Chevru

Chevru
Chevru
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Meaux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie
Maire
Mandat
Jean-François Masson
2020-2026
Code postal 77320
Code commune 77113
Démographie
Gentilé Chevrotins
Population
municipale
1 105 hab. (2017 en augmentation de 2,03 % par rapport à 2012)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 44′ 00″ nord, 3° 12′ 00″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 165 m
Superficie 13,94 km2
Élections
Départementales Canton de Coulommiers
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Chevru
Géolocalisation sur la carte : Seine-et-Marne
Voir sur la carte topographique de Seine-et-Marne
City locator 14.svg
Chevru
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevru
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevru

Chevru (prononcé [ ʃə.ˈvʁy]) est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Chevrotins.

Géographie

Localisation

Chevru est située dans la Brie, à 13 km au sud-est de Coulommiers et à 11 km au sud-ouest de La Ferté-Gaucher.

Communes limitrophes

Géologie et relief

La commune est classée en zone de sismicité 1, correspondant à une sismicité très faible[1].

L'altitude varie de 121 mètres à 165 mètres pour le point le plus haut , le centre du bourg se situant à environ 146 mètres d'altitude (mairie)[2].

Hydrographie

Le système hydrographique de la commune se compose de trois cours d'eau référencés :

  • le ru de Chevru, long de 7,72 km[3], affluent de l'Aubetin, qui traverse la commune d'est en ouest ;
    • le ru de Faujus, long de 3,72 km[4], affluent du ru de Chevru ;
  • le fossé 01 du Petit Beaufour, long de 2,29 km[5], qui conflue dans le ru de Beaufour.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 10,97 km[6].

Climat

Chevru, comme tout le département, connaît un régime climatique tempéré, de type atlantique.

Voies de communication et transports

Voies de communication

Transports

La commune est desservie par la ligne d’autocars no 10 (Coulommiers - Meilleray) ) du réseau Transdev-IdF[7].

Urbanisme

Lieux-dits, écarts et quartiers

La commune compte 100 lieux-dits administratifs[Note 1] répertoriés[8] dont Le Trembloy, Larrue, le Perthuis, Faujus.

Occupation des sols

En 2018[9], le territoire de la commune se répartit[Note 2] en 81,5 % de terres arables, 10,4 % de forêts, 4,5 % de zones urbanisées et 3,5 % de zones agricoles hétérogènes[Note 3],[6],[10].

Logement

En 2017, le nombre total de logements dans la commune était de 405 dont 96,5 % de maisons et 3,3 % d'appartements[Note 4].

Parmi ces logements, 91,3 % étaient des résidences principales, 5,4 % des résidences secondaires et 3,2 % des logements vacants.

La part des ménages fiscaux propriétaires de leur résidence principale s'élevait à 87,2 % contre 12 % de locataires et 0,8 % logés gratuitement [11].

Toponymie

Le nom de la localité est mentionné sous les formes H. de Cebrus vers 1092[12] ; Chevreu en 1135[13] ; Villa de Chevrous en 1203[14],[15] ; Vivarium de Cheveru en 1212[16],[15] ; Chevru en 1217[14] ; Chevreu vers 1222[17] ; Chevrucum en 1247[18] ; Parrochia de Cheuvroto en 1327[19] ; [Le fief de] Chevru les Coulommiers en 1461[20],[15] ; Chevreu en Brye en 1548[21] ; Chevreulx en 1607[22],[23].

Son étymologie provient de l'agglutination des mots latins caput et rivus qui signifie : à la « source de la rivière »[24].

Histoire

La seigneurie de Chevru appartient successivement aux chevaliers du Temple puis à ceux de Malte[25].

L'existence d'une paroisse, avec une église consacrée à saint Denis, est attestée en 937[26].

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune était intégrée à l'arrondissement de Provins du département de Seine-et-Marne.

Afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités, elle intègre le l'arrondissement de Meaux[27].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la cinquième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de La Ferté-Gaucher[28]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Coulommiers.

Intercommunalité

La commune était membre de la communauté de communes Avenir et développement du secteur des Trois Rivières, créée fin 1993.

Le , celle-ci fusionne avec la communauté de communes de la Brie des Templiers pour former la communauté de communes du Pays de Coulommiers.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) de Seine-et-Marne prescrit sa fusion avec la communauté de communes de la Brie des moulins.

La communauté d'agglomération Coulommiers Pays de Brie est ainsi créée le , dont la commune est désormais membre.

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1942 1959 Emile Couesnon    
1959 1965 Lucien Masson    
1965 2001 Paul Lanciaux[29]    
2001 2007 Philippe Saubin[30] DVD  
2007 En cours Jean-François Masson[31]   Agriculteur

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[32]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[33].

