Bloqués

Bloqués
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la série.
Type de série Série télévisée
Genre Shortcom, humour
Création Kyan Khojandi
Bruno Muschio
Orelsan
Gringe
Harry Tordjman
FloBer
Production My Box Productions
Acteurs principaux Orelsan
Gringe
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Canal+
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 120 + 1 bonus
Durée 1 à 5 minutes
Diff. originale
Site web canalplus.fr/c-humour/pid8256-c-bloques.html
Chaîne YouTube

Bloqués est une série télévisée française en cent-vingt épisodes (plus un épisode bonus) créée par Kyan Khojandi, Bruno Muschio, Orelsan, Gringe et Harry Tordjman. Elle est diffusée du au sur Canal+ au sein de l'émission Le Petit Journal pendant une saison unique.

Série humoristique de type shortcom composée d'épisodes courts de 1 à 5 minutes, Bloqués se déroule dans un seul décor avec un cadre fixe, un appartement habité par deux amis colocataires trentenaires désœuvrés qui philosophent et refont le monde, affalés sur un canapé. Les deux personnages principaux sont interprétés par les rappeurs français Orelsan et Gringe du duo des Casseurs Flowters, qui se parodient eux-mêmes dans la série.

Lors de sa diffusion initiale à la télévision, la série est bien accueillie par le public, les épisodes étant ensuite mis en ligne sur le site de partage vidéo YouTube. Malgré un début de polémique venant de certains milieux féministes, l'accueil critique de la série est généralement positif, les commentateurs saluant un humour décalé et impertinent, caractéristique de « l'esprit Canal+ ».

Synopsis

Les deux protagonistes de la série, Orel et Gringe, sont deux trentenaires vivant en colocation dans un appartement[1] d'un immeuble d'habitation[note 1]. Le lieu n'est jamais précisé, mais on suppose qu'il s'agit de la région parisienne. Comme l'indique le synopsis officiel de Bloqués : « en attendant qu'il se passe quelque chose, ils ont décidé de ne rien faire »[2].

Les deux amis, chômeurs (mais ayant parfois des petits boulots) et la plupart du temps célibataires, semblent être restés d'éternels adolescents[3] : leur appartement, notamment le salon où ils passent le plus clair de leur temps, est jonché de restes alimentaires ou d'emballages vides[MO 1] ; par ailleurs, leurs centres d'intérêts sont majoritairement axés sur la sexualité et la culture geek[MO 2].

Comme « bloqués » dans ce mode de vie, les deux compères sont souvent vus affalés sur le canapé du salon[4]. Ils passent généralement leurs journées à discuter, à se « lancer des punchlines » ou à s'asticoter, à faire des activités qui leur plaisent ou à élaborer des réflexions humoristiques, souvent absurdes mais parfois plus profondes[3]. Pour égayer leur vie morne, ils reçoivent de temps en temps la visite de Serge, leur ami mythomane qu'ils appellent lorsqu'ils s’ennuient trop.

La série ne s'appuie pas sur une trame narrative continue, chaque épisode étant indépendant, avec cependant des rappels à certains épisodes de temps en temps.

Cependant, dans le dernier épisode de la série, Gringe prend conscience de la médiocrité de leur mode de vie et tente d'en sortir, avant de se raviser[EP 1]. Orelsan déclare alors que « la boucle est bouclée » avant de reprendre la première réplique de Gringe dans le premier épisode (« Tu ferais quoi si t'étais riche ? »), ce qui sous-entend que la série n'est qu'une boucle sans fin[EP 2], justifiant ainsi son titre, Bloqués.

Fiche technique

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Personnages

Minimaliste et axée sur deux personnages principaux, la série ne fait au total apparaître que cinq personnages à l'écran.

Personnages principaux

Orelsan et Gringe, les deux acteurs de la série, ici en concert en 2014.
  • Orel : Aurélien, dit Orel, est un trentenaire vivant en collocation avec son ami Gringe. D'apparence négligée, il est généralement habillé de façon décontractée, avec une casquette à l'envers sur la tête. Le personnage est caractérisé par une gentillesse et une naïveté souvent abusives[MO 3], ce qui donne souvent lieu à des gags. Il s'exprime la plupart du temps d'une voix lente et éteinte, et ses remarques sont souvent idiotes voire absurdes, sans pour autant qu'il ne s'en rende compte. Cependant, il lui arrive parfois de faire preuve d'une étonnante lucidité[MO 4].
  • Gringe : Gringe, dont on apprend dans l'épisode 3 qu'il se nomme Guillaume Tranchant[note 2],[EP 3], est le colocataire et vieil ami d'Orel, trentenaire comme lui. Son caractère est à l’opposé de celui d'Orel, parlant d'un ton assuré, souvent cynique, et endossant le rôle du « grand frère » pour expliquer la vie à son compère[MO 5]. Si Gringe semble plus vif et moins naïf qu'Orel, il est cependant bien moins moral et souvent égoïste, voire manipulateur et colérique. Son signe distinctif est son bonnet noir qu'il porte presque toujours sur la tête. Habillé de façon streetwear (pantalon et haut de survêtement), il est parfois vu portant des lunettes.

Personnages secondaires

  • Serge, dit « Serge le Mytho » : ami de Gringe et Orel, Serge est un personnage récurrent qui leur rend visite de temps en temps, invités par les deux amis. Caractérisé par une mythomanie grandiloquente et une haute estime de lui-même, ses histoires abracadabrantesques donnent lieu à des épisodes entiers où il relate avec force imagination les prétendues aventures, toujours invraisemblables, qui lui seraient arrivées[5], étant à l'origine (selon lui) de faits ou de découvertes incroyables, et croisant les personnalités les plus influentes de l'époque. Serge, qui semble réellement croire à ses histoires, ignore que ses amis se moquent de lui et l'appellent « le mytho ».
  • La « meuf cool » : cette jeune femme, dont on ignore le nom, apparaît uniquement dans l'épisode 68. Vêtue d'un pyjama, elle arrive dans le salon après avoir dormi dans la chambre d'Orel. Elle est présentée comme une amie et partenaire sexuelle régulière d'Orel. Gringe tente de la séduire, en vain, en la qualifiant de « cool » de façon abusive, d'où son surnom[EP 4].
  • Claude, dit « le plombier gênant » : personnage qui apparaît uniquement dans l'épisode 98. Claude est un plombier qui vient effectuer des réparations chez Orel et Gringe. Il est caractérisé par un bleu de travail, un physique massif avec une barbe épaisse et une grosse voix. Bien qu'il ne semble ne pas connaître les deux protagonistes, il s'introduit dans leur conversation et commence à décrire ses propres comportements sexuels et sociaux, étranges, ce qui met les deux locataires assez mal à l'aise[EP 5]. Le personnage s'apparente au stéréotype du beauf.

Épisodes

Diffusion

La diffusion des cent-vingt épisodes commence à la rentrée 2015, le 7 septembre, sur Canal+, au sein de l'émission Le Petit Journal présentée par Yann Barthès. Elle s'achève près un an plus tard, le , l'idée d'une deuxième saison ayant été écartée[3]. Chaque épisode est mis en ligne sur la plateforme de partage YouTube après sa diffusion[2].

Le , plus d'un mois après l'arrêt de la diffusion de la série, un épisode spécial de plus de 8 minutes est mis en ligne sur le site de Canal+ ainsi que sur la chaîne YouTube de la série. Il se nomme : 8'30 avec Serge le Mytho et Brad Pitt et met en scène Serge le Mytho racontant à Orel et Gringe sa prétendue rencontre avec l'acteur américain Brad Pitt[EP 6].

Liste

Production

Pré-production

Photo de Kyan Khojandi de face, pris sur un fond gris foncé sobre avec une zone plus lumineuse au niveau de sa tête.
Kyan Khojandi en 2016.

Les créateurs, Kyan Khojandi et Bruno Muschio, dit « Navo », se font connaître en 2011 avec la série Bref., diffusée sur Canal+. La série, composée d'épisodes courts au rythme survolté, fait preuve d'un humour décalé qui rencontre un franc succès auprès du public et de la critique[8]. Pour les trente ans de la chaîne, en 2014, les créateurs sont donc de nouveau sollicités pour réaliser un épisode spécial de Bref., comportant de nombreux invités, dont les rappeurs Orelsan et Gringe[MO 6].

Amis depuis quinze ans[9], ceux-ci forment alors un duo, les Casseurs Flowters, dont le premier album, paru en 2013, est certifié disque d'or en janvier 2014[10],[note 4]. Khojandi connaît également Orelsan personnellement et en est un fan notoire : en 2012 il vantait déjà son deuxième album solo Le Chant des Sirènes dans une interview accordée sur YouTube au blogueur Thomas Clément[11]. La même année, l'humoriste avait fait une apparition dans l'un de ses concerts et avait interprété le titre La Petite Marchande de Porte-Clefs à l'alto[12].

Séduits par la collaboration réalisée avec Orelsan et Gringe pour les trente ans de Canal+, les créateurs leur proposent alors de réaliser une nouvelle série dont ils seraient les personnages principaux[MO 7]. Les deux rappeurs acceptent, et le pilote est validé par la chaîne qui accepte à son tour de produire et diffuser la série[MO 8].

Les deux rappeurs ne sont pas totalement novices dans le domaine du cinéma lorsque commence le tournage de Bloqués : en effet, dans la même période, les deux amis œuvrent à la création de leur propre film, Comment c'est Loin, qui sort en salle le . Les deux œuvres peuvent d'ailleurs être rapprochées : Orelsan et Gringe y jouent leur propre rôle, et dépeignent la vie de deux trentenaires un peu « losers », thème central des chansons des Casseurs Flowters[3].

Écriture

En plus des deux créateurs de Bref., Kyan Khojandi et Bruno Muschio, Orelsan et Gringe participent directement à l'écriture du scénario. L'équipe des scénaristes est par ailleurs composée de Florent Bernard, dit « FloBer », et de Clément Cotentin, le frère cadet d'Orelsan, journaliste chez Canal+[14].

L'épisode pilote ne comportait pas de cadre précis, laissant les acteurs voguer au gré de leur inspiration. Finalement, les scénaristes décident de donner un thème bien précis à chaque épisode[1]. Le choix d'un cadre fixe et d'un décor minimaliste, avec seulement deux personnages, fait dire à Muschio qu'il s'agit de « l'anti-Bref. », car ladite série s'était fait remarquer par son montage survolté et ses très nombreux plans[15].

À l'origine, les scénaristes s'adaptent à l'univers d'Orelsan et Gringe, ainsi qu'aux personnages de « loosers » qu'ils se sont créés dans le premier album des Casseurs Flowters[MO 9]. Cependant, au fil de l'avancement de la série, les deux personnages deviennent plus marqués pour renforcer l'effet comique[MO 10]. Selon Gringe, leurs dialogues sont inspirés de vraies discussions entre amis, dont on n'aurait gardé que « le nectar de la connerie »[MO 11].

« Il y a une philosophie du « mongol ». Il y a le côté : « ah c'est mongol ! » Moi je me souviens, quand j'avais écouté l'album des Casseurs Flowters, je leur avais dit : « ah il est bien votre album, il est un peu mongol ! » Et ils étaient là : « ah merci mec ! » [...] Ça aurait pu être mal pris, mais en fait ce côté « on s'en bat les couilles » il est retranscrit un peu dans cette série. Le côté « ils se font beaucoup plus bêtes qu'ils sont ». Ça les amuse de se faire beaucoup plus bêtes qu'ils sont, en fait. »[MO 12].

— Bruno Muschio à propos du jeu d'Orelsan et Gringe.

Personnage récurrent, Serge le Mytho est écrit spécialement pour Jonathan Cohen. En effet, les créateurs apprécient Cohen qui a déjà interprété le rôle de Charles dans Bref. aux côtés de Kyan Khojandi, et décident de l'inviter sur le plateau de Bloqués pour incarner « un personnage de mytho »[SLM 1]. En revanche, l'acteur n'a encore jamais rencontré Orelsan et Gringe[SLM 2]. Particulièrement impliqué dans son rôle, Jonathan Cohen séduit les rappeurs et réalise tous les « mythos » de Serge en improvisation totale[SLM 3].

Après plusieurs mois d'écriture, l'équipe de six scénaristes remet trente épisodes à la chaîne. Mais, à leur grande surprise, ils apprennent que la commande ne portait en fait pas sur trente mais bien cent-vingt épisodes, ce qui les pousse à imaginer quatre-vingt-dix épisodes supplémentaires[1].

Tournage

Le tournage de Bloqués débute sous la direction de Kyan Khojandi et Bruno Muschio dans les studios de Luc Besson, sur le site de la Cité du Cinéma, à Saint-Denis[MO 13]. Cependant, en janvier 2016, le réalisateur réquisitionne l'ensemble des studios afin de tourner son propre film, Valérian et la Cité des mille planètes[16]. L'équipe de tournage est alors contrainte de s'installer à Stains, au Studios SETS[MO 14]. Le décor est entièrement reconstitué au millimètre près, afin que la différence ne soit pas perceptible[MO 15].

Décors

La série ne possède qu'un seul décor, filmé avec un cadre fixe[MO 16]. Il s'agit d'un salon d'appartement d'étudiant, situé dans un immeuble. Les créateurs du décor n'ont pas voulu que cet appartement ait l'air trop parisien, mais au contraire qu'il évoque l'origine caennaise du duo[MO 17]. La plupart des scènes se passent de nuit, comme en témoigne l'éclairage au sodium de la rue qui filtre par la fenêtre[MO 18], sur la droite des protagonistes.

Les créateurs ont voulu que ce décor illustre le mode de vie décadent d'Orel et Gringe : le sol est souvent sale et parsemé des déchets, l'évier de la cuisine est constamment couvert de crasse et rempli de vaisselle sale[MO 19]. L'éclairage, formé de deux lumières verte et orange, est censé être esthétique mais aussi « enterrer » les deux compères dans un environnement « un peu glauque »[MO 20]. Cependant, on peut observer que la vie est présente dans le décor, puisque les éléments sont bougés entre les épisodes[MO 21].

Bande originale

Le générique, emblématique, est présent au début et à la fin de chaque épisode. Il s'agit d'un sample de l'instrumentale d'une chanson des Casseurs Flowters, Deux Connards dans un Abribus, parue dans l'album Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters[17]. Certaines scènes sont également accompagnées par cette musique en arrière-plan. La voix qui conclut chaque épisode par « bloqués » est celle d'Orelsan : elle est issue d'une autre chanson des Casseurs Flowters, intitulée Bloqué, à laquelle le nom de la série fait évidemment référence[MO 22],[18].

Accueil

Spectateurs et critique

La série connaît un accueil plutôt favorable auprès du public, déjà fidélisé par Bref. ainsi que, pour certains, par l'univers des Casseurs Flowters. Au dernier jour de diffusion, Kyan Khojandi dénombre environ 700 000 abonnés sur la chaîne YouTube de la série[19].

Le quotidien suisse Le Temps salue la série ainsi que son travail d'écriture, la décrivant comme « la crème des séquences comiques courtes à la française »[1]. Le site spécialisé Allociné classe Bloqués parmi les dix meilleures séries françaises de l'année 2015, avec une note moyenne de 4/5 attribuée par les internautes au . Le site SensCritique, de son côté, est plus mitigé et affiche une note moyenne de 6,4/10[22]. Le magazine spécialisé Première rend également hommage à l'écriture de Bloqués, estimant que la série fait preuve d'une grande modernité en retranscrivant la vie des « trentenaires adulescents » et surpasse l'ensemble des formats courts français, tout en prenant le risque de ne pas viser « un public plus familial et donc plus consensuel ». La magazine regrette toutefois l'absence d'un « interprétation inventive » qui aurait réellement permis à la série de faire la différence[23].

L'épisode 55, consacré à l'association Make-A-Wish qui propose de réaliser le rêve des enfants hospitalisés[EP 7], cause l'agréable surprise de l'association qui affirme ne pas avoir été mise au courant de l'écriture de cet épisode et donc qu'il ne s'agit pas d'une opération promotionnelle. L'association se dit « ravie » de la diffusion du sketch et adresse des remerciements à Orelsan et Gringe[24].

