Balloy

Balloy
Balloy
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Provins
Intercommunalité Communauté de communes de la Bassée - Montois
Maire
Mandat
Rémy Anquetin
2014-2020
Code postal 77118
Code commune 77019
Démographie
Gentilé Balloyeux
Population
municipale
326 hab. (2016 en augmentation de 0,31 % par rapport à 2011)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 23′ 50″ nord, 3° 08′ 50″ est
Altitude Min. 50 m
Max. 118 m
Superficie 13,25 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Balloy

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte topographique d'Île-de-France
City locator 14.svg
Balloy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Balloy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Balloy

Balloy est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne, en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Balloyeux.

Géographie

Localisation

La commune est située au sud-est du département de Seine-et-Marne rive gauche dans la vallée de la Seine en limite du département de l'Yonne.

Le village est respectivement à neuf et vingt-cinq kilomètres au sud-ouest de Bray-sur-Seine et Provins.

Communes limitrophes

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de sept cours d'eau référencés :

  • la Seine, fleuve long de 774,76 km[1] ;
    • le Conduit, 7,5 km[2], qui conflue avec la Seine ;
  • le Canal de Bray à la Tombe, long de 10,1 km [3], ancien canal de dérivation de Bray à la Tombe (désaffecté depuis 1979), ainsi que :
    • un bras de 0,4 km[4] ;
    • un bras de 1 km[5] ;
    • le canal 01 des Communes, 8,5 km[6], qui conflue avec le canal de Bray à la Tombe ;
  • le fossé 01 de Châtelet, 1,9 km[7].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 12,68 km[8].

Voies de communication et transports

Transports collectifs : Cars Moreau ligne 2 (Montereau - Bray).

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 89 voies[Note 1] dont 75 lieux-dits administratifs répertoriés[9].

Les plus importants sont : Sigy, Maison de la Seine (ferme).

Occupation des sols

En 2018[10], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 50,4 % de terres arables, 19,7 % d’eaux continentales[Note 3], 14,2 % de mines, décharges et chantiers, 7,6 % de forêts, 4,8 % de zones agricoles hétérogènes[Note 4], 2,6 % de zones urbanisées, 0,6 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 5] et < 0,5 % de zones industrielles commercialisées et réseaux de communication[8].

Toponymie

Balatorim - Balatoire - Balloué - Balloy-sur-Seine.

De l’anthroponyme latin Ballus et du suffixe -cum, « domaine de Ballus »

Histoire

Site gallo-romain du bois de Roselle

Découvert à l'occasion de repérages d'archéologie préventive dans les carrières de granulats de la Bassée, le site du bois de Roselle comprend un établissement gallo-romain clôt de 200 × 90 m occupé de la seconde moitié du Ier siècle à la fin du IIIe siècle ou au plus tard au tout début du IVe siècle. Il a peut-être aussi été occupé sporadiquement à la fin du IVe siècle ou au Ve siècle. À l’est et au sud-est se trouve un petit enclos, et quelques fossés et fosses de la première moitié du du Ier siècle. à 100 m à l’est se tient un enclos et des inhumations des IIe – IIIe siècles. À 200 m au nord-est un fossé d'un enclos rituel de la Tène finale contient une incinération du Ier siècle. Et à 200 m à l'ouest se trouve un petit enclos de destination incertaine[11].
Trois fosses de l'enclos principal ont livré du mobilier céramique abondant. L'architecture atypique ne donne pas d'indication claire de la destination des bâtiments. J.-M. Séguier penche pour un caractère domestique possible, avec un bâtiment mixte habitation et stockage, et des dépotoirs adjoints. Mais ce bâtiment principal pourrait aussi être un édifice cultuel, avec une des fosses servant d'exutoire pour les offrandes - cette hypothèse étant soutenue par une série abondante de vaisselle métallique et autre mobilier métallique dans deux fosses ; cependant il n'y a pas de vestiges osseux (absence probablement due à de mauvaises conditions de conservation), et l'assemblage de vaisselle ressemble aux mobiliers domestiques contemporains dans la zone de confluence Seine-Yonne[12].
La céramique des trois fosses du site est datée de la seconde moitié du IIIe siècle[13]. Elle inclut des pièces provenant des ateliers d'Argonne (Gaule de l'est ; sigillée)[14], des ateliers de Domecy-sur-Cure et des ateliers de Gueugnon (Gaule du centre ; céramique à parois fines, métallescente). Une amphore provient d'Espagne[15]. Des dérivés de sigillée viennent des ateliers de Jaulges-Villiers-Vineux[16] ainsi qu'une Dragendorff 37 portant un grand ove et la plupart des gobelets à parois fines et revêtement métallescent[17].

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 En cours Rémy Anquetin [18]    

Jumelages

Comme toutes les communes dépendantes de Bray-sur-Seine, la commune de Bazoches-lès-Bray est jumelée à Hemsbach (Allemagne). Les échanges sont fréquents et cordiaux entre ces deux régions d'Europe.

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2016, la commune comptait 326 habitants[Note 6], en augmentation de 0,31 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
258302393257301330292304342
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
361360342310292269266250233
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
234237240208206217189234235
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
246197194223298358340337319
2016 - - - - - - - -
326--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

Économie

  • Exploitations agricoles, carrières, sablières.

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Héracle.

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

  • Nicolas Jacquemin (1736-1819), évêque constitutionnel de Guyane, y fut prêtre catholique romain à la fin de sa vie.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

  • Balloy sur le site de la CC Bassée-Montois

Notes et références

Notes

  1. 1 annulation en 2001.
  2. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  5. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le Conduit (F2402000) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Dérivation de Bray à la Tombe (F2--3202) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Dérivation de Bray à la Tombe (F2405501) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de la Dérivation de Bray à la Tombe (F2405001) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 des Communes (F2--2902) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de Châtelet} (F2419000) »
  8. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 25 novembre 2018
  9. Annuaire des communes françaises
  10. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  11. [Séguier 2007] Jean-Marc Séguier, « La céramique de trois contextes de la seconde moitié du IIIe siècle de l'établissement antique du Bois de Roselle à Balloy (Seine-et-Marne) », Dioecesis Galliarum « document de travail no 7 »,‎ , p. 35-48 (lire en ligne [sur academia.edu]), p. 35.
  12. Séguier 2007, p. 36.
  13. Séguier 2007, p. 46.
  14. Séguier 2007, p. 37.
  15. Séguier 2007, p. 38.
  16. Séguier 2007, p. 40.
  17. Séguier 2007, p. 41.
  18. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en février 2019).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.