Suresnes

Suresnes
Suresnes
Vue de Suresnes depuis la terrasse du Fécheray, avec le bois de Boulogne et la tour Eiffel au fond.
Blason de Suresnes
Blason
Suresnes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement Nanterre
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
Maire
Mandat
Christian Dupuy
2014-2020
Code postal 92150
Code commune 92073
Démographie
Gentilé Suresnois
Population
municipale
48 264 hab. (2017 en augmentation de 2,12 % par rapport à 2012)
Densité 12 735 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 52′ nord, 2° 13′ est
Altitude Min. 29 m
Max. 163 m
Superficie 3,79 km2
Élections
Départementales Canton de Nanterre-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Suresnes
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine
Voir sur la carte topographique des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Suresnes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Suresnes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Suresnes
Liens
Site web suresnes.fr

Suresnes (prononcé [sy.ˈʁɛ]) est une commune française du département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, sur la rive gauche de la Seine.

Situé dans la banlieue ouest de Paris, Suresnes n'est qu'un simple village jusqu'au XIXe siècle. Ses coteaux couverts de vignobles produisent cependant un vin réputé, prisé par les rois, alors que de riches Parisiens se font construire de vastes propriétés autour du centre-ville historique. Le village bénéficie également de la venue de pèlerins, attirés par le calvaire religieux construit au XVIIe siècle sur le mont Valérien, qui surplombe Suresnes. Des guinguettes se développent sur les bords de Seine, jusqu'à constituer une part importante de ses activités économiques, en particulier du XIXe au début du XXe siècle. La Révolution industrielle transforme radicalement sa physionomie, les anciennes demeures aristocratiques et bourgeoises laissant place à des usines aéronautiques et automobiles, et les vignes à des villas ou des logements ouvriers. L'emblématique maire de Suresnes, Henri Sellier, accompagne particulièrement cette urbanisation et ces changements sociaux dans l'entre-deux-guerres, en décidant notamment la construction de la cité-jardin de Suresnes. Durant la Seconde Guerre mondiale, un millier de résistants sont fusillés dans la forteresse du Mont-Valérien, construite le siècle précédent à la place de l'ancien calvaire, ancrant Suresnes dans la mémoire nationale. Par la suite, les usines disparaissent, remplacées jusqu'à la fin du siècle par des lotissements immobiliers et des sièges de grandes entreprises.

Bien relié aux réseaux de transports franciliens (Transilien, tramway, bus), proche du centre d'affaires de La Défense et du bois de Boulogne, Suresnes fait partie de la métropole du Grand Paris et de l'établissement public territorial Paris Ouest La Défense.

Géographie

Localisation

Suresnes est entourée par Puteaux et Nanterre au nord, Saint-Cloud au sud, Rueil-Malmaison à l'ouest et Paris à l'est (bois de Boulogne).


Communes limitrophes de Suresnes
Nanterre Puteaux
Rueil-Malmaison Suresnes Paris
Saint-Cloud

Géologie et relief

La superficie de la commune est de 379 hectares ; l'altitude varie de 29 à 162 mètres[1]. Le niveau le plus bas est la Seine, le plus élevé est le mont Valérien.

Climat

La climatologie de Suresnes suit l’historique du climat de Paris, à la nuance près que la ville est située sur le flanc d’une butte (le mont Valérien) orientée vers l’est en direction de la capitale.

Voies de communication et transports

Voies routières

Les grands axes routiers de Suresnes sont le boulevard Henri-Sellier (D 985), qui permet de rejoindre Paris et Rueil-Malmaison, l'avenue du Général-Charles-de-Gaulle, l'avenue Franklin-Roosevelt et le boulevard Washington (D 3), qui permettent de rejoindre Nanterre, et le boulevard Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny (D 5), qui fait la jonction entre les deux. Le quai Marcel-Dassault permet de rejoindre Saint-Cloud et le quai Galleni Puteaux et La Défense, en longeant Suresnes ; à l'intérieur de la ville, la rue de la République est une autre voie routière permettant d'accéder à Saint-Cloud et la rue de Verdun à Puteaux.

En décembre 2005, un troisième radar a été installé sur la D 985 sur le boulevard Henri-Sellier (face au commissariat) dont la vitesse est limitée à 50 km/h[2].

Voies fluviales

Suresnes est situé le long de la Seine. Durant des siècles, le fleuve a été utilisé pour la pêche et les transports de marchandises ou de personnes, alors que le village était isolé, ne disposant ni de pont, ni de grande route. C'est à partir du milieu du XIXe siècle qu'il commence à être domestiqué à Suresnes, chose favorisée par les besoins de l'industrie naissante. Le développement des transports participe du désenclavement de la ville : outre le réseau ferroviaire, un service de navettes fluviales relie Suresnes à Paris de 1866 à 1933. Celles-ci permettent autant aux Suresnois de gagner la capitale qu'à des visiteurs de venir s'encanailler dans ses guinguettes construites sur les quais[3],[4],[5].

Écluse de Suresnes.

Historiquement, le seul moyen de traverser la Seine à Suresnes était le bac ; les ponts les plus proches étaient à Neuilly et Saint-Cloud. Le bac permettait de rejoindre le bois de Boulogne et l'abbaye de Longchamp, puis Paris. En 1840 commence la construction d'un pont suspendu large de 7 mètres ; il est inauguré en 1842. Incendié lors de la guerre de 1870, il est remplacé par un nouveau pont en métal, construit entre 1873 et 1874, et mesurant 11 mètres de large. Il est élargi à 17,55 mètres entre 1897 et 1901. Ce dernier pont est remplacé en 1950 par le pont actuel, large de 30 mètres, construit en amont de l'ancien pont et sur un axe l'alignant avec le boulevard Henri-Sellier[6],[4].

Le premier barrage-écluse est édifié entre 1864 et 1869. Un second est construit entre 1880 et 1885 pour améliorer la circulation fluviale entre Paris et Rouen. En effet, avant la création de ce barrage-écluse, le niveau trop bas de la Seine ne permettait en région parisienne la navigation que 160 jours par an[7] ; il était même parfois si bas qu'on pouvait la traverser à pied. En tirant les leçons de la inondations de 1910, un barrage à vannes levantes est construit dans les années 1930 ; désormais canalisé, le fleuve prend à Suresnes son aspect actuel[4]. À la fin des années 1960 est enfin construite la grande écluse. Au début du XXIe siècle, le barrage voit passer 7 millions de tonnes par an[3].

Photographie en couleur d'un quai, d'arbres et d'un fleuve.
Quai bas de Suresnes, avec le barrage en arrière-plan.

En amont de l'écluse, le « bassin de Saint-Cloud - Suresnes », délimité par les deux ponts du même nom, a été classé « bassin de vitesse » à l'instigation de la Société des lignes Latécoère (fondée par Pierre-Georges Latécoère en 1917), afin de faire tester des hydravions sur les deux longues sections du fleuve situées de part et d'autre de la passerelle de l'Avre[8]. Aujourd'hui on y pratique des sports nautiques, tels que le motonautisme, le ski nautique et le wakeboard.

En 1937, Suresnes accueille sur son bras de Seine une compétition de rameurs britanniques d'Oxford et Cambridge[4]. Depuis 1987, la ville organise tous les étés La mer à Suresnes, qui permet à 2 000 enfants des centres de loisirs ou au public d'être initiés aux sports nautiques (catamaran, canoë et kayak).

Le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF), devenu Île-de-France Mobilités, décide en 2011 de lancer le réseau de transport fluvial Voguéo. Les navettes devaient étendre leur desserte au moyen de trois lignes sur la Seine, de Suresnes à Maisons-Alfort en passant par Paris[9]. La ligne 3 ouest aurait permis de se rendre du pont de Suresnes au musée d'Orsay. Le projet, qui devait être lancé en 2013, a été abandonné en février 2013 par décision du STIF, en raison du coût trois fois supérieur aux estimations et au faible trafic attendu.

Pistes cyclables et vélos en libre-service

Le quai Gallieni, qui longe Suresnes, est doté de pistes cyclables. Sur les coteaux, le boulevard Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny en est également doté.

Depuis 2009, trois stations de rangement pour le système de vélos en libre-service Vélib' sont installées en bordure de la Seine[10], partie plane de la ville. Leur capacité totale maximale d'accueil est de cent vélos. Deux sont situées en centre-ville (station no 21503 au 13/15, rue Ledru-Rollin et no 21502 au 18bis, rue de Verdun / Cour Madeleine). La plus importante est installée à proximité du centre-ville (station no 21501, de part et d'autre du boulevard Henri-Sellier, au croisement de la rue de Saint-Cloud et de la rue des Bourets).

Des stations de rangement non sécurisées existent à proximité des gares, dont la gare de Suresnes-Mont-Valérien.

Transports en commun

Suresnes est reliée de plusieurs façons au réseau de transport de l'Île-de-France :

D'autre part, douze stations Autolib' comptant de quatre à six bornes de recharge sont implantées depuis 2014 sur l'ensemble du territoire[11]. Le maillage du dispositif a été complété en 2015 par une treizième station à la sortie, hôpital Foch, de la gare Suresnes Mont-Valérien. En 2018, la fin du service Autolib' entraîne leur disparition.

Contrairement à ses voisines Saint-Cloud et Puteaux, Suresnes n'est pas relié au réseau de métro de Paris. En 2011, la ville demande le prolongement de la ligne 2 depuis Porte Dauphine jusqu'à son centre-ville, lors du débat public sur le réseau de transport public du Grand Paris. La proposition de réaliser des études à ce sujet fait partie du projet transports de Valérie Pécresse lors de sa campagne pour les élections régionales de 2015 mais semble suspendue à ce jour.

Urbanisme

Morphologie urbaine

L’Insee découpe la commune en quinze îlots regroupés pour l'information statistique[12].

La commune de Suresnes est située sur les pentes du mont Valérien. On distingue généralement le bas de Suresnes, le long de la Seine, et les plateaux, en hauteur. Érigées sur les coteaux, les lignes ferroviaires séparent ces deux zones, néanmoins reliées par plusieurs voies routières (boulevard Henri-Sellier, avenue Franklin-Roosevelt, etc.) et piétonnes (passerelle et souterrains).

La commune de Suresnes est organisée en six quartiers[13] :

  • Centre ville
  • Écluse-Belvédère
  • République
  • Liberté
  • Mont-Valérien
  • Cité-jardins
Occupation des sols en 2003
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 82,08 % 310,77
Espace urbain non construit 14,45 % 54,69
Espace rural 3,47 % 13,14
Source : Iaurif[14]

Logement

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 21 708, alors qu'il était de 19 828 en 1999[a 1]. Parmi ces logements, 93,4 % étaient des résidences principales, 1,2 % des résidences secondaires et 5,4 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 13,0 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 85,4 % des appartements[a 2]. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 37,4 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (29,9 %). La part de logements HLM loués vides était de 33,8 % (soit 69 % de plus que le taux de 20 % requis par la loi SRU) contre 38,9 %, leur nombre étant constant 6 861 contre 6 856[a 3].

Suresnes allie zones pavillonnaires et habitats collectifs. La commune compte 38 % de logements sociaux[15].

Le centre-ville concentre les plus anciennes maisons de Suresnes, des immeubles du tournant du XXe siècle et quelques lotissements immobiliers récents. Dans le quartier Écluse-Belvédère, plus au nord, là où se trouvaient autrefois des usines, ont été construits de nombreux lotissements immobiliers, même s'il reste également un certain nombre d'immeubles anciens. Toujours en bas de Suresnes, dans le quartier République, tout au sud, on note la présence de lotissements et d'immeubles, mais dans une proportion moins dense. À mesure qu'on monte sur les coteaux se trouvent davantage de maisons avec jardin. Les plateaux de Suresnes sont diversement lotis : le quartier Liberté, au nord, est essentiellement pavillonnaire et compte surtout des maisons avec jardin, le quartier Mont-Valérien, au milieu, comprend davantage d'immeubles et de résidences de tours d'habitation, jusqu'à la cité-jardin, au sud, qui, mis à part quelques maisons, est surtout composé d'un ensemble homogène d'immeubles en brique rouge.

Dans le centre ville, au bord du quai Gallieni, se trouve le « Village anglais ». Il doit son nom aux maisons alignées comme dans une ville anglaise, avec un style architectural harmonieux. Il comprend les rues Diderot, du Bac, l'avenue de la Belle-Gabrielle et celle des Conférences de Suresnes (ancienne rue Frédéric-Passy). Datant de 1923, il a été construit sur le site de l'ancienne teinturerie Meunier, qui a disparu à la fin du XIXe siècle. Si chaque habitation est unique, elles sont toutes construites en brique, en pierre meulière et en moellon, certaines ayant des poutres apparentes. Les toits sont à deux pentes, avec des tuiles. Une partie des maisons comporte un jardin, situé côté rue. Près du village existait autrefois la guinguette « La Belle Gabrielle »[16],[17].

De nouveaux aménagements immobiliers ont lieu au début du XXIe siècle, comme celui de l'îlot Sisley, près de la Seine, qui accueille entre 1 500 et 1 900 habitants[18].

Occupation des sols simplifiée

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 3,61 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 15,84 % d'espaces ouverts artificialisés et 80,55 % d'espaces construits artificialisés[19]

Toponymie

Reproduction en couleur d'une carte.
Suresnes et ses alentours sur la carte de Cassini (1756).

Les mentions anciennes de la localité sont : Surisnas 918[20], Surisnis dicitur 1070[21], Girardus de Serenes v.1169[22], ecclesiam de Surinis 1177[23], 1207[24], villa de Serenes 1299[25], Sorenae, Serenae XIIIe siècle[26], Socraine XIVe siècle[20], Suranus XIVe – XVe siècles[20], Soresne et Sureynes 1544[20], Surasne, Surayne, Suraine, Sureine, Souresne[20], Suresnes v.1757[27], Surènes v. 1850[27].

  • interprétations étymologiques :

L'étymologie de Suresnes n'est pas évidente. Elle a donné naissance à plusieurs hypothèses contestables. En 1804, on proposait de façon fantaisiste d'être issu de « sur Seine »[28]. En 1965, l'historien local René Sordes proposa sur des bases approximatives l'hypothèse que Surisnas, pourrait être l'accusatif du pluriel Surisnae, qui serait un nom d’origine celtique, sa terminaison en na indiquant qu’il s'agirait d'un hydronyme[29]. Il affirma que Camille Jullian, sans citer sa source, voyait dans Surisnae un nom de source « chante-souris » ; c'est peu probable[30]. Ce mot ou cette déesse des sources n'ont jamais été documentés dans les dictionnaires de la langue gauloise[31]. Enfin, E. Nègre[32],[33] et M. Mulon[34] ont proposé une hypothétique racine hydronymique *sor- préceltique peu convaincante.

Une autre hypothèse plus vraisemblable peut être avancée. Suresnes serait issu d'un mot composé latin : soit sorex, -cis « souris » + suff. augment. -nus, d'où soricinus « de souris ». Ce nom n'expliquant rien de compréhensible, il pourrait plus vraisemblablement s'agir de latin tardif (IVe siècle) assez proche, sorix ou saurix, -cis, « chouette, hibou »[35] + suff. augment. -nus, d'où sauricinus « de la chouette ». L'évolution possible aurait été Sauricinus > Suricinus > Surisinus > Surisnus. Une traduction possible serait « (le Domaine) de la Chouette ». Cet animal est une épithète connue de la déesse Athéna, que les Romains copièrent, donnant naissance à la déesse Minerve. Chez les Celtes insulaires, on connaît la déesse Minerva Sulis, notamment à Bath, où était pratiqué un culte des eaux. À Suresnes, sur les pentes du mont Valérien, existait aussi une source guérisseuse, appelée plus tard la Fontaine du Tertre. En 1130, les malades se rendirent en grand nombre à cette fontaine pour être guéris du mal des Ardents[36]. Rappelons que la chouette se retrouve dans certains toponymes situés près de sources, comme la commune de Chavenay (du gaul. cavano- « chouette » + -ialon « clairière », d'où « la Clairière de la Chouette »[31], dont l'église est justement construite sur une source). Il faut enfin noter que la christianisation de ces deux lieux (l'église primitive de Suresnes consacrée à saint Leufroy fêté le 21 juin, celle de Chavenay dédiée à saint Pierre célébré le 29 juin), a proposé des saints dont des dates anniversaires sont proches du solstice d'été, et pourrait être en rapport avec ce culte d'Athéna célébré au milieu de l'été, vers le 15 juillet par les Panathénées.

Histoire

La Seine près de Suresnes du peintre Alfred Sisley (1879).

Le site aurait été occupé par les Gaulois. La première mention historique du village de Suresnes date de 884, quand Carloman II fait don à l'abbaye de la Croix-Saint-Leufroy (Normandie) d'un domaine qui comprend « Surisna ». Après les invasions vikings qui conduisent les moines de l'abbaye à se réfugier en région parisienne, Charles le Simple cède en 918 le domaine royal où se trouve actuellement Suresnes à Robert, comte de Paris et abbé de Saint-Germain-des-Prés[37],[38] ; cette dernière institution religieuse exerce alors un contrôle sur ce territoire, qui durera jusqu'à la Révolution. En 1070, Suresnes devient une paroisse, dont l'église Saint-Leufroy a pour origine une chapelle du début du Xe siècle. Du Moyen Âge jusqu'au XIXe siècle, il s'agit d'un village non relié aux axes de communication vers la capitale, qui vit essentiellement de sa production viticole – des vignobles couvrant ses coteaux, comme dans toute l'Île-de-France depuis des siècles[39] – ainsi que de la pêche sur la Seine[40].

En 1593 y ont lieu des conférences de négociation entre catholiques et protestants, qui participent à mettre fin aux guerres de religion[37]. Cependant, contrairement à une légende locale qui insiste notamment sur l'idylle qu'il y aurait vécu avec Gabrielle d'Estrées, Henri IV ne serait jamais venu à Suresnes[41].

À partir du XVe siècle, des ermites prennent l'habitude de se retirer au sommet du mont Valérien, formant une communauté à l'écart, qui prie et cultive la vigne[42]. En 1633, un calvaire religieux y est également installé, donnant naissance à un important pèlerinage jusqu'à sa fermeture en 1830. Dans le bas de Suresnes, des guinguettes et des hôtels se développent, pour accueillir les dévots, avant et après leur passage[37],[43]. Autour du quartier historique, des aristocrates et bourgeois parisiens se font également construire de vastes demeures garnies de jardins, comme le château de la Source (situé à l'emplacement de l'actuel parc du Château)[44] et le château des Landes (à l'emplacement de l'actuel parc des Landes), propriété de Philippe Panon Desbassayns[45].

XIXe siècle

Photographie d'une gravure en noir et blanc représentant des bâtiments au premier plan à droite, d'autres à l'arrière-plan à gauche et enfin un mont.
Gravure d'Edmond Morin présentant les ruines de l'abbaye de Longchamp (bois de Boulogne) dans la première moitié du XIXe siècle, avec Suresnes et le calvaire du mont Valérien en arrière-plan, avant sa conversion en fort.

Le XIXe siècle donne à Suresnes les grands traits de son actuel urbanisme. En cent ans, le petit village isolé devient une ville industrielle bien reliée aux axes de communication, dont la vocation agricole disparaît.

En 1842 est inauguré le premier pont de Suresnes. Il est détruit pendant la guerre franco-prussienne de 1870, un nouvel édifice lui succédant en 1874, lui-même remplacé en 1950 par le pont actuel[46],[47].

Au début des années 1840, sur les ruines de l'ancien calvaire, démarrent les travaux de construction du fort du Mont-Valérien, faisant ainsi d'un lieu jusque-là à vocation religieuse une forteresse militaire. Elle est intégrée dans le réseau de fortifications ceinturant Paris[43].

Lors de la révolution de 1848, le château de Salomon de Rothschild, situé près de la Seine, est détruit par des émeutiers[48],[49].

Au début du XIXe siècle, une teinturerie s'était installée à Suresnes, préfigurant sa mutation urbaine. Avec les blanchisseries, cette activité proto-industrielle domine pendant plusieurs années, jusqu'à la construction d'usines automobiles et le transfert vers le nord du pays de la filière textile[50]. À partir de la fin du siècle, la ville connaît une industrialisation progressive mais rapide, qui se matérialise par l'installation de plusieurs usines le long de la Seine. Des maisons et des villas bourgeoises sont également élevées sur ses coteaux[37]. Peu à peu, la vigne disparaît[17], ainsi que la plupart des grandes demeures de l'Ancien régime. Par ailleurs, grâce au développement des transports (train, tramway, bateau), les Parisiens viennent nombreux se divertir dans les guinguettes de Suresnes (« À la Belle Gabrielle », « Le Moulin Rose », etc.), parfois au retour des courses de l'hippodrome ParisLongchamp, situé juste de l'autre côté du fleuve, dans le bois de Boulogne[51].

En 1867, le couturier Charles Frederick Worth se fait construire un château à Suresnes, sur un terrain de 15 000 m2. Le bâtiment de style historiciste, mêlant des éléments médiévaux et florentins, est l'œuvre de Denis Darcy. Le jardin comportait bosquets, pavillons et cascades, ainsi que des vestiges du palais des Tuileries, alors que l'esthétique des ruines est en vogue. De l'édifice original, seule subsiste une porte monumentale située 15 avenue Franklin-Roosevelt, ainsi que le pavillon construit plus tard par son fils, dit pavillon Balsan. Le reste des bâtiments a été rasé et le jardin loti dans les années 1930 afin d'accueillir l'hôpital Foch[43].

À partir de 1887, l'administration classe désormais Suresnes comme « ville » et non plus comme « village ». L'actuelle mairie de Suresnes est inaugurée en 1889, après avoir occupé de nombreux emplacements depuis 1787, dont la maison où le physicien Hippolyte Fizeau réalisa en 1849 une célèbre expérience de mesure de la vitesse de la lumière. De style néoclassique, le nouvel hôtel de ville est l'œuvre de Jean Bréasson[52],[53],[54].

XXe siècle

Photographie en couleur d'un bâtiment à la gauche d'une route.
Les mosaïques de l'ancienne usine de Blériot Aéronautique à Suresnes sont exposées à leur emplacement d'origine, même si le bâtiment originel a été détruit au cours des années 2000. L'actuel édifice est occupé par le groupe Airbus[55], puis par SKEMA Business School.

Au début du XXe siècle, Suresnes est une ville industrielle, dont la population ouvrière s'accroît. Elle compte de nombreuses usines, dont les constructeurs automobiles Unic et Saurer (qui emploie plus d'un millier de Suresnois), d'avions Levavasseur, Nieuport, Farman et Blériot Aéronautique, de parfums (Coty)[43], ainsi que la biscuiterie Olibet (fondée en 1880 et qui emploie 400 ouvriers et ouvrières fabriquant 30 tonnes de gâteaux par jour jusqu'en 1940, année où elle est démolie)[56],[17]. Modifiant considérablement la vie de Suresnes, de jour comme de nuit, l'activité de ces entreprises provoque les plaintes de nombreux riverains[37].

L'imprimerie des Cahiers de la Quinzaine (1900-1914), fondée par l'écrivain Charles Péguy, a son siège à Suresnes. Il arrivait à ce-dernier, avec l'homme politique Jean Jaurès, de marcher de Paris jusqu'à ce bâtiment en évoquant les paysages de l'Île-de-France, la « beauté industrielle » de Puteaux ou encore la littérature[57].

Comme les villes voisines situées le long de la Seine, Suresnes est touchée par la crue de 1910 ; le 29 janvier, Le Journal écrit : « À Suresnes, l’eau a monté dans la nuit de 40 cm, envahissant les maisons du quai jusqu'au premier étage et causant dans l'intérieur de la commune de nouveaux ravages »[58].

En 1914, lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Suresnes devient l'un des principaux centres de fabrication d'obus. Citroën en fait l'une de ses usines après la guerre, lors de sa fulgurante expansion[37].

Aménagé sur le versant est du mont Valérien, le cimetière américain de Suresnes, inauguré en 1919 par le président Woodrow Wilson, accueille les sépultures de plus de 1 500 soldats américains morts durant le conflit[59].

Maire de Suresnes de 1919 à 1941, porté sur la question sociale, Henri Sellier fait construire la cité-jardin de Suresnes, les premières habitations à loyer bon marché, le lycée Paul-Langevin (1927) ou encore l'École de plein air de Suresnes (1935)[60],[37]. Il développe les services sociaux, les parcs, les équipements scolaires, sportifs et sanitaires.

Le centre-ville de nos jours.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, la forteresse du Mont-Valérien est occupé par les Allemands et est le théâtre de l'exécution de plus de 1 000 résistants et otages, dont Honoré d'Estienne d'Orves et Michel Manouchian le 29 août 1941. De 1941 à 1944, le prêtre catholique Franz Stock accompagne les condamnés à mort sur le plan religieux et civil. C'est aussi ici que, le , l'écrivain et résistant français Jacques Decour (Daniel Decourdemanche) meurt pour la France, fusillé par les nazis. La résistante Noor Inayat Khan, qui a grandi à Suresnes et s'est engagée dans le Special Operations Executive, meurt à Dachau en 1944[61]. Le Mémorial de la France combattante du mont Valérien est aujourd'hui un lieu de pèlerinage national. Chaque année, le 18 juin, le président de la République française en fonction y vient pour une commémoration[43],[17].

Dans la seconde moitié du siècle, les usines périclitent et deviennent des friches industrielles. Couvrant 10 % de la surface de la ville, elles sont peu à peu remplacées par des bureaux à partir des années 1980, notamment des sièges de grandes entreprises (en lien avec le quartier d'affaire de La Défense, situé sur la commune voisine de Puteaux), et des lotissements immobiliers. De ville industrielle, Suresnes devient une cité du secteur tertiaire aux bâtiments modernes ; il faut monter vers les coteaux pour trouver une densité moindre, des maisons plus traditionnelles et davantage de nature, alors que le quartier historique du bas Suresnes ne conserve que quelques maisons anciennes autour de la place du Général-Leclerc. Le long du boulevard Henri-Sellier, la partie occidentale de ce quartier avait en effet été rasée dans les années 1970 afin d'accueillir des tours, une dalle et une passerelle, provoquant le mécontentement de la population. Des travaux ultérieurs ont néanmoins été menés afin d'intégrer de façon plus harmonieuse ces édifices contemporains au reste de la ville, notamment avec l'aménagement de l'esplanade des Courtieux ou la construction d'un conservatoire de musique et d'une fontaine. Quant à la cité-jardin, elle est entièrement rénovée dans les années 1980-1990[17],[37].

Politique et administration

La mairie de Suresnes.

Rattachements administratifs et électoraux

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964[62], la commune fait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise conduit la commune à intégrer les Hauts-de-Seine[63], à la suite de son transfert administratif, qui prend effet le .

Depuis 1967, Suresnes fait partie de l'arrondissement de Nanterre[64]. Pour les élections législatives, elle est rattachée à la quatrième circonscription des Hauts-de-Seine, représentée depuis 2017 par Isabelle Florennes (MoDem).

La commune appartenait de 1793 à 1893 au canton de Nanterre, dont le chef-lieu est transféré en 1829 à Courbevoie. Ce canton est scindé et la commune intègre en 1893 le canton de Puteaux avant de devenir, lors de la mise en place des Hauts-de-Seine, le chef-lieu du canton de Suresnes[64]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie pour sa représentation au conseil départemental des Hauts-de-Seine du canton de Nanterre-2.

Les tribunaux compétents sur Suresnes sont situés à Puteaux pour le tribunal d’instance, à Nanterre pour le tribunal de grande instance et à Versailles pour la cour d’appel[65].

Intercommunalité

Le 22 octobre 2008, le conseil municipal vote la création de la communauté d'agglomération du Mont-Valérien, intercommunalité associant les communes de Rueil-Malmaison et de Suresnes[66].

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), dont la commune est membre[67].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015 prévoit également la création de nouvelles structures administratives regroupant les communes membres de la métropole, constituées d'ensembles de plus de 300 000 habitants, et dotées de nombreuses compétences, les établissements publics territoriaux (EPT). La commune a donc également été intégrée le à l'établissement public territorial Paris Ouest La Défense, qui succède à la communauté d'agglomération du Mont-Valérien[68].

Tendances politiques et résultats

Socialiste pendant l'entre-deux-guerres avec Henri Sellier (important théoricien et réalisateur du logement social en France), ainsi que sous la IVe République, communiste à la Libération, la ville est depuis 1983 ancrée au centre-droit.

Administration municipale

Henri Sellier, maire (SFIO) de 1919 à 1941.
Christian Dupuy, maire (LR) depuis 1983.

Suresnes fut parmi les premières villes à utiliser des machines à voter électroniques à partir des élections européennes de 2004[69]. Pour les échéances électorales de 2007, Suresnes fait partie des 82 communes[70],[71] de plus de 3 500 habitants ayant utilisé les machines à voter.

En 2019, Suresnes reçoit du Conseil de l'Europe le Label européen d’excellence en matière de gouvernance (ELoGE), qui distingue les collectivités les plus exemplaires en matière de gouvernance[72].

Liste des maires

Sept maires se sont succédé depuis la Libération de la France :

Liste des maires successifs[73]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Jules Courtin
(1889-1963)
SFIO Ouvrier métallurgiste, président du Comité local de Libération
1945 1947 Paul Pagès PCF  
1947 1953 Louis Bert
(1892-1968)
SFIO Employé des chemins de fer puis des travaux publics ; militant syndicaliste
1953 1956 Raymond Cosson
(1902-1956)
SFIO Sous-chef de bureau à GDF
1956 1965 Marcel Legras
(1904-1989)
SFIO Directeur de la Caisse nationale de Sécurité Sociale
Conseiller général de la Seine (mars 1945 → septembre 1945)
Maire de sa commune natale, Autry-le-Châtel (1971 → 1983)
Conseiller général de Châtillon-sur-Loire (1967 → 1979)
1965 1983 Robert Pontillon SFIO puis
PS
Journaliste
Sénateur des Hauts-de-Seine (1977 → 1992)
Conseiller général de Suresnes (1967 → 1988)
1983 En cours Christian Dupuy RPR
puis UMP
puis LR
puis DVD[74]
Avocat
Député des Hauts-de-Seine (4e circ.) (1993 → 1997),
Conseiller régional (1986 → 1988)
Conseiller général de Suresnes (1988 → 1993 et 1998 → 2015)
Conseiller départemental de Nanterre-2 (2015 → )
Vice-président du conseil général puis départemental (1988 → )
Président de la CA du Mont-Valérien (2009 → 2013)
Vice-président de l'EPT Paris Ouest La Défense (2016 → )
Président de l'OPH Hauts-de-Seine Habitat[75],[76] (2011 →)
Réélu pour le mandat 2014-2020[77],[78]

Sécurité

Suresnes dispose d'un commissariat de la police nationale, situé 1 bis place du Moutier et 32 boulevard Henri-Sellier. Le siège de la police municipale est, lui, situé 3 bis rue Carnot.

Politique environnementale

Suresnes met en œuvre une politique environnementale diversifiée, invitant ses habitants et touristes à utiliser les moyens de transport alternatifs à la voiture personnelle[79].

La ville compte de nombreux parcs et squares dans ses différents quartiers, sur une surface totale de 42 hectares. Par ailleurs, plus de 7000 arbres couvrent la commune. Depuis de nombreuses années, Suresnes est récompensée par le comité concours des villes et villages fleuris de 3 fleurs sur 4[80],[15].

Ceinturant le mont Valérien, le parc départemental homonyme ouvre en 1979.

Inauguré en 1988, le parc du Château est l'ancien jardin d'une propriété bourgeoise et aristocratique de l'Ancien régime. On parle à l'origine du « château de Suresnes » ou « château de la Source », érigé au début du XVIIe siècle, et qui ne comprend au départ qu'une maison de vigneron, un pressoir, une étable et un colombier. Le terrain est acheté en 1638 par André Bourret, le trésorier du roi, qui transforme et agrandit le domaine. Après avoir connu plusieurs propriétaires, le château est acquis par Paul Barras, qui y reçoit notamment Napoléon Bonaparte et son épouse. Un nommé Michel, « ancien avoué à Paris », le revend ensuite à la princesse de Vaudémont. Celle-ci achète des terrains aux alentours afin d'étendre son parc. Suit Louis-Marc Chabrier, le directeur du théâtre des Variétés de Paris, dont la fille épouse Gustave Gallimard, grand-père de Gaston Gallimard. En 1832, le château devient une maison pour les enfants en servage et en 1870, il est occupé par l'armée française. En 1904, l'entreprise de parfums Coty installe une usine sur une partie de son terrain. Le château abrite pour sa part une fondation pour les névrosés, créée en 1875 par le médecin Valentin Magnan ; Adèle Hugo y est accueillie comme patiente après la mort de son père. La fondation Magnan subsiste jusqu'en 1975, lorsque le château est vendu à un groupe immobilier. Désaffecté depuis 1960, le château est détruit mais son parc est réaménagé : une partie est lotie et l'autre est ouverte au public en 1988 sous le nom de « parc du château »[81],[82],[83],[84]. En 2016 sont installés dans le parc deux bas-reliefs du sculpteur André Augustin Sallé, d'après René Lalique, représentant des jeunes filles agenouillées autour d'un brûle parfum ; ils ornaient jusque 2001 les fontaines de l'entrée principale de l'ancienne usine Coty, située près du pont, dont certains bâtiments existent encore de nos jours[85].

Sur les coteaux de Suresnes, le parc des Landes est pour sa part l'ancien jardin du château des Landes, construit par l'aristocrate Lechat-Deslandes en 1781, la déformation de son nom conduisant à évoquer le château Deslandes puis le château des Landes. Propriété du comte Philippe Panon Desbassyn de Richemont et de son épouse Eglé Mourgue au siècle suivant[86], il est détruit durant la guerre franco-prussienne de 1870. L'ancienne orangerie du château subsiste, où habite Alice Hoffmann, de la famille du président américain Franklin Delano Roosevelt. Une partie du domaine accueille ensuite une ferme, qui fournit les Suresnois en lait jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale[87],[88]; elle est par la suite transformée en parc public. Par ailleurs, l'école de plein air de Suresnes se situe au sommet de l'ancienne propriété des Landes[89].

En 2009 sont créés des jardins familiaux sur les anciennes friches SNCF de la station de tramway Belvédère, en contrefort de la ligne du Transilien. 40 parcelles sont mises à la disposition des habitants (avec cabanes, récupérateur d'eau et point d'eau). La cité-jardin compte aussi 40 jardins familiaux sur des terrains de l'office public HLM, administrés par l'Association des jardiniers de Suresnes[90].

Ville internet

En 2007 et 2011, Suresnes a sollicité et reçu le label Ville Internet @@@ « libre »[92].

Jumelages

Massifs floraux dans le parc des Landes, chaque parterre de fleurs étant dédié à une ville avec laquelle Suresnes est jumelé.
Suresnes Square à Holon (Israël).

Entre 1905 et 1914, un premier jumelage réunissant Suresnes et Puteaux avait été initié avec la ville anglaise de Keighley, grâce à l'épouse du maire Alphonse Huillard, d'origine anglaise. Outre des visites réciproques et des cadeaux échangés, l'amitié entre les trois villes s'illustra lors de la crue de la Seine de 1910, après laquelle Keighley récolta de l'argent pour remettre en état les bâtiments dévastés et aider les chômeurs[93],[94].

Au 1er janvier 2010, Suresnes est jumelée avec :

Par ailleurs, la commune de Suresnes a signé des contrats de coopération :

Ces jumelages ont pour objectif de favoriser les échanges scolaires, culturels, sportifs ou économiques entre citoyens et, selon la municipalité, de « faire progresser l'esprit européen et à développer le sentiment de citoyenneté européenne ». Des séjours dans les villes jumelles, en réciprocité avec celles-ci, sont ainsi organisés le printemps et l'été pour les adolescents de 14-16 ans[98].

Population et société

Foyer Merlin-de-Thionville ou « château de la Grève », dans le square Germain-Bazin. Ce petit hôtel particulier de style Napoléon III doit son nom à une grève survenue peu de temps avant sa construction, en raison de l'exposition universelle de 1867, qui avait causé une hausse des prix. De nos jours, il abrite des services municipaux[50].

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[99],[Note 2].

En 2017, la commune comptait 48 264 habitants[Note 3], en augmentation de 2,12 % par rapport à 2012 (Hauts-de-Seine : +1,44 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4701 3851 4271 3221 4411 7651 9532 1592 032
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 2164 5464 5156 4776 1497 0117 6838 4049 057
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
11 22513 66016 24819 11722 20927 06532 01832 18237 149
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
39 10040 61637 53735 18735 99839 70644 19746 87648 620
2017 - - - - - - - -
48 264--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[64] puis Insee à partir de 2006[100].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges (2007)

Pyramide des âges à Suresnes en 2007 en pourcentage[101]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,1 
4,3 
75 à 89 ans
7,3 
9,0 
60 à 74 ans
10,1 
17,7 
45 à 59 ans
16,8 
26,5 
30 à 44 ans
26,1 
19,3 
15 à 29 ans
19,3 
23,0 
0 à 14 ans
19,3 
Pyramide des âges du département des Hauts-de-Seine en 2007 en pourcentage[102]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
4,8 
75 à 89 ans
7,8 
10,2 
60 à 74 ans
11,0 
18,5 
45 à 59 ans
18,9 
24,7 
30 à 44 ans
23,3 
21,0 
15 à 29 ans
19,9 
20,6 
0 à 14 ans
18,1 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,7 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 26,5 %, 45 à 59 ans = 17,7 %, plus de 60 ans = 13,6 %) ;
  • 52,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,3 %, 15 à 29 ans = 19,3 %, 30 à 44 ans = 26,1 %, 45 à 59 ans = 16,8 %, plus de 60 ans = 18,5 %).

Enseignement

Suresnes est située dans l'académie de Versailles.

La commune dispose de 22 crèches et trois relais d'assistantes maternelles, pouvant accueillir au total 700 jeunes enfants[15].

Le plus ancien établissement scolaire de Suresnes encore en activité est l'école Jules-Ferry, dans le centre-ville, ouverte en 1875[63].

Établissements scolaires

En 2015, la ville administre 12 écoles maternelles[103] et 10 écoles élémentaires[104]. Créée en 1935, l'École de plein air de Suresnes ferme en 1996.

Le département des Hauts-de-Seine gère également trois collèges[105] : le collège Jean-Macé[106], le collège Émile-Zola et le collège Henri-Sellier[107].

La région Île-de-France gère deux lycées :

Par ailleurs, Suresnes dispose depuis 2009 d'un établissement scolaire privé : l'école Saint-Leufroy (maternelle et primaire), créée en septembre 1988 par des familles de la ville[110].

Enseignement supérieur

Outre des filières en section de technicien supérieur au lycée Paul-Langevin, Suresnes héberge l’INSHEA (Institut national supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés)[111] et l'ENSIATE (ENseignement Supérieur d'Ingénierie Appliquée à la Thermique, l'Énergie et l'Environnement). À la rentrée 2020, l'école de commerce international SKEMA Business School installe son campus parisien à Suresnes, dans les anciens locaux d'Airbus, quai Marcel-Dassault, dont les 30 000 m2 sont réhabilités[112],[113].

Manifestations culturelles et festivités

En vis-à-vis de la mairie se trouve la salle des fêtes municipale, érigée par Édouard Bauhain et Raymond Barbaud en 1897[114],[115].

Fidèle à son histoire viticole, Suresnes est animée chaque année par le Festival des vendanges (le 1er week-end du mois d'octobre). La 34e édition a eu lieu les et , sur le thème « Demain commence hier ». Ce festival honore la fin des récoltes des vignes de la ville avec sa confrérie créée en 1984, qui se réunit pour déguster le vin produit ; elle est célébrée par des défilés, des spectacles de rue, des concerts et une fête foraine[116].

Organisé à l'hippodrome ParisLongchamp, le festival de musique Solidays se déroule chaque été à la frontière de Suresnes, dans le bois de Boulogne. La ville constitue donc un point d'accès important à l'évènement.

Santé

L’hôpital Foch est un établissement de santé privé d’intérêt collectif dont l'activité repose, en 2010, sur un effectif de 2 000 collaborateurs, dont 300 médecins[117].

Le maire assure la gestion du Centre médical municipal Raymond-Burgos (CMM). Cet établissement de santé dispense des soins de ville et réalise une activité de prévention et d’éducation à la santé. Les spécialités présentes sont la médecine générale, la gynécologie médicale, la nutrition, les soins infirmiers, la pédicurie, la chirurgie-dentaire, la chirurgie-orale/stomatologie et l'orthodontie (pour les moins de 16 ans)[118].

Pour les personnes âgées, Suresnes dispose de trois foyers logements, trois résidences médicalisées et quatre foyers clubs[15].

Sports

Histoire

Historiquement liés aux loisirs, les débuts du sport suresnois se font comme de nombreuses communes fluviales en lien avec la Seine : des joutes navales très populaires étaient organisées, opposant des compétiteurs juchés sur des barques, qui devaient se renverser à l'aide de leurs lances. Mais la plus ancienne association sportive de la commune est L'Espérance de Suresnes, créée en 1888, dont le nom renvoie à l'atmosphère revanchiste de l'époque. Nourrissant l'espoir de retrouver l'Alsace et la Lorraine perdues en 1870, de nombreuses sociétés sportives se créent en effet dans le pays, les exercices militaires préparant, sous couvert de sport, les Français à la guerre future. Cette association omnisport, devenue club de tir, existe encore de nos jours[119].

Les Britanniques aidèrent beaucoup à la diffusion du sport dans la société occidentale, tout comme les idées hygiénistes et la promotion de l'idéal antique du « mens sana in corpore sano ». En 1902, M. Hacquin fonde l'association de gymnastique des « Touristes de Suresnes » et en 1908 deux Britanniques créent la société les White Harriers (les « Lévriers blancs »), ou WH, un club omnisports surtout porté vers l'athlétisme, qui s'installe à Suresnes dans les années 1920. Le boxeur suresnois Roger Brousse  participa aux Jeux olympiques de 1924 mais fut exclu après avoir été accusé d'avoir mordu son adversaire ; durant cette même compétition, des sportifs suresnois de la salle Haquin participèrent à une compétition de savate[119]. En ce qui concerne le football, Suresnes comptait à l'époque trois clubs : la section football des WH, la Jeunesse sportive de Suresnes (JSS) créée en 1936 par Henri Sigogneau et le Football club suresnois (FCS) de M. Porteron, qui jouait en première division, disputa les 32e de finale de la Coupe de France et gagna la coupe de Paris. Le FCS s'entraînait à l'emplacement actuel du stade Maurice-Hubert, sur un terrain loué à des agriculteurs. Il disparaît en 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale. Quant à la JSS, elle fut championne de Paris FSGT en 1937-1938 mais sera dissoute en 1942, après avoir rallié la FFF et gagné la Coupe du Matin la même année. La JSS jouait à Bagatelle[120].

Photographie en noir et blanc d'un bateau d'aviron.
Participants au championnat d'Europe d'aviron 1931 sur la Seine, à Suresnes.

La pratique sportive se démocratise en effet dans l'entre-deux-guerres, favorisée à Suresnes par le maire Henri Sellier, qui y voit un élément culturel et sanitaire important. Il est à l'origine à l'origine de la construction du premier gymnase de Suresnes et du développement du sport dans les établissements scolaires municipaux. À l'époque, on se baignait encore dans la Seine ou dans un bassin aménagé sur une péniche ; il faut attendre 1968 pour que la piscine des Raguidelles soit inaugurée[119],[121]. Elle comprend un grand bassin de 25 x 12,5 m, un petit bassin de 12,5 x 10 m, une pataugeoire et un solarium[122].

Devenu jardin ouvrier, l'ancien terrain de football du FCS est racheté après la guerre par le maire de Suresnes Paul Pagès, qui y créé le stade Maurice-Hubert (du nom d'un ancien dirigeant de la JSS et résistant). Recréée, la JSS joue en première division de 1945 à 1953 puis en promotion de première division. Avec l'arrivée d'Antoine Jurilli, elle revient en première division. Le club créé par ailleurs une école de football, d'où sort notamment Robin Leclercq. En 1965, la JSS accède à la division d'honneur, où elle reste jusqu'en 1993, puis en division d'honneur régionale pendant deux ans. Durant cette période, la JSS gagne deux coupes des Hauts-de-Seine et participe à une finale de la Coupe de Paris[120].

En 1973, le maire Robert Pontillon inaugure le stade Salvador-Allende sur le mont Valérien, en hommage à son ami chilien victime d'un coup d'État. En 1983, il est renommé stade Jean-Moulin, à l’occasion du quarantenaire de sa disparition. Un portrait en pointi-sculpture du résistant, réalisé par l'artiste Magguy Crouzet, orne la façade[123]. Il accueille depuis 1975 le Rugby Club de Suresnes, issu de la section rugby des WH[119].

Équipements et clubs actuels

Outre le stade Maurice-Hubert, la piscine des Raguidelles et le stade Jean-Moulin, les équipements sportifs historiques de Suresnes, la ville dispose de nombreux bâtiments dédiés au sport, parfois situés à la frontière des communes voisines de Rueil-Malmaison et Nanterre. Elle compte ainsi trois gymnases, deux centres sportifs, deux clubs de tennis, quatre boulodromes et un centre équestre[124].

La ville accueille 60 clubs sportifs, qui comptent 9 300 licenciés, dont[15] :

  • White Harriers Suresnes (WH Suresnes), club d'athlétisme créé en 1908[125] (omnisport jusqu'en 1976).
  • Jeunesse sportive de Suresnes (JSS), club de football créé en 1936, jouant en championnat Paris Île-De-France en division « PH, Promotion d'honneur »[120].
  • Rugby club suresnois (RCS), club de rugby créé en 1973[126], jouant en Fédérale 1 en 2018-2019.
  • Suresnes Basket Club, club de basket créé en 1978[127].
  • Poney club Suresnois, centre équestre créé en 1989, participant au championnat de France. Il se situe sur le mont Valérien[128].
  • Suresnes Sport nautique[129].
  • Tennis club de Suresnes, 83 rue des Houtraits à Rueil-Malmaison[130].
  • Benattia Brothers, club de boxe thai.
  • Archers suresnois, compagnie de tir à l'arc créée en 1983[131].
  • Cercle d'escrime suresnois (CES), club créé en 1997, participant à plusieurs compétitions au niveau départemental, régional et national[132].
  • Club suresnois de patinage artistique.

Cultes

Les Suresnois disposent de lieux de culte catholique, israélite, musulman et protestant.

Culte catholique

Du Moyen Âge jusqu'à sa destruction en 1906, l'église Saint-Leufroy est le principal lieu de culte de Suresnes. En 1908-1909 lui succède l'église du Cœur-Immaculé-de-Marie, érigée un peu plus au nord. D'autres lieux de cultes catholiques voient le jour au cours du siècle, au fur et à mesure de l'urbanisation de la commune.

Depuis janvier 2010, la commune de Suresnes fait partie du doyenné du Mont-Valérien, l'un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[133].

Au sein de ce doyenné, les lieux de culte catholique relèvent de la paroisse du cœur[134],. On compte : l'église Notre-Dame-de-la-Paix, l'église du Cœur-Immaculé-de-Marie, la chapelle Notre-Dame-de-la-Salette, la chapelle Saint-Leufroy, la chapelle Saint-Louis et la chapelle du fort du Mont-Valérien.

Par ailleurs, la Maison Saint-Charbel, 60 rue de la République, propose un lieu de culte de l'Église maronite et la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X dispose d'un local rue Cluseret.

Culte protestant

Le temple protestant de Suresnes est une paroisse luthérienne de l’Église protestante unie de France située dans la cité-jardin, 3 avenue d'Estournelles-de-Constant[136].

Culte israélite

Créée en 1987, l'association Beth Yossef de Suresnes administre une synagogue.

Culte musulman

L’association Al Badr assure la célébration du culte musulman dans un local municipal. Le , les conseillers municipaux votent ainsi à une large majorité la signature d'un bail emphytéotique de mise à disposition à cette association d'un local acquis par la municipalité pour la somme de 977 000 €[138]. Il s'agit de la mosquée Salam, qui se trouve 5 rue des Velettes.

Économie

Endettée de 96 050 milliers d'euros en 2012[139] soit 2 067 euros par habitant[140], la commune de Suresnes a une capacité d'autofinancement nette après remboursement d'emprunts de 5,9 millions d'euros[141]. Le budget de Suresnes s'élève à 106,8 millions d'euros pour 2012[142] : 27,3 millions d'euros de dépenses d’investissement et 79,4 millions d'euros de dépenses de fonctionnement.

Revenus de la population et fiscalité

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 603 €, ce qui plaçait Suresnes au 4 059e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[143].

Emploi

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 30 936 personnes, parmi lesquelles on comptait 80,3 % d'actifs dont 73,3 % ayant un emploi et 7,0 % de chômeurs[a 4].

On comptait 28 314 emplois dans la zone d'emploi, contre 22 737 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 22 850, l'indicateur de concentration d'emploi est de 123,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un peu plus d'un emploi par habitant actif[a 5].

Entreprises et commerces

De l'agriculture à l'industrie

Du Moyen Âge à l'époque contemporaine, l'activité économique de Suresnes est principalement tournée vers l'exploitation de prés et de vignes sur les coteaux du mont Valérien, dont la réputation participe à la renommée du village. Le pèlerinage sur le calvaire conduit également au développement de structures d'accueil des fidèles de la région (hôtellerie, tavernes, etc.). Au milieu du XIXe siècle, les rives de la Seine voient construire des guinguettes à destination de clients surtout Parisiens, au fur et à mesure que le réseau de transport vers la capitale se densifie (train, tramway, bateaux). Des activités proto-industrielles commencent aussi à se développer (notamment des teinturiers[50]) mais c'est surtout à partir de la fin du siècle et du début du suivant, dans le contexte de la Révolution industrielle, que la vie économique de Suresnes se modifie radicalement. Les industries quittent alors la capitale pour la banlieue, à la recherche d'espace et de voies de communication pour véhiculer le charbon nécessaire à la production (notamment via la Seine), ou naissent in situ au fil des rapides avancées technologiques[112].

Fabrication des mitrailleuses dans l'usine Darracq pendant la Première Guerre mondiale.

Tournée initialement vers les industries pionnières de l'automobile (Darracq, Talbot, Le Zèbre, Latil ou encore Saurer) et de l'aviation (Levavasseur, Nieuport et Blériot Aéronautique) à partir des années 1890-1900, Suresnes voit ensuite s'installer d'autres entreprises comme le fabriquant de postes récepteurs La Radiotechnique ou l'usine de biscuits Olibet, qui emploie 400 ouvriers, dont 80 % de femmes. L'arrivée de ces nouvelles activités modifie en profondeur les bords de Seine de la commune, où s'élèvent alors de nombreuses usines. Outre la transformation de la morphologie urbaine, le petit village laissant place à une ville industrielle, la population ouvrière s'accroit fortement, ce qui conduit dans l'entre-deux-guerres le maire Henri Sellier à multiplier la construction de logements sociaux et d'équipements scolaires, médicaux et de loisirs[112],[17].

Reconversions

L'ancienne parfumerie Coty et son extension contemporaine.

L'activité industrielle décroit fortement au milieu du XXe siècle, avant de disparaître, laissant de nombreuses friches se développer jusqu'aux années 1970-1980, avant leur destruction, bientôt remplacées par des bâtiments modernes et des sièges de grandes entreprises ou du tertiaire, notamment le long du quai Galleni[17]. Dans les années 1980-1990, de nouvelles entreprises s'installent ainsi à Suresnes, sortant la ville d'une période de déclin, notamment Schneider, Laden, Ignis, Cegetex, Saint Gobain Isover, Coriolis, Mexmark, Sony Pictures, Biopharma, le central téléphonique du PMU ou encore des agences de publicité. Aérospatiale y regroupe ses activités de recherche et développement, tandis que la Société européenne de propulsion y crée des moteurs de lanceurs de satellites[112]. En octobre 1988, Suresnes reçoit la Marianne d'Or de l'essor économique[144]

L'usine Coty peut être citée comme un exemple de cette reconversion de l'ancienne industrie suresnoise : en 1909, l'industriel François Coty développe dans son usine des bords de Seine une « Cité des parfums », qui emploie jusqu'à 4 000 personnes sur 500 000 m2[145]. Le parfumeur y conçoit Origan, Ambre antique, Au Cœur des calices, Chypre ou encore Émeraude. Devant le succès rencontré, l'usine est agrandie. Vers 1936, l'architecte Jean Barot construit de nouveaux bâtiments, destinés à la savonnerie, la fabrication des poudres et fards, l'administration, les services sociaux, les magasins et les locaux techniques, la production de parfums se poursuivant dans l'édifice originel. L'entreprise y continue sa production jusque dans les années 1970. Plus tard, le site abrite l'usine de pellicules Agfa-Gevaert. En 2003, la société Heines entame la rénovation de l'édifice en rajoutant une extension en verre de cinq étages sur le bâtiment original en briques, afin d'accueillir le siège du groupe de communication Havas-Euro RSCG[146],[112].

En 1998, la ville initie une charte de qualité Suresnes Qualité Plus (SQ+), désormais gérée par l'association pour la promotion de la qualité du commerce et de l'artisanat suresnois.

XXIe siècle

Photographie en couleur d'un bâtiment.
Entreprise Philips, 41-43 rue de Verdun, l'une des nombreuses entreprises ayant son siège à Suresnes.

En 2019, selon le Répertoire des entreprises et des établissements de l'INSEE, Suresnes compte 4 423 entreprises, allant de 1 à 1 000 salariés. 137 sociétés relèvent du secteur industriel. Le taux de vacance de bureaux y est de 7 %. 7 000 personnes habitent et travaillent à Suresnes et 20 000 salariés d'autres communes viennent quotidiennement y travailler. L'hôpital Foch est le plus gros employeur de la ville, avec 2 300 salariés[112].

Les principaux pôles d'activités et de recherche présents à Suresnes sont l'hôpital Foch, Philips et Placo. Mais des entreprises y ont également localisé certaines de leurs divisions[Note 4]. Louis Dreyfus Armateurs, Servier (pharmaceutique), Bel (agro-alimentaire), Comme j’aime, Kaefer Wanner (leader français d’isolation thermique), Subsea 7 (infrastructures sous-marines) ou encore Messer France (gaz) y ont aussi leur siège. En 2001, la start-up de logiciels médicaux Voluntis est créée à Suresnes, avant d'entrer en bourse en 2019[112].

Le départ de certaines entreprises de la ville à la suite de fusions ou de regroupements[Note 5] en conduit d'autres à y effectuer des allers-retours, comme Dassault Systèmes qui avait quitté la ville, avant de finalement revenir en 2019 et d'implanter des activités dans le quartier République. Outre ces grands groupes, la commune accueille également des établissements de taille intermédiaire, des PME, des artisans, et des start-up, comme Merito (conseil en gestion), Gwards (sécurité), Whaller Groupe XXII (intelligence artificielle) ou encore Serious Factory (réalité virtuelle)[112].

Outre les entreprises d'envergure nationale, Suresnes compte aussi de nombreuses PME et des artisans. Son centre-ville comprend, sur une zone semi-piétonne, plus de 200 commerces, ainsi que des enseignes nationales dans la galerie commerciale Bagatelle[15].

En 2019 est créé le Suresnes Business Club, afin de fédérer les synergies entre grandes entreprises et start-up installées à Suresnes[147].

Suresnes dispose de deux marchés : le marché Zola, en plein-air sur la place du Général-Leclerc, dans le centre-ville (mercredis et samedis matin), et le marché Caron-Jaurès, sous une halle couverte, près de la cité-jardin (jeudis et dimanches matin)[148],[15].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

La commune comprend de nombreux monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel de la France[149] :

Suresnes et les arts

Photographie en couleur d'un tableau représentant des arbres.
Joseph Le Pan de Ligny, Coteaux de Suresnes, arbres en fleur.
Alfred Sisley, Après la débâcle, la Seine au pont de Suresnes.

Chanson

Plusieurs chansons ont Suresnes comme thème. Un disque avec Germaine Montero, Mathé Altéry et Louis Arbessier, orchestre sous la direction d'Hubert Rostaing, a été édité par la firme Pathé Marconi à l'occasion du milcinquantenaire de la commune (1968)[157],[158] : couplets du vin de Suresnes, extraits de l'opérette Le Grand Mogol d'Edmond Audran ; Avril à Suresnes, extraits de La Tulipe orageuse d'Armand Lanoux ; En r'venant de Suresnes d'Émile Spencer ; Suresnes sur un texe d'André Hardellet et une musique de Christiane Verdier, etc.

La chanson Rue Roger-Salengro (2010) de Juliette fait référence à sa jeunesse passée à Suresnes.

Cinéma

Plusieurs scènes de films ont été tournés à Suresnes, par exemple Le Tatoué (1968) de Denys de La Patellière, avec Jean Gabin et Louis de Funès[159].

La commune donna même son nom à un feuilleton télévisé, Les Demoiselles de Suresnes (1968)[160].

Peinture

Plusieurs peintres ont représenté Suresnes. On peut citer Joseph Le Pan de Ligny (Coteaux de Suresnes, arbres en fleur), Constant Troyon[161], Alfred Sisley (La Seine près de Suresnes, 1879 et Après la débâcle, la Seine au pont de Suresnes, 1880), Gaston de La Touche (Vue de Suresnes, 1886)[162] et Henri Rousseau (La Seine à Suresnes).

Équipements culturels et associatifs

En 2000 est créé Suresnes Animation, qui gère des activités de loisirs et de lien social dans plusieurs centres dans les différents quartiers de Suresnes[163]. On peut aussi citer le Conseil communal de la jeunesse (CCJ) et Suresnes information jeunesse (SIJ)[15].

Théâtre

Construit en 1938, le théâtre Jean-Vilar (initialement baptisé « centre de loisirs Albert-Thomas ») accueille depuis 1993 le festival international de rencontres entre la danse contemporaine et le hip-hop Suresnes Cités Danse. Cette manifestation a permis à son directeur Olivier Meyer de créer un « pôle de production, diffusion et transmission de la danse hip-hop » appelé Cités danse connexions, et inauguré le [164]. Ce centre accueille trois chorégraphes en résidence par an, des programmes pédagogiques destinés aux danseurs, et une salle de 230 places.

Bibliothèques

La première bibliothèque municipale de Suresnes date de 1863. Il s'agit alors d'une salle de la mairie destinée à développer l'instruction et de la culture des ouvriers suresnois. Après avoir occupé un local rue Melin, elle déménage en 1924 dans l'ancien presbytère, alors situé boulevard de Versailles. En 1974, trois bibliothèques de quartiers s'y ajoutent, ainsi qu'un biblio-club destiné aux enfants et un bibliobus. Le bâtiment principal est transféré dans la cité de l'Europe en 1979 puis, en 1997, provisoirement déplacé rue des Carrières, afin de permettre la construction à sa place de l'actuelle médiathèque de Suresnes, qui ouvre en 2000[165].

De nos jours, Suresnes administre deux bibliothèques : la médiathèque principale, dans le quartier centre-ville (5 rue Ledru-Rollin), qui propose 130 000 documents sur 2 000 m2, et la bibliothèque des Sorbiers dans le quartier cité-jardin (5 allée des Platanes). Cette dernière ferme en 2019, remplacée par la médiathèque de la Poterie (10 allée Jean-Baptiste-Lully), qui ouvre dans le même quartier début 2020[165].

Par ailleurs, chaque établissement scolaire dispose d'une bibliothèque-centre documentaire, progressivement installées à partir de 1988[165].

École d’arts plastiques

L’école d’arts plastiques enseigne neuf disciplines : peinture, aquarelle, arts graphiques, vidéo, photographie, sculpture, céramique, dessin et histoire de l'art (« La passerelle des arts », avenue du Général-de-Gaulle, quartier centre-ville).

Cinéma et musique
Studio Guillaume Tell, premier cinéma de Suresnes et actuel studio d'enregistrement.

En 1920, la construction d'un cinéma est autorisée, 20 avenue de la Belle-Gabrielle. Nommé « Le Capitole », il comporte 900 places. Il ferme en 1985 et est remplacé l'année suivante par le studio Guillaume Tell, un studio d'enregistrement musical. En 1999, un nouveau cinéma Le Capitole ouvre 3 rue Ledru-Rollin. Classé Art et essai et labellisé jeune public, il dispose de quatre salles[166] (644 places), proposant des rencontres avec des réalisateurs ou des comédiens plusieurs fois par an[167].

Si Le Capitole était le premier cinéma de la ville, il y eut par la suite eu jusque six autres cinémas à Suresnes, la plupart disparaissant dans les années 1950-1960 : le cinéma municipal de la salle des fêtes (place de la mairie) à partir de 1920, celui de la guinguette le Moulin-Rose (boulevard de Versailles, actuel boulevard Henri-Sellier), le Kursaal du Val d'Or (1, rue Carnot), le Magic Ciné (22, avenue de Verdun), le Novelty, anciennement Kursall jusqu'en 1938 (38, avenue Jean-Jaurès) et le Suresnes, dans l'actuel théâtre Jean-Vilar[167].

Inauguré en 2007, l’équipe pédagogique des 35 professeurs du conservatoire de musique de Suresnes est reconnu « à rayonnement communal » par le ministère de la Culture. Il accueille plus de 800 élèves (1, place du Puits-d’Amour, quartier centre-ville).

La ville de Suresnes a abrité en son sein la maîtrise des Hauts-de-Seine (chœur d'enfant de l'opéra national de Paris). Créée en 1985 par le conseil général, elle siégeait dans les bâtiments du collège Henri-Sellier et comptait 470 enfants chanteurs âgés de sept à seize ans. En 2017, la maîtrise déménage sur l'île Seguin, intégrant les locaux de la Seine musicale.

Depuis 2006, l'école de musique La Nouvelle Gamme reçoit chaque année plus de 650 élèves de 3 à 93 ans et enseigne le piano, guitare, batterie, chant, violon, saxophone, musique électronique.

Musée d'histoire urbaine et sociale
Le musée.

Le musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes[168] ouvre le 8 juin 2013 dans l'ancien bâtiment de la gare de Suresnes-Longchamp.

Présentant l'évolution de la ville, il est tout particulièrement axé sur l'urbanisme social des années 1920-1930. À travers sept séquences, les visiteurs découvrent ainsi le passé religieux et militaire du mont Valérien, l'histoire agricole et viticole de la ville puis le passé industriel avec ses entreprises de blanchisserie, biscuiterie, parfumerie, aéronautique, automobile et d'électroménager (Olibet, Coty, Worth, Darracq, Blériot, ou bien encore La Radiotechnique, devenue Philips).

Au premier étage, la personnalité d'Henri Sellier (maire de Suresnes de 1919 à 1941) est évoquée grâce à des dons de sa famille, ainsi que ses projets urbains (la cité-jardins en particulier) et ses projets sociaux (École de plein air, groupes scolaires, etc.) des années 1920-1930.

La muséographie est moderne et interactive, avec de nombreux multimédia pour tous les publics. Le projet architectural a été confié aux architectes « Encore Heureux ». Il s'appuie sur l'ancienne gare Suresnes-Longchamp, réhabilitée et dotée d'une extension moderne, permettant d'accueillir les espaces d'exposition temporaire, l'atelier, le centre de documentation.

Il est le point de départ d'un parcours dans la ville ponctué par 21 mâts, qui présentent les édifices majeurs de son histoire contemporaine.

Plaque de la rue du Mont-Valérien à Suresnes.

À l'occasion de son exposition « Suresnes à travers le Mont-Valérien », le musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes propose l’atelier Plaques de rues[169].

Spécialités gastronomiques

  • Les sarments (chocolats).
  • Les flâneries suresnoises.

Vin de Suresnes

Situées sur les pentes du mont Valérien, 4 rue du Pas Saint-Maurice, et offrant une vue panoramique sur Paris, les vignes de Suresnes comptent environ 5 000 pieds, pour une production annuelle de 4 000−5 000 bouteilles par an[170], vendues sur les marchés, à l’office du tourisme et sur Internet. Au milieu du site se trouve la cave, un bâtiment moderne conçu d’après les plans de l’œnologue Jacques Puisais. Le critique gastronomique Périco Légasse est responsable de la vinification[171]. Les caves des vignerons se visitent sur rendez-vous[172].

Photographie en couleur d'un vignoble.
Vignes municipales de Suresnes, au Pas-Saint-Maurice.
Histoire

Suresnes s'enorgueillit d'être la seule commune d'Île-de-France « à faire du vin dans les règles de l’art ». Depuis 1983, il existe même un adjoint au maire qui compte les « vignes » parmi ses délégations. Pour promouvoir cette activité, la municipalité s’appuie sur l’histoire, rappelant notamment qu’à la fin de l'Empire romain, l’autorisation de planter des vignes accordée aux habitants de Lutèce s'était accompagnée de l’arrivée de légionnaires, avec des pieds de vigne dans leurs bagages, donnant naissance au développement du vignoble francilien. Au XIIe siècle, les moines de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés favorisèrent la culture de la vigne sur le mont Valérien, en raison de ses pentes, constamment ensoleillées, et de sa terre de bonne qualité[173]. Sous l'Ancien régime, le vin de Suresnes était prisé des rois de France et fut même recommandé à ses patients par un chirurgien de l'Hôtel-Dieu[171], qui fit planter des vignes à Suresnes pour fournir son hôpital. À partir du XVe siècle, les cuvées de Suresnes portaient le nom « Clos des seigneurs » et « Les trois arpents » ; il s'agissait surtout de vin blanc (chardonnay et meslier), plus à même de passer les rudes hivers de la région, et quelques plants de rouge (pinot noir), moins prisé[173]. Bien plus tard, en 1799, Joséphine Bonaparte vint à Suresnes prendre un bain de raisins en fermentation pour soigner des rhumatismes, selon une thérapie prescite par son médecin Jean-Joseph Sue[174].

Le vin de Suresnes a été célébré par des artistes, par exemple Guillaume Colletet en 1629, qui écrit un poème intitulé Le trébuchement de l'ivrogne, dont voici un extrait : « Par le pied du vieux Silène / Bref, par tous les appâts de ce vin de Surène... »[175]. On peut également citer l’épître de l'abbé de Chaulieu sur le marquis de La Fare : « Et l'on m'écrit de Surène / au cabaret l'on a vu / La Fare et le bon Silène / qui, pour en avoir trop bu, / retrouvoient la porte à peine / du lieu qu'ils ont tant connu »[176]. Florent Carton dit Dancourt compose aussi Les Vendanges de Suresnes (1695)[177], jouée au Théâtre-Français[173].

Vigne municipale de Suresnes 12.jpg

Le Grand hiver de 1709 détruisit la vigne, qu'il fallut donc replanter. Le rouge ayant supplanté le blanc dans les goûts de l'époque, les vignerons cultivèrent désormais du gamay. Si le vignoble s'agrandit, passant de 80 à 178 hectares en un siècle, et la production se fit plus abondante, la qualité du vin de Suresnes régressa, notamment au XIXe siècle, même s'il restait apprécié des ouvriers, qui venaient boire un « p'tit bleu de Suresnes » dans les guinguettes qui bordaient désormais la Seine[173].

De même que le vignoble francilien, la vigne suresnoise disparut au tournant du XXe siècle, avec le développement des activités industrielles (aviation, automobile), de l’urbanisation qui en a découlé (logement), de l'épidémie de phylloxéra et des progrès de transport, permettant d’acheminer plus facilement le vin produit dans d’autres régions de France. Alors qu'en 1860 Suresnes produisait 6 220 hectolitres, la récolte s'élève à seulement 33 hectolitres en 1913[173].

Renaissance du vin de Suresnes

L'action de la municipalité au XXe siècle cependant de perpétuer le souvenir de la vigne suresnoise[171]. En 1965, alors que la production de vin avait presque disparu, l'adjoint au maire et fils de maître de chais bordelais Étienne Lafourcade fait planter des cépages blancs (85 % de chardonnay et 15 % de sauvignon) sur 70 ares, au Pas Saint-Maurice. Ce terrain argilo-calcaire avait été acheté en 1926 par le maire Henri Sellier, qui avait constaté les conséquences de l'urbanisation galopante et déjà fait planter quelques ceps, mais qui étaient tombés à l'abandon, faute de soins suffisants. À partir de 1983, la plantation et la vinification sont professionnalisées, le domaine passant à un hectare[178]. La vigne de Suresnes est classée site protégé. Suresnes est l'une des rares villes d'Île-de-France à encore posséder un vignoble et à produire du vin[170]. Il s'agit même de nos jours du seul vin commercialisé dans la région[179]. En 1984 est créée la Confrérie du Taste-Vin de Suresnes, par l'association du Clos du Pas Saint-Maurice, qui veille à entretenir et sauvegarder cet héritage. Deux fois dans l'année, le jour de la Saint-Vincent (patron des vignerons) et lors de la fête des Vendanges début octobre, ont lieu des cérémonies d'intronisation de nouveaux membres, parmi lesquels on compte de nombreuses personnalités[180]. Début 2020, le vin de Suresnes fait l'objet d'une indication géographique protégée (IGP)[181]. L'histoire viticole étant inséparable de celle de la commune, de la vigne figure sur le blason de Suresnes[173].

Personnalités liées à la commune

Héraldique, logotype et devise

Armes d’Antony

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui : D'azur à la croix de gueules chargée en cœur d'un écusson octagonal d'argent au liseré d'or surchargé des lettres S et L entrelacées de sable, et cantonnée de quatre fleurs de lis d'or.

« Nul ne sort de Surenne, qui souvent n'y revienne », devise de Suresnes inscrite une façade du lycée Paul-Langevin.

Le « S » et le « L » entrelacés renvoient à saint Leufroy, patron de la ville qui donna son nom à l'ancienne église Saint-Leufroy (détruite en 1906).

La devise de Suresnes est : « Nul ne sort de Surenne, qui souvent n'y revienne ».

Voir aussi

Bibliographie

Une grande partie de la bibliographie historique disponible concernant la commune de Suresnes a été rédigée et éditée par la Société historique de Suresnes, fondée en 1926[182],[63].

  • Edgar Fournier, Suresnes, Les éditions du Bastion (rééd.),
  • Octave Seron, Suresnes d'autrefois et d'aujourd'hui, Le Livre d'histoire (rééd. 2000),
  • René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes,
  • Suresnes, ses lieux dits et ses rues vous parlent, Société historique de Suresnes,
  • Francis Prévost, Histoires de Suresnes, Suresnes Information, (ISBN 2-9503475-0-9)
  • Michel Hebert et Guy Noël, Suresnes. Mémoire en images, t. 1, Éditions Alan Sutton,
  • Michel Hebert et Guy Noël, Suresnes. Mémoire en images, t. 2, Éditions Alan Sutton,
  • Bulletins de la Société historique de Suresnes.

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Il remplace la halle du marché Marcel-Legras, incendiée en 2005[91]. En 2009 est inauguré à la place le square des Bels-Ébats, doté d'un kiosque à musique, d'espaces de jeux pour enfants et d'une salle polyvalente.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.
  4. Atos Origin pour sa branche Infogérance, Chiron, Degrémont, Euro RSCG C&O, I.E.R. filiale du groupe Bolloré, Institut de recherche du groupe Servier, Lexmark pour sa division commerciale France, Lilly France, Lotsys, filiale de la Française des jeux, N.C.H. International, Orange France, Phone House, Sogitec, Solvay Pharma, en:Talend, Teletota, filiale des laboratoires Éclair, Terreal, Whirlpool.
  5. Havas, Airbus ou encore Capgemini.

Références

Insee

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.

Autres références

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. Sécurité routière : où sont les radars dans le "92" ?
  3. a et b Panneau historique explicatif situé devant le barrage-écluse.
  4. a b c et d « Suresnes, une mise en Seine », Suresnes Mag n°302,‎ , p. 38-39 (lire en ligne).
  5. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 520-522.
  6. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 514-516.
  7. Danielle Chadych et Dominique Leborgne, Paris pour les Nuls, France, First Editions, coll. « Pour les Nuls », , 459 p. (ISBN 2-75400-168-9), p. 260
  8. Le premier hydro sorti des ateliers Nieuport de la rue de Seine (aujourd'hui rue Edouard Nieuport) à Suresnes en 1912 dut faire le voyage à Meulan pour être testé sur la Seine [1]
  9. Vogueo : le Stif lance le premier réseau de transport public fluvial.
  10. Quatre points vont accueillir les Vélib' à une courte distance du pont de Suresnes
  11. 14 stations
  12. « Plan d'assemblage Grands Quartiers - IRIS 2000 – Suresnes », sur le site de l'Insee (consulté le 28 février 2011).
  13. « Plan des quartiers », sur site de la ville de Suresnes (consulté le 29 septembre 2009)
  14. Fiche communale d'occupation des sols sur le site de l'Iaurif. Consulté le 29 septembre 2009
  15. a b c d e f g et h « Présentation de la ville », sur suresnes.fr (consulté le 3 mai 2020).
  16. Panneau historique explicatif situé au croisement de l'avenue de la Belle-Gabrielle et celle des Conférences de Suresnes.
  17. a b c d e f et g Mylène Sultan, « Les métamorphoses de deux villes », lexpress.fr, 13 novembre 2008.
  18. « Jusqu'à 1 900 habitants attendus dans le nouveau quartier », leparisien.fr, 18 février 2013.
  19. [PDF]Fiche communale d'occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) sur le site cartoviz.iau-idf.fr
  20. a b c d et e Pierre Anger, Les dépendances de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés. (1906), t. 1, p. 52.
  21. B. Guérard, Cartulaire de l'église Notre-Dame de Paris, (1850), t.1, p. 56.
  22. Léopold Delisle, Recueil des actes de Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie concernant les provinces françaises et les affaires de France (1909), p. 239.
  23. Jacques Bouillart, Bulle du Pape Alex. III. Histoire de l'abbaye royale de Saint-Germain des Prez (1724), Recueil des Pièces (3/4) - §LXII, p. xliv - - - p. clxxv
  24. J.-P. Migne, Patrologiae cursus completus, seu bibliotheca universalis (1855), t. 217, p. 169D.
  25. A. Vidier, « Extraits de Comptes royaux concernant Paris. I. Journal du Trésor (1298-1301) », Bulletin de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France – 38 année (1911), p. 264.
  26. Abbé Lebeuf, Histoire de la ville et de tout le diocèse de Paris. (1883), t. 3, p. 47.
  27. a et b IGN, plan de Cassini.
  28. Dulaure, Paris et ses curiosités : avec une notice historique et descriptive (1804), t. 2, p. 200.
  29. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, édité par la Société historique de Suresnes, Alençon, impr. Corbière et Jugain, p. 32, 1965.
  30. Michel Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque : peuplement et défrichement dans la Civitas des Parisii (Seine, Seine-et-Oise). (1971), p. 32.
  31. a et b X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise (2003), pp. 1-440.
  32. Ernest Nègre, Études de linguistique romane et toponymie (1984), p. 178.
  33. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, 1990, t. 1, p. 44.
  34. Marianne Mulon, Noms de lieux de l'Île-de-France (1997), p. 36.
  35. Félix Gaffiot, Latin- Français (1934), p. 1397, 1459.
  36. Michel Roblin, Le terroir de Paris aux époques gallo-romaine et franque : peuplement et défrichement dans la Civitas des Parisii (Seine, Seine-et-Oise) (1971), p. 271, n.2.
  37. a b c d e f g et h Le patrimoine des communes des Hauts-de-Seine, Flohic éditions, 1994, p. 376.
  38. Matthieu Frachon, « Les invasions vikings à l'origine de la naissance de Suresnes ? », Suresnes Mag n°314,‎ , p. 46-47 (lire en ligne).
  39. Marina Bellot, « Petite histoire du grand vin francilien d'autrefois », retronews.fr, 27 décembre 2018.
  40. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, p. 506-509.
  41. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, p. 168-169 et 188.
  42. Matthieu Frachon, « Les ermites du Mont Valérien », Suresnes Mag n°306,‎ , p. 38-39 (lire en ligne).
  43. a b c d et e « Patrimoine », sur suresnes.fr (consulté le 5 mai 2020).
  44. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, p. 215-221.
  45. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, , p. 245-246 et 330-334
  46. « Le pont de Suresnes », notice no IA92000236, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  47. Le pont de Suresnes sur Structurae.
  48. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, , p. 380-382.
  49. Matthieu Frachon, « 25 février 1848 : Le jour où… Le château des Rothschild fut dévasté », Suresnes Mag n°309,‎ , p. 38 (lire en ligne).
  50. a b et c Matthieu Frachon, « Une ville haute en couleurs », Suresnes Mag n°303,‎ , p. 38-39 (lire en ligne).
  51. Jean Prasteau, Voyage insolite dans la banlieue de Paris, Librairie académique Perrin, 1985, p. 104.
  52. Matthieu Frachon, « Les 7 mairies de Suresnes », Suresnes Mag n°316,‎ , p. 40-41 (lire en ligne).
  53. Le patrimoine des communes des Hauts-de-Seine, Flohic éditions, 1994, p. 383-384.
  54. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 453-455.
  55. « Blériot Aéronautique », sur le site www.aerosteles.net (consulté le 17 février 2019).
  56. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, p. 473.
  57. Arnaud Teyssier, « Jaurès/Péguy, le politique et le mystique », Le Figaro Magazine, semaine du 14 juillet 2017, pages 24-27.
  58. « Exposition : la grande crue de 1910 », sur hauts-de-seine.fr, (consulté le 8 avril 2020).
  59. « Et Suresnes devint un peu américaine », Suresnes Mag n°307,‎ , p. 40-41 (lire en ligne).
  60. Les 3 principaux monuments historiques et immeubles protégés référencés par la mairie de Suresnes.
  61. Matthieu Frachon, « L’exemplaire destinée de la princesse agent secret », Suresnes Mag n°304,‎ , p. 42-43 (lire en ligne).
  62. Journal Officiel, Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  63. a b et c Matthieu Frachon, « C’est arrivé en été à Suresnes », Suresnes Mag n°309,‎ , p. 39 (lire en ligne).
  64. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  65. Procédures pour se faire payer
  66. « Communauté d'agglomération entre Suresnes et Rueil-Malmaison », sur site de la ville de Suresnes (consulté le 29 septembre 2009).
  67. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  68. Décret n° 2015-1658 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Nanterre sur Légifrance.
  69. Européennes 2004 : le vote électronique rallie les suffrages sur le site de 01net.com
  70. La liste des 82 communes équipées de machines à voter sur le site de ZDNet.fr
  71. Liste des communes équipée de machines de vote électronique dans le 92
  72. « Suresnes reçoit-le-label-eloge/ », suresnes.fr, consulté le 21 novembre 2019.
  73. « Les maires de Suresnes », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 22 juillet 2015).
  74. https://www.politiquemania.com/forum/vie-partis-f16/vie-interne-ump-les-republicains-t239-510.html
  75. « Le maire de Suresnes à la tête de l'office départemental des HLM », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  76. « Le maire de Suresnes réélu président de l'office HLM 92 », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  77. Florence Hubin, « Une adjointe de Suresnes se présente contre son maire : Mauvaise nouvelle pour le maire (UMP) Christian Dupuy, qui brigue un sixième mandat : il voit se dresser contre lui son adjointe en charge du commerce », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne).
  78. « Liste des maires des Hauts-de-Seine » [PDF], le site de la préfecture des Hauts-de-Seine, (consulté le 28 décembre 2015).
  79. La Ville de Suresnes vous encourage à utiliser les modes de locomotion doux.
  80. Les 33 villes et villages fleuris des Hauts-de-Seine
  81. Michel Hebert et Guy Noël, Suresnes. Mémoire en images, t. 1, Éditions Alan Sutton, 1995, p. 35.
  82. Philippe Barthelet, Les écrivains et les Hauts-de-Seine, Cyrnéa éditions, 1994, p. 102.
  83. Le patrimoine des communes des Hauts-de-Seine, Flohic éditions, 1994, p. 386.
  84. Francis Prévost, Histoires de Suresnes, Suresnes Information, 1989, p. 200-208.
  85. « La conservation et la restauration », musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes, consulté le 6 mai 2020.
  86. Suresnes, ses lieux-dits et ses rues vous parlent, Société historique de Suresnes, 1968, p. 17.
  87. Michel Hebert et Guy Noël, Suresnes. Mémoire en images, t. 1, Éditions Alan Sutton, 1995, p. 25 et 108.
  88. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 215-221.
  89. Le patrimoine des communes des Hauts-de-Seine, Flohic éditions, 1994, p. 389.
  90. « Jardins partagés à Suresnes », sur Horizon Durable, (consulté le 8 avril 2020).
  91. « Suresnes Un nouvel aménagement pour la place Marcel-Legras », sur lemoniteur.fr, (consulté le 2 mai 2020).
  92. 236 Villes ont sollicité la mention "libre" en 2007
  93. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 488-489.
  94. Matthieu Frachon, « 5 août 1905 : le jour où... Suresnes initia le premier jumelage », Suresnes Mag n°303,‎ , p. 38-39 (lire en ligne).
  95. a b c d et e « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur Ministère des affaires étrangères (consulté le 11 novembre 2009)
  96. « 2 octobre 1959 : le jour où… Suresnes et Hann. Münden se jumellent », Suresnes Mag n°311,‎ , p. 41.
  97. Suresnes et Holon : Jubilé du jumelage
  98. « Jumelage », suresnes.fr, consulté le 3 novembre 2019.
  99. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  100. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  101. « Évolution et structure de la population à Suresnes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010)
  102. « Résultats du recensement de la population des Hauts-de-Seine en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 septembre 2010).
  103. « Les écoles maternelles », sur site de la ville de Suresnes (consulté le 28 décembre 2015)
  104. « Les écoles élémentaires », sur site de la ville de Suresnes (consulté le 28 décembre 2015).
  105. « Les collèges et lycées », sur site de la ville de Suresnes (consulté le 28 décembre 2015).
  106. « Collège Jean Macé », sur site de l'académie de Versailles (consulté le 29 septembre 2009).
  107. « Collège Henri Sellier », sur site de l'académie de Versailles (consulté le 29 septembre 2009).
  108. « Lycée Paul Langevin », sur site de l'académie de Versailles (consulté le 29 septembre 2009).
  109. « Lycée Louis Blériot », sur www.lyc-bleriot-suresnes.ac-versailles.fr (consulté le 28 décembre 2015)
  110. « Projet pédagogique », sur site de l'école Saint-Leufroy, (consulté le 29 septembre 2009).
  111. Informations légales INS HEA
  112. a b c d e f g et h Florence Rajon, Céline Gazagne et Thierry Wagner, « Suresnes, la tradition de l'innovation », Suresnes Mag n°311,‎ , p. 30-33 (lire en ligne).
  113. Isabelle Chiosi, « Découvrez le Campus Grand Paris », skema-bs.fr, 21 mai 2019.
  114. René Sordes, Histoire de Suresnes : Des origines à 1945, Société historique de Suresnes, 1965, p. 458-459.
  115. « Salle des fêtes », pop.culture.gouv.fr, consulté le 22 avril 2020.
  116. Laura Bruneau, « Manches retroussées pendant l’été pour le festival des vendanges de Suresnes », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne, consulté le 5 août 2017).
  117. Chiffres clés de l'Hôpital Foch (2010)
  118. « Centre médical municipal », suresnes.fr, consulté le 2 mars 2020.
  119. a b c et d Matthieu Frachon, « Les pionniers du sport suresnois », Suresnes Mag n°310,‎ , p. 44-45 (lire en ligne).
  120. a b et c « Historique », jssuresnes.fr, consulté le 30 juin 2018.
  121. Francis Prévost, Histoires de Suresnes, Suresnes Information, 1989, p. 182-187 et 232-233.
  122. Informations pratiques sur la piscine du Centre sportif des Raguidelles.
  123. « Le stade Jean-Moulin », sur http://rcsuresnes.fr, (consulté le 23 octobre 2018).
  124. « Équipements sportifs », sur suresnes.fr (consulté le 25 avril 2020).
  125. « 1908-2008 : 100 ans des White Harriers », sur whiteharriers.athle.org, (consulté le 25 avril 2019).
  126. « Histoire », rcsuresnes.fr, consulté le 30 juin 2018.
  127. « Suresnes Basket », suresnes-basket.com, consulté le 30 juin 2018.
  128. « Poney club Centre équestre de Suresnes », equivil.fr, consulté le 30 juin 2018.
  129. « Suresnes sport nautique », suresnes-sports-nautiques.fr, consulté le 30 juin 2018.
  130. « Tennis Club de Suresnes », club.fft.fr, consulté le 30 juin 2018.
  131. « Les Archers suresnois », lesarcherssuresnois.fr, consulté le 30 juin 2018.
  132. « Cercle d'escrime suresnois », ces.asso.fr, consulté le 30 juin 2018.
  133. « Carte des doyennés janvier 2010 », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le 18 septembre 2011).
  134. « Liste des paroisses des Hauts-de-Seine », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le 18 septembre 2011)
  135. « Page d'accueil », sur le site de l'église protestante unie de France à Suresnes (consulté le 18 septembre 2011).
  136. Compte rendu de la réunion du conseil municipal du , p. 38-39.
  137. http://alize22.finances.gouv.fr/communes/eneuro/tableau.php?icom=073&dep=092&type=BPS&param=5&exercice=2010
  138. Carte : les cinquante villes les plus endettées de France en 2012
  139. http://alize22.finances.gouv.fr/communes/eneuro/tableau.php?icom=073&dep=092&type=BPS&param=4&exercice=2010
  140. Baisse des taux d'imposition de 2 %, Suresnes magazine, no 220, mai 2011, page 10.
  141. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  142. Francis Prévost, Histoires de Suresnes, Suresnes Information, 1989, p. 242-245.
  143. Dépliant Suresnes : senteurs et parfums, publié par le musée de Suresnes.
  144. Panneau historique explicatif situé sur le quai Léon-Blum.
  145. Florence Rajon, « Suresnes Business Club, "transmettre les savoirs" », Suresnes Mag n°311,‎ , p. 14-15.
  146. « Les marchés », suresnes.fr, consulté le 14 novembre 2019.
  147. « Suresnes », base Mérimée, ministère français de la Culture
  148. « Historique du lycée Paul Langevin », sur site de l'académie de Versailles, (consulté le 29 septembre 2009)
  149. Philippe Landru, « Suresnes (92) : cimetière ancien », sur landrucimetieres.fr, (consulté le 17 septembre 2018)
  150. Philippe Landru, « Suresnes (92) : nouveau cimetière », sur landrucimetieres.fr, (consulté le 17 septembre 2018)
  151. « Les cimetières de Suresnes », suresnes.fr, consulté le 7 août 2018.
  152. http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=92073_5
  153. Notice no PA00088156, base Mérimée, ministère français de la Culture
  154. « Barrage Ecluse de Suresnes », notice no IA92000186, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  155. Suresnes dans la chanson française, avec Germaine Montero, Mathé Altéry et Louis Arbessier.
  156. Le disque Suresnes dans la chanson française sur youtube.
  157. « Suresnes (92) - Lieu de tournage du "Tatoué" (Denys de La Patellière, 1967) », autourdelouisdefunes.fr, consulté le 28 octobre 2018.
  158. Matthieu Frachon, « Le 15 avril 1968 : le jour où… les demoiselles de Suresnes passent à la postérité (et à la télévision) », Suresnes Mag n°312,‎ , p. 40-41 (lire en ligne).
  159. Michel Hebert et Guy Noël, Suresnes. Mémoire en images, t. 1, Éditions Alan Sutton, 1995, p. 110-111.
  160. « Numéro d'inventaire : 2014.5.1 », musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes, consulté le 6 mai 2020.
  161. « Suresnes Animation », sur suresnesanimation.net (consulté le 2 mai 2020)
  162. Un centre de hip-hop inédit ouvre à Suresnes par Rosita Boisseau dans Le Monde du 14 décembre 2007.
  163. a b et c « Un peu d'histoire », sur mediatheque-suresnes.fr (consulté le 2 mai 2020)
  164. « Cinéma Le Capitole à Suresnes », salles-cinema.com, consulté le 13 juillet 2018.
  165. a et b Céline Gazagne et Nathalie Conte, « Le Capitole : 20 ans de cinéma », Suresnes Mag n°311,‎ , p. 36-37 (lire en ligne).
  166. Site officiel du Musée d'histoire urbaine et sociale de Suresnes (MUS)
  167. Atelier sur l’évolution des noms de rues, la toponymie
  168. a et b Renée Grimaud, Hauts-de-Seine insolites : Trésors cachés et lieux secrets, Parigramme, 2013, p. 47.
  169. a b et c « À 5 kilomètres de la Tour Eiffel, Suresnes recherche un vigneron », sur ladepeche.fr, .
  170. Vigne de Suresnes ; site www.suresnes-tourisme.com ; consulté le 5 mai 2020
  171. a b c d e et f Matthieu Frachon, « Grandeur et renaissance du vin de Suresnes », Suresnes Mag n°312,‎ , p. 40-41 (lire en ligne).
  172. « 1799 : La citoyenne Bonaparte se soigne au raisin de Suresnes », Suresnes Mag n°303,‎ , p. 38-39 (lire en ligne).
  173. Jean Prasteau, Voyage insolite dans la banlieue de Paris, Librairie académique Perrin, 1985, p. 106.
  174. René Sordes, Histoire de Suresnes, 1965, Société historique de Suresnes, p. 418-422.
  175. Philippe Barthelet, Les écrivains et les Hauts-de-Seine, Cyrnéa éditions, 1994, p. 37.
  176. Hauts-de-Seine 1964-2004 : 40 ans de mutations à la croisée des générations, Éditions Transversales, 2004, p. 125-127.
  177. Florence Hubin, « Suresnes entretient le souvenir du vin des rois », sur Le Parisien, (consulté le 3 octobre 2018).
  178. Francis Prévost, Histoires de Suresnes, Suresnes Information, 1989, p. 222.
  179. David Livois et Florence Hubin, « Ile-de-France : la qualité de la vigne enfin reconnue », sur Le Parisien, (consulté le 15 mai 2020).
  180. « Publications de la Société historique de Suresnes », sur histoire-suresnes.fr (consulté le 28 décembre 2015)