Jacques Duhamel

Jacques Duhamel
Illustration.
Fonctions
Ministre des Affaires culturelles

(2 ans, 2 mois et 21 jours)
Président Georges Pompidou
Premier ministre Jacques Chaban-Delmas
Pierre Messmer
Gouvernement Chaban-Delmas
Messmer I
Prédécesseur André Bettencourt (intérim)
Successeur Maurice Druon
Ministre de l'Agriculture

(1 an, 6 mois et 16 jours)
Président Georges Pompidou
Premier ministre Jacques Chaban-Delmas
Gouvernement Chaban-Delmas
Prédécesseur Robert Boulin
Successeur Michel Cointat
Maire de Dole

(7 ans, 7 mois et 27 jours)
Prédécesseur Charles Laurent-Thouverey
Successeur Jean-Pierre Santa Cruz
Député français

(4 ans, 3 mois et 27 jours)
Réélection 11 mars 1973
Circonscription 2e du Jura
Législature Ve (Cinquième République)
Groupe politique UC (1973-1974)
RCDS (1974-1977)
Prédécesseur Henri Jouffroy
Successeur Henri Jouffroy

(6 ans, 7 mois et 27 jours)
Élection 25 novembre 1962
Réélection 12 mars 1967
30 juin 1968
Circonscription 2e du Jura
Législature IIe, IIIe et IVe (Cinquième République)
Groupe politique RD (1962-1967)
PDM (1967-1969)
Prédécesseur Louis Jaillon
Successeur Henri Jouffroy
Biographie
Nom de naissance Jacques Jean François Joseph Duhamel
Date de naissance
Lieu de naissance Paris 6e (Seine, France)
Date de décès (à 52 ans)
Lieu de décès Paris 5e (France)
Nationalité Française
Parti politique CDP
Conjoint Colette Rousselot
Enfants Jérôme Duhamel
Olivier Duhamel
Stéphane Duhamel
Gilles Duhamel

Jacques Duhamel
Maires de Dole

Jacques Duhamel, né le à Paris où il est mort le [1], est un résistant et homme politique français.

Ministre de l'Agriculture dans le gouvernement de Jacques Chaban-Delmas de 1969 à 1971, il devient ensuite ministre des Affaires culturelles, fonction qu'il conserve jusqu'en 1973 au sein du premier gouvernement de Pierre Messmer.

Biographie

Origines et formation

Jacques Jean François Joseph Duhamel naît le dans le 6e arrondissement de Paris[1].

Il est le fils de l'économiste Jean Duhamel (1893-1940)[2], délégué général puis vice-président du Comité central des houillères de France et directeur général de la Société générale d'immigration[3],[4] et, par ailleurs, administrateur du quotidien patronal La Journée industrielle[3],[5].

Il s'engage dans la Résistance à l'âge de 17 ans.

Diplômé de Sciences Po Paris, il est également licencié en droit, puis intègre l'ENA dans sa première promotion « France combattante 1947 ».

Carrière

Maître des requêtes au Conseil d’État et proche d'Edgar Faure, il travaille à son service pendant sept ans, en particulier comme conseiller technique, directeur adjoint, puis directeur du cabinet au ministère des Finances[6], où il recrute Simon Nora et Valéry Giscard d'Estaing, avant la chute du gouvernement Pierre Mendès France, dans des conditions controversées en [7],[8]. Edgar Faure succède à Pierre Mendès France à la présidence du Conseil et son chef de cabinet Jacques Duhamel[6] met du temps à régler le problème du Maroc dont le souverain Mohammed V, exilé à Madagascar, restauré par la conférence d'Aix-les-Bains pour « éviter une guerre dans le Rif et l'Atlas »[8].

Exerçant à son départ des cabinets ministériels les fonctions de directeur général du Centre national du commerce extérieur[6], il revient en politique le , en prenant la 2e circonscription du Jura, grâce à l'« Union des non »[9] au référendum gaulliste sur la présidentielle au suffrage universel, associant MRP et radicaux, mais aussi au soutien d'Edgar Faure et au changement de circonscription de son vainqueur de 1958. « Il a conquis le Jura, mais le Jura l’a à son tour conquis » écrit Pierre Viansson-Ponté. Efficace défenseur[réf. nécessaire] du Jura, où il est dirige la Société de presse et d'édition jurassienne à partir de 1968, il s'y fait réélire en 1967 et 1968 sous le sigle du parti Progrès et démocratie moderne (PDM), qu’il préside[6] et rebaptise en 1969 Centre démocratie et progrès (CDP)[6]. Il y est aussi réélu en 1973. À l’Assemblée nationale, il est remarqué pour en maîtriser le règlement intérieur.

Rallié au candidat Georges Pompidou contre le centriste Alain Poher à l'élection présidentielle de 1969[6], il devient ministre de l’Agriculture de Pompidou, du au , dans le gouvernement Jacques Chaban-Delmas, puis ministre des Affaires culturelles, du au , dans les gouvernements Chaban-Delmas et Pierre Mesmer. Adoptant la thématique social-démocrate de la « Nouvelle société » de Chaban-Delmas, Jacques Duhamel mène une politique visant à insérer la culture dans la vie quotidienne. Parmi les objectifs du ministre figurent les éléments suivants : aiguiser la sensibilité des enfants aux œuvres de l'art, prendre en compte la capacité d'apprentissage des adultes, maîtriser le cadre de vie et les techniques audiovisuelles nouvelles, etc. Il met en place des procédures contractuelles entre l'État et les institutions culturelles (télévision, industrie cinématographique, compagnies dramatiques décentralisées). Créé en conjonction avec un éphémère Conseil du développement culturel, un Fonds d'intervention culturel finançant des opérations innovantes en partenariat avec d'autres ministères est institué — il subsista jusqu'en 1985. Dans le domaine des arts plastiques, le système du 1 % est étendu à tous les bâtiments publics (1 % du coût de construction doit être consacré à la création d'une œuvre d'art). Il met un terme à la censure politique [réf. nécessaire] et nomme des personnalités situées à gauche à la tête du TNP (Jack Lang, Roger Planchon à Villeurbanne). Après les législatives de 1973, malgré l'insistance de Georges Pompidou[réf. nécessaire], il renonce à toute fonction ministérielle du fait de sa maladie.

Maire de Dole à partir de 1968[10], il démissionne pour raisons de santé en 1976. Son successeur, Armand Truchot, est battu en 1977 par le socialiste Jean-Pierre Santa Cruz.

Mort

Jacques Duhamel meurt à l'âge de 52 ans des suites d'une maladie dégénérative du cervelet, dans la nuit du au , à son domicile parisien du 5e arrondissement[1]. Il est inhumé dans le cimetière de la Guicharde, à Sanary-sur-Mer, dans le tombeau de la famille Duhamel-Funck-Brentano[11].

Vie privée

Avec son épouse Colette Rousselot (1924-2007), remariée après sa mort avec Claude Gallimard et devenue éditrice, Jacques Duhamel a quatre fils :

Par sa sœur jumelle Monique Duhamel, Jacques Duhamel est l'oncle maternel de l'homme d'affaires Thierry Funck-Brentano[11], devenu en 1984 le compagnon de l’actrice Marie-France Pisier puis son époux en 2009, cette dernière étant aussi devenue la belle-sœur de son fils Olivier Duhamel (par le mariage de ce dernier en 1987 avec Évelyne Pisier).

Hommages

Au palais des congrès du Touquet-Paris-Plage, le hall d'honneur porte son nom[a],[15],[16].

Une place de Paris, près des quais de Seine, face à l'île de la Cité, porte son nom dans le 5e arrondissement de Paris depuis  ; elle a été inaugurée le , notamment en présence de ses trois fils, de la maire de l’arrondissement Florence Berthout et du président du MoDem François Bayrou[17],[18].

Une exposition rendant hommage à Jacques Duhamel a été organisée à Dole, ville dont il a été maire pendant près de huit ans, par l’Association des amis de Jacques Duhamel, retraçant sa vie. Le vernissage a eu lieu le vendredi en présence de deux de ses fils, Stéphane et Gilles[10].

Son fils Olivier a écrit une biographie romancée de ses parents, intitulée Colette et Jacques, sortie en 2019[19].

Notes et références

Notes

  1. Le hall du palais des congrès prend son son nom dans les années 2000, en remerciement de l'aide financière apportée par Jacques Duhamel, alors ministre des Affaires culturelles, pour l'implantation dans la commune du lycée hôtelier.

Références

  1. a b et c « matchID - Fichier des décès - Duhamel Jacques Jean François Joseph », sur deces.matchid.io (consulté le 14 janvier 2021)
  2. Jean Duhamel (1893-1940) – Économie politique, "La puissance économique du Japon" (1917), BnF Data (consulté le 17 février 2021).
  3. a et b « Le Temps », sur Gallica, (consulté le 10 janvier 2021).
  4. « Le Temps », sur Gallica, (consulté le 10 janvier 2021).
  5. "Les documents politiques, diplomatiques et financiers", avril 1931, ; "Les documents politiques, diplomatiques et financiers", octobre 1933, Ibid., juin 1928, Ibid., décembre 1931
  6. a b c d e et f « M. Jacques Duhamel est mort Au terme d'une longue et douloureuse épreuve », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2021).
  7. Aude Terray, « Chapitre IV. Pierre Mendès France, un accélérateur pour le SEEF ? », dans Des francs-tireurs aux experts : l’organisation de la prévision économique au ministère des Finances, 1948-1968, Institut de la gestion publique et du développement économique, coll. « Histoire économique et financière - XIXe-XXe », (ISBN 978-2-11-129427-1, lire en ligne), p. 101–122.
  8. a et b « Un maître politicien », sur Le Telegramme, (consulté le 10 janvier 2021).
  9. « Jura : M. Jacques Duhamel bien placé à Dole. », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2021).
  10. a et b « Dole - Exposition. Un hommage émouvant a été rendu à Jacques Duhamel », sur leprogres.fr, (consulté le 14 janvier 2021)
  11. a et b « Pisier Marie-France (1944-2011) - Cimetières de France et d'ailleurs », sur landrucimetieres.fr (consulté le 6 janvier 2021).
  12. Yves Courrière, Pierre Lazareff ou le Vagabond de l'actualité. Gallimard, collection « Biographies », 1995, p. 763.
  13. « LE FILS AINÉ DE M. JACQUES DUHAMEL EST TUÉ PRÈS DE TOULON », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 janvier 2021)
  14. « Gilles Duhamel », sur Les Echos, (consulté le 24 janvier 2021)
  15. « Le centre des congrès du Touquet changé à vue par Wilmotte », sur lestouquettois.fr, (consulté le 21 mai 2021).
  16. Léonce Deprez, L'Envie du futur, éd. La Voix du Nord, , 511 p. (ISBN 2-84393-140-1), p. 210
  17. « Inauguration de la place Jacques-Duhamel en présence de ses trois fils — Olivier, Gilles et Stéphane Duhamel — et de Daniel Germond, François Bayrou, Florence Berthout », sur moissey.com (consulté le 14 janvier 2021).
  18. « Dole - Histoire. Paris inaugure une place du nom de Jacques Duhamel », sur leprogres.fr, (consulté le 10 janvier 2021)
  19. Olivier Duhamel, Colette et Jacques, Plon, , 250 p. (ISBN 2259268447 et 978-2259268448).

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes