Canal+

Canal+
Caractéristiques
Création
[1] (essais)
(39 ans)
Propriétaire
Slogan
« Pour vivre ensemble ces moments-là »
Format d'image
Langue
Pays
Statut
Généraliste nationale privée
Siège social
CANAL+ ONE
50 Rue Camille Desmoulins, 92130 Issy-les-Moulineaux
Chaîne sœur
Site web
Diffusion
Diffusion
TNT payante (plages en clair), satellite, câble, IPTV
Chronologie
TF1 en noir et blanc,
norme E, à 819 lignes

Canal+ est une chaîne de télévision généraliste nationale française privée à péage, axée sur le cinéma et le sport.

Lancée le par Havas, Canal+ devient la première chaîne privée payante française. Depuis 2014, elle appartient à la Société d'Édition de Canal Plus, filiale du groupe Vivendi, lui-même contrôlé par son actionnaire principal, le groupe Bolloré.

Historique de la chaîne

Naissance de la première chaîne cryptée

Le , le président de la République française François Mitterrand annonce lors d'une conférence de presse : « Une quatrième chaîne de télévision sera incessamment mise en œuvre. Elle se tournera davantage vers les retransmissions et aussi des thèmes culturels. Cette chaîne ne doit être financée ni par la redevance, ni par la publicité ». Ce projet de chaîne culturelle que lui ont suggéré Jean-Louis Bianco et Jérôme Clément, provient également de plusieurs autres sources. Une antenne à dominante culturelle est également un dossier soutenu par le ministre de la culture Jack Lang et son conseiller Jean Cazès, ainsi que par le ministre des PTT Louis Mexandeau et son conseiller Alain Giraud. L'objectif consiste à recycler l'ancien réseau d'émetteurs de la bande VHF, que TF1 a abandonné en renonçant au noir et blanc en 819 lignes, en passant à la télédiffusion en couleurs en bande UHF. Toutefois, le projet initial axé sur les sujets culturels avec une dominante sur le travail associatif et l'opéra est considérablement modifié pour devenir une chaîne à péage consacrée au cinéma. En , Pierre Nicolaÿ est nommé président du Groupe Havas. En , il désigne Léo Scheer comme Directeur du Développement et Directeur de Cabinet du Président et le charge de définir un plan stratégique dans le domaine audiovisuel pour le groupe. En , un rapport est présenté lequel prévoit d'accompagner la CLT (groupe RTL) et le gouvernement luxembourgeois dans leurs projets européens de télévision par satellite, puis de créer une chaîne à péage à partir du premier réseau hertzien français historique 819 lignes de TF1 en noir et blanc, doit être ré-exploité ou cédé par l'opérateur public français TDF. Pour Havas, ce plan prévoit également d'augmenter sa participation dans Pathé et passer de 10 % à 50 %, pour consolider les investissements dans le cinéma. Ce plan est dès lors adopté par la présidence du groupe de communication.

L'équipe, dirigée par Léo Scheer comprenant Jacques Driencourt, Antoine Lefébure, Marie Castaing, rejoints par Sylvain Anichini et Marc Friedman, développe ce projet durant l'année 1983. Il comprend l'élaboration du plan d'affaires, la définition d'une grille de programmes basée sur la diffusion de films récents, la négociation avec le BLIC et les industries du cinéma, avec TDF pour la reprise technique du réseau, avec le SJTI, le cadre juridique de la concession de service public, l'expertise technique du décodeur et l'adaptation de la logistique, inspirée des chaînes hertziennes américaines à péage basées à Los Angeles, à l'instar de la chaîne Home Box Office (HBO).

Contexte politique et privilèges règlementaires

En alors qu'André Rousselet est nommé président, Léo Scheer et Jacques Driencourt présentent au comité de direction d'Havas, le projet appelé Canal 4[2]. Il apparaît qu'à la suite d'une erreur d'impression du chiffre 4 sur un dossier, l'idée du titre Canal+ est adoptée[3]. Toutefois, certaines sources rapportent que ce serait le ministre de la communication Georges Fillioud qui aurait trouvé le nom Canal Plus mais sans en déposer la marque[4],[5],[6]. C'est Étienne Robial, le directeur artistisque de la chaîne qui changera ensuite l'appellation de « Canal Plus » à « Canal+ » en 1985[7]. Le comité de direction parait partagé; nombreux sont ceux qui s'inquiètent devant l'ampleur de l'investissement, en particulier Marc Tessier qui vient d'être nommé Directeur Financier. Toutefois, après une courte période d'hésitation, André Rousselet décide de mobiliser les moyens du groupe Havas pour faire aboutir ce projet. La phase de mise au point opérationnelle s'étale sur deux années supplémentaires, au cours desquelles certains membres du gouvernement vont tenter de réorienter le projet vers une télévision culturelle, dont Jack Lang en particulier, en désignant des personnalités comme Alain de Sédouy ou Michel Dahan pour participer à l'équipe de conception de la chaîne. Les projets développés jusque-là n'ayant donné aucun gage de réussite, André Rousselet nomme alors Pierre Lescure à la tête du projet de programmes. Lescure constitue son équipe ; Alain de Greef à la direction des programmes, René Bonnell pour le cinéma, Albert Mathieu pour la conception de la grille, Charles Biétry à la direction des sports, Frédérick Boulay, Erik Gilbert et Jean-Louis Burgat à la rédaction et Marc Tessier à la direction financière. Très homogène sur le plan générationnel, avec une moyenne d'âge autour de 40 ans, l'équipe élabore un projet qui, grâce à la pertinence de son programme, de son impact sur le financement du cinéma et du sport ainsi que de son modèle économique et commercial, rendent enfin le projet apte à être lancé. Cependant, André Rousselet qui garde la confiance du Président de la République, doit lutter pour parvenir à garder le contrôle, contre les pressions politiques. Certaines décisions visent également à protéger la toute première chaîne privée française. Entre 1982 et la naissance de Canal+, le gouvernement français met en œuvre simultanément une série de mesures visant à freiner la croissance du marché de la vidéo ; fort succès commercial engendré par la faible offre télévisuelle de l'époque. Parmi les mesures qui permettent de freiner cette expansion, le , un « blocus de Poitiers » vise à réduire considérablement l'importation des magnétoscopes, notamment d'origine asiatique[8],[9]. De plus, une redevance spéciale sur les magnétoscopes est adoptée par décret, le [10]. Enfin, une TVA dite « de luxe » à 33 % est appliquée pour tous les appareils vidéo et même les vidéocassettes préenregistrées[11]. Au contraire, les décodeurs de Canal+ sont assujettis à la TVA la plus réduite, à l'instar de celle appliquée pour les téléviseurs[12].

L’ère Rousselet (1984-1994)

Le , Canal Plus commence ses émissions en période d'essai en Île-de-France[1]. Ces premières émissions sont programmées tous les jours de 14h00 à 18h00 et se composent de clips musicaux et de bandes-annonces de films[13],[14].

Le dimanche [15], André Rousselet, ex-directeur de cabinet du président de la République, devenu président de Canal+, ouvre l'antenne à 8 h du matin en régie d'un studio, manipule une manette électronique, permettant à ses 186 000 premiers abonnés-« fondateurs » de découvrir la première chaîne à péage française privée, douze ans après la création de la troisième chaîne, qui émet 20 heures sur 24 et sept jours sur sept[16]. Au contraire de HBO qui rediffuse jusqu'à 50 fois ses films dans l'année, Canal+ singularise ses programmes par la multi-diffusion de films récents du cinéma international limitée à six fois sur une période de trois semaines, la présence de sports peu diffusés ailleurs (boxe, basket-ball, golf…) et la prédominance du football qui va devenir son deuxième pôle d'attraction : le , Canal+ diffuse son premier match de football, Nantes-Monaco, avec cinq caméras[17]. Le soin apporté à la réalisation contribue à des retours positifs qui lancent la croissance des abonnements[18]. Le prix de l'abonnement est alors fixé à 120 FRF par mois (soit environ 38 de fin 2020).

Débuts chaotiques et mise en péril

Fraîchement accueillie par ses trois concurrentes publiques, la chaîne connaît des débuts chaotiques, notamment en raison d'une erreur marketing : le choix d'orienter la commercialisation vers les foyers les plus favorisés vivant dans les grandes villes au lieu d'un public bien plus large et populaire. De plus, la chaîne doit exploiter une antenne de réception spécifique (VHF), l'introduction du standard SECAM amélioré dont l'identification couleurs par ligne au lieu des trames peut provoquer du noir et blanc sur certains téléviseurs, s'ajoutant à la nouvelle connectique Péritélévision obligatoire, introduite en 1980. Ajouté à ces problèmes techniques, le piratage de son décodeur « Discret 11 », s'étend considérablement. Des prototypes de circuits de décodeurs pirate sont publiés ou diffusés sous le manteau. Certains parmi le cabinet du ministre des télécommunications, comme Alain Giraud-Ruby estiment qu'ils seraient notamment produits par des techniciens du groupe français Thomson dont la proposition industrielle jugée trop coûteuse par l'équipe d'André Rousselet a été refusée au profit de celle de son concurrent néerlandais Philips[19]. Canal+ parvient à faire supprimer de la revue « Radio Plans » un article contenant des schémas de fabrication d'un décodeur semblable au Discret 11, mais ne peut empêcher la publication de celui-ci, le 24 novembre 1985, par le Quotidien de Paris. Un procès est dès lors intenté par la chaîne payante contre le quotidien et gagné en appel en juin 1987 mais cette publication est très largement copiée[20].

Un mois avant son lancement la chaîne payante n'obtient à peine 60 000 abonnés et les grands titres de la presse comme Le Monde, Le Quotidien de Paris, Le Figaro, critiquent violemment sa direction et ses pratiques[21].

Le 16 janvier 1985 à 20 heures, le président François Mitterand annonce au journal télévisé d'Antenne 2[22], de la création de deux nouvelles chaînes privées gratuites, La Cinq et TV6 et prévoit même jusqu'à 85 télévisions locales[23]. Cette annonce incite les téléspectateurs à l'attentisme et freine sérieusement la courbe des abonnements à Canal+. La chaîne engrange péniblement 3000 nouveaux abonnements par semaine, là où le plan d'affaires en prévoyait 3000 par jour[7]. Un premier plan d'économies a lieu seulement quelques mois après son lancement et les émissions les plus coûteuses sont arrêtées, dont Tous en Scène de Patrick Poivre d'Arvor et Surtout l’après-midi d'Antoine de Caunes[24]. Le dépôt de bilan est un temps envisagé. Fin 1985, le déficit est de 330 millions de francs pour un chiffre d'affaires de 558 millions.

À la recherche de capitaux frais, les dirigeants rencontrent différents partenaires financiers, parmi lesquels Silvio Berlusconi mais Rousselet refuse sa proposition[7].André Rousselet est contraint de solliciter jusqu'à son ami François Mitterrand pour sauvegarder l'entreprise en grande difficulté financière et il obtient un répit de quelques mois pour faire ses preuves[25]

Envol commercial

La rentrée 1985 marque un tournant et les abonnements redécollent, notamment grâce au renforcement des plages « en clair » que la chaîne aménage entre ses programmes cryptés et qui servent de vitrine pour donner un avant-goût de la chaîne aux téléspectateurs en les incitant à s'abonner. La programmation compte aussi plusieurs blockbusters américains récents pendant tout l'été.

La chaîne parvient à transformer l'obligation légale des programmes en clair en une force marketing plutôt qu'une contrainte. Canal+ émettant grâce à l'exploitation d'une partie des canaux sous monopole public financés par le contribuable, abonné ou pas, dès 1984, le gouvernement impose que l'accès soit rendu possible à tous les téléspectateurs, quelques heures par jour et à des horaires de grande écoute.

La durée des premiers abonnements est limitée à six mois et le taux de réabonnement avoisine dès lors, 88 %[7].

Cette période de forte croissance marque le tournant vers l'axe « populaire » et significativement moins « parisien » ou « urbain » de la chaîne, alors que les études marketing ont visé initialement les CSP+ (Catégorie socio-professionnelle supérieure, les cadres, professions libérales) et les grandes villes, grâce à toute une série d'émissions et rendez-vous « accrocheurs ».

La programmation de 1984-1985 comprend :

  • un film pornographique par mois : le premier diffusé est Caligula, en , qui comprend sept minutes de scènes sexuelles[26]. Le second est Exhibition, le [17]. C'est la première fois qu'une chaîne de télévision européenne ose diffuser ce genre de films.
  • « Top 50 » présenté par Marc Toesca dès le
  • « Coluche 1 faux » 1/4 h d'humour animé par Coluche à partir du
  • « Surtout l'après-midi » rendez-vous musical quotidien de et par Antoine de Caunes à partir du .
  • « La Maxitête », jeu d'argent animé par l'ex-cocogirl Sophie Favier et Roger Zabel, consistant à reconnaître les visages et voix de plusieurs célébrités associées en un seul visage composite à compter du
  • « Tout s'achète », jeu d'argent animé par Fabrice (de RTL) et son acolyte « Fifi », consistant à proposer des billets de banque aux passants contre un objet, une action ou leurs vêtements, dès le
  • « Les Affaires sont les Affaires », animé par Georges Beller et Sophie Garrel ou Gérard Hernandez avec Sophie Michaud, jeu consistant à répondre à un quiz puis à échanger un cadeau proposé avec des boîtes au contenu surprise. Diffusé à partir du

On retrouve également à l'antenne dès son lancement le , Patrick Poivre d'Arvor (entretiens), Christophe Dechavanne (chroniques), Alain Chabat (météo humoristique et parodies) et Michel Denisot (émission matinale 7/9)[27]. Le premier film diffusé à l'antenne le matin du est L'As des as, avec Jean-Paul Belmondo en vedette.

Parmi les succès d'audience des premières années, on retrouve le Top 50 et Coluche 1 faux en clair. Pour les émissions en crypté, les grandes rencontres de football se placent en tête des audiences. Les films pornographiques réunissent également un nombre important de téléspectateurs pour un horaire aussi tardif. À partir des années 1990, c'est La Semaine des Guignols diffusée en clair qui se hisse en tête des audiences de la chaîne année après année.

Innovations

Canal+ apporte un certain nombre d'innovations à la télévision en 1984 qui seront ensuite reprises par les autres chaînes dont la diffusion de programmes le matin avant 9h et la nuit après minuit, la diffusion de clips musicaux (le Top 50), la promotion des programmes par des bandes-annonces plutôt que par des speakerines.

On doit à Alain de Greef, ami de Pierre Lescure, directeur de la production des débuts nommé ensuite en 1986 directeur des programmes, la création d'émissions comme Direct () et Nulle part ailleurs (). La chaîne se trouve un ton et une identité constitués d'irrévérence avec Coluche 1 faux présenté par Coluche ( au ), puis avec Les Nuls (Objectif Nuls, ). En , Canal+ crée sa filiale de production, Canal+ Productions, laquelle va devenir StudioCanal, l'un des principaux catalogues de films au monde ; en octobre de la même année, Canal+ lance Canal+ Magazine (rebaptisé ultérieurement « PLUS+ »), le mensuel imprimé destiné aux millions d'abonnés de la chaîne.

Le , Canal+ obtient plus de 3 millions d'abonnés et dégage un bénéfice de 774 millions de francs (118 millions d'euros) pour un chiffre d'affaires de 5,3 milliards de francs (808 millions d'euros).

Mise en bourse et développements

Le 2 mai 1990, Canal+ entre en Bourse au CAC40[28].

