Touquin

Touquin
Touquin
La mairie.
Blason de Touquin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Canton Coulommiers
Intercommunalité CA Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Sophie Chevrinais
2014-2020
Code postal 77131
Code commune 77469
Démographie
Population
municipale
1 209 hab. (2016 en augmentation de 10,61 % par rapport à 2011)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 09″ nord, 3° 00′ 45″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 131 m
Superficie 11,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Touquin

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Touquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Touquin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Touquin
Liens
Site web www.touquin.fr

Touquin (prononcé [u.ˈkɛ̃]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Touquinois.

Géographie

Localisation

Touquin est un village rural de la Brie situé à 50 km à l'est de Paris, entre Coulommiers et Rozay-en-Brie, sur la RD 231 qui relie Lagny à Provins

Communes limitrophes

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 70 lieux-dits administratifs répertoriés[1].

Les hameaux les plus importants sont[2] : Berneray, Courmereau, Grand-Fontaine, Le Buisson, Le Tau, Lureau, Villarceaux.

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de six cours d'eau référencés :

  • la rivière l’Yerres, longue de 97,4 km[3], affluent en rive droite de la Seine, prend sa source à proximité au nord et traverse la commune, ainsi que :
    • un bras de 0,5 km[4] ;
    • le fossé 01 de la Commonnerie ou ru de la Poix, 5,5 km [5], qui conflue avec l’Yerres.
    • le ru de l'Étang de Beuvron, long de 10,4 km[6], affluent de l’Yerres ;
      • le fossé 01 du Griay de la Couture, long de 1,3 km[7], et ;
      • le ru des Français, long de 7,1 km[8], confluent avec le ru de l'Étang de Beuvron.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 10,61 km[9].

Voies de communication et transports

On accède à la commune par l'autoroute A4, sortie no 13 en direction de Provins.

Elle est desservie par la ligne d'autocars No 50 (ProvinsChessy) du réseau de bus Seine-et-Marne Express.

Occupation des sols simplifiée

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 90,3 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 5,68 % d'espaces ouverts artificialisés et 4,02 % d'espaces construits artificialisés[10]

Toponymie

  • Formes anciennes : Tulquinum (vers 1107) ; Toquinum (1216) ; Tuquinum (1218) ; Thosquin (vers 1222) ; Tosquinum (1222) ; Parrochia de Tousquino (1250) ; Touquins (1252) ; Tooquin (1265) ; Toquinum versus Rosetum in Bria (1269) ; Toquin (1339) ; Touquenum (1353) ; Tourquin (1535)[11].
  • Le nom de ce village signifie « réserve de bois entre des défrichements ». Le Touquet-Paris-Plage dans le département du Pas-de-Calais a la même origine[2].

Histoire

De l’Antiquité au Moyen Âge

De nombreux vestiges gallo-romains ont été retrouvés sur la commune[12], notamment à Villarceaux. « Des travaux exécutés dans la cour de l'école au mois d'août 1965 ont mis au jour un sarcophage de calcaire en deux parties, d'époque mérovingienne, contenant un petit couteau, deux anneaux de fer, un petit disque de bronze orné d'un masque humain grimaçant, à la bouche entrouverte, au front ceint d'un diadème à pointes dont les cheveux tombants se relèvent de chaque côté en trois boucles superposées. (...) Une sépulture gallo-romaine, relevée aussi par M. Garnier, gisait sous ce sarcophage[13] ».

Les premiers documents sur Touquin remontent à 1107. À cette époque le territoire appartient au prieur de La Celle-en-Brie[14].

Touquin a été jusqu'en 1285 située dans une « marche séparante ».

Du château, ruiné par la guerre de Cent Ans et démoli en 1775, il ne reste que le parc et une vieille tour, ancien moulin à vent.

Du Moyen Âge à la Révolution

Depuis le règne de Louis XII en 1504, le 14 octobre de chaque année une foire très importante avait lieu. Une halle s'élevait au milieu du village. Elle fut abandonnée et démontée en 1887[14].

Touquin a été un fief protestant au XVIe siècle[14]. Sur le blason de la commune une colombe fait référence à la période protestante[14].

Circonscriptions d'Ancien Régime

En 1789, Touquin faisait partie de l'élection de Rozay et de la généralité de Paris, et suivait la coutume de Melun[11].

Époque contemporaine

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune était intégrée depuis 1926 à l'arrondissement de Provins du département de Seine-et-Marne.

Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Meaux[15].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Rozay-en-Brie[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Coulommiers.

Intercommunalité

La commune avait adhéré à la communauté de communes Avenir et développement du secteur des Trois Rivières, créée fin 1993.

Celle-ci fusionne le avec la communauté de communes de la Brie des Templiers pour former la communauté de communes du Pays de Coulommiers, intercommunalité qui s'étend en 2017 en fusionnant avec la communauté de communes de la Brie des moulins.

Elle envisage dès sa constitution en 2017 de fusionner sous le statut de communauté d'agglomération avec la communauté de communes du Pays fertois afin d'augmenter leurs ressources en bénéficiant au titre du nouveau statut de dotations plus élevées de l'État, tout en ayant une possibilité de négociation plus équilibrée avec Val d'Europe Agglomération et la communauté d'agglomération du pays de Meaux[17],[18].

C'est ainsi qu'est créée le la communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie (CACPB) le [19], regroupant 43 communes, dont Touquin, pour une population de 75 000 habitants.

Liste des maires

Liste des maires successifs[20]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 2001[21] mars 2008 Thierry Vogt   Enseignant puis chef d'entreprise
mars 2008 mai 2009[22] Jean-Claude Fuzier   Démissionnaire
juillet 2009 En cours
(au 14 avril 2014)
Sophie Chevrinais[23] DVD Formatrice, cheffe de projet
Vice-présidente de la CC du Pays de Coulommiers (2013[24] → 2017)
Vice-présidente de la CA Coulommiers Pays de Brie (2018 → )
Réélue pour le mandat 2014-2020
[25]

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[26]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[27].

En 2016, la commune comptait 1 209 habitants[Note 1], en augmentation de 10,61 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
677798838522850868874856880
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
819845870779771737676685699
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
691700680522514553562555514
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5005055927798729501 0701 0951 200
2016 - - - - - - - -
1 209--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

La commune dépend de l'académie de Créteil. Pour le calendrier des vacances scolaires, Touquin est en zone C.

Touquin dispose en 2018 :

Autres services publics

La commune dispose d'un bureau de poste, rouvert en 2018 après rénovation[31] ainsi que d'un centre de première intervention des pompiers (CPIA)[2].

Économie

Le village compte en 2017 une boulangerie[32], une épicerie[33] et un café-tabac-presse, ainsi qu'un cabinet d'infirmières[2].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

On peut noter :

  • Le Château de Malvoisine[2] ;
  • Mairie, construite à l'emplacement de la ferme du château et achevée en 1887[2].
  • Lavoirs. Celui de la route du Tau a été réhabilité en 2017 avec l'aide de la Fondation du Patrimoine. Celle du second, situé rue Fontaine-la-Reine, devrait suivre[34].
  • L'église, en grès et meulière, date du XIIe ou XIIIe siècle, et est sous le vocable de saint Étienne. À l'intérieur on peut voir un fauteuil d'époque Empire, classé Monuments Historiques[35].
Dans une châsse est conservée une relique : un humérus de sainte Restitute[2]. On rend un culte particulier à cette sainte dans la commune d'Arcy-Sainte-Restitue dans le département de l'Aisne. Suivant la légende elle y aurait fait jaillir une fontaine et ressuscité un enfant mort.

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason Touquin.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
d’azur au sautoir d’or cantonné, en chef, d’une colombe fondante d’argent et aux flancs et en pointe d’un boulet du même.

Le blason, créé en 1996, comporte une colombe, qui fait référence à la période protestante, une croix symbolise le moulin à vent et les trois besants évoquent les pierres du martyr de Saint Étienne, patron de la paroisse[14].

Voir aussi

Bibliographie

  • Patrick Georges.Touquin : Histoire générale . Archives départementales de Seine-et-Marne. Réf.100 J 1042

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. Site territoires-fr.fr consulté le 11 mai 2018
  2. a b c d e f et g Site de Touquin, consulté le .
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Yerres (F4--0210) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de l'Yerres (F4705001) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 de la Commonnerie (F4703500) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de l'Étang de Beuvron (F4705000) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Griay de la Couture (F4705500) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Francais (F4705700) »
  9. 77469 Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 19 février 2019
  10. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  11. a et b Dictionnaire topographique de la France, page 531
  12. David Leduc, « De l’archéologie à Touquin pour les Journées du Patrimoine : La société archéologique de Touquin organise ce week-end dans le cadre des journées du patrimoine des visites sur un site archéologique gallo-romain », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018) « Contrairement à ce que l’on peut entendre parfois, ce n’est pas le Pompéi de la Brie, plaisante Fabrice Rigault, responsable scientifique de l’association. Pour autant, il s’agit de vestiges parfaitement conservés, de l’Antiquité tardive. Ils datent du IVe siècle ».
  13. Michel Fleury, « Région parisienne », Gallia, t. 25, no 2,‎ , p. 205-223 (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018).
  14. a b c d et e « Touquin » [PDF], L'histoire de nos villages, sur http://www.valmagazine.com (consulté le 1er septembre 2018).
  15. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Sébastien Roselé, « Pays de Coulommiers. Franck Riester veut fusionner avec le Pays fertois », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (www.leparisien.fr/coulommiers-77120/pays-de-coulommiers-franck-riester-veut-fusionner-avec-le-pays-fertois-28-03-2017-6803919.php, consulté le 6 décembre 2017).
  18. « La Ferté-sous-Jouarre : le Pays fertois dit « oui » au Pays de Coulommiers », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (www.leparisien.fr/la-ferte-sous-jouarre-77260/la-ferte-sous-jouarre-le-pays-fertois-dit-oui-au-pays-de-coulommiers-04-04-2017-6823560.php, consulté le 6 décembre 2017).
  19. Sébastien Roselé, « Pays de Coulommiers et Pays fertois ne feront qu’un au 1er janvier 2018 : La préfecture a donné son accord. Les communautés de communes de Coulommiers et de La Ferté-sous-Jouarre fusionneront le  », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 décembre 2017).
  20. « Les maires de Touquin », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 1er septembre 2018).
  21. « Nouveaux maires à Pomponne et Touquin », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018).
  22. « Le maire démissionne », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne) « Elle est le dénouement de discordes qui couvent au conseil municipal depuis, quasiment, les élections de mars 2008 ».
  23. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en octobre 2019).
  24. Gaël Arcuset, « Coulommiers : la nouvelle intercommunalité est née : A peine créée, la communauté de communes du Pays de Coulommiers se met en place. Voici les premiers éléments… », Le Pays Briard,‎ (lire en ligne).
  25. « Conseil municipal du 28 mars 2014 » [PDF], sur http://www.touquin.fr (consulté le 9 juillet 2016).
  26. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  27. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  29. Site du Ministère de l‘Éducation Nationale (école maternelle)
  30. Site du Ministère de l‘Éducation Nationale (école élémentaire)
  31. « La réouverture tant attendue du bureau de poste », Infos Touquin, no 76,‎ , p. 7 (lire en ligne [PDF], consulté le 1er septembre 2018).
  32. David Leduc, « Touquin. Nicolas Masson a repris la boulangerie artisanale : Nicolas Masson a repris la boulangerie du village de Touquin il y a plusieurs mois. Le Pays Briard est allé à la rencontre de ce nouvel artisan plein d'ambitions », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018).
  33. « La reprise de l’épicerie rendue en partie possible par un prêt d’honneur : Le repreneur de l'épicerie de Touquin a bénéficié d'un prêt d'honneur, en partie financé par le Pays de Coulommiers, pour diriger le commerce de Touquin », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2018).
  34. « La restauration du lavoir – route du TAU », Infos Touquin, no 76,‎ , p. 4 (lire en ligne [PDF], consulté le 1er septembre 2018).
  35. « Fauteuil », notice no PM77001736, base Palissy, ministère français de la Culture