Finale de la Coupe du monde de football 2022

Argentine - France
Image illustrative de l’article Finale de la Coupe du monde de football 2022

Le Stade de Lusail, hôte de la finale.
Contexte
Compétition Coupe du monde 2022
Date
Stade Stade de Lusail
Lieu Lusail, Qatar
Affluence 88 966 spectateurs
Résultat
Argentine 3 - 3 ap France
Tirs au but 4 - 2 0
Temps réglementaire 2 - 2 0
Mi-temps 2 - 0 0
Acteurs majeurs
Buteur(s) Argentine
But inscrit après 23 minutes 23e (pén.) Messi
But inscrit après 36 minutes 36e Di María
But inscrit après 108 minutes 108e Messi
France
But inscrit après 80 minutes 80e (pén.) But inscrit après 81 minutes 81e But inscrit après 118 minutes 118e (pén.) Mbappé
Homme du match Lionel Messi
Arbitrage Szymon Marciniak
Tomasz Kwiatkowski  (VAR)
Navigation

La finale de la Coupe du monde 2022 est une rencontre sportive de football.

C'est le 64e et dernier match de la Coupe du monde 2022. La rencontre se joue au Stade de Lusail à Lusail au Qatar à 18 h heure locale, le , jour de la fête nationale du Qatar, et voit s'affronter l'Équipe d'Argentine et l'Équipe de France. L'Argentine s'impose aux tirs au but, après prolongation (3-3, tab 4-2). L'Albiceleste gagne ainsi sa troisième Coupe du monde après 1978 et 1986 et accroche une troisième étoile à son maillot. Lionel Messi est désigné Meilleur joueur du tournoi, ses coéquipiers Enzo Fernandez et Emiliano Martínez sont également distingués (respectivement Meilleur jeune du tournoi et Meilleur gardien de but), tandis qu'avec huit réalisations, Kylian Mbappé, qui réalise un triplé lors de cette finale, est le meilleur buteur de la compétition.

Les performances exceptionnelles de Lionel Messi et Kylian Mbappé[1] ainsi qu'un scénario renversant font que ce match est considéré comme l'une des plus belles finales de l'histoire de la Coupe du monde, si ce n'est la plus belle[2],[3],[4].

Contexte

Le champion en titre de la Coupe du monde 2018 est la France, c'est sa seconde finale consécutive et la quatrième depuis 1998 ; elle est la première équipe depuis le Brésil en 1998 à revenir en finale en tant que tenante du titre. La France a remporté deux Coupes du monde, en 1998 et 2018. Elle a également atteint la finale en 2006, mais est tombée face à l'Italie aux tirs au but. Sous la direction de Didier Deschamps, qui a remporté le tournoi de 1998 comme joueur, les Français ont été éliminés par l'Allemagne en quarts de finale de la Coupe du monde 2014, ont perdu en prolongations, face au Portugal, la finale de l'Euro 2016 à domicile, et on connu une défaite aux tirs au but face à la Suisse (3-3 après prolongations) en huitièmes de finale de l'Euro 2020[5]. En raison de son statut de championne du monde[6], la France fait figure de favori pour la victoire[7], elle vise également à imiter la réalisation de l'Italie en 1934 et 1938 et du Brésil en 1958 et 1962, comme troisième pays à remporter la Coupe du monde deux fois de suite. Deschamps peut devenir le deuxième entraîneur à remporter deux titres de Coupe du Monde[8] consécutives, après Vittorio Pozzo avec l'Italie en 1934 et 1938. Après avoir remporté le tournoi en 1998, comme joueur, Deschamps cherche aussi à devenir le troisième à remporter trois titres mondiaux après les légendes brésiliennes Pelé (comme joueur) et Mário Zagallo (deux comme joueur, un comme entraîneur)[9].

L'équipe d'Argentine, comme celle de la France, a remporté la Coupe du monde deux fois auparavant, en 1978 et 1986[10]. Elle a également terminé trois fois finaliste, battue en 1930 (Uruguay), 1990 et 2014, les deux dernières face à l'Allemagne. Après sa défaite en finale de 2014, l'Argentine perd deux finales consécutives de la Copa América face au Chili en 2015 et 2016. Après une série de performances décevantes lors de la Coupe du Monde 2018, dans laquelle elle est éliminée par la France en huitième de finale et de la Copa América 2019, où elle termine troisième[11], l'entraîneur nouvellement nommé Lionel Scaloni mène l'Argentine à son premier titre international en 28 ans[12] en s'imposant face au Brésil 1-0, lors de la finale de la Copa América 2021[13]. Après avoir remporté la Finalissima 2022[14], battant l'Italie 3-0[15], championne d'Europe, l'Argentine est entrée au Qatar comme l'un des favoris pour la victoire finale[16].

Les deux nations s'affrontent en phase finale pour la seconde Coupe du monde consécutive. En 2018, en Russie à Kazan Arena, c'est en huitièmes de finale que la France remporte la rencontre 4-3, dans ce que The Independent a qualifié de « l'un des plus grands matchs de coupe du monde de tous les temps »[17]. Antoine Griezmann ouvre le score avec un penalty avant qu'Ángel Di María et Gabriel Mercado placent l'Argentine devant, la France marque ensuite les trois buts suivants grâce à la volée de Benjamin Pavard à l'extérieur de la surface (but élu comme le meilleur du tournoi) et puis Kylian Mbappé deux fois. Sergio Agüero réduit le score dans les arrêts de jeu, mais l'Argentine ne réussit pas à égaliser et à bénéficier de la prolongation.

Avant-match

Stade

La finale a lieu au stade de Lusail à Lusail, situé à environ 15 kilomètres au nord du centre-ville de Doha[18]. Le stade était destiné avant même sa construction à accueillir la finale dans le cadre de la candidature du Qatar à la coupe du monde[19], ce qui est confirmé le [20]. Le stade a également été attribué pour accueillir neuf autres matches, dont six en phase de groupes et trois autres matches à élimination directe. Le stade de Lusail, propriété de la fédération du Qatar de football, a été construit dans le cadre de la candidature gagnante du Qatar pour la coupe du monde. Le stade a été conçu par les cabinets britanniques Foster + Partners et Populous[21], soutenus par Manica Architecture[22].

La construction a commencé en [23], et devait se terminer en 2020. L'achèvement du stade a été reporté, la construction étant finalement terminée en [24]. Le stade a accueilli son premier match, la Super coupe de Lusail, le [25], plus tard que prévu[26].

Arbitrage

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Szymon Marciniak arbitre du match.

L'arbitre polonais Szymon Marciniak a été nommé arbitre de la finale du , ses compatriotes polonais Paweł Sokolnicki et Tomasz Listkiewicz étant nommés arbitres assistants[27]. Marciniak est devenu arbitre de la FIFA en 2011 et avait auparavant été arbitre de football lors du Championnat d'Europe 2016 et de la Coupe du monde 2018, ainsi que lors de la Supercoupe de l'UEFA 2018. Plus tôt dans le tournoi, Marciniak a arbitré le match de la phase de groupes France-Danemark, de même que le match Argentine-Australie en huitième de finale.

C'est la première fois qu'un arbitre polonais dirige l'équipe d'officiels lors d'une finale de coupe du monde, et la deuxième fois qu'un arbitre polonais soit inclus parmi les officiels lors d'un tel match, après que Michał Listkiewicz soit juge de touche lors de la finale de la Coupe du monde 1990[28]. Ismail Elfath et Kathryn Nesbitt sont nommés respectivement quatrième arbitre assistant officiel et de réserve, tandis qu'un autre Polonais, Tomasz Kwiatkowski, dirigera l'équipe d'arbitres assistants vidéo. Le Vénézuélien Juan Soto sert d'arbitre assistant vidéo assistant, l'Américain Kyle Atkins est l'arbitre assistant vidéo hors-jeu, tandis que le rôle d'arbitre assistant vidéo de soutien est attribué au Mexicain Fernando Guerrero. L'Allemand Bastian Dankert et l'Américain Corey Parker sont respectivement arbitre assistant vidéo de réserve et arbitre assistant vidéo assistant de réserve.

Le ballon

Le ballon de match pour les demi-finales, le match pour la troisième place et la finale a été annoncé le . Il s'agit d'une variante d'Al Rihla nommée Al Hilm, qui signifie « Le rêve » en arabe, une référence au rêve de chaque nation de lever la Coupe du monde[29]. Bien que les aspects techniques du ballon soient les mêmes, la couleur est différente des ballons Al Rihla utilisés dans les phases de groupes et les matchs à élimination directe précédents. Avec un design doré métallisé, marron, bordeaux collégial et rouge, une référence aux couleurs nationales du pays hôte, le Qatar, et les couleurs dorées partagées par le stade Lusail et le trophée de la Coupe du monde. Il s'agit du cinquième ballon spécial pour les finales de la Coupe du monde, après le Teamgeist Berlin, Jo'bulani, Brazuca Final Rio et Telstar Mechta.

Présence officielle

Plusieurs chefs d'État sont présents, parmi lesquels l'émir qatarien Tamim ben Hamad Al Thani, le président français Emmanuel Macron. Le président argentin Alberto Fernández est resté en Argentine par superstition. Selon la coutume, les membres du Conseil de la FIFA et le président de la FIFA Gianni Infantino assistent également à la finale[30].

Équipes

Équipe Précédentes apparitions en finale (en gras celles remportées)
Argentine 5 (1930, 1978, 1986, 1990, 2014)
France 3 (1998, 2006, 2018)

Parcours respectifs

Note : dans les résultats ci-dessous, le score du finaliste est toujours donné en premier.

Argentine Tour France
Adversaire Résultat (groupe C) Phase de groupes Adversaire Résultat (groupe D)
Arabie Saoudite 1 – 2 Match 1 Australie 4 – 1
Mexique 2 – 0 Match 2 Danemark 2 – 1
Pologne 2 – 0 Match 3 Tunisie 0 – 1
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Argentine 6 3 2 0 1 5 2 +3
2 Pologne 4 3 1 1 1 2 2 0
3 Mexique 4 3 1 1 1 2 3 -1
4 Arabie saoudite 3 3 1 0 2 3 5 -2
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 France 6 3 2 0 1 6 3 +3
2 Australie 6 3 2 0 1 3 4 -1
3 Tunisie 4 3 1 1 1 1 1 0
4 Danemark 1 3 0 1 2 1 3 -2
Adversaire Résultat Adversaire Résultat
Australie 2 – 1 Huitièmes de finale Pologne 3 – 1
Pays-Bas 2 – 2 ap (4 – 3 t. a. b.) Quarts de finale Angleterre 2 – 1
Croatie 3 – 0 Demi-finales Maroc 2 – 0

Argentine

Tirée au sort dans le groupe C et après une séquence de trois ans et 36 matchs sans défaite[31], l'Argentine est entrée dans le tournoi comme l'un des favoris. Cependant, à la surprise générale, elle est battue 2-1 par l'Arabie saoudite[32]. L'ouverture du score de Lionel Messi sur penalty est suivie de plusieurs buts de l'Albiceleste qui sont refusés suite à des hors-jeu[33]. Immédiatement après la mi-temps, l'Arabie saoudite assomme l'Argentine avec deux buts de Saleh Al-Shehri et Salem Al-Dawsari en l'espace de cinq minutes, avant de bloquer toute autre tentative des Sud-Américains dans une performance défensive disciplinée[34]. Cependant, les Argentins rebondissent contre le Mexique (victoire 2-0), après un premier but, Messi offre une passe décisive à Enzo Fernández pour le deuxième but[35]. Boostée par cette victoire, l'Argentine bat la Pologne avec le même score avec les buts d'Alexis Mac Allister et Julián Álvarez malgré un penalty raté en première mi-temps de Messi. L'Argentine prend la première place du groupe C, le Mexique et l'Arabie saoudite sont éliminés de la Coupe du monde[36].

En huitième de finale, les Argentins se retrouvent contre l'Australie, seconde du groupe D ; le tout premier but de Messi en phase à élimination directe est suivi d'un but astucieux d'Álvarez, qui trompe le gardien australien Mathew Ryan. L'Argentine bat l'Australie 2-1, malgré un but contre son camp d'Enzo Fernandez[37]. Face aux Pays-Bas, en quart de finale, match revanche de la rencontre des demi-finales de 2014, l'Argentine mène 2 à 0 grâce à un but de Nahuel Molina et un penalty de Messi, mais succombe à deux buts tardifs de Wout Weghorst, le score à l'issue du temps réglementaire est de 2-2. Aucune des deux équipes ne trouve le chemin des filets lors des prolongations, la séance des tirs au but voit la victoire des Argentins. Martínez sauve les deux premiers tirs au but néerlandais de Virgil van Dijk et Steven Berghuis, tandis que seul Enzo Fernández manque pour l'Argentine, Lautaro Martínez marque le dernier coup de pied décisif du match pour envoyer l'Argentine en demi-finale et affronter la Croatie[38], finaliste en 2018. Dans un match revanche de la rencontre de 2018 où la Croatie avait gagné 3-0, l'Argentine bat la Croatie sur le même score 3-0. Lionel Messi marque un penalty en première mi-temps avant qu'Alvarez marque cinq minutes plus tard. Sur une passe décisive de Messi, Álvarez marque son doublé en deuxième période. L'Argentine se qualifie pour sa seconde finale en huit ans[39].

France

La France a commencé sa campagne de Coupe du monde comme championne du monde en titre, après avoir remporté le tournoi en Russie. Elle a été tirée au sort dans le groupe D. Pour son premier match, elle rencontre le représentant de l'AFC, l'Australie. Les Français encaissent le premier but après neuf minutes de jeu sur une réalisation de Craig Goodwin, mais ont pu organiser leur retour avec un doublé d'Olivier Giroud, ainsi que les buts d'Adrien Rabiot et Kylian Mbappé, pour gagner 4-1[40]. Renforcée par la victoire, la France bat ensuite une équipe danoise très organisée et menaçante, grâce à Mbappé frappant deux fois en deuxième période, malgré l'égalisation d'Andreas Christensen (victoire 2-1). C'est la première équipe à se qualifier pour la phase à élimination directe et les premiers champions du monde européens à le faire depuis 1994[41]. Avec une progression assurée, le sélectionneur français, Didier Deschamps, fait tourner la majeure partie de son équipe, laissant ses joueurs‑clés au repos pour le dernier match contre la Tunisie. La France perd 1-0 sur un but de Wahbi Khazri, avant de se voir refuser, pour hors-jeu, l'égalisation d'Antoine Griezmann. Elle se maintient en tête du groupe grâce à une différence de buts supérieure à celle de l'Australie[42].

En huitième de finale, la France bat la Pologne, seconde du groupe C (3-1) avec les buts de Giroud et Mbappé, malgré un penalty tardif de Robert Lewandowski[43]. En quart de finale, la France se défait de l'Angleterre 2 à 1, dans un match tendu, grâce aux buts d'Aurélien Tchouaméni et Giroud. L'Angleterre égalise sur un penalty de Harry Kane mais un deuxième penalty pour revenir au score à 2 partout est raté par Kane, accordant à la France une place en demi-finale[44].

La France affronte ensuite la surprise du tournoi, le Maroc, qui a battu les deux représentants ibériques, l'Espagne et le Portugal ; les Français mettent fin au parcours historique de la nation africaine avec deux buts de Théo Hernandez et Randal Kolo Muani. La France atteint ainsi sa deuxième finale consécutive de Coupe du monde pour la première fois de son histoire[45].

Match

Match 64 Argentine 3 - 3 a. p. France Stade de Lusail, Lusail

18h00 (UTC+3)
Historique des rencontres
Messi But inscrit après 23 minutes 23e (pén.)
(Passe décisive Mac Allister) Di María But inscrit après 36 minutes 36e
Messi But inscrit après 108 minutes 108e
(2 - 0, 2 - 2, 2 - 2) But inscrit après 80 minutes 80e (pén.) Mbappé
But inscrit après 81 minutes 81e Mbappé (Thuram Passe décisive)
But inscrit après 118 minutes 118e (pén.) Mbappé
Spectateurs : 88 966
Arbitrage : Szymon Marciniak
Arbitre vidéo : Tomasz Kwiatkowski
Rapport

FIFA World Cup Icon (Campionato mondiale di calcio).svg

Messi Réussi
Dybala Réussi
Paredes Réussi
Montiel Réussi
Tirs au but
4 - 2
Réussi Mbappé
Manqué Coman
Manqué Tchouaméni
Réussi Kolo Muani

Argentine

France
Drapeau de l'Argentine
ARGENTINE :
Gardien de but 23 Emiliano Martínez Averti après 120+ minuteErreur d’expression : opérateur > inattendu. 120+e
03 Nicolás Tagliafico Remplacé après 120+1 minutes 120+1e
19 Nicolás Otamendi
13 Cristian Romero
26 Nahuel Molina Remplacé après 90 minutes 90e
20 Alexis Mac Allister Remplacé après 116 minutes 116e
24 Enzo Fernández Averti après 45+7 minutes 45+7e
07 Rodrigo De Paul Remplacé après 102 minutes 102e
11 Ángel Di María Remplacé après 64 minutes 64e
09 Julián Álvarez Remplacé après 103 minutes 103e
10 Lionel Messi Capitaine
Remplaçants :
08 Marcos Acuña Averti après 90+8 minutes 90+8e Entré après 64 minutes 64e 
04 Gonzalo Montiel Averti après 116 minutes 116e Entré après 90 minutes 90e 
05 Leandro Paredes Averti après 114 minutes 114e Entré après 102 minutes 102e 
22 Lautaro Martínez Entré après 103 minutes 103e 
06 Germán Pezzella Entré après 116 minutes 116e 
21 Paulo Dybala Entré après 120+1 minutes 120+1e 
Sélectionneur :
Lionel Scaloni

FRANCE :
Gardien de but 01 Hugo Lloris Capitaine
22 Théo Hernandez Remplacé après 71 minutes 71e
18 Dayot Upamecano
04 Raphaël Varane Remplacé après 113 minutes 113e
05 Jules Koundé Remplacé après 120+1 minutes 120+1e
08 Aurélien Tchouaméni
14 Adrien Rabiot Averti après 55 minutes 55e Remplacé après 96 minutes 96e
07 Antoine Griezmann Remplacé après 71 minutes 71e
10 Kylian Mbappé
09 Olivier Giroud Averti après 90+5 minutes 90+5e Remplacé après 41 minutes 41e
11 Ousmane Dembélé Remplacé après 41 minutes 41e
Remplaçants :
12 Randal Kolo Muani Entré après 41 minutes 41e 
26 Marcus Thuram Averti après 87 minutes 87e Entré après 41 minutes 41e 
20 Kingsley Coman Entré après 71 minutes 71e 
25 Eduardo Camavinga Entré après 71 minutes 71e 
13 Youssouf Fofana Entré après 96 minutes 96e 
24 Ibrahima Konaté Entré après 113 minutes 113e 
03 Axel Disasi Entré après 120+1 minutes 120+1e 
Sélectionneur :
Didier Deschamps

Assistants :
Pawel Sokolnicki
Tomasz Listkiewicz
Quatrième arbitre :
Ismail Elfath
Cinquième arbitre :
Kathryn Nesbitt
Assistants arbitre vidéo :
Juan Soto
Kyle Atkins
Fernando Guerrero
Arbitre assistant vidéo de réserve :
Bastian Dankert
Arbitre assistant vidéo assistant de réserve :
Corey Parker

Homme du Match :
Lionel Messi

Déroulement du match

L'Argentine joue sa sixième finale de Coupe du monde, après 1930, 1978, 1986, 1990 et 2014[46]. Il s'agit de la quatrième finale de la France après 1998, 2006 et 2018. L'équipe sud-américaine domine le match durant plus de soixante-dix minutes. Elle se détache 2-0, avec en premier lieu un penalty sifflé pour une faute d'Ousmane Dembélé sur Ángel Di María transformé par Lionel Messi à la 23e minute puis, moins d'un quart d'heure plus tard, une remontée fulgurante du terrain, avec une déviation de Messi vers Julián Álvarez qui lance Alexis Mac Allister lequel, à l'entrée de la surface renverse sur Di Maria esseulé qui bat Hugo Lloris. Pendant plus d'une heure, l'équipe de France prend l'eau et ne compte pas le moindre tir vers le but défendu par Emiliano Martínez[47]. Didier Deschamps procède à sept changements pour tenter d'infléchir le cours des évènements, sortant Dembélé et Olivier Giroud en première mi-temps, Antoine Griezmann et Théo Hernandez en deuxième mi-temps, puis Adrien Rabiot, Raphael Varane et Jules Koundé en prolongations. Dans l'ordre d'apparition, Marcus Thuram et Randal Kolo Muani puis Eduardo Camavinga et Kingsley Coman et enfin, Youssouf Fofana, Ibrahima Konaté et Axel Disasi, entrent sur le terrain.

Le cours du match change à la 80e minute, quand Kylian Mbappé transforme le penalty sifflé après une faute de Nicolás Otamendi sur Kolo Muani qui lui est passé devant balle au pied en entrant dans la surface. D'un seul coup, les Bleus se mettent à gagner leurs duels, à assurer leurs passes et à récupérer les ballons[46]. 97 secondes plus tard, Coman récupère la balle dans les pieds de Messi, transmet à Rabiot, qui alerte Mbappé à l'entrée de la surface, lequel s'appuie sur Thuram qui lui remet d'une louche ; le Parisien reprend de volée et égalise à 2-2, score à l'issue du temps réglementaire. Lors de la deuxième mi-temps des prolongations, les Argentins en contre-attaque se présentent à trois dans la surface française, le remplaçant Lautaro Martínez tire en force sur Lloris qui repousse, mais Messi reprend le ballon et inscrit son septième but de la compétition donnant l'avantage 3-2 à son équipe. Puis Gonzalo Montiel concède un penalty après avoir détourné de l'avant-bras, dans la surface, une frappe de Mbappé, lequel transforme le penalty, son troisième but de la finale. Il n'est que le second joueur à réussir cet exploit en finale après Geoff Hurst en 1966, mais le premier à totaliser quatre buts (en comptant celui inscrit en 2018) en finale[48]. Il devient aussi le meilleur buteur du tournoi avec huit réalisations[48]. Alors que les deux équipes se procurent tour à tour de belles occasions, la dernière, dans le temps additionnel de la prolongation, voit un tir à bout portant de Randal Kolo Muani être détourné du bout du pied gauche par Emiliano Martinez[46], ce qui est considéré notamment par Didier Deschamps comme une véritable balle de match[49]. Le score en reste à 3-3, ce qui entraine la séance des tirs au but pour départager les deux équipes.

Lors de la séance de tirs au but, tous les tireurs argentins réussissent leurs tentatives, alors que Martinez repousse celle de Kingsley Coman et qu'Aurélien Tchouaméni frôle le poteau. L'Argentine l'emporte 4 tirs au but à 2, et la formation emmenée par Lionel Messi, désigné meilleur joueur de la compétition, accroche une troisième étoile à son maillot, trente-six ans après la victoire de Diego Maradona et les siens au Mexique.

Les chiffres du match[50],[51]
Argentine France
Buts attendus 3,48 2,29
Possession du ballon 42 % 38  %
Passes 635 525
Tirs cadrés 10 5
Tirs non cadrés 5 2
Arrêts du gardien 3 7
Corners obtenus 6 5
Coups francs 22 28
Hors-jeu 4 4
Fautes commises 26 19
Cartons jaunes 5 3
Cartons rouges 0 0

Après-match

Audience

Le match a rassemblé 24,08 millions de téléspectateurs en moyenne sur TF1, soit un record absolu de la télévision française[52]. Un pic a été mesuré à 29,31 millions à 18 h 53.

Notes et références

  1. « Les notes d'Argentine-France : Messi-Mbappé, le duel légendaire a eu lieu », sur L'Équipe (consulté le ).
  2. « Qatar 2022 - Argentine - France - "C'est la plus grande finale de l'Histoire" », sur www.eurosport.com, (consulté le ).
  3. « Coupe du monde 2022 : une finale légendaire envoie Lionel Messi au firmament du football », sur www.eurosport.com, (consulté le ).
  4. Vincent Duluc, « Où se situe Argentine-France dans l'histoire de la Coupe du monde ? », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  5. (en-GB) « France 0-1 Germany », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. (en-US) Sam Borden, « At Euro 2016 Final, Portugal Loses Ronaldo but Defeats France », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) Simon Collings, « Rating the World Cup favourites: Brazil, Argentina and France », sur Evening Standard, (consulté le ).
  8. (en-US) Jenna West, « Who has won the World Cup as a manager and player? », sur Sports Illustrated (consulté le ).
  9. « World Cup Champions Squads 1930 - 2018 », sur www.rsssf.org (consulté le ).
  10. (en-US) Rhett Lewis, « How Many Times Has Argentina Won The World Cup? », sur History Of Soccer, (consulté le ).
  11. (en) « Brazil 2-0 Argentina: Copa América semi-final – as it happened », sur the Guardian, (consulté le ).
  12. (en) Reuters, « Argentina beat Brazil 1-0 to win Copa America, 1st major title in 28 yrs », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. (en) Agencies, « Argentina stun Brazil in Copa América final to end 28-year trophy drought », sur The Guardian, (consulté le ).
  14. (en) « Messi echoes Maradona in masterclass as Argentina sends epic World Cup statement », sur Fox Sports, (consulté le ).
  15. (en) « Messi echoes Maradona in masterclass as Argentina sends epic World Cup statement », sur Fox Sports, (consulté le ).
  16. (en) Reuters, « World Cup 2022 betting odds: which team are favourites to win? », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. (en) « Why France vs Argentina was one of the greatest World Cup games of all time », sur The Independent, (consulté le ).
  18. (en) « Lusail Stadium | Qatar 2022™ », sur www.qatar2022.qa (consulté le ).
  19. (en) Foster + Partners / www.fosterandpartners.com, « Lusail Iconic Stadium for Qatar 2022 is revealed at Leaders in Football conference in London | Foster + Partners », sur www.fosterandpartners.com (consulté le ).
  20. (en) « FIFA World Cup™ match schedule confirmed: hosts Qatar to kick off 2022 tournament at Al Bayt Stadium », sur www.fifa.com (consulté le ).
  21. (en-GB) David McManus, « Lusail Iconic Stadium - FIFA World Cup Qatar », sur e-architect, (consulté le )
  22. (en-US) « Lusail Iconic Stadium : Qatar World Cup Stadium | FIFA World », (consulté le ).
  23. (en) The Peninsula Newspaper, « Work starts on Qatar World Cup final stadium at Lusail », sur thepeninsulaqatar.com, (consulté le ).
  24. (en) « Foster + Partners-designed Lusail Stadium among eight completed Qatar World Cup venues », sur Dezeen, (consulté le ).
  25. (en) « Photos: Lusail Super Cup tests stadium hosting World Cup final », sur www.aljazeera.com (consulté le )
  26. (en) « New stadium: The date bowl still awaiting its first game », sur stadiumdb.com (consulté le ).
  27. (en) « Poland’s Szymon Marciniak to referee FIFA World Cup final », sur www.fifa.com (consulté le ).
  28. (pl) « Szymon Marciniak poprowadzi finał mistrzostw świata! - Federacja », sur PZPN - Łączy nas piłka (consulté le ).
  29. (en) « Introducing ‘Al Hilm’, The Official Match Ball of the FIFA World Cup Qatar 2022™ Finals », sur www.fifa.com (consulté le ).
  30. (en) « Qatar’s $300 Billion World Cup Is Headed for an Epic Comedown », Bloomberg.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. (en) Roddy Cons, « When could Argentina break the world record unbeaten streak at the 2022 World Cup? », sur Diario AS, (consulté le ).
  32. « Qatar’s World Cup has seen the biggest upsets in recent history », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne, consulté le ).
  33. (en) « What's this new rule: Fans fume as Argentina's Lautaro Martinez's goal vs Saudi Arabia is ruled offside », sur TimesNow, (consulté le ).
  34. (en) « Saudi shock: Argentina stunned in historic World Cup upset », sur 1 News (consulté le ).
  35. « Argentina 2-0 Mexico: Lionel Messi and Enzo Fernandez stunners keep La Albiceleste alive with crucial victory », sur www.eurosport.com (consulté le ).
  36. (en) « Argentina coast past Poland 2-0 to top World Cup Group C », sur www.aljazeera.com (consulté le ).
  37. (en) The Athletic, « Reaction to Argentina’s win over Australia », sur The Athletic (consulté le ).
  38. (en) « Argentina edge Netherlands in shootout to win World Cup quarter-final thriller », sur the Guardian, (consulté le ).
  39. (en) « Argentina Sweeps Past Croatia 3-0 to Reach World Cup Final », sur VOA (consulté le ).
  40. « France 4-1 Australia: Olivier Giroud strikes twice to equal Les Bleus goal-scoring record in come-from-behind win », sur www.eurosport.com (consulté le ).
  41. (en) « France 2-1 Denmark: Kylian Mbappe lights up World Cup with double », sur Sky Sports (consulté le ).
  42. (en-US) Andrew Das, « In a Wild Finish, Tunisia Goes Out With a Win Against France », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le ).
  43. (en) « France aren't playing well and they don't even need to, for the moment », sur MARCA, (consulté le ).
  44. (en) « France beat England 2-1 after a nail-biting match at the World Cup », sur euronews, (consulté le ).
  45. (en-GB) « France end Morocco dream to set up Argentina final », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. a b et c « L'Argentine punit la Croatie et se qualifie pour la finale de la Coupe du monde », sur l'Équipe, mis en ligne le 13 décembre 2022 (consulté le ).
  47. Dan Perez, « Le débrief tactique de France-Argentine : le néant, le miracle et la folie », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  48. a et b Clément Martel, « Coupe du monde 2022 : la symphonie inachevée de Kylian Mbappé », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  49. Milan Busignies, « Kolo Muani, Gignac, Zidane : ces balles de match qui hantent les Bleus », sur lequipe.fr, (consulté le ).
  50. FIFA, « Argentine - France Statistiques », sur fifa.com, (consulté le ).
  51. « Argentina vs France - Result and statistics », sur infogol.net (consulté le ).
  52. « La finale Argentine-France bat le record d'audience historique de la télévision française », sur L'Équipe (consulté le ).

Liens externes