Pour la première fois, la chaîne lance sa commercialisation par satellite diffusée par TDF 1, dans la norme D2 Mac et au format d'image 16/9e. Le récepteur-décodeur DECSAT est proposé en location par Canal+ et pour la première fois, le contrôle d'accès utilise une carte à microprocesseur. Il est également possible d'acheter des appareils compatibles et de souscrire un abonnement satellite « carte seule ». En 1992, la chaîne quitte la rue Olivier de Serres dans le 15e arrondissement de Paris et investit un nouveau siège sur les bords de Seine, quai André Citroën ; immeuble dessiné par Richard Meier, dans lequel sont regroupés les services techniques, financiers et les plateaux où sont tournées les émissions principales. En parallèle, principalement pour lutter contre le piratage et pour le lancement du bouquet Canalsatellite, Canal+ introduit son deuxième décodeur terrestre, le Syster.

Toujours en 1992, Canal+ diffuse pour la première fois sur son antenne, les Jeux olympiques d'été de 1992 à Barcelone en Espagne 22 heures sur 24.

Lancée avec 186 000 abonnés en 1984, elle franchit les 500 000 abonnés en septembre 1985. À partir de là, la croissance est exponentielle, même si inégale sur une année (les abonnements se vendent beaucoup à l'occasion des fêtes de fin d'année, très peu au printemps par exemple). Le premier million d'abonnés est franchi en , puis 1,5 million en décembre de la même année, Canal+ devient rentable. Les 2 millions en sont atteints en , les 2,5 millions un an plus tard, puis les 3 millions au moment où la chaîne fête ses cinq ans en 1989[28].

L’ère Lescure (1994-2002)

Le gouvernement Balladur fait voter une nouvelle loi audiovisuelle permettant à un actionnaire de détenir jusqu'à 49% d'une chaîne de télévision contre 25% jusqu'alors. La loi est au départ taillée sur mesure pour Martin Bouygues, principal actionnaire de TF1, mais elle bouleverse également Canal+ lorsque Havas et la Compagnie générale des eaux (qui deviendra quelques années plus tard Vivendi), sur une initiative de Jean-Marie Messier[29], à ce moment-là numéro deux de la Compagnie Générale des Eaux, mettent en commun leurs actions et deviennent majoritaires au sein du conseil d'administration d'une chaîne qui est alors ultra rentable. André Rousselet s'estime trahi, en particulier par certains actionnaires qu'il considérait comme des amis, et en , il démissionne lors d'un conseil d'administration houleux. Il publie dans la foulée dans Le Monde du un cinglant papier titré « Édouard m'a tuer » (en référence à l’affaire Omar Raddad), dans lequel il dénonce le complot fomenté selon lui par le Premier ministre Édouard Balladur pour prendre le contrôle de la chaîne par le biais de la Compagnie générale des eaux. Les actionnaires votent à l'unanimité la nomination de Pierre Lescure en tant que nouveau président, en partie car c'est le successeur naturel ayant été le bras droit de Rousselet depuis le premier jour, et en partie pour calmer les inquiétudes des salariés.

À la rentrée 1994, Jean-Luc Delarue quitte la chaîne, marquant la fin d'une époque, alors qu'elle s'apprête à fêter son dixième anniversaire. Antoine de Caunes, quant à lui, la quitte à la rentrée 1995 pour se lancer dans le cinéma.

La semaine du 4 novembre 1994, la chaîne fête ses 10 ans avec une programmation spéciale pendant une semaine complète. Les affaires sont florissantes avec 3,7 millions d'abonnés[30] et 900 millions de francs de bénéfices[31], la réussite de Canal+ a de loin dépassé les espérances les plus folles de ses fondateurs 10 ans plus tôt, l'objectif initial au lancement était de 1,4 million d'abonnés[30]. Le groupe est en pleine diversification avec des prises de participation dans une multitude de groupes audiovisuels internationaux[31].

À l'occasion du lancement de Canalsat, Canal+ introduit en 1995, son deuxième récepteur-décodeur satellite, cette fois-ci numérique à la norme DVB, le Mediasat.

L'ellipse de Canal+, véritable identité visuelle connue et reconnue de tous, imaginée par Étienne Robial en 1984, passe à la trappe le lorsque Robial épure son logo en cartouche noir écrit en blanc et le décline l'année suivante sous forme de multiplex pour le satellite : Canal+ Bleu (plutôt orientée émissions et documentaires) et Canal+ Jaune (plutôt orientée cinéma). En 1998, Canal+ Vert (plutôt orientée sport) vient compléter le multiplex. L'habillage entier de la chaîne mais également ses bureaux sont entièrement refaits avec une thématique de carrés multicolores qui devient la nouvelle marque de fabrique visuelle.

En plus du nouvel habillage et du nouveau décodeur, la rentrée 1995 voit la diffusion passer à 24h/24 7 jours sur 7, contre 20h/24 la semaine et 24h/24 le week-end auparavant. La nuit, la chaîne diffuse des films avec sous-titrage pour sourds et malentendants incrusté à l'image, une première en France, ce sous-titrage était jusque-là réservé aux possesseurs d'un décodeur télétexte.

Le 6 septembre 1996, Canal+ fusionne avec NetHold pour devenir le leader de la télévision payante en Europe[32].

En , Vivendi détient 49 % de Canal+ mais surtout 75 % des voix au conseil d'administration. Jean-Marie Messier, le PDG de Vivendi, est seul maître à bord d’un groupe qui perd de l'argent depuis 1997 (alors que la chaîne Canal+ France reste très largement rentable). Nulle part ailleurs, l'émission phare de la chaîne, est « déclarée médiatiquement » en perte de vitesse à la suite du départ de Philippe Gildas en 1997, mais son audience est la plus forte de son histoire lors de la dernière année de Gildas et des deux années où Guillaume Durand lui succède. Le coût de la grille a explosé depuis que TPS s'est attaqué aux fondamentaux de la chaîne : le football et le cinéma et toutes les filiales européennes sont déficitaires. En 1999, alors que la chaîne française reste largement rentable, le groupe Canal+/CanalSatellite annonce une perte nette de 892 millions de francs toutes activités confondues. Parmi les branches ultra déficitaires qui plombent le résultat du groupe se trouve la filiale italienne Telepiù qui ne parvient pas à décoller en raison d'une forte activité de piratage. Elle est dirigée par Michel Thoulouze, ex-dirigeant de MultiThématiques, et à ce moment-là très proche de Lescure, ce qui explique en partie que le groupe ne parvient pas à prendre la décision de se désengager[7],[4].

En interne, le malaise commence à pointer pour certains des salariés les plus anciens, alors que la chaîne est passée de 526 employés à son lancement à plus de 4000 en 1999, perdant de plus en plus d'humanité dans sa gestion[32].

Le , Canal+, Vivendi et Universal fusionnent dans un nouvel ensemble, Vivendi Universal (VU), qui les propulse au 2e rang mondial avec à sa tête Jean-Marie Messier. La fusion a pour but d'alimenter les réseaux détenus par Vivendi (SFR, Cegetel, Canal+ SA) avec les contenus musicaux et les films d'Universal. Canal+ SA est la seule entité à rester en dehors de la fusion, puisqu'une règle stipule qu'aucun groupe industriel ne peut détenir plus de 49 % du capital d’une chaîne de télévision française. Toutes les autres composantes du groupe Canal+ (CanalSatellite, MultiThématiques, StudioCanal) sont fusionnées, y compris Canal+ Distribution qui détient le précieux fichier des abonnés. Pierre Lescure est nommé codirecteur général de la nouvelle entité. Denis Olivennes devient directeur général de Canal+ France et est de fait le principal dirigeant de la chaîne au jour le jour alors que Lescure passe de plus en plus de temps à Los Angeles pour superviser les activités d'Universal.

Le , Michel Denisot et Alexandre Drubigny remplacent Alain de Greef à la direction générale des programmes, l'image se dégrade, le taux de désabonnement en France n'a jamais été aussi élevé, surtout en raison de l'explosion de l'offre concurrente : TPS, Canalsat et AB Sat. Canal+ ne détient alors plus le « monopole de fait » de la télévision payante institué en 1984. À la suite de la fusion, Jean-Marie Messier met en place un plan d’économies drastique. En France, Canal+ doit réaliser 400 millions d'euros d'économies sur deux ans et un plan social prévoit 217 licenciements dans le groupe. Ce plan social permet à quelques journalistes de Canal+ de venir remplacer la vingtaine de jeunes journalistes renvoyés de la chaîne d'information de Pierre Lescure, i>Télévision, lancée fin 1999. Les tensions qui règnent avec Vivendi causées par les mesures d'économies imposées entraînent le départ de Denis Olivennes le . Quatre jours plus tard, le 16 avril, Jean-Marie Messier propose à Pierre Lescure la direction du conseil de surveillance du groupe. Il serait remplacé en tant que président par Xavier Couture, jusque-là directeur d'antenne de TF1. Lescure considère que c'est une mise au placard et refuse mais dix minutes plus tard, Messier commence une conférence de presse avec Xavier Couture pour annoncer le changement. Constatant que tout avait déjà été décidé dans son dos, Lescure démissionne[33]. La chaîne interrompt alors ses programmes pour retransmettre en direct et en clair pendant une trentaine de minutes une assemblée générale des salariés[34]. Pierre Lescure y explique la situation, quelques figures emblématiques de la chaîne y expriment leur attachement à Lescure et leur hostilité envers Messier. C'est la plus grande crise que le groupe ait connu. Une quinzaine de hauts cadres remerciés après l'éviction de Pierre Lescure se partagent 60 millions d'euros en primes de départ, ce qui fait scandale auprès des salariés, alors en butte à un plan d'économies et de licenciements[35].

L’ère Couture (2002-2003)

Quelques jours plus tard, Jean-Marie Messier est obligé de se rendre au CSA sous les huées des salariés de Canal+ France pour rassurer le conseil sur les engagements pris deux ans plus tôt au nom de Canal+ SA à l'époque de la fusion avec Universal.

Xavier Couture, ancien numéro 3 de TF1, prend la succession de Pierre Lescure pour quelques mois. Après avoir vécu 18 ans dans l’illusion de faire partie d’une grande famille, les salariés de Canal+ découvrent que leur société, mise en difficulté par le groupe dont elle fait partie, est soumise aux mêmes lois que toutes les autres et craignent alors un possible rachat par le groupe TF1 ou Lagardère SCA et la fin de leur singularité. Pour calmer le jeu, Dominique Farrugia est nommé Président de Canal+ SA comme garant du fameux « esprit Canal » des débuts. Hélène, la speakerine anti-potiche et l'éphémère Hypershow font leur apparition.

Le plan de convergence de Jean-Marie Messier a échoué forçant les actionnaires à demander son départ de Vivendi Universal début . Il est remplacé par Jean-René Fourtou qui met immédiatement en place un plan visant à rendre à la chaîne cryptée « son visage d'avant 1997 » : Canal+ Distribution (qui exploite le fichier d'abonnés), Canal+ Régie (publicité), CanalSatellite, MultiThématiques, i>télévision, la plate-forme outre-mer et internationale MediaOverseas, Pathé Sport, StudioCanal et le reste de participation dans le capital de l'espagnol Sogecable (ex-Sociedad de Televisión Canal Plus) qui opère Canal+ España et le bouquet CanalSatélite Digital, retournent dans le giron de Canal+ SA afin de récupérer les actifs rentables du groupe.

Détenu à 100 % par VU, « Groupe Canal+ » subsiste et abrite tous les actifs non repris par Canal+ SA et destinés à être cédés :

  • vente de Tele+ et D+ à Sky (les deux marques disparaîtront)
  • vente de Canal+ Scandinavie (la marque sera conservée pour la chaîne premium - ainsi que le logo - et pour le bouquet satellite)
  • vente des parts dans Sogecable au groupe PRISA (l'un des principaux groupes de presse espagnol qui contrôle notamment les journaux El País et As)
  • vente de Canal+ Belgique, première déclinaison locale du concept premium en Europe, puis de Canal+ Nederland qui deviendront BeTV (Wallonie) et Prime (Flandres) en Belgique et Film 1 / Sport 1 aux Pays-Bas.

En , Jean-René Fourtou démet Xavier Couture de ses fonctions.

L’ère Méheut (2003-2015)

Le gestionnaire Bertrand Méheut qui vient de l'industrie pharmaceutique, remplace Xavier Couture à la présidence du groupe. Il décide de poursuivre la restructuration du groupe. Le siège mythique de la grande époque de Canal+ sur le quai André Citroën est revendu, le groupe s'installe à Issy-les-Moulineaux. Un nouveau plan social est mis en place avec 305 postes supprimés et 138 autres externalisés[36],[37],[38] qui touche tous les services (sauf la création, les commerciaux et les relations clientèle)[39]. Lors du mouvement de grève consécutif à l'annonce du plan social, le journal de la mi-journée du de Canal+ est remplacé par une édition réduite, présentée par Priscilia de Selve et réalisée par les équipes d'i>Télé[40], avec un retard exceptionnel de trois quarts d'heure.

À la rentrée 2003, la grille en clair est revue. Emmanuel Chain anime Merci pour l'info et Stéphane Bern présente 20 h 10 pétantes. Canal+ fête sereinement ses 20 ans en 2004. La chaîne renoue avec les succès de l'époque NPA avec Le Grand Journal de Michel Denisot. Canal récupère l'exclusivité des droits TV de la Ligue 1 pour 600 millions d'€ face à son concurrent TPS et acquiert les droits de la série Desperate Housewives. En 2005, Canal change de stratégie sur la TNT et décide de lancer sa chaîne info i>Télé en gratuit. Fin 2005, Patrick Le Lay, patron de TF1, accepte le principe d'une fusion entre son bouquet satellite TPS et Canalsat. La fusion est concrétisée début 2007 avec l'absorption de TPS par Canalsat.

À la rentrée 2006, Stéphane Bern et Karl Zéro quittent la chaîne, le Vrai Journal est remplacé par une émission politique, Dimanche+, animée par Laurence Ferrari, puis par Anne-Sophie Lapix. Jamel Debbouze lance le Jamel Comedy Club et Thierry Ardisson anime Salut les Terriens. À la rentrée 2007, Yann Barthès anime Le Petit Journal dans Le Grand Journal. Ces nouveaux programmes en clair connaissent beaucoup de succès et deviennent rentables pour la chaîne. Fin 2007, Canal renouvelle ses droits TV de la Ligue 1, mais il les partage avec Orange.

Fin 2010, les émissions de Canal+ sur le réseau Sécam-L analogique sont définitivement arrêtées au profit de la diffusion en numérique sur la TNT. En 2011, Canal+ renouvelle ses droits TV de la Ligue 1, mais il les partage cette fois avec Al Jazeera. De plus, le groupe tente d'obtenir une fréquence sur la TNT gratuite pour lancer Canal 20. Face à la réticence du gouvernement et de ses concurrents TF1 et M6, Canal rachète Direct 8 et Direct Star à Bolloré. Le , Canal+ ouvre son premier magasin, dans le centre commercial de Vélizy 2.

Le , le Conseil d'État rend publique sa décision et de fait, supprime l'autorisation concernant la fusion avec TPS. Il confirme la décision de l'autorité de la concurrence contre le recours déposé par Canal+ contestant les décisions de l'autorité de régulation. La décision de l'autorité de la concurrence de est confirmée : retrait de l'autorisation de fusion des deux bouquets TPS et Canalsat. En revanche, l'amende prononcée en 2011 à l'encontre de Canal+ passe de 30 à 27 millions d'euros[41].

En , la chaîne cryptée obtient la diffusion de la Formule 1 pour 29 millions d’euros par an. Cyril Linette, directeur des sports de Canal+, affirme au journal L'Équipe : « il n'y a pas, dans le monde du sport, de feuilleton du niveau de la F1 » avant d’expliquer que la chaîne n’a pas vocation à « diffuser tout le sport, mais de monter en gamme pour proposer le meilleur ». Peu de temps auparavant, le service des sports a réussi à conserver les droits pour la Première League anglaise, le championnat le plus regardé au monde[42].

Le , l’animateur Antoine de Caunes arrive à la présentation du Grand Journal, après le départ de Michel Denisot.

Pour répondre à la demande de ses abonnés, le groupe lance le la chaîne Canal+ Séries. La nouvelle entité diffuse ses productions originales comme Braquo, mais aussi les grands succès de HBO comme Game of Thrones, The Wire ou encore Boardwalk Empire[43].

Le , Canal+ annonce une prise de participation à 60 % dans Studio Bagel, chaîne humoristique sur YouTube[44].

Le , la chaîne cryptée célèbre ses trente ans avec une semaine de programmes spéciaux[45].

L'ère Bolloré (2015-2018)

La fin de saison 2014-2015 est marquée par la reprise en mains de Canal+ par Vincent Bolloré, le nouveau patron de Vivendi[46]. Celui-ci écarte Rodolphe Belmer (directeur des programmes) de la direction, et le remplace par son adjoint Maxime Saada. Bertrand Méheut est également remplacé par Jean-Christophe Thiery au poste de président du directoire tandis que Vincent Bolloré prend personnellement le contrôle de la chaîne en tant que président du conseil de surveillance, poursuivant la restructuration entreprise depuis [47].

De nombreuses modifications sont apportées aux différentes émissions de la chaîne : les Guignols passent en crypté et plusieurs animateurs de la chaîne se voient affectés à d'autres émissions. Certains observateurs notent que les cas de censure des programmes et d'ingérence de la part de Bolloré se multiplient[48].

Fin 2015, Canal+ perd les droits de la Premier League au profit de SFR. Gros coup dur pour Canal qui cherche alors à s'allier à BeIn Sports via un accord de distribution exclusif. Mais à la suite des règles imposées après l'annulation de la fusion avec TPS en 2012, l'autorité de la concurrence refuse cet accord.

Le , l'actionnaire annonce une série de mesures d'austérité concernant les chaînes Canal+ (endettées à 1 milliard d'euros) et leur chaîne sœur I>Télé, elle aussi déficitaire[réf. nécessaire]. Quelques jours plus tard, le site Les Jours annonce qu'au cours du premier trimestre 2016, la chaîne aurait perdu près de 200 000 abonnés, soit la moitié des départs nets enregistrés pour l'ensemble de l'année 2015[49]. Début 2016, Canal+ décide de « ressusciter » le cryptage analogique sur les émetteurs numériques. Le message affiché par les décodeurs est ainsi remplacé par une diffusion brouillée de la chaîne, avec un message incitant à s'abonner.

Le printemps 2016 est marqué par de nombreuses annonces de départs d'animateurs : Yann Barthès, Grégoire Margotton, Maïtena Biraben, Ali Baddou, Ophélie Meunier, et Thomas Thouroude quittent la chaîne. Le , le groupe Canal+ annonce que les programmes en clair de la chaîne passeront de 6 heures à 2 heures par jour à la rentrée 2016 pour placer des programmes premium afin de recruter plus d'abonnés. Il annonce également que certains programmes seront semi-gratuits soit une partie en clair, une partie en crypté.

En , Canal+ reconnaît avoir perdu 542 000 abonnés en 1 an[50].

A partir de la fin 2016, Canal+ cesse de payer les droits d'auteur des programmes qu'il diffuse[51].

Le , Vincent Bolloré annonce qu'il quitte la présidence de Canal+. Il est remplacé par Maxime Saada et Jean-Christophe Thiery[52].

L'ère Saada (depuis 2018)

Fin , lors de l’attribution des droits télévisés pour la Ligue 1 pour la période 2020-2024, le groupe espagnol Mediapro rafle les lots N1, N2 et N4, au grand dam du Groupe Canal+ qui ne s'est vu attribuer aucun lot de diffusion.

Le , Canal+ annonce la fin des Guignols de l'info, émission culte qui disparaît effectivement le .

Le , Canal+ revient en force dans le football en récupérant pour trois saisons les droits du championnat d'Angleterre, la Premier League, à partir de la rentrée 2019[53]. Le montant de l'acquisition serait proche des 115 millions d'euros mis sur la table par RMC Sport deux ans plus tôt[54]. Ce succès glané lors de l'appel d'offres laisse entrevoir un retour de la chaîne cryptée dans le monde du foot alors qu'elle a perdu peu à peu ses acquisitions historiques lors des dernières années (Championnat d'Angleterre, Ligue 1 et Coupe d'Europe)[55]. Maxime Saada, le président du directoire de Canal+ évoque une « acquisition importante mais pas essentielle »[56].

Diversification et départs

Le , Canal+ annonce avoir acheté au fonds d'investissement Astorg Partners l'opérateur de télévision payante M7 pour un montant « légèrement supérieur à 1 milliard d'euros »[57],[58],[59]. Ce groupe, agrégateur et distributeur de chaînes locales et internationales par satellite et plateforme OTT, est présent en Belgique, Pays-Bas, Autriche, Tchéquie, Slovaquie, Hongrie et Roumanie.

Début , un plan de départs volontaires est souhaité par la direction de Canal qui souhaite supprimer 500 postes sur les 2 800 existants[60],[61]. Toutes les entités sont touchées, mais la plus concernée est celle du pôle édition[62]. Le , la direction rencontre les représentants des salariés pour leur signifier qu'au total, 492 postes seront supprimés, espérant que ces départs s'effectueront dans le cadre du volontariat[63]. La direction justifie cette volonté de dégraisser par la concurrence avec les plateformes de streaming et la disparition progressive du football sur ses antennes[64]. Le , le groupe Canal annonce le rachat des activités de distribution, de production et d'édition de chaînes d'Iroko, un géant nigérian de la VOD dont il est déjà actionnaire minoritaire[65],[66]. Avec ce rachat, Canal espère se renforcer sur le marché de Nollywood, en pleine expansion ces dernières années[67],[68]. À la rentrée 2019, la grille en clair est revue. Isabelle Moreau anime L'info du Vrai le mag à 17 h 45 et Yves Calvi présente L'Info du vrai à 18 h 30, suivi par Clique de Mouloud Achour. Néanmoins, l'émission semble accélérer la chute d'audience de la chaîne et atteint un seuil critique le (0,3 % de l'ensemble du public) faisant de Canal+ la chaîne la moins regardée de toute l'offre TNT[69]. En , Canal annonce avoir trouvé un accord avec le géant Netflix pour proposer sa plateforme à ses abonnés[70] : à partir du , par le biais d'un abonnement complémentaire, les abonnés Canal pourront avoir accès au catalogue Netflix[71],[72]. Fin , Canal+ récupère les meilleures affiches de la Ligue des Champions pour la période 2021-2024[73]. En , Canal+ rachète finalement auprès de BeIn Sports les droits du championnat de France de football pour les saisons 2020-2024 et récupère donc par la même occasion les deux affiches de Ligue 1 qui devaient être diffusées au cours de cette période sur beIn Sports[74]. Le montant de cet accord représente selon le site Les Jours une facture de 300 millions d’euros par an[75]. Il s'agit de l'affiche du samedi à 21 h et de celle du dimanche à 17 h[74]. En revanche, il perd son affiche historique du dimanche à 21 h, qui sera diffusée sur Mediapro. Le Canal Football club ne pourra par ailleurs plus diffuser les résumés de matchs[76]. En , Canal annonce avoir trouvé un accord avec Disney+ pour devenir le diffuseur exclusif de la nouvelle plateforme en France[77]. Le lancement officiel, initialement prévu le , a finalement lieu le , en raison de la crise Covid-19[78]. Parmi les nouveautés les plus attendues, la possibilité pour Canal de diffuser les productions cinéma de Disney à peine huit mois après leur sortie sur grand écran (contre 36 mois en moyenne aujourd'hui)[79]. Il ne sera par contre pas obligatoire d'être abonné à Canal+ pour avoir accès à Disney+, un abonnement auprès de Disney+ suffit pour y avoir accès[80].

Perte de la Ligue 1

À partir de la rentrée 2020, la grille du sport et particulièrement du foot évolue avec la perte des droits de la Ligue 1[81]. Une affiche de Top 14 de rugby va prendre la place du grand match de Ligue 1 du dimanche soir et le Canal Rugby Club, présenté par Isabelle Ithurburu, débutera à 20 h 10, tandis que le Canal Football Club, raccourci, sera diffusé l'heure d'avant, à partir de 19 h[82],[83]. En pleine crise liée à l'épidémie de Covid-19, les dirigeants de Canal décident de passer la chaîne en clair à partir du sur toutes les box TV, ainsi que les cinq autres chaînes Canal : Cinéma, Sport, Séries, Famille et Décalé[84]. Une décision qui déclenche l'ire du monde audiovisuel qui dénonce une stratégie marketing qui profite d'un état d'urgence sanitaire et d'un confinement pour se faire de la publicité tandis que des milliers d'abonnés continuent de payer au prix fort des services devenus gratuits pour les autres[85]. La chaîne a pris cette décision sans prévenir non plus les auteurs et producteurs des œuvres qui se trouvent ainsi diffusées gratuitement : « Au risque de me faire écharper par les gogos de la gratuité l'opération Canal plus en clair est une honte qui bafoue toutes les règles de droit et en particulier du droit d'auteur. Le CSA doit réagir avec la plus grande fermeté » résume Pascal Rogard, le directeur général de la SACD[86]. Face à cette levée de boucliers de concurrents qui dénoncent aussi la façon dont Canal « viole les règles », la direction se voit contrainte de crypter quatre de ses six chaînes le en laissant Canal+ et Canal+ Séries en clair toute la journée jusqu'au [87],[88]. En , Maxime Saada annonce vouloir porter plainte contre Mediapro, le diffuseur du championnat de France de football[89]. Maxime Saada s'estime victime d'une « inégalité de traitement » après avoir pris note des conditions qui étaient demandées à Canal dans le cadre de la distribution de la chaîne Téléfoot[90]. « Je crains qu'ils essayent de nous faire payer les montants qu'ils n'auraient peut-être pas obtenus des autres. Cela, c'est hors de question pour Canal+ ! », estime Maxime Saada qui juge les conditions « irréalistes »[91]. En , la filiale STUDIOCANAL licencie son directeur des productions[92], Nicolas Dumont. En , la chaîne licencie l'animateur Sébastien Thoen qui a participé une parodie de l'émission de débats de Pascal Praud sur CNEWS[93]. Le , Canal+ récupère finalement l'intégralité des droits TV de la Ligue 1 pour la fin de saison 2020-2021, et fête le retour du foot le dimanche soir avec le Classico PSG-OM.

L’humoriste Sébastien Thoen est licencié de Canal+ en pour un sketch parodiant l’émission de Pascal Praud de CNews (également propriété du groupe Canal+). En réaction, la société des journalistes du groupe a publié un communiqué indigné, tandis que le commentateur sportif Stéphane Guy lui apporte publiquement son soutien. Ce dernier est aussitôt mis à pied, tandis que les signataires du communiqué subiraient depuis des « pressions managériales incessantes »[94]. D’après le site Les Jours, il s’agit pour Vincent Bolloré, le propriétaire du groupe, « de faire un exemple. […] Les journalistes de Canal ont été réunis par la direction pour carrément les menacer, leur dire qu’il ne fallait pas dire un mot à l’antenne en faveur de Stéphane Guy »[95].

Début , la direction de Canal+ annonce que quatre grands prix de la saison de formule 1 2021 seront disponibles en clair puisque la chaîne récupère les droits de TF1[96]. Parmi ces courses diffusées en clair, le GP de Monaco et le GP de France[97]. Fin , Canal+ annonce conserver les droits auprès de Sanzaar pour plusieurs saisons pour la diffusion des principales compétitions de rugby de l'hémisphère Sud[98]. En , Canal+ annonce l'acquisition d'une participation de 70 % dans SPI International, une entreprise ayant des dizaines de chaînes thématiques dans différents pays[99].

En décembre 2021, Canal+ annonce son intention de ne plus diffuser le Festival de Cannes, après 28 années de collaboration[100],[101]. En 2021, la chaîne revendique 8,9 millions d'abonnements[102]. Le 10 février 2022, Canal+ peut désormais diffuser les films seulement 6 mois après leur sortie en salle. Canal+ conserve l'exclusivité de diffusion des films qu'elle a co-financés pendant neuf mois[103]. Le 15 février 2022, Canal+ annonce un partenariat avec le groupe Paramount afin de permettre l'accès aux abonnés de l'offre Ciné Séries à la plateforme de streaming Paramount + pour décembre 2022[104]. Le , la chaîne cryptée remporte l'intégralité des droits des coupes d'Europe de football de 2024 à 2027 (Ligue des champions de l'UEFA, Ligue Europa et Ligue Europa Conférence)[105]. Selon L'Équipe, elle devra débourser 480 millions d'euros.

Contrat TF1 et pertes financières

Le la chaîne décide de ne pas renouveler son contrat avec TF1 pour des raisons d’accord financier[106], privant les abonnés de TF1 sans modifier le tarif. La société Canal+ décide d'interrompre également la diffusion de toutes les chaînes du groupe TF1 sur l'offre TNT Sat qu'elle exploite. Le , le groupe TF1 déclare porter plainte en référé contre Canal+ à la suite de cette décision[107]. Le 7 novembre, un accord de diffusion est signé entre les deux chaînes.

En juillet 2023, un audit interne dévoile que Canal+ subit de lourdes pertes annuelles s'élevant à 26 millions d'euros[108].

Identité visuelle

Logos

Le tout premier logo de la chaîne est composé d'un cercle et d'une croix[réf. nécessaire]. Ce premier sigle lors du lancement, présente une forte ressemblance avec la croix celtique, laquelle est alors utilisée par divers mouvements d'extrême droite. Le logo est donc retouché et redessiné, en décalant la croix vers la droite et en ovalisant le cercle, devenant la fameuse ellipse. Le fait que cette ressemblance ait été volontairement recherchée par un dessinateur sympathisant d'extrême droite est une légende urbaine récurrente qui court dans ces milieux. En réalité, dans l'ouvrage La télé, 10 ans d'histoires secrètes écrit par deux journalistes du quotidien Libération, on apprendra que le logo est né d'une erreur d'impression et de transcription, partant de la lettre C et du chiffre 4. Le nom de code du dossier est alors Canal 4 (canal national no 4, après ceux de TF1, Antenne 2 et FR3). Le chiffre mal imprimé aurait ainsi donné à André Rousselet, l'idée du titre définitif de la chaîne.

Le , lorsque Robial épure son logo en cartouche noir écrit en blanc et le décline l'année suivante sous forme de multiplex pour le satellite : Canal+ Bleu (plutôt orientée émissions et documentaires) et Canal+ Jaune (plutôt orientée cinéma). Le dimanche, , Canal+ Vert (plutôt orientée sport) vient compléter le multiplex.

Le , l'habillage des carrés évolue. Les pré-génériques sont supprimés et les génériques sont composés de carrés qui traversent l'écran et se chevauchent derrière le titre du programme (pour certains génériques, d'abord le titre de l'émission puis la catégorie : « Cinéma », « Sport », etc.) et se terminent sur fond noir par un indicatif sonore et le logo de la chaîne en bas[109]. Côté musique, cet habillage sera surtout accompagné d'un instrument en particulier : le vibraphone. Le , l'habillage évolue pour passer au format 16/9e avec l'arrivée de traits et de cercles[110].

Le , Canal+ réactualise son habillage[111], la chaîne ayant exploité jusqu'alors les directives d'Étienne Robial depuis le milieu des années 1980.

Le , jour de son 36e anniversaire, Canal+ a dévoilé un nouveau moving logo. Pour Canal+, cette nouveauté s'inscrit en réalité dans une évolution plus profonde de son identité visuelle et illustre la stratégie de transformation du groupe.

Chronologie

Autres logos

Slogans

  • du au  : « Canal+, la télévision des nouvelles images » ;
  • du au  : « Canal+, c’est plus » ;
  • du au  : « Canal+, la télé pas comme les autres » ;
  • du au  : « Au moins pendant que vous regardez Canal+, vous n’êtes pas devant la télé » ;
  • du au  : « Canal+ et tellement plus encore » ;
  • du au  : « Canal+, demandez plus à la télé » ;
  • du au  : « Canal+, créateur original de programmes originaux »[112] ;
  • du au  : « Plus on aime Canal+, plus on aime le cinéma »[113] ;
  • du au  : « 30 ans et vous n'avez encore rien vu » ;
  • du au  : « Créateur et original depuis 1984 » ;
  • depuis le  : « Pour vivre ensemble ces moments là ».
  • depuis décembre 2022 : «ne confiez pas votre imagination à n'importe qui».

Liste des programmes actuels

Canal+ est une chaîne semi-généraliste axée essentiellement sur le cinéma, les séries et le sport.

  • Sur ses plages en clair (matin, midi, soir), la chaine diffuse des magazines d'actualité et d'interviews sur le cinéma, les séries et le sport. Canal+ diffuse aussi quelques programmes de divertissement.
  • Sur ses plages en crypté, les abonnés peuvent accéder à des films récents en exclusivité, des séries multirediffusés pendant plusieurs mois. Les abonnés ont accès également à des retransmissions sportives en direct (football, rugby, Formule 1, Moto GP).
    • Canalissime : émission mensuelle de présentation des programmes en crypté, diffusé le premier samedi du mois à 14h (depuis 2023).

Cinéma

  • FILMS : 400 films récents en exclusivité par an, sur l'ensemble des antennes du groupe Canal+.
    • Coup de Cœur, les mardis à 21h10, présenté par Laurie Cholewa.
    • Box-Office, les vendredis à 21h10.
    • Canal+ Premières, avec un film inédit jamais sorti en salle, en exclusivité sur Canal+, les samedis à 21h10, présenté par Pierre Zéni.
    • Des films de genre déjà diffusés sur Canal+ Cinéma(s).
    • Surprises : des courts-métrages français et étrangers
  • MAGAZINES CINÉMA :
    • Tchi tcha : émission d'actualité sur le cinéma, diffusé du lundi au jeudi à 19h35, présenté par Laurie Cholewa (depuis 2016)
    • Faut voir ! L'hebdo cinéma : émission d'actualité sur le cinéma, diffusé le vendredi à 20h25, présenté par Antoine de Caunes (depuis 2023)
    • Le cercle cinéma : émission de critique cinématographique, diffusé le samedi à 12h25, présenté par Lily Bloom (depuis 2004)
    • Têtàtête(s) : émission d'interview d'une personnalité du cinéma, diffusé le dimanche à 11h45, présenté par Laurie Cholewa (depuis 2023)
    • L'hebd'Hollywood : émission sur le cinéma américain, présenté par Didier Allouch (depuis 2020)
    • Le journal du hard : émission sur le cinéma pornographique, diffusé les premiers samedis du mois à 00h00, présenté par Lele O (depuis 1991)
  • DOCUMENTAIRES CINÉMA  :
    • Des documentaires uniques sur le cinéma et la société en lien avec le film diffusé en prime-time.
  • CÉRÉMONIES ET FESTIVALS :

Séries

  • SÉRIES : La liste des séries diffusées par Canal+ est sur Canal+ Séries.
    • Création Originale : des séries créées et produites par Canal+, le lundi à 21h10.
    • Création Décalée : des séries françaises, le lundi à 21h10.
    • Une série Canal+ : des séries étrangères, le jeudi à 21h10.
    • Fiction : des téléfilms français et étrangers, en événementiel.
  • MAGAZINES SÉRIES :
    • Le cercle séries : émission de critique sur les séries, diffusé mensuellement lundi à 23h, présenté par Renan Cros (depuis 2019)
    • Les coulisses d'une création originale : magazine de making of des créations originales de Canal+.
  • CÉRÉMONIE ET FESTIVAL :
    • Canneséries : cérémonie de récompenses sur les séries, diffusé en avril (depuis 2023).

Sport

DIFFUSIONS SPORTIVES :

  • Football : 1 affiche de Ligue des Champions, le mercredi à 21h. L'autre affiche est diffusée mardi sur Canal+ Foot.
  • Football : 1 affiche de Premier League, le dimanche à 17h30. Les autres affiches sont diffusées sur Canal+ Foot et Foot+.
  • Rugby : 2 affiches de Top 14, le samedi et le dimanche à 21h. Un multiplex diffusé le samedi à 17h. L'intégralité des matchs est diffusée sur Canal+ Sport et Rugby+.
  • Formule 1 : le Grand-Prix les dimanches à 15h. Les essais et les qualifications sont diffusés sur Canal+ Sport.
  • MotoGP : le Grand-Prix les dimanches à 14h. Les essais et les qualifications sont diffusés sur Canal+ Sport 360.
  • Boxe : en événementiel.
  • Golf : en événementiel. L'intégralité des compétitions est diffusée sur Canal+ Sport et Golf+.
  • Padel : en événementiel.

MAGAZINES SPORTIFS :

  • Canal football club : magazine sur le football, diffusé tous les dimanches à 19h25, présenté par Hervé Mathoux (depuis 2008)
  • Canal champions club : magazine sur la Ligue des Champions, diffusé les mercredis à 19h50 et 23h, présenté par Hervé Mathoux (retour depuis 2021)
  • Canal rugby club : magazine sur le rugby, diffusé tous les samedis à 20h10 et tous les dimanches à 20h25, présenté par Astrid Bard (depuis 2015)
  • Canal sports club : magazine omnisports, diffusé tous les samedis à 19h, présenté par Nicolas Tourriol (depuis 2018)
  • Match of ze day / The match : magazine de présentation de la Premier League, diffusé le week-end, présenté par Joris Sabi (depuis 2008).
  • En pôle : magazine sur l'automobile et la moto, diffusé avant les courses d'automobile et de moto, présenté par Pauline Sanzey (depuis 2018).
  • La grille : magazine sur l'automobile et la moto, diffusé avant les courses de Formule 1 et de MotoGP, présenté par Pauline Sanzey et Margot Laffite, diffusé les dimanches à 13h (depuis 2013).
  • Formula one : magazine de débrief sur la Formule 1, présenté par Pauline Sanzey et Margot Laffite (depuis 2013).
  • Débrief moto : magazine sur la MotoGP, présenté par Jules Duremble (depuis 2013).
  • Grand Prix : magazine immersif sur les Grands-Prix de Formule 1 et de Moto GP, diffusé les dimanches à 13h30 (depuis 2022).
  • Late sport 360, magazine d'actualité omnisports, présenté par Nicolas Tourriol, diffusé du lundi au vendredi vers 1h du matin (depuis 2022)
  • Golf+ le mag, magazine d'actualité sur le golf, présenté par Astrid Bard, diffusé dans la nuit de mardi à mercredi.

DOCUMENTAIRES SPORTIFS :

  • Doc sport : documentaire unique mensuel, diffusé le dimanche à 21h10.
  • Intérieur sport, série documentaire omnisports en immersion, présenté par Amandine Morhaim (depuis 2007).

Documentaire

  • Les nouveaux explorateurs : série documentaire de découverte, diffusée tous les jeudis à 23h (retour depuis 2022).
    • Jérôme, les yeux dans le bleu : de Jérôme Delafosse
    • Les nouveaux éclaireurs
    • Les terroirs de Fred Chesneau
    • Alexia cuisine la France : de Alexia Duchêne
    • Voyages au bout de l'effort : de Victor Bergeon
    • L'enfant de la forêt
    • Culture & street
    • Fatou en mode...

Magazine

  • Clique : émission d'actualité, diffusée du lundi au jeudi à 19h45, présenté par Mouloud Achour (depuis 2019)
  • En aparté : émission consacrée une personnalité, diffusée du lundi au jeudi à 20h35, avec la voix de Nathalie Levy (retour depuis 2021)
  • Canal piu : émission mensuelle sur la mode, présenté par Piu Piu (depuis 2023)

Divertissement

  • Groland le zapoï : émission satirique et parodique, diffusée tous les dimanches à 12h45 (depuis 2016)
  • Hot ones : émission mensuelle de divertissement, diffusée les mercredis à 23h50, présenté par Kyan Khojandi (depuis 2022)
  • Saturday night live : émission parodique américaine, diffusée tous les dimanches à 23h20
  • Jamel comedy club : émission estivale de divertissement, diffusée du lundi au vendredi à 19h45, présenté par Jamel Debbouze (depuis 2006).
  • Déambulations : concerts en deuxième partie de soirée en événementiel (depuis 2023)
  • Spectacle : one-man-show mensuel, les mercredis à 21h10.

Critiques

Le géographe Christophe Guilluy considère que Canal+ présente « la quintessence de l'idéologie libérale-libertaire dominante ». La chaîne aurait travaillé à la relégation des classes populaires en les associant systématiquement à un type de dégénérescence. Il analyse la série des Deschiens tout comme la marionnette de Johnny Hallyday des Guignols de l'info comme caractéristiques du processus de dépréciation des classes populaires propres en particulier à cette chaîne[114].

François Taillandier a une analyse identique. Pour lui, « Canal+ devint ainsi la chaîne réservée à ceux qui ne sont pas des cons », « ces cons incarnés par les fameux Deschiens : le peuple, les pauvres incultes. Canal+, la chaîne des urbains évolués, des libéraux-libertaires. »[115]

Dans son livre Le suicide français, le journaliste et polémiste Éric Zemmour consacre un chapitre sur la chaîne intitulé Canal plus, la chaîne cathodique du bien où il explique le souhait du groupe Havas et du président Mitterrand de créer l'équivalent d'un HBO français. Selon lui, les programmes en clair sont d'un ton hédoniste, individualiste et d'une ironie au service des libéraux-libertaires. Il moque certaines émissions qui critiquent le capitalisme et la finance alors que la chaîne est alors abreuvée de productions d'Hollywood et que les actionnaires viennent de banques américaines[116].

L'aspect le plus critiqué par Zemmour est, selon lui, l'idéologie de « la haine de la France, de l'histoire de France » notamment dans les Guignols de l'info, Les Deschiens où les classes populaires sont assimilées à l'inculture, la médiocrité et le racisme. Alors que ce sont les classes populaires qui ont permis à la chaîne cryptée de connaître le succès des abonnements avec le sport et les films X. Ce mépris de cette catégorie sociale, lui fait rappeler celui des aristocrates de l'ancien régime avec les paysans. Sauf les jeunes issus de l'immigration africaine, comme Debbouze et Omar Sy, lesquels sont selon lui, « couverts d'or »[117].

En 2014, Marine le Pen annonce s'être désabonnée de Canal +, en raison de la ligne éditoriale des journalistes de la chaîne, en expliquant que Canal + est une chaîne de bobos, conformistes et méprisants à l'encontre d'elle, de son parti et ses électeurs[118],[119],[120]. Propos que confirmera Eric Zemmour, en affirmant également de son côté lors de l'émission Ça se dispute sur I-Téle, que Canal + a toujours été une chaîne de bobos, qu'elle a été faite pour ça, elle a été faite par eux, pour eux et pour mépriser le peuple français[121],[122].

Contexte stratégique et situation spécifique

Privilèges et statut spécial entre 1983 et 1996

Canal+ bénéficie d'une réglementation et d'un statut inédits et spécifiques. Le , l'État français offre à l'opérateur Havas plusieurs privilèges ; la mesure la plus controversée concerne la concession de service public l'autorisant à exploiter la diffusion hertzienne terrestre, un privilège unique au monde pour une chaîne à péage[123].
. Depuis son lancement, la chaîne payante apparaît « brouillée » aux non abonnés (l'image et le son sont perturbés pour restreindre l'accès aux abonnés via le décodeur). Toutefois, une réglementation spécifique prévoit de laisser une partie de l'antenne accessible à tous (en « clair ») pour permettre la promotion commerciale et attirer de nouveaux abonnés. Les « fenêtres en clair » quotidiennes vont être non seulement rallongées, mais l'État français autorise également la publicité durant ces tranches horaires (décret du ). La nouvelle loi audiovisuelle du maintient le statut juridique de Canal+. Toutefois, cette loi interdit alors le renouvellement de cette concession. Pour autant, la loi du modifie ces clauses avec, notamment, une disposition favorable au maintien de la concession de Canal+. Il faut attendre, le pour que le CSA négocie une convention avec la chaîne et la reconduction de son autorisation.
Depuis lors, Canal+ est soumis au régime de droit commun. En revanche, la réglementation concernant le volume horaire et la publicité pour ses « plages en clair » reste en vigueur alors que ces dispositions avaient été conçues en 1983, pour aider la chaîne à son essor et à une période où sa situation commerciale et financière est en péril (de 1984 à 1986)[124].

Vers l'Europe et la diffusion par satellite

Le premier développement de Canal+ concerne la participation à la plateforme de télédiffusion par satellite franco-allemande (TDF 1, Kopernicus, TVsat) devant exploiter la nouvelle norme TV européenne analogique D2 Mac. Devant diffuser aux côtés de la future chaîne culturelle franco-allemande (La Sept future Arte), une chaîne de sport, une chaîne éducative « jeunesse » et une chaîne musicale, Canal+ commencera ses diffusions satellitaires à compter de l'été 1990. Toutefois, cette plate-forme de télédiffusion sera concurrencée par le satellite luxembourgeois de la société SES Astra.

La chaîne investit alors dans la création de chaînes premium en Europe et sur le bassin méditerranéen en lançant Canal+ TVCF, en Belgique francophone, puis au Luxembourg le , Canal Horizons (devenue Canal+ Horizons) sur le continent africain le , Canal+ España (Espagne) le , Tele+ (Italie) le , Canal+ Polska (Pologne) le , Canal+ Scandinavia (Danemark, la Suède, la Finlande et la Norvège) ainsi que Canal+ België et Canal+ Nederland (Pays-Bas et la Belgique flamande) le .

Avec sa filiale MultiThématiques, la chaîne crée aussi des chaînes thématiques sur le câble français, ainsi qu’à l’international (en Espagne, Belgique, Allemagne et Italie) en déclinant localement les programmes (Planète, Cinécinémas, Jimmy…).

Après l'échec des satellites TDF 1 et TDF 2 en D2 Mac, Canal+ lance son bouquet de chaînes à péage par satellite CanalSatellite au mode analogique pour sa première phase commerciale, dès le . Il couvre la France uniquement, puis le passe au mode numérique avec la reprise des chaînes développées pour le câble par MultiThématiques sur le satellite européen Astra. Canal+ va ensuite promouvoir ce modèle de bouquet en Europe en lançant CanalSatélite (Espagne) qui deviendra CanalSatélite Digital lors de son passage au numérique, Le Bouquet (Wallonie), Cyfra+ (Pologne), D+ (Italie), CanalSatelliet Digitaal (Pays-Bas), Canal Digital (Scandinavie).

À partir de 1998, Pierre Lescure demande à son ami « historique » Christian Dutoit de concevoir et lancer la première chaîne d'information du groupe Canal+ : i>Télévision devenue i>Télé, dont les premières émissions auront lieu lors du quinzième anniversaire de Canal+, le ().

Canal+ forme alors l'un des plus grands et des plus puissants groupes audiovisuels européens[réf. souhaitée], le Groupe Canal+.

Progression d'audience : taux de pénétration TNT

La mesure d'audience d'une chaîne à péage peut sembler secondaire par rapport au nombre de ses abonnés mais la spécificité de Canal+ est qu'elle exploite certaines plages horaires en clair, donc théoriquement accessible à tout téléspectateur équipé pour recevoir ses signaux.

Après voir perdu jusqu'à 512.000 abonnés entre 2018 et 2021, le groupe Canal+ semble avoir stabilisé ses résiliations en 2022[125]. Toutefois, il n'est pas possible de connaître le nombre précis d'abonnés que la chaîne payante seule conserve réellement en France, car le groupe Vivendi ne communique plus ce type de données et il les amalgame aux résultats de la totalité de ses offre TV payantes; de plus, le dénombrement et la manipulation de des données d'abonnement sont sujets à controverse, comme l'a démontré un article publié par BFM TV en 2018[126]

Jusqu'à l'arrivée de la TNT, de très nombreux foyers français captent difficilement voire pas du tout, les signaux de Canal+ en clair. Ainsi, à partir du lors du lancement de la télévision numérique terrestre gratuite, soit avant l'introduction de la chaîne dans l'offre payante de la TNT en 2006, Canal+ diffuse quotidiennement les plages de programmes non cryptées (numérique en clair).

Dès lors, la chaîne payante a pu combler le retard de son « taux de pénétration » national (foyers pouvant réellement visualiser ses programmes notamment en clair) selon une problématique de parc d'équipement d'antennes VHF. Toutefois, même en considérant cette couverture de diffusion quasi totale de l'hexagone, on observe qu'entre les années 1980 où la chaîne frôle les 5% d'audience, son score au début des années 2020 se situe à peine au dessus de 1%.

En 2014, avec 2,6 % de part de marché, Canal+ est la huitième chaîne la plus regardée en France.

En 2016, l'audience de Canal+ s'effondre, en perdant 1 point par rapport à 2015.

Fin 2023, la chaîne peine à dépasser les 1% d'audience.

1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995
4,1 % 3,9 % 4,3 % 4,4 % 4,3 % 4,6 % 5,0 %* 4,9 % 4,6 % 4,4 %
Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre Moyenne annuelle
1996 4,3 % 4,4 % 4,4 % 5,0 % 4,8 % 4,9 % 4,5 % 4,5 %
1997 4,6 % 4,5 % 4,8 % 4,6 % 4,9 % 4,6 % 3,3 % 3,7 % 5,0 % 4,8 % 4,7 % 4,8 % 4,5 %
1998 4,3 % 4,4 % 4,6 % 4,5 % 5,8 %* 4,5 % 3,7 % 4,8 % 4,9 % 5,0 % 4,7 % 4,6 %
1999 4,8 % 4,6 % 4,8 % 4,2 % 4,7 % 4,1 % 3,7 % 3,9 % 5,1 % 4,9 % 5,0 % 4,2 % 4,5 %
2000 4,4 % 4,5 % 4,7 % 4,4 % 4,2 % 3,3 % 3,1 % 3,5 % 4,4 % 3,9 % 4,2 % 3,8 % 4,1 %
2001 3,7 % 4,0 % 3,8 % 3,8 % 3,6 % 2,9 % 2,5 % 3,2 % 4,0 % 3,7 % 3,9 % 3,6 % 3,6 %
2002 3,5 % 3,8 % 3,7 % 4,0 % 3,4 % 2,7 % 2,5 % 3,2 % 4,0 % 3,7 % 3,9 % 3,5 % 3,5 %
2003 3,6 % 3,7 % 3,3 % 3,8 % 3,2 % 2,9 % 3,5 % 4,1 % 4,0 % 4,4 % 4,1 % 3,7 %
2004 3,8 % 4,1 % 4,0 % 3,7 % 3,1 % 2,6 % 3,8 % 4,1 % 4,0 % 4,3 % 3,7 % 3,8 %
2005 3,9 % 3,8 % 4,0 % 3,8 % 3,4 % 2,4 % 3,2 % 3,7 % 3,8 % 3,2 % 3,6 %
2006 3,6 % 3,5 % 3,3 % 3,2 % 3,3 % 2,5 % 2,6 % 4,0 % 3,5 % 3,9 % 3,6 % 3,4 %
2007 3,5 % 4,1 % 3,9 % 3,8 % 3,0 % 2,3 % 2,7 % 3,3 % 3,4 % 3,5 % 3,6 % 3,4 %
2008 3,3 % 3,8 % 3,4 % 3,6 % 3,2 % 2,6 % 1,9 % 3,3 % 3,8 % 3,8 % 3,7 % 3,5 % 3,3 %
2009 3,2 % 3,3 % 3,6 % 2,7 % 1,6 % 2,5 % 3,2 % 3,3 % 2,9 % 3,1 %
2010 3,0 % 2,9 % 3,1 % 3,6 % 3,1 % 3,4 % 1,9 % 2,3 % 3,6 % 3,3 % 3,5 % 2,8 % 3,1 %
2011 3,1 % 3,2 % 3,3 % 3,4 % 3,6 % 3,0 % 1,7 % 2,2 % 3,4 % 3,2 % 3,4 % 3,1 % 3,1 %
2012 3,0 % 3,3 % 3,2 % 3,5 % 3,2 % 2,6 % 1,8 % 2,0 % 3,2 % 2,9 % 3,1 % 2,9 %
2013 2,6 % 3,1 % 2,9 % 3,4 % 3,0 % 2,6 % 1,5 % 2,0 % 3,0 % 2,9 % 2,8 %
2014 2,6 % 2,9 % 3,0 % 2,7 % 2,0 % 1,5 % 2,0 % 2,8 % 3,1 % 2,6 %
2015 2,8 % 3,2 % 3,1 % 3,0 % 2,9 % 2,3 % 1,7 % 2,1 % 2,5 % 2,4 % 2,3 % 2,6 %
2016 2,3 % 2,5 % 2,1 % 1,6 % 0,9 % 1,4 % 1,2 % 1,1 % 1,6 %
2017 1,2 % 1,1 % 0,8 % 1,3 % 1,6 % 1,5 % 1,4 % 1,2 % 1,2 %
2018 1,4 % 1,3 % 1,4 %[127] 1,1 % 0,9 % 0,7 %** 1,2 % 1,5 % 1,3 % 1,2 % 1,2 %
2019 1,2 % 1,5 % 1,2 % 1,3 % 0,9 % 1,3 % 1,5 % 1,3 % 1,4 % 1,3 %
2020 1,3 %[128] 1,5 %[129] 1,6 %[130] 1,1 %[131],[132] 0,9 %[133] 1,2 %[134] 1,3 %[135],[136] 1,2 %[137] 1,1 %[138] 1,2 %[139]
2021 1,2 %[140],[141] 1,1 %[142] 1,3 %[143] 1,4 %[144] 1,1 %[145] 0,8 %[146] 1,0 %[147] 1,3 %[148] 1,1 %[149],[150] 1,1 %[151] 1,1 %**[152]
2022 0,9 %[153] 1,0 %[154] 1,1 %[155] 1,4 %[156] 1,5 %[157] 1,3 %[158] 1,2 %[159],[160] 1,5 %[161] 1,4 %[162] 1,2 %[163] 1,1 %[164] 1,2 %[165]
2023 1,0 %[166] 1,1 %[167] 1,2 %[168],[169] 1,3 %[170] 1,2 %[171] 0,9 %[172] 1,2 %[173] 1,3 %[174] 1,2 %[175] 1,3 %[176] 1,2 %[177]
2024 1,3 %[178],[179],[180] 1,4 %[181] 1,6 %[182]

Source : Mediametrie

Légende :

  • * : maximum historique.
  • ** : minimum historique.
  • Meilleur score mensuel de l'année.
  • Pire score mensuel de l'année.
  • Mouvements sociaux

    Alors que la chaîne a déjà connu deux importants mouvements en puis en en raison de plans sociaux, Canal+ connaît de nouveaux différends entre les représentants du personnel et sa direction à la fin de l'année 2008, portant principalement sur la revalorisation des salaires. Le , sur fond de crise internationale, mais également d'excellents résultats bénéficiaires de Canal+, les négociations salariales sont rompues[183]. L'un des syndicats évoque des tensions salariales aiguës au sein du groupe, jamais aussi importantes depuis plusieurs années. La grève pourrait être l'une des actions organisées par les syndicats.

    Condamnations

    Le tribunal de grande instance de Nanterre condamne ainsi le Philippe Karsenty, Canal Plus et la société TAC Presse pour diffamation publique envers le directeur du site Média-Ratings : ils avaient produit et diffusé une émission intitulée Jeudi investigation : rumeurs, intox : les nouvelles guerres de l’info, le .

    En , Canal+ accusé de vente forcée et est condamné à payer une amende entre 3 et 5 millions d'euros[184].

    Appropriation des mots « planète » et « planet »

    D'après Reporterre, Canal+ a déposé à l’Institut national de la propriété industrielle les mots « planète » et « planet » en 1999, puis « planète+ » en 2011[185]. Depuis, la société menace de poursuites judiciaires, presque chaque fois, les périodiques, associations et entreprises dont le nom contient ces mots, ainsi que certains sites web, y compris lorsque les entités ne sont pas concurrentes de Canal+[185].

    Controverses

    Accusations de viol à l'encontre de Pierre Ménès

    La chaîne est accusée d'avoir protégé son animateur[186] soupçonné de violences sexuelles. Selon Mediapart, il aurait même bénéficié d'un soutien de la part de la direction[187]. La chaîne a, en effet, demandé à couper un passage mettant en évidence l'accusation[188]. En plus d'insultes sexistes, l'animateur est accusé d'avoir proféré des insultes racistes. Son avocat Arash Derambarsh mentionne dans sa défense qu'il s'agit de « blague potache »[189]. L'affaire est médiatisée par la journaliste Marie Portolano, auteure du documentaire « Je ne suis pas une salope, je suis journaliste »[190], qui parle plus largement d'« un système à combattre », sans insister uniquement sur le cas d'un seul homme dans ce type d'affaire[191].

    Licenciement de Sébastien Thoen et de Stéphane Guy

    Sébastien Thoen est licencié[192] à la suite d'un sketch faisant la parodie de l'émission de CNews, L'Heure des pros[193].

    Stéphane Guy, qui a apporté son soutien à Sébastien Thoen, est à son tour licencié. Selon Maxime Saada, les vraies raisons de son licenciement sont liées à ses rapports avec la hiérarchie[194].

    Canal+ aurait fait pression sur certains salariés ayant signé une pétition en soutien à Stéphane Guy et Sébastien Thoen[195]. Marie Portolano fait alors partie des signataires soutenant l'ancien journaliste de Canal+[196].

    En 2022, Canal+ est condamné par les prud’hommes pour le « licenciement sans cause réelle et sérieuse » de Stéphane Guy[197].

    Organisation

    Dirigeants

    Président-directeur général de Canal+ SA

    Directeur Général

    Directeur des programmes

    Directeurs des sports

    Capital

    Le capital social de Canal+ SA est de 95 018 076 euros. Il est détenu à 48,48 % par le groupe Canal+ et le reste est partagé entre des investisseurs institutionnels et le flottant[198].

    Le , Vivendi annonce une OPA sur la société afin de récupérer le contrôle du groupe. Le , Canal+ est contrôlé à 48,48 % par le groupe Canal+ et 51,52 % par les fonds propres de Vivendi[199].

    Sièges

    Crédit image:
    licence CC-BY-SA-3.0 🛈
    Bâtiment de Canal+ à Boulogne-Billancourt.

    Le siège du groupe Canal+ était situé 1, place du Spectacle à Issy-les-Moulineaux, dans les Hauts-de-Seine. Celui-ci possède divers sièges dont celui de la chaîne Canal+ à Boulogne-Billancourt, mais également le pôle des chaînes gratuites du groupe (C8, CNews et CStar), qui est installé aussi à Boulogne-Billancourt.

    Le premier siège de la chaîne a été installé dans la tour Olivier de Serres, au 78-84, rue Olivier-de-Serres, dans le 15e arrondissement de Paris. Elle le quitte en 1992 pour s'installer dans un tout nouveau bâtiment blanc, dessiné par Richard Meier, qu'elle a fait bâtir au 85 - 89, Quai André-Citroën, toujours dans le 15e arrondissement de Paris, sur les bords de Seine et dans lequel sont regroupés les services techniques, financiers et les plateaux où sont tournées les émissions. Les bureaux administratifs sont entièrement vitrés et donnent sur la Seine, tandis que les studios aux murs opaques sont plus discrètement placés dans un second bâtiment donnant sur la rue des Cévennes, les deux bâtiments communiquant par un atrium servant d’entrée. Canal+ vend ce siège en 2003 pour épurer ses dettes et s'installe dans un nouveau siège à Boulogne-Billancourt dessiné par le premier architecte français à recevoir le Prix Pritzker, Christian de Portzamparc. Il est aujourd'hui occupé par des bureaux du Ministère de la Justice[200], par les studios Rive gauche, et depuis 2018 par Lagardère Active (dont le siège d'Europe 1). En 2022, le groupe déménage au nouveau batiment Sways, bientôt rebaptisé CANAL+ ONE, au 50 Rue Camille Desmoulins à Issy-les-Moulineaux, où pour la premiere fois de l’histoire du groupe sont rassemblées dans un même lieu les équipes de Canal+ France , Canal+ International et de STUDIOCANAL.

    Résultats financiers

    En 2018, la Société d'Edition de Canal Plus (92130 Issy-les-Moulineaux) a atteint un chiffre d'affaires de 1 502 millions d'euros, dégageant un résultat net de 17 millions d'euros avec un effectif moyen annuel de 738 salariés[201]. Toutefois en juillet 2023, suite à un audit interne publié dans la presse professionnelle, l'offre payante Canal+ ainsi que les chaînes gratuites de la TNT française C8 et CNews appartenant au groupe Bolloré accusent des déficits et de lourdes pertes s'élevant à plusieurs dizaines de millions d'euros[108].

    Innovation et prise de risque à ses débuts

    À sa création, Canal+ innove par rapport au paysage télévisuel français de 1984 :

    • Première concession au monopole public de la télévision en France ;
    • Première chaîne à péage accessible par le réseau hertzien terrestre ;
    • Offre de films de cinéma significativement récents, soit plus de 18 mois après la salle pour les films à succès ;
    • Retransmission en direct des rencontres de la Ligue 1 puis de la ligue des champions de football ;
    • Multidiffusion des programmes et en particulier, des séances cinéma ;
    • Diffusion d'un film pornographique chaque mois
    • Autorisation de diffuser des émissions en clair jusqu'à 6 heures par jour le matin, le midi et le soir, notamment à but de promotion.
    • Diffusion de séries d'animation pour adultes, américaines (comme Les Simpson ou South Park) et japonaises (Cowboy Bebop, Monster, etc.)
    • Programmation d'émissions impertinentes, à l'origine de l'expression « l'esprit Canal », avec un ton décalé déjà amorcé par les soirées Les Enfants du Rock sur Antenne 2 ;
    • Habillage sobre et à fond noir, avec un logo en deux dimensions (ellipse de Canal+) en opposition aux tendances de l'époque ;
    • Avancées technologiques (diffusion nocturne puis 24/7, diffusion par satellite, norme D2 Mac, 16/9, restauration vidéo de films anciens, programmation alternative…).

    Durant ses dix premières années d'existence, l'impertinence est la marque de fabrique de la chaîne, notamment avec Coluche, Antoine de Caunes, le quatuor Les Nuls ou Les Guignols de l'info ;

    La prise de contrôle par Vivendi au début des années 2000 ainsi que l'arrivée de Jean-René Fourtou à sa tête et de Bertrand Méheut à celle de Canal+ SA font que les budgets programmation de la chaîne sont donnés en priorité au cinéma et aux sports, dont les droits de diffusion augmentent fortement à partir des années 1990; la chaîne acquiert notamment la majeure partie des droits de la Ligue 1 pour plus de 600 millions d'euros.

    Déclinaison en 3D relief

    Sur le canal no 29 du bouquet Canal+, une programmation spécifique en haute définition et en stéréoscopie est lancée avec la première diffusion expérimentale d'une rencontre de tennis, le . Ce canal spécifique diffuse alors en boucle des extraits de films, de retransmissions et d'émissions en relief 3D et ne propose durant l'année 2011, qu'un seul film chaque mois. Le premier long-métrage diffusé en relief est Alice au pays des merveilles de Tim Burton, en [202]. Pour bénéficier de la stéréoscopie, il convient de s'abonner à Canal+ via le bouquet Canalsat, de souscrire à l'option HD et de disposer de l'équipement compatible : récepteur/décodeur Canalsat HD labellisé « Canal Ready » et téléviseur 3D ou vidéoprojecteur « 3D Ready » avec prise HDMI récente, ainsi que les lunettes stéréoscopiques compatibles. La diffusion de la chaîne Canal+ 3D est toutefois arrêtée le 24 janvier 2012.

    Pari en ligne

    En , Canal+ obtient une licence de pari sportif auprès de l'Autorité de Régulation des Jeux En Ligne (ARJEL) pour territoire français et s’est associé au bookmaker anglais Ladbrokes pour lancer un site de paris en ligne[203]. Toutefois, en , les deux associés décident de se retirer pour, selon eux, des motifs de rentabilité limitée et de taille trop réduite du marché français.

    Store Canal

    Le , Canal+ inaugure son premier lieu de vente « Store Canal » dans le centre commercial de Vélizy 2, à Vélizy-Villacoublay (Yvelines)[204].

    CanalStart

    Le , Canal+ annonce la création de CanalStart, une structure qui a pour objectif de soutenir les projets des jeunes entrepreneurs (incubateur de startups), dans le secteur des médias et nouvelles technologies,[206].

    Animateurs et chroniqueurs

    Animateurs des émissions

    Anciens animateurs et chroniqueurs

    Comédiens voix-off des bandes annonces

    Déclinaisons

    En France métropolitaine

    Les chaînes payantes du bouquet Les Chaînes Canal+ appartenant au groupe Canal+ sont :

    • Canal+ (canaux 4, 9 et 304), lancée le  ;
    • Canal+ Sport 360 (canaux 10 et 60), lancée le  ;
    • Canal+ Foot (canaux 11 et 61), lancée le  ;
    • Canal+ Sport (canaux 12 et 62), lancée le  ;
    • Canal+ Box Office (canaux 13 et 30), lancée le  ;
    • Canal+ Grand Écran (canaux 14 et 31), lancée le  ;
    • Canal+ Cinéma(s) (canaux 15 et 32), lancée le  ;
    • Canal+ Séries (canaux 16 et 50), lancée le  ;
    • Canal+ Docs (canaux 17 et 110), lancée le  ;
    • Canal+ Kids (canaux 18 et 130), lancée le .

    Les chaînes gratuites appartenant au groupe Canal+ sont :

    • C8 (canaux 88 et 308), lancée le  ;
    • CStar (canaux 93 et 317), lancée le  ;
    • CNews (canaux 161 et 316), lancée le .

    Seules six de ces chaînes sont actuellement diffusées sur la TNT (Canal+, Canal+ Sport, Canal+ Cinéma(s), C8, CStar et CNews).

    Anciennes chaînes :

    • I-Télévision (1999-2002) ;
    • Canal+ Bleu (1996-2003) ;
    • Canal+ Jaune (1996-2003) ;
    • Canal+ Vert (1998-2003) ;
    • Canal+ Confort (2003-2005) ;
    • D8 (2012-2016) ;
    • D17 (2012-2016) ;
    • I-Télé (2002-2017) ;
    • Canal+ Family (2007-2021) ;
    • Canal+ Décalé (2005-2022) ;
    • Canal+ Cinéma (2003-2023).

    Dans les DOM-TOM, Canal+ est déclinée aux Antilles, en Nouvelle-Calédonie, en Guyane, en Polynésie française et à La Réunion. Canalsat est également présent aux Caraïbes (Antilles et Guyane) en Nouvelle-Calédonie et à la Réunion. Ces déclinaisons sont opérées par Canal+ Overseas, filiale à 100 % du Groupe Canal+.

    En Europe

    Dans le monde

    Crédit image:
    NigerTZai
    licence CC BY-SA 4.0 🛈
    Un revendeur Canal+ à Niamey, au Niger.
    • Afrique : Canal+ Afrique (ex-Canal Horizons et Canalsat Horizons), Canalsat Madagascar, Canal+ Maurice et Canalsat Maurice (Canal+ Overseas).
    • Birmanie : Canal+ Myanmar FG[207] (propriétaire des chaînes mentionnées ci-dessous)
      • Canal+ Gita : une chaîne musicale
      • Canal+ Ha Ha : une chaîne humoristique
      • Canal+ Action : une chaîne diffusant des films d'action, etc. (semblable à Canal+ Cinéma(s))
      • Canal+ Pu Tu Tue : une chaîne destinée aux enfants d'âge préscolaire (semblable à Canal+ Kids)
      • Canal+ Cha Tate : une chaîne destinée aux jeunes et consacrée à l'animation
      • Canal+ Mae Made : une chaîne féminine
      • Canal+ Zat Lenn : une chaîne diffusant des feuilletons, etc. (semblable à Canal+ Séries)
      • Canal+ Su Sann : une chaîne factuelle
      • Canal+ Sports : une chaîne diffusant des émissions sportives (ne pas confondre avec Canal+ Sport)
    • Éthiopie: Canal+ Ethiopia
    • Pacifique : LBF (Le Bouquet Français) en Australie et au Vanuatu (Canal+ Overseas).
    • Viêt Nam : K+

    Diffusion

    Crédit image:
    licence CC BY-SA 4.0 🛈
    Sous l'antenne UHF, l'antenne VHF, nécessaire à la réception de Canal+ en France avant l'avènement de la télévision numérique

    Depuis sa création en 1984, Canal+ s'est vu contrainte d'exploiter l'ancien réseau d'émetteurs VHF de TF1[208]. Ce premier réseau historique resté à la norme E en noir et blanc 819 lignes jusqu'au ) est exploité en parallèle de l'UHF utilisée par toutes les chaînes nationales à la norme L 625 lignes au standard couleurs Sécam. Ainsi, depuis le milieu des années 1980, les millions de foyers non abonnés à Canal+ n'ont pas jugé utile de s'équiper ou de remplacer l'antenne existante VHF pour recevoir ses programmes en clair; l'acquisition et l'installation d'un tel équipement VHF représente un coût pouvant aller de 45 à 350 euros par foyer (antenne + coupleur + installation). Cette contrainte technique ralentit considérablement le taux de pénétration et l'audience de la chaîne, lors des émissions non cryptées, notamment. Une réception médiocre des signaux VHF provoque le plus souvent, une incompatibilité de décodage de Canal+, lors de ses émissions chiffrées.

    Depuis le , étant diffusée par le nouveau réseau d'émetteurs TNT, lequel exploite quasi exclusivement la gamme UHF, la question de l'antenne spécifique VHF souvent baptisée « antenne Canal+ » est résolu. Dès lors, pour chaque nouveau foyer équipé en réception TNT, la chaîne rattrape son retard en termes de taux de pénétration. Ainsi, alors que l'audience des chaînes nationales analogiques en clair a tendance à décroître, celle de Canal+ connaît une croissance régulière, conforme à la progression mathématique du taux d'équipement TNT.

    Le soit un an avant les autres chaînes, Canal+ cesse définitivement d'émettre à la norme L analogique sur l'ancien réseau hertzien national, afin notamment de libérer des fréquences pour la radio numérique.

    Depuis lors, la chaîne est uniquement diffusée en numérique sur la TNT, le satellite (CanalSat), le câble et la télévision IP (fibre optique ou xDSL).

    À compter du à 11 h 08[209], Canal+ n'est plus disponible en analogique sur le satellite.

    Le , Vincent Bolloré évoque une possibilité d'arrêt de la diffusion sur la TNT pour réduire les coûts de diffusion[210],[211].

    Le , Canal+ obtient de la part du CSA une nouvelle autorisation pour exploiter une fréquence sur la TNT. Cette convention court sur une durée de 3 ans, au lieu des 10 ans initialement prévus, soit jusqu'au [212]. La chaîne continue alors d'utiliser la numérotation historique, le canal numéro 4.

    Le , Canal+ voit sa fréquence TNT renouvelée par l'Arcom (ex-CSA) pour une durée de 18 mois, soit jusqu'au [213].

    Décodeurs et contrôles d'accès

    L'accès aux programmes payants de la chaîne Canal+ est réservé aux détenteurs d'un décodeur TV et d'une clé ou carte (à puce) d'abonnement contenant des droits d'accès actifs. Depuis 1984, la chaîne a exploité une série de modes de contrôle d'accès :

    • Le plus ancien Discret 11 a été exploité en réception terrestre, satellite et câble à partir de . Il a nécessité d'entrer chaque mois, une série de chiffres (code mensuel) sur le clavier numérique intégré. Largement piraté, il sera progressivement remplacé à partir de 1992, puis définitivement abandonné en 1995.
    • Son successeur le Syster, apparu en 1992 est également réservé à la télédiffusion analogique. Il est basé sur le système Nagravision ainsi qu'un traitement du son monophonique (inversion de spectre de 12,8 kHz) via le décodeur Syster dont l'utilisation s'arrêtera avec l'arrêt de la diffusion analogique en pour Canal+, un an avant l'arrêt définitif des autres chaînes analogiques, pour être remplacé par un récepteur TNT intégrant des circuits DVB MPEG-4.

    En , le récepteur satellite analogique à la norme D2 Mac Decsat est commercialisé. Il est le premier appareil adapté au format d'image 16/9 et compatible avec les signaux haute définition (HD Mac).

    • En , le terminal de réception satellite et câble Mediasat est commercialisé, il s'agit du tout premier décodeur numérique exploité par Canal+. Cet appareil fabriqué par les marques Thomson, Sagem, Philips, Nokia et Pioneer est toutefois incompatible avec la TVHD.

    En 2004, le terminal de réception numérique Pilotime intègre un disque dur permettant d'enregistrer jusqu'à quarante heures de programmes. En 2005, cette dernière génération d'appareil propose en plus la réception d'un son en Dolby Digital 5.1. Cet appareil est dépourvu de la compatibilité TVHD. En 2005, avec le lancement de la TNT, Canal+ lance une déclinaison du Syster (TNT+) et du Mediasat adaptée à ce mode de télédiffusion. En 2006, Canal+ propose son Mediasat Max lequel intègre des circuits TVHD et la possibilité d'ajouter un disque dur externe pour enregistrer les émissions.

    • En , le Dual-S est commercialisé, il est destiné à la réception par satellite comme l'indique la lettre S. Il est adapté à la haute définition TVHD et possède un second tuner satellite ce qui lui permet de visionner un programme tout en enregistrant un autre programme. On peut lui relier un disque dur externe pour enregistrer les émissions, il vise également à remplacer les premières générations de décodeurs satellites numériques devenus obsolètes. Quelques mois plus tard, Canal+ décide de lancer une variante au design identique, le Dual-T, destiné comme sa lettre l'indique à la TNT, abandonnant la version numérique du Syster, moins performante et incompatible avec la HD.
    • En , la technologie Merlin est exploitée en numérique (évolution v3 du système Mediaguard) pour les récepteurs Mediasat
    • Le , pour ses 24 ans, Canal+ lance deux innovations :
      • le Cube Canal+. Ce récepteur numérique satellite intègre un dispositif spécifique permettant en le connectant à Internet de visualiser des émissions en avant-première (séries, téléfilms) par rapport à la programmation de la chaîne payante.
      • la Clé Canal+. Cette clé USB annoncée comme le plus petit décodeur TV du monde intègre un récepteur (démodulateur) DVB-T et le système de contrôle d'accès à brancher sur un ordinateur.
    • Le , le diffuseur Canal+ annonce lancer dès , le label CanalReady visant officiellement à simplifier le choix du public pour un équipement TV garantissant une parfaite compatibilité avec ses émissions payantes (chaînes numériques de Canal+ et Canalsat). Toutefois, ce label est controversé, car il impose certaines limites (restrictions pour l'enregistrement des émissions) et des surcoûts (options payantes supplémentaires)[214].
    • En 2013, une version alternative du décodeur le Cube Canal+ est lancée, pour la TNT, il vise principalement à remplacer les premières générations de décodeurs TNT devenus obsolètes.
    • En 2015, un nouveau décodeur est lancée, nommée le Cube-S, pour la TNT, mais sa commercialisation va être rapidement abandonnée, et un faible nombre d'exemplaires sont produit.
    • En 2018, est lancé un décodeur nommée Le décodeur Canal+, destiné pour le satellite, il permet une réception en 4K et en ultra-haute définition, et donne accès aux services OTT, il vise notamment à remplacer les décodeurs Dual-S, ainsi que la version satellite du cube Canal+, devenus obsolètes.

    Bibliographie

    Une série d'ouvrages traite de l'entreprise et de la chaîne Canal+ ainsi que de ses personnalités, avec notamment, une multiplication des publications au tout début des années 2000, période de prise de contrôle par Jean-Marie Messier à la tête du groupe Vivendi.

    • Marie-Eve Chamard et Philippe Kieffer, La télé, dix ans d'histoires secrètes, Paris, éditions Flammarion, , 700 p. (ISBN 978-2-08-066505-8)
    • Isabelle Nataf, Canal+ une chaine des chaines un groupe, Paris, éditions Casterman, , 200 p. (ISBN 978-2-203-23815-2)
    • Pierre Péan et Christophe Nick, TF1 : un pouvoir, Paris, éditions Fayard, , 695 p. (ISBN 978-2-213-59819-2)
    • Jean-Noël Jeanneney, L'Écho du siècle. Dictionnaire historique de la radio et de la télévision en France, Paris, éditions Hachette Littérature, , 610 p. (ISBN 978-2-01-235276-6)
    • Guillaume Durand, La peur bleue, Paris, éditions Grasset, , 267 p. (ISBN 978-2-246-57691-4)
    • Jean-Marie Messier, J6M.COM : Faut-il avoir peur de la nouvelle économie ?, Paris, éditions Hachette Littérature, , 246 p. (ISBN 978-2-01-235563-7)
    • Benoît Delmas et Éric Mahé, Western médiatique ou les mésaventures du cinéma au pays de Vivendi, Paris, éditions Mille et une nuits Littérature, , 104 p. (ISBN 978-2-84205-633-9)
    • Nicole Vulser, André Rousselet, André Rousselet : Les trois vies d'un homme d'influence, Paris, éditions Calman Lévy, , 412 p. (ISBN 978-2-7021-3240-1)
    • Jacques Buob et Pascal Mérigeau, L'Aventure vraie de Canal+, Paris, éditions Fayard, , 475 p. (ISBN 978-2-213-61079-5)
    • Pierre Lescure et Jean-Pierre Lavoignat, Histoire de désirs, Paris, éditions du Seuil, , 347 p. (ISBN 978-2-02-041569-9)
    • Valérie Lecasble, Le roman de Canal+, Paris, éditions Grasset, , 341 p. (ISBN 978-2-246-61931-4)
    • Benoît Delmas et Eric Mahé, Bal tragique chez Vivendi : La Chute de la maison Messier, Paris, éditions Denoël Littérature, , 122 p. (ISBN 978-2-207-25366-3)
    • inconnu, Canal moins, Paris, éditions Privé, , 190 p. (ISBN 978-2-35076-039-1)
    • Josepha Laroche et Alexandre Bohas, Canal+ et les majors américaines, une vision désenchantée du cinéma-monde, Paris, éditions L'Harmattan, coll. « Chaos International », , 341 p. (ISBN 978-2-246-61931-4)
    • Pierre Lescure, In the baba, Paris, éditions Grasset, , 384 p. (ISBN 978-2246769415)
    • Ollivier Pourriol, On/Off, - Essai - NIL, 2013[215]
    • Philippe Dana et Léon Mercadet, Les invités de la fête, 30 ans d'histoires à Canal+, Paris, éditions Don Quichotte, , 408 p. (ISBN 978-2-35076-039-1)

    Notes et références

    1. a et b LES PREMIERS ESSAIS DE CANAL PLUS-Le Monde-03/03/1984
    2. Nicole Vulser, « André Rousselet : les trois vies d'un homme d'influence » Calman-Lévy, , page 188
    3. [1] Florian GAZAN, « Ça alors ! Florian Gazan vous apprend des trucs » First,
    4. a et b [2] Philippe Gildas, « Comment réussir à la télévision quand on est petit, breton, avec de grandes oreilles ? » Flammarion,
    5. [3]« Quand Rousselet créa Canal+ » Renaud Revel, lexpress.fr
    6. [4]« Pierre Lescure - On n’est pas couché  » à 27 min 30 s
    7. a b c d et e Philippe Dana, Léon Mercadet, Les Invités de la fête, 30 ans d'histoires à Canal+, Paris, Don Quichotte, (ISBN 978-2359492910)
    8. « Les 400 coups des cols blancs », dans L'Express, le .
    9. Hélène Fargues, « Le 22 octobre 1982, Laurent Fabius met en place le blocus des magnétoscopes japonais », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
    10. « L’histoire de la contribution à l’audiovisuel public - alors dénommée redevance audiovisuelle - avant 2005 », sur le site du Ministère de la culture et de la communication, le .
    11. Mark Hunter, Les Jours les plus Lang, Paris, éditions Odile Jacob, coll. « Histoire et document », , 316 p. (ISBN 978-2-7381-0102-0, lire en ligne), page 159.
    12. « Article 11 : Suppression du taux réduit forfaitaire de tva sur les offres composites de services de télévisions et de services électroniques », sur le site du Sénat, Projet de loi de finances pour 2011 de la Commission des Finances, le .
    13. Canal Plus (France) - pub abonnement - essais/tests - mars 1984-YouTube
    14. Canal Plus (France) - ouverture antenne - essais tests - mai 1984-YouTube
    15. Frédéric Depétris, État et cinéma en France : le moment de l'exception culturelle en France, éditions L'Harmattan, 2008.
    16. Lancement de Canal+ par André Rousselet le , Satmag.
    17. a et b François Roche, « Lescure : « Au début de Canal+, nous faisions rire le Tout-Paris » », sur lexpansion.lexpress.fr, .
    18. Alain Constant, « Canal+ donne le coup d’envoi du foot spectacle », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    19. Nicole Vulser, « André Rousselet : les trois vies d'un homme d'influence » Calman-Lévy, , pages 197-198
    20. « A la cour d'appel de Paris Les pirates de Canal Plus et la liberté de recevoir », Le Monde,‎ (lire en ligne).
    21. Nicole Vulser, « André Rousselet : les trois vies d'un homme d'influence » Calman-Lévy, , pages 220-223
    22. Depuis le palais de l'Élysée, le président répond aux questions de Christine Ockrent, Paul Amar, Albert Duroy pour la 2e chaîne et de Philippe Gallard pour le quotidien régional Ouest-France.
    23. Jean-Claude Bourret et Bérangère Danigo - La Cinq, l'histoire secrète - Les éditions Trédaniel , (ISBN 978-2813230423), p. 24
    24. « Pierre Lescure raconte une touchante anecdote sur les débuts d'Antoine de Caunes chez Canal+ (VIDEO) », sur Télé 2 semaines, (consulté le )
    25. Pierre Lescure et Jean-Pierre Lavoignat, « Histoire de désirs » éditions du Seuil, , pages 124-125
    26. Adrien Gombeaud, « Merci qui ? Merci Davy », Vanity Fair no 46, , p. 116-123.
    27. « Canal+ : Historique », sur le site de la chaîne Canal+, .
    28. a et b « L'histoire du Groupe CANAL+ de 1983 à nos jours (archive) ».
    29. Raphaël GARRIGOS et Isabelle ROBERTS, « Lescure, le Canal historique », sur Libération (consulté le )
    30. a et b « Interview de Pierre Lescure et Alain De Greef dans Télés Dimanche du 6 novembre 1994 (via Youtube) » (consulté le )
    31. a et b « Après les années fastes, Canal Plus doit accélérer sa diversification », sur Les Echos, (consulté le )
    32. a et b « CANAL PLUS L'OVNI du PAF devenu World Company | L'Humanité », sur www.humanite.fr, (consulté le )
    33. « Canal+ : Jean-Marie Messier limoge Pierre Lescure », sur Les Echos, (consulté le )
    34. Institut national de l’audiovisuel- Ina.fr, « Canal Plus, Pierre Lescure limogé, assemblée générale en direct », sur Ina.fr (consulté le ).
    35. Olivier Cyran, Mehdi Ba, Almanach critique des médias, Édition des Arènes, , p. 170
    36. « L'annonce du "plan social" à Canal » Télé Satellite, .
    37. « A Canal, c'est la fin du grand bluff » Stratégie, .
    38. [PDF] « De la restructuration de l’entreprise à la restructuration des relations professionnelles : le cas de Canal Plus » par Claude Didry, directeur de recherche au CNRS
    39. Guy Dutheil, « Canal+ réfléchit à sa nouvelle grille sur fond de plan social », Le Monde,‎ (lire en ligne).
    40. « le-12-30-journal-emission-du-14-mars-2003 », sur inatheque.ina.fr (consulté le )
    41. Guy Dutheil « Fusion TPS/CanalSat: Le Conseil d'État déboute Canal+ définitivement » sur le site web de Jean-Marc Morandini, .
    42. « Formule 1: Canal+ défait BeIn Sport et récupère les droits », .
    43. « Canal+ Séries et OCS City débarquent, le match contre le piratage », sur Le Huffington Post.
    44. Canal+ rachète une chaîne de... YouTube, Challenges, .
    45. « Comment Bolloré chamboule les médias français ».
    46. Bolloré fait le grand ménage chez Canal+ - Julien Dupont-Calbo, Les Échos, .
    47. Anne Demoulin, « Vincent Bolloré prend officiellement le contrôle de Canal+ et écarte Bertrand Méheut », sur 20 Minutes, .
    48. Le documentaire sur Sarkozy-Hollande finalement reprogrammé - Hélène Marzolf, Télérama, .
    49. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Canal+ : Bolloré fait fuir les abonnés », Les Jours, .
    50. « Canal+ a perdu plus de 500 000 abonnés en France depuis un an », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    51. Depuis six mois Canal+ ne paie plus les droits d'auteurs des programmes qu'il diffuse. L'ardoise s'élève déjà à 50 millions d'euros. Pascal Rogard, directeur général de la SACD, l'une des sociétés d'auteurs réagit à ce coup de force de Canal..
    52. François Bougon et Alexandre Piquard, « Vincent Bolloré quitte la présidence du conseil de surveillance de Canal+ », Le Monde,‎ .
    53. « Premier League : Canal + reprend le foot anglais », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    54. « Football : Canal + reprend les droits du championnat anglais à RMC Sport », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    55. « Canal+ au pied du mur, après la perte des droits du foot », Les Echos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    56. Etienne Moatti, « Maxime Saada (droits TV de la Premier League) : «Une acquisition importante, pas essentielle» », L'ÉQUIPE,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    57. « Canal+ achète le distributeur de chaînes M7 pour un milliard d’euros », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    58. « Canal+ achète le distributeur M7 pour plus d'un milliard d'euros », sur Le Huffington Post, (consulté le ).
    59. « Qu'est-ce que M7, ce groupe racheté un milliard d'euros par Canal+ ? », sur LExpress.fr, (consulté le ).
    60. « Canal+ prévoit de supprimer 500 postes en France », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    61. « Canal veut supprimer 500 postes en France », sur France Bleu, (consulté le ).
    62. « Canal+ France prépare un plan de départs volontaires », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
    63. « Canal+ France va supprimer près de 500 postes via des départs volontaires », sur Europe 1 (consulté le ).
    64. « Canal+ veut supprimer jusqu'à 492 postes », sur Le Figaro, (consulté le ).
    65. « Canal+ investit dans la production de films de Nollywood », sur Les Échos, (consulté le ).
    66. « Canal+ International met la main sur Iroko pour devenir incontournable dans le genre Nollywood », sur www.telesatellite.com (consulté le ).
    67. « Canal+ acquiert des activités d'Iroko, géant de Nollywood », sur Le Figaro, (consulté le ).
    68. Canal+, « Le groupe Canal+ se renforce dans l’industrie Nollywood », sur Agence Ecofin (consulté le ).
    69. Clique : Mouloud Achour accélère sa chute d’audience, Canal+ en zone rouge, toutelatele.com, .
    70. « Vous pourrez bientôt regarder des programmes Netflix via Canal+ », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
    71. Sandrine Cassin, « Netflix va être distribué par Canal+ », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    72. « Dimanche enquêtes. "Netflix sur Canal+, à qui profite le deal ?" : comment la chaîne cryptée s'est résolue à pactiser avec son rival », sur Franceinfo, (consulté le ).
    73. « Droits TV : la Ligue des champions pour Canal +, beIN Sports et TF1 - Foot - Droits TV », sur L'Équipe (consulté le ).
    74. a et b « Droits du foot : la très chère « remontada » de Canal+ », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    75. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « Canal+ et les droits du foot, ça sent le bluff pourri », sur Les Jours, (consulté le )
    76. Yves Jaeglé, « Droits du foot : Canal + revient dans le match », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    77. « Canal+ sera bien le distributeur exclusif de Disney+ en France », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
    78. Marie Turcan, « Disney+ reporte son lancement en France à la demande du gouvernement, mais pas ailleurs en Europe », sur Numerama, (consulté le )
    79. « Disney+ : Canal+ sera le distributeur exclusif de la plateforme en France », sur ozap.com (consulté le ).
    80. Marie Turcan, « Oui, vous pourrez regarder Disney+ sans passer par Canal+ », sur Numerama, (consulté le ).
    81. « Canal+ : L'affiche du Top 14 remplace celle de la Ligue 1 le dimanche soir à partir de la saison prochaine », sur ozap.com (consulté le )
    82. « Top 14 : deux affiches en prime time sur Canal+ la saison prochaine - Rugby - Top 14 », sur L'Équipe (consulté le )
    83. Thibault Perrin, « Top 14 - Nouvelle programmation et retour du match du vendredi soir dès 2020/2021 », sur Le Rugbynistère, (consulté le )
    84. « Coronavirus : Canal + devient gratuit pour tous, OCS en clair pour les clients Orange », sur Les Inrocks, (consulté le )
    85. « Canal + : la fin de la gratuité pour tous fin mars », sur SudOuest.fr (consulté le )
    86. Marc Rees, « Canal+ gratuit : Pascal Rogard, furibard », sur www.nextinpact.com, (consulté le )
    87. « Canal+ fait machine arrière sur son offre en clair », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    88. « CSA : Canal + sommé de redevenir payant après le 31 mars », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
    89. foot-national.com, « Ligue 1 : Maxime Saada et Canal+ assignent Mediapro en justice », sur Foot National, (consulté le )
    90. « Diffusion des matchs de Ligue 1 : Canal+ assigne Mediapro pour « inégalité de traitement » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
    91. « Maxime Saada : « Canal + assigne Mediapro en justice » - Foot - Médias », sur L'Équipe (consulté le )
    92. « Nicolas Dumont en partance de Studiocanal », sur Le Film Français (consulté le )
    93. « Bolloré : souriez, vous êtes viré », sur Les Jours, (consulté le )
    94. « «Si on ne le faisait pas…» : les soutiens de Sébastien Thoen, viré de Canal +, incités à se dédire », sur Le parisien,
    95. Benjamin Lagues et Jérémie Fabre, « Actualité des médias : Vincent Bolloré à l'offensive, procès-bâillons et entraves à la liberté d'informer… », sur Acrimed,
    96. « Canal+ diffusera quatre Grands Prix de Formule 1 en clair et enregistre une hausse d’abonnés de 7% en 2020. », sur Sport Strtatégies (consulté le )
    97. « Le groupe Canal+ diffusera quatre Grands Prix de F1 en clair », sur L'Équipe (consulté le )
    98. « Canal+ conserve les droits de Sanzaar en France et réalise un record d’audience de F1 », sur Sport Strtatégies (consulté le )
    99. (en) « French TV company Canal+ acquires 70% stake in media group SPI International », sur Reuters,
    100. Olivier Ubertalli, « EXCLUSIF. Canal+ ne diffusera plus le Festival de Cannes », sur Le Point, (consulté le )
    101. « Canal+ pourrait ne plus diffuser le festival de cannes », sur LEFIGARO, (consulté le )
    102. « Canal+ gagne des abonnés, selon la maison-mère Vivendi », sur L'Équipe (consulté le )
    103. « Chronologie des médias : Délais raccourcis pour voir les films sur Canal+ et les plateformes de streaming », sur ozap.com, (consulté le )
    104. « Paramount+ sera disponible en France dès décembre 2022 - KultureGeek », sur kulturegeek.fr, (consulté le )
    105. « Droits TV : Canal+ rafle la mise pour la nouvelle Ligue des champions », sur Le Parisien (consulté le )
    106. « Canal+ arrête de diffuser les chaînes TF1 en raison d'un désaccord commercial », sur igen.fr, (consulté le ).
    107. « TF1 va porter plainte contre Canal+ après l’arrêt de la diffusion de ses chaînes », sur francetvinfo.fr, (consulté le )
    108. a et b https://www.lalettre.fr/fr/medias_audiovisuel/2023/07/03/avec-c8-cnews-et-meme-canal_-vincent-bollore-engrange-les-pertes-par-millions,109999085-gel Antoine Cariou : « Avec C8, CNews et même Canal+, Vincent Bolloré engrange les pertes par millions », publié le 3 juillet 2023, Lalettre.fr
    109. Habillage 2003-2007 sur http://on-off-productions.com (consulté le ).
    110. Habillage 2007-2009 sur http://on-off-productions.com (consulté le ).
    111. Non trouvée le 8 septembre 2022, .ozap.com
    112. "Canal+ / Le Placard".
    113. "Canal+ / The bear".
    114. Christophe Guilluy, No Society. La fin de la classe moyenne occidentale, Flammarion, 2018, p. 89 et suiv.
    115. François Taillandier, La chaîne de gôche, humanite.fr, .
    116. « Eric Zemmour : conférence sur son livre "Le suicide français" » (consulté le )
    117. Albin Michel, Le Suicide français - Eric Zemmour (lire en ligne)
    118. « VIDEO. Marine Le Pen ne veut plus "donner d'argent" à Canal+, chaîne de "bobos méprisants" », sur Franceinfo, (consulté le )
    119. « Marine Le Pen et les bobos de Canal + : Eric Zemmour est 100% d'accord », sur TF1 INFO, (consulté le )
    120. « Marine Le Pen se désabonne de Canal+, ces "bobos méprisants" », sur Europe 1, (consulté le )
    121. « Eric Zemmour : "Canal+, la chaîne du mépris du peuple français" », sur TéléObs, (consulté le )
    122. « Sur iTélé, Eric Zemmour : "Canal+ ? C'est la chaîne du mépris du peuple français" », sur Figaro Live, (consulté le )
    123. « Canal+ : vingt ans, l'âge des défis » sur le site Les Échos, .
    124. « Secteur privé de la télévision » sur le site fr.jurispedia.org, .
    125. « Solide, Canal+ a séduit 457 000 nouveaux abonnés en 12 mois dans l’Hexagone », sur Univers Freebox, (consulté le )
    126. « Comment Canal Plus gonfle son nombre d'abonnés (par J. Henni) », sur BFM TV, (consulté le )
    127. « Audiences avril : TF1 se maintient, France 2 recule, M6 en difficulté, W9 remonte », ozap.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
    128. « Audiences janvier : TF1 à l'un de ses plus bas niveaux, France 2 en grande forme, Gulli et CStar en difficultés », sur ozap.com (consulté le )
    129. « Audiences février : TF1 leader, France 2 en forme, France 5 et RMC Story ai plus haut, NRJ 12 au plus bas depuis 2009 », sur ozap.com (consulté le )
    130. « Audiences mars : TF1 leader en baisse, France 2 brille, record historique pour BFMTV, LCI et Franceinfo », sur ozap.com (consulté le )
    131. « Audiences avril : TF1 petit leader, France 2 en forme, M6 reprend des couleurs, Arte, RMC Découverte et LCI au plus haut », sur ozap.com (consulté le )
    132. « Audiences mai : TF1 reprend des couleurs, F2 se tasse, F3, M6, BFMTV, les RMC et LCI en forme, F4 au plus bas », sur ozap.com (consulté le )
    133. « Audiences juin : TF1 leader en baisse, France 3 et W9 en forme, Arte et RMC Story au top », sur ozap.com (consulté le )
    134. « Audiences juillet : TF1 leader, M6 au plus bas, records historiques pour Arte, les RMC, TF1SF et Franceinfo », sur ozap.com (consulté le )
    135. « Audiences septembre : TF1 petit leader, F2 et F3 très en forme, C8 battue par TMC, W9, Arte et BFMTV, CNews au top », sur ozap.com (consulté le )
    136. « Audiences octobre : TF1 leader, M6 et BFMTV en forme, Arte au top, record historique pour CNews, F4 et C8 dévissent », sur ozap.com (consulté le )
    137. « Audiences novembre : TF1 leader au-dessus des 20%, M6 stable, les chaînes info au top, France 4 s'enfonce », sur ozap.com (consulté le )
    138. « Audiences décembre : TF1 et M6 au plus haut en 2020, Arte et TMC à égalité, CNews en hausse, France 4 chute », sur ozap.com (consulté le )
    139. « Audiences annuelles 2020 : TF1 petit leader, F2, F3 et M6 en hausse, les chaînes info au top, C8 dévisse », sur ozap.com (consulté le )
    140. « Audiences janvier : TF1 en forme, BFMTV 6e chaîne de France devant Arte et TMC, record historique pour CNews », sur ozap.com (consulté le )
    141. « Audiences février : TF1 leader en forme, F2 en hausse, M6 au top grimpe sur le podium, Arte et CNews survitaminées », sur ozap.com (consulté le )
    142. « Audiences mars : TF1 à la fête, M6 au top sur les FRDA-50, record historique égalé pour CNews, France 4 en souffrance », sur ozap.com (consulté le )
    143. « Audiences avril : TF1 et M6 en forme, France 2 stable, France 5 5e mais en baisse, BFMTV agrandit l'écart avec CNews », sur ozap.com (consulté le )
    144. « Audiences mai : TF1 frôle les 20%, France 2 en forme, M6 et F3 au coude-à-coude, record historique pour CNews », sur ozap.com (consulté le )
    145. « Audiences juin : TF1 petit leader, France 2 et M6 bondissent, TMC bat France 5, BFMTV creuse l'écart avec CNews », sur ozap.com (consulté le )
    146. « Audiences juillet : TF1 solide, France 2 et France 3 s'envolent, M6 faiblarde, BFMTV tient en respect CNews », sur ozap.com (consulté le )
    147. « Audiences août : TF1 recule, F2 et F3 à un bon niveau, M6 en difficulté, records pour BFMTV et CNews », sur ozap.com (consulté le )
    148. « Audiences septembre : TF1 solide leader creuse l'écart, F2 et F3 souffrent, rentrée record pour BFMTV et CNews », sur ozap.com (consulté le )
    149. « Audiences octobre : TF1 solide leader, M6 double F3, C8 en forme, CNews se rapproche de BFMTV », sur ozap.com (consulté le )
    150. « L'audience de la télévision au mois de Novembre 2021 », sur mediametrie.fr (consulté le )
    151. « Audiences décembre : TF1 proche de son plus bas historique, F2 et F5 paradent, M6 souffre, les chaînes infos en hausse », sur ozap.com (consulté le )
    152. « Audiences annuelles 2021 : TF1 leader en hausse, F2 au top réduit l'écart, records historiques pour CNews et RMC Story », sur ozap.com (consulté le )
    153. « Audiences janvier : TF1 leader très faible, France 2 et France 3 à la fête, M6 en baisse, C8 et TMC à égalité », sur ozap.com (consulté le )
    154. « Audiences février : TF1 leader égale son plus bas historique, F2 et F3 boostées par les JO, les chaînes info au top », sur ozap.com (consulté le )
    155. « Audiences mars : TF1 en petite forme, France 3 et M6 font jeu égal, records historiques pour les chaînes info », sur ozap.com (consulté le )
    156. « Audiences avril : TF1 leader en forte baisse, F2 progresse, M6 faible, BFMTV et LCI bondissent », sur ozap.com (consulté le )
    157. « Audiences mai : TF1 leader en nette baisse, F2 en hausse, F3 plus forte que M6, BFMTV et LCI au top », sur ozap.com (consulté le )
    158. « Audiences juin : TF1 limite la casse, M6 souffre, BFMTV en forme, record historique égalé pour L'équipe », sur ozap.com (consulté le )
    159. « Audiences juillet : TF1 et M6 au plus bas historique, France Télévisions rafle la mise », sur ozap.com (consulté le )
    160. « Audiences TV TNT (Août 2022) : LCI au coude à coude avec CNews, TF1 Séries Films chute, BFMTV puissante... », sur toutelatele.com (consulté le )
    161. « Audiences septembre 2022 : La crise avec Canal+ fait plonger la moyenne de TF1 à son plus bas historique », sur ozap.com (consulté le )
    162. « Audiences octobre 2022 : TF1 égale sa pire audience historique, M6 plonge, C8 en forme, record pour LCI proche de CNews », sur ozap.com (consulté le )
    163. « Audiences novembre 2022 : TF1 dopée par la Coupe du monde, France 3 double M6 qui s'effondre, succès confirmé pour LCI », sur ozap.com (consulté le )
    164. « L'audience de la télévision en 2022 », sur mediametrie.fr (consulté le )
    165. « Audiences annuelles 2022 : TF1, historiquement faible mais leader devant France 2, M6 à son plus bas depuis 1992 », sur oazp.com (consulté le )
    166. « Audiences janvier 2023 : TF1 leader en baisse avec France 2 à ses trousses, M6 dévisse encore, C8 double Arte et TMC », sur ozap.com (consulté le )
    167. « Audiences février 2023 : France 2 grossit dans le rétroviseur de TF1, France 3 en nette baisse, LCI progresse encore », sur ozap.com (consulté le )
    168. « Audiences mars 2023 : TF1 respire, France 2 grignote son retard, C8 s'envole, BFMTV et franceinfo: trébuchent », sur ozap.com (consulté le )
    169. « Audiences avril 2023 : TF1 leader à la peine devant France 2 qui remonte, belle percée de France 3 et C8, BFMTV chute », sur ozap.com (consulté le )
    170. « Audiences mai 2023 : TF1 leader stable, France 2 progresse encore, record historique pour LCI qui rattrape CNews », sur ozap.com, (consulté le )
    171. « Audiences juin 2023 : France 2 réduit encore l'écart avec TF1, France 3 dévisse, M6 s'enfonce sous les 8% », sur ozap.com, (consulté le )
    172. « Audiences juillet 2023 : TF1 s'impose au finish contre France 2 au terme d'un match à suspense », sur ozap.com, (consulté le )
    173. « Audiences août 2023 : TF1 à la fête grâce au XV de France et l'information, plus mauvais mois de l'année pour France 2 », sur ozap.com, (consulté le )
    174. « Audiences septembre 2023 : TF1 à son plus haut niveau de l'année, dopée par le rugby, M6 fait jeu égal avec France 3 », sur ozap.com, (consulté le )
    175. « Audiences octobre 2023 : Record de l'année pour TF1, M6 double France 3, une première depuis 17 mois », sur ozap.com, (consulté le )
    176. « Audiences novembre 2023 : TF1 leader en baisse, France 2 s'envole, France 3 reprend l'avantage sur M6, TMC au plus haut depuis 4 ans », sur ozap.com, (consulté le )
    177. « Audiences annuelles 2023 : TF1 leader quasi-stable, France 2 en forte hausse, France 3 plonge, M6 s'enfonce », sur ozap.com, (consulté le )
    178. « Audiences janvier 2024 : TF1 démarre l'année en beauté, France 2 dévisse, M6 en grande difficulté, C8 dégringole au classement », sur ozap.com, (consulté le )
    179. « Audiences février 2024 : TF1, leader et seule chaîne du top 6 en progression, France 2 dégringole, M6 à son plus bas depuis 30 ans », sur ozap.com, (consulté le )
    180. « Audiences mars 2024 : TF1, seule chaîne du top 4 à progresser, s'envole, France 2 recule, le leadership de France Télévisions menacé au classement des groupes », sur ozap.com, (consulté le )
    181. « Audiences avril 2024 : TF1 en nette hausse sur un an, France 2 et France 3 en repli, BFMTV devance d'un cheveu CNews, belle progression pour TF1 Séries Films », sur ozap.com, (consulté le )
    182. « Audiences mai 2024 : TF1, leader conforté, France 2 sous les 15%, record de saison pour Canal+ », sur ozap.com, (consulté le )
    183. Selon l'AFP « Les négociations salariales au sein de Canal+ ont été rompues », sur le site de Télé Satellite, .
    184. « Condamné pour « vente forcée », Canal + paye une lourde amende », sur www.20minutes.fr (consulté le )
    185. a et b Maxime Carsel, « Canal+ veut garder le mot "planète" pour lui tout seul », sur Reporterre, .
    186. « Ménès : les quatre minutes que Canal+ a voulu cacher », sur Les Jours,
    187. « Violences sexuelles: Canal+ mis en cause pour son soutien à Pierre Ménès », sur MediaPart,
    188. « L'autre extrait de Pierre Ménès coupé du doc de Canal + dévoilé par "Les Jours" », sur HuffPost,
    189. « Pierre Ménès, des insultes et des propos racistes qui choquent », sur Sports.fr,
    190. « Marie Portolano au sujet de Pierre Ménès : « On est en train de réduire ce combat à un seul homme » », sur Ouest France,
    191. « Marie Portolano sort du silence après son documentaire et appelle à ne pas réduire le problème à Pierre Ménès : "Un système à combattre" », sur Télé Loisir,
    192. « L'humoriste Sébastien Thoen remercie les journalistes de Canal+ qui l'ont soutenu », sur Europe 1,
    193. « Canal+ : Stéphane Guy va contester son licenciement devant les prud'hommes », sur Pure Medias,
    194. « Canal+ : Stéphane Guy avait déjà pris un carton jaune », sur Foot 01,
    195. « Canal +: des salariés sous pression après avoir signé une pétition en soutien à Sébastien Thoen », sur HuffPost,
    196. « Marie Portolano part de Canal+ pour rejoindre M6 », sur Le Parisien,
    197. « Canal+ condamné aux prud’hommes pour le licenciement du commentateur sportif Stéphane Guy », sur Le Monde, (consulté le )
    198. « CANAL+ GROUPE », sur actionnaires.canalplus.fr.
    199. BFM BUSINESS, « L'arme secrète de Bolloré pour contrôler Vivendi à peu de frais ».
    200. Serge Paradowski, « De la rue Saint-Honoré à la rue des Cévennes »
    201. « Canal Plus : identité et bilans », sur www.societe.com (consulté le ).
    202. « Open d'Australie diffusé en 3D sur Canal+3D », sur le site hdnumerique.com, .
    203. « Canalwin et l'offre de Ladbrokes en France : Premier site agréé à avoir fermé ses portes en France. », sur www.parierenfrance.com.
    204. Canal+ s'offre une vitrine à Vélizy 2, LeParisien.fr.
    205. Canal+ lance son incubateur de start-up, Les Échos, .
    206. « ျမန္မာႏိုင္ငံကို ေရာက္ရွိလာတဲ့ ျပင္သစ္အေျခစိုက္ Canal+ Myanmar အခေပး ႐ုပ္သံလိုင္း », sur ဧရာဝတီ,‎ (consulté le ).
    207. « Télé notre Histoire : la fin du 819 lignes », sur le site www.telesatellite.com, .
    208. « KingOfSat - Historique des news », sur fr.kingofsat.net.
    209. BFM Business, « Et si Canal Plus cessait d'être diffusée sur la TNT? », sur BFM Business (consulté le ).
    210. « Vers un départ de CANAL+ de la TNT ? », sur www.telesatellite.com (consulté le ).
    211. « La fréquence TNT de Canal+ renouvelée pour 3 ans », sur Ouest-France (consulté le )
    212. « Canal+ renouvelé pour 18 mois sur la TNT jusqu'au 5 juin 2025 », sur CANAL+ Assistance (consulté le )
    213. « « Canal Ready » La jungle des logos » sur le site de Que-Choisir, .
    214. Le livre d'Ollivier Pourriol lu à la manière du Grand Journal, Laurence Debril, lexpress.fr, .

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes