Sébastien Delogu

Sébastien Delogu
Illustration.
Fonctions
Député français

(1 an, 11 mois et 18 jours)
Élection 19 juin 2022
Circonscription 7e des Bouches-du-Rhône
Législature XVIe (Cinquième République)
Groupe politique NUPES-LFI
Prédécesseur Saïd Ahamada
Biographie
Nom de naissance Sébastien Victor Delogu
Date de naissance (37 ans)
Lieu de naissance Marseille (France)
Nationalité Française
Parti politique PCF
LFI (depuis 2017)[1]
Profession Chauffeur de taxi[2]

Sébastien Delogu, né le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un syndicaliste et homme politique français.

Biographie

Origines et jeunesse

Fils d'une mère responsable syndicale de la CGT des Bouches-du-Rhône et vice-présidente du conseil prud'hommal d'Aix-en-Provence, d’origine algérienne et espagnole, et d'un père chauffeur de taxi, d’origine arménienne et italienne, Sébastien Victor Delogu[3] grandit dans les quartiers nord de Marseille, à la cité Consolat dans le 15e arrondissement[4],[1],[5].

Formation et profession

Débuts

Après une formation dans la vente dans un lycée professionnel, il obtient le brevet en candidat libre et travaille à sa majorité comme vendeur de prêt-à-porter et agent de sécurité. À la suite de la naissance de son premier enfant, il reprend des études[4].

En 2012, expulsé de son logement, le bail étant au nom de sa mère, il est un temps sans-domicile fixe et dort dans sa voiture[6]. Il s'investit alors dans l'association Confédération nationale du logement (CNL)[6].

Chauffeur de taxi

Chauffeur de taxi la nuit pendant neuf ans, il travaille à la station Jean-Ballard du Vieux-Port de Marseille et participe à la mobilisation de 2016 contre l’ubérisation de la profession avec le slogan « Pas de taxi, pas d’impôt, pas de lits d’hôpitaux »[7]. Il devient ainsi le porte-parole de la grève des taxis marseillais contre Uber[8]. Il est aussi le délégué des marseillais dans l’assemblée de "Taxi de France" à l'échelle nationale[7], ce qui l'amène à rencontrer Danielle Simonnet en 2016, puis de rejoindre La France insoumise en 2017.

Entre-temps, Jean-Luc Mélenchon annonce après l'élection présidentielle de 2017 sa candidature dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône à l'occasion des législatives de 2017. Il se propose comme chauffeur et garde du corps pour la campagne[1], sans être payé comme le souligne la directrice de cabinet de Jean-Luc Mélenchon[6]. Après avoir quitté son activité de chauffeur de taxi pour la campagne électorale, il ne la reprend pas ensuite et organise en la rénovation d'une école maternelle de la cité de la Viste pour dénoncer l'état des services publics de la ville de Marseille[9]. Il travaille à l'occasion comme barman et dans des salles de concert[1].

Engagement politique

Débuts au Parti communiste

Sébastien Delogu s'engage au sein du Parti communiste français, avant de le quitter en raison de ce qu'il perçoit comme un « manque de diversité » au sein du parti[1].

Campagnes électorales 2017 et 2019

Sa première campagne électorale est celle de Jean-Luc Mélenchon lors des législatives de 2017 à Marseille,

Lors des élections européennes de 2019, il est candidat en vingt-quatrième position sur la liste de la France insoumise conduite par Manon Aubry, qui obtient 6,3 % des suffrages exprimés et six des 74 sièges français[10]. Pendant la campagne, il organise des actions symboliques à Marseille, comme l'utilisation de fumigènes à L'Estaque pour dénoncer la pollution des navires de croisière[11].

Après avoir annoncé sa candidature pour être tête de liste à Marseille lors des élections municipales de 2020, il se retire en après le faible score de son parti lors des élections européennes[11].

Élection comme député en 2022

Lors des législatives de 2022, il est candidat de La France insoumise - NUPES dans la septième circonscription des Bouches-du-Rhône. En tête au premier tour, il est élu au second avec 64,68 % des voix[12].

Mandat législatif

Le 7 mars 2024, il dépose une demande de commission d'enquête parlementaire sur "Marseille en grand"[13], un "plan d'investissement massif" annoncé par Emmanuel Macron en 2021[13], qui comporte des "dysfonctionnements" et de "fragilités", selon un rapport de la Cour des comptes et la Chambre régionale des comptes encore à paraître selon BFM TV[13].

Polémiques

Interposition devant un lycée de Marseille en mars 2023

Les syndicats d'un lycée de sa circonscription ont pris sa défense après une communication du parquet sur une enquête le soupçonnant d'avoir causé "une incapacité totale de travail (ITT) n’excédant pas huit jours"[5] par des coups de pieds dans les chevilles de deux cadres[14] devant le portail à 7 heures le 10 mars 2023 lors de la contestation de la réforme des retraites[14],[15]. Il dément par un communiqué le jour-même puis porte plainte à son tour. Selon un autre communiqué, des syndicats CGT, FO, Snes et SUD, il a été « pris à partie physiquement par un membre de la direction » alors qu'il s'interposait[16] après qu'un cadre du lycée et un policier aient « ceinturé et mis au sol un élève » avant de le relâcher et d'accuser les enseignants présents d'être « responsables » du blocage. Selon lui, il rencontrait initialement des salariés d'une entreprise voisine[17], ensuite alertés par l'incident devant le lycée[17], où il a été « attrapé par le bras » et bousculé avec « une benne à ordure »[17], malgré son écharpe tricolore. L’audience du 13 décembre 2023 est renvoyée au 25 juin 2024, le tribunal correctionnel acceptant de faire retirer les deux tiers supérieurs du bandeau noir de la vidéosurveillance du lycée filmant la voie publique[14].

Sanction de 2024 après avoir porté un drapeau palestinien

Le , il est exclu pour 15 jours de l'Assemblée nationale pour avoir brandi, lors d'une séance de questions au gouvernement, un drapeau de la Palestine, et privé de la moitié de son indemnité parlementaire pour deux mois, sanction la plus sévère. Les 4 partis de gauche, PS, écologistes, communistes et LFI ont tous voté contre. Cette action s'inscrit dans un contexte de bombardements israéliens sur des camps de déplacés à Rafah (sud de la bande de Gaza) ayant fait une cinquantaine de morts[18],[19]. Le motif est une « manifestation troublant l’ordre ou une scène tumultueuse », cas prévus par l'article 70 du règlement intérieur[20]. Naïma Moutchou, vice-présidente Horizons de l’Assemblée et proche d'Édouard Philippe[21] souligne que cette sanction disproportionnée[21] met en jeu la « crédibilité en tant qu’institution » de l'Assemblée[21] car Sébastien Nadot (ex-LREM) avait écopé d’un simple rappel à l’ordre pour une autre banderole dans l'hémicycle[21], tandis que LFI souligne que Yaël Braun-Pivet a porté dans l’hémicycle un drapeau israélien sur sa veste. La sanction est "très élevée, plus que ce qui se pratique pour ce type d’acte" et "reste une appréciation politique, en fonction de la sensibilité du sujet, liée à sa lecture conjoncturelle et politique", selon l'universitaire Benjamin Morel. Sébastien Delogu saisit la Cour européenne des droits de l'homme deux jours plus tard[22]. Le 3 juin, la députée LFI Rachel Keke brandit à son tour un drapeau palestinien.

Résultats électoraux

Élections européennes

Année Liste Circonscription Position sur la liste Voix % Rang Sièges
2019 LFI France entière 24e 1 428 548 6,31 5e
6  /  79

Élections législatives

Année Parti Circonscription Premier tour Second tour Issue
Voix % Rang Voix % Rang
2022 LFI 7e des Bouches-du-Rhône 6 904 37,88 1er 11 960 64,68 1er Élu

Références

  1. a b c d et e Cédric Mathiot, « Est-il vrai que le chauffeur de Jean-Luc Mélenchon est sur la liste LFI pour les européennes ? », sur Libération, (consulté le ).
  2. Axel Perru, « Sébastien Delogu, le chauffeur de taxi (et de Mélenchon) anti-Uber devenu député », sur Marianne, (consulté le ).
  3. « Sébastien Delogu - Who's Who » Accès payant, sur whoswho.fr (consulté le )
  4. a et b Pauline Guigou et AFP, « Législatives 2022 : Sébastien Delogu, de chauffeur de taxi des quartiers Nord de Marseille à député des Bouches-du-Rhône », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, (consulté le ).
  5. a et b Charlotte Belaïch, « Sébastien Delogu, priorité à gauche » Accès payant, sur Libération, .
  6. a b et c Alexandre Vella, « Marseille : Enfant des quartiers nord, de taxi à SDF, le député Nupes Sébastien Delogu « est un hybride » », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. a et b Article d'Alexandre Vella dans 20 minutes le 04/07/2022 [1]
  8. [2]
  9. Gilles Rof, « A Marseille, la très politique rénovation d’une école par La France insoumise », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2019 », sur mobile.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  11. a et b Léo Purguette, « Marseille : Sébastien Delogu, l’insoumis qui tire sa révérence », sur lamarseillaise.fr, (consulté le ).
  12. « Les résultats du second tour des élections législatives dans la 7e circonscription des Bouches-du-Rhône. », sur Le Monde, (consulté le ).
  13. a b et c Article de Florian Bouhot le 7 mars 2024 sur BFM TV [3]
  14. a b et c Article d'Alexandre Vella le 13/12/2023 dans 20 Minutes [4]
  15. Article par Mathilde Ceilles le 13/12/2023 dans 'Le Figaro [5]
  16. V.G. et AFP, « Le député LFI Sébastien Delogu visé par des plaintes pour violence après le blocus d'un lycée marseillais », La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  17. a b et c Article de Juliette Moreau Alvarez le 14 décembre 2023 [6]
  18. AFP, « Le député LFI Sébastien Delogu exclu quinze jours de l’Assemblée nationale pour avoir brandi un drapeau palestinien dans l’hémicycle », sur Le Monde, (consulté le ).
  19. Hugues Garnier, « Drapeau palestinien brandi à l'Assemblée: le député LFI Sébastien Delogu "se fout" des sanctions », sur BFMTV, (consulté le ).
  20. Juliette Marie et Erwan Alix, « Député exclu après avoir brandi le drapeau palestinien : 4 questions sur les sanctions à l’Assemblée », sur Ouest-France, (consulté le ).
  21. a b c et d Chez Pol, « Exclusion temporaire d’un député LFI pour avoir brandi un drapeau palestinien : une sanction disproportionnée pour la députée Horizons Naïma Moutchou », sur Libération, (consulté le ).
  22. Hugo Septier, « Drapeau palestinien brandi à l'Assemblée: Sebastien Delogu saisit la CEDH après sa sanction », sur BFMTV, (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes