Orion (Pyrénées-Atlantiques)

Orion
Orion (Pyrénées-Atlantiques)
Paysage à l'est du village d'Orion.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Oloron-Sainte-Marie
Intercommunalité Communauté de communes du Béarn des Gaves
Maire
Mandat
Marie-France Couture
2020-2026
Code postal 64390
Code commune 64427
Démographie
Population
municipale
146 hab. (2018 en diminution de 7,59 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 25′ 11″ nord, 0° 51′ 43″ ouest
Altitude Min. 83 m
Max. 230 m
Superficie 9,80 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Orthez et Terres des Gaves et du Sel
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Orion
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Orion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orion
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orion

Orion (en béarnais Orion ou Ourioun) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie

Vue sur les Pyrénées à partir d'Orion.

Situation

La commune d'Orion est située non loin de la montagne et la mer et près du département des Landes ainsi que de la frontière espagnole. Elle est décomposée en plusieurs quartiers : le Bourg traversé par la route de Lasbordes, le quartier Beüste, le quartier Lavie.

Hydrographie

La commune est traversée[1] par des affluents du gave d'Oloron, le Saleys (et par les tributaires de ce dernier, l'arriou de Laspecès, le ruisseau de Beigmau et l'Arriougrand ainsi que par l'affluent de celui-ci, l'arriou de Lalèbe), l'arrèc Héuré et par l'affluent de ce dernier, l'arriou de Lagouarde.

Climat

Valeur moyennes, minimales et maximales(année 2009) :

Relevé météorologique de Orion(Pyrénées Atlantiques)(source:Info Climat):
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −10,1 −4,6 −1,4 1,7 4,9 8,2 10 9,6 6,4 −1,2 0,1 −6,6
Température moyenne (°C) 4,2 5,6 8,3 10,1 15,2 18,9 19,6 20,6 17,5 14,3 10,3 5,6
Température maximale moyenne (°C) 18,9 17,7 23,7 25,3 27,9 32 36 35,7 31,2 29 25 19,2
Source : Météo d'Orion à 3 jours[2]


Lieux-dits et hameaux

  • Quartier Beüste ;
  • le Nord ;
  • le Sud.

Communes limitrophes

Urbanisme

Typologie

Orion est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (73,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (73,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones agricoles hétérogènes (47,3 %), forêts (26,5 %), prairies (26,2 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie

Attestations anciennes

Le toponyme Orion apparaît[10] sous la forme Aurion en 1614 (réformation de Béarn[11]).

Graphie béarnaise

Son nom béarnais est Orion[12] ou Ourioun[13].

Histoire

Paul Raymond[10] note que la commune comptait une abbaye laïque, vassale de la vicomté de Béarn.
En 1385, Orion comptait 21 feux et dépendait du bailliage de Sauveterre.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le village se trouvant sur la ligne de démarcation, a servi de base arrière au réseau Orion[14]. Un monument a été érigé en 1985 en mémoire de ce réseau franco-belge de la Résistance[15].

Politique et administration

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1959 1977 Joseph Casalot   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Jean Dufau    
2014 En cours Marie-France Couture    

Intercommunalité

La commune fait partie de cinq structures intercommunales[16] :

  • le centre intercommunal d’action sociale de Sauveterre-de-Béarn ;
  • la Communauté de communes du Béarn des Gaves ;
  • le syndicat intercommunal d’alimentation en eau potable du Saleys et des gaves ;
  • le syndicat intercommunal des gaves et du Saleys ;
  • le syndicat intercommunal pour le regroupement scolaire des communes d'Orion, Orriule et L'Hôpital-d'Orion.

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2018, la commune comptait 146 habitants[Note 2], en diminution de 7,59 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Atlantiques : +2,37 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400383397419422431443445446
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
436410403369354341337354352
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
351344314262248246227215203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
185169174167154165155155150
2018 - - - - - - - -
146--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune

Équipements

  • Salle des fêtes communale, située quartier Beuste.

Manifestations culturelles et festivités

  • Fin août-début septembre.
  • Bal des jeunes courant avril ou mai.

Économie

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine

Patrimoine civil

Patrimoine religieux

Patrimoine environnemental

  • Nombreuses forêts et petits cours d'eau
  • Nombreuses espèces animales représentées : chevreuil, sanglier, renard, lapin, lièvre, palombe (à partir de l'automne jusqu'en février)...
  • Climat océanique avec été sec, hiver moyennement froid.

Orion dans la littérature

Dans le roman Par les routes de Sylvain Prudhomme, prix Femina 2019, le narrateur et son ami dit « l'autostoppeur », « amateurs de villages au beau nom », se donnent rendez-vous à Orion, portés par les dimensions poétique, mythologique (Orion le chasseur) et astronomique (constellation) du nom du village. Ils se retrouvent à camper au pied du château d'eau, « fusée venue d'un autre monde, comme tombée là, au milieu des champs et des toits de tuiles inchangés depuis des siècles ». Ils découvrent également le monument historique en souvenir du réseau Orion, « un réseau d'hommes et de femmes unis en secret pour la liberté. Un réseau au nom de constellation »[21].

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 19 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références

  1. Notice du Sandre sur Orion
  2. http://france.meteofrance.com/france/meteo/?PREVISIONS_PORTLET.path=previsionsville/644270
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 19 avril 2021)
  10. a et b Paul Raymond, Dictionnaire topographique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imprimerie Impériale, , 208 p. (notice BnF no FRBNF31182570, lire en ligne)..
  11. Manuscrit du XVIe au XVIIIe siècles - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  12. Ostau Bearnes, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie classique » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  13. Institut béarnais et gascon, « Toponymie des communes béarnaises selon la graphie moderne » [PDF] (consulté le 26 janvier 2019).
  14. « Le souvenir de la 2ème GM dans la Marne et dans les Ardennes - Stèles et plaques - Réseau Orion à Coole », sur www.cndp.fr (consulté le 23 février 2020).
  15. « Hommage au réseau Orion », sur La-République-des-Pyrénées (consulté le 23 février 2020).
  16. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 18 juin 2014).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. Prudhomme, Sylvain., Par les routes : roman, Paris, Gallimard, 295 p. (ISBN 978-2-07-274038-1 et 2-07-274038-X, OCLC 1107827720, lire en ligne).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes