Aast

Aast
Aast
La mairie.
Blason de Aast
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Intercommunalité Communauté de communes du Nord-Est Béarn
Maire
Mandat
Jean-François Garnier
2020-2026
Code postal 64460
Code commune 64001
Démographie
Gentilé Aastois
Population
municipale
185 hab. (2018 en augmentation de 3,93 % par rapport à 2013)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 17′ 25″ nord, 0° 05′ 21″ ouest
Altitude Min. 367 m
Max. 393 m
Superficie 4,75 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Pau
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton des Vallées de l'Ousse et du Lagoin
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Aast
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Aast
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aast
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aast
Liens
Site web http://www.aast.free.fr/

Aast est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Aastois[1]. Cette ville compte 181 habitants en 2017.

La prononciation locale est [a-s], avec un 'a' fortement nasalisé et le 't' final muet[2].

Géographie

Localisation et communes limitrophes

La commune d'Aast se trouve dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine[3].

Elle se situe à 27 km par la route[Note 1] de Pau[4], préfecture du département, et à 15 km de Pontacq[5], bureau centralisateur du canton des Vallées de l'Ousse et du Lagoin dont dépend la commune depuis 2015. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Tarbes[3].

Les communes les plus proches[Note 2] sont[6] : Gardères (2,0 km), Luquet (3,7 km), Séron (3,8 km), Saubole (3,8 km), Ponson-Dessus (4,1 km), Eslourenties-Daban (4,4 km), Oroix (5,0 km), Ger (5,1 km).

Le village, situé sur le plateau de Ger, est composé d'une quinzaine de maisons éparses et est frontalier avec les deux enclaves des Hautes-Pyrénées présentes à l'est du département : Gardères et Séron, enclaves des Hautes-Pyrénées dans les Pyrénées-Atlantiques.

Lieux-dits et hameaux

Hydrographie

Carte en couleur présentant les réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier d'Aast.

La commune est drainée par le Carbouère et par un petit cours d'eau, constituant un réseau hydrographique de 5,23 km de longueur totale[9].

Le Carbouère, d'une longueur totale de 17,3 km, prend sa source dans la commune de Ger et s'écoule du sud vers le nord. Il traverse la commune dans sa partie centrale et se jette dans le Louet à Bentayou-Sérée, après avoir traversé 10 communes[10].

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[11]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[12].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[13]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[11]

  • Moyenne annuelle de température : 12,2 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 2,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 3] : 14,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 181 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[14] complétée par des études régionales[15] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Lembeye », sur la commune de Lembeye, mise en service en 1972[16]et qui se trouve à 18 km à vol d'oiseau[17],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 13,4 °C et la hauteur de précipitations de 1 059,8 mm pour la période 1981-2010[18]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Pau-Uzein », sur la commune d'Uzein, mise en service en 1921 et à 30 km[19], la température moyenne annuelle évolue de 13,2 °C pour la période 1971-2000[20], à 13,4 °C pour 1981-2010[21], puis à 13,8 °C pour 1991-2020[22].

Milieux naturels et biodiversité

Aucun espace naturel présentant un intérêt patrimonial n'est recensé sur la commune dans l'inventaire national du patrimoine naturel[23],[24],[25].

Urbanisme

Typologie

Aast est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[26],[27],[28].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Pau, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 228 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[29],[30].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (72,5 %), zones agricoles hétérogènes (27,5 %)[31].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie

Le toponyme Aast apparaît sous les formes Hast (1429[32], censier de Montaner[33]), Ast (1544[32], réformation de Béarn[34]) et Aast (fin XVIIIe siècle[2], carte de Cassini).

D'après Dauzat et Rostaing Aast provient du basque ast ('rocher'). Cette hypothèse semble improbable compte tenu de la configuration des lieux. Michel Grosclaude[2] suggère que le nom de la commune découle d'un anthroponyme composé de Aner + Aster. Brigitte Jobbé-Duval[35] rappelle qu’en 1429, Aast apparaît sous la forme Hast, qui signifie lance, et avance dès lors qu’Aast pourrait rappeler un combat qui s’y serait déroulé. Jacques Lemoine fait dériver le toponyme Aast du béarnais Aste (pieu, broche), rappelant sans doute l'existence en ces lieux d'un bois où l'on venait couper des perches, hampes et pieux en tous genres[36].

Aast est la 1re commune française dans l'ordre alphabétique. Auparavant, Aas, une autre commune des Basses-Pyrénées, détint cette particularité jusqu'en 1861, année où elle forma avec la commune d'Assouste la nouvelle commune d'Eaux-Bonnes.

Son nom béarnais est Aast.

Histoire

La seigneurie d'Aast achetée en 1410 par Bernard de Coarraze, appartint aux Monet (1610), Lacaze (1631), Incamps puis aux Day de 1674 à la Révolution. L'abbaye laïque, non répérée sur le territoire de la commune appartenait en 1569 aux Labat[37]. Elle a été supprimée en 1791. La seigneurie d'Aast fut possession de la famille de Day de 1674 à la Révolution. En 1678, Jérome de Day, conseiller du roi, acquit l'abbaye et la dîme avec les droits du patronage ; ceux-ci consistaient à présenter le curé, à percevoir une partie de la dîme, à siéger dans le chœur, à recevoir le premier le pain bénit, à être enseveli dans l'église.

Héraldique

Blason Blasonnement :
D'argent aux deux armes d'hast (hallebardes) de sable passées en sautoir, à l'écusson de gueules aux deux vaches colletées et clarinées d'or passant l'une sur l'autre, brochant en abîme sur le tout[39],.

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2020 En cours Jean-François Garnier    

Intercommunalité

Aast fait partie de six structures intercommunales[41] :

La commune accueille le siège du SIVOM du canton de Montaner.

Tendances politiques et résultats

Lors des élections européennes de 2019, Aast vote plus qu’au niveau national,(61,99 contre 50,12 au niveau national). La République en Marche arrive en tête de la commune, mais avec un résultat moindre qu’au niveau national (19,80 contre 22,4) et les Républicains (droite) arrive en seconde position eux-æquo (4emes au niveau national) avec un score supérieur à celui qu’ils ont réalisé au niveau national (14,85 contre 8,48).Le Rassemblement National arrive 2ème eux-æquo avec 14,85 contre 23,41 au niveau national. Europe Écologie les Verts’ y fait quasiment le même score (12,87 contre 13,48) Génération.s, le parti de Benoit Hamon y fait un score (9,90 contre 3,27). Enfin, le PS y fait un score supérieur (6,93 contre 6,19 au niveau national)[42].

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[43] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 4 3,01
Marine Le Pen (FN) 21 15,79
Nicolas Sarkozy (UMP) 32 24,06 69 53,08
Jean-Luc Mélenchon (FG) 8 6,02
Philippe Poutou (NPA) 0 0,00
Nathalie Arthaud (LO) 0 0,00
Jacques Cheminade (SP) 1 0,75
François Bayrou (MoDem) 35 26,32
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 2 1,50
François Hollande (PS) 30 22,56 61 46,92
Inscrits 157 100,00 157 100,00
Abstentions 21 13,38 14 8,92
Votants 136 86,62 143 91,08
Blancs et nuls 3 2,21 13 9,09
Exprimés 133 97,79 130 90,91

Le résultat de l'élection présidentielle de 2017 dans cette commune est le suivant[44] :

Candidat Premier tour Deuxième tour
% Voix % Voix
Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 8,45 12
Marine Le Pen (FN) 10,56 15 22,03 26
Emmanuel Macron (EM) 27,46 39 77,97 92
Benoît Hamon (PS) 12,68 18
Nathalie Arthaud (LO) 0,70 1
Philippe Poutou (NPA) 0,70 1
Jacques Cheminade (SP) 0,00 0
Jean Lassalle (R) 4,93 7
Jean-Luc Mélenchon (LFI) 14,79 21
François Asselineau (UPR) 0,00 0
François Fillon (LR) 19,72 28
Inscrits 165 100,00 165 100,00
Abstentions 18 10,91 22 13,33
Votants 147 89,09 143 86,67
Blancs 0 0,00 18 12,59
Nuls 5 3,40 7 4,90
Exprimés 142 96,60 118 82,52

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[46].

En 2018, la commune comptait 185 habitants[Note 7], en augmentation de 3,93 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
140138140173168175167188206
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
220237209213199190183200214
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
186191183160167145140126140
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
140203115140163190182182181
2013 2018 - - - - - - -
178185-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

Le classement 2006 de l'Insee, indiquant le revenu fiscal médian par ménage, pour chaque commune de plus de 50 ménages (30 687 communes parmi les 36 681 communes recensées)[49], classe Aast au rang 5 274, pour un revenu de 18 858 .

Culture et patrimoine

Patrimoine civil

La commune présente un ensemble de fermes[8] des XVIIIe et XIXe siècles, notamment au lieu-dit Mayet.

Patrimoine religieux

Une église fut brulée le 6 août 1569[37]. Consacrée à saint Martin de Tours, l'église[50] a été bâtie en 1854, sous Napoléon III, durant l'administration du maire Barthélémy Lassus. Récemment rénovée par l'artiste peintre Villarubias, on peut admirer, entre autres, deux tableaux[51] du XIXe siècle de Lataste. L'église recèle également du mobilier[52], des verrières[53], des tableaux[54], des statues[55] et des objets[56] inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Patrimoine environnemental

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes par la voie routière et évaluées à l'aide d'un calculateur d'itinéraires.
  2. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  3. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. a b et c Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059). page 201.
  3. a et b  « Métadonnées de la commune d'Aast », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Aast et Pau », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. Stephan Georg, « Distance entre Aast et Pontacq », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Communes les plus proches d'Aast », sur www.villorama.com (consulté le ).
  7. a b c d e f g h i j k l m n o et p Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le ).
  8. a et b « Les fermes anciennes », notice no IA00027123, base Mérimée, ministère français de la Culture, Notice no IA00027122, Notice no IA00027121.
  9. « Fiche communale d'Aast », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Aquitaine (consulté le ).
  10. Sandre, « le Ruisseau de Carbouère ».
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le ).
  12. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le ).
  13. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le ).
  14. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  15. [PDF]« Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Nouvelle-Aquitaine », sur nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr, (consulté le ).
  16. « Station Météo-France Lembeye - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  17. « Orthodromie entre Aast et Lembeye », sur fr.distance.to (consulté le ).
  18. « Station Météo-France Lembeye - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  19. « Orthodromie entre Aast et Uzein », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  21. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Pau-Uzein - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le ).
  23. « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Aast », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « Liste des ZNIEFF de la commune d'Aast », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Liste des espaces protégés sur la commune d'Aast », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Pau », sur insee.fr (consulté le ).
  30. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  31. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  32. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  33. Manuscrit de 1429 - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.
  34. Réformation de Béarn, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, coll. « manuscrits du XVIe au XVIIIe siècle »..
  35. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux : Pyrénées-Atlantiques, Paris, Archives et Culture, , 167 p. (ISBN 978-2-35077-151-9).
  36. Jacques Lemoine. Toponymie du Languedoc et de la Gascogne. Contribution à l'étude du Midi pyrénéen. Paris, Picard, 1975.
  37. a et b Ouvrage Collectif, Vic-Bilh, Morlaas, Montaneres, Pyrénées Atlantique, Inventaire Topographique, Paris, , 720 p. (ISBN 2-11-080952-3), p. 234.
  38. Armorial de France
  39. « Résultats de l'élection municipale de 2014 à Aast », sur http://www.amf.asso.fr (consulté le ).
  40. Direction générale des collectivités locales, « Base nationale sur l'intercommunalité », sur Banatic, un site du ministère de l'Intérieur et du ministère de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, (consulté le ).
  41. « Aast : Découvrez les résultats des élections Européennes 2019 », sur LCI (consulté le ).
  42. Ministère de l'Intérieur - Pyrénées-Atlantiques (Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Aast » (consulté le ).
  43. Ministère de l'Intérieur - Pyrénées-Atlantiques (Nouvelle-Aquitaine), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Aast » (consulté le ).
  44. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  45. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  46. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  47. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  48. « Résumé statistique par commune, département, zone d'emploi », sur Site de l'INSEE (consulté le ).
  49. « L'église Saint-Martin », notice no IA00027125, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  50. « Le tableau de Lataste, de l'église Saint-Martin », notice no M64000008, base Palissy, ministère français de la Culture.
  51. « Le mobilier de l'église Saint-Martin », notice no IM64000006, base Palissy, ministère français de la Culture, Notice no IM64000005, Notice no IM64000004, Notice no IM64000003.
  52. « Les verrières de l'église Saint-Martin », notice no M64000002, base Palissy, ministère français de la Culture.
  53. « Les tableaux de l'église Saint-Martin », notice no IM64000009, base Palissy, ministère français de la Culture.
  54. « Les statues de l'église Saint-Martin », notice no M64000007, base Palissy, ministère français de la Culture.
  55. « Les objets référencés de l'église Saint-Martin », notice no IM64000012, base Palissy, ministère français de la Culture, Notice no IM64000011, Notice no IM64000010.

Pour approfondir

Article connexe

Liens externes