Villiers-Vineux

Villiers-Vineux
Villiers-Vineux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Avallon
Canton Saint-Florentin
Intercommunalité Communauté de communes Serein et Armance
Maire
Mandat
Alain Jambon
2014-2020
Code postal 89360
Code commune 89474
Démographie
Population
municipale
295 hab. (2016 en diminution de 2,96 % par rapport à 2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 38″ nord, 3° 50′ 06″ est
Altitude Min. 109 m
Max. 159 m
Superficie 11,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villiers-Vineux

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Villiers-Vineux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villiers-Vineux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villiers-Vineux

Villiers-Vineux est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie

Situation

Villiers-Vineux est à 30 km au nord-est d'Auxerre, à 1,5 km au sud de la D905 reliant Saint-Florentin (son chef-lieu de canton, 12 km au nord-ouest) à Tonnerre (15 km au sud-est)[1].

La commune est entre la forêt d'Othe et la forêt de Pontigny[2].

Communes limitrophes

La commune est limitrophe à six communes[3] :

Rose des vents Percey Rose des vents
Jaulges N Flogny-la-Chapelle
O    Villiers-Vineux    E
S
Varennes Méré Carisey

Toponymie

Villiers : A l’origine, ce nom désignait une partie de la villa (grand domaine agricole de l’époque gallo-romaine). Il s’agissait des dépendances qui comprenaient généralement les habitations des ouvriers et les bâtiments agricoles. De nos jours, ce nom désigne un écart ou un village.[réf. nécessaire]

Anciennement appelé Villers, le village a porté successivement les noms de Villare, Villare-Vinosum (1189), Willaris-Vinosi, Villaris Vinosus (1244), Villaris Vignosus (1284), Villerium Vinosum, Villae Vinosae, Villers-Vigneux, Villers Vignes[4].

Villare, signifiant « petit village » ou « hameau », est très commun en France (en 1850 il y a plus de 168 communes appelées Villers et au moins 80 appelées Villiers)[4].

Le surnom « Vigneux » (et dérivés) vient probablement d'un vignoble plus grand que ce qui existait encore vers 1850 sur le territoire de la commune. Une ancienne tradition locale[4] mentionne un cellier construit au lieu-dit « Trou de la Cave » pour abriter les vins du seigneur - mais aucun écrit connu ni aucun vestige dans ce sens n'a été constaté[5].

Histoire

Préhistoire

Au lieu-dit les Épinottes, à la limite des communes de Jaulges et de Villiers, des outils de silex indiquent un campement du Paléolithique et du Néolithique. Des outils de silex sont présents - dans une région qui ne possède aucun gisement de silex.

Époque gallo-romaine

Voie antique

La voie antique de Sens à Alise (et de Saint-Florentin à Tonnerre[7]) traverse la commune dans le sens nord-ouest/sud-est (encore visible sous le nom de « chemin des Romains »), reliant la vallée de la Seine avec la vallée de la Saône (et donc avec Lyon et au-delà avec la Méditerranée) ; et la voie d'Agrippa de Troyes à Cosne croise la première voie à moins de 10 km au nord-ouest, reliant le plateau lorrain avec la vallée de la Loire[8]. C'est par ce chemin que François Ier arrive à Tonnerre en 1542[9].

Ateliers de poterie

À cette époque un grand centre de production de céramique suit la voie romaine sur plus de 1 km entre Jaulges et Villiers-Vineux, incluant le bois du Pioux (2 km au sud-ouest du village) où l'on a retrouvé des fours[10]. Un atelier de céramique fonctionne également dans le village[11],[12]. La production de céramiques a perduré jusqu'au Moyen Âge[13].

Ce grand complexe potier produit principalement de la céramique fine (métallescente)[n 1] et des dérivés des sigillées du Bas-Empire, probablement aussi de la céramique commune (dont des amphores), et des statuettes[10].

De nombreuses pièces en ont été trouvées entre autres nombreux endroits à la grande villa gallo-romaine de Vergigny (66 km au sud), ancien village disparu sur la commune d'Asquins (qui borde Vézelay au nord)[15]. Mais l'atelier exporte dans pratiquement toute la moitié nord des Gaules.

Camp romain

En limite nord-est de la commune le canal de Bourgogne, qui sépare Villiers de Flogny, coupe au travers d'un camp romain[16].

