Région Bretagne

Bretagne
Région Bretagne
Logo du conseil régional.
Blason de Bretagne
Blason
Drapeau de Bretagne
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Préfecture Rennes
Départements et collectivités territoriales Côtes-d'Armor (22)
Finistère (29)
Ille-et-Vilaine (35)
Morbihan (56)
Arrondissements 15
Cantons 102
Communes 1 208
Conseil régional Conseil régional de Bretagne
Président du conseil régional Loïg Chesnais-Girard (Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates de Bretagne (S&D)
2017-2021
Préfète Michèle Kirry[1]
ISO 3166-2 FR-BRE
Démographie
Gentilé Breton
Population 3 318 904 hab. (2017)
Densité 122 hab./km2
Rang (population) 10e sur 18
Langues
régionales
Français
Breton (langue celtique)
Gallo (Langue d'oïl)
Géographie
Superficie 27 209 km2
Rang 12e sur 18
Localisation
Localisation de Bretagne
Liens
Site web bretagne.bzh

La région Bretagne est une région administrative française composée des départements des Côtes-d'Armor, du Finistère, d'Ille-et-Vilaine et du Morbihan. Sa préfecture et sa plus grande ville est Rennes.

Elle est créée par un décret ministériel du cadre des « programmes d'action régionale », et ses compétences sont élargies par les lois Defferre en 1982.

Baignée par la Manche au nord, par la mer Celtique à l'ouest et par l'océan Atlantique au sud, elle se trouve dans le Grand Ouest français, et est limitrophe des régions Normandie et Pays de la Loire.

La région Bretagne est parfois désignée sous l'expression « Bretagne administrative » par opposition à la « Bretagne historique » ou la « Bretagne culturelle » qui comporte également la Loire-Atlantique et dont la question du rattachement avec le reste de la région administrative est débattue depuis des décennies.

Géographie

Région Bretagne : départements et arrondissements

Les quatre départements de la région forment une péninsule à l’extrémité ouest de l’Eurasie ; la mer entoure les quatre cinquièmes de la région. Les côtes sont profondément entaillées et dessinent une multitude de presqu’îles. Les abers, sortes de vallées fluviales où la mer remonte à chaque marée, rappellent partout la présence de l’océan. Le littoral, plus peuplé, est dénommé l’Armor. Ses paysages maritimes font face à ceux plus campagnard de l’intérieur : l’Argoat. Les deux se mêlent constamment et construisent ainsi l’identité du territoire. La Bretagne est la région française qui bénéficie de la plus grande longueur de côtes puisqu'avec plus de 2 700 km de côtes, elle représente un tiers du littoral de la métropole[2]. De nombreuses îles sont présentes au large de la Bretagne, on dénombre 797 îles et îlots tout le long du littoral breton[3].

Cette péninsule est à la fois une extrémité terrestre pour le voyageur et une porte d’entrée et de sortie pour le marin. L’attractivité économique et commerciale du littoral a favorisé l’implantation des villes. Elles se sont développées au fond de rias où l’on pouvait établir des ports abrités des tempêtes et bénéficier de la proximité d’un pont entre les deux rives (Dinan, Morlaix, Quimper, etc.).

Les paysages

L’essentiel du relief est constitué de collines et de plateaux de faible altitude. Des roches plus dures ont mieux résisté à l’érosion et forment quelques crêtes comme les monts d'Arrée ou les montagnes Noires. Les points les plus hauts ne dépassent pas 400 mètres d’altitude (Roc’h Trévezel, 384 m).

La région présente un habitat dispersé avec des parcelles entourées de haies et destinées à l’élevage. Les arbres sont nombreux (chênes, hêtres) et participent au paysage de bocage mais, paradoxalement, il y a peu de grandes forêts. La lande atlantique (bruyères, ajoncs) occupe les terres les plus pauvres. On trouve au nord de la région de vastes espaces ouverts où l’on produit des légumes en grande quantité.

Climat

La région Bretagne a un climat océanique, donc tempéré, surtout le long des côtes, avec de faibles différences de températures entre l'été et l'hiver. Le vent de nord-ouest (noroît en français, gwalarn en breton) domine au nord. Les pluies sont fréquentes, mais fines. Dans une même journée, il est courant qu'alternent éclaircies et ciel couvert.

La végétation est abondante. La Bretagne était autrefois un pays de bocage : la réorganisation des parcelles dans les années 1960, appelée remembrement, a éliminé une grande partie des haies bordant les champs, permettant de moderniser l'agriculture mais entraînant un lessivage de la couche superficielle des champs. Ce remembrement s'est fait à plus basse échelle que dans de nombreuses plaines céréalières du reste de la France (Beauce, Champagne…).

Comme toute région avec un grand littoral, ici amplifié par le climat océanique tempéré, il n'est pas surprenant d'avoir des conditions météorologiques différentes entre le proche littoral et les villes à quelques kilomètres dans les terres. Il en va de même pour les températures. À plus forte échelle, et sauf dans le cas de dépressions majeures, le climat reste sensiblement différent entre le Nord et le Sud de la Bretagne.

Ce climat permet une plus grande homogénéité des températures sur l'année, même si les saisons restent marquées. Seul l'hiver ici est moins froid. La pluviométrie n'est que faiblement supérieure à celle d'autres régions, comme l'Île-de-France. Cela provient des vents d'ouest et nord-ouest, qui déplacent les éventuelles perturbations vers le centre et le nord de la France. Il n'est guère possible de donner de règle à la région entière, tant les statistiques sont différentes entre les différents secteurs, tels Brest, Quimper, Lorient, Morlaix ou encore Saint-Brieuc.

Transports

Tant que les liaisons maritimes ont prévalu sur les liaisons terrestres, la position de la Bretagne, passage et escale obligée au milieu de la façade atlantique de l'Europe, lui a valu une certaine prospérité. Mais elle a souffert de son isolement géographique principalement lors du XXe siècle. En effet, excentrée par rapport aux grands axes économiques de la France, elle a pris du retard sur le développement des infrastructures de transport. Les principaux axes ferroviaires se sont développés par rapport aux zones touristiques, essentiellement sur un axe Paris-Armor (zone côtière de la Bretagne).

La région est dotée d'un réseau de routes couramment appelées « voies express » (réseau à 2 × 2 voies) issu du plan routier breton. L'ensemble de ces voies longe approximativement les côtes de la région ; des liaisons transversales existent depuis Rennes vers Vannes et Lorient ainsi que vers Nantes. La liaison intérieure Rennes-Brest est assurée par la RN 164 dont des tronçons passent progressivement en voie express. L'ensemble des routes en Bretagne est gratuit, cette décision du général de Gaulle via René Pléven est essentiellement la conséquence de l'action des acteurs économiques et politiques bretons à travers le CELIB. Celui-ci voulait en effet compenser l'éloignement géographique de la région par la gratuité des voies terrestres.

La région Bretagne compte sept aéroports, dont quatre aéroports internationaux (Brest, Rennes, Dinard Saint-Malo et Lorient-Lann Bihoué). Le Conseil régional de Bretagne est propriétaire des aéroports de Brest, Rennes, Dinard Saint-Malo et Quimper.

Le réseau ferré breton est structuré par trois lignes majeures au départ de Rennes, et à destination de Quimper, Brest, et Saint-Malo. Ces lignes sont parcourues par des TGV au départ de Paris ou Lille et des TER. Il faut également ajouter les lignes transversales Rennes - Nantes et Brest - Quimper, parcourues uniquement par des TER et moins fréquentées, ainsi que les liaisons estivales vers les stations balnéaires : Guingamp - Lannion, Morlaix - Roscoff, Auray - Quiberon.

Le Conseil régional de Bretagne est propriétaire de 22 ports, dont les trois anciens ports nationaux de Brest, Lorient et Saint-Malo, les ports de commerce du Légué et de Concarneau, le port de Roscoff et les ports de liaison des îles bretonnes dont la Région assure la desserte.

