Rachida Dati

Rachida Dati

Rachida Dati en 2024.
Fonctions
Ministre de la Culture
En fonction depuis le
(5 mois et 3 jours)
Président Emmanuel Macron
Premier ministre Gabriel Attal
Gouvernement Attal
Prédécesseur Rima Abdul Malak
Maire du 7e arrondissement de Paris
En fonction depuis le
(16 ans, 2 mois et 16 jours)
Élection
Réélection
Coalition UMP-NC-PRV (2008-2014)
UMP-UDI-MoDem (2014-2020)
LR-LC-SL-OF (depuis 2020)
Prédécesseur Michel Dumont
Conseillère de Paris
En fonction depuis le
(16 ans, 2 mois et 24 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 30 mars 2014
28 juin 2020
Circonscription 7e arrondissement
Maire Bertrand Delanoë
Anne Hidalgo
Groupe politique UMPP-A (2008-2014)
LRI (2014-2020)
CP-RCI (depuis 2020)
Députée européenne

(9 ans, 11 mois et 17 jours)
Élection 7 juin 2009
Réélection 25 mai 2014
Circonscription Île-de-France
Législature 7e et 8e
Groupe politique PPE
Garde des Sceaux, ministre de la Justice

(2 ans, 1 mois et 5 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Premier ministre François Fillon
Gouvernement Fillon I et II
Prédécesseur Pascal Clément
Successeur Michèle Alliot-Marie
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Saint-Rémy (France)
Nationalité Française
Marocaine
Parti politique UMP/LR (2006-2024)
Diplômée de Université de Bourgogne
Université Panthéon-Assas
École nationale de la magistrature
Profession Magistrate
Avocate
Ministres de la Culture

Rachida Dati Écouter, née le à Saint-Rémy (Saône-et-Loire), est une femme politique française.

Magistrate en disponibilité (devenue avocate à titre dérogatoire en 2010), elle est nommée en 2002 conseillère ministérielle de Nicolas Sarkozy, dont elle est porte-parole lors de sa campagne victorieuse pour l'élection présidentielle de 2007. Elle est membre de l'Union pour un mouvement populaire (UMP) de 2006 à 2015 puis des Républicains (LR).

Rachida Dati est nommée en 2007 garde des Sceaux, ministre de la Justice au sein des gouvernements François Fillon I et II, ce qui fait d'elle la première personnalité politique née de parents immigrés maghrébins à occuper un ministère régalien dans un gouvernement français. Elle instaure les peines planchers, réforme le code pénal des mineurs, modifie la carte judiciaire, crée les fonctions de défenseur des droits et de contrôleur général des lieux de privation de liberté, et soutient la révision constitutionnelle de 2008.

Députée européenne de 2009 à 2019 et maire du 7e arrondissement de Paris depuis 2008, elle est tête de liste des Républicains aux élections municipales de 2020 à Paris, lors desquelles ses listes finissent en deuxième position au second tour, derrière celles d'Anne Hidalgo. Dans la foulée, elle devient présidente du principal groupe d'opposition au Conseil de Paris. Elle est aussi conseillère de la métropole du Grand Paris.

Depuis 2021, elle est mise en examen pour « corruption passive » et « trafic d’influence » dans le cadre de l'affaire Carlos Ghosn.

En 2024, alors qu'elle n'a pas renouvelé son adhésion aux Républicains, elle devient ministre de la Culture dans le gouvernement de Gabriel Attal.

Biographie

Jeunesse et études

Rachida Dati est la fille de M'Barek Benamar Dati[1],[2] (1934-2017), maçon d'origine marocaine arrivé en France en 1963[1],[2], et de Fatim-Zohra, née Bouchenafa[1],[2] (morte en 2001), mère au foyer d'origine algérienne[1],[2],[3]. Outre sa nationalité française, elle est également détentrice de la nationalité marocaine[4]. Elle est la deuxième d'une fratrie de onze enfants (sept filles et quatre garçons[5], dont Jamal[6] et Omar[7], tous deux condamnés pour trafic de drogue, et Malika, élue vice-présidente déléguée aux transports en commun et aux mobilités de la Métropole du Grand Nancy[8],[9]). Elle passe son enfance à Chalon-sur-Saône[10], dans le quartier des Prés-Saint-Jean. Elle suit sa scolarité dans un collège privé catholique tenu par des religieuses du Saint-Sacrement, puis au lycée public Mathias à Chalon-sur-Saône[11] ; elle obtient son baccalauréat D en 1983[12].

Tout en évoquant ses racines familiales nord-africaines, elle met en relief qu'elle se considère d'abord comme « fille de France[13], issue d'un milieu modeste »[14]. Pour compléter ses revenus, Rachida Dati travaille les dimanches ainsi que l'été, notamment comme vendeuse, standardiste, veilleuse de nuit ou faisant le ménage, ou encore accomplissant des tâches d'aide-soignante[15] (mais sans en avoir la formation ni le titre[16]).

Rachida Dati tente des études de médecine, mais échoue deux fois à sa première année[17]. À partir d', elle suit un DEUG de sciences économiques à l'université de Dijon[18],[19]. Au cours de ces deux années, elle tient le stand de la Mutuelle nationale des étudiants de France (MNEF) à la rentrée universitaire[17]. Elle s'inscrit pour l'année 1988-1989 à l'université Panthéon-Assas. Elle obtient une licence en 1990, puis une maîtrise en sciences économiques à l'été 1991[20].

En 1992, avec un financement de Matra, elle suit les cours pour obtenir une maîtrise en administration des affaires à l'Institut supérieur des affaires qui dépend du groupe HEC[21],[22]. En , elle cesse ses études à l'institut sans obtenir le diplôme[23]. Elle rejoint alors l'équipe de Jacques Attali, à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement[24]. En 1996, elle obtient une maîtrise avec mention passable[25] en droit public en bénéficiant de la validation des acquis professionnels.

Sur les conseils de Simone Veil et Albin Chalandon[26], elle entre à l'École nationale de la magistrature (ENM), à l'âge de 31 ans[24], où elle est admise sans passer les épreuves du concours, sur dossier. Le Canard enchaîné indique en 2007 qu'elle aurait produit un faux curriculum vitæ, en utilisant une formulation laissant entendre qu'elle était titulaire d'un MBA européen du groupe HEC-ISA, susceptible d'induire certains magistrats ou hauts fonctionnaires en erreur lors de sa demande d'entrée à l'ENM sur dossier[27],[28]. Le directeur d'HEC indique qu'elle « n'a pas obtenu son diplôme, alors qu'elle avait validé tous les modules, parce qu'elle n'a pas assisté au séminaire de clôture de l'année »[29].

Carrière professionnelle

En 1987, Rachida Dati effectue un stage en tant que chargée d’études[18] auprès de la direction comptabilité-finance du groupe Elf Aquitaine grâce à Albin Chalandon, qu'elle rencontre lors d'une réception à l'ambassade d'Algérie en France[30]. Elle poursuit en parallèle des études supérieures en sciences économiques et gestion des entreprises. Après une rencontre avec Jean-Luc Lagardère en 1990, elle entre à la direction de l'audit de Matra communication, puis, en 1993, passe un an à Londres auprès de Jacques Attali, à la BERD[31], toujours dans l'audit. L'année suivante, de retour en France, elle occupe le poste de secrétaire générale du bureau d'études sur la ville de la Lyonnaise des Eaux[32].

Durant sa formation d'auditrice de justice, elle aurait reçu un blâme du procureur de Péronne pour avoir manqué de respect aux fonctionnaires du greffe[33]. Se rendant souvent à Paris pendant la semaine, elle est convoquée par le premier président de la cour d'appel d'Amiens, qui lui reproche de disposer de son temps à volonté et qui l'avertit qu'il va envoyer un rapport sur elle à la direction des services judiciaires[à vérifier].

Elle est candidate à un poste d'auditrice au Conseil d'État, dont elle connaît bien le vice-président, Marceau Long. Malgré la qualité de ses recommandations émanant de personnalités prestigieuses, sa candidature est refusée[34][réf. à confirmer].

Elle prend l'habitude de sous-traiter ses dossiers à un cabinet d'avocats, au point qu'elle se fait réprimander à ce sujet par son supérieur[16]. Le Point indique en 2008 : « Des âmes charitables affirment qu'à l'heure de la curée, Rachida Dati, qui connaît les histoires de la famille et du département des Hauts-de-Seine pour s'être occupée, pendant quelque temps, en 2005, du secteur sensible des marchés publics, saura, le cas échéant, se rappeler au bon soin de son protecteur »[35].

Peu après sa sortie du gouvernement, à l'été 2009, elle fonde une société de conseil, dénommée « La Bourdonnais consultant[36] », qu'elle doit dissoudre en 2010 pour pouvoir accéder, à titre dérogatoire, à la profession d'avocat[37]. Elle reste toutefois magistrate en disponibilité, à compter du , pour une durée de deux ans[38],[39]. Toujours magistrate, elle est mise en disponibilité du à la cessation de son mandat de maire[40].

Vie privée et familiale

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Rachida Dati en 2009.

En , Rachida Dati se marie avec un architecte algérien[41], un homme « avec lequel elle n'avait rien à partager », selon ses termes, pour mettre fin aux « pressions récurrentes » de sa famille, ce qu'elle qualifie de « mariage forcé ». Dès le mois suivant, elle demande l'annulation de cette union, qui est prononcée en 1995[42],[43],[44].

Le , elle donne naissance à une fille, Zohra (nommée en hommage à sa mère)[45], à la clinique de la Muette, dans le 16e arrondissement de Paris[46]. Le nom du père de l'enfant n'est pas rendu public. Cinq jours après avoir accouché, Rachida Dati reprend ses fonctions au ministère pour conduire la réforme du statut du juge d'instruction annoncée par Nicolas Sarkozy quelques jours auparavant[47]. Au moment des faits, cette reprise immédiate fait polémique[48], elle surprend, voire scandalise, les associations féministes[49]. Quelques années plus tard, Axelle Lemaire, marquée par ce précédent et également ministre enceinte, le qualifie de « contre-exemple à ne pas suivre »[50].

Elle assigne en justice, en 2012, l’homme d’affaires Dominique Desseigne, puis dépose une demande de pension alimentaire mensuelle de 6 000 [51], alors que Dominique Desseigne se défend d'être le père de son enfant, affirmant que Rachida Dati avait huit amants dans la même période[52]. Il refuse cependant le test de paternité[53]. En , s'appuyant sur les éléments fournis par Rachida Dati, le tribunal de grande instance de Versailles juge que Dominique Desseigne est bien le père de l'enfant de Rachida Dati et octroie à cette dernière une pension mensuelle de 2 500 [53] ; cette paternité est confirmée par la cour d'appel de Versailles en [54].

Rachida Dati est de confession musulmane, elle se rend toutefois à la messe catholique chaque dimanche[55].

Parcours politique

Débuts et ascension

Selon Le Parisien, Rachida Dati aurait souhaité se présenter aux élections européennes de 1994 sur la liste conduite par Michel Rocard, mais se serait retirée avant le vote des militants socialistes[56].

En 1994, le ministre de l'Éducation nationale, François Bayrou, la nomme — avec l'inspectrice de l'Éducation nationale Hanifa Cherifi — chargée de mission pour la question du voile à l'école[57].

En [58], elle devient conseillère de Nicolas Sarkozy et travaille sur le projet de loi sur la « prévention de la délinquance » au ministère de l'Intérieur. Elle est nommée conseiller technique en au cabinet de Nicolas Sarkozy, ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie[59]. Entre et [60], elle est directrice générale adjointe des services du conseil général des Hauts-de-Seine[60], chargée des affaires juridiques et des marchés publics[61] (après un mois en tant qu'administratrice territoriale)[60]. Réintégrant le cabinet du ministre de l'Intérieur où elle est nommée conseiller technique en [62], elle adhère à l'Union pour un mouvement populaire (UMP) en . Elle est nommée, le au soir, porte-parole de Nicolas Sarkozy (en duo avec Xavier Bertrand), désigné le même jour candidat de l'UMP à l'élection présidentielle.

Rachida Dati est par ailleurs membre de l'Institut Montaigne, du club Le Siècle et cofondatrice du Club XXIe siècle[63].

Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Nomination et débuts

Crédit image:
Simon Kirby
licence CC BY 3.0 🛈
Rachida Dati en 2007.

Après la victoire à l’élection présidentielle de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati intègre le gouvernement Fillon en tant que garde des Sceaux, ministre de la Justice. Elle bénéficie alors d'un soutien marqué du couple Sarkozy[64].

Son directeur de cabinet, Michel Dobkine, démissionne le , suivi peu après par trois autres membres du cabinet[65], puis par son chef de cabinet et deux conseillers techniques[66]. Un nouveau cabinet de dix-huit membres, davantage ouvert aux hauts fonctionnaires, et comprenant François Guéant (fils de Claude Guéant), est annoncé le suivant[67].

Rachida Dati est l'une des premières au sein d'un gouvernement français à souhaiter se rendre visible sur internet, avec l’investissement, en 2008, dans le nom de domaine rachida-dati.tv, qui renvoie vers le site ministre-justice.fr[68], tous deux sur les frais de communication du ministère. Ce dernier a également financé un référencement de mots-clés pour augmenter la visibilité de ces sites.

Loi de lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs

Le projet de loi renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs est adopté par le Parlement en [70].

Contrôleur général des lieux de privation de liberté

Le , trois mois après un entretien médiatisé entre Rachida Dati et l’inspectrice en chef des prisons britanniques, Anne Owers , le Sénat adopte le projet de loi créant le poste de contrôleur général des lieux de privation de liberté[71],[72]. Le texte prévoit que celui-ci assure le respect des droits fondamentaux des personnes privées de liberté. Nommé par décret du président de la République, le contrôleur général a le statut d’autorité administrative indépendante. Le premier titulaire du poste, Jean-Marie Delarue, est nommé en  ; ses premières recommandations sur les locaux de rétention, rendues publiques en , sont jugées extrêmement sévères[73]. Adeline Hazan lui succède en juillet 2014. Puis, Dominique Simmonot est nommée en octobre 2020.

Réforme de la carte judiciaire

Crédit image:
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Rachida Dati en 2009.

Considérant les grosses juridictions comme plus efficaces que les petites et souhaitant « tenir une promesse de l'élection présidentielle », Rachida Dati annonce, le , une réforme de la carte judiciaire qui supprime et transfère un grand nombre de tribunaux vers des sièges plus importants[74]. Cette réforme est considérée comme étant la plus importante depuis celle de la Révolution française[75]. Elle provoque un mouvement de protestation parmi les magistrats, greffiers et personnels des services judiciaires, avocats et élus locaux[76],[77].

La réforme est entérinée par un décret de la ministre du . Le texte ne prévoit pas de suppression de cours d'appel, mais touche les autres juridictions. Face aux risques de voir aboutir les recours déposés contre le texte, la chancellerie prend, le , un nouveau décret[78],[79]. Le , le Conseil d'État annule partiellement le décret ayant créé les 91 pôles d'instruction, revenant en particulier sur la liste des tribunaux dans lesquels existe un pôle de l'instruction et la compétence territoriale des juges d'instruction qui le composent, mais laisse quatre mois au gouvernement pour régler la situation et éviter l'annulation de toutes les enquêtes judiciaires menées dans ces pôles d'instruction depuis le [80]. La réforme s'achève en 2010[81].

Les mesures prises sont saluées en 2015 par la Cour des comptes, qui indique que « la réforme d'un grand service public est possible, qu'elle peut avoir un coût initial maîtrisé et que, nonobstant les critiques qu'elle a pu susciter dans un premier temps, et ses inévitables imperfections, elle est porteuse d'effets positifs »[82].

Réforme du code pénal des mineurs

Avec la loi renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs, Rachida Dati souhaite extraire la justice des mineurs du code pénal et du code de procédure pénale pour lui arroger un code spécifique. Alors qu’une commission préparatoire (rapport « Varinard ») propose « de fixer à douze ans l'âge en dessous duquel un mineur échappe à la justice pénale », Rachida Dati retient l'âge de la responsabilité pénale à treize ans[83]. Le texte prévoit qu’en cas d'infraction la « prise en charge » ne pourra être qu'« éducative ». Toutefois, un mineur de treize ans soupçonné d'avoir commis une infraction pourra être entendu par les enquêteurs et « placé en retenue le temps de son audition »[83].

Rôle du parquet

Une polémique sur les liens entre la Chancellerie et les parquets se cristallise en septembre- autour du refus de mutation du procureur général d'Agen, Bernard Blais, à la Cour de cassation à huit mois de sa retraite. La ministre maintient sa décision de mutation malgré l'avis défavorable rendu par le Conseil supérieur de la magistrature[84]. Rachida Dati renouvelle un tiers des procureurs généraux en nommant dix nouveaux procureurs, dont cinq femmes, le  ; jusqu’ici, ce corps comptait deux femmes sur trente-cinq membres, alors qu'elles représentent environ 50 % des effectifs des magistrats. L'historien Alain Bancaud estime qu'un renouvellement d'une telle ampleur ne s'est pas vu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale[85].

Tensions avec la magistrature

Une journée de mobilisation de la magistrature a lieu le afin de contester la politique « menée sans aucun moyen » par la garde des Sceaux[86]. Rachida Dati est accusée de fragiliser l’autorité judiciaire et de rechercher systématiquement des boucs émissaires[87]. Les magistrats critiquent notamment la convocation de procureurs pour des statistiques jugées « décevantes » sur les peines planchers[87] — accusées par ailleurs de remplir les prisons[88],[89]. En , quelque cinq cents magistrats dénoncent dans une pétition des « pressions personnalisées exercées par la garde des Sceaux » qu'ils jugent « inadmissibles »[90]. En outre, le monde judiciaire déplore un manque de présence de la ministre, qui se décommande à la dernière minute du congrès de l'Union syndicale des magistrats, n'assiste pas à la rentrée solennelle des avocats du barreau de Paris ou encore au dîner de 2008 offert aux ministres de la Justice francophones[91].

Maire du 7e arrondissement de Paris

Crédit image:
Пресс-служба Президента Российской Федерации
licence CC BY 4.0 🛈
Rachida Dati au côté de Vladimir Poutine et Anne Hidalgo (Centre spirituel et culturel orthodoxe russe, 2017).

Rachida Dati conduit la liste UMP-Nouveau Centre aux élections municipales de 2008 dans le 7e arrondissement de Paris, après avoir un temps envisagé de se présenter dans le 12e arrondissement[16],[92]. Sa liste manque de peu de l’emporter au premier tour, obtenant 49,5 % des suffrages ; au second tour, elle l’emporte avec 57,7 %, contre 27,2 % à la liste de gauche et 15,1 % à celle du MoDem[93]. Elle est l'une des cinq élus UMP-NC de l'arrondissement à être élue au Conseil de Paris. Le , le conseil d'arrondissement l'élit maire du 7e arrondissement[94].

À la mairie, Rachida Dati se mobilise notamment contre le Mur pour la Paix, un monument de verre installé en 2000, notamment car il « obstrue la perspective classée de l'École militaire à la tour Eiffel »[95]. Assignée en justice par l’auteur du monument, Clara Halter, Rachida Dati est condamnée pour diffamation par la cour d'appel de Paris en 2012[96],[97]. Mais, en 2014, la Cour de cassation casse sans renvoi cette condamnation, estimant que les propos de Rachida Dati « ne dépassaient pas les limites admissibles de la liberté d’expression »[98]. En , elle lance le mouvement des « Sardines » pour lutter contre la fermeture des voies sur berge à Paris et en demander la révision[99].

Après avoir déclaré vouloir se présenter contre François Fillon aux élections législatives de 2012 dans sa circonscription parisienne, Rachida Dati y renonce[100]. Elle fonde ensuite, avec des élues UMP, le collectif « À droite… toutes ! », afin de renforcer la place des femmes dans la société[101].

Dans la perspective des élections municipales de 2014 à Paris, elle annonce qu’elle souhaite se présenter à la primaire de l'UMP pour être tête de liste dans la capitale, mais elle retire sa candidature en , estimant que Nathalie Kosciusko-Morizet « a déjà été choisie par les médias et le système »[102]. Tête de liste UMP-UDI-MoDem dans le 7e arrondissement, elle l’emporte avec 55,5 % des suffrages exprimés au second tour, devant la liste divers droite de Christian Le Roux (24,3 %) et la liste de gauche conduite par Capucine Edou (20,2 %)[103] ; elle est réélue maire de l’arrondissement le [104]. En , elle est suspendue du groupe Les Républicains (ex-UMP) au Conseil de Paris, à la suite d'arriérés de cotisation au parti de l'ordre de 6 500 euros, faute d'avoir payé depuis plus de cinq ans sa cotisation de 100 euros par mois[105],[106].

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour le premier tour de la primaire présidentielle des Républicains de 2016[107] ; dans le cadre de sa campagne, elle est nommée conseillère politique[108]. Pour le second tour, Rachida Dati soutient François Fillon[109]. Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017, qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron, elle annonce qu'elle votera pour le candidat En marche[110]. Elle parraine ensuite Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, où celui-ci l’emporte[111].

Députée européenne

Élections

Crédit image:
licence CC BY-SA 2.0 🛈
Rachida Dati au Parlement européen (au centre), en 2009.

Alors qu’elle est désignée pour figurer en deuxième position sur la liste UMP dans la circonscription Île-de-France aux élections européennes de 2009, Nicolas Sarkozy indique qu’elle quittera son ministère en cas d’élection[112] ; la liste de la majorité présidentielle arrive en tête du scrutin, avec 29,6 % des voix et cinq élus[113], ce qui entraîne son départ du gouvernement. À nouveau numéro deux de la liste UMP en Île-de-France pour les élections européennes de 2014, elle est réélue députée européenne[114].

Premier mandat

Lors de son premier mandat au Parlement européen, Rachida Dati est membre de la commission des affaires économiques et monétaires, de la commission spéciale sur la crise financière, économique et sociale, et de la délégation pour les relations avec les États-Unis[115]. Elle est rapporteur pour le groupe PPE sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil de l'Union européenne établissant le programme Copernicus, ainsi que sur la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil de l'Union européenne concernant le programme européen d’observation de la Terre (GMES)[116].

En , Les Échos affirment que Rachida Dati est consultante pour GDF Suez. Plusieurs médias soulignent ensuite qu'elle a proposé en 2012 plusieurs amendements à des textes qui rejoignent les positions des grands énergéticiens. Celle-ci nie tout conflit d'intérêts et affirme que ses rémunérations d'avocate sont « totalement déclaré[es] au Parlement européen »[117]. Une enquête parlementaire sur le sujet est classée sans suite[118]. En 2015, lorsque la journaliste Élise Lucet l’interroge sur ses liens supposés avec Engie, Rachida Dati refuse de répondre et l'insulte du terme de « pauvre fille »[119],[120].

Second mandat

Réélue députée européenne en 2014, elle est membre de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures, de la délégation pour les relations avec les pays du Machrek et de la délégation à l'Assemblée parlementaire de l'Union pour la Méditerranée[121].

Sans succès, elle se présente en à la fonction de représentante du Parlement pour la désignation du futur procureur européen[122][réf. à confirmer].

Après avoir annoncé qu’elle était candidate à sa réélection pour les élections européennes de 2019 sous l'étiquette des Républicains[123], elle renonce à briguer un nouveau mandat, privilégiant sa candidature aux élections municipales de 2020 à Paris[124].

Élections municipales de 2020 à Paris

Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Réunion publique de Rachida Dati en vue des élections municipales de 2020 à Paris.

En , face à Marie-Claire Carrère-Gée, elle est investie par Les Républicains (LR) pour mener la liste de droite aux élections municipales de 2020 à Paris[125], recueillant notamment le soutien de Claude Goasguen[126]. Cette décision d'investiture intervient dans un contexte de divisions de la droite parisienne, affaiblie par la percée électorale de La République en marche (LREM) dans ses bastions traditionnels au point que LR envisage un temps une alliance avec la majorité présidentielle[127]. Rachida Dati est alors créditée de 13-14 % dans les sondages et ne suscite pas l’enthousiasme de plusieurs élus LR de la capitale, notamment fillonistes (elle s’était plusieurs fois opposée à l’ancien Premier ministre)[128],[127]. Se disant opposée à toute « combine », elle fait notamment investir Agnès Evren dans le 15e arrondissement au détriment de Philippe Goujon, maire LR sortant qui refusait explicitement de lui apporter son soutien[129], et noue une alliance avec le parti Les Centristes d’Hervé Morin[130].

