Montmachoux

Montmachoux
Montmachoux
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montereau
Maire
Mandat
Patrick Jacques
2014-2020
Code postal 77940
Code commune 77313
Démographie
Gentilé Michaomontois
Population
municipale
241 hab. (2016 en augmentation de 3,43 % par rapport à 2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 10″ nord, 2° 59′ 38″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 155 m
Superficie 4,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Montmachoux

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Montmachoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montmachoux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montmachoux
Liens
Site web http://www.montmachoux.fr/

Montmachoux est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Michaomontois[1].

Géographie

Localisation

Ambiance de la commune. Au fond, l'église.

Montmachoux se situe au sud/est de la Seine et Marne, à la limite des régions Île-de-France, Bourgogne (département de l'Yonne) et Centre-Val de Loire (département du Loiret) et à 8,5 km au sud de Montereau-Fault-Yonne.

En transports en commun, le village est accessible par le car SIYONNE depuis la gare de Montereau.

L’habitat est regroupé en un bourg au bâti de qualité, au milieu d’un territoire agricole de 440 hectares.

Montmachoux possédait, dans le passé, un grand vignoble, qui a laissé sa trace dans les lieux-dits locaux.

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Montmachoux
Esmans La Brosse-Montceaux
Montmachoux
Thoury-Férottes Voulx Diant

Hydrographie

La commune n’est traversée par aucun cours d'eau.

Toponymie

Le nom de la localité est mentionné sous les formes de Monte Michao au IXe siècle[2],[3] ; Monte Macho vers 1136[4] ; Montmachioth et Mons Mascoth vers 1150[5] ; Ad Montem Machoi en 1172[6] ; Montmacho en 1173[7] ; Mons Machon en 1174[8] ; Monmachet vers 1222 (Livre des vassaux)[9] ; Monmacho au XIIIe siècle[10] ; Montmachou en 1281[11] ; Montmacho en 1356[12].

La commune doit son nom à son origine latine : « Monte Michao » (Mont Saint Michel ou Mont Michel).[13].

Histoire

Au IXe siècle, Montmachoux est une dépendance de la seigneurie d'Esmans.

La chapelle est desservie par le curé d'Esmans jusqu'en 1662, date à laquelle les habitants de Montmachoux obtiennent qu'un curé demeure en permanence au village, même s'ils continuent de solliciter l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, dont dépend la seigneurie d'Esmans, pour supporter les dépenses de réparation de l'église.

Seconde Guerre mondiale

En juin 1940, lors de la bataille de France le 8e régiment de tirailleurs sénégalais se dispose en réserve à Montmachoux. Un premier poste garde l'entrée sur la route d'Esmans et un second se trouve au chemin des vignes. Les Allemands attaquent au canon le et s'emparent du village. On dénombre au moins 6 morts parmi les tirailleurs ; 3 d'entre eux seront inhumés  dans le cimetière de la commune[14].

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune se trouve dans le département de Seine-et-Marne.

Lors de sa création par la Révolution française, elle était rattachée à l'arrondissement de Fontainebleau, puis en 1926 à celui de Melun, et à nouveau, en 1988, à celui de Fontainebleau[15]. Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Provins[16].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Lorrez-le-Bocage-Préaux[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nemours.

Intercommunalité

La commune a adhéré en 2012 à la petite communauté de communes du Bocage Gâtinais.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), cette intercommunalité éclate, et certaines de ses communes, dont Biennes, sont rattachées le à la communauté de communes des Deux Fleuves (CC2F)[17], qui prend, lors de cette extension, la dénomination de communauté de communes du Pays de Montereau, dont est membre la commune.

Liste des maires

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1904 Gustave Charrier   Rentier
1904 1908 François Arthur Maitrat   Propriétaire
1908 1912 Gaston Jules Bordier   Cultivateur
1912 1919 Albert Pierre   Cultivateur
1919 après 1937 Gustave Bordier   Cultivateur
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1977 Marius Bordier    
mars 1977 mars 2001[19] Bernard Piesse   Agriculteur
mars 2001 mars 2008 André Tate   Commerçant
mars 2008 mars 2014[20] Jacques Rousseau   Ancien cadre dirigeant d'une PME
mars 2014[21] ,[22] En cours
(au 18 juin 2018)
Patrick Jacques    

Politique de développement durable

La commune a installé tardivement son réseau assainissement collectif en 1999, tout en remettant en état le réseau d'eau potable. Le remboursement des emprunts amène à un coût de l'eau potable parmi les plus élevés de France en 2014[19]

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[24].