Haut Moyen-Âge

Un cimetière carolingien est découvert en 1847-1848 à l'occasion des travaux de chemin de fer, à l’est du village au lieu-dit « Champ Huot » près du ru de Cléon. C. Dormois y a ramassé plusieurs armes, des objets d'équipement et plusieurs monnaies frappées à Auxerre (« AVTSIODER.CI »), Troyes (« TRECAS.CIV » avec au revers « GRACIA D. »), Le Mans (« CINOMANIS CIVITAS » avec au revers « GRACIA D I REX », portant le monogramme de Charles le Chauve). On ne sait pas si ce cimetière est le résultat d'une bataille[5] (déroute des Normands en 898[16]) ou s'il a simplement servi aux populations locales[5]. En 1853 un autre cimetière est découvert à environ 1 500 m du premier. Les deux cimetières ont livré des cercueils de pierre semblables et des sépultures d'hommes, de femmes et d'enfants qui laissent supposer que les deux cimetières ont été utilisés pour les besoins locaux[16],,.

Moyen Âge central

La première mention écrite connue de Villiers-Vineux date de 1035 ; le village appartient alors en partie à l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre[19] et en parie aux vicomtes de Saint-Florentin[20].

Au lieu-dit le Tureau, près du chemin des Fourneaux, à environ 50 m de la voie romaine, Séverin Ithier a vu début XIXe siècle l’arceau d'un four[21] qui a servi à fabriquer des tuiles plates à trous et des carreaux, dont les carreaux émaillés qui ont garni le château construit au XIIIe siècle à Tonnerre par Marguerite de Bourgogne[22].

Au lieu-dit la Prieurée, au-dessus du Trou de la Cave, se trouvent des fondations[22] et des vestiges de murs de la maison succursale de cette abbaye[19], qui a utilisé des tuiles vernissées et des carreaux émaillés de l'atelier d Tureau[23]. Au cours des siècles, de nombreux conflits ont opposé vicomtes et abbaye[24], notamment concernant les serfs[25] qui n'étaient pas tous affranchis en 1413[26]. Il existait à Villiers une maison des malades[27].

Près de la ferme Sainte-Anne se trouvait une maison seigneuriale dépendant du fief de Chante-Merle, à plan carré de 60 m de côté, entourée de fossés de 10 m de large[19].

Prs de la fontaine du Boutoir se trouvaient des traces de constructions qui dépendaient du fief de Marcey ou Mercey[19], l'un des deux principaux fiefs dépendant de Villiers-Vineux (l'autre fief notable étant Chante-Merle)[28].

En 1154 le vicomte Guy de Saint-Florentin vend la moitié des dîmes de la paroisse au chapitre de Saint-Pierre de Tonnerre ; et ce dernier obtient le reste de la dîme le 23 février 1228 de Élisabeth veuve de Simon de Vanlay. Selon l'abbé Henry, en 1219 un Miles de Saint-Florentin avait une dîme à Villiers-Vineux et l'abbaye de Pontigny en avait également une en 1369[29].

En 1159 l'évêque de Langres Geoffroy donne l'église de Villiers à l'abbaye de Molesme.

Vers le milieu du XIIIe siècle Guy de Villiers-Vineux établit une tuilerie, dont les religieux de Saint-Germain demandent la destruction ; une sentence arbitrale de 1260 maintient la tuilerie mais la rend commune aux seigneur et aux religieux (qui doivent toutefois payer au seigneur la moitié des frais de construction)[31].

En 1384 Villiers est réuni à la couronne[32].

XVIe siècle, Sainte-Anne et le château d'en bas

Jean Sauvageot (Tonnerre et son Comté, 1973) indique qu'au XVIe siècle l'hôpital des Fontenilles de Tonnerre, fondé par Marguerite de Bourgogne, était propriétaire des deux maisons seigneuriales de Villers : le château dit de Sainte-Anne et le « château d'en bas ».

Le château Sainte-Anne tire son nom de la chapelle Sainte-Anne, démolie à la révolution[33]. Le château d'en bas était au pied du monticule sur lequel s'élève l'église. Il était entouré de profonds fossés alimentés par le ruisseau de Marbier et par les eaux d'un petit étang au milieu du village[34].

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Jean-Baptiste Mechin    
  1837 Jean-Louis Duflocq    
1837 1845 Isidore Hariot    
1845 1847 Edme Protat    
1847 1866 Isidore Boucheron    
1866 1874 Pacifique Hariot    
1874 1876 Isidore Boucheron    
1876 1883 Edme Hugot    
1883 1889 Ferdinand Hugot    
1889 1890 Auguste Gaulon    
1890 1890 Louis Genet    
1890 1892 Ferdinand Louat    
1892 1896 Louis Genet    
1896 1900 Bernard Patey    
1900 1900 Louis Genet    
1900 15 mai 1904 Prudent Simon    
15 mai 1904 15 mai 1925 Bernard Patey    
2005 En cours
(au 30 avril 2014)
Alain Jambon[35]    

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[36]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[37].

En 2016, la commune comptait 295 habitants[Note 1], en diminution de 2,96 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
420383387434432444467438467
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
400375380377349333350358330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
303274255244226206232281288
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
250212194214257246281286310
2016 - - - - - - - -
295--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[39].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Bibliographie

    Articles connexes

    Liens externes

    • « Villiers-Vineux », site de l'Institut géographique national, sur ign.fr.
    • « Villiers-Vineux », site de l'Insee, sur recensement.insee.fr.

    Notes et références

    Notes

    1. Le terme « métallescent » a été inventé par J.-P. Jacob et H. Leredde dans leur article de 1974 sur Jaulges/Villiers-Vineux[12]. Notet signale que le terme n'est pas adapté à des productions à la cuisson mal contrôlée ; et que par consensus actuel le terme s'applique maintenant à des productions à vernis noir grésé uniforme et généralement à pâte calcaire, dont la cuisson est parfaitement contrôlée. Il cite en exemple les productions de Trèves et de Lezoux[14].
    Notes sur la démographie
    1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

    Références

    1. « Distance jusqu'à Auxere », sur google.fr/maps.
      Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
    2. [Jacob & Leredde 1985] Jean-Paul Jacob et Henri Leredde, « Les potiers de Jaulges/Villiers-Vineux (Yonne) : étude d'un centre de production gallo-romain », Gallia, vol. 43, no 1,‎ , p. 167-192 (lire en ligne [sur persee], consulté le 9 novembre 2019), p.  170 .
    3. « Villiers-Vineux, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées.
    4. a b et c Dormois 1856, p. 500.
    5. a b et c Dormois 1856, p. 501.
    6. « Atelier de céramique de Jaulges », carte et résumé succinct, sur vici.org.
    7. Jacob & Leredde 1985, p. 168, carte de la fig. 1b.
    8. Dormois 1856, p. 534, note 1.
    9. a et b [Ferdière] Alain Ferdière, « Corpus : tous artisanats, par sites (communes ou secteurs) », sur journals.openedition.org (consulté en /11/2019), p. 55.
    10. [Jacob 1984] Jean-Paul Jacob, « Réflexion sur le choix du lieu d'implantation des ateliers de potiers gallo-romains », Collection de l'Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité, vol. 294 « Hommages à Lucien Lerat »,‎ , p. 349-360 (lire en ligne [sur persee], consulté le 9 novembre 2019), p. 352, 353, 354.
    11. a et b [Jacob & Leredde 1974] Jean-Paul Jacob et Henri Leredde, « L'officine céramique gallo-romaine de Jaulges/Villiers-Vineux (Yonne) », Revue Archéologique de l'Est et du Centre-Est, vol. 25,‎ , p. 365-386 ; [Jacob & Leredde 1985] Jean-Paul Jacob et Henri Leredde, « Les potiers de Jaulges/Villiers-Vineux (Yonne) : étude d'un centre de production gallo-romain », Gallia, vol. 43, no 1,‎ , p. 167-192 (lire en ligne [sur persee], consulté le 9 novembre 2019)
    12. [Jacob & Leredde 1978] Jean- Paul Jacob et Henri Leredde, « La terre cuite médiévale à Jaulges et Villiers-Vineux (Yonne) » (Point de la question), Archéologie médiévale, vol. 8,‎ , p. 245-258 (lire en ligne [sur persee], consulté le 9 novembre 2019).
    13. [Notet 2013] Jean-Claude Notet, « La production de sigillée et de céramique fine gallo-romaine de Gueugnon (Saône-et-Loire) » (compte-rendu par Philippe Bet), Revue archéologique de l’Est, t. 62, no 185 « 32e suppl. à la R.A.E. »,‎ (lire en ligne [sur journals.openedition.org]), p. 5.
    14. Pierre Nouvel, « La vallée de la Cure à l'époque gallo-romaine : Découvertes anciennes et apports des prospections aériennes et terrestres 1991-2008 », Bulletin de la Société d'Études d'Avallon, no 84,‎ , p. 14-43 (lire en ligne, consulté le 11 février 2019), p. 18.
    15. a b et c Dormois 1856, p. 502.
    16. a b c et d Dormois 1856, p. 507.
    17. Dormois 1856, p. 508.
    18. Dormois 1856, p. 505.
    19. a et b Dormois 1856, p. 506.
    20. Dormois 1856, p. 523.
    21. Dormois 1856, p. 508-510.
    22. Dormois 1856, p. 510-511.
    23. Dormois 1856, p. 511.
    24. Dormois 1856, p. 511-512.
    25. Dormois 1856, p. 518.
    26. Dormois 1856, p. 515.
    27. Dormois 1856, p. 517.
    28. Dormois 1856, p. 525, note 1.
    29. Dormois 1856, p. 529.
    30. Dormois 1856, p. 527.
    31. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
    32. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
    33. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
    34. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.