Olga Givernet

Olga Givernet
Illustration.
Olga Givernet en janvier 2019.
Fonctions
Députée de la 3e circonscription de l’Ain
En fonction depuis le
(3 ans, 3 mois et 19 jours)
Élection 18 juin 2017
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Stéphanie Pernod-Beaudon
Conseillère régionale d'Auvergne-Rhône-Alpes
En fonction depuis le
(4 ans, 9 mois et 22 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Laurent Wauquiez
Conseillère municipale de Saint-Genis-Pouilly

(3 ans, 3 mois et 18 jours)
Élection 23 mars 2014
Maire Hubert Bertrand
Biographie
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Saint-Germain-en-Laye (Yvelines)
Nationalité Française
Parti politique MoDem (2013-2015)
LREM (depuis 2016)
Diplômée de Polytech' Paris-UMPC
Profession Ingénieure

Olga Givernet, née le à Saint-Germain-en-Laye[1], est une femme politique française, membre de La République en marche (LREM). Elle est élue députée de la 3e circonscription de l'Ain le .

Biographie

Jeunesse et formation

Fille d'une psychologue scolaire née en Normandie et d'un entrepreneur dans le recyclage plastique originaire du Puy-en-Velay, Olga Givernet nait et grandit dans les Yvelines. Elle y poursuit également ses études secondaires.

Elle obtient un diplôme d'ingénieure en électronique et informatique à l'Université Pierre-Marie-Curie et un mastère en sciences[2].

Carrière professionnelle

En 2004, après un stage de fin d'études dans l'entreprise Renault Trucks de Saint-Priest, Olga Givernet part s'installer à Auckland avec son conjoint. Elle y travaille en tant qu'ingénieure avionique puis cheffe de projet au bureau d'études de la compagnie aérienne nationale Air New Zealand[2]. Après trois années passées en Nouvelle-Zélande, elle revient en France en 2007 et s'installe avec son mari dans le Pays de Gex. Elle travaille pour les centres de maintenance de jets privés basés à l'aéroport international de Genève[3], comme spécialiste du réaménagement intérieur.

Conseillère municipale et intercommunale

En 2013, elle adhère au MoDem[3]. En , elle est élue conseillère municipale de la ville de Saint-Genis-Pouilly sur la liste du maire sortant, Hubert Bertrand (DVG). Elle est déléguée au transfrontalier et à la qualité de vie. Elle devient également conseillère communautaire à la communauté de communes du Pays de Gex[3], membre de la commission des déchets.

Touchée par la limitation du cumul des mandats, elle démissionne de son poste de conseillère municipale de Saint-Genis-Pouilly le .

Conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes

À l'automne 2015, elle se met en retrait du MoDem, à la suite de l'alliance de ce dernier avec le mouvement LR pour les élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes de [2]. Elle figure en 4e position sur la liste d'union de la gauche de l'Ain, conduite par Jean-Jack Queyranne [4],[5]. Elle est élue le et siège dans l'opposition[3]. En , elle crée le groupe La Région En Marche (LREM) avec quatre de ses collègues et en devient présidente.

Députée de l'Ain

Au printemps 2016, elle se porte candidate à l'élection législative partielle de la 3e circonscription de l’Ain provoquée par la démission du député en place Étienne Blanc. Sans étiquette, elle se présente alors comme « démocrate », se revendiquant centriste et déclarant se reconnaître dans la démarche d'Emmanuel Macron[2]. Elle a un score de 10,05 % des suffrages exprimés lors du premier tour qui se déroulait le .

Alors sans étiquette politique, elle adhère en au mouvement En Marche ! créé par Emmanuel Macron[6]. Elle est investie le par La République en marche ! comme candidate de ce parti dans la 3e circonscription de l’Ain aux élections législatives de 2017[7]. Après avoir obtenu au premier tour 45,30 % des suffrages exprimés[8], elle est élue au second tour avec 61,86 % des suffrages exprimés face à la députée sortante LR Stéphanie Pernod-Beaudon[8].

À l'Assemblée nationale, elle siège au sein de la Commission des Affaires étrangères, l'une des 8 commissions permanentes. Elle y intègre par ailleurs le Comité d'évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC)[9], dont elle devient vice-présidente. C'est au sein de ce CEC qu'elle rend un rapport dès , avec le député Régis Juanico du Groupe Nouvelle Gauche Parti socialiste "sur la mise en œuvre des conclusions du rapport d’information (n° 4456) du sur l’évaluation de la régulation des jeux d’argent et de hasard" [10] : elle propose avec son coauteur plusieurs conditions à l'évolution actionnariale éventuelle de la Française des Jeux, tout en soutenant une refonte de l'ensemble de la régulation des jeux de hasard et d'argent en France [11]. Elle est également vice-présidente du groupe d'amitié France-Suisse.

Elle lance en des débats à domicile dans le cadre du Grand débat national avec l'opération "J'irai débattre chez vous"[12].

En , à l'occasion du renouvellement des postes au sein de la majorité, elle se porte candidate à la présidence du groupe LREM[13]. Alors que Gilles Le Gendre est réélu dès le premier tour, elle arrive en troisième position sur six avec 28 voix[14].

Au sein d'En marche !, devenu LREM

Dès son adhésion en au mouvement En marche !, Olga Givernet devient la référente dans l'Ain jusqu'à son élection comme députée en [réf. nécessaire]. Avec son collègue Florent Boudié, elle est chargée de proposer une stratégie à Stanislas Guerini, délégué général de LREM, pour les élections régionales de 2021[15].

Vie privée

Elle est mariée et mère de deux filles.

Notes et références

  1. « Mme Olga Givernet - Ain (3e circonscription) - Assemblée nationale », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 21 juin 2017)
  2. a b c et d  « Olga Givernet, invité de "l'Agora, parlons vrai" », sur Voix de l'Ain (consulté le 19 juin 2017)
  3. a b c et d  « De l’aéronautique à la Région:un atterrissage-surprise pour Olga », sur Le Pays Gessien (consulté le 18 juin 2017)
  4. Résultats des élections régionales 2015 - Élus de la liste : Liste Union de la Gauche
  5. Résultats des élections régionales 2015 - Conseil Régional de la région : Auvergne - Rhône-Alpes
  6. « Olga Givernet, référente dans l'Ain d’En Marche d'Emmanuel Macron », sur Voix de l'Ain (consulté le 18 juin 2017)
  7. « Législatives : Olga Givernet investie par le parti d’Emmanuel Macron », sur La Tribune Républicaine (consulté le 18 juin 2017)
  8. a et b  « Élections législatives 2017 - Ain (01) - 3ème circonscription », sur Ministère de l'Intérieur (consulté le 18 juin 2017)
  9. « Qu’est-ce que le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques ? », sur Vie publique (consulté le 2 août 2017)
  10. « Rapport n° 494 déposé le 14 décembre 2017 », sur Assemblée nationale (consulté le 3 janvier 2018)
  11. Lilian Alemagna, « Française des jeux : des députés s'inquiètent d'une ouverture du capital », sur Libération, (consulté le 3 janvier 2018)
  12. « Bellegarde - Pays de Gex : Votre députée se rend chez vous pour débattre », sur Le Pays Gessien, (consulté le 1er février 2019)
  13. Caroline Vigoureux, « A La République en marche, tous candidats! », sur lopinion.fr, (consulté le 17 juillet 2019).
  14. Le Monde avec AFP, « Gilles Le Gendre reste président du groupe macroniste à l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 23 juillet 2019)
  15. « Comment les lieutenants d'Emmanuel Macron préparent la bataille des régionales de 2021 », sur La Lettre A.fr, (consulté le 18 décembre 2019).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes