Gouvernement Gabriel Attal

Gouvernement Gabriel Attal

Ve République

Description de cette image, également commentée ci-après
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Gabriel Attal en 2017.
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Gabriel Attal
Législature XVIe (Cinquième République)
Formation
Durée 1 mois et 16 jours
Composition initiale
Coalition Ensemble (RE - MoDem - HOR - PRV)
Ministres 29 (13 ministres et 16 ministres délégués)
Secrétaires d'État 5
Femmes 18
Hommes 16
Moyenne d'âge 48 ans
Représentation
Assemblée nationale
249  /  577
Drapeau de la France

Le gouvernement Gabriel Attal Écouter est le gouvernement de la République française depuis le . Il s'agit du quarante-quatrième gouvernement de la Ve République.

Formation

Contexte

Après plusieurs semaines d'agitation médiatique quant à la possibilité d'un remaniement ministériel[1],[2],[3], Élisabeth Borne remet, le , la démission de son gouvernement à Emmanuel Macron, qui l'accepte[4]. Gabriel Attal, jusqu'alors ministre de l'Éducation nationale, est nommé Premier ministre[5] le lendemain.

Une première vague de nominations, concernant les titulaires des ministères de plein exercice ainsi que les ministres délégués auprès du Premier ministre, est annoncée par Alexis Kohler le [6].

Cette liste est complétée le 8 février 2024 par la nomination de ministres délégués et de secrétaires d'État[7],[8].

Comparaison avec le gouvernement précédent

Aucun ministre du gouvernement précédent issu de la gauche (Clément Beaune, Olivier Véran, Olivier Dussopt, Rima Abdul Malak, Stanislas Guerini, Roland Lescure, Fadila Khattabi et Patrice Vergriete) n'est reconduit lors de la première vague[7] de nominations. Sylvie Retailleau est reconduite malgré son opposition au projet de loi immigration récemment adopté.

Plusieurs médias évoquent alors une « droitisation » du gouvernement voire le retour du sarkozysme en raison de l'important nombre de ministres qui ont participé à la présidence de Nicolas Sarkozy[9],[10],[11],[12], ainsi que la fin du « en même temps »[13],[14],[15],[16],[17].

Le nombre total de membres du gouvernement est drastiquement réduit, passant de 41 à 15 (en comptant le premier ministre) par rapport au dernier remaniement de juillet 2023, ce qui en fait le gouvernement le plus petit de la Ve République. L’Élysée explique cette réduction par une recherche d'efficacité et d'agilité[16].

Cependant, le 8 février 2024, après une vague de nomination de ministres délégués et de secrétaires d'État, le gouvernement passe de 15 membres à 35 membres (1 premier ministre, 13 ministres, 16 ministres délégués et 5 secrétaires d'État)[8]. Initialement nommée ministre de l'Éducation en plus de son portefeuille des Sports, Amélie Oudéa-Castéra est rétrogradée au sport uniquement après plusieurs polémiques.

Composition initiale

Premier ministre

Première vague de nominations en janvier 2024

Ministres

Ministres délégués

Seconde vague de nominations et modifications en février 2024

Ministres

Ministres délégués

Secrétariat d'État

Galerie du gouvernement

Premier ministre

Portrait Fonction Nom Parti
Premier ministre, chargé de la Planification écologique et énergétique Gabriel Attal RE

Ministres

Portrait Fonction Nom Parti ou nuance
Bruno Le Maire
Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique Bruno Le Maire RE
Gérald Darmanin
Crédit image:
Jacques Paquier
licence CC BY 2.0 🛈
Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Gérald Darmanin RE
Catherine Vautrin
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités Catherine Vautrin DVD[18]
Nicole Belloubet
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse Nicole Belloubet DVG
Marc Fesneau
Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
Ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire Marc Fesneau MoDem
Rachida Dati
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre de la Culture Rachida Dati DVD[Note 1]
Sébastien Lecornu
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre des Armées Sébastien Lecornu RE
Éric Dupond-Moretti
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Garde des Sceaux, ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti SE
Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Stéphane Séjourné RE
Christophe Béchu
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Christophe Béchu HOR
Stanislas Guerini
Crédit image:
licence CC BY 4.0 🛈
Ministre de la Transformation et de la Fonction publique Stanislas Guerini RE
Amélie Oudéa-Castera
Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
Ministre des Sports et des Jeux olympiques et paralympiques[Note 2] Amélie Oudéa-Castéra RE
Sylvie Retailleau
Crédit image:
licence CC BY 4.0 🛈
Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Sylvie Retailleau SE

Ministres délégués

Portrait Fonction Ministre de tutelle Nom Parti ou nuance
Ministre déléguée chargée du Renouveau démocratique, porte-parole du Gouvernement Premier ministre, chargé de la Planification écologique et énergétique Prisca Thevenot RE
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre déléguée chargée des Relations avec le Parlement Marie Lebec RE
Ministre déléguée chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations Aurore Bergé RE
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre délégué chargé de l'Industrie et de l'Énergie Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et Numérique Roland Lescure RE
Crédit image:
Gézelin Grée
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre déléguée chargée des Entreprises, du Tourisme et de la Consommation Olivia Grégoire RE
Ministre délégué chargé des Comptes publics Thomas Cazenave RE
Ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer
Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires
Dominique Faure PRV
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre déléguée chargée des Outre-mer Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer Marie Guévenoux RE
Ministre déléguée chargée de l'Enfance, de la Jeunesse et des Familles Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités
Ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse
Garde des Sceaux, ministre de la Justice
Sarah El Haïry MoDem
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre déléguée chargée des Personnes âgées et des Personnes handicapées Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités Fadila Khattabi RE
Ministre délégué chargé de la Santé et de la Prévention Frédéric Valletoux HOR
Ministre déléguée sans portefeuille Ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté alimentaire Agnès Pannier-Runacher RE-TdP
Crédit image:
ActuaLitté
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l'Attractivité, de la Francophonie et des Français de l'étranger Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Franck Riester RE
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre délégué chargé de l'Europe Jean-Noël Barrot MoDem
Ministre délégué chargé des Transports Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Patrice Vergriete DVG
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Ministre délégué chargé du Logement Guillaume Kasbarian RE

Secrétaires d'État

Portrait Fonction Ministre de tutelle Nom Parti ou nuance
Crédit image:
licence CC BY 2.0 🛈
Secrétaire d'État chargée du Numérique Ministre de l'Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique Marina Ferrari MoDem
Secrétaire d'État chargée de la Ville et de la Citoyenneté Ministre de l'Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Sabrina Agresti-Roubache RE
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Secrétaire d'État chargée des Anciens combattants et de la Mémoire Ministre des Armées Patricia Mirallès RE
Secrétaire d'État chargée du Développement et des Partenariats internationaux Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères Chrysoula Zacharopoulou RE
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Secrétaire d'État chargé de la Mer et de la Biodiversité Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Hervé Berville RE

Représentativité

Parité

Si la parité au gouvernement est numériquement respectée, avec sept femmes et huit hommes (en comptant le Premier ministre), les ministères régaliens sont tous occupés par des hommes et seuls 4 ministères de plein exercice sur 11 sont occupés par des femmes[19],[20],[21]. Stéphane Séjourné succède en effet à Catherine Colonna, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, seule femme du gouvernement précédent à être à la tête d'un ministère régalien[22].

Après la seconde vague de nominations, la parité n'est toujours pas respectée chez les ministres de plein exercice (cinq femmes et huit hommes) mais le reste dans le gouvernement au complet (18 femmes et 17 hommes)[23]. Chez les secrétaires d’État, les femmes sont quatre sur les cinq postes.

Origine géographique

L'origine géographique des membres du gouvernement fait l'objet de critiques, qui pointent la surreprésentation de Paris et de l'Île-de-France au sein de l'origine des ministres[24],[25]. François Bayrou, chef d'un des partis composant la majorité présidentielle, pointe ainsi qu'« Il n’y a qu’à regarder la composition du gouvernement : sur les quatorze ministres de plein exercice, onze sont Parisiens ou Franciliens. Pas un seul ne vient du sud de la Loire »[26].

Relations avec le Parlement

Après le discours de politique générale, le gouvernement ne se soumet pas au vote de confiance, comme sa prédécesseur, Élisabeth Borne[27].

Motions de censure

Détails des motions de censure déposées à l'encontre du gouvernement Gabriel Attal (depuis 2024)
Date du vote Outil et contexte Groupe NI Résultat
GDR LFI ECO SOC RE DEM HOR LIOT LR RN
article 49 al. 2 18 69 18 18 0 0 0 0 0 0 1 124 Rejetée
Majorité absolue des membres de l'Assemblée nationale requise (289 voix en faveur lorsque l'assemblée est complète).
Le ou les groupes signataires de la motion de censure sont identifiés en souligné.

Notes et références

Notes

  1. Membre des Républicains jusqu'à l'annonce de sa nomination, qui provoque son éviction par le président de ce parti, ainsi que le renvoi de son poste de présidente du conseil national
  2. Initialement nommée en janvier 2024 également ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse

Références

  1. « Emmanuel Macron va-t-il prochainement remanier son gouvernement ? », sur www.rtl.fr, (consulté le )
  2. Olivier Beaumont, « « Ça risque de secouer fort » : après l’épisode de la loi Immigration, le remaniement dans toutes les têtes », sur leparisien.fr, (consulté le )
  3. « Remaniement : Gabriel Attal et Bruno Le Maire favoris pour remplacer Élisabeth Borne à Matignon », sur Le Figaro, (consulté le )
  4. « Mme Elisabeth Borne a remis ce jour la démission du Gouvernement au Président de la République, qui l'a acceptée. », sur elysee.fr, (consulté le )
  5. Décret du 9 janvier 2024 portant nomination du Premier ministre
  6. « Nomination du Gouvernement. », sur elysee.fr, (consulté le )
  7. a et b « Attal I : surprises, soulagement, soupe à la grimace », sur POLITICO, (consulté le )
  8. a et b « En direct, remaniement : Nicole Belloubet remplace Amélie Oudéa-Castéra à l’éducation nationale, le député Frédéric Valletoux à la santé », Le Monde.fr, (lire en ligne, consulté le )
  9. « Gouvernement Attal : le choix de Macron, l’ombre de Sarkozy ? », sur France Culture, (consulté le )
  10. « Rachida Dati à la Culture ou le retour fracassant d'une figure du sarkozysme », sur France 24, (consulté le )
  11. « Gouvernement Attal : Rachida Dati, une sarkozyste surprise au ministère de la culture », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  12. « Gouvernement Attal : "Une reconstitution de la ligue sarkozyste dissoute", selon le président du groupe socialiste à l'Assemblée Boris Vallaud », sur Franceinfo, (consulté le )
  13. « Un nouveau gouvernement droitisé, marqué par le maintien des poids lourds et la surprise Rachida Dati », sur Le Monde, (consulté le )
  14. « Remaniement : un gouvernement de droite et, en même temps, de droite », sur L’Express, (consulté le )
  15. « Gouvernement Attal : « Une bombe à fragmentation », une partie de la majorité effrayée par la droitisation de l'exécutif », sur 20 Minutes, (consulté le )
  16. a et b « Gouvernement Attal: «Un “pack” resserré et droitisé à la fois» », sur Le Figaro, (consulté le )
  17. « VIDÉO. « Virage à droite », « surprise pour Rachida Dati » : l'analyse du remaniement », sur Ouest France, (consulté le )
  18. « Remaniement : Catherine Vautrin, une transfuge de la droite expérimentée hérite du Travail, de la Santé et des Solidarités », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. « Un nouveau gouvernement droitisé, marqué par le maintien des poids lourds et la surprise Rachida Dati », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Remaniement : « Un gouvernement très masculin », l’absence de femmes aux ministères régaliens critiquée », sur SudOuest.fr, (consulté le )
  21. « Remaniement : les femmes absentes des ministères régaliens du gouvernement, une première depuis 2017 - France Bleu », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  22. Isabelle Missiaen, « Catherine Colonna, dernière femme à un poste régalien, évincée du gouvernement », sur www.linternaute.com, (consulté le )
  23. « Parité, âge, famille politique… Comment les gouvernements Macron ont évolué », sur Le Point, (consulté le )
  24. « Remaniement: après le déjeuner Macron-Attal, les nouvelles nominations se font attendre », sur BFMTV (consulté le )
  25. « Gouvernement Attal : un exécutif trop parisien ? », sur La Gazette des Communes (consulté le )
  26. Yves-Marie ROBIN, « Après les critiques de François Bayrou envers le gouvernement, le MoDem est-il en train d’imploser ? », sur Ouest-France.fr, (consulté le )
  27. « Comme Borne, Attal ne se pliera pas à cet usage à l’Assemblée nationale », sur Le HuffPost, (consulté le )