Noisy-Rudignon

Noisy-Rudignon
Noisy-Rudignon
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Provins
Canton Nemours
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montereau
Maire
Mandat
Gilles Zeigneur
2014-2020
Code postal 77940
Code commune 77338
Démographie
Gentilé Noisy-Rudignonais
Population
municipale
616 hab. (2016 en augmentation de 2,84 % par rapport à 2011)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 10″ nord, 2° 55′ 51″ est
Altitude Min. 55 m
Max. 126 m
Superficie 4,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Noisy-Rudignon

Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne

Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Noisy-Rudignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noisy-Rudignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noisy-Rudignon
Liens
Site web http://www.noisy-rudignon.fr/

Noisy-Rudignon est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Les habitants sont appelés les Noisy-Rudignonais et Noisy-Rudignonaises[1].

Géographie

Localisation

Noisy-Rudignon est à 6,5 km au sud de Montereau-Fault-Yonne.

La commune de Noisy Rudignon est à l'origine formée par le bourg de Noisy-Le-Sec, auquel a été rattaché en 1832 le hameau de Rudignon, qui faisait initialement partie de la commune de Flagy[2].

Communes limitrophes

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose d'un seul ouvrage : l'Aqueduc de la Vanne, qui achemine de l’eau potable vers Paris.

Sa longueur linéaire globale sur la commune est de 2,53 km[3].

Toponymie

Noisy : est mentionné sous les formes Nosiacum en 1164[4] ; Decima de Nusiaco en 1203[5] ; Noysi en 1265[6] ; Nesy en 1586[7] ; Noisy en l'an IX ; Noisy-le-Sec au XIXe siècle[8].
La localité était dénommée nosiacum, terme de bas-latin faisant référence à la grande quantité de noyers présents sur ce territoire[9].

La commune est créée lors de la Révolution française sous le nom de Noisy le Sec en 1793[10]. En 1832, les communes de Noisy-le-Sec et de Flagy ont changé leurs limites territoriales : le hameau de Rudignon a été détaché de Flagy pour être réuni à Noisy-le-Sec. Il faudra attendre le décret du 8 novembre 1910 pour que Noisy-le-Sec prenne le nom de Noisy-Rudignon.

Rudignon : est mentionné sous les formes Ardrignon en 1400[11] ; « La ferme et métairie de Rudignon en la parroisse de Flagy » en 1785[12].
Du nom germanique Ardrignon de hart, « dur » et wim, « ami » ; « ami sûr »[13].

Histoire

Le territoire de Noisy-Rudignon a longtemps appartenu à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. L'église était une succursale de la paroisse de Dormelles[2].

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune se trouve dans le département de Seine-et-Marne.

Lors de sa création par la Révolution française, elle était rattachée à l'arrondissement de Fontainebleau, puis en 1926 à celui de Melun, et à nouveau, en 1988, à celui de Fontainebleau[10]. Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Provins[14].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Lorrez-le-Bocage-Préaux[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nemours.

Intercommunalité

La commune a adhéré en 2012 à la petite communauté de communes du Bocage Gâtinais.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), cette intercommunalité éclate, et certaines de ses communes, dont Biennes, sont rattachées le à la communauté de communes des Deux Fleuves (CC2F)[15], qui prend, lors de cette extension, la dénomination de communauté de communes du Pays de Montereau, dont est membre la commune.

Liste des maires

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1900 1912 Germain Constant Désiré Desmeaux   Cultivateur
1912 1919 Léon Belliot   Cultivateur
1919 1925 Camille Genillier   Cultivateur
1925 1929 Léon Belliot   Propriétaire
1929 1934 Léon Belliot   rentier
1934 1937 Jacques Barbe   Cultivateur
1937 1947 Camille Genillier   Rentier
1947 1953 Gérard Masure    
1953 1965 Marcel Genillier    
1965 1983 André Mereuze    
1983 1989 Gilbert Delbaere   Agriculteur
1989   Serge Gobault    
Les données manquantes sont à compléter.
novembre 2005[16] mars 2014 Philippe Louguet SE  
mars 2014[17] En cours
(au 3 novembre 2016)
Gilles Zeigneur   Fonctionnaire

Politique environnementale

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2016, la commune comptait 616 habitants[Note 1], en augmentation de 2,84 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
167169204201216288327325330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
298303289298293306319302306
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
302274253231213215214222208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
232239244341467460522586620
2016 - - - - - - - -
616--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie

  • Exploitattions agricoles.

Culture locale et patrimoine

L'église Sainte-Barbe.

Lieux et monuments

  • Église romane du XIIe siècle placée sous le vocable de Sainte-Barbe. Elle en renferme une statue de Sainte-Barbe en pierre calcaire peinte, ainsi qu'une statue en pierre de la Vierge à l'enfant du XVIIe siècle, de style Gâtinais[2],[21].
  • Ferme fortifiée avec échauguette, reste d'un ancien château[2].
  • Château de Rudignon[2].
  • Vieux puits communal à l'entrée de Rudignon. Réalisé en 1868, il renferme un mécanisme particulièrement élaboré et bien conservé, recouvert d'un toit à double courbure original. sur les demi-cercles formant la charpente figure l'inscription suivante "Picards frères mécanicien à Montereau"[22].
  • Porche de 1845.
  • Croix de chemins, en particulier Croix-Sainte-Anne, Croix-Sainte-Barbe, Croix Saint-Jacques, Croix Saint-Vincen[2]

Personnalités liées à la commune

  • Joseph Gelineau (1920-2008), prêtre jésuite, compositeur et liturgiste français. Il a été curé des 7 clochers dont fait partie Noisy-Rudignon.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références

  1. http://www.habitants.fr/habitants_noisy-rudignon_77338.html
  2. a b c d e et f « Noisy-Rudignon », 21 communes, sur http://www.paysdemontereau.fr (consulté le 5 septembre 2018).
  3. Site SIGES - Seine-Normandie consulté le 22 août 2018
  4. Annales Gâtinais, XXIII, 1905, p. 94.
  5. Depoin, Saint-Martin-des-Champs, III, p. 214.
  6. Longnon, I, p. 220.
  7. Archives nationales, S 4375.
  8. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 418.
  9. a et b « Noisy-Rudignon », Société d’Histoire, d’Archéologie, de Généalogie et d’Echange - SHAGE 77 (consulté le 5 septembre 2018).
  10. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Archives nationales, KK 35, fol. 64.
  12. Archives nationales de la Seine-et-Marne, H 787.
  13. Paul Bailly, 1989, Toponymie en Seine-et-Marne.
  14. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  15. « La CC2F s’agrandit : La communauté de communes du Bocage Gâtinais est vouée à disparaître. Sur les 8 communes qui la composent, 6 vont rejoindre la CC2F au prochain », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2018).
  16. « Municipales : la liste Louguet dès le premier tour », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2018) « La nouvelle équipe municipale (SE) a été élue dans sa totalité hier soir. La liste de Philippe Louguet (adjoint au maire sortant) sort victorieuse, ses onze membres ayant tous été élus à la majorité absolue. En clair : aucun membre de la liste adverse ne siégera au conseil ».
  17. « Compte rendu sommaire de la séance du conseil municipal du 28 mars 2014 » [PDF], Comptes-rendus, Mairie de Noisy-Rudignon (consulté le 6 septembre 2018).
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. « Église Sainte-Barbe », Observatoire du patrimoine religieux (consulté le 5 septembre 2018).
  22. « Un puits à haute mécanique à Noisy-Rudignon (77) », sur http://www.petit-patrimoine.com (consulté le 5 septembre 2018).