Jean Lecanuet

Jean Lecanuet
Illustration.
Crédit image :
Sénat français
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Jean Lecanuet en 1959.
Fonctions
Sénateur français

(6 ans, 4 mois et 20 jours)
Élection 28 septembre 1986
Circonscription Seine-Maritime
Groupe politique UC
Successeur Roger Fossé

(8 ans, 5 mois et 30 jours)
Élection 25 septembre 1977
Circonscription Seine-Maritime
Groupe politique UCDP (1977-1984)
UC (1984-1986)
Prédécesseur Paul Caron
Successeur Paul Caron

(13 ans, 10 mois et 6 jours)
Élection 26 avril 1959
Réélection 22 septembre 1968
Circonscription Seine-Maritime
Successeur Paul Caron
Député français

(5 mois et 26 jours)
Élection 16 mars 1986
Circonscription Seine-Maritime
Législature VIIIe (Cinquième République)
Groupe politique UDF
Prédécesseur Scrutin uninominal
Successeur Roger Fossé

(1 an, 2 mois et 27 jours)
Élection 11 mars 1973
Circonscription 1re de la Seine-Maritime
Législature Ve (Cinquième République)
Groupe politique RDS
Prédécesseur Roger Dusseaulx
Successeur Pierre Damamme

(4 ans, 4 mois et 26 jours)
Élection 17 juin 1951
Circonscription Seine-Inférieure
Législature IIe (Quatrième République)
Groupe politique MRP
Député européen

(9 ans, 2 mois et 22 jours)
Élection 10 juin 1979
Réélection 17 juin 1984
Législature 1re et 2e
Groupe politique PPE
Président de l'Union pour la démocratie française

(10 ans, 4 mois et 29 jours)
Prédécesseur Création du parti
Successeur Valéry Giscard d'Estaing
Ministre d'État chargé du Plan et de l'Aménagement du territoire

(7 mois et 2 jours)
Président Valéry Giscard d'Estaing
Premier ministre Raymond Barre
Gouvernement Barre I
Prédécesseur Olivier Guichard (indirectement)
Successeur Michel Rocard (indirectement)
Président du Centre des démocrates sociaux

(6 ans et 8 jours)
Prédécesseur Lui-même (indirectement, CD)
Successeur Pierre Méhaignerie
Président du conseil général de la Seine-Maritime

(18 ans, 4 mois et 30 jours)
Prédécesseur André Marie
Successeur André Martin
Ministre d'État[a]
Garde des Sceaux, ministre de la Justice

(2 ans, 2 mois et 28 jours)
Président Valéry Giscard d'Estaing
Premier ministre Jacques Chirac
Gouvernement Chirac I
Prédécesseur Jean Taittinger
Successeur Olivier Guichard
Président du conseil régional de Haute-Normandie

(8 mois et 19 jours)
Prédécesseur Fonction créée
Successeur André Bettencourt
Maire de Rouen

(24 ans, 10 mois et 18 jours)
Élection
Réélection


Prédécesseur Bernard Tissot
Successeur Jeanine Bonvoisin (intérim)
François Gautier
Président du Centre démocrate

(10 ans et 1 mois)
Prédécesseur Lui-même (indirectement, MRP)
Successeur Lui-même (indirectement, CDS)
Président du Mouvement républicain populaire

(2 ans, 4 mois et 23 jours)
Prédécesseur André Colin
Successeur Lui-même (indirectement, CD)
Secrétaire d'État aux Relations
avec les États associés

(3 mois et 4 jours)
Président René Coty
Président du Conseil Edgar Faure
Gouvernement Faure II
Prédécesseur Henri Laforest
Successeur Fonction supprimée
Biographie
Nom de naissance Jean Adrien François Lecanuet
Surnom Le Roi Jean[1],[2]
Date de naissance
Lieu de naissance Rouen
Date de décès (à 72 ans)
Lieu de décès Neuilly-sur-Seine
Nature du décès Cancer
Sépulture Abbaye Saint-Georges de
Boscherville
Nationalité Française
Parti politique MRP (1944-1965)
CD (1966-1976)
CDS (1976-1993)
UDF (1978-1993)
Profession Maître des requêtes au Conseil d'État

Signature de Jean Lecanuet

Jean Lecanuet
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Maires de Rouen

Jean Lecanuet, né le à Rouen (Seine-Inférieure) et mort le à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), est un homme politique français.

Agrégé de philosophie, il s'engage dans la Résistance puis travaille comme fonctionnaire au sein de plusieurs cabinets ministériels après la Libération. Sous la IVe République, il est brièvement secrétaire d'État auprès de la présidence du Conseil entre 1955 et 1956.

Soutenu par les démocrates-chrétiens, il présente sa candidature à la première élection présidentielle française convoquée au suffrage universel en 1965. À l'issue d'une campagne novatrice qui lui donne une notoriété nationale, il se classe à la troisième place en obtenant plus de 15 % des suffrages au premier tour. De fait, il participe à la mise en ballotage du général de Gaulle.

En 1968, il devient maire de Rouen et le demeure jusqu'à sa mort. Il mène alors une ambitieuse politique d'urbanisme et dote notamment la ville d'un nouveau réseau de tramway.

Sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, il est garde des Sceaux de 1974 à 1976, puis ministre de l'Aménagement du territoire de 1976 à 1977. Considéré comme une figure du centrisme, il préside successivement ou parallèlement le Mouvement républicain populaire (MRP), le Centre démocrate (CD), le Centre des démocrates sociaux (CDS) et l'Union pour la démocratie française (UDF).

Biographie

Famille et études

Jean Adrien François Lecanuet, de son nom complet, naît dans un milieu modeste. Son père Paul, représentant de commerce[3], est originaire du village de Tessy-sur-Vire (Manche).

Formé dans un premier temps à l'école Bellefonds, il entre au pensionnat Jean-Baptiste-de-La-Salle, avant de poursuivre sa scolarité au lycée Corneille de Rouen, où il obtient le baccalauréat en 1939. Il s'oriente ensuite vers des études littéraires au lycée Henri-IV à Paris.

Seconde Guerre mondiale

Après avoir obtenu son diplôme d'études supérieures en lettres, il est reçu deuxième à l'agrégation de philosophie en [4]. Il est, à l'âge de 22 ans, le plus jeune agrégé de France. Il enseigne ensuite en tant que professeur de philosophie à Douai, puis à Lille.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, tout en continuant à enseigner le jour, en 1943, il participe à la Résistance et entre dans la clandestinité. Son action inclut la participation à des réseaux de sauvetage des Juifs persécutés qui l'ont fait reconnaître comme un Juste parmi les nations. En , il est arrêté avec le commando qui venait de faire sauter la voie ferrée Lille-Bruxelles, et parvient à s'échapper avec la complicité d'un Polonais incorporé de force dans l'armée allemande.

Pendant cette période, il épouse Denise Paillard avec laquelle il aura trois enfants.

IVe République

À la Libération, Jean Lecanuet devient inspecteur général au ministère de l'Information.

Il adhère aussitôt au Mouvement républicain populaire (MRP) et occupe plusieurs fois des postes de directeur de cabinet ou de chargé de mission auprès de ministres MRP (ministres de l'Information, de la Marine marchande, de l'Économie nationale, de l'Intérieur, des Finances, etc.).

Il est élu pour la première fois député aux élections législatives de 1951, dans la Seine-Inférieure, à l'âge de 31 ans.

D' à , dans le second gouvernement dirigé par Edgar Faure, il est secrétaire d'État aux Relations avec les États associés. Battu aux élections législatives de 1956, il est dans la foulée nommé (au tour extérieur) maître des requêtes au Conseil d'État.

Il collabore régulièrement, par la suite, avec Pierre Pflimlin, dont il devient l'un des fidèles ; il fait d'ailleurs partie de son cercle de conseillers à l'hôtel de Matignon, lorsque Pflimlin dirige le gouvernement entre le et le .

Débuts de la Ve République

De nouveau battu aux élections législatives de 1958, il est élu sénateur de la Seine-Maritime en 1959. Il prend l'année suivante la tête du groupe MRP du Sénat.

Lors du congrès du MRP des 23-, il est élu président du parti, tandis que Joseph Fontanet en devient secrétaire général. Il entreprend une stratégie visant à relever le mouvement, alors en déclin électoral.

Fin 1965, il annonce la création d'un « Centre démocrate » (CD), qu'il lance officiellement l'année suivante et dans lequel le MRP fusionne. Jean Lecanuet préside le CD jusqu'en 1976.

Élection présidentielle de 1965

En , il est candidat à l'élection présidentielle, soutenu entre autres par Paul Reynaud. Démocrate-chrétien, il est le représentant d'un courant atlantiste qui bénéficie du soutien financier américain contre la volonté d'indépendance nationale incarnée par le général de Gaulle[5][réf. à confirmer].

Sa campagne est marquée par l'utilisation des spots télévisés, par sa décontraction et son charme, d'où son surnom revendiqué de « Kennedy français », et celui de « Monsieur dents blanches » par ses adversaires[6]. Il utilise des méthodes de communication issues des élections présidentielles américaines. Ses prestations à la télévision, lors desquelles il se fait interroger par le populaire Léon Zitrone, sont considérées comme les meilleures des candidats. Mais l'influence de la télévision sur le comportement électoral a pu être surestimée, ce qui expliquerait pour partie son échec[7],[8].

Alors qu'il était crédité de 3 % d'intentions de vote au début de la campagne, il obtient 3 777 119 voix, soit 15,57 % des suffrages exprimés. Il contribue ainsi à la mise en ballottage de De Gaulle. Pour le second tour, il ne donne pas de consigne de vote ; il affirme, par la suite, regretter de ne pas avoir appelé à voter en faveur du général de Gaulle[9].

En 1966, il fonde le Centre démocrate, voie difficile lorsque le mode de scrutin favorise la bipolarisation. C'est ainsi qu'en 1972, il fonde avec Jean-Jacques Servan-Schreiber le Mouvement réformateur. Il négocie avec Pierre Messmer les désistements qui permettent le succès de la majorité de droite et de centre-droit aux élections législatives de 1973.

Maire de Rouen

La carrière politique de Jean Lecanuet est profondément marquée par ses mandats successifs à la mairie de Rouen, qu'il dirige de à sa mort. Il est d'ailleurs surnommé « le roi Jean » compte tenu de son influence et du cumul de ses mandats[1].

Le , il succède au maire démissionnaire Bernard Tissot, dont il était le premier adjoint. Ses débuts sont néanmoins difficiles à cause d'une certaine défiance de la bourgeoisie rouennaise envers lui, en dépit de son ancrage local[10].

Crédit image :
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Une ancienne rame du « métro » de Rouen, dont Jean Lecanuet est l'inspirateur.

Souhaitant faire de Rouen la « capitale du Grand-Ouest », il conduit une politique d'urbanisme ambitieuse. Il tente de freiner le déclin démographique de la ville en promouvant la richesse patrimoniale du Vieux Rouen tout en impulsant de vastes travaux d'aménagements. C'est dans ce contexte que le quartier Saint-Sever devient une zone économique grâce à la construction d'un centre commercial, inauguré en .

Au début des années , il fait de la rue du Gros-Horloge la première voie piétonne de France sur la proposition de son adjoint chargé de l'urbanisme, Bernard Canu[11],[12]. Plusieurs maires d'autres grandes villes, comme Pierre Pflimlin à Strasbourg[13], s'inspireront plus tard de l'exemple rouennais.

La principale action de Lecanuet reste toutefois la mise en place d'un « métro » traversant la cité normande et sa périphérie. Il s'agit en fait d'un tramway comptant plusieurs stations souterraines. La mise en œuvre du projet est alors confiée au vice-président socialiste du SIVOM de l'agglomération de Rouen, Yvon Robert[14], qui en partage la paternité avec Lecanuet. Ce dernier meurt avant l'inauguration du « métrobus » en .

Lecanuet participe aussi à la création de l'Armada de Rouen, proposée par Patrick Herr après une course transatlantique entre Rouen et New York pour célébrer le centième anniversaire de la traversée de l'Atlantique par la Statue de la Liberté en 1986.

Les listes dirigées par Jean Lecanuet ont constamment gagné les élections municipales entre et . Son principal adversaire, le socialiste Michel Bérégovoy, ne l'a jamais battu.

En , il intègre le patron du groupe Axa Claude Bébéar sur sa liste pour faire de lui son éventuel successeur à la mairie de Rouen mais celui-ci met un terme à ses activités politiques avant la mort de Lecanuet, qui ne s'était pas choisi un autre héritier politique. Cette absence de « dauphin » désigné favorise ensuite les tensions entre les différents prétendants de la majorité municipale[15],[16].

Ministre sous Giscard d'Estaing

Jean Lecanuet a été l'un des proches de Valéry Giscard d'Estaing.

Peu après la mort de Georges Pompidou en , Jean Lecanuet renonce à briguer de nouveau la présidence de la République et se rapproche de Valéry Giscard d'Estaing, dont il soutient la candidature à l'élection présidentielle anticipée.

Son concours à la campagne victorieuse du candidat des Républicains indépendants lui vaut d'être nommé ministre de la Justice dans le gouvernement formé par Jacques Chirac[17]. Il en occupe alors la troisième place dans l'ordre protocolaire après le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur, Michel Poniatowski.

En tant que garde des Sceaux, Jean Lecanuet mène à bien plusieurs réformes progressistes promises par Valéry Giscard d'Estaing. Dès les premiers mois du septennat, il défend notamment l'abaissement de la majorité civile à l'âge de dix-huit ans, puis l'introduction du divorce par consentement mutuel qui doit selon lui « guérir le mal lorsqu'il existe » sans pour autant menacer la solidité du mariage en tant qu'institution[18].

Il contribue aussi à la révision de l'article 61 de la Constitution pour permettre à soixante sénateurs ou à soixante députés de saisir le Conseil constitutionnel[19].

S'il approuve généralement les ambitions réformatrices du chef de l'État, Jean Lecanuet se montre conservateur sur certains sujets : en raison de ses convictions religieuses, il refuse par exemple de porter devant le Parlement le projet de loi visant à légaliser l'interruption volontaire de grossesse, qu'il assimile à « une œuvre de mort »[20],[21]. Selon le journaliste Franz-Olivier Giesbert, son « travail souterrain » permet cependant l'adoption du texte par une partie de la majorité de centre droit[22].

Alors que des assassinats d'enfants se multiplient dans un contexte inédit de forte médiatisation[b], Jean Lecanuet justifie à plusieurs reprises le recours à la peine de mort pour des « crimes odieux » en se disant personnellement convaincu de son effet dissuasif[23],[24].

En , après la désignation de Raymond Barre en tant que Premier ministre, il est nommé ministre d'État chargé du Plan et de l'Aménagement du territoire. Quelques mois plus tard, en , il n'est pas reconduit lors de la formation du deuxième gouvernement Barre.

Président du CDS et de l'UDF

Il est le premier président de l'Union pour la démocratie française (UDF), fondée par Valéry Giscard d'Estaing en 1978. Il conserve cette fonction jusqu'en 1988. Il est également président du Centre des démocrates sociaux (CDS) de 1976 à 1982 ; il abandonne la tête de ce parti pour se consacrer à la présidence de l'UDF.

Après la courte victoire de la droite aux élections législatives de 1986, le nouveau Premier ministre Jacques Chirac propose à François Mitterrand de nommer Lecanuet ministre des Affaires étrangères mais le chef de l'État s'y oppose[25]. Dès lors, le dessinateur Plantu le représente dans les pages du Monde avec un cactus sous le bras[c],[26],[27] ; d'après l'historienne Annie Duprat, cette représentation fait référence à un discours de Lecanuet qui promettait, durant la présidence de Giscard d'Estaing, d'être « le cactus de la majorité »[28]. Quelques mois plus tôt, il estimait souhaitable une démission de François Mitterrand dans l'hypothèse d'une victoire du centre et de la droite aux élections législatives[29].

Fin de vie

Crédit image :
© Raimond Spekking / CC BY-SA 4.0 (via Wikimedia Commons)
licence CC BY-SA 4.0 🛈
L'abbaye Saint-Georges de Boscherville, où sont inhumés Jean Lecanuet et sa seconde épouse.

Il termine sa carrière politique nationale au Sénat, sur les bancs du groupe centriste. Président de la prestigieuse commission des Affaires étrangères de la haute assemblée, il livre son dernier combat politique en défendant avec vigueur la ratification du traité de Maastricht[30].

Après les élections sénatoriales de 1992, il est pressenti pour succéder au centriste Alain Poher comme président du Sénat[31]. Très affaibli par la progression d'un cancer, il renonce toutefois à briguer le « plateau » de la chambre haute qui échoit finalement à René Monory[32].

Le , il meurt des suites de son cancer généralisé[33]. Sa première adjointe Jeanine Bonvoisin lui succède par intérim en tant que maire de Rouen, jusqu'à la désignation formelle de François Gautier.

Ses funérailles, célébrées le suivant à la cathédrale Notre-Dame de Rouen par l'archevêque Joseph Duval, rassemblent des personnalités politiques de premier plan comme le chef du gouvernement Pierre Bérégovoy, le président du Sénat René Monory, l'ex-président du Conseil Pierre Pflimlin, les anciens Premiers ministres Jacques Chirac, Raymond Barre et Laurent Fabius ainsi que l'ex-président de la République Valéry Giscard d'Estaing[34],[35]. À l'issue de la cérémonie, les honneurs militaires sont rendus à sa dépouille par le 71e régiment du génie[36].

Conformément à ses volontés, Jean Lecanuet est inhumé sous une voûte dans l'abbaye Saint-Georges de Boscherville, où il aimait se recueillir. Sa seconde épouse Jacqueline, décédée quelques mois plus tard, l'y rejoint[37]. Les arrêtés préfectoraux autorisant ces inhumations dans un bâtiment public ont pourtant fait l'objet de critiques de la part des défenseurs du patrimoine[38],[39].

Héritage politique

Peu après sa mort, la rue Thiers, une artère du centre-ville de Rouen qui fait face à l'hôtel de ville, est rebaptisée rue Jean-Lecanuet. Un collège, situé sur la rive gauche de la commune, porte également son nom.

L'Institut Jean Lecanuet, dont le comité de parrainage comporte aussi bien des élus que des personnalités de la société civile, revendique son héritage et défend notamment les « valeurs du personnalisme communautaire »[40].

Lors de la campagne présidentielle de 2017, plusieurs médias soulignent les similitudes entre Jean Lecanuet et le candidat Emmanuel Macron, qui prétend vouloir dépasser les clivages politiques traditionnels comme l'avait d'abord envisagé le centriste[27],[41],[42],[43].

Dans la culture populaire

Dans la bande-dessinée Paris brûle encore de la saga Jour J, il devient président de la République française après les événements de mai 68 qui dégénèrent en guerre civile avec l'assassinat de De Gaulle.

Détail des mandats et fonctions

Fonctions gouvernementales

IVe République

Ve République

Mandats parlementaires

Mandats locaux

Fonctions partisanes

Résultats électoraux

Élection présidentielle

Année Parti Premier tour
Voix % Rang Issue
1965[44] MRP 3 777 120 15,57 3e Éliminé

Notes et références

Notes

  1. Il est nommé ministre d’État le .
  2. À cette époque, les crimes attribués à Christian Ranucci ou à Patrick Henry marquent profondément l'opinion publique.
  3. Le dessinateur dit s'être inspiré de l'acteur Michel Aumont qui, dans une mise en scène de la pièce Un chapeau de paille d'Italie, portait un myrte en pot sous le bras.

Références

  1. a et b « Rouen rend hommage au “Roi Jean” », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Décès de Jean Lecanuet : réactions à Rouen » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le ).
  3. « Mort de Jean Lecanuet. Un centriste d'opposition puis de pouvoir », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. André Chervel, « Les agrégés de l'enseignement secondaire. Répertoire 1809-1960 », sur rhe.ish-lyon.cnrs.fr, (consulté le ).
  5. Gaël Moullec, « De l'Atlantique à l'Oural : de Gaulle et l'Union soviétique », La Nouvelle Revue d'histoire, no 82 de janvier-février 2016, p. 54-57.
  6. Jean Garrigues, La France de la Ve République : 1958-2008, Armand Colin, (lire en ligne), n. p..
  7. Tony Gamal Gabriel, « 1965, la communication de Lecanuet met De Gaulle en ballottage », sur slate.fr, (consulté le ).
  8. Christian Delporte, « Lecanuet en 1965 : l'effet télévision ? », Matériaux pour l'histoire de notre temps, no 46,‎ , p. 32-35 (lire en ligne).
  9. Georges Valance, VGE : Une vie, Paris, Flammarion, , p. 394.
  10. « ROUEN : la division des socialistes complique la tâche de M. Jean Lecanuet », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « EN VILLE/ROUEN. Riverain. L'homme des piétons », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « La Rue du Gros-Horloge, première voie piétonne de France », sur tst-radio.com, (consulté le ).
  13. Pierre Pflimlin, Mémoires d'un Européen, Paris, Fayard, , p. 267.
  14. Étienne Banzet, « Dossier Municipales à Rouen », Le Point,‎ (lire en ligne).
  15. Renaud Dély, « A Rouen, la zizanie en héritage. Depuis la mort de Lecanuet, Gautier, CDS, et Guez, PR, s'étripent. », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Dominique Aubin, « A Rouen, la droite aborde divisée l'après-Lecanuet », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « Une longue patience », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « La réforme du divorce de 1975 : l'introduction du divorce par consentement mutuel » [vidéo], sur enseignants.lumni.fr (consulté le ).
  19. « Loi constitutionnelle n° 74-904 du 29 octobre 1974 portant révision de l'article 61 de la Constitution », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  20. Jean-Pierre Thibaudat, « 25 heures dans la vie d'une femme », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. « La bataille de l'IVG », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Franz-Olivier Giesbert, Histoire intime de la Ve République, vol. 2, La Belle Époque, Paris, Gallimard, , 400 p. (ISBN 978-2-072-96929-4), p. 215.
  23. « Interview Lecanuet » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le ).
  24. « M. Lecanuet : il faut maintenir la peine de mort pour des crimes odieux », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. (en) Stanley Meisler, « Mitterrand Vetoes 4 Choices by Chirac for New French Cabinet », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Antoine de Baecque et Olivier Costemalle, « Le petit théâtre de Plantu », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. a et b Jean-Marc Vittori, « Macron et le syndrome Lecanuet », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Annie Duprat, « Iconologie de la caricature politique en France (du XVIe au XXe siècle) », Hermès, Paris, CNRS Éditions, no 29,‎ , p. 23-32 (lire en ligne).
  29. « M. Lecanuet : il vaudrait mieux que M. Mitterrand s'en aille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Débats parlementaires. Sénat. Compte rendu intégral. 28e séance. Séance du mardi 2 juin 1992 » [PDF], sur senat.fr (consulté le ), p. 1433-1435.
  31. « Les résultats des élections sénatoriales. Manoeuvres pour la présidence », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Décès de Jean Lecanuet » [vidéo], sur ina.fr, (consulté le ).
  33. « Le décès de Jean Lecanuet », L'Humanité,‎ 23 février-1993 (lire en ligne, consulté le ).
  34. David Bellamy, « Naître et rester un notable. Le cas de Geoffroy de Montalembert (1898-1993) », [email protected], Centre d'histoire de Sciences Po, no 25,‎ , p. 120-130 (lire en ligne).
  35. « A Rouen Le premier ministre et les dirigeants de l'opposition ont assisté aux obsèques de Jean Lecanuet », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. « Les obsèques de Jean Lecanuet », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Ici repose Jean Lecanuet », Paris-Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Jean-Pierre Beuve, « Lecanuet, Ornano : leur tombe n'est pas celle du commun des mortels », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. « Polémique autour de la sépulture de Jean Lecanuet », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « L'institut », sur institutjeanlecanuet.org (consulté le ).
  41. François-Guillaume Lorrain, « Emmanuel Macron, comme un goût de Jean Lecanuet », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Dynamique Macron : une réédition de la campagne Lecanuet de 1965 ? », Atlantico,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. Camille Renard, « Bayrou, Giscard, Lecanuet : à quel centriste Macron ressemble le plus ? », sur radiofrance.fr, (consulté le ).
  44. « Décision n° 65-6 PDR du 7 décembre 1965 », sur conseil-constitutionnel.fr (consulté le ).

Voir aussi

Articles de revues

Biographies

  • Le Grand Livre des Rouennais (préf. Guy Pessiot), éd. du P'tit Normand, , 253 p., p. 130-131.
  • Nadine-Josette Chaline, François Bayrou et Dominique Baudis, Jean Lecanuet, Paris, Beauchesne, coll. « Politiques et chrétiens » (no 16), (ISBN 978-2-7010-1405-0).
  • Philippe Priol, Jean Lecanuet : Le vol de l'Albatros, Caen, Maître Jacques, , 314 p. (ISBN 2-912047-29-3).
  • René Rémond, Nadine-Josette Chaline, Pierre Fauchon et Philippe Priol, Jean Lecanuet ou la passion du centre : [Actes du colloque organisé à Paris le 12 février 2004], Paris, Beauchesne, , 84 p. (ISBN 2-7010-1498-0).
  • Warren Wanner, Jean Lecanuet maire de Rouen : Un homme d'État en son territoire (1953-1993), , 694 p. (ISBN 2-322377-57-0).

Filmographie

Liens externes