Chamigny

Chamigny
Chamigny
La mairie-école.
Blason de Chamigny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Jeannine Beldent
2020-2026
Code postal 77260
Code commune 77078
Démographie
Gentilé Chamignots
Population
municipale
1 356 hab. (2017 en augmentation de 1,35 % par rapport à 2012)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 26″ nord, 3° 09′ 07″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 198 m
Superficie 14,22 km2
Élections
Départementales Canton de La Ferté-sous-Jouarre
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Chamigny
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Chamigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chamigny
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chamigny
Liens
Site web chamigny.fr

Chamigny prononciation est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Chamignot(te)s.

Géographie

Localisation

Le village est situé à 4 km au nord de La Ferté-sous-Jouarre sur la rive droite de la Marne face aux communes de Reuil-en-Brie et Luzancy.

Communes limitrophes

Géologie et relief

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

L'altitude varie de 50 mètres à 198 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 83 mètres d'altitude (mairie) [2].

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de treize cours d'eau référencés :

  • la rivière la Marne, longue de 514,26 km[3], principal affluent de la Seine ;
    • le ru de Courtablond (ou Courtablon) ou ru des Effaneaux, 9,90 km[4], affluent de la Marne ;
      • le fossé 01 des Merisiers, 1,61 km[5], qui conflue avec le ru de Courtablond ;
        • le fossé 02 des Merisiers, 1,09 km[6], qui conflue avec le fossé 01 des Merisiers ;
      • le fossé 01 des Montbardis, 2,06 km[7] ;
    • le ru de Belle-Mère, 1,41 km[8], affluent de la Marne, et :
    • le fossé 01 de Godefroy, 1,90 km[9] ;
    • le fossé 01 de la Commune de Chamigny, 1,60 km[10] ;
    • le fossé 02 de la Commune de Chamigny, 1,16 km[11] ;
    • le canal 01 du Parc de Tanqueux[Note 1], 0,37 km[12] ;
    • le canal 02 du Parc de Tanqueux[Note 2], 0,40 km[13] ;
    • le canal 03 du Parc de Tanqueux[Note 3], 0,07 km[14], qui confluent avec la Marne ;
  • le ru de Montbourjean, 2,78 km[15].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 17,3 km[16].

Voies de communication et transports

Transports

La commune est desservie par la ligne d’autocars No 31 (La Ferté-sous-JouarreMontreuil-aux-Lions (Aisne)) du réseau Trandev Pays Fertois[17].

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 188 lieux-dits administratifs[Note 4] répertoriés[18] dont Vaux, Sabaroy, Rouget, l'Ange Gardien, Boissière, Tanqueux, les Eclicharmes, Rougebourse, Retourneloup, le Domaine de Tanqueux, Chenevon.

Occupation des sols

En 2018[19], le territoire de la commune se répartit[Note 5] en 53,9 % de terres arables, 35,7 % de forêts, 4,6 % de zones urbanisées, 3,1 % de zones agricoles hétérogènes[Note 6], 1,7 % de prairies, 0,9 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication et < 0,5 % d’eaux continentales[Note 7],[16],[20].

Logement

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 557 dont 94,3 % de maisons et 5,7 % d'appartements[Note 8].

Parmi ces logements, 88,2 % étaient des résidences principales, 3,1 % des résidences secondaires et 8,6 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 86 % contre 11 % de locataires et 2,9 % logés gratuitement [21].

Toponymie

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Chamini en 1144[22] ; Chaminiacum en 1160[23] ; Chemigni vers 1172[24] ; Chaminy vers 1180[25] ; Chamegni en 1249[26] ; Chameigne en 1275[27] ; G. de Chamigniaco au xiiie siècle[28] ; Chamegny en 1325[29] ; J. de Chamegniaco en 1365[30] ; Chamigny en Brie en 1639[31],[32].

Le nom du village provient du nom Caminiacum, la « maison du chemin », qui devient Cheminiacum et vers 1144 Chamini pour l'église Saint Étienne, ecclesia de Chamini, citée le 14 avril 1144 dans la bulle du pape Lucius II, au cartulaire de La Charité-sur-Loire, abbaye dont dépendait Reuil.

Préhistoire

Une stèle anthropomorphe du Néolithique final a été mise au jour au lieu-dit La Grande Maison[33],[34].

Histoire

Monsieur Jean Quéguinier fait la description de l'église dans le dictionnaire des églises de France en 1968 (éd. Robert Lahout). Celle-ci est monument historique, tout d'abord fin du XIXe siècle la crypte du XIIe siècle qui contient une Vierge à l'enfant qui représente Notre-Dame-de-la-Cave. Ce serait Saint Louis qui en aurait fait don à l'église de Chamigny, puis toute l'église déclarée monument historique par un arrêté du 6 février 1981.

Héraldique

Blason de Chamigny Blason
Parti : au 1er de sinople à la chapelle d'argent, au 2e d'azur semé de fleurs de lis d'or, à deux fasces ondées d’'rgent brochantes ; le tout sommé d'un chef de gueules chargé de trois croissants d'or posés 2 et 1 et accompagnés d'une gerbe à dextre et d'une grappe de raisin à senestre, le tout du même[35].
Détails
Figure sur le site internet de la mairie[36].

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 Huguette Alibert    
juin 1995 En cours Jeannine Beldent[37]   Cadre infirmier

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[39].

En 2017, la commune comptait 1 356 habitants[Note 9], en augmentation de 1,35 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
941976923847866843845801759
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
680660700696637607575543540
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524510508475549524571501559
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
4364967691 1181 2371 1451 2531 2671 281
2013 2017 - - - - - - -
1 3761 356-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

Économie

Exploitations agricoles.

Culture locale et patrimoine

Portail de l'église Saint-Etienne.

Lieux et monuments

  • Église Saint-Étienne, érigée en 1130 qui possède une crypte du XIIIe siècle construite sur une autre plus ancienne est classée au titre des monuments historiques[42].
  • La ferme de Godefroi abrite un « musée paysan » riche d’une collection particulière constituée au fil des ans. Ce musée présente des anciennes douves, les vestiges d'un hôtel particulier de campagne, des outils pour la fabrication du cidre et d'autres objets remontant au XIIe siècle.

Personnalités liées à la commune

Un personnage célèbre du village fut le peintre Joseph Paul Meslé (1855-1927), peintre de talent dont le groupe scolaire de Chamigny porte désormais le nom. Il est né le rue du Beau-Rivage, à Saint-Servan en Ille-et-Vilaine. Il aime les grèves et la campagne environnante et il lui est constaté un don qui permet de l'envoyer à l'école des Beaux-Arts de Rennes. Ses parents sont d'accord. Sa ville natale lui verse 800 F de rente annuelle. En 1875 il se rend à Paris, il est reçu 1er à l'école des Beaux Arts de Paris, il travaille dans l'atelier de Léon Bonnat. Vers 1881, il s'installe à Reims près d'Henri Delacroix. À Reims il reçoit des commandes de portraits. Il expose régulièrement au salon des portraits.

En 1890 il épouse Yacintthe Brémontier, fille d'une famille aisée. Il expose des portraits de sa femme. Il souhaite se rapprocher de sa belle-famille qui réside à La Ferté-sous-Jouarre, il achète donc une maison à Chamigny en 1894, située rue de La Marne près de la ferme Godefroy. Il peint beaucoup sur le thème de Chamigny, des paysages dans le givre et le brouillard, sous la neige, la belle église. En 1904, il est élu au conseil municipal de la commune.

À Chamigny il fait connaissance de Fernand Sabatté, grand prix de Rome qui vient aussi séjourner à Chamigny. Il côtoie Alexandre Bouché et Jean-Julien Massé de Luzancy. Meslé vend ses tableaux, des paysages du village, à des musées comme celui de Montpellier ou le musée des beaux-arts de Reims. Son propre portrait est au musée de Jouarre. Il eut un temps, comme élève, André Planson, peintre Fertois. En 1925, des américains lui achètent tout son stock de toiles. Le 20 juin 1927, il meurt à la terrasse du restaurant Le Bec Fin à La Ferté-sous-Jouarre.

Le peintre Fernand Sabatté (1874-1940) est autre personnage célèbre qui a vécu à Chamigny. Il fut grand prix de Rome et possédait une résidence dans le village. Un de ses tableaux est exposé au musée du Luxembourg. La belle tête de bronze qui ornait le monument érigé devant sa maison en son honneur a été donnée à la commune, sûrement par les sœurs de la charité, et est précieusement conservée à la mairie. La chapelle consacrée à Notre-Dame-des-Beaux-Arts qu'il avait construite sur ses terres a disparu. Sabatté avait meublé et décorée magnifiquement cette chapelle d'objets anciens qu'il chinait. Cette chapelle était naguère encore un lieu de pèlerinage où tout le village se rendait de nuit en portant des cierges le 15 août, jour de la fête de l'Assomption de la Vierge. Fernand Sabatté a légué sa propriété de Chamigny aux Sœurs de la Charité de Montmartre, rue Caulaincourt à Paris qui y ont longtemps organisé des colonies de vacances. René Lannoy, peintre graveur a racheté aux sœurs de la Charité le manoir et la chapelle où était enterré Fernand Sabatté. Son corps a été transporté par le maire de l'époque, Monsieur Louis Leguillette (qui était menuisier) au cimetière de Chamigny. Remises en état, la maison et la chapelle ont été rétablies en atelier de peinture et de gravure en 1970. En 1989, la chapelle atelier a été revendue à des particuliers.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Nature en attente de mise à jour.
  2. Nature en attente de mise à jour.
  3. Nature en attente de mise à jour.
  4. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  5. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  6. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  7. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  8. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. « Plan séisme consulté le 15 juillet 2020 »
  2. « Chamigny » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Marne (F---0100) » (consulté le 15 juillet 2020)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru deCourtablond (F6264000) » (consulté le 15 juillet 2020)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Merisiers (F6264050) » (consulté le 15 juillet 2020)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 02 des Merisiers (F6264100) » (consulté le 15 juillet 2020)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 des Montbardis (F6264150) » (consulté le 15 juillet 2020)
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Belle-Mère (F6226000) » (consulté le 15 juillet 2020)
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Godefroy (F6228000) » (consulté le 15 juillet 2020)
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commune de Chamigny (F6227000) » (consulté le 15 juillet 2020)
  11. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 02 de la Commune de Chamigny (F6228100) » (consulté le 15 juillet 2020)
  12. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 du Parc de Tanqueux (F6229002) » (consulté le 15 juillet 2020)
  13. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 02 du Parc de Tanqueux (F6229102) » (consulté le 15 juillet 2020)
  14. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 03 du Parc de Tanqueux (F6229152) » (consulté le 15 juillet 2020)
  15. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Montbourjean (F6263500) » (consulté le 15 juillet 2020)
  16. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 17 décembre 2018
  17. Site Transdev-Pays Fertois
  18. Site territoires-fr.fr consulté le 18 février 2020 sous le code commune 77078.
  19. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  20. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  21. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 16 juillet 2020
  22. Cartulaire de La Charité.
  23. Du Plessis, II, p. 48.
  24. Longnon, I, p. 42.
  25. Longnon, I, p. 67.
  26. Du Plessis, II, p. 152.
  27. Longnon, I, 344.
  28. Obit. prov. Sens, IV, p. 41.
  29. Longnon, II, 335.
  30. Archives nationales, X1a 20, fol. 18 v°.
  31. Archives nationales, Y 181, fol. 141 v°.
  32. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 89.
  33. Jules Masson Mourey et Rosalie Jallot, « Une exceptionnelle stèle anthropomorphe », Archéologia,‎ , p. 12 (lire en ligne)
  34. Rosalie Jallot et Jules Masson Mourey, « Découverte d’une grande stèle anthropomorphe gravéeen Île-de-France orientale (la Grande Maison, Chamigny, Seine-et-Marne) », Bulletin de la Société préhistorique française,‎ , p. 777-780 (lire en ligne)
  35. Chamigny sur l'Armorial des villes et villages de France (consulté le )
  36. Site internet de la mairie (consulté le )
  37. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  42. Notice no PA00086856, base Mérimée, ministère français de la Culture