Châtenay-sur-Seine

Châtenay-sur-Seine
Châtenay-sur-Seine
Le village, vue vers le nord-est.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Intercommunalité Communauté de communes de la Bassée - Montois
Maire
Mandat
Stéphanie Banos
2020-2026
Code postal 77126
Code commune 77101
Démographie
Gentilé Châtenaisiens
Population
municipale
1 024 hab. (2017 en augmentation de 6,22 % par rapport à 2012)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 25′ 15″ nord, 3° 06′ 00″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 118 m
Superficie 13,03 km2
Élections
Départementales Canton de Provins
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtenay-sur-Seine
Liens
Site web chatenay-sur-seine.fr

Châtenay-sur-Seine prononciation est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Châtenaisiens.

Géographie

Localisation

Le village est situé à 12 km au nord-est de Montereau-Fault-Yonne[1].

Communes limitrophes

Communes limitrophes de Châtenay-sur-Seine
Montigny-Lencoup Egligny
Courcelles-en-Bassée Châtenay-sur-Seine
La Tombe Balloy
Gravon

Relief et géologie

Le nord-ouest de la commune fait partie de la plaine cultivée du Montois, le sud-est de la plaine alluviale boisée et marécageuse de la Bassée. Elle est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[2].

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de cinq cours d'eau référencés :

  • la Seine, fleuve long de 774,76 km[3] ;
  • la rivière Auxence (ou la Vieille Seine), longue de 34,18 km[4], affluent en rive droite de la Seine ;
    • la Noue d'Auvergne, 3,10 km[5], et ;
    • le ru de Suby, 8,86 km[6], affluents de l’Auxence ;
  • le canal 01 des Gobillons, 0,35 km[7],[Note 1].

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 11,66 km[8].

Voies de communication et transports

La ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau.

La ligne de Flamboin-Gouaix à Montereau réhabilitée en 2011 pour le passage de trains de fret (granulats et éventuellement céréales) passe par Châtenay-sur-Seine. Le bâtiment de la gare, construit en 1848, a été détruit.

Châtenay est desservie par la ligne no 7 du réseau Procars[9].

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 72 lieux-dits administratifs répertoriés[10] dont Chaupry, la Chapelle.

Occupation des sols

En 2018[11], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 54,5 % de terres arables, 19 % d’eaux continentales[Note 3], 14,8 % de forêts, 6,4 % de zones urbanisées, 4,3 % de mines, décharges et chantiers, 0,8 % de milieux à végétation arbusive et/ou herbacée[Note 4] et < 0,5 % de prairies[8],[12].

Logement

En 2016, le nombre total de logements dans la commune était de 441 dont 99,3 % de maisons et 0,7 % d’appartements.

Parmi ces logements, 88,9 % étaient des résidences principales, 3,4 % des résidences secondaires et 7,7 % des logements vacants[Note 5].

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 88 % contre 9,9 % de locataires et 2 % logés gratuitement [13].

Toponymie

Le nom de la localité est mentionné sous les formes Cathiniacum en 1157[14] ;Chatenai vers 12017[15] ; Chastenai en 12497[16] ; Castanetum et Casteneyum vers 1350[17] ; Chatenay en 13857[18] ; Kateno en Brie en 14657[19] ; Chastenay sur Seyne en 15877[17] ; Castenet en 1648 7[20] ; Châtenay en l'an IX[17].

Plusieurs explications sur les origines du nom du village sont données dans les ouvrages spécialisés :

  • Pour certains, Chatenay doit son nom à un castrum, fortifications aujourd'hui disparues[21].
  • D'autres font référence à une châtaigneraie, castanea[22].

Histoire

Préhistoire

Les sites des Graviers et des Sécherons ont révélé des fossés[23] et des vestiges de bâtiments circulaires de l'époque de la civilisation de Hallstatt (Ier millénaire av. J.-C.)[24].

Antiquité

En 263, un gallo-romain enterre un trésor de plus de 2 000 pièces à proximité d'une villa. Le trésor est découvert en 1963[25].

Politique et administration

La mairie.

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1831 1834 Edmé Lapotie    
1834 1846 Jean Boucard    
1846 1870 Jean-Claude Siméon    
1870 1880 Gualbert Pare    
1880 1884 Louis Lhermey    
1884 1884 Auguste Picard    
1884 1912 Étienne Macquin    
1912 1919 Désiré Guyard    
1919 1925 Adrien Bergeron    
1925 1935 Léon Macquin    
1935 1947 Maxime Bonnard    
1947 1953 Léopold Hautin    
1953 1965 Charles Simon    
1965 1983 Marcel Guerard    
1983 1989 Robert Brissot    
1989 2001 Anthony Weber    
2001 2008 Daniel Lanneau   Agriculteur
2008 2014 René Delaune   Maçon retraité
2014 2017 Jean-Yves Bigot   Retraité métallurgie
2017 2020 Jean-Claude Lamarque    
2020 en cours Stéphanie Banos[26]   Responsable RH/Paies

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[28].

En 2017, la commune comptait 1 024 habitants[Note 6], en augmentation de 6,22 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
552651612642610647624647695
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
680743736687705708687701680
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666623621535502509522534522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5175265067118389508959551 020
2017 - - - - - - - -
1 024--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

Économie

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Étienne.

Lieux et monuments

  • « Camp néolithique de Maran », Groupe de Cerny
  • « Necropole néolithique des Gobillons », Groupe de Cerny dont on peut retrouver des objets au musée de la préhistoire d'île de France à Nemours
  • L'église Saint-Étienne, XIIIe et XVIIIe siècles[31].

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes


Notes et références

Notes

  1. Nature en attente de mise à jour.
  2. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Pelouses, pâturages naturels, landes et broussailles, végétation sclérophylle, forêt et végétation arbustive en mutation.
  5. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. « Localisation de Châtenay-sur-Seine, » sur Géoportail (consulté le 20 avril 2020).
  2. « Plan séisme consulté le 20 avril 2020 »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Seine (----0010) » (consulté le 20 avril 2020)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - L’Auxence (F24-0400) » (consulté le 20 avril 2020)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Noue d'Auvergne (F2425000) » (consulté le 20 avril 2020)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Suby (F2424000) » (consulté le 20 avril 2020)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 des Gobillons (F2427002) » (consulté le 20 avril 2020)
  8. a et b Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 19 août 2018
  9. Les horaires de Procars
  10. Site territoires-fr.fr consulté le 20 février 2020 sous le code commune 77101.
  11. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  12. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  13. Statistiques officielles de l‘INSEE, consulté en avril 2020
  14. Quantin, II, 87.
  15. Longnon, I, p. 101.
  16. Rôles des fiefs, 113.
  17. a b et c Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 114.
  18. Archives nationales, P 131, fol. 54.
  19. Mém. de Haynin, I, p. 89.
  20. Pouillé d'Alliot.
  21. Guide du voyageur en France
  22. Noms de lieux d'Île de France
  23. [Jalmain 1970] Daniel Jalmain, Archéologie aérienne en Ile-de-France, Beauce, Brie, Champagne, éd. Technip, , 171 p., sur books.google.fr (lire en ligne), p. 58.
  24. [Collectif, 1984] Éléments de pré- et protohistoire européenne - Hommages à Jacques-Pierre Millotte, Paris, Annales littéraires de l'Université de Besançon, , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 655.
  25. [Giard 1963] Jean-Baptiste Giard, « Le trésor de Châtenay-sur-Seine », Revue Numismatique, no 5,‎ , p. 153-158 (lire en ligne [sur persee]).
  26. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en août 2018).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  31. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture