Crèvecœur-en-Brie

Crèvecœur-en-Brie
Crèvecœur-en-Brie
La mairie.
Blason de Crèvecœur-en-Brie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Fontenay-Trésigny
Intercommunalité Communauté de communes Val Briard
Maire
Mandat
Marc Cuypers
2014-2020
Code postal 77610
Code commune 77144
Démographie
Gentilé Crépicordiens
Population
municipale
394 hab. (2016 en augmentation de 30,03 % par rapport à 2011)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 45′ 14″ nord, 2° 54′ 28″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 122 m
Superficie 9,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Crèvecœur-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Crèvecœur-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crèvecœur-en-Brie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crèvecœur-en-Brie
Liens
Site web crevecoeur-en-brie.fr

Crèvecœur-en-Brie est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Crépicordiens.

Géographie

Localisation

La commune est située à environ 11,6 kilomètres à l’est de Tournan-en-Brie[1].

Communes limitrophes

Rose des vents Mortcerf Rose des vents
La Houssaye-en-Brie N
O    Crèvecœur-en-Brie    E
S
Marles-en-Brie Lumigny-Nesles-Ormeaux

La commune de Hautefeuille est quasiment limitrophe à l'est.

Lieux-dits et écarts

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 4,47 km[5].

Toponymie

Longtemps été connu son le nom de Ville Ramée, du fait de sa position à la lisière de la forêt de Crécy.

Le nom de Crèvecœur est cité dès 1175 dans les rôles des fiefs du comté de Champagne et de Brie.

Crèvecœur dérive du latin « cors » qui signifie cœur, et « crepo » qui signifie craquer, retentir.

  • Au Moyen Âge, un crève-cœur est une terre pénible à labourer, car lourde et difficile à drainer ; de plus, la perte de la récolte après une pluie abondante sur un terrain argileux est fréquente. Les terres de Crèvecœur étaient marécageuses au Moyen Âge - les noms des lieux-dits « l’Étang » et « Courtesoupe » en attestent - et jusqu'au XiXe siècle réservées à la prairie et à l'élevage[6].

Histoire

Jean de Crèvecœur, seigneur normand, dont le fief est à Crèvecœur-en-Auge, part conquérir l'Angleterre avec Guillaume le Conquérant et contribue à la victoire d'Hastings en 1066 ; il est cité sur la célèbre tapisserie de Bayeux ; les seigneurs de Crèvecœur (en Auge) sont connus comme de grands soldats et comme architectes en fortifications auprès du roi et des grands vassaux. Il s'agirait alors d'un château fort "à la façon Crèvecœur".

Le 30 septembre 1387, Jean 1er de Grencières devint châtelain de Crèvecœur-en-Brie.

En 1532, le collège de Maître Gervais à Paris y avait une propriété.

Politique et administration

Situation administrative

Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Fontenay-Trésigny est devenu le chef-lieu du canton de Fontenay-Trésigny[7] qui regroupe 33 communes et 49 804 habitants[8]. Le canton de Fontenay-Trésigny comprend les communes suivantes : Bernay-Vilbert, La Chapelle-Iger, Les Chapelles-Bourbon, Châtres, Chaumes-en-Brie, Coubert, Courpalay, Courquetaine, Crèvecœur-en-Brie, Dammartin-sur-Tigeaux, Évry-Grégy-sur-Yerre, Faremoutiers, Fontenay-Trésigny, Grisy-Suisnes, Guérard, La Houssaye-en-Brie, Limoges-Fourches, Lissy, Liverdy-en-Brie, Lumigny-Nesles-Ormeaux, Marles-en-Brie, Mortcerf, Neufmoutiers-en-Brie, Ozouer-le-Voulgis, Pécy, Le Plessis-Feu-Aussoux, Pommeuse, Presles-en-Brie, Rozay-en-Brie, Soignolles-en-Brie, Solers, Vaudoy-en-Brie, Voinsles. Le redécoupage a pris effet en mars 2015, lors du renouvellement général des assemblées départementales.

Le canton de Fontenay-Trésigny se situe dans le département de Seine-et-Marne qui a pour commune chef-lieu la ville de Melun. Le canton de Fontenay-Trésigny est composé de communes appartenant aux arrondissements de Provins (17 communes), Melun (13 communes) et Meaux (3 communes). La commune des Chapelles-Bourbon appartient à l'arrondissement de Provins, le plus étendu mais le second moins peuplé et le moins dense du département. Cet arrondissement de 9 ancien cantons et 165 communes comptait 161 849 habitants en 2012[9].

La commune de Crèvecœur-en-Brie appartenait jusqu'alors au canton de Rozay-en-Brie, qui comprenait 22 communes et comptait 25 985 habitants en 2012[10]. Fontenay-Trésigny était la commune la plus peuplée du canton, loin devant Rozay-en-Brie qui compte près de la moitié de sa population. Le canton de Rozay-en-Brie faisait partie de l’arrondissement de Provins. De la Révolution à 1926, La commune de Crèvecœur-en-Brie et le canton de Rozay-en-Brie appartenaient à l'arrondissement de Coulommiers, puis de 1926 à 2005 à l'arrondissement de Melun avant de passer à l'arrondissement de Provins en 2006[11].

Tendances politiques et résultats

Aspect du château de Crèvecœur.

Longtemps marquée par les rapports sociaux découlant de la propriété foncière, la Seine-et-Marne est, de manière générale, un département de tradition plutôt conservatrice, même si elle a été rapidement, sous la Troisième République, gagnée aux idées républicaines. Cette tradition conservatrice se manifeste notamment dans les arrondissements ruraux de Seine-et-Marne, où sont régulièrement élus des candidats issus des partis de droite.

Lors des élections départementales de 2015, Jean-Jacques Barbaux (maire de Neufmoutiers-en-Brie et conseiller général sortant du canton de Rozay-en-Brie) et Daisy Luczak (maire de Courquetaine), binôme UMP, ont été élus conseillers départementaux au second tour pour le canton de Fontenay-Trésigny[12]. Jean-Jacques Barbaux a été ensuite élu président du conseil départemental de Seine-et-Marne[13].

Liste des maires

Depuis 1947, quatre maires se sont succédé à Crèvecœur-en-Brie :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1947 mars 1983 Etienne Hanquiez    
mars 1983 mars 2008 Annick Cambianica   Secrétaire
mars 2008 mars 2014 Paul Billon   Retraité SNCF
mars 2014 En cours Marc Cuypers   Exploitant agricole

La mairie-école fut construite durant la Troisième République à la suite des lois Jules Ferry, composée d’une salle de classe, de la mairie et du logement de l’instituteur au 1er étage[14].

Instances judiciaires et administratives

La commune relève du tribunal d'instance de Meaux, du tribunal de grande instance de Meaux, de la cour d'assises de Melun, de la cour d'appel de Paris, du tribunal pour enfants de Meaux, du conseil de prud'hommes de Meaux, du tribunal de commerce de Meaux, du tribunal administratif de Melun et de la cour administrative d'appel de Paris[15].

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2016, la commune comptait 394 habitants[Note 1], en augmentation de 30,03 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
173185191201201232230171156
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
14816114710110610399102108
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
127121129119125159143160130
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
162145235266268299313299390
2016 - - - - - - - -
394--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Évènements

Économie

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Jean-Baptiste.
La ferme de Beauregard.

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Héraldique

Blason de Crèvecœur-en-Brie Blason Écartelé: au 1er de gueules à la chasuble d'argent chargée d'une croix latine du champ, au 2e d'argent à quatre fasces de sable, au cœur d'argent brochant, au 3e de gueules à l'épée haute d'or chargée en chef d'un fléau de balance du même brochant, au 4e de sable à la croix latine alésée d'argent, soutenue d'un fer à cheval renversé du même clouté du champ, au cœur de gueules chargé d'un besant d'argent brochant sur ladite croix; à la croix d'azur chargée de cinq fleurs de lis d'or brochant sur la partition[20].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Origine

Ce blason a été créé et offert à la commune en 1989 par monsieur Jean-Claude Molinier qui était gendarme en poste à la brigade de gendarmerie de Mortcerf.

Voir aussi

Bibliographie

Histoire
  • Christian de Bartillat, Au Village de Brie, Presses du Village, 1984, 352 p.
  • Frédéric-Auguste Denis, Lectures sur l'histoire de l'agriculture en Seine-et-Marne, Presses du Village, 1982, 376 p.
  • André Laurent, La Seine-et-Marne autrefois, Éditions Horvath, 1982, 192 p. (ISBN 2-7171-0238-8)
  • René-Charles Plancke, La vie rurale en Seine-et-Marne 1853-1953, Éditions Amatteis, 1982, 256 p.
  • René-Charles Plancke, Histoire de Seine-et-Marne vie paysanne, Éditions Amatteis, 1986, 432 p.
Patrimoine architectural
  • Collectif d’historiens, Le patrimoine des communes de Seine-et-Marne, deux tomes (1 508 pages), Flohic Éditions, 2001, 1 508 p. (ISBN 2-84234-100-7)

Articles connexes

Liens externes

  • Site de la mairie

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. « Localisation de Crèvecœur-en-Brie » sur Géoportail (consulté le 8 septembre 2018).
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Bréon (F4750600) »
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Certeau (F4752000) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Clos Brilland (F4751000) »
  5. Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 14 décembre 2018
  6. Histoire de Crèvecœur sur le site de la mairie.
  7. « Décret no 2014-186 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de Seine-et-Marne », sur http://www.legifrance.gouv.fr, (consulté le 31 décembre 2014).
  8. « Les populations légales 2012 des nouveaux cantons en vigueur à compter du 1er janvier 2015 », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  9. « Populations légales 2012 des arrondissements du département », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  10. « Populations légales 2012 des cantons du département », sur http://www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  11. « Arrêté no 05 – 2408 portant modification des limites d’arrondissement dans le département de Seine et Marne », sur http://www.idf.territorial.gouv.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  12. « Elections départementales 2015 SEINE ET MARNE (77) - canton de Fontenay-Trésigny (08) », sur http://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2015/077/07708.html, (consulté le 4 avril 2015).
  13. « SEINE-ET-MARNE • Jean-Jacques Barbaux, président du Conseil départemental », sur http://www.lepaysbriard.fr, (consulté le 4 avril 2015).
  14. Commune de Crèvecœur-en-Brie sur le site de la Société d’Histoire, d’Art, de Généalogie et d’Echange.
  15. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur Le site du ministère de la Justice et des Libertés (consulté le 14 août 2015).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  20. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=8707