En 2017, la commune comptait 1 105 habitants[Note 5], en augmentation de 2,03 % par rapport à 2012 (Seine-et-Marne : +3,7 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
476288452490504525507491539
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506544564525483463440440428
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
407417408366367397363340369
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3133023093804968551 0631 0811 116
2017 - - - - - - - -
1 105--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[28] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports

On peut noter[réf. nécessaire] :

  • Centre équestre.
  • randonnées pédestres.

Manifestations culturelles et festivités

  • Fête communale : dernier dimanche de juin ; patronale : dernier dimanche de juillet.

Économie

La commune a une activité rurale[réf. nécessaire] :

  • Exploitations agricoles.
  • Pépinière.
  • Artisanat rural.

L'épicerie a rouvert en 2010 avec l'aide municipale[35].

Culture locale et patrimoine

L'église Saint-Thibault.
Le lavoir.

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

  • Médéric Charot (1846-1916), écrivain français né à Chevru.
  • Le chanteur Michel Sardou, qui donna un gala lors de la fête de la bière de Chevru le [39].

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Contrairement au hameau ou écart qui est un groupe d’habitations , un lieu-dit n'est pas forcément un lieu habité, il peut être un champ, un carrefour ou un bois...
  2. Statistiques 2018 de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  3. Elles comprennent les cultures annuelles associées aux cultures permanentes, les systèmes culturaux et parcellaires complexes, les surfaces essentiellement agricoles, interrompues par des espaces naturels importants et les territoires agro-forestiers.
  4. En raison des arrondis, la somme des pourcentages n’est pas toujours égale à 100 %.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références

  1. « Plan séisme consulté le 16 juillet 2020 »
  2. « Chevru » sur Géoportail. Carte IGN classique.
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Chevru (F6569000) » (consulté le 16 juillet 2020)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Faujus (F6569200) » (consulté le 16 juillet 2020)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Fossé 01 du Petit Beaufour (F6569650) » (consulté le 16 juillet 2020)
  6. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 13 décembre 2018
  7. Site Trandev-IDF
  8. Site territoires-fr.fr consulté le 9 mars 2020 sous le code commune 77113.
  9. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  10. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  11. Statistiques officielles de l‘INSEE, section Logement consulté le 16 juillet 2020
  12. Depoin, Cart. Saint-Martin de Pontoise, p. 24.
  13. Cartulaire Molesme, II, p. 450.
  14. a et b Archives nationales, S 5179a.
  15. a b et c « Chevru », sur http://www.genea77-shage.info (consulté en juin 2016).
  16. Archives nationales, S 5176a.
  17. Livre des vassaux.
  18. Archives nationales, S 5182b.
  19. Archives nationales, JJ 64, fol. 206.
  20. Archives nationales, P 17, no 412.
  21. Archives de la Seine-et-Marne, H 698.
  22. Archives nationales, S 5182a.
  23. Henri Stein et Jean Hubert, Dictionnaire topographique du département de la Seine-et-Marne, Paris, (lire en ligne), p. 125.
  24. Jean-Marie Cassagne, Mariola Korsak, "Les noms de lieux de la Seine-et-Marne", Lys Editions Amatteis.
  25. Eugène Mannier, Ordre de Malte, «Les commanderies du Grand-Prieuré de France», Paris, Aubry et Dumoulin, 1872 (lire en ligne)
  26. « Histoire de la commune de Chevru », sur http://fr.topic-topos.com (consulté en juin 2016)
  27. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  28. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  29. a et b « Il y a trente ans, à Chevru, les élus se retroussaient les manches : Petit village, petits moyens. Pour refaire la toiture du lavoir, les conseillers municipaux avaient su mouiller leur chemise. », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2018).
  30. Georges Blond, « Des impayés plein les tiroirs », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2018).
  31. « Annuaire des communes de Seine-et-Marne », sur um77.fr (Union des maires de Seine-et-Marne) (consulté en juin 2016).
  32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  35. « Chevru : nouvel élan pour l’épicerie : Après plusieurs mois de fermeture, l'épicerie de Chevru vient de trouver en Christophe Boyer de nouvelles ambitions. Ouverture prévue mercredi 5 mai. », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2018).
  36. « Les objets classés de l'église », base Palissy, ministère français de la Culture
  37. « Historique de l'église St Thibault de Chevru », sur http://www.paysdecoulommiers.fr/ (consulté en juin 2016)
  38. « Patrimoine : un concert pour la restauration de l’église : A Chevru, une association locale œuvre depuis plusieurs années pour la réfection de l'église. Elle organise un concert à ce profit. Il aura lieu le 21 mai prochain », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2018).
  39. « Chevru : quand Michel Sardou venait à la fête de la bière : Alors que Michel Sardou vient de donner son dernier concert et faire ses adieux à la scène, des Briards se souviennent du gala organisé en 1976, sous chapiteau, dans le village. », Le Pays briard,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2018).