Évreux

Évreux
Évreux
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈

L'hôtel de ville.
Blason de Évreux
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Blason
Évreux
Marque déposée 🛈

Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
(préfecture)
Arrondissement Évreux
(chef-lieu)
Intercommunalité Évreux Portes de Normandie
(siège)
Maire
Mandat
Guy Lefrand (LR)
2020-2026
Code postal 27000
Code commune 27229
Démographie
Gentilé Ébroïcien
Population
municipale
46 349 hab. (2019 en diminution de 6,78 % par rapport à 2013)
Densité 1 752 hab./km2
Population
agglomération
59 052 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 37″ nord, 1° 09′ 05″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 146 m
Superficie 26,45 km2
Unité urbaine Évreux
(ville-centre)
Aire d'attraction Évreux
(commune-centre)
Élections
Départementales Cantons d'Évreux-1, d'Évreux-2 et d'Évreux-3
(bureau centralisateur)
Législatives Première et deuxième circonscriptions
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Crédit image :
Eric Gaba (Sting - fr:Sting)
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Évreux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Évreux
Géolocalisation sur la carte : Eure
Voir sur la carte topographique de l'Eure
Crédit image :
Eric Gaba, Wikimedia Commons user Sting
licence CC BY-SA 3.0 🛈
City locator 14.svg
Évreux
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
City locator 14.svg
Évreux
Liens
Site web evreux.fr

Évreux est une commune française, préfecture du département de l’Eure en Normandie, arrosée par l'Iton.

Géographie

Localisation

Représentations cartographiques de la commune
Mairie Mairie
Carte OpenStreetMap
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte topographique
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique

La commune d'Évreux se trouve dans le département de l'Eure, en région Normandie[1]. Elle est située à 96 kilomètres de Paris.

Les communes les plus proches[Note 1] sont[2] : Gravigny (2,8 km), Fauville (3,3 km), Aviron (4,0 km), Angerville-la-Campagne (4,1 km), Huest (4,3 km), Parville (4,4 km), Arnières-sur-Iton (4,6 km), Saint-Sébastien-de-Morsent (4,9 km).

Communes limitrophes

Géologie et relief

Canards barbotant dans l'Iton.
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Canards barbotant dans l'Iton.

L'agglomération, initialement construite dans la vallée de l'Iton, s'étend vers le sud-est, sur le plateau de craie sénonienne, recouvert de silex, et saupoudré de sables de Lozère[4],[5],[6]

En direction d'Arnières-sur-Iton, on trouve une carrière ouverte dans les sables stampiens.[7] L'ensemble est recouvert de sables de Lozère. Il s'agit d'une poche karstique remplie de sable[4].

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Panorama d'Évreux

Hydrographie

Crédit image :
licence CC BY 2.5 🛈
L'Iton au cœur d'Évreux, rue Saint Sauveur.

La ville est traversée par l'Iton[8].

Sa dérivation, l'Espringale, court le long des remparts de la ville[9].

Climat

Le climat d'Évreux est tempéré océanique. Les précipitations sont comprises entre 600 et 700 mm par an[10].

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1984 à 2020 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[11]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records ÉVREUX VILLE (27) - alt : 65 m 49° 01′ 24″ N, 1° 08′ 42″ E
Statistiques établies sur la période 1984-2010 - Records établis sur la période du 01-01-1984 au 04-02-2020
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,4 1,2 3,1 4,6 8,2 11 12,9 12,9 9,9 7,6 3,9 1,9 6,6
Température moyenne (°C) 4,4 5,1 8 10,4 14,1 17,1 19,2 19,1 15,9 12,2 7,4 4,7 11,5
Température maximale moyenne (°C) 7,3 8,9 12,9 16,2 19,9 23,1 25,4 25,3 21,8 16,8 10,9 7,6 16,4
Record de froid (°C)
date du record
−17,6
08.01.1985
−14,9
12.02.12
−10,6
13.03.13
−3,4
07.04.13
−0,5
13.05.10
0,1
05.06.1991
4,9
04.07.1984
3,7
31.08.1986
1,2
30.09.18
−5,2
30.10.1997
−7,9
24.11.1998
−9,4
10.12.1987
−17,6
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
16
19.01.08
22,5
27.02.19
24,1
16.03.12
29,9
20.04.18
33,3
27.05.05
37,5
27.06.11
41,6
25.07.19
41,4
11.08.03
34,8
04.09.05
30,1
01.10.11
20,9
07.11.15
16,5
07.12.00
41,6
2019
Précipitations (mm) 53,9 45 48,9 46,2 53,4 47,8 54,5 40,8 49,3 57,6 54,8 65,5 617,7
Source : « Fiche 27229003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base

Voies de communication et transports

Voies routières

Évreux et ses communes limitrophes sont reliées par les routes suivantes :

Au-delà de ces communes du Grand Évreux Agglomération, les communes plus lointaines sont accessibles par les routes suivantes :

toto
Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈

Transport ferroviaire

Crédit image :
licence CC BY-SA 3.0 🛈
Gare d'échange multimodal.

La gare d'Évreux-Normandie fait partie du réseau de la SNCF[12].

Les principales lignes de desserte sont Évreux - Bueil - Paris Saint-Lazare et Caen - Bernay - Évreux - Paris Saint-Lazare.

Transports en commun

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Arrêt rue de la Harpe.

Le système de transport urbain est ouvert aux habitants de la communauté d'agglomération pour leurs déplacements quotidiens urbains et interurbains. Ce réseau, géré par Trans Urbain, dessert 8 communes (Aviron, Angerville-la-Campagne, Arnières-sur-Iton, Évreux, Gravigny, Guichainville, Normanville et Saint-Sébastien) sur les soixante-deux que comporte l'agglomération.

Le réseau est constitué depuis septembre 2015 de 9 lignes de bus fonctionnant en semaine, de 4 lignes de bus les dimanches et jours fériés et d'une navette « T9 » circulant en centre-ville. Le transport à la demande a fait son apparition en 2002.

En outre, la gare routière est le point de connexion du réseau interurbain de l'Eure.

Transport aérien

La base aérienne 105 Évreux-Fauville « Commandant Viot » de l'Armée de l'air française est située à sept kilomètres environ à l'est d'Évreux, dans la commune de Fauville. Créée en 1952, elle accueille principalement des unités affectées au transport aérien militaire.

Urbanisme

Typologie

Évreux est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Évreux, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[16] et 59 052 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Évreux, dont elle est la commune-centre[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 108 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

L'aspect de la ville actuelle doit son origine à la reconstruction d'après-guerre 1939-1945, dont les travaux ont été conduits par l'architecte Pierre Bailleau[21],[22], qui eut pour collaborateur Albert de Brettes[23].

Cette ville se compose de treize quartiers : La Cavée rouge, Clos au Duc, Nétreville, Saint-Léger, Saint-Michel, Navarre, Cambole, La Madeleine, La Censurière, La Ronde, La Filandière et Panette. Saint-Michel, l'un de ses quartiers situé au Nord-ouest sur un promontoire calcaire, est un quartier d'Évreux depuis 1921, auparavant commune indépendante[réf. nécessaire]. Ce quartier résidentiel et périurbain a profondément été remanié par les urbanistes de la reconstruction des Trente Glorieuses.

Occupation des sols

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (63,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (53,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (44,4 %), forêts (24,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (13,9 %), terres arables (8,8 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (5,5 %), prairies (1,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,2 %), zones agricoles hétérogènes (0,5 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

Morphologie urbaine

Le maire de la reconstruction fut Georges Bernard. Il fait obtenir à la ville la Légion d'honneur et la Croix de guerre 1939-1945 avec palme[26].

Habitat et logement

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 26 304, alors qu'il était de 25 528 en 2013 et de 24 879 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 85,0 % étaient des résidences principales, 1,4 % des résidences secondaires et 13,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 30,1 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 68,1 % des appartements[I 1].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Évreux en 2018 en comparaison avec celle de l'Eure et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (1,4 %) inférieure à celle du département (6,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 32,6 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (31,0 % en 2013), contre 65,3 % pour l'Eure et 57,5 % pour la France entière[I 2].

Le logement à Évreux en 2018.
Typologie Évreux[I 1] Eure[I 3] France entière[I 4]
Résidences principales (en %) 85,0 85,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 1,4 6,3 9,7
Logements vacants (en %) 13,6 8,3 8,2

Toponymie

Attestations anciennes

Le nom celtique originel d'Évreux est attesté sous la forme Μεδιολάνιον (Médiolanion) dans la Géographie de Ptolémée vers 150 et Mediolanum au IVe siècle (Ammien Marcellin, Itinéraire d'Antonin)[27].

Le nom actuel, dérivé du nom des Éburovices, est attesté à la fin du Xe siècle : Ebrocas (Richer de Reims) ; puis Ebroas en 1024 et en 1034 (Fauroux 87), Ebroys en 1055 - 1066 (Fauroux 208)[28].

Étymologie

Mediolanum est un toponyme des plus fréquents en zone celtique (Milan, Meillant, Mesland, Meylan, Molain, etc.)[29].

Ce terme est interprété comme signifiant « au milieu de la plaine » par la plupart des linguistes et des toponymistes. [30]Il s'agirait d'un composé des termes gaulois medio- « milieu » (semblable au latin medium et au vieil irlandais mide) et lanum « plaine » (à rapprocher du latin planum[31], avec chute du [p] initial indo-européen dans les langues celtiques). La situation d'Évreux au débouché de la forêt pourrait justifier une acception particulière du mot lanum évoquant un « défrichement »[32].

Mais des recherches souvent plus contemporaines proposent une hypothèse alternative mediolanum = « plein-centre », c'est-à-dire « centre sacré » ; cette hypothèse repose sur une analogie avec Medionemeton (nemeton = « temple ») et le germanique *media-gardaz « enclos du milieu » (cf. vieux norrois miðgarð, gotique midjun-gards « monde »)[33]. De plus, les Mediolanum se trouv(ai)ent parfois excentrés, retirés et parfois même sur des hauteurs[33].

Évreux représente une évolution phonétique à partir du nom de la tribu gauloise des Éburovices, qualificatif attribué à une fraction du grand peuple des Aulerques (latin Aulerci) qui occupait un important territoire situé à l'ouest - nord-ouest de la Gaule. La forme initiale devait être *Eburovicas / *Eburicas[31] que François de Beaurepaire[31] cite cependant sans l'astérisque caractérisant une forme hypothétique. L'abandon du toponyme celtique antique répond à un processus commun en Gaule. En effet, la plupart des chefs-lieux des cités gallo-romaines ont abandonné leur nom d'origine au Bas-Empire et adopté celui du peuple dont elles étaient la civitas (cf. Lutèce, chef-lieu des Parisis, qui est devenu Paris).

Histoire

Dans la Gaule indépendante, Gisacum (le Vieil-Évreux) semble avoir été un sanctuaire commun à trois peuples, les Aulerques Éburovices, Aulerques Cénomans et Aulerques Diablintes. Après la conquête romaine en 52 av. J.-C., le centre administratif de la civitas des Éburovices est fixé à 5 km de là, à Mediolanum Aulercorum, sur l'emplacement actuel d'Évreux, tandis que Gisacum subsiste comme un centre religieux prospère[34].

Siège épiscopal à partir du IVe siècle, capitale du comté d'Évreux vers 990, elle appartient au duché de Normandie, uni au royaume d'Angleterre de 1066 à 1204. Pairie (1316 et 1427) et duché-pairie (1569-1584), la ville, au XIVe siècle, est le centre du pouvoir d'une branche capétienne ayant régné sur le royaume de Navarre : les Évreux-Navarre. Charles II de Navarre (1332-1387), dit Charles le Mauvais, mène un jeu d'intrigues complexes pendant la guerre de Cent Ans[35]. La ville est de nouveau occupée par les Anglais de 1418 à 1441.

Après son retour sous la tutelle des rois de France, Évreux est une ville ecclésiastique paisible, un moment troublée pendant les guerres de Religion et la Révolution. Au XIXe siècle, elle connaît un développement de l'industrie textile.

Évreux était sous l'Ancien Régime un relais pour les diligences sur la route Caen-Paris[36].

Sous la Ve République, Évreux se voit consacrer deux timbres-poste : le pour la châsse de saint Taurin, chef-d'œuvre de l'orfèvrerie française du XIIIe siècle[37] ; le pour la tour de l'Horloge.

Politique et administration

Découpage territorial

La commune d'Évreux est membre de l'intercommunalité Évreux Portes de Normandie[38], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Évreux. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[39].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Évreux, au département de l'Eure, en tant que circonscription administrative de l'État, et à la région Normandie[38].

Sur le plan électoral, elle dépend des cantons de Évreux-1, Évreux-2 et Évreux-3 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[38], et de la troisième circonscription de l'Aude pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[40].

Élections municipales et communautaires

Élections de 2020

Tête de liste Suffrages Pourcentage CM CC
Guy Lefrand 4170 50,97 % 33 32
Timour Veyri 3008 36,76 % 8 8
Guillaume Rouger 1003 12,26 % 2 2

Le conseil municipal d'Évreux, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[41], pour un mandat de six ans renouvelable[42]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 43[43]. Les quarante-trois conseillers municipaux sont élus au second tour avec un taux de participation de 31,1 %, se répartissant en trente-trois issus de la liste conduite par Guy Lefrand, huit issus de celle de Timour Veyri et deux issus de celle de Guillaume Rouger[44]. Guy Lefrand, maire sortant, est réélu pour un nouveau mandat le [45].

Les quarante-deux sièges attribués à la commune au sein du conseil communautaire de l'intercommunalité Évreux Portes de Normandie se répartissent en : liste de Guy Lefrand (32), liste de Timour Veyri (8) et liste de Guillaume Rouger (2)[44].

Liste des maires

Crédit image :
Original téléversé par Spedona sur Wikipédia français. 16 février 2006 (date de téléversement originale)
licence CC-BY-SA-3.0 🛈
Hôtel de ville.

Le maire actuel, médecin de profession, est Guy Lefrand, membre du parti Les Républicains et ancien suppléant du député de l'Eure Bruno Le Maire.

Autres élections

Récapitulatif de résultats électoraux récents

Scrutin 1er tour 2d tour
1er % 2e % 3e % 4e % 1er % 2e % 3e %
Municipales 2014 UMP 32,32 PRG 21,95 FN 14,84 FG 10,93 UMP 51,74 PRG 36,17 FN 12,08
Européennes 2014[46] FN 23,41 UMP 22,36 PS 13,08 EELV 10,47 Tour unique
Régionales 2015[47] UDI 30,76 PS 25,10 FN 23,69 FG 7,11 PS 39,05 UDI 38,17 FN 22,79
Présidentielle 2017[48] EM 24,53 LFI 24,30 FN 19,18 LR 17,60 EM 69,70 FN 30,30 Pas de 3e
Européennes 2019[49] LREM 22,77 RN 21,93 EELV 13,40 LR 7,59 Tour unique
Municipales 2020 LR 42,11 PS 23,18 LREM 14,80 DVG 8,66 LR 50,97 PS 36,76 LREM 12,26


Distinctions et labels

En 2017, la commune a été labellisée « 3 fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[50].

Instances judiciaires et administratives

Le tribunal de grande instance occupe l'ancienne église des Eudistes[51].

Le tribunal de commerce est accessible par la rue de la Petite-Cité[52].

La maison d'arrêt, mise en service en 1912, est sise 92, rue Pierre-Semard[53].

Politique culturelle

La ville d'Évreux a inauguré en 2016 la salle des Musiques actuelles (Smac)[54] logée dans le bâtiment du Kubb (orthographié à l'anglaise) ainsi que le cabaret équestre en 2017 répondant à une priorité depuis les années 1980 de la municipalité d’œuvrer pour démocratisation de la culture[Quoi ?][55].

Jumelages

Équipements et services publics

Enseignement

Évreux est située dans l’académie de Rouen.

Établissements scolaires

Collèges :

Lycées :

Enseignement universitaire

Enseignement de musique, danse et art dramatique

La commune est dotée historiquement d'une école de musique, obéissant aux règles d'organisation et fonctionnement des conservatoires à rayonnement départemental (CRD). C'est l'ancien couvent des Capucins qui héberge cette entité indépendante de la commune.

Il existe depuis 2015 un manège équestre dans l'ancienne caserne des "7e chasseurs" et du "6e dragons" dite communément quartier Tilly dans le quartier Saint-Léger près de l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Sauveur.

Santé

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[60],[Note 4]

En 2019, la commune comptait 46 349 habitants[Note 5], en diminution de 6,78 % par rapport à 2013 (Eure : +0,75 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8 0008 4269 5119 7289 96310 28711 70611 80212 877
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
12 22712 26512 32013 35014 62715 84716 75516 93217 766
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
18 29218 97118 95718 23418 84119 31520 11620 43623 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
36 69542 55047 41246 04549 10351 19851 23949 35948 899
2019 - - - - - - - -
46 349--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[61] puis Insee à partir de 2006[62].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 39,9 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (35,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 22,3 % la même année, alors qu'il est de 25,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 21 761 hommes pour 24 946 femmes, soit un taux de 53,41 % de femmes, largement supérieur au taux départemental (51,26 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[63]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
5,6 
75-89 ans
8,9 
12,9 
60-74 ans
14,3 
19,1 
45-59 ans
19,2 
19,2 
30-44 ans
18,2 
21,6 
15-29 ans
20,2 
21,0 
0-14 ans
17,5 
Pyramide des âges du département de l'Eure en 2018 en pourcentage[64]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,5 
6,1 
75-89 ans
8,5 
16,7 
60-74 ans
17,4 
20,9 
45-59 ans
20,2 
18,9 
30-44 ans
18,7 
16,4 
15-29 ans
14,9 
20,4 
0-14 ans
18,7 

Structure démographique

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
La situation familiale d'Évreux témoigne de la solidité de structures familiales traditionnelles qui sont relativement nombreuses, ce qui contraste avec le reste de la France.

La structure traditionnelle de la famille ébroïcienne telle que l'on aperçoit dans le graphique ci-contre vient de plusieurs facteurs : la relative jeunesse de la population ébroïcienne, due à la forte présence de jeunes actifs liés à la proximité avec Paris et ne pouvant s'y loger en raison du coût de l'immobilier. Mais aussi au caractère longtemps rural de la population, or les structures familiales traditionnelles pour des raisons économiques et éthiques favorisent une forte natalité. Mais aussi de manière plus immédiate la forte implication de la municipalité dans l'aide à l'enfance et l'aide aux familles. Néanmoins depuis 2017 on constate une baisse de la natalité qui devrait impacter sa structure[65].

Manifestations culturelles et festivités

Plusieurs événements ont lieu à Évreux chaque année, le plus souvent sur la place devant la mairie ou le long des berges de l'Iton :

  • 21 juin : fête de la musique ;
  • La fête de la pomme (délocalisée à Conches-en-Ouche à partir de l'année 2009) ;
  • Les bouquinistes (délocalisée à Pacy-sur-Eure pour l'année 2009, puis de nouveau à Évreux depuis 2014) ;
  • Juin : fête de la fraternité ;
  • Chaque été a lieu le village du sport et de la culture sur le pré du Bel-Ébat[66] ;
  • Les 3 et 4 octobre 2015 eurent lieu les 1res fêtes normandes avec, pour invité d'honneur, la ville de Bayeux. Cet événement a vocation à devenir un rendez-vous annuel pour le public ébroïcien.

Depuis 2017, la ville accueille le festival « Rock in Évreux » succédant au Rock dans tous ses états. De 1983 à 2016, la ville d'Évreux a accueilli ce festival de musique qui se déroulait le dernier week-end du mois de juin[67].

L'hippodrome de la ville est en outre construit sur le site de l'ancien château de Navarre.

Sports

Clubs professionnels

Autres clubs

  • ALM Évreux Judo Jujitsu ;
  • Évreux Bridge Club[68] ;
  • ALM Évreux Muay Thaï ;
  • Évreux Football Club 27 ;
  • Associations Sportives d’Évreux ;
  • Jeanne-d'Arc Escrime[69] ;
  • Évreux AC Rugby (Fédérale 3) ;
  • Évreux AC Haltérophilie - Musculation - Force Athlétique ;
  • Dojo Club d’Évreux ;
  • Ichi no Senshi, club de kendo.
  • Evreux BMX
  • Léopard Dodgeball 27

Médias

Presse écrite

Les médias locaux sont Paris Normandie ou encore les hebdomadaires Eure-Infos/la Dépêche de Normandie.

Radios

  • France Bleu Normandie (89.5 FM)[70] : radio locale publique de la Normandie. Ses studios sont à Rouen.
  • Principe Actif (102.4 FM)[71] : première radio FM ébroïcienne autorisée en 2008, elle prône « Le mix des cultures » depuis 2002. Elle intervient dans une majorité d'événements dans l'Eure, comme des concerts ou festivals de l'agglomération. En 2015, le CSA lui accorde une seconde fréquence : 95.9 FM à Verneuil-sur-Avre[72].
  • Radio Cristal (102.9 FM) : radio locale commerciale de la Normandie. Elle appartient au groupe Précom qui est détenu par Ouest France. Ce groupe est aussi propriétaire de la radio Hit West qui émet dans le Grand Ouest.

Virgin Radio (Groupe lagardère) n'a pas de fréquence propre pour Evreux mais son studio local s'y situe et diffuse pour Bonnières-sur-Seine sur la fréquence (88.8 FM) ainsi qu'à Pacy-sur-Eure, Le Val d'Hazey etc. Un programme local qui a lieu de 16h à 20h sous l'appellation Virgin radio Vallée de seine.

RMC et ainsi que tout le groupe NRJ (NRJ, Nostalgie, Chérie FM, Rire et Chansons) n'ont pas de fréquence propre sur Évreux, leur réception étant assurée par leur fréquence rouennaise (NRJ 100.5, Nostalgie 105.3 et Rire et Chansons 103.3).

Télévision

Outre les chaînes diffusées en France métropolitaine, France 3 Normandie et La Chaîne normande sont recevables sur l'agglomération ébroïcienne grâce au site TDF du château d'eau de Nétreville situé rue Jean-Bart. Celui de Grand-Couronne est moyennement reçu. Un bureau local de France 3 se trouve au 3 bis, rue de Verdun.

Lieux de cultes

Évreux est le siège d'un évêché depuis le milieu du IVe siècle, fondé par saint Taurin, premier évêque d'Évreux. Le diocèse d'Évreux fut remodelé à la suite du Concordat de 1801, correspondant désormais au département de l'Eure. La cathédrale Notre-Dame, où se trouve la cathèdre, siège de l'évêque, est la marque visible de la capitale du diocèse.

Tandis que le palais épiscopal du XVe siècle[73] est reconverti en musée en 1961, le centre diocésain Saint-Jean regroupe les services du diocèse, no 11bis, rue Jean-Bart, dans le quartier de Nétreville.

La ville d'Évreux est aujourd'hui découpée en deux paroisses principales, tandis que deux quartiers de la ville sont rattachés à des paroisses comprenant d'autres villes et villages, à savoir :

  • paroisse Notre-Dame/Saint-Taurin :
  • paroisse La Madeleine/Nétreville :
    • église Notre-Dame de La Madeleine,
    • église Sainte-Thèrèse-de-l'Enfant-Jésus de Nétreville.

À cela s'ajoutent :

Côté protestant ;

Le culte antoiniste dispose d'un temple de style néo-gothique, situé 3 rue de Dreux, et qui fut inauguré le .

Côté musulman, il existe plusieurs salles de prière dans le quartier de la Madeleine, notamment rue de la Forêt (salle Assalam, salle chemin de la Réussite) et une autre dans le quartier de Nétreville.

Économie

Revenus

En 2018, la commune compte 20 916 ménages fiscaux[Note 6], regroupant 45 042 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 17 630 [I 5] (21 700  dans le département[I 6]). 43 % des ménages fiscaux sont imposés[Note 7] (51,5 % dans le département).

Emploi

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 7] 12,2 % 15,2 % 14,7 %
Département[I 8] 8,1 % 10 % 9,9 %
France entière[I 9] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 29 828 personnes, parmi lesquelles on compte 69,6 % d'actifs (54,9 % ayant un emploi et 14,7 % de chômeurs) et 30,4 % d'inactifs[Note 8],[I 7]. Depuis 2008, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui de la France et du département.

La commune est la commune-centre de l'aire d'attraction d'Évreux[Carte 1],[I 10]. Elle compte 35 263 emplois en 2018, contre 37 357 en 2013 et 38 467 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 16 589, soit un indicateur de concentration d'emploi de 212,6 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 55,5 %[I 11].

Sur ces 16 589 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 11 115 travaillent dans la commune, soit 67 % des habitants[I 12]. Pour se rendre au travail, 70,1 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 13,2 % les transports en commun, 14 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 2,7 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 13].

À la fin du XVIIIe siècle et au XIXe siècle, l'industrie textile est une importante source de revenus. La manufacture de coutil fondée par Passot emploie à elle seule 1 500 personnes au début du XIXe siècle[75].

Entreprises et commerces

Évreux est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de l'Eure.

Société notoires

Industrie pharmaceutique

Si l'industrie ébroïcienne du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle fut une industrie lourde liée au textile et aux usines d'armement[76], celle de la seconde moitié du XXe siècle fut celle de l'industrie de pointe dans l’électronique comme Philips Évreux[77], qui passe à la fin des trente glorieuse pour l'usine la plus moderne d'Europe. Dans l'industrie pharmaceutique, le fleuron est sans conteste Glaxo[78], l'un des plus grands employeurs d'Évreux, en position dominante sur le marché des médicaments contre le Sida, les trithérapies mais aussi courant 2020-2021 dans la recherche contre le coronavirus 19[79]. Le secteur pharmaceutique est soutenu par un vivier de main-d’œuvre qualifiée qu'est l'IUT d’Évreux spécialisé dans la packaging et la biologie[80]. Le secteur pharmaceutique, en raison de sa haute technicité et sa complexité, est le plus dynamique et le plus rentable de l'économie secondaire ébroïcienne. Ce secteur continue à se développer avec la naissance Pholopharma à la suite d'un partenariat en 2019[81].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Palais de justice, ancien séminaire eudiste
Crédit image :
licence CC BY 3.0 🛈
Palais de justice, ancien séminaire eudiste.

Malgré les destructions de la Seconde Guerre mondiale, il subsiste quelques monuments notables ; dix d'entre eux sont classés ou inscrits aux Monuments historiques :

  • Les monuments classés Logo monument historique Classé MH :
    La salle archéologique présente les découvertes de la région, de la Préhistoire à la période gallo-romaine. La statue en bronze de Jupiter Stator, provenant du site de Gisacum, constitue l’une des plus belles pièces de la collection. Plusieurs salles sont consacrées au Moyen Âge (mitre de Jean de Marigny, anneau épiscopal de Jean de La Cour d'Aubergenville, statues). On peut voir également plusieurs tapisseries d’Aubusson (XIVe siècle). Le premier étage rassemble des œuvres des XVIIe siècle et XVIIIe siècle ainsi qu’une belle série de montres anciennes. Le deuxième étage est consacré à la peinture et à la sculpture du XIXe siècle (Flandrin, Boudin, Rodin, Gérôme). Le bâtiment et ses dépendances sont classés depuis 1907[83]. Le jardin dit de l'évêché est théoriquement un site classé depuis 1933 ; or les tilleuls ont tous été abattus en 2016.
  • Les monuments inscrits à l'inventaire supplémentaire Logo monument historique Inscrit MH :
    • Théâtre municipal, de pur style italien qui fut construit en 1903 d’après les plans de l'architecte Léon Legendre[89] et décoré pour partie par Charles Denet. Inscrit depuis 2002[90]
    • Ancien couvent des Cordeliers d'Évreux (Franciscains), dernier vestige de l'architecture franciscaine médiévale en Normandie, partiellement inscrit en 1994[91]. Leur église fut la première à être consacrée au patronage de saint Louis, en 1299, après la canonisation du roi en 1297.
    • Ancien couvent des Ursulines d'Évreux, affecté à une caserne de gendarmerie (caserne Amey), rue Édouard-Ferray/rue Colonel-Arnaud-Beltrame, inscrit en 1975[92].
  • Autres édifices :
    • Hôtel de ville, de la fin du XIXe siècle, à l'emplacement de l'ancien château des comtes d'Évreux. C'est grâce au legs d'Olivier Delhomme (1794-1874), conseiller municipal entre 1830 et 1870, que l'édifice a été érigé entre 1889 et 1895 par les architectes Thierry Ladrange[93] et Georges Gossart. Le plafond de la salle des mariages est décoré par Charles Denet.
    • Fontaine de l'hôtel de ville, édifiée en 1882.
    • Palais de Justice, ancienne chapelle eudiste (1682-1714). En 1791 s'y installe le tribunal criminel, puis la cour d'assises en 1818[94]. De nos jours, siège du tribunal de grande instance.
    • Jardin botanique, adjacent au couvent des Capucins, aux destinées duquel Prosper-Arthur Piéton (1816-1903) aura présidé entre 1856 et 1901[21]. Les serres du parc[95] sont l'objet d'un projet de structure cubique inaugurée en . En outre, on mentionne 3 statues en bronze (ensemble Logo monument historique Classé MH (1992)) en provenance du château de Bizy : Antinoüs du Belvédère[96], Diane à la biche[97] et le groupe Hercule et Télèphe[98].
    • Pont Eiffel, pont construit pour la compagnie des chemins de fer de l'Ouest par Gustave Eiffel en 1886[99]. Le pont contemporain correspond à une voie routière qui enjambe les voies de chemin de fer entre les rues Pierre-Sémard et de la Résistance.
    • Château de Trangis.
    • Ancienne église Saint-Michel d'Évreux, du Xe siècle, située à côté de la suivante.
    • Église Saint-Michel d'Évreux Logo label patrimoine XXe siècle.svg[74], réalisation de l'architecte Maurice Novarina.
    • Église Notre-Dame-de-Bon-Secours de La Madeleine.
    • Petit Château de Navarre (détruit).
    • Couvent de la Providence, construit en 1854 sur des vestiges d'une ancienne abbaye bénédictine au XIIIe siècle dont, au Moyen Âge, elle formait l'hôtellerie de l'abbaye pour accueillir les pèlerinsref [100]
    • Immeubles en série de l'îlot L[101], architecture remarquable de la Reconstruction, à l'angle de la place du Général-De-Gaulle et de la rue de Grenoble.

Patrimoine culturel

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Le théâtre : travaux en octobre 2017.

Patrimoine naturel

L'érable sycomore situé au square Georges-Brassens est labellisé arbre remarquable depuis 2013.

Sites classés

  • Pour mémoire : le jardin de l'Évêché Logo des sites naturels français Site classé (1933)[105] or les 47 tilleuls, marronniers et charmes ont tous été abattus en janvier 2016 ; deux ans plus tard, le terrain est toujours vague ; des fouilles archéologiques préventives y ont été menées, le jardin constituant un site antique.
  • Le boulevard Chambaudoin (partie) et l'allée des Soupirs avec leurs arbres Logo des sites naturels français Site classé (1937, 1949)[106] ; site dénaturé avec les dommages de la guerre 1939-1945 ;
  • La place Saint-Taurin avec ses arbres Logo des sites naturels français Site classé (1937)[107].

Personnalités liées à la commune

Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Geoffroy de Beaulieu (à droite), confesseur de Saint Louis.

Patrons d'Évreux

  • Assomption de Notre-Dame (fêtée le 15 août), depuis la dédicace de l'église cathédrale en 1077.
  • Saint Taurin, évangélisateur de l'Évrecin et premier évêque d'Évreux, il en est le patron céleste principal. Il est fêté le 11 août, et l'église abbatiale Saint-Taurin lui est consacrée. Son corps fut retrouvé par son successeur saint Laudulphe, et l'abbé Boudon relança son culte au XVIIe siècle.
  • Saint Louis (1214-1270) est patron secondaire de la cité. Il vint assister le 19 octobre 1259 au sacre de l'évêque d'Évreux Raoul III de Grosparmy en l'abbatiale Saint-Taurin. Il est fêté le 25 août, jour de sa mort (et de la Libération de la ville en 1944). L'église ébroïcienne des Jacobins, Dominicains qu'il appela dans la ville, devint en 1299 la première église de France consacrée au roi tout juste canonisé (1297), d'ailleurs représenté sur la châsse contemporaine de saint Taurin. Son confesseur, Geoffroy de Beaulieu, était natif d'Évreux.

Natifs d'Évreux

Crédit image :
personnel
licence CC BY 3.0 🛈
Lucien Saint.
Léon Walras.

Autres personnalités

Héraldique, logotype et devise

Jusque vers la fin du XVe siècle, armes de Louis de France, comte d’Évreux († 1319) :

Blason
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Blasonnement :
D’azur, semé de fleurs de lis d’or, à la bande componée d’argent et de gueules, brochant sur le tout.
Commentaires : Ces armes sont dites "d'Évreux ancien".