En 2016, la commune comptait 241 habitants[Note 1], en augmentation de 3,43 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
238267253298298325307314342
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
317315312277278258269268278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
280264228179193179177185171
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
179164147158167220230231235
2016 - - - - - - - -
241--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement


Économie

  • Exploitations agricoles, dont un élevage d'autruches créé en 1987[26].

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Martin.

Lieux et monuments

  • L'église Saint-Martin, XIe siècle inscrite au titre des monuments historiques en 1926[27],[28]
  • Dans le cimetière, jouxtant l'église, et devant le monument aux morts se trouve un carré militaire de trois tombes de tirailleurs sénégalais tombés au début de la Seconde Guerre mondiale en défendant la commune.
  • Également dans le cimetière, trois croix en ferronnerie du XIXe siècle, sur les tombes de Jérôme Venet, Placide Nonat et Emmerencienne Cousin, classée monuments historiques[29].
  • Croix de chemin, au carrefour des Noues[30].
  • Croix de Saint-Constant[31].
  • Le « sentier des croix », boucle pédestre de 7 km. inaugurée en 2013, dont l'origine se trouve au parvis de l'église[32].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune

  • Marceau Pivert, instituteur, syndicaliste, et militant socialiste français, est né à Montmachoux le . Il est mort le [33].
  • Le Père Piat, curé de Montmachoux, oblat, tué par la Gestapo le 24 juillet 1944 à La Brosse-Montceaux[réf. nécessaire].

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. www.habitants.fr
  2. Polyptyque d'Irminon
  3. Toponymie générale de la France. Étymologie de 35.000 noms de lieux, Ernest Nègre, 1991.
  4. Chartes Preuilly, p. 12.
  5. Chartes Preuilly, pp. 28 et 29.
  6. Dom Marrier, p. 305.
  7. Dom Marrier, p. 307.
  8. Dom Bouillart, n° LXII.
  9. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 384.
  10. Longnon, I, 220.
  11. Boutaric, Parlement, I, 369.
  12. Archives nationales, S 2965, n° 2.
  13. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne, (ISBN 2402033592).
  14. 39-45 en Seine-et-Marne : des lieux, des hommes.., Département de Seine-et-Marne, direction des Archives départementales, 71 p., pdf, « Les combats de Montmachoux et de Château-Landon », p. 10.
  15. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  17. « La CC2F s’agrandit : La communauté de communes du Bocage Gâtinais est vouée à disparaître. Sur les 8 communes qui la composent, 6 vont rejoindre la CC2F au prochain », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2018).
  18. « Montmachoux », Société d’Histoire, d’Archéologie, de Généalogie et d’Echange - SHAGE 77 (consulté le 5 septembre 2018).
  19. a et b « Seine-et-Marne : ici coule l'eau la plus chère de France : A Montmachoux, l'eau potable coûte 9,86 € le m3. Surendettée, la mairie dit ne rien pouvoir faire de plus pour réduire ce tarif astronomique », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2018).
  20. « Jacques Rousseau : « Notre mal-être est une réalité » : Maire de Montmachoux », Le Parisien, édition de Seine-et-Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2018).
  21. « Procès verbal de la réunion du Conseil Municipal du 28 mars 2014 » [PDF], http://www.montmachoux.fr/library/Conseil-2014-03-28, sur http://www.montmachoux.fr/ (consulté le 4 septembre 2018).
  22. Marie Drucker, « Élections municipales : un maire qui ne se représente pas », France Info,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2018).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  26. Sylvain Deleuze, « Montmachoux : déjà 30 ans que Sylvette et son mari élèvent des autruches : Ce couple de pionniers s’est lancé dans cette aventure en avril 1987. Passionnée par ce drôle d’oiseau, Sylvette propose des visites guidées de sa ferme le week-end », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2018).
  27. « L'église Saint-Martin », notice no PA00087135, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Objets mobiliers classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  29. « Trois croix en ferronnerie », notice no PA00087134, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. « Croix », notice no PA00087132, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. « Croix dite de Saint-Constant », notice no PA00087133, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  32. C. R., « Le sentier des croix », Le Petit journal de Montmachoux, no 23,‎ .
  33. Socialistes à Paris 1905-2005