Afrique du Nord

Afrique du Nord
Crédit image:
licence CC BY-SA 4.0 🛈

  • Localisation de l'Afrique du Nord au sens strict
Pays
Dépendances
Espagne
Îles Canaries
Ceuta
Drapeau de Melilla Melilla
Drapeau du Portugal Portugal
Îles Selvagens
Drapeau de Madère Madère
Drapeau de l'Italie Italie
Îles Pélages
Principales langues
Fuseaux horaires
Principales villes D'ouest en Est :

L'Afrique du Nord est un sous-continent culturel de la partie septentrionale de l’Afrique. Elle est parfois définie comme s'étendant des rives de l'Atlantique, du Maroc à l'ouest, au canal de Suez et à la mer Rouge, en Égypte à l'est. La définition la plus communément acceptée comprend d'Est en Ouest : l'Égypte, la Libye, la Tunisie, l'Algérie, le Maroc et le Sahara occidental. Le Bureau du recensement des États-Unis définit l'Afrique du Nord comme étant l'Algérie, la Libye, l'Égypte, le Maroc et la Tunisie[1].

Les pays d'Afrique du Nord partagent une identité ethnique, culturelle et linguistique commune propre à cette région, telle que la langue (arabe, berbère), ainsi que la religion (Islam). L'Afrique du Nord sera habitée par diverses populations au cours de l'Histoire, durant l'Antiquité la partie occidentale sera peuplée de différents peuples berbères et de colons phéniciens venu du Moyen-Orient, tandis que la partie orientale de l'Afrique du Nord sera le foyer des anciens Égyptiens et d'anciens peuples arabes[2],[3], lesquels entretenaient d'étroites relations avec les libou, une confédération libyque durant l'Antiquité[4] Après la conquête musulmane au viie siècle, la région va subir plusieurs vagues d'immigration arabe venant d'Arabie, d'Andalousie et du Levant ce qui va entrainer un processus d'arabisation et d'islamisation ce qui va redéfinir son paysage culturel.

La distinction entre l'Afrique du Nord et l'Afrique subsaharienne est historiquement et écologiquement significative en raison de la barrière naturelle créée par le désert du Sahara pour une grande partie de l'Histoire moderne. L'Afrique du Nord est peuplée d'Arabes et de Berbères, tandis que l'Afrique subsaharienne est peuplée de Noirs. À partir de 4000-3600 av. J.-C., à la suite de la désertification abrupte du Sahara due aux changements graduels de l'orbite terrestre, cette barrière a séparé culturellement le Nord du reste du continent[5]. Comme les civilisations maritimes des Phéniciens, des Grecs, des Romains, des musulmans et d'autres facilitaient la communication et la migration à travers la mer Méditerranée, les cultures nord-africaines étaient plus étroitement liées à l'Asie du Sud-Ouest et à l'Europe qu'à l'Afrique subsaharienne. L'influence islamique dans la région est également importante, et l'Afrique du Nord est une part majeure du monde musulman.

Un nombre croissant de chercheurs ont postulé que l'Afrique du Nord, plutôt que l'Afrique de l'Est, servait de point de sortie pour les humains modernes qui ont d'abord quitté le continent lors de la migration hors d'Afrique[6],[7],[8].

Dénominations

On retrouve d'autres dénominations désignant l'Afrique du Nord : Afrique arabe, Afrique méditerranéenne[9],[10], Afrique blanche[11].

L'expression « Afrique arabe » est un terme qui désigne l'espace géographique et culturel conquis et gouverné par les Arabes à partir du VIIe siècle où la langue arabe est devenue une langue officielle ou est parlée par une part significative de la population[12],[13],[14].

L'expression « Afrique méditerranéenne » est due aux liens historiques et culturels rattachant l'Afrique du Nord au monde méditerranéen, mais aussi à des critères géographiques et climatiques : le climat méditerranéen.

L'expression « Afrique blanche » s'oppose à celle d'« Afrique noire », désignant l'Afrique subsaharienne. Georg Wilhelm Friedrich Hegel l'appelait également « Afrique européenne »[15] alors qu'Élisée Reclus voyait dans le Nord de l'Afrique un appendice de l'Arc latin[16].

L'expression Afrique blanche fait référence soit, géographiquement, au nord du Sahara[17] soit, ethniquement, aux minorités « blanches » de l'Afrique « noire » : Touaregs au Sahel, Afrikaners au sud.

Géographie

Les montagnes de l'Atlas s'étendent sur une grande partie du Maroc, le nord de l'Algérie et la Tunisie, et font partie du système de montagnes de pli qui traverse également une grande partie de l'Europe du Sud. Elles reculent vers le sud et l'est, devenant un paysage de steppe avant de rencontrer le désert du Sahara, qui couvre plus de 75 % de la région. Les sédiments du Sahara recouvrent un ancien plateau de roche cristalline, dont certains ont plus de quatre milliards d'années.

Au sud de l'Atlas se trouve l'étendue aride et désertique du désert du Sahara, le plus grand désert de sable au monde[18]. Par endroits, le désert est coupé par des cours d'eau irréguliers appelés oueds (ou wadis) qui ne s'écoulent qu'après les précipitations mais sont généralement secs. Les principaux reliefs du Sahara comprennent des ergs, de grandes mers de sable qui forment parfois d'immenses dunes ; la hammada, un plateau rocailleux plat sans sol ni sable ; et le reg, une surface plate constituée de gravier ou de petites pierres. Le Sahara couvre la partie sud du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, et la majeure partie de la Libye. Seules deux régions de la Libye sont en dehors du désert : la Tripolitaine au nord-ouest et la Cyrénaïque au nord-est. La plus grande partie de l'Égypte est également désertique, à l'exception du Nil et des terres irriguées le long de ses rives. La vallée du Nil forme un fil fertile étroit qui s'étend sur toute la longueur du pays.

Les vallées abritées dans les montagnes de l'Atlas, la vallée et le delta du Nil, et la mer Méditerranée sont les principales sources de terres agricoles fertiles. Une grande variété de cultures précieuses, y compris les céréales, le riz et le coton, et des bois tels que le cèdre et le liège, sont cultivées. Les cultures méditerranéennes typiques, telles que les olives, les figues, les dattes et les agrumes, prospèrent également dans ces régions. La vallée du Nil est particulièrement fertile, et la plupart de la population en Égypte vit près du fleuve. Ailleurs, l'irrigation est essentielle pour améliorer les rendements des cultures sur les marges du désert.

Définition

Pays et territoires Superficie (2016)

(km²)

Population (2016) Densité (2016)

(par km²)

Capitale PIB total (2016)[19] PIB (PPA) par habitant (2016)[20] Monnaie Gouvernement Langues officielles
Algérie 2 381 741 40 606 052 17,05 Alger 178 010 M$ 15 026 $ Dinar algérien Régime semi-présidentiel Arabe et Berbère (officielles)
Égypte 1 001 450 95 688 681 96 Le Caire 332 900 M$ 12 554 $ Livre égyptienne Régime semi-présidentiel Arabe
Drapeau de la Libye Libye 1 759 540 6 293 253 3,58 Tripoli 87 014 M$ 8 678 $ Dinar libyen Conseil national de transition Arabe et Berbère (officielles)
Drapeau du Maroc Maroc 446 550
710 850 (incluant le Sahara occidental contesté)
35 276 786 73,1 Rabat 122 000 M$ 8 330 $ Dirham marocain Monarchie constitutionnelle Arabe et Berbère (officielles)
Drapeau du Sahara occidental Sahara occidental 266 000 603 253 2,3 Laâyoune (proclamée, sous occupation marocaine)

Tifariti (temporaire)

1 133 M$ 2 500 $ Peseta sahraouie République semi-présidentielle à parti unique Arabe (officielle) et espagnol (administrative)
Drapeau de la Tunisie Tunisie 163 610 11 403 248 63 Tunis 47.63 M$ 11 634 $ Dinar tunisien Régime semi-présidentiel Arabe
Source :

Climat

Le climat d'Afrique du Nord est influencé par la mer Méditerranée au nord, l'océan Atlantique à l'ouest, le Sahara au centre sud et dans une moindre mesure le Sahel à l'extrême sud de la zone. Avec ces influences climatiques, on peut donc citer les climats généraux d'Afrique du Nord :

  • Le climat méditerranéen est caractérisé par une saison fraîche et humide en hiver liée à la descente des dépressions dynamiques « subpolaires » et une saison chaude et sèche en été liée à la remontée des anticyclones dynamiques « subtropicaux ». Les températures moyennes maximales en été sont souvent légèrement supérieures à 30 °C en été alors que les températures moyennes minimales restent souvent autour de 5 °C en hiver, voire encore moins. Les précipitations annuelles moyennes sont entre 400 mm et 800 mm par an, de façon globale et sont réparties de façon très inégale sur l'année. Le climat y est plutôt sec et très ensoleillé toute l'année. La douceur des hivers et les grosses chaleurs de l'été font de ce climat, un climat relativement chaud.
  • Le climat océanique existe mais reste très rare et ne concerne qu'une petite bande étroite de la façade occidentale du Maroc. Ce climat est caractérisé par une saison fraîche et humide et hiver et une saison douce et assez sèche en été mais la chaleur et sécheresse estivale sont beaucoup moins accentuées que celles qui caractérisent le climat méditerranéen. Les températures moyennes maximales en été sont souvent légèrement supérieures à 25 °C en été alors que les températures moyennes minimales restent souvent autour de 5 °C en hiver, voire encore moins. Les précipitations annuelles moyennes sont supérieures à 800 mm en général. Le climat est doux, humide toute l'année mais ensoleillé.
  • Le climat désertique est le climat typique du Sahara, le plus grand désert d'Afrique et le plus grand désert chaud au monde. Ce climat est caractérisé par une sécheresse extrême toute l'année et par l'absence de saison des pluies marquée. Ceci est dû à l'influence plus ou moins permanente des anticyclones dynamiques subtropicaux et de leurs alizés continentaux (vents de nord à nord-est). Le Sahara, en soi, est un désert largement hyper-aride avec des précipitations moyennes partout inférieures à 50 mm par an. Seules ces marges les plus septentrionale et méridionale sont seulement arides avec des totaux annuels moins faibles. Le gigantesque noyau central hyper-aride représente la zone du Sahara située en permanence sous le régime anticyclonique le plus accentué. Les régions les moins sèches composent la partie la plus méridionale du désert et peuvent recevoir jusqu'à 200 mm par an dans la zone de transition avec le Sahel, dont la majeure partie ne tombe qu'en un ou deux mois tout au plus à cause de la remontée des dépressions thermiques équatoriales liées à la zone de convergence intertropicale qui parviennent sur le désert atténuées. Le climat y est très sec et très chaud toute l'année. Les étés sont suffocants avec des températures moyennes maximales supérieures à 40 °C excepté dans les hauts massifs sahariens (Hoggar, Tibesti, Aïr) où l'altitude abaisse évidemment les températures mais peuvent atteindre jusqu'à 48 °C dans les endroits les plus chauds, ce qui représente un maximum mondial. Les hivers sont modérément chauds voire chauds en journée mais les températures moyennes minimales sont en général inférieures à 16 °C mais peuvent descendre légèrement en dessous de 4 °C. Le Sahara est une région exceptionnellement ensoleillée toute l'année, hiver comme été.
  • Le climat semi-aride est le climat typique du Sahel, bande continue de savanes tropicales semi-arides et de steppes située au sud du Sahara. Ce climat est caractérisé par une sécheresse extrême entre 8 et 10 mois par an liée à l'alizé continental appelé harmattan vent chaud et très sec qui souffle du nord-est depuis les anticyclones dynamiques subtropicaux, ainsi qu'une saison des pluies très courte mais intense durant les mois les plus chauds de l'année à cause de la remontée des dépressions thermiques équatoriales liées à la zone de convergence intertropicale qui atteignent le Sahel ainsi que le sud du Sahara. Les températures moyennes maximales sont en général entre 38 °C et 41 °C ou plus pendant l'été, alors que les hivers restent très chauds avec des températures moyennes minimales qui restent supérieures à 15 °C en général. Les précipitations moyennes annuelles se situent entre 100 et 200 mm dans la zone Sahara-Sahel, entre 200 et 400 mm dans la zone typiquement sahélienne et entre 400 et 600 mm dans la zone Sahel-Soudan.

Histoire

Reconstruction du monde décrit par Hérodote dans son Enquête (Ve siècle av. J.-C.).

Préhistoire

L’inclination de la terre a changé générant une désertification rapide du Sahara environ 3 500 av[21]. Cela conduisit à une barrière qui limitait le contact entre le Maghreb et l'Afrique subsaharienne.

Cette région qu'est l'Afrique du Nord est peuplée dès la Préhistoire par plusieurs peuples :

  1. Les Ibéromaurusiens (proto-berbères) entre 25 000 à 10 000 ans, ils sont les plus anciens habitants de la région et sont considérés comme étant indigènes à l'Afrique du nord.
  2. Les fermiers anatoliens à partir de 6.500 - 3000 av. n-è, les Ibéromaurusien vont être confrontés à une vague d'immigration de fermiers anatoliens immigrés d'Europe. Ces fermiers anatoliens vont entrer en conflit partiel avec les proto-berbères jusqu'à même changer la démographie de l'époque[22],[23].
  3. Les Natoufiens présents essentiellement en Égypte mais on retrouve leurs traces partout en Afrique du nord. Ils sont les ancêtres directs des Arabes on retrouve notamment leurs ADN parmi les populations numides[24].
  4. Les Capsiens vers -7500 à -4000av. J.-C. présents principalement dans l'actuelle Tunisie et l'est algérien, ils sont très différents des Ibéromaurusiens[25](berbères). Ils montrent des similitudes avec le Natoufien, l'ancêtre préhistorique des Arabes et Égyptiens (l'ADN natoufien étant majoritairement séquencé dans la péninsule arabique[26]). Les Arabes d'Arabie montrent un lien dans leur séquençage autosomal avec le capsien[27],[28],[29]. Ils semblerait donc que les Capsiens soient des métis Natoufien / Iberomorisiens ce qui fait du Capsien un métis arabo-berbère préhistorique.

Antiquité

À partir du début de l'Antiquité, l'Afrique du nord est très diverse, plusieurs peuples berbères, égyptiens et arabes coexistent mais avant l'arrivée des Romains, les Berbères ne se sont jamais définis eux-mêmes comme un peuple : durant toute leur histoire, ils ont été divisés en plusieurs tribus, et devaient plutôt s'identifier en référence à ces dernières[30]. Ce sont les Romains qui désignent ces peuples par le terme barbarus, puis récupéré par les Arabes en barbar. À partir du VIIIe siècle av. J.-C., les Phéniciens un peuple sémitique immigré du Moyen-Orient installent des comptoirs partout à travers l'Afrique du nord dont le plus prospère est Carthage, et colonisent les peuples berbères.

Les Phéniciens vont immigrer massivement et leurs poids démographique et culturel vont se faire ressentir ; en parallèle, ils vont se métisser avec les populations berbères, ce qui va donner naissance aux Lybo-phéniciens, ils ont été mentionnés pour la première fois par Hécatée de Millet, cité par Étienne de Byzance. Un texte très controversé, Le Périple d'Hannon, les mentionne. Polybe les considère comme des sujets des Carthaginois ayant les mêmes lois qu'eux en tant que métis phénicien-berbère. Pour Diodore de Sicile (XX, 55, 4), il s'agirait d'habitants des villes maritimes qui possédaient le conubium (le droit de mariage) avec les Carthaginois et devaient leur nom à ce mélange d'ethnies[31], Tite-Live les considère comme un mélange de Puniques et d'Africains. Strabon, (XVII, 3, 19) place leur origine entre le littoral carthaginois et les montagnes de Gétulie. Pline (Histoire naturelle, V, 24) dit qu'ils habitent le Buzakion. Ce que précise peut-être Ptolémée qui les situe au sud de la région de Carthage et au nord de la Buzakitis. En fait ces Libuphoinikès (locuteurs d'une langue libyenne) étaient limités au sud de Carthage[32]. Leur influence culturelle fut importante puisqu'ils ont été les intermédiaires culturels entre la civilisation phénicienne et les Berbères.

Les Phéniciens créeront les premières villes de l'ouest de l'Afrique du Nord comme Volubilis, Utique, Carthage, etc.

Au IIe siècle av. J.-C., les guerres puniques opposent les Carthaginois aux Romains qui prennent possession du territoire. À son apogée, l'Afrique romaine s'urbanise et se christianise. Cette Église d'Afrique, composée de Berbères en majorité chrétiens (romano-africains), a été au fondement du christianisme européen[33].

La conquête arabe

Crédit image:
licence CC BY-SA 2.0 🛈
La Grande Mosquée de Kairouan, fondée en 670 par le général omeyyade Oqba Ibn Nafi, est l'une des plus anciennes mosquées d'Afrique du Nord[34] ; elle est située à Kairouan en Tunisie.

En 670, arrivée des Arabes sous le commandement d'Oqba Ibn Nafi al-Fihri. Fondation de Kairouan dans l'actuelle Tunisie, première implantation de l'islam dans la région[35],[34].

L'arrivée d'Idris Ier, arrière-petit-fils d'Al-Hassan ibn Ali, fils d'Ali ibn Abi Talib et Fatima Zahra, la fille de Mahomet. Il se fait reconnaître comme imam par la tribu berbère des Awerba qui l'avaient accueilli et par plusieurs tribus arabes qui l'avaient accompagné dans son exil.

Au XIe siècle, début des invasions hilaliennes de l'Ifriqiya le pouvoir des Fatimides envoya, dans le but de réprimer des dynasties berbères ayant proclamé leur indépendance, de nombreuses tribus arabes. La plus importante d'entre elles est celle des Hilaliens accompagnée des Banu Sulaym et des Banu Maqil. Les estimations en termes de déplacement de population varient selon les historiens 250 000[36] à 500 000[37] a 700 000[38]. Selon Luis del Mármol Carvajal les Hilaliens auraient été plus d'un million à immigrer, et il estime la population hilalienne à son époque à 4 000 000 en 1573[39],[40],[41].

Termes voisins

Le Maghreb (de l'arabe signifiant « Le Couchant »), désigne l'ouest du monde arabe, et couvre, si l'on parle de Petit Maghreb, le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Le Grand Maghreb compte, en plus de ces trois pays, la Libye et la Mauritanie.

La Berbérie, du mot « berbère », terme correspondant au territoire habité par les populations berbères, autochtones d'Afrique du Nord. Donnant l'équivalent Tamazgha en berbère. De même, la Libye antique désignait le territoire des Libyens, ancêtre des Berbères.

Dans l'Antiquité, Africa désignait la région de Carthage, qui correspond à l'actuelle Tunisie, une partie du nord-est de l'Algérie et à la Tripolitaine. L’Africa a constitué plusieurs provinces de l'Empire romain. Après la conquête musulmane du Maghreb, le nom s'est perpétué sous la forme arabisée d'Ifriqiya, pour ensuite servir à nommer l'ensemble du continent.

Notes et références

Notes

  1. Territoire disputé, en partie sous contrôle marocain.
  2. Langue officielle partout en Afrique du Nord sauf dans les dépendances espagnoles, portugaises et italiennes.
  3. Langue régionale en Libye et officielle en Algérie et au Maroc.
  4. Le Français n'est la langue officielle d'aucun pays d'Afrique du Nord mais il est compris et parlé par la majorité des populations algérienne, marocaine et tunisienne.
  5. Langue officielle aux îles Canaries, à Ceuta et Melilla, et également au Sahara occidental, territoire revendiqué et contrôlé à 80% par le Maroc), mais parlée par une partie de la population de l'ex-Maroc espagnol.
  6. Langue officielle uniquement aux îles Selvagens et à Madère.
  7. Langue officielle uniquement à Lampedusa et à Lampione.

Références

  1. (en) Angela Buchanan, Rachel Marks, Magdaliz Álvarez Figueroa, « 2015 Forum on Ethnic Groups from the Middle East and North Africa », Meeting Summary and Main Findings,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. M.C.A. Macdonald, « Literacy and Identity in Pre-Islamic Arabia (Variorum Collected Studies) Oxford », sur ImgBB (consulté le )
  3. « Literacy and Identity in Pre-Islamic Arabia (Variorum Collected Studies) Oxford », sur ImgBB (consulté le )
  4. « The arabs in antiquity », sur ImgBB (consulté le )
  5. (en) « Sahara's Abrupt Desertification Started By Changes In Earth's Orbit, Accelerated By Atmospheric And Vegetation Feedbacks », ScienceDaily,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en) Michael Balter, « Was North Africa the Launch Pad for Modern Human Migrations? », Science, vol. 331, no 6013,‎ , p. 20–23 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 21212332, DOI 10.1126/science.331.6013.20, lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) Fulvio Cruciani, Beniamino Trombetta, Andrea Massaia et Giovanni Destro-Bisol, « A Revised Root for the Human Y Chromosomal Phylogenetic Tree: The Origin of Patrilineal Diversity in Africa », The American Journal of Human Genetics, vol. 88, no 6,‎ , p. 814–818 (ISSN 0002-9297 et 1537-6605, DOI 10.1016/j.ajhg.2011.05.002, lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) Tanya M. Smith, Paul Tafforeau, Donald J. Reid et Rainer Grün, « Earliest evidence of modern human life history in North African early Homo sapiens », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 104, no 15,‎ , p. 6128–6133 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 17372199, DOI 10.1073/pnas.0700747104, lire en ligne, consulté le ).
  9. Liauzu, C. (1994), L'Europe et l'Afrique méditerranéenne: de Suez (1869) à nos jours (Vol. 62). Éditions Complexe.
  10. Philippe Fargues, « Un siècle de transition démographique en Afrique méditerranéenne 1885-1985 », Population (French Edition), vol. 41, no 2,‎ , p. 205 (ISSN 0032-4663, DOI 10.2307/1533059, lire en ligne, consulté le ).
  11. Charles André Julien, Histoire de l'Afrique blanche, des origines à 1945, Presses universitaires de France, (lire en ligne).
  12. Robert Cornevin et Marianne Cornevin, Histoire de l'Afrique des origines à nos jours, Payot, 1956. Le chapitre 3 est consacré à l'Afrique arabe books.google.fr
  13. H Ayeb, L'eau au Moyen-Orient. Discours et réalités 1992, no 138 (notes), pp. 64-73 selon le site des fonds documentaires du CNRS
  14. Thèse de doctorat de Barbara Giordani, Le Christianisme dans l'Afrique arabe du VIIe au XIIe siècle, doctorante à l'université d'Aix-Marseille selon le site du Laboratoire d'archéologie médiévale méditerranéenne de l'université
  15. Friedrich Hegel, Leçons sur la philosophie de l'histoire, Vrin, 1987, p. 74.
  16. Claude Liauzu, L'Europe et l'Afrique méditerranéenne : de Suez (1869) à nos jours, Éditions Complexe, 1994, p. 216.
  17. Despois J., L'Afrique du Nord, PUF, .
  18. (en) « The World's Largest Deserts », Geology,‎ 2005-2018 (lire en ligne).
  19. « World Economic Outlook Database », International Monetary Fund, .
  20. World Economic Outlook Database, April 2016, International Monetary Fund. Database updated on 12 April 2016. Accessed on 14 April 2016.
  21. (en)Sahara's Abrupt Desertification Started by Changes in Earth's Orbit, Accelerated by Atmospheric and Vegetation Feedbacks, Science Daily.
  22. (en) Rosa Fregel, Fernando L. Méndez, Youssef Bokbot et Dimas Martín-Socas, « Ancient genomes from North Africa evidence prehistoric migrations to the Maghreb from both the Levant and Europe », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 115, no 26,‎ , p. 6774–6779 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 29895688, PMCID PMC6042094, DOI 10.1073/pnas.1800851115, lire en ligne, consulté le )
  23. (en) Thomas Perrin, Tiphaine Dachy, Colas Guéret et David Lubell, « Pressure Knapping and the Timing of Innovation: New Chrono-Cultural Data on Prehistoric Groups of the Early Holocene in the Maghreb, Northwest Africa », Radiocarbon, vol. 62, no 2,‎ , e1–e51 (ISSN 0033-8222 et 1945-5755, DOI 10.1017/RDC.2019.157, lire en ligne, consulté le )
  24. « Scale genetics numide G2 », sur ImgBB (consulté le )
  25. Bernard Lugan, Histoire de l'Afrique du Nord : Des origines à nos jours, Editions du Rocher, , 736 p. (ISBN 978-2-268-08535-7, lire en ligne)
  26. (en) Joana C. Ferreira, Farida Alshamali, Francesco Montinaro et Bruno Cavadas, « Projecting ancient ancestry in modern-day Arabians and Iranians: a key role of the past exposed Arabo-Persian Gulf on human migrations », d,‎ , p. 2021.02.24.432678 (DOI 10.1101/2021.02.24.432678v1.full, lire en ligne, consulté le )
  27. « The Genomic History of the Bronze Age Southern Levant Volume 181, Issue 5, 28 May 2020, Pages 1146-1157.e11 », sur ImgBB (consulté le )
  28. (en) Marieke van de Loosdrecht, Abdeljalil Bouzouggar, Louise Humphrey et Cosimo Posth, « Pleistocene North African genomes link Near Eastern and sub-Saharan African human populations », Science, vol. 360, no 6388,‎ , p. 548–552 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.aar8380, lire en ligne, consulté le )
  29. hadjouis, « La cohabitation génétique des Mechta-Afalou et des Proto-Méditerranéens d’Algérie. », sur Sociétés humaines du Proche-Orient ancien (consulté le )
  30. « Gabriel camps mémoire berbère », sur ImgBB (consulté le )
  31. p. 9 in Les Berbères, coll. « Que sais-je ? », Presses universitaires de France, 1990.
  32. p.9 in Les Berbères
  33. Lucien Oulahbib, Les Berbères et le Christianisme, p. 5, Éditions Berbères, 2004.
  34. a et b (en) Hans Kng, Tracing The Way: Spiritual Dimensions of the World Religions, A&C Black, (ISBN 9780826494238, lire en ligne), p. 248.
  35. John D. Hoag, Islamic architecture, éd. Electa Architecture, 2004, p. 31.
  36. (fr) Les invasions hilaliennes en Ifrîqiya par François Decret
  37. « ("revue tunisienne", Institut de Carthage, n:120, p.314) », sur ImgBB (consulté le )
  38. « « Lybia: From répression to revolution » (2013, Edited by C. Bassiouni) », sur ImgBB (consulté le )
  39. « Mormol / cardone », sur ImgBB (consulté le )
  40. « Mormol DX PAGE - 34. », sur ImgBB (consulté le )
  41. Luis del (1520?-1600) Auteur du texte Marmol y Carvajal et Diego de (15-158) Auteur du texte Torres, L'Afrique de Marmol. 1 / de la traduction de Nicolas Perrot, sieur d'Ablancourt... avec l'Histoire des chérifs, traduite de l'espagnol de Diego Torrès par le duc d'Angoulème le père, revue et retouchée par P. R. A. [Pierre Richelet], (lire en ligne)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes