion il s'empare, en min 16 s 37, du record de France détenu depuis 2009 par Anthony Pannier (min 16 s 97).

En décembre, lors des Championnats de France de natation 2020 à Saint-Raphaël, Léon Marchand est sacré à nouveau champion de France du 200 mètres papillon en remportant la course en min 56 s 63.

Il est également sacré champion de France du 200 mètres quatre nages en terminant en min 1 s 29, devancé uniquement par le suisse Jérémy Desplanches.

Il remporte la médaille d'argent sur le 100 mètres papillon en terminant derrière le suisse Jérémy Desplanches et le français Mehdy Metella, et sur le 400 mètre quatre nages en terminant derrière le français Émilien Mattenet.

En mars 2021, lors du Meeting Open Méditerranée - Golden Tour Camille Muffat à Marseille, il améliore son record de France du 400 m 4 nages (il l'avait battu une première fois lors de la finale des Mondiaux Juniors de 2019) le faisant passer à min 14 s 97.

En juin 2021, lors des championnats de France à Chartres, il bat de 5 secondes son record de France du 400 m 4 nages en réalisant un temps de min 9 s 65, soit la deuxième meilleure performance mondiale de l'année. Il s'impose également sur le 200 mètres quatre nages en 1 minute 58 secondes et 03 centièmes, et sur le 200 mètres papillon en 1 minute 55 secondes et 40 centièmes, conservant ses titres.

Lors des Jeux Olympiques à Tokyo, Léon Marchand prend part au 200 mètres quatre nages (série), 200 mètres papillon (demi-finale) et au 400 mètres quatre nages où il va jusqu'en finale et prend la sixième place.

En septembre 2020, il annonce qu'il partira s'entraîner dans la structure d'Arizona State après les Jeux de Tokyo. Poussé par ses parents, tous deux anciens nageurs, Léon Marchand justifie son choix par sa volonté d'être entraîné par Bob Bowman, le mentor de Michael Phelps. « J'ai envoyé un mail à Arizona State et c'est Bob Bowman qui m'a répondu. C'était vraiment cool. Ça m'a fait bizarre mais c'était sympa. On a fait un Skype avec lui, et tout s'est très bien passé. » Il intégrera par ailleurs une université américaine pour poursuivre ses études.

Le 24 mars 2022, Léon Marchand remporte en 1 minute 37 secondes et 69 centièmes le 200 yards 4 nages (182 m) aux championnats universitaires américains battant ainsi de près d'une demi-seconde le record de l'épreuve détenu depuis plusieurs années par Caeleb Dressel (1 minute 38 secondes et 13 centièmes).

En , à l'occasion du Grand Prix de San Antonio aux États-Unis, il s'impose lors du 400 mètres quatre nages en min 10 s 38 réalisant la meilleure performance de l'année. D'abord annulée pour une faute en virage, la victoire de Léon Marchand est finalement validée le lendemain après examen vidéo. Lors de cette compétition, il termine 2e du 200 mètres quatre nages en min 56 s 95, battant le record de France détenu depuis 2013 par Jérémy Stravius (min 57 s 89). Enfin, il remporte le 200m brasse avec un nouveau record personnel en min 9 s 34. Ses performances dans ces trois épreuves lui permettent de réaliser les minimas pour se qualifier aux championnats du monde 2022 à Budapest et aux championnats d'Europe 2022 à Rome.

En juin 2022, il devient champion du monde du 400 m 4 nages lors des Mondiaux de Budapest. Il pulvérise à cette occasion son record personnel de près de 5 secondes en nageant en 4 min 4 s 28, ce qui constitue un record de France, un record d'Europe, un record des Championnats du monde ainsi que la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps sur cette discipline, à moins d'une demi-seconde du record établi par Michael Phelps.

Il prend ensuite la médaille d'argent du 200 m papillon en s'inclinant en finale face au Hongrois Kristóf Milák, très dominateur devant son public et auteur du record du monde. Avec un temps de min 54 s 32, il s'empare en demi-finale du record de France détenu par Franck Esposito. Il l'améliore ensuite en finale avec un temps de min 53 s 37.

Enfin, il est sacré champion du monde du 200 m 4 nages. Durant la compétition, il améliore par deux fois son record de France, avec un temps de min 55 s 75 en demi-finale, puis min 55 s 22 en finale. En cumulant les victoires sur le 200 m et le 400 m quatre nages, il devient le troisième nageur français double médaillé d'or individuel lors d'une même édition des championnats du monde après Laure Manaudou (200 m et 400 m nage libre en 2007) et son frère Florent Manaudou (50 m nage libre et papillon en 2015).

Chrysoula Zacharopoulou

Chrysoula Zacharopoulou (grec moderne : Χρυσούλα Ζαχαροπούλου), née le 7 mai 1976 à Sparte, est une gynécologue et femme politique franco-grecque.

Membre de La République en marche (LREM), elle est élue députée européenne en 2019.

En 2022, dans le gouvernement Élisabeth Borne, elle est nommée secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux.

Fille de militaire, elle étudie en Italie ou elle est diplômée de l'université de Rome « La Sapienza » et titulaire d’un doctorat sur l’endométriose en Italie, Chrysoula Zacharopoulou arrive en France en 2007. Elle pratique sa spécialité à l'hôpital d'instruction des armées Bégin.

En 2015, elle crée avec Julie Gayet l'association Info-Endométriose, qui lance la première campagne de sensibilisation en mars 2016.

En 2017, Chrysoula Zacharopoulou est nommée chevalière de l'ordre national du Mérite pour le travail mené sur l’endométriose.

Chrysoula Zacharopoulou fait partie des médecins eurodéputés et à ce titre, elle s'est engagée deux jours par semaine dans son hôpital pour accueillir les malades du Covid-19. Elle appelle à ce que l'Union européenne fasse de la santé une « absolue priorité ». Chrysoula Zacharopoulou est co-présidente de COVAX, qui a vocation de permettre aux pays pauvres d'obtenir des vaccins, mais dont la gestion et l'efficacité ont été mis en doute.

Le 11 janvier 2022, elle remet au président de la République Emmanuel Macron un rapport pour améliorer le diagnostic et la reconnaissance de l’endométriose.

Le 20 mai 2022, elle est nommée secrétaire d'État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, auprès de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna, dans le gouvernement d'Élisabeth Borne.

Le 22 juin 2022, le magazine Marianne révèle qu'une enquête a été ouverte le 27 mai contre Chrysoula Zacharopoulou par le parquet de Paris à la suite du dépôt de deux plaintes (le 25 mai pour la première et le 16 juin pour la deuxième) pour viol et/ou violences gynécologiques par d'anciennes patientes. Le 23 juin, une troisième plainte est déposée pour violences gynécologiques, émanant d'une autre patiente. L'enquête est confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP). Les faits se seraient déroulés dans le cadre de sa profession de gynécologue. France Info indique qu'elle exerçait ses fonctions de médecin sous la direction du chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris, Émile Daraï, lui-même accusé de viols et de violences gynécologiques par 28 patientes.

Aurore Bergé

Aurore Bergé, née le à Paris, est une femme politique française.

D'abord cadre de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) puis des Républicains, ainsi que des Jeunes populaires, elle est élue conseillère municipale de Magny-les-Hameaux et conseillère de l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2014.

Membre de l'équipe de campagne de Alain Juppé pour la primaire de la droite et du centre de 2016 puis soutien de François Fillon, elle rejoint Emmanuel Macron au cours de la campagne présidentielle de 2017.

Elle est élue députée de la 10e circonscription des Yvelines lors des élections législatives de 2017.

À l'Assemblée nationale, elle est membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation. Elle est également porte-parole de La République en marche (LREM), chargée de la « riposte », de à , puis présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée nationale, chargée du travail législatif, et après sa réélection en 2022, présidente du groupe LREM rebaptisé Renaissance.

Tête de liste LREM dans les Yvelines pour les élections régionales de 2021 en Île-de-France, elle est élue conseillère régionale.

Fille de comédiens qui participent aux mouvements étudiants de mai 68, elle s'intéresse très tôt à la politique. Son père, Alain Bergé (dit Alain Dorval), est la voix française de Sylvester Stallone et sa mère, Dominique Dumont, prête sa voix à Katherine Kelly Lang dans la série Amour, Gloire et Beauté et à Mariska Hargitay (New York Unité Spéciale). Elle grandit dans le département des Yvelines, à Versailles et Méré.

Elle effectue sa scolarité à Versailles, à l'école Colonel-de-Bange puis à Saint-Jean-Hulst.

Elle étudie à Sciences Po Paris, où elle obtient un master affaires publiques (promotion 2009), fait des stages auprès de députés européens, notamment auprès de Roselyne Bachelot au Parlement européen, puis est embauchée par une agence de communication, Agence Publics d'abord, l'agence qui a organisé tous les grands meetings de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle 2012, puis chez Spintank, auprès de Nicolas Vanbremeersch, et Hopscotch, en tant que directrice de clientèle.

En 2007, elle rencontre Nicolas Bays, alors collaborateur parlementaire, dans les couloirs du Parlement européen et se marie avec lui en à Wingles. Le couple choisit comme témoins Roselyne Bachelot, alors ministre de la Santé et des Sports, et Pierre Moscovici, alors député. Ils n'hésitent alors pas à médiatiser leur couple qui partage des opinions politiques opposées. Ils se sont depuis séparés.

Aurore Bergé adhère à l'Union pour un mouvement populaire (UMP) à l'âge de 16 ans, à la suite de la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2002. Elle est responsable des Jeunes Populaires dans le département des Yvelines entre 2005 et 2008, nommée par le président du conseil général des Yvelines Pierre Bédier et évoluant sous l'égide de Valérie Pécresse, présidente de la fédération UMP du département.

En 2004, elle milite à Sciences Po Paris dans les rangs de l'Union nationale inter-universitaire (UNI), un syndicat étudiant classé à droite.

En 2008, elle se présente une première fois à la présidence des Jeunes Populaires avec Mathieu Guillemin mais décide finalement de retirer sa candidature et de rallier Benjamin Lancar.

Elle est candidate aux élections municipales de Versailles en 2008, sur la liste UMP menée par l'ancien adjoint du maire sortant. La liste UMP est finalement battue par la candidature divers droite dissidente de François de Mazières.

En 2010, elle se présente à nouveau à la présidence des Jeunes Populaires. Elle est finalement battue par le président sortant Benjamin Lancar dans un scrutin soupçonné d'irrégularités.

Elle est candidate sur la liste de Valérie Pécresse lors des élections régionales de 2010 en Île-de-France, mais sa position sur la liste ne lui permet pas d'être élue.

Elle soutient François Fillon lors du congrès de l'UMP de 2012.

En 2013, elle dit admirer Nicolas Sarkozy, mais davantage celui de 2007 (qui a « siphonné » les voix du FN avec, selon elle, un « discours équilibré », créant après son élection le ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale et le Conseil français du culte musulman), que celui de 2012 (année où il fait une campagne présidentielle cherchant à séduire l'électorat du Front national). Elle continue toutefois de défendre l'ancien président (il la reçoit pendant l'été 2013), se faisant également « l'avocate » de Nadine Morano et de Jean-François Copé, L'Obs ajoutant qu'« Aurore Bergé jongle avec ses paradoxes » sur le sujet de la sécurité.

Elle devient conseillère politique à l'UMP en , sous la présidence de Jean-François Copé.

Sous les recommandations de Valérie Pécresse, elle s'installe en 2013 à Magny-les-Hameaux dans les Yvelines afin de briguer la mairie de cette ville jusqu'alors ancrée à gauche. En 2014, à l'âge de 27 ans, elle est investie par l'UMP et l'UDI pour les élections municipales dans la commune. Finalement, elle essuie un échec face au maire socialiste sortant Bertrand Houillon en ne réunissant que 41,73 % des voix et annonce qu'elle se présentera aux élections suivantes. À la suite des élections municipales, elle devient conseillère de l'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Quelques semaines plus tard, elle tente d'obtenir la 6e position sur la liste UMP des élections européennes. Selon le magazine Valeurs actuelles, Aurore Bergé est critiquée en interne car elle est jugée comme n'étant pas suffisamment à droite et sa candidature n'est finalement pas retenue.

Elle soutient Nicolas Sarkozy lors du congrès de l'UMP de 2014.

Libération indique qu'elle soutient Nathalie Kosciusko-Morizet pour la primaire de la droite et du centre de 2016. Cependant, elle apparaît dans l'organigramme de la campagne d'Alain Juppé, au sein duquel elle est responsable de la veille et de l'activisme sur les réseaux sociaux au sein du pôle numérique, aux côtés de Xavier Moisant et d'Ève Zuckerman. Sa participation à cette campagne et son soutien à Nathalie Kosciusko-Morizet lors des élections municipales de 2014 à Paris, deux scrutins qui se sont soldés par des défaites, amènent Le Lab (Europe 1) à la qualifier de « chat noir ».

En janvier 2017, elle participe au lancement de Droite Lib, « un mouvement pro-Fillon et anti-Macron », fondé par Virginie Calmels (quelques mois plus tard, elle nie en avoir fait partie). Par la suite, elle refuse de rejoindre le groupe « Les femmes avec Fillon » et décide de ne plus renouveler son adhésion aux Républicains.

En , elle assiste à un meeting d'Emmanuel Macron à Lyon et rencontre son équipe pour finalement rejoindre son équipe de campagne. Elle explique sa décision par la ligne droitière suivie par François Fillon qui souhaite notamment revenir sur l'adoption par des couples homosexuels et par les affaires qui entachent la campagne du candidat. Par ailleurs, elle participe activement au ralliement à Emmanuel Macron d'une cinquantaine de collaborateurs d'anciens ministres sous les présidences de Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy. Alors qu'elle affirme défendre le « choix de la cohérence » avec ce ralliement, elle est cependant moquée sur les réseaux sociaux pour le nombre de candidats qu'elle a soutenus depuis le début de sa carrière politique, l'amenant à être qualifiée de « girouette » ou d'« opportuniste ». En réaction Aurore Bergé dénonce : « Faux comptes, mensonges, misogynie et vulgarité ». Elle considère que c'est la « marque de ses opposants ».

À la mi-février 2017, elle publie une longue tribune dans L'Obs pour justifier son ralliement à Emmanuel Macron. Elle y défend le choix d'un candidat refusant « la fatalité du déclin de la France », voulant « bousculer le jeu institutionnel hagard et à bout de souffle ». Lors de la campagne présidentielle, elle intervient sur le thème « La France doit être une chance pour tous ».

Le , elle est investie par le parti La République en marche pour les élections législatives dans la dixième circonscription des Yvelines (circonscription différente de celle où se trouve sa ville d'élection Magny-les-Hameaux), dont le député sortant est le président du Parti chrétien-démocrate Jean-Frédéric Poisson. Elle reçoit le soutien d'Alain Juppé, Nicolas Hulot, ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et d'Erik Orsenna, académicien résidant dans cette circonscription.

Aurore Bergé arrive en tête lors du premier tour avec 46,63 % des voix contre 19,12 % pour Jean-Frédéric Poisson soutenu par LR. Elle est élue au second tour avec 64 % des suffrages exprimés.

Le 27 juin 2017, Aurore Bergé est nommée porte-parole du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale, avec Stanislas Guerini, Olivia Grégoire et Hervé Berville.

Le Monde indique en octobre 2017 qu'elle fait partie d'une petite dizaine de députés qui forment « la garde avancée d’Emmanuel Macron, au Palais-Bourbon comme dans les médias. Des janissaires dévoués corps et âme au chef de l’État, qui ne dépendent que de lui, ne rendent de comptes qu’à lui ». Elle est proche de Gabriel Attal au début de la législature. Contexte indique en juin 2018 qu'elle « a été très présente auprès des journalistes en début de mandat, non sans susciter des critiques. Elle a depuis réduit sa venue en salle des quatre colonnes et pris en charge le sujet de la réforme de l’audiovisuel, qui doit faire l’objet d’un important projet de loi en 2019 ».

En septembre 2018, après la nomination de François de Rugy au gouvernement, elle soutient la candidature de Richard Ferrand à la présidence de l'Assemblée nationale. Elle soutient ensuite Gilles Le Gendre pour lui succéder à la présidence du groupe LREM, puis Stanislas Guerini pour succéder à Christophe Castaner comme délégué général de LREM.

Le 24 janvier 2019, Aurore Bergé est nommée porte-parole du mouvement La République en marche. Elle est choisie par Stanislas Guerini pour mener la « riposte » du mouvement.

Lors des élections municipales de 2020, à Rambouillet, elle figure en 4e position sur la liste de Gilles Schmidt, son suppléant à l'Assemblée nationale, qui arrive en troisième position sur trois au second tour avec 16,10 % des voix. La liste n'obtenant que trois sièges, Aurore Bergé n'est pas élue membre du conseil municipal.

Pressentie pour entrer au gouvernement Jean Castex, notamment pour un secrétariat d’État à la Communication audiovisuelle, rattaché au ministère de la Culture, elle n'est finalement pas retenue. Le Canard enchaîné la dit alors peu appréciée par Emmanuel Macron et certains parlementaires LREM.

Après les anciens ministres François de Rugy et Christophe Castaner, elle se déclare candidate à la succession de Gilles Le Gendre à la présidence du groupe La République en marche à l’Assemblée nationale. À l’issue du premier tour, le , elle se qualifie pour le second tour avec 81 voix, arrivant alors en deuxième position derrière Christophe Castaner. Elle reçoit le soutien de François de Rugy pour le second tour. Le lendemain, elle est battue par Christophe Castaner avec 45,28 % des voix. Après son élection, Christophe Castaner la nomme présidente déléguée du groupe chargée du travail législatif, un poste qu'elle partage avec Coralie Dubost.

Le même mois, dans la foulée de Pierre Person et Sacha Houlié, elle démissionne de ses fonctions de porte-parole et quitte le bureau exécutif de LREM, contestant le « choix d'organisation » du délégué général Stanislas Guerini et celui d'organiser des élections internes seulement après les élections locales de 2021.

Tête de liste LREM dans les Yvelines pour les élections régionales 2021 en Ile-de-France, elle est élue conseillère régionale.

Aurore Bergé est membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation.

Le , elle est chargée par la commission, avec la députée UDI Béatrice Descamps, d'une « mission flash » sur les relations entre les parents et l'école. Elles remettent leur rapport le au ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer, dans lequel elles estiment que les professeurs ne sont pas forcément en phase avec les quartiers dans lesquels ils peuvent être mutés ou conseillent d'éviter dans les bulletins les remarques « désobligeantes, voire stigmatisantes sur le long terme pour l'élève et son orientation ». Le rapport de la « mission flash » d'Aurore Bergé et Béatrice Descamps formule ainsi cinq propositions pour renforcer le lien entre les parents et l'école.

Le , la Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation désigne les membres de la mission d’information sur une nouvelle régulation de la communication audiovisuelle à l’ère numérique qui a pour but de faire réfléchir à une révision de la loi du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication. Aurore Bergé en est nommée rapporteure.

Le , Aurore Bergé présente ses 40 propositions pour une nouvelle régulation de l'audiovisuel qui serviront de base pour les discussions sur la future loi audiovisuelle qui devrait être présentée à l'été 2019. Au cours de la 28e édition du colloque NPA-Le Figaro, Aurore Bergé a pu présenter ses 40 propositions aux professionnels du monde de l'audiovisuel.

En 2019, Aurore Bergé est nommée secrétaire de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de révision des lois de bioéthique, dont la mesure phare est l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Aurore Bergé était pendant deux ans responsable de texte pour la majorité LREM du projet de loi bioéthique. Adopté en juillet 2021, ce texte de loi prévoit notamment l'ouverture de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes et ouvre la voie à de nouveaux moyens thérapeutiques comme la médecine régénérative.

Le 25 août 2019, elle est chargée par le Premier ministre d’une mission auprès du ministre de la Culture visant à « définir les objectifs, les principes d’action et les leviers d’une politique d’émancipation artistique et culturelle renouvelée, allant au-delà de l’éducation artistique et culturelle, et qui s’adresse à tous nos concitoyens ». Après 450 entretiens avec les acteurs culturels et 55 déplacements sur tout le territoire, elle présente 60 propositions pour l’émancipation par la culture, parmi lesquelles celles « de faire entrer l’Éducation Artistique et Culturelle dans les programmes scolaires » et « d’inscrire la santé culturelle comme une priorité pour la petite enfance » comme l’explique Le Point. Elle remet son rapport Pour un ministère de la Culture au service des créateurs, des arts et des droits humains au Premier ministre le 17 février 2020, dont les préconisations sont accueillies favorablement par la SACD, le SPFA et la SGDL.

Le 4 décembre 2019, elle est désignée rapporteure générale du projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l'ère numérique, projet adopté en commission le jeudi 5 mars.

Le 8 avril 2020, elle est nommée référente du groupe de travail de l'Assemblée nationale sur le suivi de la crise sanitaire et de ses impacts dans le secteur culturel.

Après une trentaine d'entretiens avec des organisations d'artistes-auteurs, de spectacle vivant et du patrimoine, elle a porté et fait adopter trois amendements dans le cadre du projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire. Elle fait voter un amendement pour « adapter l'activité partielle aux spécificités du monde de la culture : prendre en compte la situation particulière des artistes à employeurs multiples, permettant notamment de répondre à la situation alarmante des solistes ».

Le 18 mai 2020, elle rend publiques les pistes de réflexion du groupe de travail créé par La République en Marche et qu’elle pilote, « Agir pour la culture, notre bien commun », dans le cadre de la crise du Covid-19. Le média spécialisé La Lettre de l’Audiovisuel présente ces réflexions comme un « plan massif de soutien à l’emploi culturel » avec « la pérennisation de France 4 pour l’après-crise ».

Au début de la mandature, elle est vice-présidente du groupe d'amitié France-Israël à l'Assemblée nationale. Elle en devient la présidente à l’été 2019 à la suite du départ d’Elise Fagjeles.

En janvier 2021, elle dépose, en compagnie de Jean-Baptiste Moreau, un amendement au projet de loi confortant les principes républicains afin d'intégrer une disposition visant à interdire le port du voile pour les jeunes filles. Néanmoins, l'amendement est jugé irrecevable par la commission. Il a été désavoué par Emmanuel Macron par ailleurs.

En février 2021, elle est nommée rapporteure d’une mission parlementaire sur le rôle des bibliothèques, première porte d’entrée vers la culture et puissants leviers d’insertion et de cohésion territoriale. Cette mission est menée avec la députée PS Sylvie Tolmont. Ses propositions incluent notamment la pérennisation des financements de l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques, la mise en place de bonification budgétaire dans les Contrats Territoire Lecture ou encore de faire de la lecture en prison une priorité.

Membre de la commission spéciale sur le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, elle en est rapporteure thématique sur le titre I, qui regroupe les articles relatifs à l’éducation, à l’environnement, à la publicité et à l’économie circulaire (consigne et vrac).

Deux de ses amendements, adoptés en séance, interdisent la publicité pour la « commercialisation et la promotion » des énergies fossiles, alors que le texte initial ne mentionnait que la « vente », et renforcent les sanctions en cas de non-respect de cette interdiction.

Elle s'oppose à l'interdiction de la publicité pour les automobiles, évoquant un « risque important pour les médias ». Elle s'oppose également à l'interdiction de la publicité pour les SUV.

En avril 2021, elle est nommée rapporteure du projet de loi relatif à la régulation et à la protection de l’accès aux œuvres culturelles à l’ère numérique. Adopté en juin 2021, ce texte de loi acte la création de l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique par la fusion du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet.

Lors des élections législatives de 2022, elle se représente pour son siège de la 10e circonscription des Yvelines, investie le 7 mai par la majorité présidentielle. En ballotage favorable au premier tour, elle est réélue avec 63,27% des suffrages exprimés au second, face au candidat de la NUPES Cédric Briolais.

Le 22 juin 2022, Aurore Bergé est élue dès le premier tour d'un vote interne par ses pairs comme présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée Nationale.

Jean-Louis Trintignant

Jean-Louis Trintignant est un acteur, réalisateur et pilote automobile français né le à Piolenc (Vaucluse) et mort le à Collias (Gard).

Comédien depuis les années 1950, il est présent dans le cinéma d'auteur, collaborant avec de nombreux réalisateurs internationaux dont Costa-Gavras, Claude Lelouch, Éric Rohmer, Michael Haneke, Claude Chabrol, Bernardo Bertolucci, Dino Risi, Ettore Scola, François Truffaut, Bertrand Blier, Sergio Corbucci, Robert Hossein, Alain Robbe-Grillet, Enki Bilal, Jacques Audiard, Krzystof Kieslowski ou René Clément.

Il reçoit un Ours d'argent du meilleur acteur au Festival de Berlin pour L'Homme qui ment en 1968 et un prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 1969 pour Z. Il reçoit en 2013 le César du meilleur acteur pour Amour.

Neveu des pilotes automobiles Louis et Maurice Trintignant, il est — avec la réalisatrice Nadine Trintignant qui fut son épouse de 1960 à 1976 — le père de l'actrice Marie Trintignant et de l'assistant-réalisateur Vincent Trintignant.

Jean-Louis Trintignant naît le à Piolenc à 6 km au nord-ouest d'Orange. Il est le fils de Raoul Trintignant, industriel, maire (SFIO) de Pont-Saint-Esprit (1944 - 1947) et conseiller général du canton homonyme (1945 - 1949). Raoul Trintignant a été l'un des responsables de la Résistance à Pont-Saint-Esprit avant de rejoindre un maquis de l'Ardèche. Il est arrêté par des légionnaires incorporés dans l'armée allemande en et emprisonné aux Baumettes jusqu'à la Libération. Claire Tourtin, sa mère, issue d'une riche famille de Bollène, est tondue après la guerre pour avoir eu une liaison avec un soldat allemand. Ces événements et leurs conséquences sur les relations entre son père et sa mère marqueront durablement Jean-Louis Trintignant.

Trois de ses oncles se passionnent pour la course automobile. L'ainé Louis Trintignant (1903-1933) se tue lors des essais du prix de Picardie. Henri Trintignant participe au Grand Prix de France en 1936. Maurice Trintignant (1917-2005) aura après la guerre une carrière exceptionnelle, courant notamment pour Maserati, Bugatti, Lotus et Ferrari. Jean-Louis héritera de leur passion et se lancera dans la compétition bien des années plus tard.

En 1944, il se découvre une passion pour la poésie de Jacques Prévert qui ne le quittera plus de sa vie, ou encore pour Guillaume Apollinaire et Louis Aragon.

En 1949, alors qu'il est étudiant à la faculté de droit d'Aix-en-Provence, il assiste à une représentation de L'Avare, comédie de Molière mise en scène par Charles Dullin : cette pièce est pour lui une révélation. Il assiste peu après à une représentation de Jules César par Raymond Hermantier, qui lui fait découvrir et aimer Shakespeare. Il abandonne ses études, décide de suivre les cours de comédie de Charles Dullin - mort entretemps - et de Tania Balachova à Paris. Cela l'aide à vaincre sa profonde timidité. Son ambition est de devenir comédien au théâtre et metteur en scène au cinéma. C'est pourquoi, parallèlement aux cours d'art dramatique, il entre à l'IDHEC. Il décroche des figurations et des petits rôles, notamment au TNP.

En 1951, Jean-Louis Trintignant débute au théâtre dans la compagnie de Raymond Hermantier avec la pièce À chacun selon sa faim. Il enchaîne avec la Comédie de Saint-Étienne où il joue Macbeth de William Shakespeare avec Jean Dasté. Puis il suit les cours de réalisateur de l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). Il réalise son premier film vingt ans plus tard avec Une journée bien remplie en 1972, et son deuxième Le Maître-nageur en 1978, ces deux films sont des échecs commerciaux.

En 1956 après quelques figurations, Jean-Louis Trintignant fait ses débuts comme acteur de cinéma avec le film Si tous les gars du monde de Christian-Jaque et connaît la célébrité internationale en même temps que Brigitte Bardot avec le film mythique à scandale Et Dieu… créa la femme de Roger Vadim où il joue le jeune époux fou amoureux de Juliette, une jeune femme à la beauté diabolique qui ne pense qu'à s'amuser et à aimer les hommes dans une communauté du village de Saint-Tropez traditionnellement dure au labeur et attachée aux bonnes mœurs. Sa liaison avec Brigitte Bardot (mariée à Roger Vadim) fait alors couler beaucoup d'encre dans la presse people internationale et fait exploser le couple Vadim-Bardot.

Jean-Louis Trintignant disparaît totalement durant son service militaire. Il réussit, en se rendant malade avec un mélange de blancs d'œuf et de vin blanc, à éviter d'être envoyé dans les Aurès en Algérie. Il est affecté à Trèves en Allemagne, puis à la caserne Dupleix à Paris. Ces années vont le marquer profondément et arrêter momentanément sa carrière de comédien.

Revenu à la vie civile fin 1958, Jean-Louis Trintignant redevient populaire en jouant de façon magistrale Hamlet de William Shakespeare au théâtre et renoue avec le cinéma en 1959 grâce à Roger Vadim qui lui offre un rôle important dans son nouveau film sulfureux, Les Liaisons dangereuses 1960, avec Gérard Philipe, Jeanne Moreau, Annette Vadim et Boris Vian. Il connait le succès en Italie avec Le Fanfaron de Dino Risi avec Vittorio Gassman, film emblématique de la comédie à l'italienne des années 1960.

Il connaît à nouveau la gloire internationale avec Un homme et une femme de Claude Lelouch récompensé en France par la Palme d'or au Festival de Cannes 1966 et aux États-Unis par les Oscars du meilleur film étranger et du meilleur scénario original en 1967.

Jean-Louis Trintignant joue également dans des films politiquement engagés contre le fascisme et la dictature : Le Combat dans l'île d'Alain Cavalier en 1962 et Z de Costa-Gavras avec Yves Montand, rôle pour lequel il reçoit le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes 1969.

Il enchaîne une impressionnante carrière entre cinéma d'auteur, films grand public et théâtre où il prend souvent des rôles d'antihéros au charisme envoûtant et à la voix de velours tourmentée et sarcastique. Il s'impose parmi les plus grands comédiens de sa génération.

En 1968, il est récompensé par l'Ours d'argent du meilleur acteur au Festival du film de Berlin (Berlinale) pour L'Homme qui ment d'Alain Robbe-Grillet. Il est ensuite la vedette d'un western spaghetti de Sergio Corbucci : Le Grand silence, avec Klaus Kinski. Ce film deviendra au fil des années une référence du genre et sera choisi en 2012 pour un hommage rendu au comédien à la Cinémathèque française. L'année suivante, il donne la réplique à Françoise Fabian dans un film qui devient rapidement un classique : Ma nuit chez Maud d'Éric Rohmer. En 1970, Trintignant interprète ce qu'il considère comme son plus beau rôle, celui de Marcello Clerici dans Le Conformiste, un film de Bernardo Bertolucci adaptant un roman de Alberto Moravia et considéré aujourd'hui comme un des meilleurs films du cinéaste.

Pendant les années qui suivent, Jean-Louis Trintignant tourne beaucoup, en France (Le Voyou de Claude Lelouch, La Course du lièvre à travers les champs tourné au Québec par René Clément, Les Violons du bal, œuvre autobiographique de Michel Drach, Le Secret de Robert Enrico avec Philippe Noiret et Marlène Jobert, Flic Story de Jacques Deray où il partage l’affiche avec Alain Delon) mais aussi occasionnellement en Italie (La Femme du dimanche de Luigi Comencini, La Terrasse de Ettore Scola). Il se voit également offrir par Bertolucci le rôle principal du film Le Dernier Tango à Paris, qu'il refuse et qui sera finalement attribué à Marlon Brando.

Jean-Louis Trintignant aborde aussi la mise-en-scène une première fois en 1973 avec la comédie d'humour noir Une journée bien remplie, mettant en vedette Jacques Dufilho, puis une seconde et dernière fois en 1979 avec Le Maître-nageur, une fable dont le ton sardonique se situe dans la même veine que celui d'Une Journée bien remplie.

Le film Ça n'arrive qu'aux autres, dans lequel Jean-Louis Trintignant devait jouer son propre rôle auprès de Catherine Deneuve est inspiré de sa vie avec Nadine Marquand et du deuil de leur fille Pauline.

Marie joue dans plusieurs films de sa mère aux côtés de son père et plusieurs pièces de théâtre avec son père. Elle devient la partenaire privilégiée de son père.

Entre 1976 et 1978, il choisit de se retirer momentanément du cinéma et ne tourne que deux films : Les Passagers de Serge Leroy et Repérages de Michel Soutter. Il refuse les rôles de Lacombe dans Rencontres du troisième type de Steven Spielberg et d'un journaliste dans Apocalypse Now de Francis Ford Coppola - les rôles seront repris par François Truffaut et Dennis Hopper. Il s'intéresse à la compétition automobile et court un temps comme pilote automobile professionnel, engagé par British Leyland en formule de production. Il participe à plusieurs rallyes - notamment au rallye de Monte-Carlo à six reprises, terminant entre la 20e et la 65e place - et courses en circuits notamment pour l'équipe du Star Racing Team de Moustache, sur Simca 1000 Rallye. Il y rencontre Marianne Hoepfner, célèbre pilote de rallye, notamment celui du Rallye Dakar 1984. Elle deviendra son épouse en 2000, après son divorce d'avec Nadine Trintignant. Il participe aux 24 heures du Mans en 1980 (abandon) et finit deuxième aux 24 heures de Spa en 1982 avec ses coéquipiers Jean-Pierre Jarier et Thierry Tassin.

Il revient au cinéma en 1978 dans L'Argent des autres de Christian de Chalonge, qui obtiendra un grand succès critique et public.

Le début des années 1980 est assez actif pour Jean-Louis Trintignant, il fait son seul et unique doublage en devenant la voix française de Jack Nicholson dans le film Shining de Stanley Kubrick. Nicholson est normalement doublé par le comédien Jean-Pierre Moulin, mais Kubrick exigeait que ce soit Trintignant qui double Jack dans son film. Alors qu'il apparaît dans plusieurs films dont Malevil de Christian de Chalonge, un rare exemple de film d'anticipation tourné en France ; ou Eaux profondes, un drame psychologique de Michel Deville inspiré du roman éponyme de Patricia Highsmith. Il tient également un rôle plus secondaire dans Le Grand Pardon, un film de gangsters réalisé par Alexandre Arcady et qui connaît un bon succès .

En 1983, aux côtés de Fanny Ardant, il tourne pour la première fois sous la direction de François Truffaut dans ce qui sera le dernier film du célèbre réalisateur : Vivement dimanche !, une comédie policière dans laquelle Trintignant incarne un agent immobilier injustement soupçonné de meurtre. Il renoue ensuite avec Claude Lelouch grâce à Viva la vie.

En 1986, Claude Lelouch lui propose de reprendre son rôle de coureur automobile dans Un homme et une femme : Vingt ans déjà dans lequel il retrouve Anouk Aimée. Le film est cependant loin de connaitre le succès de son prédécesseur.

Après avoir vécu plusieurs années à Lambesc, il se retire en 1985 dans sa maison d'Uzès dans le Gard à 40 km à l'ouest d'Avignon, puis à Collias pour vivre en harmonie avec la nature. Il se dit lassé par le cinéma, refuse plusieurs projets et se fait plus rare même s'il revient de temps à autre essentiellement dans des seconds rôles comme dans La Femme de ma vie de Régis Wargnier. En 1987 il annonce lors du Festival de Venise qu'il abandonne le cinéma, faisant croire qu'il est gravement malade. Il revient au cinéma deux ans plus tard dans Bunker Palace Hotel, le premier long métrage de Enki Bilal.

Dans les années 1990, il aborde des personnages misanthropes et cyniques, murés dans leur solitude.

En 1994, il tient un rôle remarqué dans Trois couleurs : Rouge de Krzysztof Kieślowski et Regarde les hommes tomber, le premier film de Jacques Audiard. Il apparaît également dans Fiesta de Pierre Boutron, qui évoque l'endurcissement des jeunes combattants franquistes durant la guerre d'Espagne.

Il disparaît des écrans, privilégiant le théâtre et de nouvelles activités. En 1998, il fait une exception en acceptant de tourner avec Patrice Chéreau dans Ceux qui m'aiment prendront le train.

En 1996, à l’image de son oncle Maurice Trintignant retiré de la course automobile dans son domaine viticole de Vergèze à 20 km au sud-ouest de Nîmes dans le Gard, Jean-Louis Trintignant se lance dans une nouvelle aventure en achetant le domaine viticole Rouge Garance (en hommage à Arletty) de cinq hectares dans les côtes du Rhône, associé avec son couple d'amis Claudie et Bertrand Cortellini à Saint-Hilaire-d'Ozilhan à 20 km de Nîmes et d'Avignon. Il produit 20 000 bouteilles de Côtes-du-rhône villages en Appellation d'origine contrôlée. Il fait dessiner la première étiquette de sa première cuvée 1997 par son ami le dessinateur de bande dessinée Enki Bilal qui le dirige d'ailleurs dans Bunker Palace Hôtel et Tykho Moon, ses deux premiers longs métrages comme réalisateur.

Dix ans après, son domaine Rouge Garance est l'un des domaines phares parmi les mieux notés de la vallée du Rhône grâce au talent des propriétaires. Il rachète et utilise les vieilles barriques du domaine bourguignon de la romanée-conti pour élever son vin. « Je passe mon temps dans les vignes, je veille aux assemblages. » À Uzès, l'acteur laisse la place à l'éleveur de vin et d'oliviers.

Obi-Wan Kenobi (série télévisée)

Obi-Wan Kenobi (de son titre complet « Star Wars: Obi-Wan Kenobi ») est une mini-série américaine en prise de vues réelles. Elle fait partie de l’univers de la saga Star Wars.

L'histoire se déroule dix ans après La Revanche des Sith et neuf ans avant Un nouvel espoir, dans une galaxie dirigée d'une main de fer par l'Empire galactique. Elle raconte les aventures du maître Jedi Obi-Wan Kenobi, dont l'exil sur Tatooine - où il veille sur Luke Skywalker - est perturbé par l'enlèvement de la jeune Leia Organa, le contraignant à reprendre du service.

Ewan McGregor et Hayden Christensen reprennent leurs rôles respectifs d'Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker (devenu Dark Vador) qu'ils avaient tenus dans la prélogie vingt ans plus tôt, tandis que Leïa, âgée ici de dix ans, est incarnée par Vivien Lyra Blair. Les six épisodes que compte la série, tous réalisés par Deborah Chow, sont diffusés depuis le sur la plateforme Disney+.

À la suite de la chute de l'ordre Jedi, l'Empereur Sith Palpatine a installé son régime de fer sur la galaxie, et dix ans après l'exécution de l'Ordre 66, Obi-Wan Kenobi mène une vie d'ermite sur la planète Tatooine en accomplissant sa mission : veiller discrètement sur le jeune Luke Skywalker face à la menace que représente l'Empire, et en particulier son ancien apprenti, devenu le bras armé de l'Empereur, Dark Vador, qui est aussi le père de Luke. Kenobi va être amené à quitter sa cachette pour partir à travers la galaxie afin de secourir la sœur jumelle de Luke, la princesse d'Alderaan Leia Organa, âgée de dix ans, qui a été enlevée. La Troisième Sœur Reva Sevander est à la poursuite d'Obi-Wan et son objectif obsessionnel est de le capturer et de le livrer à son maître Dark Vador. Les chemins de ce dernier et du Jedi vont se croiser...

Umbrella Academy (série télévisée)

Umbrella Academy (The Umbrella Academy) est une série télévisée américaine développée par Steve Blackman pour Netflix. Il s'agit d'une adaptation de la série de bandes dessinées du même nom, créée par Gerard Way et Gabriel Bá et publiée par Dark Horse Comics. L'intrigue tourne autour d'une famille dysfonctionnelle de super-héros qui se réunissent pour résoudre le mystère de la mort de leur père, la menace de l'apocalypse, etc. La série est produite par Borderline Entertainment, Dark Horse Entertainment et Universal Cable Productions.

Les acteurs principaux sont Elliot Page, Tom Hopper, David Castañeda, Emmy Raver-Lampman, Robert Sheehan, Aidan Gallagher et Justin H. Min. L'adaptation a débuté en 2011 sous la forme d'un film optionnel d'Universal Pictures. Cependant, elle a finalement été abandonnée au profit d'une série télévisée en 2015, avant d'être officiellement approuvée par Netflix en . Le tournage a lieu à Toronto, en Ontario.

La première saison est diffusée sur Netflix le . Les critiques l'ont accueillie favorablement, notamment en ce qui concerne le casting et les éléments visuels de la série, bien que le ton et le rythme aient été critiqués.

En , Netflix signale que 45 millions de téléspectateurs avaient regardé la première saison au cours de son premier mois de publication.

En , la série est renouvelée pour une deuxième saison, sortie le .

En été 2021, la série est renouvelée pour une troisième saison sortie le .

En , au même moment 43 femmes à travers le monde donnent naissance à un enfant doté de capacités extraordinaires, le problème étant qu’aucune d'entre elles n'est tombée enceinte. Sir Reginald Hargreeves, inventeur milliardaire, adopte sept d'entre eux et fonde l'Umbrella Academy dans le but de « protéger le monde ».

Les enfants grandissent et accumulent les exploits au sein de l'Umbrella Academy. Mais le groupe finit par être dissous. 17 ans plus tard, ils se retrouvent pour l'enterrement de leur père adoptif, ils apprennent alors que l'apocalypse aura lieu dans huit jours.

Lors de la deuxième saison, qui suit directement les péripéties de la précédente, les membres de l'Umbrella Academy se retrouvent projetés en 1963, tous à un moment différent de l'année, mais convergeant vers la même date : le à Dallas et l'assassinat de John F. Kennedy. Si ce dernier n'est pas assassiné, une nouvelle apocalypse guette le monde. On suit donc Cinq, Luther, Diego, Klaus, Allison et Vanya à travers leur combat contre la Commission et sa patronne The Handler, et leurs efforts pour éviter cette nouvelle apocalypse.

Introduits dans la saison 1

Introduits dans la saison 2

Introduits dans la saison 3


Version française

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage, Doublage Séries Database  et le carton de doublage en fin d'épisode sur Netflix.

Une adaptation cinématographique du comic book Umbrella Academy est envisagée par Universal Studios. Mark Bomback est engagé pour écrire le scénario avant d’être remplacé par Rawson Marshall Thurber en 2010. Il y a eu peu de discussions sur le film depuis et aucune date de sortie n'a été fixée. Récemment, dans une interview avec Newsarama au New York Comic Con en 2012, Gerard Way a mentionné qu'ils y avaient eu de «bonnes discussions» et un «très bon script», mais que c'était «pas assez à la hauteur de l'univers».

Le , il est annoncé qu'une adaptation télévisée de Umbrella Academy est envisagé à la place du film et sera produite par Universal Cable Productions. Le , Netflix commande la série et annonce une diffusion probable en 2018, Gerard Way est annoncé comme producteur exécutif de la série. Jeremy Slater écrira le pilote de la série et Steve Blackman en sera le showrunner.

Le , Netflix renouvelle la série pour une deuxième saison, dont le tournage a débuté en et est diffusé depuis le .

En , Netflix renouvelle la série pour une troisième saison, elle est diffusé à partir du 22 juin 2022.

Le , Elliot Page est le premier à rejoindre la distribution principale de la série pour interpréter Viktor Hargreeves. Quelques jours après, il est rejoint par Tom Hopper pour le rôle de Luther Hargreeves; Robert Sheehan pour le rôle de Klaus Hargreeves; Emmy Raver-Lampman pour le rôle Allison Hargreeves; David Castañeda pour le rôle de Diego Hargreeves et Aidan Gallagher pour le rôle de Numéro Cinq.

Début , Mary J. Blige rejoint la distribution pour interpréter Cha-Cha, une tueuse psychopathe. Quelques jours après, c'est au tour de Cameron Britton de rejoindre le casting pour interpréter Hazel, le partenaire de Cha-Cha, accro aux sucreries, le même-jour il est également annoncée que Colm Feore, Adam Godley et Ashley Madekwe rejoignaient la distribution pour interpréter respectivement sir Reginald Hargreeves, le père adoptif des héros, Pogo le chimpanzé doué d'intelligence et Patch une détective qui enquête sur la famille Hargreeves.

En , il est annoncé que John Magaro rejoint la distribution pour interpréter Leonard Peabody.

En , Kate Walsh rejoint la distribution pour interpréter une gestionnaire.

En , il est confirmé que l'acteur Justin H. Min l'interprète de Ben alias numéro 6 est promu principal pour la deuxième saison après avoir été récurrent dans la première.

En , il est annoncé que Ritu Arya, Yusuf Gatewood et Marin Ireland rejoignent la distribution de la deuxième saison.

Le , il est annoncé que Justin Cornwell , Britne Oldford, Génesis Rodríguez, Cazzie David, et Jake Epstein rejoignent la distribution de la troisième saison pour interpréter les membres de la Sparrow Academy.

Le tournage de la série a commencé le à Toronto en Ontario et s'est achevé le .

Le tournage de la deuxième saison a commencé le , l'acteur Aidan Gallagher l'a révélé sur son compte Instagram. Le , le showrunner Steve Blackman a annoncé que le tournage avait pris fin, également via Instagram.

Les effets visuels de la série sont gérés par Spin VFX.

D’origine russe, Viktor a été élevé séparément de ses frères et sœur au prétexte qu’il n’avait pas de pouvoirs. Premier à quitter la famille, il a publié un livre sur sa vie qui l’a mis au ban de la famille. Violoniste, il donne aussi des leçons à des particuliers, se contentant d’une vie simple et sans ambition autre que d’avoir un minimum d’attention de la part des autres enfants Hargreeves.

Viktor se révèle avoir eu des pouvoirs mais jugée trop instable et trop puissant, il fut drogué et sa mémoire altéré pour cacher ses capacités.

Il est capable d’user des sons ambiants pour en faire des vagues d’énergie dévastatrices.

La force de frappe du groupe, Luther est le dernier membre à être resté dans l’équipe. Mortellement blessé au cours de sa dernière mission, il a bénéficié des soins de son père mais son corps a été changé pour devenir celui d’un gorille, qu’il tente de cacher sous des vêtements amples.

Son père l’a par la suite envoyé sur la Lune sous le prétexte de prélever à intervalle régulier des échantillons mais en réalité pour le cacher aux yeux du monde.

À l’aise avec son corps et doté d’une volonté de fer, Diego est un expert en maniement d’armes blanches dont il peut contrôler parfaitement les trajectoires. Il porte uniquement une tenue de cuir noir et n’a que peu de respect pour les lois et les procédures. Diego est aussi un détective expérimenté à la suite de sa courte carrière dans la police.

La jeune femme est très belle et elle le sait. Après son départ du groupe, Allison est devenue une star du cinéma, ce qui lui a donné une certaine expérience de ce milieu dangereux ou nagent de dangereux requins. Son mariage s’est conclu par un divorce médiatique et elle a perdu tout droit de visite pour sa fille après avoir été surprise à user de ses pouvoirs sur elle.

Allison peut influer les gestes des gens à qui elle parle si elle commence sa phrase par « j’ai entendu une rumeur… »

Klaus est devenu le mouton noir de la famille. Son père l’a enfermé régulièrement dès ses 13 ans dans des mausolées pour affiner son pouvoir de communiquer avec les morts. Il déteste ses pouvoirs et il a commencé à se droguer quand il s’est aperçu que la drogue et l’alcool les neutralisent.

Ayant rencontré son père dans l’au-delà, il apprend qu’il n’a fait qu’effleurer ses vraies capacités et sa nouvelle sobriété lui permet de donner un corps physique et tangible aux fantômes.

Capable de se téléporter sur de courtes distances, Cinq a acquis aussi la capacité de voyager dans le temps, ce que son père lui a formellement interdit de faire. Désobéissant, Cinq saute vers le futur mais arrivé au moment où le monde a été détruit, il se rend compte qu’il ne peut plus retourner vers le passé. Forcé de vivre seul au milieu des ruines, il passe 40 ans isolé avant de devenir un tueur au service de la Commission. Ayant travaillé en secret sur ses capacités, il retourne au présent mais une erreur de calcul lui rend son corps de ses 13 ans.

Chacha est une tueuse au service de la Commission, aimant beaucoup son travail malgré les inconvénients financiers que cela lui apporte. Elle n’hésite pas à tuer Patch et à menacer Hazel de mort quand ce dernier veut quitter ses fonctions.

Tueur professionnel, il est aussi très à cheval sur les procédures et se plaint régulièrement des fonctionnaires qui selon lui ne connaissent pas la réalité du terrain. Il tombe amoureux d’Agnès et décide de tout plaquer pour vivre avec elle malgré les dangers encourus pour eux deux.

Né le même jour que les enfants du Miracle mais de façon normale, Harold a toujours rêvé d’intégrer l’académie malgré sa normalité. Orphelin de mère, il est publiquement humilié par Reginald et conçoit depuis ce jour une haine intense pour la famille. Il tue son père de colère et sort de prison après 12 ans de réclusion. Il se procure grâce à un Klaus drogué un livre important de Reginald et l’utilise pour manipuler Viktor et lui faire prendre conscience de ses capacités. Il n’hésite pas pour cela à tuer tous ceux dont la mort pourrait lui être utile. Viktor finit par le tuer quand il est démasqué par ce dernier.

Chimpanzé intelligent et humanisé, Pogo est le vieux serviteur fidèle de Reginald. Il se désespère de voir que malgré la mort de leur père, les enfants Hargreeves sont incapables de s’entendre. Ayant été complice de la mutilation subie par Viktor, il est tué par cette dernière.

Multi-milliardaire excentrique et rigide, Reginald cache soigneusement ses origines étranges. Ayant localisé sept enfants nés miraculeusement, il en fait ses enfants adoptifs et les entraine pour en faire une équipe de super-héros. Il se montre malgré tout incapable de négocier l’entrée dans leurs vies d’adultes et tous finissent par lui tourner le dos à l’exception de Luther. Ayant su on ne sait comment pour la catastrophe qui doit détruire la Terre, il se suicide pour forcer ses enfants à se retrouver enfin à l’occasion de ses funérailles pour tenter de sauver le monde.

Ben est mort adolescent dans des circonstances encore inconnues. Avant son décès, il possédait quatre tentacules dans son ventre qui lui permettaient de se battre. Son esprit rôde toujours dans le manoir ou seul Klaus peut interagir avec quand il est dans ses rares moments de sobriété.

Dans sa cinquantaine, Agnès porte son commerce grâce à ses talents de cuisinière. Elle attire l’œil de Hazel et elle se montre sensible en retour à son charme. Passionnée d’ornithologie, elle accepte de tout quitter pour suivre ce dernier, lui pardonnant son passé de tueur.

Conçue par Reginald, Grace est une androïde capable de résister aux assauts des pouvoirs des enfants pour qui elle devient une mère de substitution. Elle est chargée de l’entretien, de la cuisine ainsi que des premiers soins à administrer.

D’origine et de nom inconnus, la Porteuse met tout son zèle à accomplir sa tâche qui consiste à protéger le passé et faire en sorte que ce qui doit arriver arrive, y compris les pires catastrophes.

Inspectrice ordinaire, Eudora a été la petite amie de Diego avant son renvoi de la police. Elle tente régulièrement de lui faire comprendre l’importance de respecter les lois et les procédures tout en appelant son ex à l’aide en cas de vrai besoin urgent. Elle est tuée par Chacha quand elle tente de délivrer seule Klaus, retenu comme otage.

Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon, né le à Tanger (Maroc), est un homme politique français.

Membre du Parti socialiste (PS) à partir de 1976, il est successivement élu conseiller municipal de Massy en 1983, conseiller général de l'Essonne en 1985 et sénateur en 1986. Il est également ministre délégué à l'Enseignement professionnel de 2000 à 2002, dans le gouvernement Lionel Jospin. Il fait partie de l'aile gauche du PS jusqu'au congrès de Reims de 2008, à l'issue duquel il quitte ce parti pour fonder le Parti de gauche (PG), dont il devient d'abord président du bureau national, puis coprésident, fonction qu'il conserve jusqu'en 2014.

Sous les couleurs du Front de gauche, coalition qui réunit notamment le PG et le Parti communiste français (PCF), il est élu député européen en 2009 et réélu en 2014. Il est le candidat de cette coalition à l'élection présidentielle de 2012, à l'issue de laquelle il arrive en quatrième position au premier tour, avec 11,10 % des voix.

En 2016, il fonde le mouvement La France insoumise (LFI) et se présente sous cette étiquette à l'élection présidentielle de 2017, à laquelle il termine à nouveau en quatrième position, avec 19,58 % des suffrages exprimés. Il est ensuite élu député dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône jusqu'en juin 2022 et préside jusqu’en octobre 2021 le groupe LFI à l'Assemblée nationale.

En 2022, il se présente pour la troisième fois à l'élection présidentielle. Il réalise le score le plus élevé de ses trois candidatures (21,95 % des voix) et arrive largement en tête de la gauche, mais échoue à accéder au second tour, terminant en troisième position. Lors des élections législatives de cette même année, il abandonne son siège de député à Manuel Bompard, qui est élu pour prendre sa succession, pour inviter les Français à « l'élire Premier ministre » dans le cadre de l'alliance électorale NUPES. La coalition échoue cependant à remporter assez de sièges pour obtenir la majorité absolue nécessaire pour provoquer une cohabitation et ainsi sa nomination à la tête du gouvernement.

Yves Coppens

Yves Coppens, né le à Vannes (Morbihan) et mort le , est un paléontologue et paléoanthropologue français, professeur émérite au Muséum national d'histoire naturelle et au Collège de France.

Son nom est attaché en France à la découverte, en 1974 en Éthiopie, du fossile d'Australopithèque surnommé Lucy, en tant que codirecteur de l'équipe qui l'a mis au jour, avec l'Américain Donald Johanson et le Français Maurice Taieb.

Yves Coppens naît le à Vannes.

Son père, le physicien René Coppens (1910-1996), chevalier de la Légion d'honneur, a travaillé sur la radioactivité des roches et a rédigé de nombreuses notes scientifiques pour l’Académie des sciences. Il était professeur à la faculté des sciences et à l'École nationale supérieure de géologie de Nancy ; il est inhumé à Vandœuvre-lès-Nancy. Sa mère était pianiste concertiste.

Yves Coppens s'est marié avec Françoise Le Guennec, ethnologue africaniste, chercheuse au CNRS, qui l'a accompagné lors de nombreuses campagnes de fouilles, notamment celle ayant conduit à la découverte de Lucy.

Yves Coppens est passionné par la préhistoire et l'archéologie depuis son enfance, fasciné par exemple par les alignements de mégalithes de Carnac, non loin de sa ville natale de Vannes ; il a commencé très tôt à participer à des travaux de fouille et de prospection en Bretagne. Il obtient un baccalauréat en sciences expérimentales au lycée Jules Simon de Vannes puis une licence en sciences naturelles à la faculté des sciences de l'université de Rennes. Il prépare un doctorat sur les proboscidiens au laboratoire de Jean Piveteau à la faculté des sciences de l'université de Paris (la Sorbonne).

En 1956, il devient attaché de recherche du Centre national de la recherche scientifique alors qu'il n'a que 22 ans. Il se dirige vers l'étude des époques quaternaire et tertiaire. En 1959, chercheur dans le laboratoire de l'Institut de paléontologie du Muséum national d'histoire naturelle sous la direction de René Lavocat, ce dernier lui confie la détermination des dents de proboscidiens (sur lesquels porte sa thèse) du pliocène issus de fossiles de vertébrés trouvés par des géologues en Afrique. Ce contact avec des géologues lui permet de partir dès en Afrique, et par la suite de monter des expéditions au Tchad, en Éthiopie, puis en Algérie, en Tunisie, en Mauritanie, en Indonésie et aux Philippines.

Il devient maître de conférences au Muséum national d'histoire naturelle en 1969, puis sous-directeur au Musée de l'Homme.

Yves Coppens est nommé professeur du Muséum national d'histoire naturelle et élu à sa chaire d'Anthropologie en 1980. Il siège au conseil scientifique de l'École pratique des hautes études. Il est élu à la chaire de paléontologie et préhistoire au Collège de France en 1983, chaire qu'il occupe jusqu'en 2005, date à laquelle il devient professeur honoraire.

En 2002, il est nommé à la présidence d'une commission particulière (dite « commission Coppens ») dont les travaux ont servi de base à l'élaboration de la Charte de l'environnement, texte préparé par le secrétariat général du gouvernement et par le cabinet du président de la République et qui a été soumis à l'Assemblée nationale et au Sénat en 2004 et intégré en 2005, par la loi constitutionnelle du 1er mars, dans le bloc de constitutionnalité du droit français, reconnaissant les droits et les devoirs fondamentaux relatifs à la protection de l'environnement.

En 2006, il est nommé au Haut Conseil de la science et de la technologie par Jacques Chirac.

En , il est nommé président du conseil scientifique chargé de la conservation de la grotte de Lascaux par Nicolas Sarkozy.

Le , il est nommé conservateur du Manoir de Kerazan par l'Institut de France.

Yves Coppens est présent dans de nombreuses instances nationales et internationales gérant les disciplines de sa compétence. Il a dirigé en outre un laboratoire associé au CNRS, le Centre de recherches anthropologiques - Musée de l'Homme, et deux collections d'ouvrages du CNRS, « Cahiers de paléoanthropologie » et « Travaux de paléoanthropologie est-africaine ».

Yves Coppens est membre de l'Académie des sciences, de l'Académie de médecine, de l'Académie des sciences d'Outremer et de l'Academia Europaea, de l'Académie royale des sciences Hassan II du Maroc, de l'Académie des sciences, des arts, des cultures d'Afrique et des diasporas africaines de Côte d'Ivoire, membre honoraire de l'Academia de Medicina de Sao-Paulo, membre associé de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, correspondant de l'Académie royale de médecine de Belgique, Honorary fellow du Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, Foreign associate de la Royal Society d'Afrique du Sud et docteur honoris causa des universités de Bologne, de Liège, de Mons et de Chicago. Il est membre du conseil scientifique de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST).

En 1998, il est candidat malheureux à l'Académie française.

Le , il est nommé membre ordinaire de l'Académie pontificale des sciences par le pape François.

En , Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, le retient pour être le Nouveau Prix de Rome à la villa Médicis à Rome.

Yves Coppens meurt le à l'âge de 87 ans.

En 1961, Yves Coppens récupère un crâne fossile d'hominidé trouvé près de Yaho (falaise d'Angamma), dans le nord du Tchad, qu'il nomme en 1965 Tchadanthropus uxoris, en hommage au Tchad et à son épouse, qui l'a reçu du découvreur autochtone en cadeau. D'un âge controversé, ce fossile ne suscite toujours pas de consensus scientifique après plus d'un demi-siècle.

En 1967, il part en expédition avec Camille Arambourg dans la vallée de l'Omo, au sud de l'Éthiopie. Ils découvrent à Shungura, à l'ouest de l'Omo, le premier spécimen fossile de l'espèce Paranthropus aethiopicus, une mandibule édentée datée de 2,6 millions d'années, qui devient l'holotype de son espèce. D'autres fossiles de la même espèce sont ensuite découverts dans la même région.

Le à Hadar, dans la basse vallée de l'Awash, un fossile complet à 40 % d'Australopithecus afarensis est découvert dans le cadre de l'International Afar Research Expedition, un projet regroupant une trentaine de chercheurs éthiopiens, américains, et français, codirigé par Donald Johanson (paléoanthropologie), Maurice Taieb (géologie), et Yves Coppens (paléontologie). Le premier fragment du fossile a été repéré par Donald Johanson et Tom Gray, l'un de ses étudiants. Le fossile est surnommé « Lucy », en référence à Lucy in the Sky with Diamonds, la chanson des Beatles écoutée par l'équipe à cette époque.

À partir de 1983, Yves Coppens popularise sous le nom d’East Side Story un modèle proposé initialement par l’éthologue néerlandais A. Kortlandt. Il s'agit d'une théorie environnementale visant à expliquer l'acquisition de la bipédie, qui sépare les Hominines et les Panines.

À la suite de la découverte de Toumaï en 2001, après celle d'Abel en 1995, par l'équipe franco-tchadienne de Michel Brunet, Coppens remet lui-même en cause cette théorie en 2003. Il maintient cependant ce scénario pour comprendre l'émergence de la bipédie permanente propre au genre Homo, distincte des autres hominines (australopithèques et paranthropes), et popularisée par le jeu de mots « Omo event » (vallée de l'Omo dans le rift éthiopien). Il illustre sa position notamment en 2009, lors du colloque de l'Académie des sciences en hommage à Charles Darwin, auteur de la théorie de l'évolution des espèces par adaptation anatomique graduelle à des changements de l'environnement (en l'espèce le développement de la savane en Afrique de l'Est entre 1,8 et 2,5 millions d'années).

Selon Yves Coppens, « le développement technique et culturel dépasse le développement biologique », c'est-à-dire que l'évolution culturelle a supplanté l'évolution biologique, et détermine désormais les transformations de l'espèce Homo sapiens.

Pour la plupart des chercheurs, Homo sapiens est apparu en Afrique il y a désormais environ 300 000 ans, et s'est répandu il y a environ 60 000 ans vers les autres continents. Cette théorie est connue du grand public sous le nom anglais d'Out of Africa, et sur le plan scientifique sous le nom d'« hypothèse d'une origine unique récente », « hypothèse du remplacement », ou modèle de l'« origine africaine récente ». Yves Coppens, parmi d'autres chercheurs, ne croyait pas à la seule origine africaine d'Homo sapiens et défendait depuis les années 1980 la théorie multirégionale ou « théorie de continuité avec hybridation ». Selon cette théorie, qu'il aimait nommer « Out of nowhere », le passage des espèces archaïques d'Homo à Homo sapiens se serait fait parallèlement dans toutes les régions de l'ancien monde, sauf dans un certain nombre de régions particulièrement isolées, notamment en EuropeHomo heidelbergensis n'a pas évolué en Homo sapiens mais aurait donné naissance à l'Homme de Néandertal. Par la suite, selon lui, il y aurait sans doute eu un « grand métissage » entre les Homo sapiens venus d'Afrique et les autres espèces d'Homo se trouvant sur place.

En 2014, Yves Coppens a admis que, s'il avait mis en doute un certain temps la sortie d'Afrique d'Homo sapiens, parce qu'il le voyait naître ailleurs, il « pense aujourd'hui qu'il y a de bons arguments pour la situer en effet bel et bien autour de 100 000 ans. » Ensuite, Homo sapiens va s'installer en Europe, en Asie, et en Australie vers 50 000 ans, en s'hybridant selon lui avec les populations humaines antérieures, puis en Amérique et dans les petites iles d'Océanie qui étaient encore vierges de toute population humaine.

Tout en restant fidèle au principe de la sélection naturelle, Yves Coppens fait partie des chercheurs qui soulignent les lacunes du néo-darwinisme dans l'explication de l'évolution des espèces. Il remet notamment en cause l'importance conférée au hasard dans la théorie néo-darwinienne :

Sadio Mané

Sadio Mané est un joueur de football sénégalais né le dans le village de Bambali, près de Sédhiou. Il évolue au poste d'ailier et d'avant-centre au Bayern Munich.

Il est considéré actuellement comme l'un des meilleurs joueurs au monde et sans doute le meilleur joueur de l'histoire de l'Équipe du Sénégal de football.

Il est réputé pour ses dribbles, sa vitesse, sa technique et sa vision du jeu. En 2009, il intégrait l'AS Génération Foot où il fut rapidement repéré par le club partenaire du FC Metz. Il signe son premier contrat professionnel avec le club français au début de l'année 2012. La même année, son équipe est reléguée et Mané part pour le Red Bull Salzbourg.

En Autriche, le Sénégalais se révèle totalement et marque plus d'un but tous les deux matchs. Il remporte deux championnats en autant de saisons, signant même le doublé avec la Coupe nationale en 2014. Le Southampton FC l'engage et Sadio confirme son talent en Premier League continuant à marquer plus de dix buts par an. En 2016, le Liverpool FC fait de lui le joueur Sénégalais le plus cher de l'histoire. Il s'impose rapidement et complète son tableau des trophées.

Mané remporte ses premières compétitions majeures avec le championnat d'Autriche en 2013 à Salzbourg et le doublé coupe-championnat l'année suivante.

Avec Liverpool, après être parvenu en finale en 2018, il remporte la Ligue des champions en 2019. Il termine co-meilleur buteur du Championnat d'Angleterre en 2019 (22 buts), remporte la Supercoupe de l'UEFA 2019 et la Coupe du monde des clubs de la FIFA 2019, ce qui lui vaut d'être sacré joueur africain de l'année 2019. En 2020, il remporte le Championnat d'Angleterre.

Sur le plan international, Mané débute avec l'équipe du Sénégal en 2012. Il prend ensuite part aux Jeux olympiques de 2012. Après plusieurs échecs dans les compétitions, les Sénégalais sont finalistes de la CAN 2019 et vainqueurs en 2022.

Le joueur sénégalais atteint la 4e place du classement du ballon d'or 2019 derrière Ronaldo, son coéquipier du Liverpool FC Van Dijk et Messi.

Né à Bambali, dans une communauté rurale du sud du Sénégal, Sadio Mané devient rapidement fan de football. Il voue une grande admiration au footballeur brésilien Ronaldinho et pour l'international sénégalais El-Hadji Diouf, qu'il considère comme ses modèles. Son père, imam du village, ne voit pas d'un bon œil sa passion et veut l'en dissuader.

À l'âge de 15 ans, le jeune Mané passe outre l'avis familial et fugue pour tenter de vivre de sa passion. Il se souvient « J'ai fui le village pour aller à Dakar, sans que personne ne le sache. Et une semaine après, alors qu'ils me cherchaient partout, ils ont su que j'étais à la capitale et m'ont alors ramené au village. » Mais, à force de persuasion, Mané convainc les siens de le laisser quitter le village pour rencontrer des formateurs en ville. Il se rend à M'bour, la plus grande ville de football au Sénégal, avec son équipement précaire (un short et des chaussures abîmées).

En 2018, Mané met à la disposition de son village natal, un chèque d'une valeur de 234 000 euros, pour contribuer au financement de la construction d’un lycée et offre 300 maillots de son club du Liverpool FC à son village.

En 2009, à M'bour à 80 km au sud-est de la capitale, un détecteur de talents local repère Mané, monté de sa région agricole et forestière de l’extrême sud du pays pour jouer les « navétanes », des championnats de football de quartier. Il est aiguillé vers l'AS Génération Foot, l'un des multiples clubs de Dakar observé par des clubs européens à la recherche de jeunes joueurs prometteurs. Il y passe des tests concluants. Un recruteur se souvient « Quand j’ai vu son toucher de balle, je me suis dit, vraiment ça c’est un bon joueur. J’ai dit à Jules Boucher (l'entraîneur) : celui-là, on le prend direct ».

Placé sur le côté de l’attaque, Mané fait merveille et contribue à l’accession du club en deuxième division sénégalaise au terme de la saison 2010-2011. Il rejoint alors la France et le FC Metz, en partenariat avec Génération Foot.

Mané fait ses débuts professionnels pour Metz le , en remplaçant Kévin Diaz à la 75e minute lors d'une défaite 0-1 à domicile contre Bastia en Ligue 2. Il a pourtant du mal à s'intégrer et aurait caché une pubalgie pour être sûr de jouer. Il joue 19 matches lors sa première demi-saison en championnat, dont douze comme titulaire, et marque un but en solitaire lors d'une défaite 2-5 contre Guingamp au stade Saint-Symphorien, le . Metz est relégué en National à la fin de la saison.

Durant l'été 2012, Mané réalise un bon parcours aux Jeux olympiques de Londres avec le Sénégal et s'engage fin août avec le club autrichien Red Bull Salzbourg.

Championnats du monde de natation 2022

Les Championnats du monde de natation 2022, dix-neuvième édition des championnats du monde de natation, ont lieu du 18 juin au 3 juillet 2022 à Budapest (Hongrie).

La ville hôte des 19es Championnats du monde de natation, initialement prévus du 16 juillet au , est à l'origine Budapest, mais, après le retrait de la compétition à Guadalajara pour les Championnats du monde de natation 2017, la capitale hongroise fut désignée pour les championnats de 2017. L'organisation a été confiée à Fukuoka le . En même temps, la FINA a annoncé que Doha (Qatar) organisera les Championnats du monde de natation 2023. La compétition est reportée d'une année, en 2022, à la suite de la reprogrammation des J.O. de 2020 en 2021, en raison de la pandémie de maladie à coronavirus. Elle est ensuite encore repoussée d'un an.

En janvier 2022, la situation sanitaire incite les organisateurs à envisager de décaler d'un an supplémentaire les championnats au mois de juillet 2023. Une demande a été envoyée à la fédération internationale et en cas de validation du report, les championnats du monde 2023 de Doha seraient décalés à 2024. Début février 2022, la demande est acceptée et les mondiaux de natation en grand bassin sont officiellement décalés à juillet 2023.

Afin de ne pas avoir 4 ans d'écart entre deux éditions, la FINA annonce l'organisation des Championnats du monde de natation 2022 du 18 juin au 3 juillet 2022 à Budapest.

Le calendrier précis est consultable sur le site de la FINA

Le tournoi de Water polo se déroule sur les sites de Budapest et de Szeged.

RM Record du monde | RMj Record du monde junior | RAf Record d'Afrique | RAm Record d'Amérique | RAs Record d'Asie | RE Record d'Europe | ROc Record d'Océanie | RC Record des championnats | RN Record national

Rassemblement national

Le Rassemblement national (RN), dénommé Front national (FN) jusqu'en 2018, est un parti politique français d'extrême droite fondé en 1972 à l'initiative d'Ordre nouveau. Il est présidé par Jean-Marie Le Pen de sa création à 2011, puis par sa fille Marine Le Pen.

Le Front national émerge dans le paysage politique français au cours des années 1980, notamment lors des élections législatives de 1986. Candidat à l'élection présidentielle à cinq reprises, Jean-Marie Le Pen parvient à accéder au second tour du scrutin de 2002 face à Jacques Chirac, à la surprise générale dans un régime où domine le bipartisme. Par la suite, le FN obtient d'importants succès électoraux. En 2017 puis en 2022, Marine Le Pen parvient également au second tour de l'élection présidentielle. La même année, avec 89 députés à l'Assemblée nationale, le RN obtient le meilleur résultat de son histoire. Il devient de plus, le premier parti d’opposition.

La plupart des observateurs politiques situent le FN à l'extrême droite de l'échiquier politique, mais ses représentants récusent en général cette appartenance pour lui préférer d'autres qualificatifs ou proposer d'autres façons d'envisager l'axe gauche-droite. Ce débat est récurrent depuis la « dédiabolisation » du parti dans les années 2010 et 2020 sous la présidence de Marine Le Pen, donnant ainsi parfois au RN le qualificatif de parti attrape-tout. Au niveau européen, il est membre du Parti Identité et démocratie. Souvent rattaché au courant national-populiste, il se distingue notamment par son opposition à l'immigration et la défense du principe de préférence nationale.

Relativement peu représenté dans les institutions du fait d'un mode de scrutin à deux tours défavorable (phénomène du « front républicain »), il obtient régulièrement la majorité relative à différentes élections.

En 2021, le parti compterait quelque 83 000 adhérents. Sa situation financière semble très fragile mais les bons résultats obtenus aux élections législatives de 2022 vont lui permettre d'avoir plus de moyens financiers.

Amélie de Montchalin

Amélie de Lombard de Montchalin, dite Amélie de Montchalin, née Bommier le à Lyon, est une femme politique française.

D'abord proche de l’Union pour un mouvement populaire (devenue Les Républicains), elle rejoint En marche (devenu La République en marche) en .

Élue députée lors des élections législatives de 2017 dans la sixième circonscription de l'Essonne, elle est membre de la commission des Finances, où elle officie de 2017 à 2018 comme coordinatrice (« whip ») du groupe LREM. Elle est rapporteure parlementaire du projet de loi de finances pour 2018. De 2018 à 2019, elle est première vice-présidente du groupe LREM.

Le , elle est nommée secrétaire d’État chargée des Affaires européennes dans le second gouvernement Édouard Philippe, succédant à Nathalie Loiseau. Le , elle est nommée ministre de la Transformation et de la Fonction publiques dans le gouvernement Jean Castex. En 2021, elle porte un projet d'ordonnance qui contient les principales mesures de la réforme de la haute fonction publique.

Le , elle est nommée ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires dans le gouvernement Élisabeth Borne. Elle est de nouveau candidate aux élections législatives de 2022 dans la sixième circonscription de l'Essonne mais est battue à l'issue du second tour.

Amélie Bommier naît dans le 8e arrondissement de Lyon et grandit en suivant les nombreuses mutations professionnelles en France et à l'étranger de son père, Bernard Bommier, qui a occupé des postes de cadre supérieur chez Elf Aquitaine, ensuite Danone, puis Coca-Cola. Sa mère est infirmière et appartient à une famille d'agriculteurs du plateau de Saclay.

Après avoir été élève au lycée Hoche à Versailles, puis étudiante en classe préparatoire au lycée privé Sainte-Geneviève, elle intègre HEC Paris en 2005. Elle obtient en parallèle une licence en histoire à l'université Paris-Sorbonne et une licence en économie appliquée à l'université Paris-Dauphine. Elle obtient un master en administration publique à la Harvard Kennedy School en 2014.

Amélie Bommier est mariée à Guillaume de Montchalin d'une famille subsistante de l'ancienne noblesse française, consultant pour de grandes entreprises notamment pour Boston Consulting Group. Dans le cadre de ses fonctions en 2016, il organise des rencontres professionnelles entre l'équipe d'En marche et des personnalités de la société civile.

Mère de trois enfants, elle est catholique pratiquante.

Elle travaille comme économiste junior chez Exane BNP Paribas, chargée de l'Europe pendant la crise de la zone euro, de 2009 à 2012 ; comme directrice de la prospective et du suivi des politiques publiques pour Axa (c'est-à-dire responsable de la stratégie de long terme et de ses échanges avec le G20, les banques centrales et les institutions européennes), de 2014 à 2017 ; ainsi que pour la Commission européenne.

Elle effectue un stage à l'Assemblée nationale en 2007 auprès de Valérie Pécresse, ce qui la conduit à travailler pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Elle suit Valérie Pécresse au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

En parallèle de son activité professionnelle, elle contribue aux réflexions de certains cadres de l’UMP, devenue Les Républicains. Le webmédia Contexte précise qu'« elle a fait passer des notes sur ses sujets — investissement, conduite des réformes, budget ou encore logement — à la motion de centre droit La Boîte à idées, au collectif de hauts fonctionnaires et de cadres Les Éclaireurs, puis à l’entourage d’Alain Juppé pendant la campagne pour la primaire de 2016. » Elle participe ainsi à la conception du programme économique d’Alain Juppé.

Son époux Guillaume de Montchalin, en poste au sein de Boston Consulting Group, contacte l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron afin d’organiser des rencontres professionnelles lors du lancement de la campagne en . Amélie de Montchalin rejoint En marche en , après la défaite d'Alain Juppé lors de la primaire de la droite, attirée par l'engagement européen d'Emmanuel Macron. Après avoir reçu l'investiture de LREM, elle est élue députée de la sixième circonscription de l'Essonne, où elle a des attaches familiales, avec 61,34 % des voix au second tour contre Françoise Couasse, candidate UDI-LR. Le sortant Jérôme Guedj, député de la circonscription entre 2012 et 2014, qui était suppléant de François Lamy et l'avait remplacé, avait été éliminé dès le premier tour.

Elle fait partie des nouveaux députés LREM issus du milieu de l'entreprise, et séduits par le côté « start-up » d’En marche ! (s'inspirant du fonctionnement managérial et du langage de l'entreprise). Elle est présentée dans la presse comme libérale. Selon Romaric Godin de Mediapart, « Amélie de Montchalin incarne de façon chimiquement pure la pensée économique du macronisme ».

Léo Grasset

Léo Grasset, né le dimanche à Saint-Priest-en-Jarez (Loire), est un vulgarisateur scientifique français. Vidéaste web et auteur, il est principalement connu pour sa chaîne de vidéos YouTube, DirtyBiology, créée en , qui compte 1,3 million d'abonnés en .

Invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022

L'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022, aussi appelée guerre russo-ukrainienne de 2022 — ou de façon réductrice — guerre d'Ukraine, est une campagne militaire déclenchée le sur ordre du président russe Vladimir Poutine. Elle intervient à la suite de la crise ukrainienne, née du mouvement Euromaïdan de 2013-2014 qui avait été suivi de la guerre du Donbass à partir de 2014. En 2021 émerge une montée progressive des tensions, d'abord par un renforcement militaire russe prolongé, sans précédent, aux frontières ukrainiennes avec la Russie, la Biélorussie et la Crimée annexée en 2014 par la Russie, puis, le , par la reconnaissance par le président russe de l'indépendance des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, deux zones séparatistes de la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Après une incursion des forces armées russes dans le Donbass, une offensive générale aérienne, maritime et terrestre est déclenchée sur l'ensemble du territoire ukrainien, le .

À son déclenchement, cette invasion est considérée comme la plus importante opération militaire qu'ait connue l'Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La Russie est accusée, notamment par les Occidentaux — soit l'Union européenne (UE), le Royaume-Uni, les États-Unis le Canada, l'Australie — ainsi que par le G7, de mener une guerre d'agression contre l'Ukraine, action condamnée ou déplorée par la grande majorité de la communauté internationale. Une série sans précédent de sanctions économiques, culturelles et sportives est progressivement mise en place contre la fédération de Russie, tandis que plusieurs pays, parmi lesquels des États membres de l'OTAN et de l'Union européenne, apportent leur aide à l'Ukraine attaquée en fournissant notamment du matériel militaire offensif et défensif, de la nourriture, du matériel médical et d'importantes aides financières. La solidarité européenne s'exprime également par l'accueil de réfugiés ukrainiens. En préalable aux discussions ou négociations, le gouvernement de Vladimir Poutine exige le renversement du gouvernement ukrainien, ce qu'il appelle la « dénazification » de l'Ukraine, la dissolution de son armée, la neutralité du pays, la reconnaissance de l'annexion de la Crimée et l'indépendance des deux oblasts du Donbass dont les séparatistes ne contrôlaient qu'une partie depuis 2014.

Les forces russes sont en outre accusées de nombreux crimes de guerre, notamment lors de frappes visant délibérément les populations civiles dans les villes encerclées, ainsi que de massacres de civils, comme dans les environs de Kiev, découverts après qu'elles se sont retirées pour se repositionner à l'est et au sud. Ce repositionnement russe est destiné à conquérir l'intégralité du Donbass et créer une continuité territoriale le long de la côte de la mer d'Azov, jusqu'à la péninsule de Crimée annexée par la Russie en 2014, voire plus loin, jusqu'à Odessa et au-delà, pour rejoindre la république séparatiste russophone autoproclamée de Transnistrie.

En Russie, l'invasion est officiellement appelée « opération militaire spéciale », soit en russe специальная военная операция (spetsialnaïa voïennaïa operatsia). Dans le cadre de la propagande d'État et du strict contrôle du récit imposé à la population, l'utilisation de plusieurs mots, parmi lesquels « invasion », « guerre », « bombardements de villes » ou « pertes civiles », est réprimée par la loi et passible de prison, tandis que les réseaux sociaux sont censurés, tout comme l'ensemble des médias locaux dont plusieurs qui ne sont pas dans la ligne du régime ont dû fermer.

Avant la dislocation de l'Union soviétique, la République socialiste fédérative soviétique de Russie conclut, le , avec la République socialiste soviétique d'Ukraine un traité de reconnaissance mutuelle de la souveraineté de chaque État, puis un accord de reconnaissance des frontières ukrainiennes par la Russie entériné par les accords d'Alma-Ata du et l'accord établissant la Communauté des États indépendants. Après la dislocation en 1991, l'Ukraine et la Russie continuent à entretenir des liens étroits. En 1994, l'Ukraine accepte d'abandonner son arsenal nucléaire et signe le mémorandum de Budapest assurant l'intégrité territoriale et l'indépendance politique de l'Ukraine. Cinq ans plus tard, la Russie est l'un des signataires de la charte de sécurité européenne, où sont notamment affirmés l'inviolabilité des frontières et des territoires, ainsi que « le droit naturel de tout État participant de choisir ou de modifier librement ses arrangements de sécurité, y compris les traités d'alliance, en fonction de leur évolution ». Le , un traité d'amitié russo-ukrainien est signé, réaffirmant un engagement bilatéral à « respecter l'intégrité territoriale et l'inviolabilité des frontières », plus contraignant que le mémorandum qui incluait d'autres pays et ne créait pas d'obligation réciproque. D'autres traités bilatéraux sont signés après 2000, comme l'accord sur la frontière entre l'Ukraine et la Russie du ou encore les accords concernant la flotte de la mer Noire, donnant à la Russie des droits de location sur des bases en Crimée, ce qui implique de facto une reconnaissance de la souveraineté de l'Ukraine sur la péninsule.

Damien Abad

Damien Abad, né le à Nîmes (Gard), est un homme politique français.

Successivement membre de l'UDF, du Nouveau Centre puis de l'UMP devenue LR, il est conseiller municipal de Vauvert (Gard) de 2008 à 2010, député européen de 2009 à 2012, conseiller régional de Rhône-Alpes de 2010 à 2015 et président du conseil départemental de l'Ain de 2015 à 2017.

Élu député en 2012 dans la 5e circonscription de l’Ain et réélu en 2017, il préside le groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale à partir de 2019.

En 2022, il se rapproche de la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron, quitte la tête du groupe LR ainsi que le parti, puis est nommé ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées dans le gouvernement Élisabeth Borne. Il est lui-même en situation de handicap visible. Il est réélu député de l’Ain au second tour des élections législatives, malgré plusieurs accusations de viol après sa nomination.

Ses parents sont installés à Aubord (Gard). Son père est responsable des achats dans une grande entreprise, et issu d'une famille qui avait fui l'Espagne de Franco. Sa mère est assistante sociale et professeur de gymnastique volontaire. Amateur de sport, il est supporter du Nîmes Olympique.

Ancien élève du collège la Vallée verte et du lycée Alphonse-Daudet, major de Sciences Po Bordeaux, diplômé de Sciences Po Paris (2004), il échoue deux fois au grand oral de l'ENA. Il est ensuite chargé de cours vacataire à Sciences Po Paris.

Atteint d'arthrogrypose, une maladie congénitale, il est parfois considéré comme une personnalité incarnant la diversité en raison de son handicap physique. Il est présenté par de nombreux médias comme le seul député de la XVe législature porteur de handicap.

Il devient chargé d’études sur les questions budgétaires et fiscales au groupe UDF en mars 2006 puis au groupe Nouveau Centre à l’Assemblée nationale.

Candidat aux élections législatives de 2007 dans la 5e circonscription des Yvelines, il réalise un score de 3,17 %.

En 2008, il crée le mouvement des Jeunes Centristes, un mouvement jeune rattaché au Nouveau Centre. Il en est le président fondateur, élu à la quasi-unanimité en , lors du congrès fondateur du Nouveau Centre à Nîmes. Il quitte cette fonction pour assumer celle de Secrétaire général adjoint du Nouveau Centre dans le courant de l’année 2010.

Ayant rencontré Gérard Gayaud par l'entremise d'Yvan Lachaud, il est élu conseiller municipal de Vauvert sur la liste de ce dernier lorsqu'il devient maire en 2008.

Il est élu conseiller régional de Rhône-Alpes, et démissionne alors de son mandat municipal à Vauvert. Au conseil régional, il siège à commission thématique « Emploi, économie, économie sociale et solidaire et innovation sociale » et à la Commission « Sport et Jeunesse ».

Le , il est élu président du conseil départemental de l'Ain. Élu député en 2017, il abandonne la présidence pour respecter la loi sur le cumul des mandats — Jean Deguerry lui succède —, tout en restant conseiller départemental.

En , pour les élections européennes de 2009, il est élu député européen, sur la liste de la majorité présidentielle, dans la circonscription Sud-Est. Il doit sa place éligible sur la liste d'alliance entre l'UMP et son parti à l'insistance d'Hervé Morin, président du Nouveau Centre — qui dit en avoir « fait un symbole » —, face aux réticences de l'UMP. Il devient ainsi, à 29 ans, le benjamin des eurodéputés français et le plus jeune parlementaire français en exercice. Il est l'un des plus jeunes élus du Parlement européen.

Dans le cadre de son mandat européen, il intervient régulièrement sur les questions d’économie, en particulier en matière de politique industrielle, services sociaux d’intérêt général et défense des consommateurs. Président fondateur de l’Intergroupe « Jeunesse », il est, au sein du Parlement européen, membre de deux commissions législatives : la commission des budgets ainsi que la commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs.

En , il est désigné tête de liste de la majorité présidentielle (UMP et partis proches) dans le département de l’Ain.

Il rejoint l'UMP en .

Il soutient Bruno Le Maire pour la primaire de la droite et du centre de 2016. En , il est nommé avec cinq autres personnalités porte-parole de sa campagne de la primaire. Après la désignation de François Fillon comme candidat de la droite et du centre lors de cette primaire, il lui apporte son soutien indéfectible, et ce même après la survenue de l'affaire Fillon, devenant son porte-parole jusqu'à sa défaite au soir du premier tour des présidentielles.

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti. Dans la foulée de cette élection, il est nommé troisième vice-président des Républicains.

Il soutient Xavier Bertrand en vue de l'élection présidentielle de 2022 et plaide pour que son parti se dispense d’une primaire. Après son élimination du premier tour du congrès des Républicains de 2021, il se rallie à Valérie Pécresse.

Il compte parmi les dirigeants LR favorables à un rapprochement avec LREM et entretient des contacts avec Thierry Solère à l’Élysée, au point d’être soupçonné de négocier une place au gouvernement. Pressenti pour rejoindre LREM, et sommé par Christian Jacob d'éclaircir sa situation, il annonce le qu'il quitte la présidence du groupe LR à l'Assemblée nationale et qu'il se met en retrait de sa formation politique.

Lors des élections législatives 2012, il est candidat dans la nouvelle 5e circonscription de l'Ain, investi par l'UMP. Il obtient 31,81 % des voix lors du premier tour, puis est élu avec 56,40 % des voix au deuxième tour face à la candidate socialiste Josiane Exposito. Il rejoint alors la commission des Affaires économiques.

Lors de la séance d'élection du président de l'Assemblée nationale, le , il est secrétaire de séance, étant un des six plus jeunes députés de France.

Il est réélu député en , pour la XVe législature de la Cinquième République française. Le , il est candidat à la présidence du groupe LR à l'Assemblée nationale face à Christian Jacob ; ce dernier est finalement réélu en recueillant 62 voix au second tour, contre 32 pour Damien Abad. Il devient premier vice-président du groupe.

Après l'élection de Christian Jacob comme président des Républicains le , il se porte candidat à sa succession à la présidence du groupe LR à l'Assemblée nationale. Alors qu'Olivier Marleix part favori, Damien Abad sort en tête du premier tour, avec 34 voix contre 20 pour Olivier Marleix, puis l'emporte au second tour avec 64 voix contre 37 à ce dernier. Selon Contexte, alors que « les anciens clivages entre « sarkozystes », « fillonistes » et « juppéistes » n’ont plus cours dans le groupe », Damien Abad a présenté « un profil qui rassure les députés de l’ancienne génération, sans le couper des nouveaux élus de 2017, qui forment une moitié du groupe ». Le média en ligne souligne également « son positionnement d’homme indépendant », qui « ne doit rien à Christian Jacob », tandis qu'Olivier Marleix a souffert d'un entrefilet paru dans Le Canard enchaîné, le présentant comme le candidat de ce dernier.

Lors des élections municipales de 2020, il affirme qu'« il n’y a pas d’alliances politiques possibles » entre LR et LREM.

Alors que LREM n'avait pas investi de candidat face à lui dans sa circonscription et qu'il venait de se mettre en congé des Républicains, ceux-ci donnent leur investiture le à Julien Martinez, conseiller municipal d'Oyonnax.

Le , il est nommé ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées du gouvernement Élisabeth Borne. Deux portefeuilles, auparavant distincts, ont désormais été regroupés en un seul ministère qui assure la gestion de la vieillesse et du handicap, action saluée par l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées (FNADEPA).

Dés sa nomination, l'association Unapei adresse un communiqué à l'attention du ministre en signalant que le secteur du handicap est dans un véritable état d’urgence. L'association demande la mise en place de moyens supplémentaires pour la prise en charge des personnes handicapées tout en soutenant leur autonomie avec une protection sociale, une filière de formation adaptée pour les soignants, l'investissement dans la recherche, tout en faisant de la protection juridique des majeurs une véritable politique publique. De son côté, le Collectif Handicaps (qui regroupe 52 associations nationales autour du handicap) demande, dés le même jour au nouveau ministre que « le chantier de la 5e branche Autonomie soit une priorité de ce quinquennat pour en assurer le financement et développer de nouveaux droits pour les personnes en situation de handicap, âgées, et leurs proches aidants, notamment via la création d'une prestation universelle d'autonomie ».

Avant sa nomination comme ministre, Damien Abad est partisan de l’individualisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) afin de permettre « davantage d’autonomie financière au sein du couple ».

Au soir du premier tour de l'élection, le , il arrive en tête dans la 5e circonscription de l'Ain avec 33,38 % des suffrages exprimés, et se retrouve donc en ballottage devant la candidate de la NUPES, Florence Pisani qui a obtenu 23,54 % des suffrages exprimés. Il est réélu au second tour avec 57,86 % des suffrages exprimés alors que la coalition Ensemble dont il se réclame perd la majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Manuel Bompard

Manuel Bompard, né le à Firminy (Loire), est un homme politique français.

Secrétaire national du Parti de gauche depuis 2010, il est le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour sa candidature aux élections européennes de 2014 dans la circonscription Sud-Ouest. Il est ensuite son directeur de campagne pour les élections présidentielles de 2017 puis de 2022au nom de La France insoumise. Il est coordinateur du parti de 2017 à 2019.

Aux élections européennes de 2019, il est élu au Parlement européen sur la liste La France insoumise menée par Manon Aubry, qui obtient alors six sièges d'eurodéputés.

Il est candidat aux élections législatives de 2022 pour la Nupes dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, et est élu au second tour avec un peu moins de 74 % des voix.

Manuel Bompard naît le à Firminy dans la Loire, et grandit dans la Drôme. Son père est informaticien, puis exploitant agricole, sa mère fonctionnaire dans le secteur du logement.

Il fait une partie de ses études à Paris. Il est diplômé de l'Ensimag, une école d’ingénieurs grenobloise. Il est docteur en mathématiques en 2011, après avoir soutenu une thèse de mathématiques appliquées en aéronautique à l'université Nice-Sophia-Antipolis. Il travaille dans une startup spécialisée en apprentissage automatique à Ramonville-Saint-Agne, près de Toulouse.

Ses débuts en politique se font à 19 ans au cours des luttes contre le traité constitutionnel européen en 2005 et contre le contrat première embauche (CPE) en 2006.

Il adhère au Parti de gauche (PG) à sa création en 2009. Il en devient secrétaire national en 2010. En 2012, il devient membre de l’équipe « événements » de la campagne de Jean-Luc Mélenchon pour l'élection présidentielle.

Il succède à François Delapierre en devenant le directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour sa candidature aux élections européennes de 2014 dans la circonscription Sud-Ouest.

Il a été le candidat du PG, en binôme avec Dagmara Szlagor d'EELV, aux élections départementales de 2015 en Haute-Garonne dans le Canton de Toulouse-5, où ils arrivent en troisième position avec 15,41 % des suffrages exprimés, mais 6,55 % des inscrits, ce qui ne leur permet pas d'être en ballottage au second tour (12,5 % des inscrits étant requis).

Il est ensuite son directeur de campagne, recruté dès , pour l'élection présidentielle de 2017, au nom de La France insoumise. Il organise notamment plusieurs évènements marquants de la campagne : la convention d' à Lille (« une démonstration pratique de ce que peut être le populisme de gauche »), la marche du entre les places de la Bastille et de la République, la plate-forme numérique de campagne ou encore l'hologramme de Jean-Luc Mélenchon du meeting d'Aubervilliers.

Il est candidat aux élections législatives de 2017 dans la Haute-Garonne (9e circonscription), pour La France insoumise, avec Laure Tachoires pour suppléante. Il est en ballottage au premier tour avec 18,91 % des voix, en deuxième positionet il est battu au deuxième tour avec 47,67 % des voix par Sandrine Mörch de La République en marche.

Au printemps 2018, il participe au comité électoral chargé d'évaluer et de choisir les candidatures des militants souhaitant figurer sur la liste des élections européennes de 2019. À l'issue de ce processus, il figure à la première place chez les hommes et la possibilité qu'il puisse être tête de liste est évoquée. Dans le cadre de la composition de cette liste de candidature, il a été vivement critiqué par l'un des membres du comité (composé de 32 personnes)pour verrouillage, « petits arrangements entre amis » et mainmise sur les positions éligibles, citant notamment le cas de Sarah Soilihi, qui aurait été « évincée » du « carré de tête » des candidats et aurait donc souhaité ne plus figurer sur la liste. Autre membre écarté de la liste, Djordje Kuzmanovic reproche pour sa part à Manuel Bompard d'être juge et partie dans le cadre de la composition de la liste, et ce dans un contexte où plusieurs lignes idéologiques (une « souverainiste » et une « gauchiste ») semblent s'affronter au sein de la FI, ce que Manuel Bompard réfute.

En 2021 il est de nouveau désigné directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon pour la France Insoumise pour l'élection présidentielle de 2022.

Il quitte la direction du Parti de gauche en afin de se consacrer à sa mission de porte-parole de La France insoumise et à la campagne des européennes. Un temps pressenti pour mener la liste insoumise aux élections européennes de 2019, il figure finalement à la deuxième place de la liste de candidature pour ces élections (derrière Manon Aubry). Le , la liste La France insoumise obtient alors 6,3 % des votes, ce qui est en deçà des intentions de vote relevés par l'IFOP qui ne descendaient à aucun moment sous les 7 %. Ce score accorde six sièges d'eurodéputés à la France insoumise. Au Parlement européen, il est le représentant de la délégation de la FI.

Le 12 mai 2022, Jean-Luc Mélenchon annonce sur son compte Twitter renoncer à se présenter à sa propre succession aux prochaines élections législatives. Dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, Manuel Bompard est investi à sa place pour la Nouvelle Union populaire écologique et sociale. Dans cette circonscription, le candidat LFI à l'élection présidentielle est arrivé en tête au premier tour avec 54,4% des suffrages exprimés. La circonscription comprend les trois premiers arrondissements de Marseille, où près de 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, et des quartiers plus mélangés, comme la Plaine ou le cours Julien. Le 12 juin, il arrive largement en tête au premier tour avec 56,4% des suffrages exprimés. Ainsi, il figure parmi les quinze candidats à avoir dépassé 50% au 1er tour, et a obtenu un des meilleurs scores nationaux de son parti. Manuel Bompard est élu député au soir du second tour, le 19 juin, avec 73,92% des suffrages exprimés.

Ensemble (coalition française)

Ensemble, de son nom complet Ensemble pour la majorité présidentielle, connue de 2021 à 2022 sous le nom de Ensemble citoyens, est une coalition de partis politiques français ayant la forme juridique d'un parti, lancée le à la Maison de la Mutualité, à Paris en vue des élections législatives de 2022, afin de regrouper la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron, président de la République sortant.

En mai 2022, Ensemble est présidée par Richard Ferrand avec deux vice-présidents, François Bayrou et Édouard Philippe. Stanislas Guerini en est le secrétaire général.

Sept partis la composent : La République en marche (Renaissance), le Mouvement démocrate, Horizons, Agir, Territoires de progrès, Parti radical et En commun. Lors des élections législatives de 2022, les candidats se présenteront tous sous l'étiquette « Ensemble ! majorité présidentielle ».

Cette formation a pour objectif de regrouper la majorité présidentielle d'Emmanuel Macron dans la perspective de l'élection présidentielle de 2022 ainsi que de présenter des candidatures communes pour les élections législatives de 2022.

En mai 2022, le président d'Ensemble, Richard Ferrand, indique comme objectif « une majorité stable à l’Assemblée » « forte, unie et rassemblée ». Édouard Philippe, vice-président d'Ensemble, précise que le programme d'Ensemble « c'est celui du Président ». L'objectif est de soutenir Emmanuel Macron dans les cinq années à venir. François Bayrou, vice-président d'Ensemble, indique que la coalition permettra de conserver le « caractère original des sensibilités politiques » des trois principaux partis à savoir Renaissance, Mouvement démocrate et Horizons qui pourront constituer un groupe à l'Assemblée nationale.

L'accord de coalition rassemble, en mai 2022, trois partis : La République en marche (qui se renomme pour l'occasion en Renaissance), le Mouvement démocrate et Horizons. Quatre autres partis sont mentionnés (avec leur logo) sur le site officiel : Agir, Territoires de progrès, Parti radical et En commun. La Fédération progressiste et Refondation républicaine, partis fondés au printemps 2022 respectivement par François Rebsamen et Jean-Pierre Chevènement, souhaitent également présenter des candidats au sein de la coalition.

Jean-Philippe Tanguy

Jean-Philippe Tanguy, né le à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), est un homme politique français.

Membre du Rassemblement national, il est élu député dans la 4e circonscription de la Somme lors des élections législatives de 2022.

Jean-Philippe Tanguy naît le à Boulogne-sur-Mer. Sa mère est secrétaire et son père est gestionnaire de sites industriels.

Il étudie à Saint-Cyr sans finir la formation et est diplômé de l’ESSEC et de Sciences Po Paris. Il est un spécialiste des questions industrielles et énergétiques.

Il est la tête de liste de Debout la France aux élections régionales de 2015 en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. D'après Mediapart, durant l'élection présidentielle de 2017, il œuvre au ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen durant l'entre-deux-tours.

Jean-Philippe Tanguy est le directeur de campagne adjoint de Marine Le Pen lors de l'élection présidentielle de 2022. La même année lors des élections législatives, il arrive en tête dans la quatrième circonscription de la Somme devant le député sortant Jean-Claude Leclabart, en obtenant 32,45 % des suffrages exprimés. Il est élu député au second tour avec 54,59 % des voix.

Jurassic World : Le Monde d'après

Jurassic World : Le Monde d'après ou Monde jurassique : la domination au Québec (Jurassic World Dominion) est un film de science-fiction américain réalisé par Colin Trevorrow et sorti en 2022.

Il s'agit du sixième volet de la série cinématographique Jurassic Park, de la suite de Jurassic World: Fallen Kingdom de Juan Antonio Bayona (2018) et du court métrage Battle at Big Rock de Colin Trevorrow, (2019).

Quatre ans après l'éruption volcanique cataclysmique sur Isla Nublar et l'incident du manoir Lockwood, les dinosaures parcourent librement la terre. Claire Dearing, ancienne responsable des opérations de Jurassic World, travaille toujours pour le Dinosaur Protection Group. Elle et Owen Grady vivent dans une cabane isolée dans les montagnes de la Sierra Nevada, s'occupant secrètement de Maisie Lockwood, la petite-fille clonée de Benjamin Lockwood. Le vélociraptor formé d'Owen, Blue, arrive de manière inattendue avec une progéniture reproduite de manière asexuée que Maisie nomme Beta.

Biosyn Genetics mène des recherches génomiques sur les dinosaures, cherchant ostensiblement des remèdes contre des maladies et des applications agronomiques. À l'insu de Claire et Owen, Biosyn veut étudier l'ADN de Maisie pour des agendas néfastes. Lorsque Maisie, frustrée de vivre dans l'isolement, se faufile, les agents de Biosyn la kidnappent ainsi que Beta. Ailleurs, des essaims de criquets géants autrefois éteints ont inexplicablement réapparu, menaçant l'approvisionnement alimentaire mondial. La paléobotaniste Dr Ellie Sattler observe que les criquets évitent de manger les cultures cultivées avec des semences Biosyn, ce qui l'amène à soupçonner que Biosyn les a créés. Croyant que l'ADN du criquet remonte à la période du Crétacé, Ellie approche l'ancien partenaire et paléontologue, le Dr Alan Grant, qui accepte d'aider à enquêter sur Biosyn.

Avec l'aide de contacts de la CIA, Claire et Owen suivent Maisie et Beta jusqu'à Malte où ils infiltrent un marché noir de dinosaures. Lorsque les autorités font une descente sur le marché, des dinosaures sont involontairement relâchés, causant des ravages. Un employé de Biosyn informe Claire et Owen que Maisie et Beta sont transportés au siège isolé de Biosyn et dans la vallée des dinosaures dans la chaîne de montagnes des Dolomites en Italie. Kayla Watts, une sympathique pilote cargo, propose d'y faire voler Owen et Claire.

Le théoricien du chaos, le Dr Ian Malcolm, qui travaille maintenant pour Biosyn, invite Alan et Ellie au siège pour l'aider à découvrir les activités illégales du PDG Lewis Dodgson, Ramsay Cole, directeur des communication aidant Ian dans ses recherches. Il est révélé que le généticien Dr Henry Wu a génétiquement modifié les criquets pour ne consommer que les cultures des entreprises rivales afin que Biosyn puisse dominer le marché agricole. Wu rencontre Maisie et explique qu'elle n'est pas un clone. Au lieu de cela, Charlotte Lockwood, la fille de Benjamin Lockwood et ancienne collègue de Wu, a utilisé son propre ADN pour créer Maisie comme son enfant. Charlotte est décédée d'une maladie génétique, mais elle avait modifié l'ADN de Maisie pour la rendre immunisée. Wu pense que l'ADN de Maisie et de Beta est essentiel pour créer un agent pathogène pour stopper l'épidémie de criquets.

En atteignant l'espace aérien de Biosyn, un groupe de Quetzalcoatlus attaque l'avion cargo de Kayla. Claire s'éjecte tandis qu'Owen et Kayla survivent à un atterrissage forcé. Après des rencontres séparées avec un Therizinosaurus et un Pyroraptor, les trois se regroupent. À l'intérieur de l'installation Biosyn, Ian et Ramsey permettent à Ellie et Alan d'accéder à un laboratoire restreint où ils volent un échantillon de criquets et rencontrent Maisie. Après avoir découvert que le laboratoire de criquets a été violé, Dodgson l'enflamme pour détruire toutes les preuves, déclenchant par inadvertance un incendie de forêt malgré que les arbres soient enneigés. Il met également fin à l'emploi d'Ian pour avoir exposé son opération. Alan, Ellie et Maisie trouvent Ian, puis ils rencontrent Owen, Claire et Kayla. Pendant ce temps, Dodgson tente de s'échapper avec des embryons de dinosaures via une hyperloop ; lorsque le courant tombe en panne, il est piégé puis tué par trois Dilophosaurus. Des appareils électroniques appellent les dinosaures au siège de Biosyn pour les protéger du feu, tandis qu'Owen capture Beta.

Un Giganotosaurus terrorise le groupe jusqu'à ce que le Therizinosaurus et le Tyrannosaurus rex le tuent. Le groupe s'échappe par hélicoptère, emmenant Wu, qui prétend pouvoir éradiquer les criquets, avec eux. De retour sur le continent, Wu libère un criquet porteur de l'agent pathogène qu'il a découvert, éliminant avec succès les criquets.

Ellie et Alan renouvellent leur relation amoureuse avant de rejoindre Ian et Ramsay pour témoigner contre Biosyn. Owen, Claire et Maisie rentrent chez eux et réunissent Beta et Blue. Partout dans le monde, les dinosaures s'adaptent à la coexistence avec les animaux modernes tandis que les Nations Unies déclarent la vallée de Biosyn un sanctuaire de dinosaures.

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Info Simple.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

En , Universal annonce le développement d'un troisième film Jurassic World avant même la sortie de Jurassic World: Fallen Kingdom au cinéma, en de la même année. En , Steven Spielberg annonce le retour de Colin Trevorrow à l'écriture ainsi qu'à la réalisation du film. Il sera accompagné par Emily Carmichael à l'écriture du scénario d'après une histoire imaginée par Derek Connolly.

En , Colin Trevorrow dévoile un court métrage intitulé Battle at Big Rock, dont l'intrigue avait lieu après les événements du précédent volet, montrant vers quel chemin allait se diriger le troisième film.

Le , Colin Trevorrow révèle le titre officiel du film : Jurassic World: Dominion. Le titre Dominion signifie « souveraineté ou contrôle. L'Homme tente de contrôler la nature » selon Chris Pratt sur son compte Twitter peu après le poste de Trevorrow. De plus, ce dernier annonce, lors d'une interview, que le film sera comme Avengers: Endgame, dans le sens où il présentera tous les personnages des autres films de la franchise. En , on révèle le titre français du film Jurassic World : Le Monde d'après.

En 2021, une première bande-annonce du film est dévoilée pour .

Dès l'annonce du développement du film, les acteurs Chris Pratt et Bryce Dallas Howard sont directement confirmés dans leurs rôles respectifs de Owen Grady et Claire Dearing.

En , on annonce que Jeff Goldblum, Sam Neill et Laura Dern reprendront leurs rôles d'Ian Malcolm, Alan Grant et Ellie Sattler, issus de la première saga Jurassic Park. Quelques jours plus tard, B. D. Wong, qui incarnait le Dr Henry Wu, lui aussi présent depuis le premier film, rejoint la distribution. En , Isabella Sermon, présente dans le précédent volet, reprend son rôle de Maisie Lockwood, tandis que Mamoudou Athie est annoncé à la distribution du film dans un rôle inconnu. De plus, on annonce qu'il interpréterait l'un des personnages principaux. On annonce également que les personnages interprétés Daniella Pineda et Justice Smith, déjà présents dans le précédent volet, seront de retour.

En , on annonce que Jake Johnson et Omar Sy, tous deux présents dans Jurassic World, reprennent leurs rôle respectifs de Lowery Cruthers et Barry. Quelques jours plus tard, les acteurs Scott Haze et Dichen Lachman intègrent à leur tour la distribution.

En , des plans aériens sont réalisés dans la Cathedral Grove du parc provincial MacMillan. Le tournage commence le de la même année. Le , Colin Trevorrow publie une première photo du début du tournage. Auparavant, quelques semaines plus tôt, il a déjà publié petit à petit sur Twitter des images sur la création d'un animatronique de bébé Nasutocératops, en pré-production.

Le tournage se déroule tout d'abord au Canada, notamment à Merritt, jusqu'en . il se déroule ensuite à Hawaï, puis aux Pinewood Studios en Angleterre. En , des scènes sont tournées à Malte, notamment dans la capitale La Valette. Il doit durer environ 100 jours. Peu après le début du tournage, Colin Trevorrow poste trois images, une dévoilant le titre du film, une montrant une chaise de tournage et une autre montrant deux des productrices associées une montagne rocheuse en arrière plan, évoquant la possibilité que des scènes présentant des dinosaures dans un environnement enneigé soient réalisées.

Le paléontologue américain Steve Brusatte officie comme consultant sur le tournage. Il remplace ainsi Jack Horner qui l'avait été pour tous les autres opus de la saga.

Cependant, courant , le tournage du film est interrompu à la suite de la pandémie de Covid-19. Quelques semaines plus tard, Treworrow rassure les fans sur l'avancée du film chez lui en postant une photo de l’intérieur de sa maison, dévoilant une image du film montrant le personnage de Maisie dans un décor enneigé. Le , Chris Pratt lance un concours, en lien avec une œuvre de charité, nommé Eaten by a Dinosaur aux fans à l'issue duquel deux gagnants auront la chance d'être intégrés dans le film, dans des rôles où ils seront dévorés par des dinosaures. Le , après neuf mois et 40 000 tests Covid-19, le tournage s'achève.

Groupe La France insoumise

Le groupe La France insoumise (LFI) est un groupe parlementaire français de gauche radicale créé à l'Assemblée nationale, créé après les élections législatives françaises de 2017. À sa création, il est composé de dix-sept députés élus sous la bannière de La France insoumise lors des élections législatives de 2017. Certains d'entre eux sont également membres d'autres partis politiques, tels que le Parti de gauche, Ensemble !, la Gauche républicaine et socialiste, Picardie debout ou encore Rézistan's Égalité 974.

Il est présidé par Jean-Luc Mélenchon à sa création. Mathilde Panot lui a succédé en 2021 puis a été réélue après les élections législatives de 2022, qui l'ont vu quintupler son effectif et passer de dix-sept à soixante-quinze députés sur le territoire métropolitain.

Les candidats de La France insoumise (LFI) arrivent en quatrième position au niveau national avec 11,03 % des suffrages exprimés (2 497 622 voix) lors du premier tour des élections législatives du 11 juin 2017. 74 candidats du mouvement sont qualifiés au second tour sur 577, soit environ 4,86 %.

La République en marche

La République en marche (abrégée en LREM ou LaREM, parfois REM, voire LRM) — également appelée par sa première dénomination En marche (EM) — est un parti politique français lancé en par Emmanuel Macron.

Après avoir été élu président de la République en 2017, Emmanuel Macron démissionne de la présidence du mouvement qu'il a fondé. Le parti remporte une majorité absolue aux élections législatives qui suivent. Son actuel délégué général est Stanislas Guerini.

Le parti est classé du centre gauche au centre droit de l'échiquier politique français et est présenté comme un parti attrape-tout.

Apolline de Malherbe

Apolline de Malherbe, née le à Paris, dans le 16e arrondissement, est une journaliste et animatrice audiovisuelle française. Elle a notamment travaillé pour la chaîne d'information en continu BFM TV entre 2007 et 2012 et y travaille de nouveau depuis 2013.

Depuis le , elle est aux commandes de la matinale Apolline Matin diffusée en direct entre h et h 30 en simultané sur RMC et RMC Découverte jusqu'en 2021 et depuis 2021 sur RMC Story.

Apolline de Malherbe naît en 1980 à Paris, dans le 16e arrondissement. Elle est la fille du peintre Guy de Malherbe et de la galeriste Marie-Hélène de La Forest-Divonne. Elle fait partie de la famille de Malherbe, famille noble d'ancienne extraction (XIVe siècle).

Après des études de lettres, Apolline de Malherbe passe un master en sociologie politique à Sciences Po (2005) et un master en service public (la même année). Engagée politiquement, elle soutient la candidature de Jean-Pierre Chevènement en 2002. Elle fait alors partie du « Pôle républicain » qui soutient le candidat.

En début de carrière, elle intègre l'équipe chargée de préparer les interviews politiques matinales de Christophe Barbier. En 2007, elle publie son premier essai intitulé Politiques cherchent Audimat, désespérément (Albin Michel), ouvrage qui reçoit le prix Edgar-Faure du livre politique, puis elle rejoint le groupe NextRadioTV. Elle devient alors productrice à BFM radio puis elle entre la même année à BFM TV comme chef d'édition, aux côtés de Ruth Elkrief, Olivier Mazerolle et Hedwige Chevrillon.

De 2008 à 2011, elle est correspondante de BFM TV à Washington, et en 2011, elle se fait connaitre du grand public en couvrant l'affaire DSK pour cette chaîne et pour différents médias anglo-saxons, notamment CNN, NBC et ABC. En 2012, de retour en France, elle entre chez Canal+.

Après une année passée sur la chaine cryptée, elle revient en septembre 2013 sur BFM TV en tant qu'intervieweuse et éditorialiste politique. Elle présente notamment BFM Politique et devient le « joker » de Jean-Jacques Bourdin dans Bourdin Direct. Parallèlement, elle enseigne le journalisme politique à Sciences Po. À la rentrée 2017, parallèlement à BFM Politique toujours animé de 12 h à 14 h le dimanche, elle présente une nouvelle émission politique Et en même temps, chaque dimanche entre 18 h et 20 h sur BFM TV. De la rentrée 2018 à début , elle est remplacée par Thierry Arnaud à la présentation de BFM Politique (12 h - 13 h) et Bruce Toussaint à Et en même temps (18 h - 20 h) en raison d'un congé maternité.

En février 2020, elle réalise une interview de l'avocat et pamphlétaire Juan Branco, au sujet de l'affaire d'« atteinte à l'intimité de la vie privée » Griveaux-Pavlenski, interview qu'elle conclut par la phrase : « Plus on vous entend, plus on se demande si Piotr Pavlenski n’est pas que l’exécutant et vous le manipulateur ». Juan Branco décide de saisir le CSA. Le journaliste Daniel Schneidermann, tout en estimant que « la bande-son est celle d'une interview exigeante (on aimerait que tous les journalistes télé interrogent leurs invités de cette façon) », critique « l'Apolline-image » et « la foire-expo aux mimiques de la journaliste de BFM, censées exprimer toutes les nuances de la réprobation ». Elle reçoit le soutien d'un autre confrère, Christophe Barbier, qui se dit « totalement solidaire » et estime que Juan Branco « aurait dû considérer à ce moment-là qu’être rudoyé, c’est la règle ». En revanche, 23 personnes saisissent le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM), qui trouve la saisine « partiellement justifiée », indiquant que « l'ensemble de l’entretien avec M. Juan Branco témoigne d'une partialité envers l'interviewé qui dépasse la liberté d'investigation journalistique, et la dernière phrase prononcée par Mme Apolline de Malherbe ne respecte pas les règles déontologiques concernant les accusations sans preuve et le défaut d’offre de réplique. »

À la rentrée de fin août 2020, à la suite de l'arrêt de la matinale Bourdin Direct animée par Jean-Jacques Bourdin depuis 2001 sur RMC, elle reprend les commandes de la case 6 h - 8 h 30 avec une nouvelle matinale intitulée Apolline Matin, toujours diffusée en simultané sur RMC et RMC Découverte. Elle arrête donc la présentation de ses émissions dominicales sur BFM TV, à savoir BFM Politique et Et en même temps (cette dernière n'est pas renouvelée à la rentrée). Elle continue également à remplacer Jean-Jacques Bourdin dans l'interview politique de h 35 diffusée en simultané sur RMC et BFM TV. Puis également, elle remplace parfois sa consœur Ruth Elkrief dans l'émission le rendez-vous.

Depuis le 19 juillet 2021, son émission Apolline Matin est transférée de RMC Découverte à RMC Story.

Le 8 février 2022, elle a un échange très tendu avec Gérald Darmanin, qui critique « une présentation très rapide et un peu populiste » des statistiques sur la sécurité sur lesquelles la journaliste l'interroge, et qui lui dit « Calmez-vous, madame, ça va bien se passer. ». De nombreux journalistes et personnalités dénoncent un comportement inapproprié du ministre de l'Intérieur.

Elle est mère de quatre enfants, dont deux garçons nés en 2006 et 2010 et une fille née en 2017. Elle est la compagne d'Harold Hauzy, ancien conseiller en communication de Manuel Valls.

En 2015, Apolline de Malherbe a été la marraine de la 6e délégation des descendants de Justes organisée par la Fondation France-Israël.

Ons Jabeur

Ons Jabeur (arabe : أنس جابر), née le à Ksar Hellal, est une joueuse de tennis tunisienne, professionnelle depuis 2012.

Elle remporte le tournoi de Roland-Garros 2011 en simple junior.

Sur le circuit WTA, elle remporte trois tournois en simple et atteint sept finales. Elle est la première joueuse arabe à remporter un tel titre. Son meilleur résultat en Grand Chelem est un quart de finale à l'Open d'Australie et à Wimbledon. Le , elle remporte le tournoi de Madrid, devenant ainsi la première joueuse arabe et africaine à remporter un tournoi WTA 1000.

Ons Jabeur naît le à Ksar Hellal. Fille de Ridha et Samira Jabeur, elle a deux frères ainés, Hatem et Marwen, et une sœur, Yasmine.

Sa mère, Samira Jabeur, lui fait découvrir le tennis à l'âge de trois ans. Elle rejoint par la suite le lycée sportif d'El Menzah à Tunis. Elle évolue notamment à la branche tennis du club de l'Espoir sportif de Hammam Sousse.

Ons Jabeur est mariée à Karim Kamoun, ancien escrimeur et son coach physique depuis 2015.

Ons Jabeur parvient à se qualifier pour la finale de Roland-Garros junior en 2010, mais finit par s'incliner en deux sets face à l'Ukrainienne Elina Svitolina.

L'année suivante, elle atteint à nouveau la finale en battant Caroline Garcia. Le , elle remporte la finale, face à la Porto-Ricaine Mónica Puig. Elle devient alors la première joueuse africaine à gagner un tournoi du Grand Chelem en simple depuis 55 ans, et la victoire de son compatriote Mustapha Belkhodja, à Roland-Garros junior en 1956.

Ons Jabeur est par ailleurs double championne d'Afrique des moins de seize ans. En 2010, elle décroche aussi la médaille d'or des premiers Jeux africains de la jeunesse à Rabat.

Le , elle dispute son premier match sur le circuit WTA, lors de l'Open de Doha, face à la Française Virginie Razzano ; elle s'incline finalement en trois sets.

Le , Jabeur remporte le Nana Trophy (Tunis Open), face à Sara Sorribes Tormo. En mai, elle remporte les tournois de Fukuoka et de Kurume au Japon, en battant à chaque fois en finale An-Sophie Mestach. En juillet, elle bénéficie d'une invitation pour participer à la Coupe de Bakou. Elle réalise un bon début de parcours en atteignant les quarts de finale, après avoir sorti la tenante du titre Bojana Jovanovski au second tour. Elle abandonne face à la Polonaise Magda Linette alors qu'elle mène 6-3, 4-1 ; s'ensuit une polémique, puisque, en cas de victoire, elle aurait affronté l'Israélienne Shahar Peer. Le , elle remporte le titre à Saguenay, en battant en finale Coco Vandeweghe en trois sets.

En 2014, elle conserve son titre à Tunis en battant la Russe Valeria Savinykh. En , elle remporte le tournoi de Daytona Beach contre Olga Fridman, de Sunrise face à Anna Tatishvili puis de Tunis pour la troisième fois en s'imposant face à Romina Oprandi.

En 2017, elle atteint le 3e tour à Roland-Garros après avoir été repêchée des qualifications et avoir éliminé Dominika Cibulková. Cette année-là, elle intègre pour la première fois le top 100 mondial.

En 2018, elle atteint pour la première fois une finale en tournoi WTA au tournoi de tennis de Moscou.

En 2019, elle réitère son résultat en Grand Chelem en se qualifiant pour le 3e tour de l'US Open s'inclinant en trois sets contre Karolína Plíšková.

Le , Ons Jabeur est sacrée meilleure athlète arabe de l'année lors des Prix de la femme arabe de l'année.

En 2020, Ons Jabeur réalise son meilleur résultat en Grand Chelem en se qualifiant en quart de finale de l'Open d'Australie contre la future lauréate Sofia Kenin, assurant ses débuts dans le top 50 mondial pour la première fois de sa carrière. Elle est la première tenniswoman arabe à atteindre les quarts de finale d'un tournoi du Grand Chelem.

En , elle atteint sa deuxième finale sur le circuit WTA à Charleston mais, alors qu'elle est tête de série no 1 et qu'elle remporte le premier set de la finale, elle s'incline face à l'Australienne Astra Sharma.

En juin de la même année, elle se hisse pour la troisième fois en finale d'un tournoi WTA, sur le gazon de Birmingham, où elle est tête de série no 2. Elle s'impose en deux sets face à la Russe Daria Kasatkina (tête de série no 4), remportant ainsi le premier titre de sa carrière sur le circuit principal. Elle devient alors la première joueuse arabe — et a fortiori la première Tunisienne — à remporter un tournoi WTA.

Grâce à de bons résultats en 2021 (titre à Birmingham, deux finales à Chicago et Charleston, des demi-finales à Charleston et Indian Wells, 1/4 à Wimbledon ou 1/8 à Roland Garros), Ons Jabeur devient la première joueuse d'un pays arabe à entrer dans le top 10 (7e mondiale en novembre 2021). Elle finit l'année à la 10e place mondiale.

Elle débute l'année par plusieurs quarts de finale dans les tournois de Sydney, Dubaï et Doha, s'inclinant deux fois contre Anett Kontaveit. Elle perd au premier tour du tournoi d'Indian Wells contre Daria Saville, 402e mondiale, puis au troisième tour de Miami contre Danielle Collins.

Malgré un début de saison 2022 entaché d'une blessure lui faisant manquer l'Open d'Australie, elle parvient à se hisser pour la deuxième fois en finale du tournoi de Charleston. Cette finale se ponctue par une défaite face à la Suissesse Belinda Bencic. Elle enchaîne avec le tournoi de Stuttgart où elle s'incline en quarts de finale contre l'Espagnole Paula Badosa. Malgré cet échec, elle parvient à se qualifier pour la première finale de sa carrière en WTA 1000 lors du tournoi de Madrid, et ceci après avoir pris sa revanche sur Bencic et notamment écarté lors des quarts de finale l'ancienne numéro un mondiale Simona Halep en un peu plus d'une heure de jeu. Elle devient alors la première joueuse arabe à atteindre la finale d'un tournoi WTA 1000. En finale face à l'Américaine Jessica Pegula, Jabeur s'impose en trois sets (7-5, 0-6, 6-2) et s'adjuge le titre le plus important de sa carrière. Une semaine plus tard, elle participe au tournoi de Rome et se défait successivement de Sorana Cîrstea et d'Ajla Tomljanović, puis affronte en quart de finale la numéro quatre mondiale, la Grecque María Sákkari : elle parvient à renverser la vapeur après avoir été menée 6-1 5-2 et à l'emporter (1-6, 7-5, 6-1). Elle atteint ainsi la finale, sa deuxième d'affilé en tournoi WTA 1000, après avoir écarté la Russe Daria Kasatkina en demi-finale, en ayant notamment sauvé une balle de match. Grâce à ces performances, elle réussit à se hisser à la sixième place mondiale. Elle s'incline en finale contre la Polonaise Iga Świątek (2-6, 2-6).

Annoncée comme l'une des favorites du tournoi de Roland Garros, elle s'incline dès le premier tour contre Magda Linette (6-3 6-7 5-7). Ons Jabeur gagne tout de même deux places à la faveur des reculs de Barbora Krejčíková et María Sákkari et se retrouve à la quatrième place mondiale.

Elle rebondit et gagne le tournoi de Berlin (tête de série numéro 1) face à Belinda Bencic qui déclare forfait sur blessure au milieu de la deuxième manche. C'est son troisième titre et cette performance lui permet d'accéder à la troisième place mondiale, le meilleur classement de sa carrière derrière Anett Kontaveit et Iga Świątek.

Aucun

Mathilde Panot

Mathilde Panot, née le à Tours, est une femme politique française. Membre de La France insoumise, elle est élue députée dans le Val-de-Marne en 2017.

Mathilde Panot, fille d'une mère professeure et d'un père formateur en agronomie, est originaire de la banlieue d'Orléans. Elle passe son enfance et adolescence à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin.

Elle est titulaire d'un master en relations internationales de l'Institut d'études politiques de Paris ("Sciences Po", promotion 2013).

Après avoir été bénévole d'ATD Quart monde à 18 ans, elle est salariée, jusqu'en 2016, de l'association Voisin Malin, où elle travaille comme manager d'équipe. L'association a pour but la solidarité entre habitants au sein des quartiers et comporte, en 2015, 11 intervenants rémunérés 12 heures par mois au smic. Son travail se rapproche du « community organizing », une méthode de mobilisation conçue aux États-Unis. Les missions de l'association sont diverses : information sur le dépistage du cancer du sein, accompagnement bancaire à La Poste, lutte contre les punaises de litetc. L'association est notamment active dans le quartier « sensible » de La Grande Borne, à Grigny.

Son premier acte militant est sa participation au mouvement contre le contrat première embauche (CPE), en 2005.

En 2012, à l’approche de la campagne présidentielle, on lui propose d'intégrer le bureau du Front de gauche à Sciences Po.

En , elle participe à la création de l’association L’Ère du peuple avec Laurent Mafféïs et Bastien Lachaud. L'association a pour objectif de « servir de support technique et logistique à toutes les initiatives prises au service des idées développées par Jean-Luc Mélenchon pour réaliser la révolution citoyenne ». Mathilde Panot en est la secrétaire et Bastien Lachaud son trésorier. Elle est alors la salariée de l'association l'Ère du Peuple qui la rétribue selon France info 11 040 euros bruts pour 1 725 heures de travail (soit 2 208  brut/mois) et selon LFI « près de 40 000 euros tous frais compris sur 9 mois », travail facturé 87 150  au candidat Jean-Luc Mélenchon.

Au lancement de la campagne de Jean-Luc Mélenchon dans le cadre de l'élection présidentielle française de 2017, Mathilde Panot devient coordinatrice des groupes d'appui de La France insoumise. Elle est également à l'initiative des « caravanes pour l'égalité des droits » dont le but est d'aller dans les quartiers populaires, là où le taux d'abstention est le plus élevé.

Lors des élections législatives de 2017, elle est élue députée de la dixième circonscription du Val-de-Marne face à la candidate de La République en Marche Sheerazed Boulkroun, avec 52,2 % des suffrages exprimés. À l'Assemblée nationale, elle est membre de la Commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire. Le , après la nomination de François de Rugy au gouvernement, elle se présente à l'élection pour la présidence de l’Assemblée nationale, face notamment à Richard Ferrand, qui est élu.

En 2018, elle est membre de la commission d’enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, qui met notamment en lumière des difficultés chez les 160 000 sous-traitants du secteur. En , elle fait une proposition de loi pour protéger ces travailleurs.

Le , elle est élue à l'unanimité vice-présidente du groupe parlementaire La France insoumise à l'Assemblée nationale, une fonction qui n'existait pas jusque-là.

Le , lors d'une visite en Algérie pour rencontrer des personnalités politiques et des militants participant au Hirak, Mathilde Panot est interpellée par la police à Béjaïa, un foyer de la contestation. Elle est reconduite à Alger.

Le 2 février 2021, alors qu'elle va prendre la parole à l'Assemblée nationale, le député Pierre Henriet la qualifie de « poissonnière », une invective qu'elle qualifie d'« injure sexiste ». Elle fait une demande officielle de sanction et déclare : « Ce n’est pas une question personnelle. C’est notre institution qui ne doit pas laisser passer ça. Il y a beaucoup trop de sexisme à l’Assemblée nationale », rappelant des insultes lancées à l'encontre d'autres députées. Pierre Henriet lui présente ses excuses sur Twitter, tout en affirmant que son propos « n'est en rien une injure encore moins sexiste ». Le 9 février 2021, le député est sanctionné d'un rappel à l'ordre avec inscription au procès verbal, entraînant la privation d'un quart de son indemnité parlementaire pendant un mois. Le 26 février 2021, Mathilde Panot part à la rencontre d'une poissonnière dans le Morbihan qui s'était exprimée dans la presse sur l'incident, et l'accompagne dans sa journée de travail pour témoigner de la dureté de son métier.

Elle préside en 2021 une commission d’enquête « relative à la mainmise sur la ressource en eau par les intérêts privés et ses conséquences » en Guadeloupe, alors qu'un quart des habitants ne disposent plus d’un accès quotidien à l’eau potable. Le mardi 29 juin, elle interpelle le gouvernement sur la situation constatée sur place. Le 15 juillet 2021, elle présente le rapport final de la commission d'enquête, adopté à l'unanimité des membres de la commission.

Le média en ligne Blast relève que la commission « a abattu un travail considérable » mais « n’est pas parvenue véritablement à répondre à la question, chacun [des acteurs de la distribution de l'eau] rejetant les responsabilités sur les autres… » Le principal responsable de l’effondrement du système guadeloupéen étant la gestion « abracadabrantesque », selon la chambre régionale des comptes, du SIAEAG, le syndicat intercommunal de l’eau et de l’assainissement, sur la période 2005/2011. Quelques mois plus tard, en décembre 2021, elle saisit avec deux autres députés la défenseure des droits pour « violation du droit à l'eau » des Guadeloupéens, ce qui impliquerait l'État français si la violation était avérée.

Le 12 octobre 2021, elle succède à Jean-Luc Mélenchon comme présidente du groupe parlementaire La France insoumise, et devient ainsi la plus jeune à avoir présidé un groupe parlementaire dans l'histoire de l'Assemblée nationale.

Selon une étude de l'association Agir pour l'environnement, elle est par ses votes — avec Delphine Batho — la députée la plus écologiste de la XVe législature.

Lors des législatives de 2022, elle figure parmi les quinze candidats à avoir dépassé 50% au 1er tour, dont onze de LFI, et a obtenu un des meilleurs scores nationaux de son parti.

Le 21 juin 2022, Mathilde Panot est réélue à l’unanimité à la présidence du groupe La France insoumise (LFI) à l’Assemblée nationale.

Olivier Marleix

Olivier Marleix, né le à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), est un homme politique français.

Ancien président de l'Union des jeunes pour le progrès, il est membre du parti Les Républicains, maire d'Anet de 2008 à 2017. Il a été membre de plusieurs cabinets ministériels, en collectivités territoriales et conseiller à la présidence de la République sous le mandat de Nicolas Sarkozy. Depuis 2012, il est élu député dans la 2e circonscription d'Eure-et-Loir et est vice-président des Républicains.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (1992), Olivier Marleix est également titulaire d'un DEA de droit public obtenu à l'université d'Auvergne.

Olivier Marleix est père de deux filles. Frère de Laurence Saint-Gilles, il est le fils d'Alain Marleix, ancien secrétaire d'État et député du Cantal, et d'Évelyne Marleix, maire de Molompize de 2001 à 2008.

Olivier Marleix s'engage en politique en 1989, puis prend une part active à la campagne de l'élection présidentielle de 1995 à l'occasion de laquelle il préside le comité des jeunes, de soutien à la candidature d'Édouard Balladur.

En 1997, Olivier Marleix est élu président de l'Union des jeunes pour le progrès, organisation politique des jeunes gaullistes sociaux.

Parallèlement à cet engagement militant, il intègre les cabinets de plusieurs élus du Rassemblement pour la République avant de devenir directeur de cabinet de Martial Taugourdeau en 1998 au conseil général d'Eure-et-Loir.

En , il est élu maire d'Anet et conseiller général d'Eure-et-Loir (canton d'Anet). Il est élu à la présidence de la commission chargée des affaires culturelles du conseil général en 2008. De 2008 à 2011, il est également vice-président du conseil général, avant de devenir depuis le dernier renouvellement de l'assemblée départementale, président du groupe majoritaire « Gagner avec l'Eure-et-Loir ».

Le , il annonce sa candidature aux élections législatives de juin 2012, sur la 2e circonscription d'Eure-et-Loir et obtient l'investiture de l'UMP le . Il est élu député au second tour de l'élection en devançant la candidate du parti socialiste Gisèle Boullais.

Le , Olivier Marleix est élu Président de la fédération des Républicains d'Eure-et-Loir.

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la Primaire française de la droite et du centre de 2016. Dans le cadre de sa campagne, il est nommé orateur national chargé de l'identité.

Il est réélu député en avec plus de 59 % des voix face à la candidate LREM Claire Tassadit-Houd.

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin à l'issue duquel celui-ci est élu président du parti Républicains.

Le , il démissionne de son mandat de maire d'Anet pour cause de cumul des mandats. Sa première adjointe Aliette Le Bihan est alors élue maire de la commune par le conseil municipal.

En janvier 2020, il reçoit un prix éthique de l'association Anticor.

Il soutient Michel Barnier au congrès des Républicains de 2021 en vue de l'élection présidentielle de 2022.

Lors des élections législatives de 2022, il est réélu député dans la 2e circonscription de l'Eure. Le , Olivier Marleix est élu président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale face à Julien Dive.

La branche Énergie Alstom, qui renouvelle tous les turboalternateurs des 19 centrales nucléaires françaises (75 % de la production d’électricité nationale française) a été rachetée, fin 2014, par l’américain General Electric.

En , à l'initiative du groupe Les Républicains, est créée une commission d’enquête parlementaire sur les décisions de l’État en matière de politique industrielle, s’intéressant notamment à la cession de la branche Énergie d’Alstom. Olivier Marleix assume la présidence de la commission.

Le PDG d’Alstom de l’époque, Patrick Kron, est soupçonné d’avoir « bradé » la branche Energie d’Alstom pour échapper à des poursuites qui le visaient personnellement aux États-Unis. Si tel était le cas, la question était de savoir qui au sommet de l’État était au courant. Arnaud Montebourg, alors ministre de l’Économie en 2014, a été interrogé et a déclaré à propos de la vente de la branche énergétique d’Alstom : « Les alertes ne sont pas parvenues jusqu'à moi. Elles étaient allées ailleurs, je le sais, mais pas au ministère de l'Économie », conjointement en ciblant le président de la République, François Hollande : « Monsieur le président de la République ne voulait pas affronter les Américains. C'est un choix politique ».

L'objet de la commission d'enquête était d'examiner les conditions dans lesquelles le ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique Emmanuel Macron a autorisé la vente d'Alstom, une entreprise stratégique soumise à autorisation préalable et, d'autre part d'en tirer des leçons pour mieux protéger à l'avenir les fleurons nationaux.

La commission d'enquête a révélé des dysfonctionnements dans la procédure des investissements étrangers dans les secteurs liés à la sécurité nationale et a préconisé davantage de transparence dans le processus.

En janvier 2019, Olivier Marleix saisit le parquet de Paris. Selon lui, « la vente d'Alstom est le résultat d'un « pacte de corruption », orchestré par un Emmanuel Macron désireux de faire financer sa future campagne électorale. » Le Parquet national financier (PNF) se saisit du dossier et le signalement du député est suivi, quelques mois après, d'une plainte de l'association Anticor, selon les mêmes motifs. En juin de la même année, il est entendu par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la police judiciaire à la demande du parquet de Paris souhaitant « lui faire préciser les termes de sa dénonciation »

En juin 2020, la presse révèle qu'une adresse IP enregistrée à l'Assemblée nationale a retiré plusieurs paragraphes sur Wikipédia concernant l’affaire Alstom, dont celui qui rappelle les soupçons pesant sur le patron du groupe, Patrick Kron.

Coupe du monde de football 2022

La Coupe du monde de football 2022 est la 22e édition de la Coupe du monde de football, compétition organisée par la FIFA et qui réunit les meilleures sélections nationales. Elle se déroulera au Qatar du au , jour de la fête nationale du Qatar et une semaine avant Noël, avec une estimation du marché télévisuel potentiel à 3,2 milliards de téléspectateurs. La période inédite à laquelle se déroulera le tournoi est liée au climat du Qatar et aux trop fortes chaleurs y régnant, particulièrement aux dates où se déroule habituellement la compétition (mai-juin-juillet).

La présence du Qatar, qualifié d'office en tant que pays hôte de la compétition, perpétue la tradition des équipes faisant leur apparition pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde même s'il s'agit de la première fois qu'aucune nouvelle nation ne se qualifie sur le terrain. Dépourvu d'infrastructures sportives adaptées, l'État qatari doit engager de grands chantiers de construction qui soulèvent de fortes critiques. Plus de 37 ouvriers étrangers trouvent la mort sur les chantiers du Mondial 2022 selon les sources gouvernementales, un chiffre que de nombreuses organisations et journalistes estiment fortement sous-évalué.

La Coupe du monde de 2022 est la septième et dernière édition du Mondial à compter 32 participants (depuis 1998). En 2018, la FIFA envisage cependant la possibilité d'anticiper le passage du tournoi à 48 équipes prévu pour 2026 et de l'appliquer en 2022, mais elle renonce à cette idée dès le printemps 2019 en raison de trop grandes difficultés à surmonter pour modifier et adapter une organisation initialement prévue pour accueillir 32 équipes et non 48. En novembre 2021, l'équipe du Brésil se qualifie et demeure la seule sélection à avoir disputé l'intégralité des phases finales. Avec l'équipe Auriverde cinq fois titrée, tous les champions du monde sauf l'Italie éliminée en barrages, ont décroché leur place : Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Argentine et Uruguay. La Russie, engagée dans les barrages, est exclue de la compétition par la FIFA à la suite de l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Le tirage au sort des poules du premier tour de la phase finale a eu lieu le 1er avril à Doha.

Autres articles

Articles de Wikimonde Plus