Charny (Seine-et-Marne)

Charny
Charny (Seine-et-Marne)
La mairie.
Blason de Charny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Claye-Souilly
Intercommunalité communauté de communes Plaines et monts de France
Maire
Mandat
Xavier Ferreira
2014-2020
Code postal 77410
Code commune 77095
Démographie
Gentilé Charnicois
Population
municipale
1 279 hab. (2016 en augmentation de 4,41 % par rapport à 2011)
Densité 105 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 13″ nord, 2° 45′ 42″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 110 m
Superficie 12,20 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Charny

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Charny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Charny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Charny
Liens
Site web charny77.fr

Charny est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Charnicois.

Géographie

Situation

Charny est située à 6,5 km au nord-est de Claye-Souilly et à 10 km à l'ouest de Meaux.

Communes limitrophes

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 89 voies[Note 1] dont 47 lieux-dits administratifs répertoriés[1].

Géologie et relief

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose essentiellement du ru de Courset, long de 6,8 km[3], qui conflue avec la Marne.

Sa longueur linéaire globale sur la commune est de 2,37 km[4].

Voies de communication et transports

Voies de communication

Charny est proche de la RN 3 à environ 3 km au sud, qui relie Paris à Meaux.

On accède également à la commune par :

  • Le Plessis-aux-Bois au nord à 3,9 km par la D 54 ;
  • Messy à l’ouest à 4,6 km par la D 139.

Transports en commun

Urbanisme

Logement

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 490 (dont 87,8 % de maisons et 11,2 % d’appartements).

Parmi ces logements, 96,3 % étaient des résidences principales, 1,4 % des résidences secondaires et 2,3 % des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 82,2 % contre 17,1 % de locataires[5].

La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 1,7 %[Note 2].

Toponymie

  • Formes anciennes : Carni en 1170, Charniacum en 1200, Charneiacum en 1217, Charneyum en 1246, Cherny et Chargniacum au XVe siècle, Charny en France en 1540[6].

Forme latinisée de charne, désigne un « lieu planté de charmes ».

Histoire

Situé au milieu d’une grande plaine fertile, Charny, comme les villages voisins, attire très tôt les agriculteurs et, au début de notre ère, des villas gallo-romaines s’y implantent. Au Moyen Âge, le territoire est partagé entre plusieurs fiefs, devenus depuis des exploitations agricoles : Beauvais, Maupertuis ou Rabaches. Peu de temps après la fondation de leur ordre, les Templiers installent, à proximité du village, en un lieu nommé Soisy ou Choisy, une commanderie dont l’existence est attestée dès 1168. Charny vit à l’ombre de cette dernière et dans un acte de 1491, le village est même nommé Chary-lez-Choisy, Charny près de Choisy. Au XVe siècle, ce domaine consiste en un « beau bâtiment avec chapelle et quarante arpents (environ 15 hectares) entourés de murs flanqués neuf tourelles avec six cents arpents (environ 230 hectares) de terre aux alentours »[7].

Après la suppression de l’ordre du Temple, le domaine revient aux Hospitaliers de ordre de Saint-Jean de Jérusalem, il est ensuite vendu comme bien national durant la Révolution, puis le mur d’enceinte et les tourelles sont détruits. Deux fermes, connues sous le nom de Choisy-le-Temple, se partagent désormais les bâtiments et les terres de l’ancien domaine.

Le président de la République Jules Grévy habite, pendant quelques années, le « château », grande maison bourgeoise entourée d’un parc et située au centre du village. Par la suite, un orphelinat et une maison de retraite y sont installés. Créés par « l’entraide sociale des ouvriers et ouvrières des manufactures de tabac de France », ils sont inaugurés, le , par M. Caillaux, alors ministre des Finances. L’institution disparaît au milieu des années 1950, et le bâtiment est acquis par la commune en 1992.

Cinq grandes fermes et trois plus petites pratiquent encore une polyculture intensive, avec prédominance de céréales. L’élevage, autrefois très important, est complètement abandonné. Pendant près de quatre-vingt-dix ans, une râperie, fermée dans les années 1950, transforme en jus les betteraves produites en plaine, avant de les envoyer par canalisation souterraine vers la sucrerie de Villenoy[7].

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Élections nationales

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1792 Jean-Baptiste Fleury    
1792 1793 Pierre-André Delacour    
1793 1794 M. Desaux    
1794 1796 M. Villette    
1796 1797 Jean-François Haquin    
1797 1802 Louis-Antoine Lefevre    
1802 1813 Jean Adam    
1813 1815 M. Delacour    
1815 1820 Nicolas Lefranc    
1820 1831 M. Romenont    
1832 1854 Nicolas Lefranc    
1854 1858 Vincent Parain    
1858 1894 Ferdinand Lavaux    
1894 1900 Jules Guibert    
1900 1933 Léon Garnier    
1933 1935 René Vasseur    
1935 1948 Jacques Courtier    
1949 1959 Ernest Auperin    
1959 1968 Pierre Vasseur    
avril 1968 mai 1968 Marie-Thérèse Proffit    
mai 1968 septembre 2000[9] Jean-Claude Laurent   Agriculteur
Décédé en fonction
2000 En cours
(au 15 février 2016)
Xavier Ferreira DVD Vice-président de la CC Plaines et Monts de France (2016 →)
Réélu pour le mandat 2014-2020[10]

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2016, la commune comptait 1 279 habitants[Note 3], en augmentation de 4,41 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
490440479429480431432419454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450440450455480430443417400
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
418469451355483504534603531
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4974176197538851 1501 1831 1921 201
2013 2016 - - - - - - -
1 2501 279-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

Charny dispose d’une école primaire publique comprenant une section maternelle et une école élémentaire, située dans le bourg (1 rue de la Mairie).

Cet établissement public, inscrit sous le code 0771082H, comprend 143 élèves (chiffre du Ministère de l'Éducation nationale)[15], et dispose d’un restaurant scolaire[16]

La commune dépend de l'Académie de Créteil ; pour le calendrier des vacances scolaires, Charny est en zone C.

Manifestations culturelles et festivités

Économie

Charny est composée d'une Zone d'Activités en bordure du village regroupant une société de transports en commun, TVF, qui fut rachetée au cours des années 2000 par l'entreprise Veolia. Il y a également dans la Z.A. un garage ainsi que d'autres entreprises plus petites. Dans le village se trouvent la boutique Effets de Scène, qui fait salon de coiffure en même temps que farces et attrapes ; deux bars-tabacs dont un fait librairie, une boulangerie, un mini-marché, une poste, deux cabinets de médecin, une pharmacie ainsi que d'autres sociétés dont des indépendants. Un marché s'établit sur la place devant la mairie les vendredis de 16 h à 20 h, proposant des produits très divers.

Revenus de la population et fiscalité

Le nombre de ménages fiscaux en 2014 était de 467 représentant 1 280 personnes et la médiane du revenu disponible par unité de consommation de 25 662 €[5].

Emploi

En 2014, le nombre total d’emploi dans la zone était de 373, occupant 663 actifs résidents (salariés et non salariés) .

Le taux d’activité de la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 81,8 % contre un taux de chômage (au sens du recensement) de 6,3 %. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : étudiants et stagiaires non rémunérés 8,5 %, retraités ou préretraités 6,9 %, autres inactifs 2,8 %[5].

Entreprises et commerces

En 2015, le nombre d’établissements actifs était de cent-six dont six dans l’agriculture-sylviculture-pêche, cinq dans l’industrie, quinze dans la construction, soixante-deux dans le commerce-transports-services divers et dix-huit étaient relatifs au secteur administratif[5].

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Léger.

Monuments historiques

  • Église Saint-Léger : l’église primitive daterait du XIIIe siècle, mais en 1782, en raison de son mauvais état, elle est démolie et reconstruite entièrement sur le même emplacement. Extérieurement, elle se présente sous la forme d’un bâtiment sans bas-côtés, prolongé par deux chapelles rondes qui encadrent le chevet, lui-même arrondi. L’autel est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques[7],[17]
  • Monument aux morts : le monument aux morts est érigé au fond de l’allée centrale du cimetière[7].

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Charny Blason Mi-parti : d'argent à la croix alésée et pattée de gueules et de gueules à la croix fleur-de-lisée d'argent cantonnée de quatre billettes du même.
Ornements extérieurs 
Posé sur une gerbe de blé en pal.
Détails
Conçu par Jean-Paul DENEF en 2002[18].
Adopté par le conseil municipal en 2002.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie

Notes et références

Notes

  1. Trois annulations en 1993, 1994 et 2001.
  2. Voir la Loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (loi SRU).
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Annuaire des communes françaises
  2. « Plan séisme consulté le 24 octobre 2017 »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Courset (F6604000) »
  4. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 11 décembre 2018
  5. a b c et d Statistiques officielles de l’INSEE.
  6. Dictionnaire topographique de la France, page 107
  7. a b c et d « CHARNY », sur http://www.histoireclaye77.org (consulté le 18 septembre 2012)
  8. Résultats de l’élection présidentielle 2017 sur le site du ministère de l’Intérieur
  9. Guénaèle Calant, « Le maire est décédé », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne).
  10. « Maires du département Seine-et-Marne », Élections municipales 2014, sur http://www.cartes-2-france.com (consulté le 3 juillet 2016).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. Site du Ministère de l‘Éducation Nationale
  16. Site de la mairie
  17. Notice N° PM77000319, Source Palissy, Ministère de la Culture
  18. le blason sur le site de la mairie (consulté le 31/05/2013)