Coupe du monde de football 2022

Coupe du monde de football 2022
Description de l'image 2022 FIFA World Cup.svg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA
Éditions 22e
Lieu(x) Drapeau du Qatar Qatar
Date du
au
Participants 32 équipes
210 en phases qualificatives
Épreuves 64 rencontres
Site(s) 8 stades
Site web officiel Site officiel

Palmarès
Tenant du titre France (2)
Vainqueur
Finaliste
Troisième
Buts 0 (0 moyenne)
Meilleur joueur
Meilleur(s) buteur(s)
Meilleur(s) passeur(s)

Navigation

La Coupe du monde de football 2022 est la 22e édition de la Coupe du monde de football, compétition organisée par la FIFA et qui réunit les meilleures sélections nationales. Elle se déroulera au Qatar du au [1], jour de la fête nationale du Qatar et une semaine avant Noël, avec une estimation du marché télévisuel potentiel à 3,2 milliards de téléspectateurs. La période inédite à laquelle se déroulera le tournoi est liée au climat du Qatar et aux trop fortes chaleurs y régnant, particulièrement aux dates où se déroule habituellement la compétition (mai-juin-juillet).

La présence du Qatar, qualifié d'office en tant que pays hôte de la compétition, perpétue la tradition des équipes faisant leur apparition pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde.

La Coupe du monde de 2022 est la septième et dernière édition du mondial à compter 32 participants (depuis 1998). En 2018, la FIFA envisage cependant la possibilité d'anticiper le passage du tournoi à 48 équipes prévu pour 2026 et de l'appliquer en 2022[2],[3], mais elle renonce à cette idée dès le printemps 2019 en raison de trop grandes difficultés à surmonter pour modifier et adapter une organisation initialement prévue pour accueillir 32 équipes et non 48[4].

Dépourvu d'infrastructures sportives adaptées, l'État qatari doit engager de grands chantiers de construction qui soulèvent de fortes critiques. Plus de 37 ouvriers étrangers trouvent la mort sur les chantiers du Mondial 2022 selon les sources gouvernementales, un chiffre que de nombreuses organisations et journalistes estiment fortement sous-évalué[5].

Désignation du pays organisateur

Logo de la candidature du Qatar

Cinq pays étaient candidats pour l'organisation de la Coupe du monde 2022 : l'Australie, le Japon, le Qatar, la Corée du Sud et les États-Unis.

Le Qatar est officiellement désigné comme pays hôte le . En choisissant ce petit pays du Moyen-Orient la FIFA continue à varier la géographie des pays organisateurs, après avoir opté pour l'Asie en 2002 (Japon-Corée du Sud), l'Europe en 2006 (Allemagne), l'Afrique en 2010 (Afrique du Sud), l'Amérique du Sud en 2014 (Brésil), puis à nouveau l'Europe et l'Asie en 2018 (Russie).

État pétrolier, mais surtout premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, l'émirat a tout misé sur sa puissance financière et son positionnement géographique, au centre d'un marché télévisuel qu'il estime à près de 3,2 milliards de téléspectateurs.

Nombre de voix[6]
Fédération Tour 1 Tour 2 Tour 3 Tour 4
Drapeau du Qatar Qatar 11 10 11 14
Drapeau des États-Unis États-Unis 3 5 6 8
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 4 5 5 -
Drapeau du Japon Japon 3 2 - -
Drapeau de l'Australie Australie 1 - - -
Total 22 22 22 22
Légende :
  • Victoire
  • Élimination

Villes et stades

Afin de lutter contre les températures extrêmes de la région, le Qatar a développé un système de climatisation dans les stades. Il a construit six nouveaux stades et modernisé deux autres dans le cadre d'un budget d'investissement de 4 milliards de dollars[7].

Le match d'ouverture et la finale auront lieu au Lusail Iconic Stadium.

Le stade Al-Bayt est situé à Al-Khor, à cinquante kilomètres au nord de Doha. Il est doté d'une capacité totale de 45 330 places, dont 19 830 faisant partie d'un niveau supérieur modulaire et temporaire. Le stade Al-Janoub situé à Al-Wakrah, dans le sud du Qatar, a une capacité totale de 45 120 places. Il contient au niveau supérieur, une tribune temporaire de 25 500 places. Le stade est entouré par de grands panneaux solaires et décoré d'art islamique.

Les stades d'Al-Wakrah et d'Al-Khor auraient été construits même si la Coupe du monde n'avait pas été attribuée au Qatar. Cependant, les tribunes temporaires des niveaux supérieurs, non prévues initialement, seront ajoutées dans le cadre de l'accueil du tournoi en 2022. Les travaux du stade d'Al-Wakrah sont achevés en 2018[8].

La rénovation du stade Khalifa International Stadium s'est terminée en [9].

En , le comité propose la construction d'un stade démontable, transportable et réutilisable, le Ras Abu Aboud Stadium, le premier dans l'histoire d'une Coupe du Monde. Il est construit près de Doha et inauguré en 2020, à base de containers modifiés et d'autres matériaux réutilisés. Le stade est capable d'accueillir 40 000 personnes sur une superficie totale de 450 000 m2[10].

Doha
Stade Ras Abu Aboud
(nouveau stade)
Khalifa International Stadium
(stade rénové)
Stade d'Al Thumama
(nouveau stade)
Education City Stadium
(nouveau stade)
Capacité : 40 000[11] Capacité : 45 416[12] Capacité : 40 000[13] Capacité : 40 000[14]
Rendu 3D du stade Ras Abu Aboud Le Kalifa International Stadium Vue aérienne de l'Education City Stadium
Al-Khor Al Rayyan
Stade Al Bayt
(nouveau stade)
Stade Ahmed-ben-Ali
(stade rénové)
Capacité : 60 000[15] Capacité : 40 000[16]
Vue extérieure du stade Al Bayt Le stade Ahmed-ben-Ali
Al Wakrah Lusail
Stade d'Al Janoub
(nouveau stade)
Stade de Lusail
(nouveau stade)
Capacité : 40 000[17] Capacité : 80 000[18]
Le stade Al-Janoub Rendu 3D du Lusail Iconic Stadium

Équipes qualifiées

Les 32 équipes nationales qualifiées pour la phase finale par confédération et par expérience.
Les demi-places correspondent à des places de barragistes qui font l'objet de confrontations intercontinentales.
Carte Europe (UEFA)
13 places
Amérique du Sud (CONMEBOL)
4,5 places
Afrique (CAF)
5 places
  • Équipes qualifiées pour la Coupe du monde 2022
  • Équipes qui peuvent encore se qualifier
  • Équipes non-qualifiées pour la Coupe du monde 2022
  • Équipes suspendues / Forfaits
  • Équipes non membre de la FIFA
Allemagne : 20e phase finale

Danemark : 6e phase finale

Océanie (OFC)
0,5 place
Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes (CONCACAF)
3,5 places
Asie (AFC)
5,5 places dont une au pays hôte
Qatar : 1re phase finale

Tirage au sort

Déroulement de la phase finale

Premier tour

Les équipes sont réparties dans 8 groupes de 4 équipes au premier tour. Le format est celui d'un tournoi toutes rondes simple : chaque équipe joue un match contre toutes les autres équipes de son groupe.

Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les huitièmes de finale.

Le système suivant d'attribution de points est appliqué :

3 points pour un match gagné; 1 point pour un match nul; 0 point pour un match perdu.

Dans un groupe, lorsque des équipes se retrouvent à égalité de points, elles sont classées et départagées suivant :

  1. la meilleure différence de buts ;
  2. le plus grand nombre de buts marqués ;
  3. le plus grand nombre de points obtenus dans les matchs entre équipes concernées ;
  4. la meilleure différence de buts dans les matchs entre équipes concernées ;
  5. le plus grand nombre de buts marqués dans les matchs entre équipes concernées ;
  6. le plus petit nombre de points disciplinaires sur l'ensemble des matchs du groupe suivant le barème : 1 point pour un avertissement reçu par un joueur non suivi d'une expulsion, 3 pts pour le second avertissement dans un match reçu par le même joueur entraînant une expulsion, 4 pts pour une expulsion directe, 5 pts pour une expulsion directe d'un joueur déjà averti dans le match ;

Si, à l'issue de la dernière journée, le départage des équipes à égalité dans un groupe est impossible suivant les critères ci-dessus et qu'une place qualificative ou le placement dans le tableau final est en jeu, alors un tirage au sort est effectué par la commission d'organisation de la FIFA.

Pour la suite de la compétition :

  • En huitièmes de finale, le premier d'un groupe affronte le deuxième du groupe voisin : 1er du groupe A contre 2e du groupe B, 1er du groupe B contre 2e du groupe A, idem entre les groupes C/D, E/F et G/H.
  • Le tableau de la phase à élimination directe est établi de sorte que deux équipes issues d'un même groupe ne peuvent s'affronter à nouveau avant la finale ou le match pour la 3e place.
Abréviations
  • Pts : nombre de points
  • J : nombre de matchs joués
  • G : nombre de matchs gagnés
  • N : nombre de matchs nuls
  • P : nombre de matchs perdus
  • BP : nombre de buts marqués (« buts “pour” »)
  • BC : nombre de buts encaissés (« buts “contre” »)
  • Diff : différence de buts (BP-BC)
Légende classement
  • en gras : équipe qualifiée
  • équipe pour laquelle tout est encore possible mathématiquement
  • en italique : équipe éliminée
Légende rencontre
  • en caractère gras : Équipe victorieuse
  • sans caractère gras : Équipe battue

Groupe A

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 Qatar 0 0 0 0 0 0 0 0 Qatar - - -
2 A2 0 0 0 0 0 0 0 0 A2 - -
3 A3 0 0 0 0 0 0 0 0 A3 -
4 A4 0 0 0 0 0 0 0 0 A4

Résultats

Match 1 (match d'ouverture) Qatar - A2 Al Bayt Stadium, Al-Khor

13h00 heure locale
Arbitrage :
Arbitre vidéo :

Match 3 A3 - A4 Khalifa International Stadium, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 18 Qatar - A3 Al Thumama Stadium, Doha

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 17 A4 - A2 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 36 A4 - Qatar Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 35 A2 - A3 Khalifa International Stadium, Doha

22h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe B

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 B1 0 0 0 0 0 0 0 0 B1 - - -
2 B2 0 0 0 0 0 0 0 0 B2 - -
3 B3 0 0 0 0 0 0 0 0 B3 -
4 B4 0 0 0 0 0 0 0 0 B4

Résultats

Match 2 B1 - B2 Al Thumama Stadium, Doha

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 4 B3 - B4 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 20 B1 - B3 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 19 B4 - B2 Khalifa International Stadium, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 34 B4 - B1 Al Thumama Stadium, Doha

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 33 B2 - B3 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe C

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 C1 0 0 0 0 0 0 0 0 C1 - - -
2 C2 0 0 0 0 0 0 0 0 C2 - -
3 C3 0 0 0 0 0 0 0 0 C3 -
4 C4 0 0 0 0 0 0 0 0 C4

Résultats

Match 8 C1 - C2 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 7 C3 - C4 Stade Ras Abu Aboud, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 22 C1 - C3 Education City Stadium, Al Rayyan

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 21 C4 - C2 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 40 C4 - C1 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 39 C2 - C3 Stade Ras Abu Aboud, Doha

22h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe D

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 D1 0 0 0 0 0 0 0 0 D1 - - -
2 D2 0 0 0 0 0 0 0 0 D2 - -
3 D3 0 0 0 0 0 0 0 0 D3 -
4 D4 0 0 0 0 0 0 0 0 D4

Résultats

Match 6 D1 - D2 Education City Stadium, Al Rayyan

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 5 D3 - D4 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 24 D1 - D3 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 23 D4 - D2 Stade Ras Abu Aboud, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 38 D4 - D1 Education City Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 37 D2 - D3 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

18h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe E

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 E1 0 0 0 0 0 0 0 0 E1 - - -
2 E2 0 0 0 0 0 0 0 0 E2 - -
3 E3 0 0 0 0 0 0 0 0 E3 -
4 E4 0 0 0 0 0 0 0 0 E4

Résultats

Match 12 E1 - E2 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 11 E3 - E4 Khalifa International Stadium, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 26 E1 - E3 Al Thumama Stadium, Doha

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 25 E4 - E2 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 44 E4 - E1 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 43 E2 - E3 Khalifa International Stadium, Doha

22h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe F

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 F1 0 0 0 0 0 0 0 0 F1 - - -
2 F2 0 0 0 0 0 0 0 0 F2 - -
3 F3 0 0 0 0 0 0 0 0 F3 -
4 F4 0 0 0 0 0 0 0 0 F4

Résultats

Match 10 F1 - F2 Al Thumama Stadium, Doha

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 9 F3 - F4 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 28 F1 - F3 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 27 F4 - F2 Khalifa International Stadium, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 42 F4 - F1 Al Thumama Stadium, Doha

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 41 F2 - F3 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe G

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 G1 0 0 0 0 0 0 0 0 G1 - - -
2 G2 0 0 0 0 0 0 0 0 G2 - -
3 G3 0 0 0 0 0 0 0 0 G3 -
4 G4 0 0 0 0 0 0 0 0 G4

Résultats

Match 16 G1 - G2 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 15 G3 - G4 Stade Ras Abu Aboud, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 30 G1 - G3 Education City Stadium, Al Rayyan

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 29 G4 - G2 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 48 G4 - G1 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 47 G2 - G3 Stade Ras Abu Aboud, Doha

22h00 heure locale
Arbitrage :

Groupe H

Classement

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)
1 H1 0 0 0 0 0 0 0 0 H1 - - -
2 H2 0 0 0 0 0 0 0 0 H2 - -
3 H3 0 0 0 0 0 0 0 0 H3 -
4 H4 0 0 0 0 0 0 0 0 H4

Résultats

Match 14 H1 - H2 Education City Stadium, Al Rayyan

16h00 heure locale
Arbitrage :

Match 13 H3 - H4 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

13h00 heure locale
Arbitrage :

Match 32 H1 - H3 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 31 H4 - H2 Stade Ras Abu Aboud, Doha

19h00 heure locale
Arbitrage :

Match 46 H4 - H1 Education City Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 45 H2 - H3 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

18h00 heure locale
Arbitrage :

Tableau final

Toutes les rencontres sont à élimination directe, du stade des huitièmes de finale jusqu'à celui de la finale.

Si les deux équipes qui s'affrontent sont à égalité à la fin du temps réglementaire de 90 minutes, une prolongation (a.p) de deux fois 15 minutes est jouée. Si les deux équipes sont toujours à égalité à la fin de la prolongation, une épreuve de tirs au but (t.a.b) est disputée afin de décider de la qualification pour le tour suivant, ou de l'obtention du titre s'il s'agit de la finale.

En plus des trois changements de joueurs autorisés pendant le temps réglementaire, un quatrième changement est possible lors de la prolongation.

  Huitièmes de finale
  Quarts de finale
  Demi-finales
  Finale
                             
  3 décembre à Doha     9 décembre à Lusail     13 décembre à Lusail     18 décembre à Lusail
 
  A1  
 
  B2    
  W49  
  3 décembre à Al Rayyan
    W50    
  C1  
  9 décembre à Doha
  D2    
  W57  
  5 décembre à Al Wakrah
    W58    
  E1  
  14 décembre à Al-Khor
  F2    
  W53  
  5 décembre à Doha
    W54    
  G1  
  10 décembre à Al-Khor
  H2    
  W61  
  4 décembre à Al-Khor
    W62  
  B1  
   
  A2    
  W51  
  4 décembre à Doha
    W52    
  D1  
  10 décembre à Doha
  C2    
  W59  
  6 décembre à Doha
    W60    
  F1  
   
  E2     Match pour la 3e place
  W55  
  6 décembre à Lusail 17 décembre à Doha
    W56    
  H1   L61  
   
  G2     L62  
 

Huitièmes de finale


Match 49 A1 - B2 Khalifa International Stadium, Doha

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 50 C1 - D2 Al Rayyan Stadium, Al Rayyan

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 51 B1 - A2 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 52 D1 - C2 Al Thumama Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 53 E1 - F2 Al-Janoub Stadium, Al Wakrah

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 54 G1 - H2 Stade Ras Abu Aboud, Doha

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 55 F1 - E2 Education City Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 56 H1 - G2 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :


Quarts de finale


Match 57 W49 - W50 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 58 W53 - W54 Education City Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :

Match 59 W51 - W52 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 60 W55 - W56 Al Thumama Stadium, Al Rayyan

18h00 heure locale
Arbitrage :


Demi-finales


Match 61 W57 - W58 Lusail Iconic Stadium, Lusail

22h00 heure locale
Arbitrage :

Match 62 W59 - W60 Al Bayt Stadium, Al-Khor

22h00 heure locale
Arbitrage :


Match pour la troisième place


Match 63 L61 - L62 Khalifa International Stadium, Doha

18h00
Arbitrage :


Finale


Match 64 W61 - W62 Lusail Iconic Stadium, Lusail

18h00 heure locale
Arbitrage :


Statistiques, classements et buteurs

Statistiques

Les 32 équipes présentes disputent un total de 64 rencontres : 48 au premier tour et 16 dans la phase à élimination directe.

Nombre d'équipes par confédération et par tour

Confédération Phase de groupes Huitièmes de finale Quarts de finale Demi-finales Finale (dont champion)
UEFA 13
Allemagne, Danemark
CONMEBOL 4 ou 5
CONCACAF 3 ou 4
CAF 5
AFC 5 ou 6
Qatar (organisateur)
OFC 0 ou 1
Total 32 16 8 4 2 (1)

Classement de la compétition

Le classement complet des 32 équipes ayant participé au tournoi prend en compte, en plus du stade de la compétition atteint, le nombre total de points obtenus, puis la différence de buts et enfin le nombre de buts inscrits. Le nombre de points est calculé de la même manière que pour le premier tour, à savoir en attribuant 3 points pour un match gagné, 1 point pour un match nul et 0 point pour une défaite[19].

Place Nation Stade de la compétition
Médaille d'or Vainqueur
Médaille d'argent Finale
Médaille de bronze Demi-finale
4 Demi-finale
5 Quarts de finale
6
7
8
9 Huitièmes de finale
10
11
12
13
14
15
16
Place Nation Stade de la compétition
17 Premier tour
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32

Nombre de buts par tour

Premier tour Phase à élimination directe Total
J1 J2 J3 Sous-total 8e de finale Quarts de finale Demi-finales Match 3e place Finale Sous-total
Buts
Matchs 16 16 16 48 8 4 2 1 1 16 64
Moyenne

Nombre de matchs par résultat

  • Phase de poules
    • Victoires :
    • Nuls :
  • Phase à élimination directe
    • Temps réglementaire :
    • Prolongation seule :
    • Tirs au but :

Résumé par équipe

Équipe Matchs Victoires Nuls Défaites BP BC Diff. Carton jaune Carton rouge Class. FIFA
avant CM
Class. FIFA
après CM
Progression CM
Vainqueur
Finaliste
3e
4e
Quart de finale
Huitième de finale
Premier tour

Ballon d'or du meilleur joueur

Le Ballon d'or Adidas est la récompense attribuée au meilleur joueur de la Coupe du monde 2022. Les deuxième et troisième joueurs reçoivent respectivement les Ballons d’Argent et de Bronze.

Place Joueur
Médaille d'or
Médaille d'argent
Médaille de bronze

Soulier d'or du meilleur buteur

Le Soulier d'or est attribué au meilleur buteur de la compétition. Deux joueurs ou plus à égalité à la fin de la compétition sont départagés au nombre des passes décisives et s’ils sont toujours ex æquo, c’est le joueur ayant passé le moins de temps sur le terrain qui reçoit la récompense[20]. Le nombre de matchs joués et de pénaltys sont là uniquement à titre d’information. La colonne « pénaltys » indique les pénaltys transformés pendant le temps réglementaire ou durant les prolongations : les tirs au but ne sont pas des pénaltys. Le trophée représente une chaussure de football de couleur dorée.

Classement du Soulier d'or[21]
Place Joueur Buts marqués Passes déc. Matchs joués Minutes jouées Pénalty
Médaille d'or
Médaille d'argent
Médaille de bronze
4
5
6
7
8
9
10

Liste des buteurs

Liste des passeurs

Joueurs élus Homme du Match

Discipline

Joueurs avertis

Joueurs suspendus

Équipes-types

La FIFA en elle-même n’a pas donné d’équipe-type pour la compétition toutefois, deux équipes-types ont été publiées sur le site de la FIFA :

  • Castrol, sponsor de la Coupe du monde, a dévoilé son équipe ;
  • il était également possible de voter pour la Dream Team sur le site de la FIFA.

Top 11

Castrol, sponsor officiel de la Coupe du monde, a déterminé une équipe de onze joueurs (appelée Castrol Index Top 11) avec le gardien, les quatre défenseurs, les quatre milieux de terrain et les deux attaquants les mieux classés dans un classement constitué à partir de statistiques de jeu (tacles, passes, appels, etc.) recueillies tout au long de la Coupe du monde.

Castrol Index Top 11[22]
Gardiens Défenseurs Milieux Attaquants

Dream Team

À l’issue d’un vote en ligne ouvert à tous, une équipe appelée Dream Team a été donnée quelques jours après la fin de la compétition.

Dream Team[23]
Gardiens Défenseurs Milieux Attaquants Entraîneur

Récompenses annexes

Prix annexes[24]
Prix Lauréat
Meilleur gardien
Meilleur jeune joueur
Prix du fair-play
But du tournoi[25]
Classement But et buteur
1
2
3

Liste des diffuseurs

Afrique du Nord et Moyen-Orient

En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, c’est le groupe de télévision sportive payant qatarien BeIn Sports qui diffusera l’intégralité de la coupe du monde 2022 en exclusivité dans tous les pays d'Afrique du Nord et dans la région du Moyen-Orient à savoir : Algérie, Arabie saoudite, Bahreïn, Comores, Djibouti, Égypte, Émirats arabes unis, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, Libye, Maroc, Mauritanie, Oman, Palestine, Qatar (Pays du siège social de BeIn Sports), Somalie, Soudan, Syrie, Tunisie et au Yémen.

Afrique sub-saharienne

En Afrique subsaharienne, c’est le réseau de télévision payante StarTimes qui diffusera l’intégralité de la Coupe du monde 2022 dans tous les pays d’Afrique Sub-saharienne, à savoir : Angola, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Érythrée, Eswatini, Éthiopie, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Île Maurice, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, République centrafricaine, République démocratique du Congo, République du Congo, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Sierra Leone, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie et Zimbabwe. À l’exception de l’Afrique du Sud.

Amérique du Nord

Au Canada, les réseaux frères de télévision sportive payante The Sports Network (TSN) et Réseau des sports (RDS) retransmettront l’intégralité de la coupe du monde 2022, respectivement côté anglophone et francophone. Tandis que du côté gratuit anglophone, c’est le réseau privé CTV Television Network qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

Aux États-Unis, c'est la chaîne de sports ESPN qui diffusera dans son intégralité la coupe du monde 2022 au Qatar.

Amérique du Sud

Asie

En Chine, c’est le groupe public CCTV qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en direct et en rediffusion en intégralité.

En Israël, c'est la Société de radiodiffusion publique israélienne (Kan en hébreu et Makan en arabe) qui diffusera gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

En Turquie, c'est le réseau de télévision public TRT qui diffusera gratuitement l'intégralité de la coupe du monde 2022.

Europe

En Allemagne, ce sont les chaînes publiques Das Erste et ZDF qui retransmettront gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

En Belgique, du côté néerlandophone, c'est le groupe public VRT qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité. Et du côté francophone, c'est le groupe public RTBF qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

En Espagne, c’est le groupe privé Mediaset España qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

En France (France métropolitaine), à Monaco et en Andorre, côté gratuit, la chaîne privée TF1 diffusera gratuitement 28 matchs (les 16 plus belles affiches du premier tour dont le match d'ouverture, tous les matchs de l'équipe de France si elle est qualifiée, 5 des 8 huitièmes de finale, 3 des 4 quarts de finale, les 2 demi-finales, le match pour la troisième place (aussi appelée "Petite finale") et la grande finale. Côté payant, beIN Sports retransmettra l’intégralité de la compétition dont les 36 autres matchs en exclusivité.

En Italie, à Saint-Marin et au Vatican, c'est le groupe public RAI qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité, dont 28 le seront sur la chaîne phare du groupe, Rai 1.

Au Royaume-Uni, c'est la BBC et le groupe privé ITV qui retransmettront ensemble gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

Aux Pays-Bas, c’est le groupe public NPO, via l'association audiovisuelle NOS – chargée des retransmissions culturelles, sportives et des programmes d'information – qui retransmettra gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité.

En Suisse, c'est le groupe public SRG SSR qui diffusera gratuitement la coupe du monde 2022 en intégralité. Elle sera retransmise gratuitement en intégralité par la SRF en Suisse alémanique (Suisse germanophone), par la RTS en Suisse romande (Suisse francophone) et par la RSI en Suisse italienne (Suisse italophone).

Océanie

En Australie, côté gratuit, c’est le groupe public SBS qui retransmettra gratuitement 25 matchs parmi les 64 matchs que comporte la compétition, dont le match d’ouverture, tous les matchs de l’équipe d’Australie si elle est qualifiée, un match par jour, les demi-finales, le match pour la troisième place (aussi appelée "Petite finale") et la finale.

Aspects socio-économiques

Mort de centaines d'ouvriers sur les chantiers qatariens

La préparation de cette coupe du monde nécessite de gigantesques chantiers et Vinci intervient dans certains d'entre eux. En , des documents transmis par l'ambassade du Népal font état de la mort d'au moins 44 ouvriers népalais travaillant sur les chantiers de construction dans des conditions proches de l'esclavage[26].

En , une délégation internationale de syndicats de travailleurs du bâtiment appartenant à la Confédération syndicale internationale[27] (CSI) a souhaité accéder aux chantiers sur le principe de contrôles inopinés. Ce droit leur a été refusé. D'après des informations locales, le droit du travail local ne serait pas respecté : aucune plainte d'un ouvrier n'a été enregistrée, et, en cas de plainte, l'ouvrier est expulsé[28].

Fin 2013, le quotidien britannique The Guardian relaie l'estimation de la CSI qui déclare qu'au rythme actuel des décès sur les chantiers, 4 000 ouvriers mourront avant l'inauguration de la compétition. Le journal dénonce l'« exploitation et les abus s'apparentant à de l'esclavage moderne » que connaîtraient les ouvriers, privés de leur passeport, en attente d'être payés et entassés à 12 dans des chambres d'hôtel insalubres. Sharan Burrow, secrétaire général de la CSI, affirme alors :

« Sans les changements nécessaires, plus d'ouvriers mourront à construire les infrastructures de la Coupe du monde que de footballeurs qui fouleront les pelouses lors de ce Mondial. »

Le Monde, en , publie un reportage sur le quotidien de ces ouvriers, qui travaillent onze heures par jour, six jours par semaine, parfois sous une chaleur jusqu'à 50 °C[29].

En , selon un rapport du comité de coordination népalais Pravasi et The Guardian, 400 ouvriers népalais et 500 ouvriers indiens sont morts sur les chantiers de la Coupe du monde[30],[31].

En , The New Republic reprend l'estimation de ESPN selon laquelle, « à la cadence actuelle », 4 000 travailleurs immigrés mourront d'ici au début de la Coupe du monde de 2022, en soulignant que « le plus effrayant » de cette estimation, c'est que le Qatar n'en est qu'au tout début des travaux nécessaires. Un seul nouveau stade a en effet été mis en chantier, alors que 12 nouveaux stades doivent être construits d'ici à 2022 : que se passera-t-il, se demande The New Republic, lorsque, comme toutes les nations organisatrices, le Qatar sera en retard sur le planning prévu[32] ?

Face à ces accusations, le Qatar promet l'abolition du système de parrainage qui met les travailleurs étrangers à la solde de leurs employeurs[33] (la règle du sponsor interdit aux employés étrangers, y compris les Occidentaux, de rompre leur contrat sans l'autorisation d'un tuteur, qui se trouve être dans la plupart des cas leur patron[29]).

En , la BBC estimait le nombre de morts sur les chantiers qatariens à un chiffre proche de 1 800 en l'espace de trois années, rien que pour les travailleurs venus d'Inde, du Népal et du Bangladesh, alors même que des ouvriers égyptiens ou philippins travaillent aussi sur les chantiers du Qatar, pour lesquels le nombre de morts n'a pas fait l'objet de décompte particulier[34].

En 2016, l'Église catholique condamne le « traitement inhumain dont sont victimes les travailleurs ». Le cardinal Rainer Woelki appelle ainsi au boycott de la Coupe du monde et accuse la FIFA de ne pas prendre en compte les protestations des défenseurs des droits de l'Homme[35].

En , en plus des mauvaises conditions de travail des ouvriers, il est révélé que certains d'entre-eux ne sont pas payés depuis des mois[36]. À ce sujet, la fédération internationale du football a jugé le rapport comprenant ces informations comme « fallacieux », en indiquant qu’il n'est « en rien lié à la Fifa et à la Coupe du monde 2022 ». Le ministère qatarien du Travail a publié un communiqué signalant que la société Mercury MENA ne travaillait plus dans le pays et qu’une enquête est mise en place avec des possibles conséquences juridiques[37].

Le , la société Vinci a démenti les accusations de l'ONG française Sherpa concernant les conditions des travailleurs migrants en indiquant le résultat d'un audit indépendant réalisé par la Fédération syndicale mondiale des Travailleurs du Bâtiment qui fait état des bonnes pratiques[38].

En , The Guardian indique que plus de 6 500 ouvriers sont morts sur les chantiers depuis 2010 d'après des données récoltées auprès des gouvernements de l'Inde, du Pakistan, du Népal, du Bangladesh et du Sri Lanka[5]. Le bilan serait même supérieur car les données d'autres pays, comme les Philippines ou le Kenya, n'ont pas été recueillies[5]. Les principales causes de décès sont les fortes chaleurs, les chutes et les insuffisances cardiaques[5].

Liste des sponsors de la compétition

Controverses

Conditions d'attribution

Une enquête est ouverte par la FIFA sur les conditions d'attribution des Mondiaux 2018 en Russie et 2022 au Qatar à la suite des accusations de corruption des membres de la Fédération qui ont voté le pour le Qatar et la Russie[39]. Le , au lendemain de l'attribution de la compétition au Qatar, des accusations de corruption sont lancées par le Sunday Times puis par la BBC. The Sun fait sa une en affichant « Truqué ! », The Times écrit quant à lui que « le système de désignation des pays hôtes de la Coupe du monde est atrocement corrompu. »

En , le président de la CONCACAF, Jack Warner, et le président de l'AFC, le Qatarien Mohammed Bin Hammam, sont arrêtés à la suite des déclarations à la justice américaine de Chuck Blazer, secrétaire général de la CONCACAF. Warner est accusé d'avoir organisé, à la demande de Bin Hammam, une réunion avec les autres membres de la CONCACAF, au cours de laquelle Bin Hammam aurait donné 40 000 dollars en l'échange de leur voix lors de l'élection du futur président de la FIFA. C'est à la suite de cette affaire que le FBI va enquêter sur les affaires de corruption à la FIFA et donc sur l'attribution de l'organisation de la Coupe du Monde 2022[40].

Ce choix du Qatar a été vivement critiqué, notamment par le président américain Barack Obama, indiquant que c'est une « mauvaise décision »[41]. L'État du Qatar est aussi le pays organisateur le moins peuplé à ce jour, après l'Uruguay en 1930[42]. De plus, il n'a jamais participé à une Coupe du monde de football et est classé 101e au classement FIFA de . Bien qu'ayant vocation à être démontés à la fin de la compétition et remontés dans des pays en développement, les stades sont aussi sujet à controverse à cause de leur impact environnemental. Ils seront en effet totalement fermés et climatisés, la température moyenne au Qatar pouvant atteindre les 50 °C en été[43]. Les critiques de corruption justifiant le choix qatarien se répandent dans la presse dès 2010[44]. L'Américaine Pheadra Almajid, qui était attachée de presse du comité de candidature qatarien, affirme que le président du comité qatarien a versé à trois membres africains du comité exécutif de la FIFA (chargé de l'attribution de l'organisation de la Coupe du Monde) 1,5 million de dollars chacun, en l'échange de leurs votes pour la candidature du Qatar, lors du congrès de la CAF en [40]. Ce congrès aurait de plus été financé, à hauteur de 1,8 million de dollars, par le comité de candidature qatarien, selon le rapport Garcia publié en 2014[40].

En , la polémique rebondit en France avec la publication dans le bi-hebdomadaire France Football d'une enquête intitulée « Qatargate »[45] reprenant les propos de Guido Tognoni comparant la FIFA à « une petite mafia »[46]. Le journaliste Eric Champel, qui a suivi l'affaire pour France Football, pointe les failles du système et déclare que « l'éthique a été plusieurs fois bafouée par le Qatar dans la façon dont il a obtenu la Coupe du Monde 2022 »[40]. En , dans une interview accordée à la télévision suisse, Sepp Blatter reconnaît que le fait d'avoir accordé au Qatar l'organisation du Mondial 2022 était une erreur en précisant que « c'était la volonté politique, aussi bien en France, qu'en Allemagne. […] De grandes entreprises françaises et allemandes interviennent au Qatar, vous savez[47]. »

En 2013, l'hebdomadaire France Football et le mensuel So Foot évoquent une réunion secrète à l'Élysée qui aurait été organisée le , soit une dizaine de jours avant le vote de la FIFA, entre Nicolas Sarkozy, alors président de la République, Tamim ben Hamad Al Thani, prince du Qatar, Michel Platini, président de l'UEFA, et Sébastien Bazin, représentant de Colony Capital, alors propriétaire du Paris Saint-Germain[48]. Le cheikh Hamad Ben Jassem, premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Claude Guéant, secrétaire général de l'Élysée, et Sophie Dion, conseillère de Nicolas Sarkozy chargée des sports, font également partie des protagonistes de ce déjeuner selon la justice française[49]. Le journal France Football écrit :

« Au cours de cette réunion, il a tour à tour été question du rachat du Paris Saint-Germain par les Qatariens (devenu effectif en juin 2011[50]), d'une montée de leur actionnariat au sein du groupe Lagardère, de la création d'une chaîne de sport (la future BeIn Sports) pour concurrencer Canal+ - que Sarkozy voulait fragiliser -, le tout en échange d'une promesse : que Platini (président de l'UEFA) ne donne pas sa voix aux États-Unis, comme il l'avait envisagé, mais au Qatar[39]. »

Sepp Blatter, président du comité d'éthique sur les conditions d'attribution, déclare à l'hebdomadaire allemand Die Zeit :

« Des chefs de gouvernement européens ont conseillé à leurs membres qui pouvaient voter de se prononcer pour le Qatar, parce qu'ils étaient liés à ce pays par des intérêts économiques importants[51]. »

Il accuse en particulier le gouvernement français. Il évoque « un arrangement diplomatique » qui aurait dû aboutir à l'attribution des éditions 2018 et 2022 à la Russie et aux États-Unis. Selon lui, « l'interférence gouvernementale de [Nicolas] Sarkozy » aurait annulé cet arrangement. Nicolas Sarkozy a nié être intervenu dans ce processus[49].

Michel Platini démentira certaines informations, et en minimisera d'autres. On évoque également des tensions entre Sepp Blatter et Michel Platini, tous deux candidats probables au poste de président de la FIFA en 2015[33].

Fin 2013, le quotidien L'Équipe affirme que la FIFA pourrait retirer l'organisation du mondial au Qatar, pour la confier finalement aux États-Unis[52] sans refaire un nouveau vote, ce qui enfreindrait le règlement de la FIFA qui stipule que si un membre votant est corrompu, alors les attributions des deux coupes du monde 2018 et 2022 devront être remises en cause puisque les mêmes membres ont voté pour l'attribution des coupes du monde 2018 et 2022.

En , le Sunday Times précise être en possession de milliers d'emails et d'autres documents qui attestent des versements d'argent présumés effectués par le Qatarien Mohammed Bin Hammam, alors membre du Comité exécutif de la Fifa et radié à vie en 2012 pour corruption[53]. Ce que ce dernier dément, parlant lui de simples cadeaux tel que des montres de luxe.

Michael J. Garcia , ancien procureur fédéral américain nommé en à la tête de la chambre d'instruction de la Commission d'éthique de la FIFA, est chargé d'enquêter sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022. En , le juriste Hans-Joachim Eckert , président de la chambre de jugement de la Commission d'éthique, relève dans le rapport Garcia des « comportements douteux » mais pas de quoi remettre en cause le processus d'attribution du Mondial au Qatar. Garcia qui voulait voir son rapport publié dans son intégralité, dénonce une présentation « erronée et incomplète » de son enquête et fait appel. En , l'appel de Garcia est rejeté, il démissionne[54].

En avril 2015, le Conseil de l'Europe demande à la FIFA la désignation d'un nouveau pays hôte pour la compétition[55].

En , le média mexicain Record estime que la FIFA pourrait retirer l'organisation du Mondial au Qatar en raison des répercussions potentielles de la crise diplomatique de juin 2017 entre l'émirat et ses voisins[56].

Dans le cadre de l'enquête menée par le Parquet national financier sur « des faits présumés de corruption active et passive de personne n’exerçant pas de fonction publique » à l'occasion de l'attribution de cette Coupe du monde, Michel Platini et Sophie Dion sont placés en garde à vue le [49] tandis que l'ancien secrétaire général de l’Élysée sous la présidence Sarkozy, Claude Guéant, est auditionné sous le statut de « suspect libre »[57].

Polémique sur le calendrier : une première Coupe du monde en fin d'année

En raison des fortes chaleurs durant les mois d'été au Qatar (près de 50 °C, un taux d'humidité de 80 % en juin)[58], une polémique a éclaté concernant la date de l'organisation de la compétition, habituellement jouée aux mois de juin et juillet. Des scientifiques de l'Université du Qatar proposent de développer un nuage artificiel[59] pour que les stades soient à l'ombre[60]. Après s'être rétractés, les responsables entérinent l'idée d'une compétition en hiver (début d'année), procédé transgressant gravement le cahier des charges de candidature[61]. Sepp Blatter déclare en  :

« Vous ne pouvez pas jouer sous cette chaleur estivale. Bien qu'il soit possible de climatiser les stades, il est impossible de climatiser tout un pays ou l'ambiance d'une Coupe du monde. C'est pourquoi nous devons faire preuve de courage et jouer cette Coupe du monde en hiver[33]. »

Il fait des déclarations similaires en affirmant qu'il n'est pas possible de jouer l'été et qu'il faut trouver une solution[62].

Le comité exécutif de la FIFA décide le que la finale du Mondial 2022 au Qatar se disputera le dimanche , soit une semaine avant Noël. Il ne faisait déjà plus de doute que la FIFA décalerait la tenue de la Coupe du monde au Qatar à une autre saison que la période traditionnelle du milieu d'année (estivale dans l'hémisphère nord ou hivernale dans l'hémisphère sud). C'est donc finalement l'automne (novembre - ) qui a été préféré à l'hiver (janvier - ). Sur la date de la finale, Sepp Blatter, le président de la FIFA, avait déjà indiqué que le 18 serait la date-limite.

Le Comité exécutif de la FIFA, réuni le à Zurich, « a décidé que la finale aurait lieu le dimanche , jour de la fête nationale au Qatar, et du principe d'un tournoi de 28 jours », a déclaré Walter de Gregorio, directeur de la communication de la FIFA, précisant que l'instance internationale allait désormais réfléchir à une « adaptation du calendrier international ». Le tournoi mondial au Qatar devrait donc débuter le mais De Gregorio a indiqué que la date officielle du coup d'envoi serait décidée après discussions avec les fédérations nationales.

Interdiction de la vente et consommation d'alcool

En , le Qatar, bien qu'ayant l'Islam comme religion officielle d'État et la Charia comme principale source d'inspiration juridique, a fait savoir par la voix de Hassan Al Thawadi, secrétaire général du Comité d’Organisation, que l'alcool ne serait pas banni durant la Coupe du monde[63]. En attendant la date de la manifestation sportive, la tendance locale semble pourtant être au durcissement des restrictions en matière d'alcool, puisque après en avoir interdit la consommation sur l'île artificielle Pearl Qatar[64], l'émirat l'a interdite aussi aux abords des plages et des piscines[65].

Accusations de dénigrement envers le Qatar

En 2014, le président de la FIFA, Sepp Blatter, dénonce « une sorte de déchaînement contre la Fifa concernant la Coupe du monde au Qatar », selon lui « beaucoup lié à la discrimination et au racisme »[66].

En , le média américain The Intercept explique que les Émirats arabes unis auraient cherché à déstabiliser l’économie et la monnaie du Qatar en 2017, afin de l’affaiblir et de l’empêcher d’organiser la prochaine coupe du monde[67].

Lors du déclenchement de la crise du Golfe, les autorités qataries ont accusé les Émirats arabes unis de vouloir les empêcher d’organiser cet évènement[68]. Depuis de nombreuses années, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis auraient tissé un réseau d’influence et lobbying à travers le globe, notamment aux États-Unis, pour détériorer l’image de leur rival[69].

Salaires des travailleurs étrangers non payés

Les salaires des travailleurs étrangers au Qatar pourraient ne pas être versés selon l'organisation de défense des droits humains Human Rights Watch (HRW). L'ONG pointe de lourdes failles dans la législation qatarie permettant à certaines entreprises de ne pas rémunérer leurs travailleurs. Une entreprise employant 6 000 personnes pour la construction de l'un des stades du Mondial a suspendu le paiement des salaires pendant des périodes allant de deux à cinq mois et ne les a finalement versés qu'après un mouvement de protestation malgré l'interdiction de toute action sociale au Qatar[70].

Nombre d'ouvriers morts sur les chantiers

Alors que les autorités qataries affirment que 37 travailleurs sont morts dans la préparation de la compétition, le journal The Guardian annonce en qu'en réalité au moins 6 750 travailleurs étrangers sont morts depuis 2010 durant les préparatifs du mondial[71],[72].

Condition de la femme

Lors de la finale de la coupe du monde des clubs de la FIFA 2020 qui s'est déroulée au Qatar le , les arbitres féminines auraient été dissuadées de saluer le prince Joaan bin Hamad al-Thani au cours de la cérémonie de remise des médailles. Cette polémique soulève des interrogations sur la condition féminine durant cette coupe du monde[73]. Gabriel Malika, auteur du roman Qatarina dénonçant la tenue de la coupe du monde au Qatar, soulève des doutes quant à la liberté, notamment vestimentaire, des supportrices[74].

Notes et références

  1. « La Coupe du monde 2022 se jouera bien en hiver ! », sur Mondial de Football, (consulté le ).
  2. Avec AFP, « Une Coupe du monde à 48 dès 2022 au Qatar ? «Un défi difficile», reconnaît Infantino », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Le Conseil de la FIFA recommande un Mondial à 48 équipes en 2022 - Foot - FIFA », sur L'Équipe, (consulté le ).
  4. « La FIFA abandonne le projet d'une Coupe du monde à 48 équipes en 2022 - Foot - FIFA », sur L'Équipe, (consulté le ).
  5. a b c et d Selon The Guardian, au moins 6 500 ouvriers étrangers sont morts au Qatar depuis 2010, L'Équipe, 23 février 2021.
  6. « La Russie et le Qatar accueilleront respectivement les Coupes du monde de la FIFA 2018 et 2022 », sur fr.fifa.com, .
  7. (en-GB) « Lusail Iconic Stadium - Verdict Designbuild », sur www.designbuild-network.com (consulté le )
  8. « Coupe du monde 2022 : Un deuxième stade bientôt terminé », L'Équipe/AFP, (consulté le ).
  9. Bérénice Marmonier, « Le premier stade de la Coupe du monde 2022 au Qatar est terminé », sur Sportetstyle.fr, (consulté le ) (voir archive).
  10. « Mondial 2022 : le Qatar présente son stade démontable », Le Figaro, .
  11. « Ras Abu Aboud Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  12. « Khalifa International Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  13. « Al Thumama Stadium », sur fr.fifa.com
  14. « Education City Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  15. « Al Bayt Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  16. « Al Rayyan Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  17. « Al Janoub Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  18. « Lusail Stadium », sur fr.fifa.com (consulté le )
  19. « Allemagne 2006 : le classement définitif », sur fifa.com, (consulté le ).
  20. Règlement d'attribution du Soulier d'Or.
  21. « Le soulier d'or », sur fr.fifa.com, FIFA.
  22. Castrol Index Top 11.
  23. La Dream Team.
  24. « Prix », sur fr.fifa.com, FIFA.
  25. « La volée de Rodriguez élue But du Tournoi », sur fr.fifa.com, FIFA.
  26. « Des “esclaves” népalais morts au Qatar sur les chantiers de la Coupe du monde » sur lemonde.fr.
  27. « La CSI propose à la FIFA une mission conjointe au Qatar » sur force-ouvriere.fr.
  28. « Qatar: chantier interdit », sur sports.fr.
  29. a et b « Mondial 2022 : les damnés de Doha » par Benjamin Barthe sur lemonde.fr du 18 octobre 2013.
  30. « Plus de 400 travailleurs népalais morts dans les chantiers du Qatar » sur lemonde.fr.
  31. « More than 500 Indian workers have died in Qatar since 2012, figures show » sur theguardian.com.
  32. « FIFA Needs to Take the 2022 World Cup Away from Qatar. Now. », sur newrepublic.com (consulté le 2 juillet 2014).
  33. a b et c Pourquoi la tenue de la coupe du monde au Qatar fait polémique ?, Le Monde, 16 mai 2014.
  34. Have 1,200 World Cup workers really died in Qatar?, sur bbc.com (consulté le 9 février 2016).
  35. Sylvain Dorient, « Un archevêque contre la Coupe du monde au Qatar », sur Aleteia.org, (consulté le ).
  36. Le Monde avec AFP, « Au Qatar, des employés du Mondial 2022 non payés depuis des mois », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Qatar: des employés du Mondial-2022 sans salaires depuis des mois (Amnesty) », AFP.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. (en) « French group Vinci: audit finds no problems over its Qatar labor... », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. a et b Ce « Qatargate » qui ébranle la FIFA - Le Monde, 29 janvier 2013.
  40. a b c et d Fifa : le système Blatter - Extrait de Stade 2, YouTube, 14 février 2016.
  41. Barack Obama déplore la désignation du Qatar pour 2022 - Jean-Marie Dumas, TF1, 3 décembre 2010.
  42. L'étrange choix du Qatar pour la Coupe du monde 2022 - Quentin Girard, Libération, 3 décembre 2010.
  43. Coupe du monde 2022 : le Qatar OK, l'environnement KO ? - Zegreenweb.com.
  44. Qatar 2022 : les vendus de la coupe du monde - François Touminet, VSD no 1739, 23 au 29 décembre 2010.
  45. Tognoni : « La FIFA, comme une petite mafia » - France Football, 29 janvier 2013.
  46. Le Sunday Times publie «les preuves» d'une corruption en faveur de Qatar 2022 - L'Équipe, 1er juin 2014.
  47. « Qatar 2022, Blatter reconnait une erreur », Le Figaro, 16 mai 2014.
  48. L'attribution du Mondial de football au Qatar influencé par des intérêts économiques, Le Monde, 18 septembre 2013
  49. a b et c « Coupe du monde 2022 : Platini en garde à vue », sur eurosport.fr,
  50. Rachat en 2011 de 70 % des parts du club par le Qatar Investment Authority, Nasser Al-Khelaïfi en devenant le président du conseil de surveillance.
  51. « Les troublantes déclarations de Blatter », sur France Info, .
  52. « Les Etats-Unis, le plan B pour l'organisation du Mondial 2022 ? », France Football, (voir archive).
  53. Mondial 2022 : Le Qatar de nouveau accusé de corruption - Challenges, 2 juin 2014.
  54. « Du Qatargate au Fifagate, voici les dates-clés de la crise de la FIFA », sur RTL, .
  55. « Mondial 2022: le Conseil de l'Europe conteste le choix du Qatar », Sport24.com/Le Figaro, .
  56. « La Coupe du monde 2022 retirée au Qatar ? », CNews, (consulté le ).
  57. Fabrice Arfi, Yann Philippin et Antton Rouget, « Mondial 2022 au Qatar: Platini en garde à vue, Guéant suspect libre », sur Mediapart (consulté le )
  58. « Ce que changerait une Coupe du monde en hiver », sur metronews.fr, .
  59. Construit avec des matériaux ultra-légers et de la fibre de carbone, le nuage serait rempli d'hélium pour lui permettre de flotter dans le ciel et alimenté par des capteurs solaires.
  60. « 2022 : le Qatar va se payer le nuage artificiel », sur eurosport.fr, .
  61. Cyrille Haddouche, « Qatar 2022 : Rummenigge pour un Mondial en avril-mai », sur sport24.lefigaro.fr, .
  62. Voir sur leparisien.fr/sports/.
  63. « Coupe du monde 2022 au Qatar : même de l’alcool… », sur le site bakchich.info (19/03/2012).
  64. (en) « Qatar, Unveiling Tensions, Suspends Sale of Alcohol », sur le site du Wall Street Journal (7/01/2012)
  65. (en) « Qatar in clampdown on alcohol sales in hotel pools and beaches », Arabian business (10/11/2013).
  66. Voir sur bfmtv.com.
  67. (en-US) Ryan Grim et Ben Walsh, « Leaked Documents Expose Stunning Plan to Wage Financial War on Qatar — and Steal the World Cup », sur The Intercept, (consulté le ).
  68. « Mondial-2022: violente passe d'armes entre le Qatar et les Emirats », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. « Les dessous du Qatar bashing - Une campagne orchestrée par les Émirats arabes unis et Israël », Orient XXI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. « Qatar: les salaires des travailleurs étrangers ne sont pas garantis (HRW) », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  71. Julien Lecot, « Qatar : au moins 6 750 travailleurs étrangers sont morts ces dix dernières années », sur Libération (consulté le )
  72. « Mondial 2022: le Qatar soupçonné de minimiser le nombre de morts sur ses chantiers », sur RMC SPORT (consulté le )
  73. Football : un cheikh crée la polémique avec des arbitres féminines, Le Point, 15 février 2021
  74. Roxana Maracineanu, ministre déléguée chargée des Sports est l'invitée du mardi 16 février 2021, Franceinfo, 16 février 2021