Polémique

Dès les premiers épisodes de la série, les auteurs sont accusés par des militantes féministes de sexisme, arguant des réflexions donnant des images stéréotypées de la femme[25]. Depuis la polémique de sa chanson Sale Pute en 2009, qui l'a amené devant les tribunaux, Orelsan est par ailleurs régulièrement accusé de sexisme voire de misogynie[26]. La militante et journaliste Éloïse Bouton signe dans le Huffington Post une tribune contre la série, relançant le débat des limites de l'humour[27]. Le magazine en ligne MadmoiZelle exprime un avis plus nuancé, estimant que les créateurs de Bloqués étaient dans leur droit en écrivant ce sketch, mais se questionne sur la pertinence d'un tel humour, même au second degré[27].

« Bloqués, le nouveau programme court de Canal + diffusé tous les soirs dans Le Petit Journal promeut une image déplorable et stéréotypée des femmes et des hommes. Au nom de l'humour et sur fond de « coolitude » adulescente, le sexisme est roi. C'est ça l'esprit Canal ? […] Chaque jour nous offre une variation sur un thème avec le binôme qui se lance dans une pseudo joute verbale [...] Les femmes, quoique absentes à l'image, sont omniprésentes du discours des comédiens. […] Le 17 septembre dernier, dans leur pastille sobrement intitulée Les meuf, on a pu souper de dialogues collectors à faire frémir tout poil féministe. Florilège : « Ne jamais acheter de fringues à une meuf. » « Pourquoi? » « Si c'est trop petit, elle va croire qu'elle est trop grosse, si c'est trop grand, elle va croire que tu la trouves trop grosse », « Quand je vois une meuf bonne à côté d'une meuf moche, je peux pas m'empêcher de penser à un escalator à côté d'un escalier » « Ouais, tu la prends que si l'autre c'est mort ! » […] Au-delà des clichés sexistes, le programme excelle dans la resucée de poncifs peu gratifiants pour les hommes, et les rappeurs de surcroît, les réduisant à des frustrés immatures, obnubilés par leurs pénis et allergiques à l'aspirateur. »

— Éloïse Bouton dans le Huffington Post[25].

Bruno Muschio répond à cette polémique par une série de tweets, où il explique se considérer lui-même comme féministe, faisant alors la part des choses entre les pensées de ses personnages et ses propres idées[28]. Par la suite, les auteurs ferment la polémique en consacrant un épisode au féminisme[EP 8], montrant sur le ton de l'humour que les hommes tireraient aussi profit de l'égalité hommes-femmes[29]. Si les détracteurs de la série y ont vu une tentative de se rattraper de la part des créateurs, il s'avère en fait que l'écriture et le tournage de cet épisode sont antérieurs à la polémique[30]. À la suite de cet épisode, MadmoiZelle prend cette fois la défense de la série, affirmant d'ailleurs que la rédaction a été consultée par les scénaristes lors de l'écriture de l'épisode[30]. La rédaction de Première estime, quant à elle, que le supposé sexisme de la série « tient plus du procès d’intention que de la réalité »[23].

« Suis-je d’accord avec le mode de pensée de mes personnages ? Non. Est-ce que je les aime bien quand même ? Oui. [...] Je suis d’accord sur quasi-rien avec Homer Simpson, Barney Stinson, Bender, Nathan de Misfits, etc. mais j’aime ces personnages. Bon bah là, c’est l’histoire de deux losers qui sont bloqués dans leurs vies et leurs têtes. Je les voyais pas parler ingénierie spatiale. Un jour, j’écrirai un personnage avec qui je suis d’accord. Ça me fera du repos et des nouveaux amis. Par contre, je suis pas sûr que ce sera très drôle. [...] C’est sûrement parce que je suis féministe qu’à mes yeux un mec lambda est sexiste. Et que j’en rigole. [...] Je comprends qu’on s’inquiète que des gens se confortent dans leur bêtise à cause de mes blagues. Peut-être que je prête plus de recul qu’il n’en a à mon public. J’aurais l’impression de ne pas le respecter en le traitant comme plus bête que moi. »

— Réponse de Bruno Muschio sur Twitter[31].

Parodies

Les chroniqueurs radio Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek parodient la série, rebaptisée Québlos, en décembre 2015, à l'occasion de la venue d'Orelsan dans leur émission Si tu écoutes, j'annule tout[32].

Lors de la 41e cérémonie des César en février 2016, la maîtresse de cérémonie Florence Foresti et l'actrice Vanessa Paradis parodient la série (Bloquées)[33].

Analyse

Thèmes

Selon Gringe et Orelsan, les thèmes qu'ils abordent depuis quelques années, « l'adulescence, la loose et la peur de l'avenir », sont au centre de cette série, étant aussi au cœur de leur film Comment c'est loin et de leurs albums communs[3].

Comme inspiration pour le duo formé par Orel et Gringe, Kyan Khojandi et Bruno Muschio évoquent les deux souris de la série d'animation américaine Minus et Cortex. Comme Minus, Orel tient le rôle du simplet tandis que Gringe, comparable à Cortex, tient le rôle de cerveau du duo[MO 23]. Ce procédé est fréquent dans les duos comiques, tels Laurel et Hardy.

De grandes similitudes se retrouvent entre l'univers développé par Orelsan et Gringe dans leurs albums puis leur film, et la série. Le titre de la série, « Bloqués », est ainsi directement tiré d'une chanson du premier album, Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters, intitulée « Bloqué », au singulier[34][source insuffisante]. Le concept-même de la série n'est pas entièrement nouveau pour les deux rappeurs : en 2013, leurs premier album duo comporte une chanson intitulée Deux connards dans un abribus, dans laquelle Orelsan et Gringe parlent plus qu'ils ne chantent et enchaînent des remarques humoristiques, exactement comme dans Bloqués[17][source insuffisante].

Malgré le caractère fictif des situations décrites et les différences entre les deux rappeurs et leurs alter-egos fictifs, la dimension autobiographique est loin d'être absente de la série. Gringe raconte ainsi que durant leur jeunesse, il était fréquent que les deux amis traînent ensemble chez Orelsan et discutent de tout et de rien[MO 24]. Orelsan ajoute, sur le ton de l'humour, que certaines blagues qu'il lui arrive de faire seraient même trop bêtes pour être intégrée dans Bloqués[MO 25].

Les créateurs de la série, Khojandi et Muschio, déclarent également se retrouver dans le texte auquel les acteurs donnent vie[MO 26]. Selon Khojandi, la série traite de « l'ennui entre potes » et des idées qui peuvent en émerger, une situation à laquelle chacun pourrait s'identifier[MO 27].

Dans l'épisode 86, Gringe évoque sa relation difficile avec son père, qui est également le thème de la chanson Pièces Détachées de son album solo Enfant lune, sorti en 2018[EP 9],[35].

Univers communs avec Serge le Mytho et Bref

Les deux séries que sont Bloqués et Serge le Mytho se passent dans un univers commun, la seconde étant la continuation directe de la première, Orel et Gringe y apparaissent régulièrement comme interlocuteurs de Serge[SLM 4] ; par ailleurs, le décor de Bloqués a été réutilisé pour certains épisodes de Serge le Mytho.

Dans l'épisode 29 de Serge le Mytho, un clin d'œil des créateurs révèle également que la série Bref., premier shortcom créé par Khojandi et Muschio, se passait également dans le même univers, cinq ans auparavant[SLM 5]. En effet, dans ledit épisode, Orel, Gringe et Serge rencontrent un homme interprété en caméo par Kyan Khojandi lui-même, et qui n'est d'autre que « Je », le héros anonyme de Bref. accompagné de Marla, un autre personnage de cette série[SLM 6]. « Je » identifie Serge comme étant son ami « Charles », le personnage de Bref. incarné par Jonathan Cohen[SLM 7]. On comprend alors que Serge et Charles ne sont qu'une seule et même personne, les tendances mythomanes de Serge expliquant qu'il ait pu mentir sur son prénom[note 5]. Cela implique donc que Bref., Bloqués et Serge le Mytho font bel et bien partie d'un même univers fictif[5].

Série dérivée

Bloqués a donné lieu à une série dérivée centrée sur le personnage de Serge le Mytho. Comprenant trente épisodes, elle a été diffusée sur Canal+ du au . Comme dans Bloqués, Serge raconte ses histoires invraisemblables à différents interlocuteurs. On y découvre également plus d'éléments personnels concernant Serge.

Un film sur Serge le Mytho serait en préparation.

Notes et références

Notes

  1. L'extérieur de l'appartement n'est jamais montré mais, dans un épisode, Orel jette un sac-poubelle par la fenêtre de la kitchenette de l'appartement, qui va s'écraser quelques étages plus bas sur la voiture en stationnement d'un locataire de l'immeuble.
  2. L'identité réelle de Gringe.
  3. Cet épisode, qui portait à l'origine le numéro 56, a été diffusé le sur la chaîne YouTube, mais n'avait pas été diffusé dans Le Petit Journal, probablement afin d'éviter une polémique. L'épisode qui y a été diffusé ensuite était L'embrouille. L'épisode La Liste de Schindler a donc été supprimé pour rester dans la continuité de la diffusion télé, mais s'est finalement vu ré-attribuer le numéro 63 afin d'être diffusé le 24 juin.
  4. Il est plus tard certifié disque de platine, en 2018, avec près de 100 000 exemplaires vendus.
  5. Quand Orel demande à Serge pourquoi « Je » l'a appelé Charles, Serge répond : « C'est une longue histoire. Bref. » Le jeu de mot avec le nom de la série en question ne laisse plus aucun doute sur la concordance des univers.

Références

  1. a b c et d Nicolas Dufour, « OrelSan : "On avait écrit 30 épisodes de "Bloqués", et il a fallu en faire 90 de plus…" », sur Le Temps.ch, .
  2. a b c d et e « Bloqués », sur YouTube.com (consulté le 24 juillet 2016).
  3. a b c d et e Jeanne Masse, « Bloqués s'arrête ce soir sur Canal+… et il n'y aura pas de saison 2 », sur Télé-Loisirs.net, .
  4. « Bloqués (2015) », sur senscritique.com (consulté le 9 juillet 2019).
  5. a et b Myriam Haegel, « Comment Serge le Mytho, sidekick rigolo, est devenu le plus touchant des héros », sur Madmoizelle.com, .
  6. https://www.youtube.com/watch?v=Kd2uG5AuNnw
  7. Isabelle Hanne, « Kyan Khojandi : Bon, «Bref», et après », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 10 juillet 2019).
  8. Aourell Guivarch-Tonnard, « Gringe, l'éternel ado des Casseurs Flowters », sur ouest-france.fr, Ouest France, (consulté le 11 juillet 2019).
  9. « Les deux rappeurs caennais Orelsan et Gringe sont disque d'or ! », sur tendanceouest.com, (consulté le 11 juillet 2019).
  10. « Kyan Khojandi, le mec de Bref se dévoile ! », sur youtube.com, (consulté le 9 juillet 2019).
  11. « « Bref » s'invite dans le concert d'Orelsan au Zénith », sur 20.min.ch, 20 Minutes (consulté le 28 juillet 2019).
  12. Bruno Ahoyo, « SPORT. Clément Cotentin (CANAL+) : "J'ai pris beaucoup de plaisir à réaliser Délivrance" », sur vl-media.fr, (consulté le 10 juillet 2019).
  13. Jordan Servan, « Bloqués : la série “anti-Bref” de Canal+ », sur begeek.fr, (consulté le 16 août 2019).
  14. Jérôme Lachasse, « Valérian: Besson veut en faire un blockbuster à la française », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 10 juillet 2019).
  15. a et b « 16h22 - Deux connards dans un abribus », sur YouTube.com, .
  16. « Casseurs Flowters - Bloqué (Clip officiel) », sur youtube.com, (consulté le 1er août 2019).
  17. « Dernier épisode pour "Bloqués", bastion de l'humour Canal plus », sur huffingtonpost.fr, Le HuffPost, (consulté le 16 août 2019).
  18. « Bloqués (2015) », sur senscritique.com (consulté le 2 août 2019).
  19. a et b « Bloqués : la nouvelle série courte de Canal+ vaut-elle Bref ? », sur premiere.fr, Première, (consulté le 1er août 2019).
  20. Alyson Jouin-Claude, « Bloqués : Orelsan et Gringe font une drôle de surprise à l’association Make-A-Wish », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 16 août 2019).
  21. a et b Éloïse Bouton, « #Bloqués, le sexisme ordinaire "esprit Canal" », sur huffingtonpost.fr, Le HuffPost, (consulté le 24 juillet 2016).
  22. Clio Weickert, « Orelsan, la bête noire des féministes, ne s'est pas assagi », sur 20 minutes.fr, 20 Minutes, (consulté le 16 août 2019).
  23. a et b Clémence Bodoc, « L’humour « Bloqués »… dans nos contradictions », sur madmoizelle.com, (consulté le 2 août 2019).
  24. Lauren Provost, « Le créateur de la série "Bloqués" avec Orelsan s'explique sur les accusations de sexisme », sur huffingtonpost.fr, Le HuffPost, (consulté le 24 juillet 2016).
  25. « Accusés de sexisme, les auteurs de "Bloqués" répondent avec humour », sur huffingtonpost.fr, Le HuffPost, (consulté le 24 juillet 2016).
  26. a et b Clémence Bodoc, « Le féminisme selon "Bloqués", mon épisode préféré », sur madmoizelle.com, (consulté le 16 août 2019).
  27. « La série "Bloqués" avec Orelsan accusée de sexisme, son créateur Bruno Muschio s'explique », sur huffingtonpost.fr, Le HuffPost, (consulté le 16 août 2019).
  28. « "Québlos" : Bloqués à la sauce belge, par Charline et Alex », sur youtube.com, (consulté le 1er août 2019).
  29. « César 2016 : Florence Foresti et Vanessa Paradis parodient "Bloqués" », Capucine Trollion, RTL.fr, 27 février 2016.
  30. « Casseurs Flowters - Bloqué (Clip officiel) », sur YouTube.com, .
  31. Pierre Gaurand, « Gringe se confie sur sa famille en "Pièces Détachées" dans son nouveau clip émouvant », sur mouv.fr, .

Sources

  1. Antoine Annarumma, 1:48 à 1:50
  2. Agnès Sery, 1:33
  3. Gringe, 5:06 à 5:11
  4. Gringe, 5:02 à 5:17
  5. Gringe, 5:18 à 5:23
  6. Harry Tordjman, 0:00 à 0:18
  7. Harry Tordjman, 0:18 à 0:26
  8. Harry Tordjman, 0:28 à 0:34
  9. Bruno Muschio, 3:17 à 3:21
  10. Bruno Muschio, 3:21 à 3:28
  11. Gringe, 9:40 à 9:42
  12. Bruno Muschio, 10:23 à 10:43
  13. Stéphanie Varela, 2:34 à 2:42
  14. Stéphanie Varela, 2:42 à 2:44
  15. Stéphanie Varela, 2:44 à 2:57
  16. Josselin Billot, 2:15 à 2:16
  17. Agnès Sery, 1:21 à 1:34
  18. Josselin Billot, 2:28 à 2:31
  19. Antoine Annarumma, 1:46 à 1:50
  20. Josselin Billot, 2:19 à 2:33
  21. Antoine Annarumma, 1:51 à 1:57
  22. 0:43 à 0:58
  23. Kyan Khojandi et Bruno Muschio, 6:11 à 6:24
  24. Gringe, 9:27 à 9:37
  25. Orelsan, 10:18 à 10:22
  26. Kyan Khojandi, 9:43 à 9:48
  27. Kyan Khojandi, 9:50 à 10:00
  1. Making of, Jonathan Cohen, 0:36 à 0:47
  2. Making of, Jonathan Cohen, 0:48 à 0:52
  3. Making of, Jonathan Cohen, 0:53 à 1:04
  4. Making of, Jonathan Cohen, Orelsan et Gringe, 6:17 à 7:11
  5. Serge le Mytho #29, 5:02 à 5:10
  6. Serge le Mytho #29, 4:56 à 5:00
  7. Serge le Mytho #29, 4:45 à 4:47

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes