Saint-Fiacre (Seine-et-Marne)

Saint-Fiacre
Saint-Fiacre (Seine-et-Marne)
Blason de Saint-Fiacre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Meaux
Maire
Mandat
David Lourdelet
2020-2026
Code postal 77470
Code commune 77408
Démographie
Population
municipale
402 hab. (2017 en diminution de 0,74 % par rapport à 2012)
Densité 146 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 22″ nord, 2° 57′ 17″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 168 m
Superficie 2,75 km2
Élections
Départementales Canton de Serris
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Saint-Fiacre
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Saint-Fiacre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Fiacre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Fiacre

Saint-Fiacre est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Géographie

Localisation

Le village est situé à 10 km au sud-est de Meaux et à 11 km au nord-est de Crécy-la-Chapelle.

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Saint-Fiacre
Fublaines
Boutigny Saint-Fiacre Villemareuil

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de deux cours d'eau référencés :

  • le ru des Cygnes, long de 9,72 km[1], affluent de la Marne ;
    • le cours d'eau 01 de la Commune de Saint-Fiacre, long de 1,41 km[2], qui conflue dans le ru des Cygnes.

Par ailleurs, son territoire est également traversé par l'aqueduc de la Dhuis.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 5,58 km[3].

Voies de communication et transports

Transports

La commune est desservie par la ligne d’autocar No 21 (FublainesMeaux) du Transdev-Pays Créçois[4].

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 23 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[5].

Occupation des sols simplifiée

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 89,77 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 2,88 % d'espaces ouverts artificialisés et 7,35 % d'espaces construits artificialisés[6]

Logement

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 166 dont 93,2 % de maisons et 6,2 % d'appartements[Note 2].

Parmi ces logements, 93,8 % étaient des résidences principales, 1,7 % des résidences secondaires et 4,5 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 86,7 % contre 9 % de locataires[7] dont, 0,6 % de logements HLM loués vides (logements sociaux)[Note 3] et, 4,2 % logés gratuitement.

Toponymie

Anciennement Breilum mentionné sous la forme « Monasterium quod dicitur Breilum, tribus distans millibus ab urbe Meldis » au XIe siècle[8], territoire donné par Faron, évêque de Meaux, à l'anachorète Fiacre[9].

Attesté sous les formes Prioratus Sancti Fiacrii in Brya en 1094[10] ; Sanctus Fyacrius vers 1250[11] ; Seinefiacre en 1275[12].

Du saint éponyme Saint Fiacre, l'évangélisateur de la région de Meaux.

Histoire

Politique et administration

La mairie-école.

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1798 1811 Louis Vincent Raoult    
1811 1813 Lebel    
1814 juillet 1816 Ambroise Louis Dessain    
juillet 1816 1821 Jean Henry Nicolas Godefroy    
1822 1825 Louis Charles Raoult    
1826 1844 ?    
1845 mi 1848 Jean Nicolas Antoine Boudier    
mi 1848 mi 1858 Charles Isidore Marest    
mi 1858 1882 Honoré Henry Raoult    
mars 1989 mars 2001 Marc Dagniaud    
mars 2008 En cours Christian Vavon [13]    


Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[15].

En 2017, la commune comptait 402 habitants[Note 4], en diminution de 0,74 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295312323333311286260271270
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
262263243224215200220244239
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
224229180153146150144138137
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
116136332376350389371369405
2017 - - - - - - - -
402--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports

  • golf de Meaux-Boutigny (à 1 km) ;
  • randonnées pédestres (plus de 10 circuits en Pays Créçois) ;
  • sports équestres ;
  • vélo et vtt ;
  • roller et skate (une boucle de 400 m et des modules acrobatiques, entièrement dédiés à ces pratiques).

Événements

  • Cérémonie religieuse en l'honneur de saint Fiacre, et procession annuelle à la fontaine suivant le chemin de Saint-Fiacre : le dimanche qui suit la [18].

Économie

Culture locale et patrimoine

Patrimoine religieux

L'église.
  • église Saint-Fiacre XVIIe siècle, agrandie au XIXe siècle, contient plusieurs éléments classés au titre d'objet[19] ;
  • chapelle du XIXe siècle (lieu de pèlerinage) ;
  • abbaye de Saint-Fiacre (partiellement en ruines) [20].

Le monastère devenu prieuré fut pendant longtemps un lieu de pèlerinage très fréquenté.

En 1234 le corps du saint fut mis en châsse, à la suite de quoi le monastère prospéra et reçut de nombreux dons durant les XIIe et XIIIe siècles. Louis XI fit recouvrir la châsse d’argent en 1478.

Les moines furent dispersés lors des guerres de religion, et les reliques de saint Fiacre transférées à la cathédrale de Meaux par mesure de précaution. Mais le danger passé, les chanoines de Meaux refusèrent de rendre la châsse. Le prieuré connut donc un déclin au XVIIe siècle.

Des moines bénédictins de la congrégation de Saint-Maur s'y installèrent au début du XVIIe siècle, et entreprirent la restauration du prieuré. Dès lors il retrouva sa notoriété d'antan. Le village s’agrandit pour accueillir les pèlerins, et les guérisons se multiplièrent. Le prieuré bénéficia de la protection royale, et fut visité par Anne d’Autriche (en 1641), Louis XIV (en 1683) avec la reine Marie-Thérèse et Bossuet. Étant donné que l'enceinte du couvent était strictement interdite aux femmes, même les reines ne pouvaient y entrer, y compris Anne d'Autriche, pourtant venue à pied.

En 1776, le couvent fut réuni à l’abbaye Saint-Faron de Meaux. Puis les biens furent vendus nationalement, l’église du monastère détruite et la tombe de saint Fiacre transportée dans l’église paroissiale.

Le pèlerinage reprit au XIXe siècle sous l’impulsion de l’abbé Grand-Trait.

Quelques bâtiments anciens subsistent encore sur les lieux où vécut le saint, dans l'actuel parc du Prieuré (propriété privée, visites possibles). La pierre ronde de la légende et le tombeau vide du saint - son corps ayant été transporté à la cathédrale de Meaux lors des guerres de religion - sont conservés dans l’église paroissiale. Saint Fiacre y est représenté en moine vêtu d’une longue robe blanche, d’un scapulaire et une cape à capuchon noirs ; ses deux attributs sont le livre et la bêche[21].

Lieux et monuments

L'ancien lavoir restauré au bord de l'aqueduc de la Dhuis.
  • l'aqueduc semi-souterrain de la Dhuis ;
  • chemin de Saint-Fiacre[22] : sous l’impulsion de la communauté de communes du Pays Créçois, il a été balisé sur les 4 km depuis l’ancien prieuré jusqu’à la fontaine (qui, bien que située sur le territoire de la commune de Villemareuil, appartient à celle de Saint-Fiacre[23]), à travers Saint-Fiacre et Villemareuil. Six panneaux placés aux étapes principales donnent des explications sur la vie et le culte du saint, ainsi que sur l’histoire des monuments des deux villages ;
  • circuit routier et circuits piétonniers de la Vallée des peintres du Grand-Morin, dont Saint-Fiacre fait partie avec Crécy-la-Chapelle. Parcours historiques[24].


Héraldique

Saint-Fiacre
Blason de Saint-Fiacre Blason
De sinople à la bêche d'argent emmanchée de sable, le fer en bas, et au livre fermé d'argent, la couverture d'or chargée d'une croisette latine de gueules, brochant sur le manche.
Détails

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  3. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - ru des Cygnes (F6428000) » (consulté le 6 juillet 2020)
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Cours d'Eau 01 de la Commune de Saint-Fiacre (F6428300) » (consulté le 6 juillet 2020)
  3. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 18 juillet 2018
  4. Site Transdev-Pays Créçois
  5. Site territoires-fr.fr consulté le 14 avril 2018
  6. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  7. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 6 juillet 2020
  8. Vita S. Faronis, ap. Histor. France, III, p. 505.
  9. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne.
  10. Du Plessis, II, p. 15.
  11. Longnon, I, p. 255.
  12. Longnon, I, p. 342.
  13. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en juin 2019).
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  18. Photographies des fleurs, fruits et légumes offerts à Saint-Fiacre, et des étapes sur le chemin de Saint Fiacre , sur le site de l'Office de tourisme du Pays Créçois.
  19. « Œuvres mobilières à Saint-Fiacre », base Palissy, ministère français de la Culture
  20. L'abbaye de Saint Fiacre, carte postale.
  21. Histoire de Saint-Fiacre, sur le site de l'Office de Tourisme du Pays Créçois
  22. Le chemin de Saint Fiacre, par l'Office de Tourisme du Pays Créçois.
  23. Plaquette sur le chemin de Saint-Fiacre, par Paule et Roger Leroux, historiens, spécialistes de Saint-Fiacre.
  24. La vallée protégée du Grand-Morin, sur le site de l'Office de tourisme.