Depuis le XVIe siècle, armes actuelles de la ville d’Évreux :

Blason
Crédit image :
licence CC BY-SA 4.0 🛈
Blasonnement :
D’azur, à trois fleurs de lis d’or, à la bande componée d’argent et de gueules, brochant sur le tout.
Commentaires : Ces armes, dites d’Évreux moderne, à trois fleurs de lis au lieu d’un semé de fleurs de lis, sont attestées au moins à partir de Jean III de Navarre (Jean II d’Albret) (1469-1516), comte de Penthièvre et de Périgord, vicomte de Tartas et de Limoges et roi de Navarre (du chef de sa femme, descendante de la maison d’Évreux), qui les arborait sur une partie de son écu.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean Calbrix, Mon cadavre se sent fiévreux à Évreux, Charles Corlet, (ISBN 978-2-84706-333-2 et 2-84706-333-1)

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes et cartes

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chef-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  6. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  7. La part des ménages fiscaux imposés est le pourcentage des ménages fiscaux qui ont un impôt à acquitter au titre de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. L'impôt à acquitter pour un ménage fiscal correspond à la somme des impôts à acquitter par les foyers fiscaux qui le composent.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références

Site de l'Insee

Autres sources

  1. « Métadonnées de la commune d'Évreux », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. « Communes les plus proches d'Évreux », sur www.villorama.com (consulté le ).
  3. « Géoportail (IGN), couche « Communes 2016 » activée ».
  4. a et b Francis Doré et G Bignot, Normandie, Maine, Paris, Dunod, , 216 p. (ISBN 978-2-10-050695-8), p. 181.
  5. André Journaux, « Géomorphologie de la Normandie occidentale », Annales de Normandie, vol. 15, no 4,‎ , p. 602–604 (lire en ligne, consulté le )
  6. http://ficheinfoterre.brgm.fr/Notices/0150N.pdf
  7. http://ficheinfoterre.brgm.fr/Notices/0149N.pdf
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Iton (H43-0400) » (consulté le ).
  9. L'espringale, n° de nomenclature 146 sur un plan de la ville d'Évreux établi en 1845.
  10. « Climat Évreux: Pluviométrie et Température moyenne Évreux, diagramme ombrothermique pour Évreux - Climate-Data.org », sur fr.climate-data.org (consulté le )
  11. « Fiche du Poste 27229003 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  12. http://www.ter-sncf.com/Region/haute_normandie/gare/EVREUX.aspx
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 d'Évreux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  21. a b c et d Sources fascicule 20 personnalités qui ont fait Évreux édité à l'occasion des Journées du Patrimoine 2010 par les Archives municipales d'Évreux.
  22. Éléments biographiques concernant Pierre Bailleau (1905-1957), en ligne sur l'institut national d'histoire de l'art [1].
  23. Éléments biographiques concernant Albert de Brettes, en ligne sur l'institut national d'histoire de l'art [2].
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  26. « Assemblée générale de la Section d’entraide des membres de la Légion d’honneur », sur www.evreux.fr (consulté le ).
  27. Jean Adigard des Gautries et Fernand Lechanteur, « Les noms des communes de Normandie - IV », Annales de Normandie, vol. 12, no 3,‎ , p. 1–8 (lire en ligne, consulté le )
  28. de Beaurepaire 1981, p. 106.
  29. Xavier Delamarre (préf. Pierre-Yves Lambert), Dictionnaire de la langue gauloise une approche linguistique du vieux-celtique continental, Paris, Ed. Errance, coll. « Hespérides », , 352 p. (ISBN 978-2-87772-198-1, OCLC 434377531), p. 220-221.
  30. Jean-Marie Desbordes, « Un problème de géographie historique : le Médiolanum chez les Celtes », Revue archéologique du Centre de la France, vol. 10, no 3,‎ , p. 187–201 (DOI 10.3406/racf.1971.1736, lire en ligne, consulté le )
  31. a b et c de Beaurepaire 1981, p. 106-107.
  32. Marcel Baudot in Troisième congrès de toponymie, Louvain, 1951, p. 585-590.
  33. a et b Xavier Delamarre, op. cit.
  34. M. Le Pésant, « Gisacum (Le Vieil-Évreux) » in Richard Stillwell et al., The Princeton Encyclopedia of Classical Sites, Princeton University, 2017, p. 355 [3].
  35. Michel Nortier, « Une thèse sur la Maison d'Évreux-Navarre au XIVe siècle : Philippe Charon, Princes et principautés au Moyen Âge. L'exemple de la principauté d'Évreux, 1298-1412 », Annales de Normandie, vol. 57, no 1,‎ , p. 151–166 (DOI 10.3406/annor.2007.1609, lire en ligne, consulté le )
  36. Bertrand Pâris, « Charlotte Corday », Patrimoine normand, no 119,‎ octobre-novembre-décembre 2021, p. 18 (ISSN 1271-6006).
  37. Timbre La châsse saint Taurin Évreux.
  38. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune d'Évreux », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  39. « Évreux Portes de Normandie - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  40. « Découpage électoral de l'Eure (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  41. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  42. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le )
  43. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  44. a et b « Résultats du 1er tour pour Évreux », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le )
  45. « Répertoire national des élus - version du 3 septembre 2020 », sur https://www.data.gouv.fr/ (consulté le )
  46. « Résultats des élections européennes 2014 ».
  47. « Résultats des élections régionales 2015 ».
  48. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 ».
  49. « Résultats des élections européennes 2019 ».
  50. Site des villes et villages fleuris, consulté le 9 février 2018.
  51. « L'histoire du palais de justice d'Évreux », sur www.ca-rouen.justice.fr (consulté le ).
  52. « Greffe du Tribunal de Commerce d'Évreux », sur www.greffe-tc-evreux.fr (consulté le ).
  53. Observatoire International des Prisons, « Maison d’arrêt d’Evreux », sur oip.org (consulté le )
  54. « SMAC EVREUX - LASA » (consulté le )
  55. LE TANGRAM | Évreux- Louviers, « LE TANGRAM | Évreux - Louviers », sur LE TANGRAM | Évreux - Louviers (consulté le )
  56. Vincent FOLLIOT, « Dans l’Eure, l’histoire de l’aviation plane sur les relations franco-allemandes », sur Paris-Normandie, (consulté le )
  57. Catherine ROL, « La ville d’Évreux célèbre 60 ans de jumelage », sur Paris-Normandie, (consulté le )
  58. « Jumelage. Le maire d'Evreux engage de nouveaux partenariats avec la ville de Kashira (Russie) », sur actu.fr (consulté le )
  59. guy lefrand maire d'evreux et abdoulaye Balde maire deZinguinchor, « commune de Ziguinchor et evreux charte de partenariat », ville d'evreux,‎ , p. 1 (lire en ligne [PDF])
  60. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  61. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  62. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  63. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Évreux (27229) », (consulté le ).
  64. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Eure (27) », (consulté le ).
  65. Dr Élise Machevin indique « Nous constatons une baisse sensible de la natalité en 2017 puisque nous avions eu 2 137 naissances en 2016. Mais ce n’est pas propre à Évreux. C’est une tendance nationale à laquelle nous avions échappé jusqu’à présent »Catherine Rol, « À Évreux, le premier bébé de l’année est une petite Luna », sur www.paris-normandie.fr, .
  66. Village du sport et de la culture
  67. « A Évreux, le Rock ne sera plus dans tous ses états », Télérama.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. « Fédération Française de Bridge », sur Fédération Française de Bridge (consulté le )
  69. « Escrime » (consulté le )
  70. On peut aussi l'écouter sur 100.1 FM. Cette fréquence émet depuis le site d'émission de Grand-Couronne
  71. « Radio Principe Actif », sur Radio Principe Actif (consulté le ).
  72. "La radio associative Principe Actif déploie ses ondes" sur ouest-france.fr
  73. Notice archéologique et historique sur l'évêché d'Évreux.
  74. a et b L'église Saint-Michel bénéficie du Label « Patrimoine du XXe siècle » selon Le dire de l'architecte des bâtiments de France - Les essentiels - no 119 du 31 juillet 2014
  75. Léon Dubreuil, « LA CONDITION DES MÉTIERS A ÉVREUX EN 1789 », Revue d'histoire économique et sociale, vol. 9, nos 1/4,‎ , p. 10–49 (ISSN 0035-239X, lire en ligne, consulté le )
  76. Michel, Développement des villes moyennes. Chartres, Dreux, Evreux : Tome I, Éditions de la Sorbonne, , 839 p. (ISBN 979-10-351-0128-2, lire en ligne).
  77. « Le documentaire sur l’ancienne usine Philips d’Évreux est en ligne sur YouTube », sur www.paris-normandie.fr (consulté le ).
  78. « EVREUX. Un nouveau souffle pour GSK qui fête ses 50 ans et investit 90 millions d'euros », sur actu.fr (consulté le ).
  79. « Coronavirus. Production garantie chez GSK, l’usine pharmaceutique à Évreux », sur www.paris-normandie.fr (consulté le ).
  80. « Des portes ouvertes calmes à l’IUT d’Évreux, samedi », sur www.paris-normandie.fr (consulté le ).
  81. « Avec Polepharma, la région pourrait devenir un berceau de l’industrie pharmaceutique », sur www.paris-normandie.fr (consulté le ).
  82. Notice no PA00099408, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. Notice no PA00099405, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. Notice no PA00099400, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. Notice no PA00099403, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. Notice no PA00099407, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. Notice no PA00099401, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  88. « Le Conservatoire à Rayonnement Départemental », sur www.evreux.fr (consulté le ).
  89. Léon Alexandre Legendre, né en 1864 à Villez-Champ-Dominel, cité par Edmond Delaire, Louis David de Pénanrun, Louis Roux, Les architectes élèves de l'École des beaux-arts (1793-1907), préface de Charles Garnier, Librairie de la construction moderne, 2e éd., 1907, p. 321 en ligne [4]
  90. Notice no PA27000053, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  91. Notice no PA00132692, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  92. Notice no PA00099402, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  93. Structurae - Hôtel de ville d'Évreux
  94. Évreux en 1889, publication de la ville d'Évreux [5].
  95. Transferts du château de Navarre aux débuts de la Révolution.
  96. « Antinoüs du Belvédère », notice no PM27000729, base Palissy, ministère français de la Culture.
  97. « Diane à la biche », notice no PM27000728, base Palissy, ministère français de la Culture.
  98. « Hercule et Télèphe », notice no PM27000727, base Palissy, ministère français de la Culture.
  99. « Ouvrages Eiffel : France », sur Association des descendants de Gustave Eiffel (consulté le ).
  100. Gilles Deshayes, « Évreux (Eure). Couvent de la Providence », Archéologie médiévale, no 41,‎ , p. 230–231 (ISSN 0153-9337, lire en ligne, consulté le ).
  101. Notice no ACR0000839, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  102. Paul Chemetov, « Médiatiques bibliothèques », dans Architecture et bibliothèque : 20 ans de constructions, Presses de l’enssib, coll. « enssib2012 », (ISBN 978-2-37546-022-1, lire en ligne), p. 44–51
  103. Guy Putfin, « BAUDOT Marcel, Marie, Georges », dans Le Maitron, Maitron/Editions de l'Atelier, (lire en ligne)
  104. « Monuments d'Évreux », sur Evreux (consulté le )
  105. « Le jardin de l’Évêché d’Évreux », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le ).
  106. « Le boulevard Chambeaudoin (partie) et l'allée des Soupirs avec leurs arbres à Évreux », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le ).
  107. « La place Saint-Taurin avec ses arbres à Évreux », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le ).
  108. Fiche biographique sur le site de l'Ordre de la Libération
  109. (en) « Dallière Emile », Yad Vashem France.
  110. Israel Gutman et Lucien Lazare, Dictionnaire des Justes de France, Jérusalem et Paris, Yad Vashem et Arthème Fayard, , 596 p. (ISBN 2-213-61435-0), p. 195-196.