Jurançon

Jurançon
Jurançon
Le vignoble du Jurançon face aux Pyrénées.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées
Maire
Mandat
Michel Bernos
2020-2026
Code postal 64110
Code commune 64284
Démographie
Gentilé Jurançonnais
Population
municipale
7 098 hab. (2018 en augmentation de 0,06 % par rapport à 2013)
Densité 378 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 18″ nord, 0° 23′ 13″ ouest
Altitude Min. 159 m
Max. 365 m
Superficie 18,78 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Pau
(banlieue)
Aire d'attraction Pau
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Billère et Coteaux de Jurançon
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Jurançon
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Jurançon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jurançon
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jurançon
Liens
Site web http://www.jurancon.fr/

Jurançon (en béarnais Juranson ou Yuransoû) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Jurançonnais[1].

Géographie

Localisation

La commune de Jurançon se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[2].

Elle se situe à 2,6 km par la route[Note 1] de Pau[3], préfecture du département, et à 2,7 km de Billère[4], bureau centralisateur du canton de Billère et Coteaux de Jurançon dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[2]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Pau[2].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[5] : Gelos (1,4 km), Billère (1,9 km), Pau (2,1 km), Bizanos (3,0 km), Mazères-Lezons (3,1 km), Lons (3,6 km), Uzos (4,1 km), Laroin (4,7 km).

Sur le plan historique et culturel, Jurançon fait partie de la province du Béarn, qui fut également un État et qui présente une unité historique et culturelle à laquelle s’oppose une diversité frappante de paysages au relief tourmenté[6].

Communes limitrophes de Jurançon[7]
Lons
(par un quadripoint)
Billère Pau
Laroin Jurançon Gelos
Saint-Faust Gan

Hydrographie

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Jurançon.

La commune est drainée par le gave de Pau, le Neez, le Las Hies, l'Arribeu, un bras du Las Hiès, le ruisseau de Capdehé, le ruisseau le Bassant, et par divers petits cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 24 km de longueur totale[8],[9].

Le gave de Pau, d'une longueur totale de 192,8 km, prend sa source dans la commune de Gavarnie-Gèdre et s'écoule du sud-est vers le nord-ouest. Il traverse la commune et se jette dans l'Adour à Saint-Laurent-de-Gosse, après avoir traversé 88 communes[10].

Le Neez, d'une longueur totale de 26,1 km, prend sa source dans la commune de Sévignacq-Meyracq et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le gave de Pau sur le territoire communal, après avoir traversé 5 communes[11].

Le Las Hies, d'une longueur totale de 21,7 km, prend sa source dans la commune de Gan et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune et se jette dans le gave de Pau à Laroin, après avoir traversé 4 communes[12].

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[13]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[15]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[13]

  • Moyenne annuelle de température : 13,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 6,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 13,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 294 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[16] complétée par des études régionales[17] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921[18]et qui se trouve à 13 km à vol d'oiseau[19],[Note 4], où la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[20], à 13,4 °C pour 1981-2010[21], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité

Jurançon fait partie du site Natura 2000 du gave de Pau (FR 7200781), zone spéciale de conservation[Note 5] en raison de l'intérêt de son vaste réseau hydrographique couplé avec un système de saligues[Note 6] encore vivace.

Écologie et recyclage

En ce qui concerne l'occupation des sols, Jurançon comporte 15,9 % de terrains artificialisés, 38,2 % de terres agricole et 45,4 % de forêts et milieux naturels.

La commune appartient au territoire de l'agence de l'eau Adour-Garonne et se situe dans le bassin versant du gave de Pau, du confluent du Béez au confluent de l'Adour. Pour ce qui est de la ressource en eau souterraine, elle se trouve sur les aquifères du gave de Pau, partie ouest à 15 % et du Béarn à 85 %.

Jurançon n'est pas concerné par un schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE).

En ce qui touche les risques, la commune est concernée par le risque technologique du transport de matières dangereuses et les risques naturels d'inondation (crue rapide), de tempête et de sismicité (niveau 4-moyenne). Par ailleurs, sept établissements classés sont répertoriés sur la commune dont deux soumis à autorisation.

En matière de recyclage, Jurançon dispose d'une déchèterie (ZAC du Vert-Galant)[23].

Toponymie

Le toponyme Jurançon apparaît sous les formes Jurenco (1263[24], collection Du Cange, no 1226), Juransoo (XIIIe siècle[24], fors de Béarn[25]), Duransoo et Duranson (1376[24] pour ces deux formes, montre militaire de Béarn[26]), Juranssoo (1385[24], censier de Béarn[25]), Nostre-Done de Juranson (1484[24], notaires de Pau[27]), Guranso, Guiranso et Sanct-Johan de Juranson (respectivement 1538[24] pour les deux premières formes et vers 1540[24], réformation de Béarn[28]).

Son nom béarnais est Juranson[29] ou Yuransoû[30].

Le toponyme Jurque est mentionné en 1385[24] (censier de Béarn[25]).

Le toponyme Rousse apparaît en 1863 dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque[24].

Histoire

L’endroit fut occupé très tôt comme le prouvent les vestiges gallo-romains du IIIe siècle retrouvés au pont d’Oly sur les deux rives du Néez : sur la rive gauche une station thermale avec une pièce mosaïquée aux motifs figuratifs dont un Neptune entouré d’animaux marins, sur la rive droite une construction comprenant une galerie en hémicycle d’où partaient des pièces chauffées au sol orné de mosaïques polychromes. L'existence de la vigne remonterait à cette époque

C'est à partir du XIIe siècle que Jurançon devint un bourg vicomtal sous la protection de Gaston IV (en 1117), puis de Gaston Fébus. C'était un tout petit bourg, enclos de fossés naturels, aux maisonnettes étroites avec leurs jardins attenants. Les habitants étaient de modestes cultivateurs.

Lorsque la cour de Béarn s'installa à Pau en 1464, Jurançon (dit la Bielle) et surtout les coteaux (appelés Faget) furent colonisés par les nouveaux notables de la cour qui achètent des terres pour le vin qu'ils exportent.

Paul Raymond[24] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn. En 1385, Jurançon comptait 54 feux et dépendait du bailliage de Pau.

Au censier de 1604 le bourg et les coteaux (qu'on appelait Bourdalat) totalisent respectivement 132 et 129 ostaus (maisons) ou bordes (granges). On compte 8 ostaus de cagots (une minorité persécutée depuis le Moyen Âge) sur les bords du Neez. La minorité protestante (après la restauration du catholicisme sous Louis XIII) y est très forte, et Jurançon gardera un des cinq derniers temples du Béarn.

Le fief de Jurque, créé en 1617, était également vassal de la même vicomté[24].

La rue Neuve (rue du 14-Juillet) se constitue depuis la construction du pont de pierre sur le gave, vers 1740. Ses prédécesseurs, en bois, avaient été emportés par les crues ou effondrés par le poids des charrettes. Maisons et granges se construisent, le village se dessine.
La partie basse du « vicq du Nées », depuis le moulin royal a vu s’étendre la place du Bernet et ses rues adjacentes. Le Bernet, signifie en béarnais, « lieu planté de vergnes (aulnes) ». Il appartenait au XVe siècle à des particuliers et Arnaud d’Abadie le vendit à la communauté le 3 juillet 1490, comme pacage public. Il devint place publique au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle il allait être le quartier des blanchisseuses. Les lavandières qui lavaient le linge dans le Néez travaillaient pour une clientèle locale, mais aussi paloise. Le linge lavé était ensuite mis à sécher dans les jardins mais aussi sur les places publiques.
Sous la Révolution on emprisonna les riches propriétaires des côteaux, M. de Perpignaa, M. de Ségure, M. de Navailles, Moureu, le maire, le curé, et les propriétaires des deux moulins qui étaient deux nobles. Mais ceux-ci retrouvèrent leur rang social juste après.
Quand Pau devint ville anglaise, Jurançon bénéficia de l'affluence de riches parlementaires qui s'y installèrent. Ils bâtirent ou agrandirent de magnifiques villas agrémentées de jardins ou de belles demeures sur les coteaux (château de Perpignàa, domaine de Mont-Plaisir, domaine Ollé Laprune ). Ces domaines témoignent de l'élégance architecturale de l'époque.
Un quart-est du village est dominé par le château de Louvie, qui existe depuis le XIVe siècle et possède 38 hectares formant un polygone entre la place de la Croix-du-Prince au nord, le croisement de l'actuelle rue de la République/avenue Rauski au sud-ouest, et le pont du Capitaine à Gélos à l'est. ce château est acheté le 16 juillet 1829 par Charles Jean XIV, roi de Suède, de Norvège, des Goths et des Vandales (né Jean-Baptiste Bernadotte, natif de Pau), qui en fait donation le 17 juillet 1829 à son neveu Joseph Félix Oscar, 2e baron Bernadotte (Pau, 10 novembre 1807 - Jurançon, 12 août 1883) qui épousa le 4 novembre 1841, à Labatut-Figuières, Pauline Gabrielle Louise Valérie de Navailles-Labatut (Béziers, 15 juillet 1823 - Les Angles, 14 février 1874), trois de leurs cinq enfants allaient naître à Jurançon[31].
[réf. nécessaire].

Héraldique

Blason de Jurançon Blason
D’argent à l’inscription "Jurancon" en lettres capitales de sable, posée en barre et côtoyée de deux traverses alésées du même, accompagné en chef d’une grappe de raisin d’or* feuillée de sinople et en pointe de deux vaches colletées et clarinées de gueules passant l’une sur l’autre, le tout surmonté d’une couronne du troisième*.
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (superposer de l'or sur de l'argent est strictement interdit en héraldique).

Urbanisme

Typologie

Jurançon est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[32],[33],[34]. Elle appartient à l'unité urbaine de Pau, une agglomération intra-départementale regroupant 55 communes[35] et 200 666 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[36],[37].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau, dont elle est une commune du pôle principal[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[38],[39].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme (PLU) dont le règlement a été modifié le . À l'instar des autres communes de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées, Jurançon s'est lancé depuis 2016 dans l'élaboration d'un PLU intercommunal qui devait voir le jour en 2019[40].

Par ailleurs, la commune s'est dotée d'un règlement local de publicité (RLP) sous la forme de trois arrêtés municipaux successifs[40] et elle est couverte par un plan de prévention des risques d'inondation (PPRI), ce qui l'a amenée à adopter un plan communal de sauvegarde[40].

Enfin, Jurançon s'inscrit plus largement dans le schéma de cohérence territoriale du Grand Pau[40]. A ce titre, la commune doit notamment :

  • veiller à préserver sur son territoire le grand paysage des « Versants remarquables » qui marquent une rupture importante depuis la plaine de Pau[41] ;
  • pérenniser dans le secteur viticole du Jurançonnais « les parcelles de vignes existantes ou potentielles (parcelles éligibles à l'AOC) à partir du moment où elles sont jugées particulièrement d'intérêt », et ce, en lien avec l'Institut national des appellations d’origine[41] ;
  • s'impliquer « dans les démarches d'élaboration, de définition et de mise en œuvre » des objectifs des sites Natura 2000 et plus précisément du site du gave de Pau[41] ;
  • s'impliquer dans le « projet global pour la Saligue du gave de Pau, espace spécifique remarquable »[41].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (45,3 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (45,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (45,3 %), zones agricoles hétérogènes (16,2 %), zones urbanisées (15,2 %), prairies (13,5 %), cultures permanentes (4,5 %), terres arables (3,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (1,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,6 %)[42].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Jumelages

Drapeau de l'Espagne Borja (Espagne) depuis le [43].

Le premier acte du jumelage de Jurançon avec Borja a eu lieu le à Borja. Les maires de l’époque sont André Darets pour Jurançon et Don Félix Martinez Lahuerta pour Borja. Le deuxième acte s’est déroulé à Jurançon le , avec le nouveau maire de Borja, Don Lorenzo Noguez Arrondo.

Politique environnementale

La comme a obtenu le label « Territoire BIO Engagé » pour avoir atteint plus de 8,5 % de surfaces agricoles bio sur son territoire[44].

Depuis 2014, Jurançon s'est engagé dans la diminution progressive des produits phytosanitaires et a atteint l'objectif « zéro phyto »[45].

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune[46].

Lieux-dits et hameaux

  • Faur Dou Paysaa ;
  • Jurque ;
  • Mont-Rian  ;
  • Rousse ;
  • Sobolle.

Voies de communication et transports

La commune est desservie par la route nationale 134 et par les routes départementales 2, 217, 230 et 268

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Liste des maires

Liste des maires de Jurançon
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Bernard Capdebart[47]    
Pierre Bourt    
Jean Lamazouère    
Ernest Cazenave    
Gaston Cambot    
Pierre Gabard    
Maurice Cassaing    
André Darets    
Louis Lucchini PS Ancien conseiller général du canton de Jurançon (1988 → 1992)
En cours Michel Bernos MoDem puis UDI
puis LREM[48]
Magistrat au TA de Toulouse et administrateur de sociétés
3e vice-président de la CA Pau Béarn Pyrénées (2017 → )

Intercommunalité

Jurançon fait partie de l'aire urbaine de Pau et est membre de six structures intercommunales[49] :

  • l’agence publique de gestion locale ;
  • la communauté d'agglomération de Pau Béarn Pyrénées ;
  • le syndicat AEP de la région de Jurançon ;
  • le syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat intercommunal de défense contre les inondations du gave de Pau ;
  • le syndicat mixte du bassin du gave de Pau.

La commune accueille le siège du syndicat AEP de la région de Jurançon.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[50]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[51].

En 2018, la commune comptait 7 098 habitants[Note 9], en augmentation de 0,06 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6471 6211 4761 8282 0312 1862 1442 1242 578
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5912 1062 2072 4132 5462 5032 6142 6412 800
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9072 9213 4133 3913 6014 0294 3294 9065 561
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5 9306 8647 8677 3457 5387 3787 0877 0007 142
2018 - - - - - - - -
7 098--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[52] puis Insee à partir de 2006[53].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jurançon fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie

Jurançon est une commune viticole du vignoble du Sud-Ouest. Elle se situe sur les aires géographiques :

La Fromagerie des Chaumes est installée sur le territoire de Jurançon. La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty. Elle compte cinq agriculteurs bio sur son territoire[44].

Culture locale et patrimoine

Blason sur le fronton.

Patrimoine civil

On peut voir à Jurançon divers éléments du patrimoine, témoins du passé tels que le fronton de la mairie où est inscrite la devise de la ville Bi dou Rey, rey dous bis (Vin du Roi, roi des vins) en rappel du baptême d'Henri IV de France avec une goutte de vin de Jurançon ainsi que le monument aux morts réalisé par le sculpteur Ernest Gabard.

Patrimoine religieux

Chapelle de Rousse.

La chapelle[56] de Rousse fut rénovée en 1854. L'église Notre-Dame-de-l'Assomption[57] date elle aussi du XIXe siècle.

Patrimoine naturel

Les berges du gave, cours d'eau qui constitue la lisière de la commune au nord, font partie du parc naturel urbain (PNU) des Rives du Gave, espace de loisirs situé au cœur de l'agglomération paloise. Cette saligue est principalement composée de saules, ainsi que son nom béarnais l'indique, mais d'autres essences arborées y poussent comme l'aulne, le peuplier noir ou le chêne pédonculé. Véritable mosaïque de 46 habitats naturels (prairies humides, roselières...) dont neuf sont déclarés d'intérêt européen, ce parc urbain recèle une biodiversité exceptionnelle : près de 300 espèces animales et 360 espèces végétales dont 106 strictement protégées en France[58]. Les berges accueillent à Jurançon diverses manifestations culturelles ou sportives comme les Hestivales, les Berges du Rock ou encore des courses de cross, à pied ou en VTT[59].

Sports

Union Jurançonnaise

L'Union Jurançonnaise est un club omnisports qui comprend quatre sections[60]:

Fondé en 1907, le club omnisports né de l'union des deux patronages de la ville, Saint-Joseph, qui appartenait au groupe scolaire du même nom, représenté par M. Paulhé et Saint-Pierre par le chanoine Hourcade, connu pour son rôle clé dans la création de l'Église Notre-Dame du Bout du Pont, suite à la destruction de la Chapelle des Ursulines.

La nouvelle association propose d'emblée des activités diverses: cercles d'études, gymnastique, football, séances théâtrales et chants. Le club a fêté son centenaire le [61]. Le club a depuis toujours évolué avec des maillots rouge et or[62].

Le premier animateur a été le curé de la paroisse l'abbé Lamuraille, suivi de l'abbé Chibas qui créé la section football en 1914, juste avant la Première Guerre mondiale.

En 1916, le club disposait d'une section rugby, après avoir absorbé le Sport Athlétique Béarnais[63].

La section Basket-ball est créé en 1919, toujours par l'abbé Chibas, sportif émérite qui souhaitait voir la jeunesse au presbytère.

Le patronage maintien ses activités durant la Seconde Guerre mondiale. Le nouveau curé, l'abbé Moussempes, et un grand président général, qu'était monsieur Georges Pardo qui ont fait mettre au presbytère des panneaux de basket, les premières rencontres se jouaient sur herbe.

Le premier président est Charles Combes, et le club reprend les activités de l'ancien patronage Saint-Joseph en adhérant à la Fédération sportive et culturelle de France[64],[65]. L'UJ est l'un des plus anciens clubs du Béarn et a fêté son centenaire en mai 2008[66].

Liste des anciens présidents:

  • Charles Combes
  • René Faure
  • Henri Teillamain
  • Gaston Cambot
  • Louis Barbazon
  • Georges Pardo
  • Georges Brouard

Marathon

Le marathon de Pau emprunte la route de Gan à Jurançon.

Équipements

Éducation

La commune dispose de deux écoles primaires publiques (Louis-Barthou et Jean-Moulin)[67], d'une école primaire privée (Saint-Joseph), d'un institut d'éducation spécialisé privé (Notre Dame-de-Guindalos)[68], d'un collège privé (Saint-Joseph)[69] de la communauté des Frères des Écoles chrétiennes, d'un collège public (Ernest-Gabard)[70] et d'un lycée professionnel (André-Campa)[71].

Culture

Jurançon s'inscrit dans le réseau des médiathèques de la Communauté d'agglomération Pau Béarn Pyrénées avec sa médiathèque communale qui propose 40 000 documents, une grainothèque et un jardin ouvert toute l'année[72].

Sport

La commune dispose de deux complexes sportifs :

Le stade d'eaux vives, où s'entraine le champion olympique de canoë-kayak Tony Estanguet, fait partie des équipements sportifs de la commune.

Par ailleurs, Jurançon offre un parcours de santé rue de l'Artisanat[75].

Transports urbains

Jurançon est desservie par le réseau de bus Idelis :

  • Ligne T1 Jurançon — Lycée Professionnel A.Campa ↔ Pau — E.F.S. / CST Jean Feger
  • Ligne 5 Pau — Zénith ↔ Mazères — L'Arriou
  • Ligne 11 Gan — Mairie ↔ Idron — Domaine du Roy / Sendets — Mairie
  • Ligne 14 Jurançon — LP A.Campa ↔ Pau — Porte des Pyrénées / Bizanos — Beau Soleil
  • Ligne C Jurançon — Guynemer ↔ Pau — Pôle Bosquet

Personnalités liées à la commune

nées au XVIIIe siècle
nées au XIXe siècle
nées au XXe siècle

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par arrêté du .
  6. Terme local (béarnais) désignant la zone de divagation du gave de Pau avec ses bancs de gravier, ses chenaux et bras secondaires, ses fourrés et ses bois.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a b et c « Métadonnées de la commune de Jurançon », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Jurançon et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Jurançon et Billère », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches de Jurançon », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 30.
  7. Carte IGN sous Géoportail
  8. « Fiche communale de Jurançon », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine (consulté le ).
  9. « Carte hydrographique de Jurançon » sur Géoportail (consulté le 10 août 2021)..
  10. Sandre, « le gave de Pau ».
  11. Sandre, « le Neez ».
  12. Sandre, « le Las Hies ».
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  14. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  15. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  17. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  18. « Station météofrance Pau-Uzein - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Jurançon et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. « Mon environnement en Nouvelle-Aquitaine », sur un site de l’Agence régionale de la biodiversité - Nouvelle -Aquitaine (consulté le ).
  24. a b c d e f g h i j et k Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  25. a b et c Manuscrit du XIVe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  26. Manuscrit de 1376 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  27. Notaires de Pau - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  28. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle »..
  29. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le ).
  30. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le ).
  31. Jean-Émile Prat, directeur de l’école communale de Jurançon, membre de la Société des sciences et lettres du Béarn, communication du 15 février 1913
  32. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  34. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  35. « Unité urbaine 2020 de Pau », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  36. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  37. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  38. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pau », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  39. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  40. a b c et d « Les documents réglementaires (PLUi, PPRI et RLP) - Ville de Jurançon », sur Ville de Jurançon (consulté le ).
  41. a b c et d Document d'orientation et d'objectifs du SCoT du Grand Pau, approuvé le 29 juin 2015, p. 11 ; 14 ; 18 ; 25..
  42. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  43. Annuaire des villes jumelées
  44. a et b jenny, « Le Label Territoire Bio Engagé », sur interbionouvelleaquitaine.com, (consulté le ).
  45. « Nos espaces verts - Ville de Jurançon », sur Ville de Jurançon (consulté le ).
  46. Site des villes et villages fleuris, consulté le 28 janvier 2021.
  47. Acte de naissance de Jean Lamazouère le 19 décembre 1828 qui deviendra lui-même maire de Jurançon.
  48. Législatives en Béarn : Michel Bernos (LREM) en tête du 1er tour, suivi de près par David Habib (PS), France Bleu, article du 11 juin 2017.
  49. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le ).
  50. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  51. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  52. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  53. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  54. « Vignoble et coteaux de Jurançon - Ville de Jurançon », sur Ville de Jurançon (consulté le ).
  55. Placido Llorca, « La commune viticole de Jurançon », sur Vin Vigne, (consulté le ).
  56. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la chapelle de Rousse
  57. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Notre-Dame-de-l'Assomption
  58. « 800 hectares d'espaces nature au Parc urbain des Rives du Gave », sur www.pau.fr (consulté le ).
  59. Cerezal, « Sur les Berges du Gave - Ville de Jurançon », sur https://www.ville-jurancon.fr/ (consulté le ).
  60. Valérie Casenave, « Union Jurançonnaise - Ville de Jurançon », sur https://www.ville-jurancon.fr/ (consulté le ).
  61. « Un jour pour un siècle », La République des Pyrénées,‎ (lire en ligne).
  62. , sur web.archive.org, (consulté le ).
  63. « Foot-ball Rugby », sur Gallica, L'Indépendant des Basses-Pyrénées, (consulté le ).
  64. « Nouvelles sociétés », sur Gallica, Les Jeunes, (consulté le ).
  65. Fédération sportive et culturelle de France, « Annuaire / Fédération gymnastique et sportive des patronages de France », sur Gallica, (consulté le ).
  66. Le comité d'organisation, , sur L'UJ a 100 Ans (consulté le ).
  67. Site de l'école Jean-Moulin
  68. Site de l'I.E.S. Notre-Dame-de-Guindalos
  69. Site du collège Saint-Joseph
  70. Site du collège Ernest-Gabard
  71. Site du lycée André-Campa
  72. https://mediatheques.agglo-pau.fr/mediatheques-pau/jurancon
  73. « Complexe Jean Lichanot à Jurançon - sportenfrance.fr guide pratique du sport en France », sur Sportenfrance.fr (consulté le ).
  74. « Complexe Georges Guynemer à Jurançon - sportenfrance.fr guide pratique du sport en France », sur Sportenfrance.fr (consulté le ).
  75. https://www.commune-mairie.fr/equipements/jurancon-64284/

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes