Eduardo Camavinga

Eduardo Camavinga
Image illustrative de l’article Eduardo Camavinga
Situation actuelle
Équipe Real Madrid
Numéro 25
Biographie
Nom Eduardo Celmi Camavinga
Nationalité Angolais
Congolais
Français (depuis 2019)
Nat. sportive Français
Naissance (19 ans)
Miconje (Angola)
Taille 1,82 m (6 0)[1]
Période pro. 2019 -
Poste Milieu défensif
Pied fort Gauche
Parcours junior
Années Club
2008-2011 Drapeau de Fougères
2011-2013 AGL Drapeau de Fougères
2013-2018 Stade rennais FC
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2018-2021 Stade rennais FC 088 0(2)
2021- Real Madrid 00120(1)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2019- France espoirs 005 0(1)
2020- France 003 0(1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour :

Eduardo Camavinga, né le à Miconje (Angola), est un footballeur international français. Il évolue au poste de milieu de terrain au Real Madrid.

Biographie

Enfance

Né le à Miconje, dans la province de Cabinda, enclave angolaise située entre la République démocratique du Congo, la république du Congo et l'océan Atlantique, Eduardo Camavinga détient les nationalités de l'Angola et de la République du Congo[2],[3],[4],[5],[6]. Ses parents Celestino et Sofia avaient fui le Congo-Brazzaville avant sa naissance pour rejoindre un camp de réfugiés à Miconje[5],[7],[8],[9].

La famille (avec Eduardo et ses cinq frères et sœurs) quitte l'Angola pour la France en 2003. Elle s'installe d'abord à Lille avant de rejoindre Fougères, dans le nord-est de la Bretagne, où Eduardo passera toute son enfance[8],[9],[10],[11].

Il préfère d'abord le judo[2] que son frère pratique depuis quelques années. Mais il joue également au football, à la maison et dans la cour de l'école, où il se fait remarquer par les surveillantes[12]. Sur leur conseils, sa mère l'inscrit en club en 2009 (à sept ans), au Drapeau Fougères[13] où son père joue dans l'équipe seniors[14]. Vite surclassé, il se distingue aussi bien en tant que défenseur qu'avant-centre[11].

En 2013, pendant qu'Eduardo est à l'école, la maison que la famille Camavinga venait de faire construire à Lécousse, commune limitrophe de Fougères, prend feu et est réduite en cendres. Alors que le club proposait l'organisation d'une quête en leur soutien, le père d'Eduardo, Célestino, refusa la proposition, soutenant qu'il savait que son fils était promis à un grand avenir et qu'il serait bientôt en mesure de subvenir aux besoins de la famille. Le maire de Lécousse trouve alors un logement en urgence pour reloger la famille[15],[11].

Le , Eduardo Camavinga, à quelques jours de ses 17 ans, et sa famille obtiennent la nationalité française. Il devient par conséquent sélectionnable en équipe de France[16],[17].

Le , il obtient le baccalauréat économique et social (académie de Rennes)[18],[19].

Carrière

Stade rennais FC (2018-2021)

Eduardo Camavinga rejoint le Stade rennais en 2013[20]. Il y est très vite surclassé évoluant dès 15 ans avec les moins de 17 ans puis en réserve. Le , il signe son premier contrat professionnel[21] et devient à cette occasion le plus jeune joueur à passer professionnel avec le club de Rennes[22]. Lors du match de son club contre Angers, le , il entre en jeu, devenant ainsi le plus jeune joueur rennais à évoluer en Ligue 1 et le premier joueur né en 2002 à jouer dans un des cinq grands championnats européens. À 16 ans, 4 mois et 27 jours, il dépasse en précocité Kylian Mbappé[3]. Eduardo Camavinga connait quelques semaines plus tard sa première titularisation, contre l'AS Monaco[23], battant là encore des records de précocité pour son club et pour sa génération en Europe. Annoncé comme un joueur à très fort potentiel[24], il effectue une performance remarquée par la presse spécialisée contre les Monégasques[25],[26].

Il prolonge avec le club le , puis effectue quelques jours plus tard une très bonne prestation face au Paris Saint-Germain (victoire 2-1)[27] au cours de laquelle il est nommé meilleur joueur du match[28]. Il sera nommé Joueur du mois en L1, et devient alors le plus jeune lauréat de l'histoire de cette récompense[29]. Le , il joue son premier match en Ligue Europa en entrant à 18 minutes de la fin du match, lors de la première journée de phase de poules face au Celtic Glasgow (match nul 1-1). Le , il est à nouveau nommé meilleur joueur du match à la suite de sa prestation face à l'Olympique de Marseille (match nul 1-1). Le , avec l'aide du Stade rennais FC, de la Fédération française de football et de la préfecture, il obtient, ainsi que sa famille, la nationalité française. À partir de cette même date, il est sélectionnable pour les équipes de France[16]. Le , lors du match à l'extérieur au Groupama Stadium contre l'Olympique lyonnais comptant pour la 18e journée de Ligue 1, il marque son premier but en professionnel sous les couleurs des Rouge et Noir à la 89e minute de jeu permettant ainsi au Stade rennais FC de s'imposer (victoire 0-1)[30]. À 17 ans 1 mois et 5 jours, il devient le plus jeune buteur de l'histoire du Stade rennais FC[31]. Le , il est inclus dans le top 50 des meilleurs jeunes au niveau mondial par le site spécialisé de Football Talent Scout, où il se classe à la 2e position, derrière le Lyonnais Rayan Cherki[32].

Pour la saison 2020-2021, à la suite du prêt de Rafik Guitane au CS Marítimo, Eduardo Camavinga hérite du maillot no 10 du Stade rennais FC, après avoir porté le no 18[33]. Lors de la 2e journée de championnat, il inscrit son premier but de la saison face au Montpellier HSC, permettant à son club de l'emporter 2-1 au Roazhon Park[34]. En octobre 2020 il figure parmi les 20 finalistes du Golden Boy 2020 par le quotidien sportif italien Tuttosport[35]. En , il est inclus par Transfermarkt, dans les 11 joueurs de moins de 20 ans ayant le potentiel le plus élevé sur le marché des transferts[36].

Real Madrid (2021-)

Le , Eduardo Camavinga signe un contrat jusqu'en 2027 avec le Real Madrid ; le montant du transfert est estimé à 31 M€ (45 M€ avec bonus)[37],[38],[39]. Pour sa première apparition, il remplace Eden Hazard à la 66e minute d'un match face au Celta de Vigo en championnat, avant d'inscrire son premier but avec les Merengues (victoire 5-2)[40].

En octobre 2021, il fait partie de la liste des 20 finalistes pour le trophée du Golden Boy[41],[42].

En sélection

Le , après le forfait de Blaise Matuidi, Mattéo Guendouzi est alors appelé à le remplacer en équipe de France A[43], et Eduardo Camavinga est alors convoqué pour la première fois en Espoirs pour remplacer ce dernier[44], une semaine seulement après sa naturalisation. Il est titularisé par Sylvain Ripoll face à la Géorgie lors de la 6e journée des qualifications pour le championnat d'Europe espoirs[45] (victoire 3-2)[46].

Le , Camavinga est appelé pour la première fois en Équipe de France par le sélectionneur Didier Deschamps, pour affronter la Suède et la Croatie dans le cadre de la Ligue des nations[47]. Cette sélection fait suite au forfait de Paul Pogba, testé positif au coronavirus[48]. Il rentre en jeu au Stade de France, lors du match contre la Croatie le , en remplacement de N'Golo Kanté à la 63e minute du match[49]. Âgé de 17 ans et 303 jours, il devient le troisième plus jeune joueur de l'histoire de l'équipe de France, derrière Julien Verbrugghe (16 ans et 310 jours) en 1906 et Maurice Gastiger (17 ans et 128 jours) en 1914[50],[51],[52].

Le , il fête sa première titularisation en ouvrant le score contre l'Ukraine et devient à 17 ans et 332 jours le deuxième plus jeune buteur de l'histoire de l'équipe de France (derrière Maurice Gastiger en 1914)[53].

En , non retenu par Didier Deschamps pour disputer l'Euro 2020 avec l'équipe de France A[54], Eduardo Camavinga est sélectionné par Sylvain Ripoll pour participer aux Jeux olympiques d'été de 2020 à Tokyo, avec l'équipe de France olympique[55]. Néanmoins, le Stade rennais qui dispute les barrages de la Ligue Europa Conférence au mois d'août, refuse de libérer Camavinga[56] ; le joueur n'est donc pas présent dans la liste finale de Ripoll[57]. Le tournoi de football aux Jeux olympiques d'été ne faisant pas partie du calendrier de la FIFA, les clubs peuvent s'opposer au départ de leurs joueurs[58].

Style de jeu

Joueur aussi performant dans les phases offensives que dans les phases défensives, Eduardo Camavinga a de fait eu un parcours éclectique au cours de sa formation : ayant commencé à jouer en pointe de l'attaque, il est ensuite replacé en défense centrale, avant d'arriver au milieu de terrain, poste où il débutera son parcours professionnel[59].

Milieu polyvalent, Eduardo Camavinga évolue notamment au poste de relayeur à ses débuts rennais[3], mais est aussi capable de jouer dans un registre plus défensif ou de tirer au but[60], avec des qualités techniques et une vivacité qui ont permis son arrivée précoce dans le football professionnel[3].

Statistiques

Statistiques détaillées

Statistiques de Eduardo Camavinga au [61]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
France Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
2018-2019 Drapeau de la France Stade rennais FC Ligue 1 7 0 0 0 0 0 - - - - - - - - - - 7 0 0
2019-2020 Drapeau de la France Stade rennais FC Ligue 1 25 1 2 6 0 0 1 0 0 C3 4 0 0 - - - 36 1 2
2020-2021 Drapeau de la France Stade rennais FC Ligue 1 35 1 2 0 0 0 - - - C1 4 0 0 3 1 0 42 2 2
2021-2022 Drapeau de la France Stade rennais FC Ligue 1 4 0 0 0 0 0 - - - C4 2 0 0 0 0 0 6 0 0
Sous-total 71 2 4 6 0 0 1 0 0 - 10 0 0 3 1 0 91 3 4
2021-2022 Drapeau de l'Espagne Real Madrid Liga 9 1 0 0 0 0 0 0 0 C1 3 0 1 0 0 0 12 1 1
Sous-total 9 1 0 0 0 0 0 0 0 - 3 0 1 0 0 0 12 1 1
Total sur la carrière 80 3 4 6 0 0 1 0 0 - 13 0 1 3 1 0 103 4 5

Matchs internationaux

Buts internationaux

Palmarès

En club

Stade rennais FC

En 2019, où il fait ses débuts avec Rennes, il est associé à la bonne fin de saison rennaise, mais il ne participe néanmoins pas à la victoire de son club en finale de Coupe de France face au Paris Saint-Germain[63]. N'étant pas sur la feuille de match, il a connu sa première apparition en Ligue 1 le , seulement trois semaine avant la finale, et sa première titularisation en championnat après cette dernière[64].

Distinctions personnelles

Notes et références

  1. « Eduardo CAMAVINGA », sur Stade rennais (consulté le )
  2. a et b « Eduardo Camavinga, le nouveau phénomène de la Ligue 1 », sur RFI, (consulté le )
  3. a b c et d Alexandre Jaquin, « Rennes: cinq choses à savoir sur Eduardo Camavinga, lancé plus jeune en L1 que Mbappé », sur RMC Sport, (consulté le )
  4. « Rennes : Camavinga éligible avec deux sélections africaines », sur Afrik-Foot, (consulté le )
  5. a et b « Camavinga, déjà un temps d'avance », sur FIFA, (consulté le )
  6. Nicolas Couet, « Equipe de France: Camavinga, le futur grand du football français », sur RMC Sport, (consulté le )
  7. Nicolas Le Gardien, « Equipe de France : les premières fois de Camavinga », sur Sud Ouest, (consulté le )
  8. a et b Benjamin Idrac, « Stade Rennais : son enfance, sa formation, son club… Eduardo Camavinga se confie », Ouest-France,‎ (lire en ligne)
  9. a et b Claire Staes, « À Rennes, la FFF appuie la naturalisation d’Edouardo Camavinga », Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Football : Eduardo Camavinga, l'Angola en Bretagne », sur InfoMigrants, (consulté le )
  11. a b et c Thibaut Geffrotin, « Camavinga, le nouveau phénomène du foot français », sur Le Point, (consulté le )
  12. RMC SPORT, « Equipe de France: « Je ne voulais pas faire de foot, mais du judo », indique Camavinga », sur RMC SPORT (consulté le )
  13. devenu en 2011 AGL-Drapeau, après fusion des deux clubs
  14. « REPORTAGE. Eduardo Camavinga : Fougères se rappelle un gamin lumineux », sur Ouest France,
  15. Momar Touré, « La prophétie du père de Camavinga », sur Afrique Sports, (consulté le )
  16. a et b « Stade Rennais. Eduardo Camavinga (enfin) naturalisé français », sur www.ouest-france.fr, (consulté le )
  17. « Eduardo Camavinga (Rennes) a reçu son décret de naturalisation française - Foot - L1 - Rennes », sur L'Équipe (consulté le )
  18. « Rennes : Eduardo Camavinga a eu son bac - Foot - L1 - Rennes », sur L'Équipe (consulté le )
  19. « Rennes : Eduardo Camavinga nouveau bachelier », sur Francetvsport (consulté le )
  20. « Premier contrat professionnel pour Eduardo Camavinga », sur STADE RENNAIS F.C., (consulté le )
  21. « Contrats, officiel : premier contrat professionnel pour Eduardo Camavinga », sur Stade Rennais Online (consulté le )
  22. « Stade Rennais. Eduardo Camavinga devient le premier joueur né en 2002 à être titularisé », Ouest-France,
  23. « Ligue 1 : première titularisation pour le Rennais Eduardo Camavinga contre Monaco, Hatem Ben Arfa remplaçant », sur L'ÉQUIPE (consulté le )
  24. « Eduardo Camavinga, la nouvelle sensation du Stade Rennais », sur Foot Mercato : Info Transferts Football - Actu Foot Transfert, (consulté le )
  25. « Rennes - Monaco : un match nul (2-2) et une ambiance de fête d'après Coupe de France », sur France 3 Bretagne (consulté le )
  26. « Une prestation riche en promesses et une ovation : Camavinga n'a pas raté sa première historique », sur Eurosport, (consulté le )
  27. « Feuille du match Stade rennais - Paris Saint-Germain », sur transfermarkt.fr
  28. « Football : élu homme du match contre Paris, Eduardo Camavinga fait le buzz en Ligue 1 », sur actu.fr,
  29. « Ligue 1 : Eduardo Camavinga élu joueur du mois d'août », sur lequipe.fr,
  30. « Ligue 1 : Eduardo Camavinga (Rennes), bourreau de Lyon », sur L'Équipe,
  31. Glenn Ceillier, « Camavinga, meilleur symbole de la Ligue des talents », Eurosport,
  32. (en-GB) Rob Hoskin, « The top 50 teenagers in the world right now - born in 2001 or later », sur GiveMeSport, (consulté le )
  33. Benjamin Idrac, « Stade rennais : Eduardo Camavinga portera le numéro 10 », sur Ouest-France,
  34. Cyril Morin, « Un but de crack face à Montpellier (2-1) : Edouardo Camavinga, cocktail détonant », Eurosport,
  35. « Stade Rennais : Eduardo Camavinga parmi les 20 finalistes du Golden Boy 2020 », sur www.francebleu.fr,
  36. (en) Daniel Busch, « Bundesliga quartet includes Sancho and Haaland - The most valuable U20 XI in the world », sur Transfermarkt, (consulté le )
  37. (es) « Camavinga, nuevo jugador del Real Madrid », sur www.realmadrid.com, (consulté le )
  38. « EDUARDO CAMAVINGA : DU ROAZHON PARK À BERNABÉU ! », sur www.staderennais.com, (consulté le )
  39. « Transferts : Eduardo Camavinga officiellement transféré de Rennes au Real Madrid », sur L'Équipe,
  40. Jean-Sébastien Grond, « Camavinga buteur pour sa première ! », sur sports.fr,
  41. « Golden Boy 2021 : William Saliba et Eduardo Camavinga nominés », sur www.lefigaro.fr, .
  42. « Golden Boy 2021 : les 20 finalistes dévoilés », sur www.footmercato.net, .
  43. « Équipe de France : Blaise Matuidi forfait et remplacé par Matteo Guendouzi », sur www.lequipe.fr, (consulté le )
  44. « Eduardo Camavinga appelé en Equipe de France espoirs ! », sur www.francebleu.fr, (consulté le )
  45. « Qualifications Euro Espoirs : Eduardo Camavinga titulaire avec les Bleuets face à la Géorgie - Foot - Qualif. Euro Espoirs », sur L'Équipe (consulté le )
  46. « La France s'en sort bien face à la Géorgie - Foot - Espoirs », sur L'Équipe (consulté le )
  47. « Équipe de France : Didier Deschamps rappelle Rabiot et convoque pour la première fois Aouar, Camavinga et Upamecano », sur L'Équipe,
  48. « Équipe de France. Avec Camavinga, Aouar, Rabiot et Upamecano, sans Matuidi ni Pogba », sur www.ouest-france.fr, (consulté le )
  49. Guillaume Poisson, « Ligue des nations : Eduardo Camavinga, étoile montante du foot français, une première réussie à 17 ans », France Télévisions,
  50. Xavier Béal, « Ligue des nations – France-Croatie : Camavinga devient le troisième plus jeune joueur de l'histoire des Bleus », sur goal.com, (consulté le )
  51. François Kulawik, « Camavinga, c'est bluffant ! », sur sports.fr,
  52. Jérémie Baron, « Julien Verbrugghe, toujours plus précoce que Camavinga », sur So Foot,
  53. France-Ukraine : Eduardo Camavinga devient le deuxième plus jeune buteur des Bleus, goal.com, 7 octobre 2020.
  54. Laurent Frétigné, « Euro 2021. Les Rennais Nzonzi et Camavinga pas sur la liste des Bleus de Deschamps », sur Ouest-France,
  55. Laurent Pruneta et Benjamin Quarez, « JO de Tokyo : Camavinga, Gouiri... la liste des Bleus à peine annoncée, des clubs refusent de libérer leurs joueurs », sur Le Parisien,
  56. Arnold Fortin, « Camavinga aux JO, le stop du Stade Rennais », sur football365.fr,
  57. Michel Saad, « JO, EdF : la liste finale des Bleus sans Camavinga, Ikoné ni Gouiri mais avec Bard, Pembélé et Mbuku », sur foot11.com,
  58. « JO 2021. Quatre questions autour de la participation de l’équipe de France de football à Tokyo », sur Ouest-France,
  59. « Rencontre avec Eduardo Camavinga », sur Fédération Française de Football, (consulté le )
  60. Stade Rennais F.C, « Pendant ce temps là sur le Grand Synthétique de la Piverdière, c'est nettoyage de lucarne. Eduardo Camavinga ! », sur @staderennais, (consulté le )
  61. « Fiche d’Eduardo Camavinga », sur transfermarkt.fr
  62. Le premier chiffre correspond au score de l'équipe jouant à domicile. Le score est écrit en vert si l'équipe de France a gagné le match, en noir si elle a fait match nul et en rouge si elle a perdu le match.
  63. « Eduardo Camavinga - Performances 18/19 », sur www.transfermarkt.fr (consulté le )
  64. « Eduardo Camavinga : L'étoile filante du Stade Rennais », sur 90min.com, 90 min,
  65. « Ligue 1 : Eduardo Camavinga élu joueur du mois d'août - Foot - L1 », sur L'Équipe (consulté le )
  66. Antoine Victot, « Parigné. Camavinga et Bois-Guy à l’honneur dans l’émission de télé culte Stade 2 », Ouest-France, 12 octobre 2020.
  67. Benjamin Quarez, « En Bretagne, Eduardo Camavinga a déjà un stade à son nom », Le Parisien, 27 juin 2021.

Liens externes