Très critique envers le bilan de la maire sortante, Anne Hidalgo, considérant que « plus un Parisien n’est content de Paris », sa campagne met en avant les thèmes de la sécurité, de la propreté, de la mobilité et la défense des familles. Elle met notamment l'accent sur les quartiers du Nord et de l’Est, qui sont traditionnellement peu favorables à la droite et où celle-ci n'intervenait guère auparavant[131],[132]. Elle bénéficie du soutien public de l'ancien président Nicolas Sarkozy et fait face à des candidatures dissidentes soutenues par Valérie Pécresse dans plusieurs arrondissements, listes finalement sèchement battues au premier tour. À partir de , Rachida Dati voit les intentions de vote en sa faveur progresser, autour de 20 %, ce qui lui permet de passer devant le candidat investi par LREM, Benjamin Griveaux, qui finit par se retirer après la publication de vidéos privées. Elle appelle dès lors au rassemblement autour de sa candidature[132].

Lors du premier tour, qui se tient durant la pandémie de maladie à coronavirus et qui est marqué par une abstention record, les listes qu’elle conduit arrivent en deuxième position, avec 22,7 % au niveau de la capitale, derrière celles de la maire sortante Anne Hidalgo et devant celles d’Agnès Buzyn, candidate désignée par LREM après le retrait de Benjamin Griveaux[133][source insuffisante]. Avec 50,7 % des voix dans le 7e arrondissement de Paris, dont elle est la maire sortante, Rachida Dati est la seule candidate à l’emporter dès le premier tour dans un arrondissement[134]. Ses listes sont devancées au second tour, le , avec 34,3 % des voix au niveau de Paris, derrière celles d'Anne Hidalgo et devant celles d'Agnès Buzyn[135].

En , elle est élue présidente du groupe Changer Paris (Républicains, Centristes et indépendants) au Conseil de Paris[136],[137]. Réunissant 55 membres au moment de l'élection, il est le plus grand groupe au Conseil et, par conséquent, le premier groupe d'opposition[138]. Son entrée au gouvernement provoque une scission en mars 2024 menée par Francis Szpiner, maire du 16e arrondissement, selon qui « en politique, il faut se montrer responsable et avoir un peu de morale. On ne brade pas ses convictions. [Rachida Dati] a décidé de quitter LR pour une aventure personnelle qui nous fragilise collectivement. (…) Elle n’est plus en mesure d’incarner le rassemblement »[139].

Ministre de la Culture

Le , elle est nommée ministre de la Culture en remplacement de Rima Abdul Malak, dans le gouvernement Gabriel Attal, formé le même jour[140].

Alors que son exclusion des Républicains est annoncée dans les médias, Éric Ciotti déclare qu'elle n'a pas été exclue car elle n'avait pas renouvelé son adhésion au parti[141],[142] ; le 17 janvier 2024, elle ironise sur le fait qu'elle « attend son OQTF des LR »[143]. Des rumeurs en sein de la majorité présidentielle prétendent que sa nomination serait le fruit d'un pacte avec Emmanuel Macron en vue d'une alliance pour les élections municipales de 2026 à Paris[144] ; elle dément ces rumeurs, tout en confirmant qu'elle ambitionne toujours de remporter la mairie parisienne lors des prochaines échéances électorales[145]. Elle quitte par la suite la tête du groupe d'opposition Changer Paris du Conseil de Paris en faveur de Catherine Dumas[146] mais refuse de céder son siège de maire du 7e arrondissement, justifiant cette dérogation à la règle du non-cumul des mandats par le fait qu'une mairie d'arrondissement n'est pas une mairie de plein exercice[147].

Figure médiatique et de l'intégration

Rachida Dati lors d'une conférence à l’université Paris-Dauphine (2008).

Lors de son ascension politique, Rachida Dati est perçue comme « un symbole », à la fois du sarkozysme et de la diversité[148],[149]. Elle est en effet la première femme d'origine maghrébine à occuper un ministère aussi important que celui de la Justice en France[150].

Pour l'universitaire Jamil Dakhlia, elle est une icône de « l'intégration à la française », située à la croisée entre la politique et le people[151]. D’après Nacira Guénif-Souilamas, la réussite de son intégration participe à la construction d'un discours sur l'intégration, Nicolas Sarkozy souhaitant envoyer avec sa nomination au gouvernement le message « à tous les jeunes de France, qu'avec du travail et du mérite, tout devient possible »[148],[152].

Lorsque sont révélés en 2007 les démêlés judiciaires de deux de ses frères, Patrick Gaubert, président de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA), estime qu'elle est « victime, du fait de la consonance de son patronyme, d'une campagne injuste » et qu'elle « paie, dès son arrivée, le prix fort d'être la première personne issue de l'immigration maghrébine à accéder à une telle responsabilité gouvernementale »[153]. Comme d'autres femmes ministres issues de l'immigration ou des Outre-mer, elle fait face à des insultes racistes[154].

Ministre de la Justice, elle est parfois comparée à l'étranger à Barack Obama[148].

Ses débuts de maire du 7e arrondissement de Paris, en 2008, sont remarqués en raison de son franc-parler et de son style vestimentaire (elle est appelée la candidate « aux Louboutin »). Ses adversaires la décrivent également comme autoritaire[127].

Controverses

Proximité avec le Qatar

En 2007, Rachida Dati noue des liens avec le gouvernement du Qatar dans le cadre d’un projet de campus délocalisé de l’École nationale de la magistrature (ENM) à Doha, qui n’aboutit finalement pas[155]. Ses déplacements au Qatar en tant que ministre de la Justice suscitent des critiques de la part de journalistes, qui jugent trop proches ses relations avec le procureur général du Qatar, Ali Bin Fetais Al-Marri[156],[157].

Maire du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati porte en 2015 un projet de « Club des ambassadeurs » visant à réunir les nombreux représentants diplomatiques étrangers en poste à Paris et résidant dans son arrondissement. Pour financer cette association, Rachida Dati aurait demandé une somme de 400 000 euros à l’ambassadeur du Qatar en France, Meshaal al Thani, qui aurait refusé[158]. Cependant, Rachida Dati tente de rétablir de bonnes relations avec le Qatar ; ainsi, elle aurait demandé à Nicolas Sarkozy d’intervenir auprès des Al Thani pour recevoir une invitation au Doha Forum de 2016[159],[160]'[161].

Proximité avec l'Azerbaïdjan

Rachida Dati est critiquée pour sa proximité avec le pouvoir azerbaïdjanais, considéré comme étant dictatorial et portant atteinte aux droits de l'homme. Elle siège au conseil d’administration de l’Association des amis de l’Azerbaïdjan (AAA), « principal instrument » de la diplomatie du caviar en France selon Le Monde[162],[163]. Pour Libération, Rachida Dati est « le visage, voire la tête de gondole, du lobbying de l'Azerbaïdjan en France »[164]. Elle est par ailleurs décrite par Le Canard enchaîné comme étant « une habituée des luxueuses soirées organisées par la Première dame, Mehriban Aliyeva, à Paris »[122].

Elle félicite en 2013 le président Ilham Aliyev de sa réélection[164], ce qu'elle fait à nouveau en 2018[165]. L'élection a été qualifiée par l'OCDE de non démocratique[166]. Dans une interview pour le journal azerbaïdjanais Day.Az, elle décrit l'Azerbaïdjan comme « un exemple pour tout le monde musulman »[167].

Plusieurs médias rapportent ses actions politiques supposément corrompues, dans le cadre de la diplomatie du caviar menée par l'Azerbaïdjan. En , elle vote contre l’ouverture d'une enquête parlementaire sur la corruption qu'exercerait le gouvernement azerbaïdjanais pour acheter des soutiens à l'étranger, notamment au Conseil de l'Europe[168]. Elle refuse de répondre à l'émission Cash Investigation, produite par Élise Lucet, concernant ses relations avec le pouvoir azerbaïdjanais. Rachida Dati a ensuite qualifié Lucet de « pauvre fille » et sa carrière de « pathétique »[169].

Selon Libération, Rachida Dati « mène un travail politique souterrain, principalement grâce à son activité d'élue » en faveurs des intérêts de l’Azerbaïdjan, dont l'économie dépend des exportations de gaz. Au Parlement européen, elle intervient de façon récurrente sur les questions énergétiques, et en particulier gazières, avec l'objectif de freiner les investissements dans les énergies durables pour que le gaz conserve « toute sa place dans le bouquet énergétique », souligne l'eurodéputée en 2012. Elle dépose des amendements sanctuarisant la production gazière ou limitant l'information du public sur la production d'énergie[164]. Plusieurs eurodéputés se sont plaints de ses actions en faveur de l'industrie gazière, qui relèveraient selon eux du « lobbying »[164].

Elle a effectué au moins cinq voyages en Azerbaïdjan entre 2011 et 2017, dont deux, en avril 2011 et en octobre 2012, qui n'ont pas été déclarés au Parlement européen, alors qu'ils auraient dû l'être. Les couts de l'ensemble de ses déplacements ont été pris en charge par les autorités azéries. Elle n'a en revanche effectué aucun déplacement en Arménie[164].

À la suite de la guerre des Quatre Jours au Haut-Karabakh en 2016, elle adresse une prise de parole au président de la République française, où elle défend la position de l'Azerbaïdjan face à l'Arménie[170]. En décembre 2020, alors que le groupe LR à l’Assemblée nationale utilise sa niche parlementaire pour faire approuver un texte condamnant « l’agression du Haut-Karabakh », Rachida Dati s'évertue à dissuader les députés LR de voter le texte[164].

En mars 2024, une enquête du magazine le Nouvel Obs indique que Rachida Dati a entretenu comme parlementaire européenne des liens financiers étroits avec l'Azerbaïdjan[171].

Intérêts gaziers

En 2013, Rachida Dati prend position sur les questions énergétiques. Après avoir signé une tribune dans le quotidien Les Échos pour demander l'arrêt des subventions des énergies renouvelables, qui faussent selon elle la concurrence avec les énergies fossiles, elle se prononce en faveur d'une réouverture du débat sur les gaz de schiste. Dans un numéro de Cash Investigation sur les voyages présidentiels, la journaliste Élise Lucet s’interroge sur les relations entre Rachida Dati et le groupe Engie (ex-groupe GDF Suez)[172].

Soupçons de lobbying pour des sociétés privées

Parallèlement à son mandat de députée au Parlement européen, Rachida Dati a travaillé auprès de plusieurs grandes entreprises privées dans les années 2010. Elle a notamment touché 900 000 du groupe Renault entre 2009 et 2013[173].

Selon une enquête de L'Obs publiée en 2024, Rachida Dati, a touché 300 000 euros entre 2012 et 2014 de la part de l’entreprise britannique AlphaOne Partners, société de conseils pour investisseurs privés et institutionnels. Saisis par la justice dans le cadre d’une perquisition menée en 2019, ses agendas indiqueraient des liens entre elle et les groupes énergétiques GDF Suez et Total, ainsi qu'avec SOCAR, la compagnie nationale pétrolière et de gaz d’Azerbaïdjan, qui l'auraient rétribué via cette entreprise en échange d'activités de lobbying au Parlement européen[174].

Libération révèle également en 2024 qu'elle est devenue avocate du groupe France Télécom à partir de septembre 2010, pour une rémunération de 800 000 euros en huit ans[173]. Rémunérée officiellement en qualité d'avocate par ces différentes entreprises, Rachida Dati aurait « utilisé la robe comme un paravent à des activités de lobbying ou de mise en relation d'affaires, proscrites pour une élue au Parlement européen[173]. »

Fusillades de Hanau

En , Rachida Dati déclare au sujet des attentats de Hanau qu’Angela Merkel, chancelière allemande, « paie aujourd’hui au prix fort l’ouverture massive des frontières » allemandes de 2015 dont elle « n’a pas mesuré les conséquences » et qu’elle a décidé « sans anticipation ». Elle estime que la majorité des migrants en Europe « n’ont pas la même conception du vivre ensemble que la nôtre, n’ont pas conscience de nos valeurs républicaines », ce qui conduit à « des affrontements »[175]. Ces déclarations suscitent des critiques à gauche, notamment de Dominique Versini, adjointe à la maire de Paris chargée des réfugiés[176].

Mise en examen pour corruption passive et recel d'abus de pouvoir

Entre 2009 et 2013, alors qu'elle est députée européenne, Rachida Dati est rémunérée 300 000 euros par an pendant trois années (soit 900 000 ) pour des conseils juridiques, en raison de son activité d'avocate, au profit de la filiale hollandaise RNBV de Renault-Nissan[177],[178].

La justice s'interroge sur la réalité du travail effectué par Rachida Dati. Dans une convention d’honoraires signée avec Carlos Ghosn en 2009 (alors qu’elle n’était pas encore avocate), Rachida Dati évaluait ses prestations à 1 000 euros de l’heure pour un total de 300 heures annuelles (soit environ deux mois de temps plein). Selon cette convention, Rachida Dati devait contribuer à « la détermination de la conduite de la politique d’extension internationale notamment dans les pays du Moyen-Orient et du Maghreb »[179]. La nouvelle direction de Renault-Nissan, à l'origine de la plainte, explique que « la réalité des travaux du [consultant] n’a jamais été démontrée » et soupçonne son ancien PDG Carlos Ghosn d'avoir utilisé sa position pour faire profiter ses proches[180],[181].

En juillet 2021, après avoir été placée sous le statut de témoin assisté, l’année précédente, Rachida Dati est mise en examen pour « corruption passive par personne investie d’un mandat électif public au sein d’une organisation internationale », « trafic d'influence passif » et « recel d'abus de pouvoir »[182],[183],[184]. Elle dénonce une instrumentalisation de la justice[183] et nie toute irrégularité[185]. Elle dépose plusieurs recours pour cause de prescription[186].

Résultats aux élections municipales

Année Parti Commune 1er tour 2d tour Sièges obtenus
Voix % Rang Voix % Rang CA CP MGP
2008[93] UMP Paris 7e 8 894 49,50 1re 9 934 57,69 1re
8  /  10
5  /  5
2014[103] UMP Paris 7e 7 345 41,01 1re 9 785 55,46 1re
8  /  10
4  /  4
2020[187] LR Ville de Paris 125 639 22,72 2e 159 059 34,32 2e
119  /  340
58  /  163
22  /  60
Paris 7e 7 678 50,69 1re
9  /  10
4  /  4
1  /  1

Culture populaire

À partir de , elle est caricaturée dans l'émission satirique Les Guignols de l'info[188].

En 2009, la société de production Doc en stock réalise le documentaire Dati l'ambitieuse qui retrace son parcours politique[189]. La même année, le duo d'electroclash Sexy Sushi lui consacre dans son album Tu l'as bien mérité ! une chanson intitulée À bien regarder : Rachida.

Dans le film La Conquête (2011) de Xavier Durringer, retraçant la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, elle est interprétée par l'actrice Saïda Jawad. En juillet de la même année, le groupe de rap français Sniper sort une chanson, intitulée Fadela, dans laquelle le refrain répète « Fais pas ta Fadela, fais pas ta Rachida »[190]. Elle fait référence à Fadela Amara et à Rachida Dati, leurs auteurs souhaitant dénoncer un prétendu côté opportuniste chez les deux femmes.

Faïza Guène s'inspire de Rachida Dati pour le personnage de Dounia dans son roman Un homme, ça ne pleure pas (2014)[191].

Ouvrages

  • Fille de M'Barek et de Fatim-Zohra. Ministre de la Justice, Paris, XO, 2011, 272 p. (ISBN 978-2845634312).
  • La Confiscation du pouvoir, Paris, Plon, , 128 p. (ISBN 978-2-259-28271-0).

Décorations

Françaises

Étrangères

Notes et références

  1. a b c et d Jacqueline Remy, Du rimmel et des larmes, Éditions du Seuil, (ISBN 9782020993036, lire en ligne), p. 22
  2. a b c et d Rachida Dati, Fille de M’Barek et de Fatim-Zohra. Ministre de la Justice, XO éditions, , 272 p. (ISBN 9782845634312, lire en ligne)
  3. « Rachida Dati-Xavier Bertrand : les deux voix de Sarkozy », sur Libération, .
  4. « FRANCE - MAROC. Un juge marocain contre Rachida Dati » Accès libre, sur Courrier international, (consulté le )
  5. Rachida Dati, Je vous fais juges, Paris, Grasset, 2007, p. 43-44. Certaines sources font état de douze enfants (huit filles et quatre garçons), par exemple Valérie Gas dans l'article Rachida Dati : une ascension irrésistible sur le site de RFI, d'autres de onze : la confusion vient du fait que la fille de Malika, la sœur ainée de Rachida, a été élevée dans leur famille à sa naissance (source : Rachida et Malika Dati, émission C'est de famille sur Europe 1, 12 juillet 2011,7 min 30 s)
  6. Le Point.fr, « Jamal Dati, frère de Rachida Dati, condamné à 2 ans de prison ferme », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  7. Rédaction Europe1.fr, « 7 mois de prison ferme requis contre Omar Dati », sur europe1.fr, (consulté le ).
  8. Antoine Pétry, « Malika Dati : « Ma sœur Rachida a la France chevillée au corps » », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Malika Dati en première ligne de bus », L'Est républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « CHALON-SUR-SAÔNE… «Si je suis ici, c'est parce que c'est ici que tout a commencé… », sur leparisien.fr,
  11. Remy 2009, p. 24.
  12. « Les études », sur lejsl.com,
  13. Ainsi elle répond à Claude Askolovitch qui lui demande si « le fait d'être d'ailleurs » a compté dans son enfance : « Je ne viens pas d'ailleurs. Je suis née à Saint-Rémy, Saône-et-Loire » (Je vous fais juges, p. 61) ou se déclare, lors d'une interview, « française d’origine française » (une vidéo de cette interview est disponible en ligne).
  14. Elle déclare : « La réalité, elle est d'abord sociale. Être née dans une famille modeste, ça compte » (Je vous fais juges, p. 9) ou « Le décor de mon enfance, ce n'est pas La Haine. C'est Le Thé au harem d'Archimède, de Mehdi Charef : un quartier populaire, où toutes les origines sont mélangées, pas encore le ghetto. Des conditions de vie dures, socialement, mais une entraide, une fraternité, que la question ethnique n'obère pas. » (Je vous fais juges, p. 62).
  15. Rachida Dati, un destin d'exception, dans Direct Soir (ISSN 1771-2092), 21 mai 2007 [lire en ligne].
  16. a b et c Remy 2009.
  17. a et b Remy 2009, p. 37 et 43.
  18. a et b « Présidentielle 2007 - Rachida Dati : une ascension irrésistible », sur rfi.fr.
  19. Remy 2009, p. 44.
  20. Remy 2009, p. 52.
  21. Biographie de Rachida Dati sur le site du ministère de la Justice
  22. Eric Pelletier et Jean-Marie Pontaut, « La face cachée de Rachida Dati », sur L'Express,
  23. Christophe Barbier, « Rachida Dati tempête contre L'Express », sur L'Express,
  24. a et b David Servenay, « Rachida Dati a-t-elle menti sur ses diplômes ? », sur Rue89, nouvelobs.com,
  25. Remy 2009, p. 53.
  26. « L'incroyable histoire de Rachida Dati », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  27. Cet extrait est repris dans Le Nouvel Observateur « Un CV de Rachida Dati fait bien mention du MBA »', 31 octobre 2007, et indique « MBA du groupe HEC - ancienne élève de l'Institut supérieur des affaires », ce qui peut être compris comme indiquant que le MBA a été obtenu ou, comme le suggère le porte-parole de la ministre, que les cours du MBA ont été simplement suivis.
  28. « Diplôme de Rachida Dati : le «Canard enchaîné» sort le document », sur Libération.fr, (consulté le )
  29. Lionel Cottu, Rachida Dati. Une ambition française, First éditions, , p. 272.
  30. « Rachida Dati. Psychanalyse d’un conte de fées », sur nouveleconomiste.fr.
  31. Anne-Cécile Sarfati, « Rachida Dati, parole de Sarko », elle.fr.
  32. « Rachida Dati, nouvelle ministre de la Justice », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  33. Remy 2009, p. 93.
  34. Remy 2009, p. 102.
  35. Denis Demonpion, « L'extravagante Madame Dati », Le Point, 12 décembre 2008
  36. François Labrouillère, « Rachida Dati crée sa société de consultants », Paris Match, 23 juillet 2009
  37. « Dray devra repasser, le serment de Dati repoussé », sur lci.tf1.fr, .
  38. Pour convenances personnelles, à compter du 14 juillet 2012, pour une durée de deux ans (décret du 16 avril 2012) Sur le site legifrance.gouv.fr.
  39. Décret du 21 juin 2018 maintenant en position de disponibilité (magistrature) (lire en ligne).
  40. « Décret du 28 décembre 2020 portant mise en disponibilité (magistrature) de Rachida Dati », legifrance.gouv.fr.
  41. Michaël Darmon et Yves Derai, Belle-Amie, Éditions du Moment, (ISBN 978-2-35417-042-4), p. 134
  42. « Émission Vie privée, vie publique  », sur dailymotion.com, .
  43. Rachida Dati, Je vous fais juges, Grasset, 2007, p. 35-38 et p. 162-169. L'expression entre guillemets est de Rachida Dati elle-même.
  44. Remy 2009, p. 77.
  45. « Rachida Dati a accouché d'une petite Zohra », sur 20 Minutes, .
  46. Didier Dana et Julien Roche, « Bienvenue à Zohra ! », sur lematin.ch, .
  47. « Rachida Dati, accoucher plus pour travailler plus », sur Bakchich, .
  48. « Rachida Dati : un congé maternité pour les élues », sur Voici, (consulté le )
  49. « Le congé maternité éclair de Dati choque les associations féministes » Accès libre, sur Libération, (consulté le )
  50. Mathieu de Martignac, « L'INA éclaire l'actu : Ministre et enceinte, Axelle Lemaire ne fera pas comme Rachida Dati », Entretien audiovisuel diffusé le 8 janvier 2016 par Le Parisien TV Accès libre [vidéo], sur ina.fr, (consulté le )
  51. Delphine de Mallevoüe, « Rachida Dati réclame 6 000 euros de pension à Dominique Desseigne », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  52. « Les huit amants de Rachida Dati », La Libre.be,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  53. a et b « La fille de Rachida Dati a enfin un père ! », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Dominique Desseigne est bien le père de Zohra Dati, confirme la justice », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Élisabeth Chavelet, Rachida ne meurt jamais, éditions du Moment, , p. 39.
  56. « Européennes : Dati investie par le PS… en 1994 », sur leparisien.fr,
  57. « Rachida Dati en 1995 », sur Europe 1, .
  58. Arrêté du 6 décembre 2002 portant nomination au cabinet du ministre
  59. Arrêté du 5 avril 2004 portant nomination au cabinet du ministre d'État [1]
  60. a b et c « Décret du 2 mai 2006 portant détachement (magistrature) », sur legifrance.gouv.fr.
  61. « Rachida Dati, 38 ans, magistrate, femme d'action et conseillère de Nicolas Sarkozy », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  62. « Arrêté du 9 juin 2005 portant nomination au cabinet du ministre d'État » (lire en ligne).
  63. « La garde des Sceaux Rachida Dati en a été, mais a dû en partir, le gotha des minorités ne souhaitant pas devenir une officine sarkozyste. » : « Le très sélect club des minorités », nouvelobs.com, no 2234, 30 août 2007
  64. « Rachida Dati passe ses vacances avec les Sarkozy », sur nouvelobs.com, .
  65. Le Parisien, 11 juillet 2007, page 4.
  66. « Deux nouveaux départs au cabinet de Rachida Dati selon Le Point », sur afp.google.com,
  67. « Le fils de Claude Guéant chez Rachida Dati », sur lexpress.fr, .
  68. Par Le 7 août 2008 à 07h00, « Sarkozy et Dati, loin devant Fillon », sur leparisien.fr, (consulté le )
  69. Pierre V. Tournier, « Impact de la loi « Dati » « renforçant la lutte contre la récidive des majeurs et des mineurs » Quelques pièces versées au dossier », « Arpenter le champ pénal », ACP, n°44, 21/5/07
  70. « Contrôleur des prisons : le garde des Sceaux s'inspire du modèle anglais », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  71. « Le Parlement approuve la création d'un Contrôleur général des prisons », sur rtl.be, (consulté le ).
  72. « Les locaux de rétention administrative épinglés », sur lemonde.fr, .
  73. « La réforme de la carte judiciaire », sur justice.gouv.fr.
  74. « Rachida Dati : « Notre carte judiciaire s'adapte à l'évolution du territoire », sur lemonde.fr,
  75. Gilles Gaetner, « Carte judiciaire: tout ça pour ça? », sur lexpress.fr, .
  76. « Carte judiciaire : la fronde des élus de tous bords contre Dati », sur Rue89, (consulté le ).
  77. « Décret du 30 octobre 2008 », legifrance.gouv.fr, octobre 2008.
  78. « Carte judiciaire : un décret pour annuler les risques d'annulation », sur Le Monde, .
  79. « Le Conseil d'État annule partiellement les pôles d'instruction », sur nouvelobs.com,
  80. « Carte judiciaire : la réforme s'achève », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  81. Marc Landré, « La réforme de la carte judiciaire, un exemple à suivre et poursuivre… », lefigaro.fr,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le ).
  82. a et b « Dati: Un code pour les mineurs », sur lejdd.fr, .
  83. « Procureur général d'Agen : Dati passera outre l'avis du CSM », sur nouvelobs.com, .
  84. « Rachida Dati organise un mouvement exceptionnel de procureurs généraux », sur lemonde.fr, .
  85. Marie Bellan, « Les magistrats appellent Rachida Dati à « se mettre au travail » », Les Échos, 24 octobre 2008
  86. a et b « Forte mobilisation des magistrats », letélagramme.com, 24 octobre 2008.
  87. Élise Barthet, « Les magistrats n'en peuvent plus des "oukases" de la chancellerie », lemonde.fr, 23 octobre 2008.
  88. Laurence de Charette et Cyrille Louis, « Les magistrats mobilisés contre la garde des Sceaux », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  89. « 534 magistrats signent une pétition contre Dati », sur liberation.fr, .
  90. Remy 2009, p. 176.
  91. « Rachida Dati sera tête de liste UMP dans le VIIe à Paris », sur nouvelobs.com,
  92. a et b « Élections municipales de 2008 - 7e arrondissement de Paris », sur interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  93. « Dati s'installe à la mairie du VIIe arrondissement de Paris », sur lefigaro.fr, .
  94. « Rachida Dati veut faire tomber le Mur pour la paix », sur leparisien.fr, .
  95. « Mur pour la Paix : Rachida Dati poursuivie en diffamation par les époux Halter », sur liberation.fr, .
  96. « La condamnation de Dati pour avoir diffamé les époux Halter confirmée », sur nouvelobs.com, .
  97. Jean-Baptiste Schroeder, « Le Mur pour la Paix », objet de toutes les discordes », sur village-justice.com, .
  98. « Paris: Dati à la tête des 'Sardines' », Le Figaro,‎ 25 octobre 2012. (lire en ligne, consulté le ).
  99. « Législatives : Dati renonce à se présenter contre Fillon à Paris », sur lemonde.fr, .
  100. Albert Zennou, « UMP : Dati «réfléchit» à une candidature féminine », lefigaro.fr,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le ).
  101. Saïd Mahrane, « Municipales à Paris - Rachida Dati : "Je retire ma candidature" », lepoint.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  102. a et b « Élections municipales de 2014 - 7e arrondissement de Paris », sur interieur.gouv.fr, .
  103. « Rachida Dati », sur mairie07.paris.fr (consulté le ).
  104. « Elle ne paie plus sa cotisation : Rachida Dati suspendue du groupe Les Républicains à Paris », Sud Ouest,‎ (lire en ligne).
  105. Tristan Quinault Maupoil, « Menacée d'exclusion, Dati prête à quitter le groupe LR du Conseil de Paris », lefigaro.fr, 14 septembre 2015.
  106. Marie-Anne Gairaud, « À Paris, les soutiens de Sarkozy s’organisent », leparisien.fr, 2 juin 2016.
  107. « Damien Meslot nommé conseiller politique du candidat Sarkozy », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le ).
  108. Thomas Vampouille, « Soutien à François Fillon : il est bon le chapeau, madame Dati ? », marianne.net, 21 novembre 2016.
  109. Marie-Anne Gairaud, « Présidentielle : les élus LR de Paris appellent à voter Macron », leparisien.fr, 28 avril 2017.
  110. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », sur lopinion.fr, .
  111. « Dati quittera le gouvernement après les européennes », nouvelobs.com, 23 janvier 2009.
  112. Élections européennes de 2009 - circonscription Île-de-France sur le site du ministère de l'Intérieur
  113. « Élections européennes de 2014 - circonscription Île-de-France », sur interieur.gouv.fr, (consulté le ).
  114. « Rachida Dati », sur la base de données des députés au Parlement européen.
  115. « Parlement européen | Rachida Dati », sur rachida-dati.eu (consulté le ).
  116. Thibault Lescuyer, « Les conflits d'intérêts des députés européens sur la sellette », sur Novethic, (consulté le ).
  117. « Déstabilisée, Rachida Dati s'en prend violemment à la journaliste Élise Lucet », sur atlantico.fr, (consulté le ).
  118. « Dati ne regrette absolument pas d'avoir insulté Elise Lucet », sur lefigaro.fr, .
  119. « Élise Lucet répond à Rachida Dati », sur lepoint.fr, .
  120. « Rachida Dati », sur la base de données des députés au Parlement européen
  121. a et b J.C., « Les risettes de Dati aux Azéris lui coûtent cher », Le Canard enchaîné,‎ , p. 4.
  122. « Rachida Dati : "Je serai avant la 8e place de la liste des Républicains aux européennes" », sur lejdd.fr (consulté le ).
  123. « Rachida Dati renonce aux Européennes et s'intéresse à la mairie de Paris », sur ladepeche.fr (consulté le )
  124. Pierre Maurer, « À Paris, Rachida Dati mènera la liste LR », sur Le Figaro,
  125. Mort de Claude Goasguen, la droite flamboyante, la-croix.com, 28 mai 2020, par Lucie Alexandre
  126. a b et c « Investiture LR aux municipales : Rachida Dati à Paris, un long parcours semé d'embûches », sur lci.fr, (consulté le ).
  127. « Municipales à Paris: Anne Hidalgo profite des divisions de ses rivaux », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  128. « Municipales à Paris: Rachida Dati se défend de toute "combine" », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  129. « Hervé Morin: «Rachida Dati a une énergie et un anticonformisme exceptionnels» », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  130. « Municipales: y a-t-il un "phénomène Dati" à Paris ? », sur rmc.bfmtv.com, (consulté le ).
  131. a et b « Rachida Dati s’installe en première opposante face à Hidalgo », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  132. « Rachida Dati rate son pari dans la capitale », sur valeursactuelles.com, (consulté le ).
  133. « Municipales à Paris : le PS en tête dans 9 arrondissements sur 17, Dati seule maire réélue dès le 1er tour », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  134. « Municipales à Paris : Rachida Dati perd son pari », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  135. « Conseil de Paris : qui sont les six nouveaux présidents de groupe », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  136. « Rachida Dati veut continuer à «changer Paris» », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  137. « Rachida Dati veut continuer à «changer Paris» », sur lopinion.fr, (consulté le ).
  138. « Paris : le sénateur Francis Szpiner crée un nouveau groupe de droite anti-Dati », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  139. Jean-François Achilli, « Remaniement : la nomination de Rachida Dati au gouvernement, "une excellente nouvelle", selon le député LR Alexandre Vincendet » Accès libre [audio], sur Franceinfo, (consulté le )
  140. « Rachida Dati : la nouvelle ministre de la culture exclue du parti des Républicains », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  141. « Rachida Dati « n’est plus membre des Républicains », assure Éric Ciotti », sur SudOuest.fr, 15 févier 2024
  142. « "J'attends mon OQTF": Rachida Dati ironise après son exclusion des Républicains », sur BFMTV (consulté le )
  143. « Rachida Dati, ministre de la culture : une nomination surprise, fruit d’un deal avec Emmanuel Macron », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  144. « Rachida Dati candidate à la mairie de Paris : ce deal avec le Président qui agite la majorité », sur ladepeche.fr (consulté le )
  145. « Rachida Dati quitte la présidence du groupe d'opposition «Changer Paris» après avoir été nommée ministre de la Culture », sur Le Figaro, (consulté le )
  146. « Après son entrée au gouvernement, Rachida Dati veut rester maire du VIIe arrondissement de Paris - France Bleu », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  147. a b et c (en-GB) Angelique Chrisafis, « The rise and fall of Rachida Dati », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le ).
  148. « Rachida Dati, symbole du sarkozysme et de la diversité, candidate aux européennes », sur ladepeche.fr, (consulté le ).
  149. Julien Clémençot, « Rachida Dati en voie de désintégration ? », sur afrik.com, (consulté le ).
  150. Jamil Dakhlia, La représentation politique à l’épreuve du people : élus, médias et peopolisation en France dans les années 2000, Le Temps des Médias no 10, « Peopolisation et politique », printemps 2008.
  151. (en) Nacira Guénif-Souilamas, « The Inflated Ego and New Games of Belonging », Yale French Studies, no 116/117, 2009 : « Gender is a powerful tool in domesticating the new French, as shown by the three women - two Arabs and one black - appointed in Sarkozy's government, people chosen not so much for their agency and political competence, as for their Westernized look, their deliberate choice of surrendering their beliefs in favor of communication skills, and for the obvious, consensual symbol of diversity they embody. Even the sign of unease or revolt they may show is part of the device put in place in order to argue that integration is not only possible but is also desirable, as sexy ways of being demonstrate. The latest episode of the French government soap opera does not have to be imagined by television writers; it has been displayed and widely commented on, when the Minister of Justice, Rachida Dati, of Algerian-Moroccan parents, became pregnant, and subsequently announced that she would not dis close the name of the father with whom she does not live. Hence, when, on 2 January 2009, the girl was born, Dati disclosed her name, Zohra, but remained silent on whether the child would be declared to have a father's name and/or be raised by her alone. »
  152. « Deux frères de Rachida Dati accusés de trafic de cannabis », lemonde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  153. « Ces femmes politiques dans le viseur des racistes », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  154. « Ces politiques français qui abusent du Qatar », sur lepoint.fr, (consulté le ).
  155. « Le Qatar, ami discret de Paris », sur lexpress.fr, (consulté le ).
  156. Christian Chesnot et Georges Malbrunot, Qatar : les secrets du coffre-fort, Paris, Michel Lafon, , 334 p. (ISBN 978-2-7499-1919-5), p. 222.
  157. « Quand l'argent du Qatar affole les politiques », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  158. Christian Chesnot, Nos très chers émirs : sont-ils vraiment nos amis?, Éditions Michel Lafon, dl 2016, cop. 2016 (ISBN 978-2-7499-2487-8 et 2749924871, OCLC 962480719, lire en ligne).
  159. Philippe Peyre, « Qatar : Le Guen et Dati portent plainte », rtl.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  160. « Rachida Dati, la plume au service (secret) du Qatar », sur Blast le souffle de l’info,
  161. Laura Motet, « « Diplomatie du caviar » : les échanges de bons procédés entre l’Azerbaïdjan et les élus français », lemonde.fr,‎ (lire en ligne)
  162. « Des élus français très zélés avec les pays autoritaires », sur LExpress.fr,
  163. a b c d e et f Laurent Léger, « Liens encombrants avec l’Azerbaïdjan : Rachida Dati rattrapée par le caviar de Bakou », sur Libération (consulté le )
  164. Mourad Papazian, Ara Toranian et Patrick Karam, « Les troublants rapports de Rachida Dati avec l’Azerbaïdjan », Marianne,‎ (lire en ligne)
  165. (en) Nailia Bagirova et Margarita Antidze, « Azeri president's supporters heckle as observers declare election unfair », Reuters,‎ (lire en ligne Accès libre)
  166. (ru) « Рашида Дати: "Азербайджан является примером для всего мусульманского мира" », Day.Az,‎
  167. « «Caviargate»: Une enquête dénonce la corruption menée par l'Azerbaïdjan pour acheter des soutiens à l'étranger », sur 20minutes.fr, .
  168. « Rachida Dati répond à Elise Lucet : "Je n'ai rien à cacher" », Franceinfo,‎ (lire en ligne Accès libre)
  169. Rachida Dati, « De l'importance du respect du droit international pour le Haut-Karabakh », Huffingtonpost,‎ (lire en ligne Accès libre)
  170. Clément Lacombe, « L’affaire Dati : révélations sur le business caché de la ministre de la Culture », sur Nouvel Obs,
  171. « Élise Lucet répond à Rachida Dati : «J'attends des réponses» », sur lefigaro.fr, .
  172. a b et c Laurent Léger, « De Renault au contrat Orange : Rachida Dati, une ministre pas tirée d’affaires », sur Libération,
  173. « L’affaire Dati : révélations sur le business caché de la ministre de la Culture », sur L'Obs,
  174. « Pour Dati, les fusillades en Allemagne c’est la faute de l’immigration », sur L'Obs, (consulté le )
  175. « Dominique Versini dénonce les "propos choquants", "inexacts ou mensongers" de Rachida Dati sur les demandeurs d'asile et les réfugiés à Paris », sur Franceinfo, (consulté le )
  176. « Rachida Dati aurait touché 600 000 euros de Renault-Nissan », sur lexpress.fr,
  177. « Ce qui est reproché à Rachida Dati, nommée ministre et mise en examen », sur Le Point, (consulté le )
  178. « Affaire Renault : Rachida Dati se rapproche d'une mise en examen », Marianne, 9 novembre 2020.
  179. « Renault-Nissan : les contrats de Rachida Dati et Alain Bauer ciblés par la justice », sur Capital.fr,
  180. « [EXCLU] Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati et Alain Bauer visés par une enquête », sur Marianne
  181. « Affaire Renault-Nissan : Rachida Dati mise en examen notamment pour "corruption passive" », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
  182. a et b Simon Piel, « Mise en examen dans l’affaire Carlos Ghosn, Rachida Dati dénonce un « combat politique inavoué » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  183. « Rachida Dati mise en examen dans l’affaire Carlos Ghosn », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  184. « Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati mise en examen », sur francebleu.fr, (consulté le ).
  185. Laurent Valdiguié, « Mise en examen pour "corruption passive", Rachida Dati bientôt renvoyée en correctionnelle ? », sur www.marianne.net,
  186. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  187. « La marionnette de Rachida Dati aux Guignols de l'Info dévoilée », sur L'Obs, (consulté le ).
  188. Julien Martin, « Dati l'ambitieuse » ou l'ascension d'une auto-pistonnée, Rue89, 2 mars 2009
  189. « Sniper et la polémique Fadela : la réponse du groupe », sur purepeople.com, (consulté le ).
  190. « "Un homme ça ne pleure pas" : le retour drôle et tendre de Faïza Guène », sur rtl.fr,
  191. « Article 2 - Décret n° 57-549 du 2 mai 1957 portant institution de l'ordre des Arts et de lettres. - Légifrance », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  192. Élisabeth Chavelet, Rachida ne meurt jamais, éditions du Moment, , p. 62.
  193. « PHOTOS - Rachida Dati a été promue lundi 30 mai à Rome, commandeur dans l'ordre de François Ier. La distinction lui a été remise par le prince Charles de Bourbon-Siciles », sur purepeople.com (consulté le ).

Voir aussi

Bibliographie

Ouvrages

  • Claude Askolovitch, Rachida Dati, Je vous fais juges, Paris, Éditions Grasset, , 232 p. (ISBN 978-2-246-73401-7).
  • Élisabeth Chavelet, Rachida ne meurt jamais, Paris, éditions du Moment, , 194 p. (ISBN 9782354172459).
  • Lionel Cottu, Rachida Dati : Biographie, Paris, Éditions Générales First, , 299 p. (ISBN 978-2-7540-0587-6).
  • Michaël Darmon et Yves Derai, Belle Amie, Paris, éditions du Moment, , 178 p. (ISBN 978-2-35417-042-4).
  • Jamal Dati, Dans l'ombre de Rachida, Paris, Calmann-Lévy, , 240 p. (ISBN 978-2702140314).
  • Gilles Gaetner, Rachida Dati : Et si on parlait de vous ?, Paris, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, , 217 p. (ISBN 978-2-35013-151-1).
  • Jacqueline Remy, Du rimmel et des larmes, Paris, Seuil, , 221 p. (ISBN 978-2-02-099303-6).
  • Saveria Rojek, Impitoyable : Mairie de Paris : la folle campagne qui a changé la politique, Paris, Stock, , 244 p. (ASIN B089B4FYMK).

Bande dessinée

Filmographie

Articles connexes

Liens externes