Divisions administratives

  • Superficie : 27 209 km2
  • Population : 3 318 904 habitants (en 2017)
  • Préfecture régionale : Rennes
  • Préfectures : Saint-Brieuc, Quimper, Rennes, Vannes
  • Densité : 122 habitants/km2 (en 2017)
Départements de la région Bretagne
Département Préfecture Sous-préfectures Superficie
(km2)
Population
(en 2017)
Densité
(hab./km2)
22 Côtes-d'Armor Saint-Brieuc Dinan, Guingamp et Lannion +0006 878, 598 814 +87,
29 Finistère Quimper Brest, Châteaulin et Morlaix +0006 733, 909 028 +135,
35 Ille-et-Vilaine Rennes Fougères, Redon et Saint-Malo +0006 775, 1 060 199 +157,
56 Morbihan Vannes Lorient et Pontivy +0006 823, 750 863 +110,

Population et société

Démographie

La région a connu un dynamisme démographique pendant une longue période. L’exode vers d’autres régions a été important mais il a fini par s’inverser et, depuis le milieu des années 1960, le solde migratoire est devenu positif. Les plus jeunes continuent à quitter la région mais les adultes actifs et les retraités sont nombreux à s’installer. Rennes, Brest, Vannes, forment des pôles urbains attractifs autour desquels se constitue un cercle fortement urbanisé. Depuis le XXe siècle, la population tend à se concentrer sur le littoral, en particulier sur la partie méridionale. À l’inverse, l’Argoat tend à se dépeupler tout en maintenant un tissu économique orienté vers l’agriculture et la petite industrie.

Villes principales

Liste des 10 communes les plus peuplées de la région Bretagne
Nom Code
Insee
Département Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Rennes 35238 Ille-et-Vilaine 50,39 216 815 (2017) 4 303
Brest 29019 Finistère 49,51 140 064 (2017) 2 829
Quimper 29232 Finistère 84,45 62 985 (2017) 746
Lorient 56121 Morbihan 17,48 57 149 (2017) 3 269
Vannes 56260 Morbihan 32,30 53 352 (2017) 1 652
Saint-Brieuc 22278 Côtes-d'Armor 21,88 44 372 (2017) 2 028
Saint-Malo 35288 Ille-et-Vilaine 36,58 46 097 (2017) 1 260
Lanester 56098 Morbihan 18,37 22 728 (2017) 1 237
Fougères 35115 Ille-et-Vilaine 10,46 20 418 (2017) 1 952
Lannion 22113 Côtes-d'Armor 43,91 19 880 (2017) 453

Les résidences secondaires

Ce tableau indique les communes de Bretagne qui comptaient en 2008 plus de 2 000 résidences secondaires[4].

Ville département Rés. secondaires
Carnac Morbihan 7 475
Saint-Malo Ille-et-Vilaine 6 642
Sarzeau Morbihan 5 518
Quiberon Morbihan 5 197
Arzon Morbihan 4 775
Dinard Ille-et-Vilaine 4 456
Saint-Cast-le-Guildo Côtes-d'Armor 3 335
Damgan Morbihan 3 117
Fouesnant Finistère 3 026
Crozon Finistère 2 782
Erquy Côtes-d'Armor 2 630
Bénodet Finistère 2 572
Saint-Pierre-Quiberon Morbihan 2 456
Saint-Gildas-de-Rhuys Morbihan 2 362
Pléneuf-Val-André Côtes-d'Armor 2 328
Rennes Ille-et-Vilaine 2 272
Pénestin Morbihan 2 108
La Trinité-sur-Mer Morbihan 2 097
Perros-Guirec Côtes-d'Armor 2 071

Emploi

C'est dans la région Bretagne que l'on trouve le plus faible taux de pauvreté en France[5]. La part des ouvriers est plus importante que la moyenne nationale et la part des cadres y est inférieure. Elle possède le meilleur taux de réussite scolaire en France[6].

Sports

Le tissu associatif sportif dans la région est également l'un des plus importants de France.

Santé

La région possède un faible taux d'obésité[7] mais elle connait un des plus forts taux d’alcoolisme de France. En 2015, le nombre de décès par alcoolisme et cirrhose chez les 40-64 ans s'élevait à 3,6 pour 10 000 habitants[8].

Histoire

Dès la fin du XIXe siècle, l'État a ressenti le besoin de regrouper les départements dans le but d’une meilleure gestion administrative. Ainsi, en 1874 on créa les régions militaires. Celle-ci étaient essentiellement destinées au recrutement et comptaient toute approximativement le même nombre structures. La 10e région militaire (Rennes) regroupait les trois départements des Côtes-du-Nord, de Ille-et-Vilaine et de la Manche.

Toujours sous la troisième République, le , Étienne Clémentel institua des « groupements économiques régionaux » ou « régions économiques » qui réunissaient des chambres de commerce. Celle de Rennes regroupait le Finistère, les Côtes-du-Nord et l'Ille-et-Vilaine. Le département du Morbihan avait choisi de faire partie de la région économique de Nantes avec l’ Indre-et-Loire, la Loire-Atlantique, le Maine-et-Loire, la Mayenne, la Sarthe et la Vendée.

En 1926, le gouvernement Poincaré institua les conseils interdépartementaux de préfecture. Ces collectivités étaient des organismes administratifs qui jugeaient les conflits nés de l'exécution des marchés publics et d'autres contentieux. Le conseil de Rennes regroupait les quatre départements du Finistère, des Côtes-du-Nord, de l'Ille-et-Vilaine et de la Mayenne[10]. La même année, l'administration des postes et télécommunications créa 17 régions postales. Celle de Rennes comportait les mêmes départements plus celui de la Sarthe[11].

Le 13 avril 1941, l'État français créa les préfectures régionales auxquelles étaient transférées d'importantes attributions économiques et de police. Il créa une région de Rennes qui regroupait les quatre départements des Côtes-du-Nord, du Finistère, de l'Ille-et-Vilaine et du Morbihan[12]. À la Libération, ces préfectures régionales ont été supprimées. C'est en 1955, sous la Quatrième République, que la France se dote de nouvelles structures intermédiaires entre l'échelon départemental et l'échelon national. En 1972, ces entités deviennent officiellement des régions. On crée une région appelée « Bretagne » qui reprend les mêmes limites que la région de Rennes de 1941. Celle-ci correspond à 80 % de la superficie de la province de Bretagne telle qu'elle se présentait sous l'Ancien Régime. Ces limites sont restées stables au cours des évolutions du statut de ces circonscriptions et n’ont pas bougé lors de la réforme territoriale de 2014.

Politique en Bretagne

Election / collectivités Droite Gauche
Élection présidentielle de 2012 (2e tour) 43,65 % (Nicolas Sarkozy) 56,35 % (François Hollande)
Conseil régional 20 (UMP-UDI-DVD) 63 (PS-EE-Verts-PCF-UDB)
Conseils généraux 2 2
Députés 5 21
Sénateurs 5 9
Villes chefs-lieux de département 3 1

Les faibles résultats du Front national sont l'une des particularités aux élections en Bretagne administrative. Cette particularité se retrouve aussi en Loire-Atlantique[13],[14].

Conseil régional

Le conseil régional de Bretagne compte 83 conseillers et est présidé par le socialiste Loïg Chesnais-Girard.

Conseil culturel

Le conseil culturel de Bretagne est une assemblée consultative créée en 2009. Son expertise s'étend sur la vie culturelle, artistique, patrimoniale et linguistique des 5 départements du territoire breton.

Économie

La situation géographique de la région et ses composantes sociologiques offrent un cadre favorable au développement économique. En 2013, elle atteignait déjà le 12e rang pour le PIB par habitant, soit une progression de 7 places par rapport à 1990. Le taux de chômage est inférieur à la moyenne nationale.

L'économie de la Bretagne est tournée vers l'agriculture et les industries agroalimentaires, le tourisme estival sur la bordure côtière, et quelques pôles technologiques avancés (Rennes, Lannion). On retrouve des sièges de grands groupes mondiaux tels que Bolloré à Quimper.

Depuis deux ans maintenant[Quand ?], et amplifié par la crise mondiale, de nombreux « pays » bretons investissent massivement dans le secteur tertiaire, et plus précisément commercial. On observe donc la construction rapide de nombreuses et grandes zones commerciales modernes en périphérie des villes moyennes, qui y voient un éventuel moyen de subsistance et un atout pour l'avenir. La région entière tente, non sans mal, de se diversifier afin d'être moins dépendante d'un secteur industriel agro-alimentaire fort, mais sensible, et, par-là même, essaie de se moderniser.

Industrie

Dans les années 1960, l'État a initié une vaste campagne de délocalisations qui a encouragé le développement de plusieurs branches d'activité telles que l'automobile, la construction navale et les activités électriques et électroniques. Ces spécialités ont continué à se développer et forment maintenant une des spécificités industrielles de la région.

Agriculture et secteur agroalimentaire

Au XXe siècle l’agriculture bretonne a connu un bouleversement en passant d’un système de polyculture à l’agriculture industrielle. Un secteur agro-alimentaire puissant épaule la production agricole. La tradition maritime a été valorisée et la région s’est hissée au premier rang en termes d’effectifs de pêcheurs et de tonnage des prises.

Tourisme

Carte de la destination Bretagne et de ses 10 aires structurantes, tel que défini par Atout France.

La région Bretagne partage avec les départements qui la compose des compétences dans le domaine du tourisme[15]. Elle dispose d'une vice-présidente dédiée à cette problématique[16], et d'un service opérationnel, le Comité Régional de Tourisme de Bretagne[17]. Ses actions se développent autour de 10 aires touristiques, englobant aussi des sites en Manche et en Loire-Atlantique, au travers d'un contrat de destination établi avec Atout France[18],[19].

Les retombées économiques représentent en 2015 environ 66 000 emplois directs et 8 % du PIB régional[18]. La région compte environ 13 millions de visiteurs tous les ans[20], dont un quarts des touristes étrangers, principalement Britanniques, Allemands, et Néerlandais[16]. La région enregistre 100 millions de nuitées par an[20], dont les deux tiers dans le Finistère et le Morbihan[21].

L'activité est très saisonnière, concentrée principalement entre mai et septembre[16]. Les principaux sites touristiques de la région sont l'Océanopolis de Brest (400 000 entrées par an) et le Grand aquarium Saint-Malo (356 000 entrées par an), et les principaux évènements annuels le Festival interceltique de Lorient (750 000 visiteurs) et le Festival des Vieilles Charrues (283 000 visiteurs)[21].

Emblèmes régionaux

Logotypes

En 2005, la région a changé son logo qui datait de vingt ans. On le retrouve sur tous ses supports de communication, et tous les événements dont elle est partenaire. Son nouveau logo a gardé les points forts de l'ancien : la forme carrée et l'intitulé « Région Bretagne »[22]. « Mais il a évolué vers un sigle à la fois plus contemporain (couleurs et typographie), et plus porteur de l'identité bretonne. Une hermine très stylisée reprend la forme géographique de la Bretagne, évoquant ainsi à la fois les racines et le dynamisme d'une Bretagne en mouvement »[23]. Le logo a été actualisé en 2016. Il est désormais décliné en version monochrome dans l'une des couleurs de la charte graphique de la Région Bretagne[22].

Ce logotype existe également en version bretonne : « Rannvro Breizh » ou en gallo : « Rejion Bertègn ». Son auteur est Fabien Picot, responsable du studio de la Région. La typographie utilisée est propriété exclusive de la Région et a été dessinée par Xavier Dupré[22].

Le Gwenn ha Du, le drapeau breton moderne

XXe – XXIe siècle - Le Gwenn ha Du, drapeau contemporain de la Bretagne

Imaginé vers 1925 par le fédéraliste breton Morvan Marchal, le Gwenn ha Du a été repris sur les plaques minéralogiques des quatre départements de la région. Ce drapeau comporte neuf bandes égales alternativement noires et blanches qui symbolisent neufs pays traditionnels bretons.

Le conseil régional de Bretagne et le conseil départemental de Loire-Atlantique permettent l'usage du Gwenn ha Du[22]. Il a également été choisi comme identifiant territorial officiel des plaques d'immatriculation de la région.

Langues

Le , le conseil régional de Bretagne reconnaît officiellement et à l’unanimité le breton et le gallo comme « langues de la Bretagne, au côté de la langue française ». Par ce vote, la région « s'engage, en recherchant la plus large association de ses partenaires, et en particulier des cinq départements bretons [les quatre départements de la Bretagne administrative et la Loire-Atlantique], afin de permettre la pérennisation de la langue et de la culture bretonnes »[24].

Notes et références

  1. Shahinez Benabed, « Michèle Kirry nommée préfète de région », acteurspublics.com, (consulté le 31 octobre 2018)
  2. Zoom sur la Bretagne "maritime" site http://www.prefectures-regions.gouv.fr, mis à jour le 5 octobre 2017.
  3. Pour un développement durable de la zone côtière bretonne : La charte des espaces côtiers bretons (2007) p. 32 [PDF]
  4. Site du recensement de l’INSEE, chiffres au 01/01/2008
  5. « La pauvreté dans les régions », sur www.inegalites.fr (consulté le 28 mars 2020)
  6. « Inégalités : où en sont les régions ? », sur www.inegalites.fr (consulté le 28 août 2017)
  7. « Obésité, Fastfoods, Alcool... : Où mange-t-on le plus mal en France ? - Data.gouv.fr », sur www.data.gouv.fr (consulté le 28 août 2017)
  8. France Bleu, 26 mars 2019
  9. Association des Archivistes Français site de démonstration.
  10. Site du Sénat.
  11. Décret du 30 juin 1941
  12. « Le Front National a 40 ans et peine toujours en Bretagne », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 5 octobre 2012)
  13. « Un score historique pour le Front national partout en France, la Bretagne résiste le plus », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2017)
  14. Quelles sont les compétences d’une région ?, Les Services de l'Etat en régions, le 30 avril 2018, consulté sur www.prefectures-regions.gouv.fr le 17 avril 2020
  15. a b et c Romain Roux, « Tourisme en Bretagne. Le boom de la clientèle étrangère », dans Le Télégramme, le 28 novembre 2018, consulté sur www.letelegramme.fr le 17 mars 2020
  16. « Tourisme après le coronavirus. Comment la Bretagne pense déjà au rebond », dans Ouest-France, le 9 mars 2020, consulté sur www.ouest-france.fr le 17 mars 2020
  17. a et b Linda Benotmane, « Une carte et dix destinations touristiques »., dans Ouest-France, le 8 avril 2015, consulté sur www.ouest-france.fr le 17 avril 2020
  18. « Fédérer les acteurs autour d’une marque territoire : 22 contrats de destination », Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères, consulté sur www.diplomatie.gouv.fr le 17 mars 2020
  19. a et b Gilles Le Morvan, « Tourisme : près de 100 millions de nuitées en Bretagne en 2019. Plus de monde, mais moins de Britanniques », dans France 3 Bretagne, le 18 février 2020, consulté sur france3-regions.francetvinfo.fr le 17 avril 2020
  20. a et b Les principaux chiffres du tourisme en Bretagne (2019), Chambre de Commerce et de l'Industrie de Bretagne, consulté sur www.bretagne.cci.fr le 17 avril 2020
  21. a b c et d Conseil régional de Bretagne, « Charte graphique Région Bretagne », sur bretagne.bzh, (consulté le 2 novembre 2019)
  22. Site de la région Bretagne, page du logo
  23. FR3, « Le Breton une langue d'hier et d'aujourd’hui », L'Ouest en mémoire (INA), (consulté le 24 juin 2011).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes