Jumelage

Groupe de panneaux indiquant les villes jumelées avec la ville allemande de Worms.

Le jumelage est l'action d'associer deux choses identiques ou complémentaires. Le terme est aujourd'hui largement attaché à l'association de deux villes (la plupart du temps de pays différents) ou d'établissements scolaires.

Le terme « jumelage » peut désigner d'autres types d'association : le doublement des roues de chaque côté d'un essieu de camion pour accroître la charge possible, l'association de deux ou plusieurs armes sur un même affût pour permettre le tir simultané, l'association de deux autorails, le fait d'associer deux grandes infrastructures de transport sur un même axe (une autoroute ou une voie ferrée par exemple[1]), etc.

Jumelage entre villes

Sculpture murale des villes jumelées avec Munich (Allemagne).

Aujourd'hui, dans le cadre de la coopération décentralisée, un jumelage est une relation établie entre deux villes (majoritairement de pays différents, mais parfois à l'intérieur d'un même pays : voir par exemple le jumelage entre les communes de Plouhinec et Arbent, toutes deux en France, ou encore Créteil et les Abymes). La plupart des villes importantes de la planète sont jumelées avec plusieurs autres villes.

Un jumelage peut par ailleurs s'étendre à une communauté urbaine (voir par exemple d'Évry-Courcouronnes[2]) ou n'être restreint qu'à une subdivision de la ville comme un quartier (voir par exemple Juan-les-Pins).

Principes

Cette relation a pour but de pratiquer des échanges socio-culturels ce qui permet notamment de favoriser des rapprochements entre plusieurs cultures. On recherche un partage de valeurs et de pratiques ainsi que la mise en place d'échanges de bons procédés.

Historique

En 836 est conclu le premier jumelage Le Mans-Paderborn. C'est la plus vieille relation connue entre deux communes étrangères.

Le mouvement fédéraliste français « La Fédération » fondé en 1944, lance dans les années 1950, après la Seconde Guerre mondiale qui venait de déchirer le monde et l'Europe, l'idée du jumelage de communes en Europe. C'est Lucien Tharradin, maire de Montbéliard, ancien résistant et rescapé de Buchenwald qui pose les premières bases d'un jumelage avec Ludwigsbourg dans le Bade-Wurtemberg[3]. Ce premier jumelage franco-allemand, officialisé en 1962, soit cinq ans après le décès de Lucien Tharradin, garde une valeur de symbole. Charles de Gaulle, président de la République française, et Konrad Adenauer, chancelier de la République fédérale d'Allemagne, signeront en 1963 le traité de l'Élysée pour sceller la réconciliation franco-allemande.

Il apparait alors que le seul moyen de progresser sur le plan des relations internationales et d'apaiser les haines et les rancœurs, est de tisser des liens au niveau le plus élémentaire, la commune, et ainsi, d'établir des relations d'échanges étroits avec ses voisins. L'objectif initial consiste à échanger des connaissances, des expériences, du savoir-faire dans tous les domaines de la vie locale. Engager les populations traumatisées de cette Europe ruinée de l'après-guerre à fraterniser, relève du défi. Les cinquante maires européens qui, en , fondent le Conseil des communes d'Europe devenu par la suite le Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE) font partie des pionniers d'une Europe unie et donc plus forte. Le premier jumelage entre deux villes européennes, Troyes et Tournai a lieu le [4] ; entre deux capitales, Rome et Paris en 1956[5].

Signature du jumelage entre Słopnice (Pologne) et Balkány (Hongrie).

En 1957, Jean-Marie Bressand, connu pour avoir créé l’association internationale Le Monde Bilingue en 1951, crée La Fédération mondiale des villes jumelées à Aix-les-Bains[6], une association de collectivités locales, réparties dans plus de 80 pays, particulièrement en Europe, Afrique et Amérique latine, et aujourd'hui intégrée dans l'organisation internationale Cités et Gouvernements locaux unis.

Le traité de l'Élysée en 1963 a accéléré les jumelages franco-allemands et plus généralement entre les villes françaises et européennes. Après la mort de Franco en 1975 et la chute de la dictature en Espagne, le mouvement des premiers jumelages franco-espagnols s’accélère même s'il ne connaîtra pas un engouement aussi important que celui des jumelages franco-allemands.

Fin 2008, le CCRE a lancé un nouveau site sur les jumelages[7], pour les collectivités locales européennes qui cherchent des partenaires. Le site constitue un lieu de rencontre virtuel en plus de vingt langues pour les collectivités locales.

Mise en œuvre

La plupart de ces relations se concrétisent par des participations réciproques à des manifestations culturelles ou des échanges réguliers[8]. Ces jumelages s'articulent souvent autour d'un comité en lien avec la municipalité qui facilite l'établissement des liens et la plannification des rencontres des délégations[9].


  • Il existe des pratiques symboliques courantes comme la mise en place d'un panneau indiquant les jumelages, souvent à l'entrée de la ville,[10] et l'élévation d'autres monuments en hommage à cette amitié. Certains voies peuvent être nommées dans le cadre d'un jumelage.


  • Des comités peuvent avoir une « maison de jumelage », souvent un bâtiment communal réservé aux échanges :


Jumelage entre établissements scolaires

Parmi les échanges culturels, en parallèle des diverses associations communales, les établissements des communes jumelées sont parties prenantes et aident à promouvoir ainsi l'apprentissage de langues étrangères mais aussi à renforcer les liens. Certains établissements entreprenent des échanges réguliers avec d'autres établissements, ce qui peut aboutir au fil du temps à un jumelage de fait ou se solder par des liens contractuels. La plupart de ces partenariats œuvrent pour un projet commun qui sollicite l'échange de bons procédés[11].

Dans un contexte parallèle et à l'échelle européenne, le programme Erasmus, créé en 1987, a aussi permis de favoriser des liens entre étudiants notamment d'établissements jumelés. En 2005, la Commission européenne lance le programme eTwinning qui s'inscrit dans Erasmus+ favorisant une collaboration entre les écoles européennes[12].

Jumelage entre rues

Des parrainages entre des voies notables ont été organisés par des comités de rue dans un but d'échange socio-culturel.

En 1964, sous l'égide du Comité du Faubourg Saint-Honoré, la rue rue du Faubourg-Saint-Honoré à Paris est jumelée avec la Cinquième avenue de New York[13]. La rue du Faubourg-Saint-Honoré est aussi jumelée avec la Via Condotti à Rome[14].

Depuis le , l'avenue Montaigne est jumelée avec la Madison Avenue à New York, avec les quartiers Ginza de Tokyo depuis 1989 et Sakae Machi de Nagoya depuis 1998. Le intervient le jumelage avec le quartier de l'avenue Louise à Bruxelles[15]. Enfin, l'avenue entreprend le jumelage avec Königsallee en 2014, tous ces lieux regroupant le pôle Luxe de leurs villes respectives[16].

En , la rue Arbat à Moscou lance un projet socio-culturel baptisé « Арбатские побратимы » (« Arbatskie pobratimy ») pour établir des jumelages avec d'autres rues[17],[18].

Jumelage entre gares ferroviaires

Certains jumelages entre des gares ferroviaires ont été établis afin de pratiquer des partenariats au niveau des infrastructures, une évolution conjointe de services, un échange d'expérience, une valorisation de gares et du transport ferroviaire mais aussi dans le but d'établir une liaison directe entre les deux partis concernés.

En 2008, notamment grâce à la présidence de la France du Conseil de l'Union européenne, la SNCF et sa branche Gares & Connexions entreprennent un programme de coopération internationale entre des gares ferroviaires françaises et des gares étrangères qu'elle baptise « Gares jumelles ». En plus du jumelage des gares de Paris-Est et de Francfort en , l'ambition est de jumeler 26 gares françaises et la ligne D du RER d'Île-de-France avec une ligne du réseau Cercanías Madrid[19].

Le , un jumelage est conclu entre Paris-Gare-de-Lyon et la gare de Barcelone-Sants. Selon la SNCF, cet accord permettrait une refléxion conjointe à « des problématiques communes, rechercher des solutions, faire connaître le savoir-faire de chaque pays, bénéficier de l’expérience de chacun et développer les compétences culturelles des agents »[20]. En , Paris-Gare-de-Lyon conclut aussi un accord de jumelage avec la gare de Séoul. Une cérémonie en l'honneur de cet accord, avec inauguration de plaques, est organisé le dans la gare de Séoul en présence du chef de la gare de Séoul, Han Byung-keun, de la chef de Paris-Gare-de-Lyon, Valérie Bonnard, et de responsables de Korail, de la SNCF et de l’ambassade de France en Corée du Sud. Cette coopération permet aussi d'entretenir des programmes d’échanges de personnels[21],[22]. Le jumelage de Paris-Gare-de-Lyon avec la gare de Téhéran , le , s'inscrit dans un contrat pour le réamménagement des gares iraniennes par AREP, filliale de SNCF Gares & Connexions[23].

En 2019, la gare de Bordeaux-Saint-Jean est jumelée à la gare de Saint-Pancras, indifféremment du contexte du Brexit. Une cérémonie a lieu le - avec l'inauguration d'une plaque - à laquelle assistent la mairie de Bordeaux, des représentants des États français et britannique, la Région Nouvelle-Aquitaine, SNCF Gares & Connexions, Lisea et HS1 ainsi que des parlementaires de la Gironde[24]. Ce jumelage a pour but de développer un rapprochement entre Bordeaux et Londres (des villes déjà unies par des liens historiques, politiques et économiques) avec un trajet ferroviaire direct entre les deux villes en 5 heures avec 2 à 3 liaisons par semaine à l'horizon 2022[25],[26].

En 2005, les Chemins de fer russes et la Deutsche Bahn ainsi que les autorités de Moscou et de Berlin permettent l'établissement d'un jumelage entre la gare de Biélorussie et la gare centrale de Berlin[27],[28]. Les Chemins de fer russes signent aussi un accord avec SNCF Gares & Connexions pour un programme de jumelages entre des gares russes et françaises en 2010, renouvelé par la suite[29].

Jumelage entre monuments

En , le Centre des monuments nationaux signe des conventions de jumelages dits « culturels » à la résidence de l’ambassadeur de France à Moscou, dans le cadre de l'année franco-russe du tourisme culturel. Cet accord fait intervenir une correspondance par similitude entre quatre monuments français et quatre monuments russes, ce qui permet de symboliser les liens entre la France et la Russie[42],[43]. Ces partenariats regroupent des symboles de leur pays respectif :

Le jumelage du musée Tolstoï et du domaine de George Sand se concrétise par une exposition de photographies des deux côtés, initié par le musée Tolstoï[44]. Des expositions communes et des échanges sont aussi organisés entre le château de Kouskovo et le château de Champs-sur-Marne comme la démonstration de costumes de l'époque[45], une exposition de reproductions de gravures en 2017[46] et la présentation d'un service de table ayant appartenu à Catherine II en 2018[47]. D'autres jumelages de ce type sont envisagés[42].

Jumelage entre autorités publiques

Le , le CSA français, le CSA belge et la HAICA tunisienne, trois instances de régulation audiovisuelle de leur pays respectif garantes de la liberté de la communication, lancent officiellement un jumelage avec l'appui de l'INA. Soutenu financièrement par l'Union européenne, cette relation a avant tout un rôle de partage d'expérience, de conseil et de modernisation ainsi qu'un soutien pour un positionnement stratégique et international de l'HAICA, fondée en 2013[48],[49],[50].

Jumelage entre loges maçonniques

Procédure qui lie deux loges de pays ou d'obédiences différentes pour renforcer l'idée de franc-maçonnerie universelle[51].

Le format reste à la libre appréciation des loges maçonniques et des obédiences dans la mesure où cette procédure relève plus de la tradition que de règlements formels.

Le jumelage maçonnique est également appelé « Charte d'Amitié » ou « Pacte d'Amitié »[52][source insuffisante]. Il est particulièrement développé dans la franc-maçonnerie continentale (exemples en France[53][source insuffisante], en Suisse[source insuffisante] et en Belgique[55][source insuffisante]).

Notes et références

  1. Dans le cadre du programme de recherche ITTECOP, le Centre d’étude et de Recherche sur les Paysages (CERPA, Université de Lorraine), le laboratoire TRIANGLE (Université Lyon 2), le Laboratoire Agronomie et Environnement (LAE, Université de Lorraine) et le CEREMA (Directions territoriales Centre-Est, Est et Méditerranée) ont mis en place un projet dénommé JUMELAGE (« Évaluation des effets du jumelage des infrastructures de transport terrestre sur le fonctionnement et la perception du territoire » dont sur la biodiversité, le paysage et l'utilisation de l'espace (aspects sociétaux). Les premiers résultats (Jumelages « LGV Est / A4 », « LGV Paris Sud Est / A432 », « ligne ferroviaire Paris Lyon Méditerranée / RN 113 et RN113/A4 ») en seront présentés le 11 juin 2015 à l'IEP de Lyon.
  2. « Coopération et jumelage », sur Ville d'Évry-Courcouronnes, (consulté le 15 septembre 2020)
  3. « Les jumelages franco-allemands »(Archive • Wikiwix • Archive.isGoogle • Que faire ?), France Culture, émission du 6 janvier 2003.
  4. Jumelage Troyes-Tournai : c'était il y a soixante ans, 28 avril 2011 « Copie archivée » (version du 25 avril 2014 sur l'Internet Archive) sur le site de L'Est-Éclair (consulté le 12 avril 2014).
  5. Axelle Bergeret-Cassagne, Pour une Europe fédérale des collectivités locales. Un demi-siècle de militantisme du Conseil des Communes et des Régions d'Europe - 1950-1999, L'Harmattan, (lire en ligne), p. 90.
  6. Journaliste Honoraire.
  7. Site du CCRE sur le jumelage.
  8. Exemple de Villenave-d'Ornon : « Rapprochements, échanges et actions du jumelage - Villenave d'Ornon », sur Mairie de Villenave d'Ornon - Commune de Bordeaux Métropole, (consulté le 15 septembre 2020)
  9. Exemple de Castelsarrasin : « Castelsarrasin : le comité de jumelage Fiume Veneto change de président », sur ladepeche.fr, La Dépêche, (consulté le 15 septembre 2020)
  10. Yves Deloison, « A quoi servent les jumelages de villes? », sur LExpress.fr, (consulté le 15 septembre 2020)
  11. Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, « Jumelages et classes internationales », sur La France en Italie, (consulté le 15 septembre 2020)
  12. « Communauté », sur etwinning.net, (consulté le 15 septembre 2020)
  13. Eugénie Trochu, « La Summer Time du faubourg Saint-Honoré », sur Vogue.fr, .
  14. Nathanyel Bens, « Summer Time 2016 », sur Nathanyel Bens | Blog masculin, (consulté le 6 septembre 2020)
  15. R. T. L. Newmedia, « L'avenue Montaigne à Paris et le quartier Louise à Bruxelles jumelés », sur RTL Info, (consulté le 6 septembre 2020)
  16. « International », sur Comité Montaigne (consulté le 6 septembre 2020)
  17. (ru) « У Арбата появятся улицы-побратимы по всему миру », sur m24.ru,‎ (consulté le 6 septembre 2020)
  18. (ru) Муниципальный округ Арбат, « Социально-культурный проект организации и сотрудничества пешеходных зон городов России и иностранных государств «Арбатские побратимы» | Муниципальный округ Арбат », sur www.arbatnews.ru,‎ (consulté le 6 septembre 2020)
  19. « La SNCF lance les gares jumelles », sur leparisien.fr, (consulté le 27 août 2020)
  20. a et b SNCF Gares & Connexions, « Lancement officiel du jumelage entre les gares de Paris-Lyon et Barcelona Sants », sur www.garesetconnexions.sncf, (consulté le 27 août 2020)
  21. a et b 이새롬 - Agence de presse Yonhap, « Cérémonie pour l’accord de jumelage entre la gare de Séoul et Paris-Gare-de-Lyon », sur Agence de presse Yonhap,‎ (consulté le 27 août 2020)
  22. Groupe SNCF (@Groupe SNCF), « Jumelage de la gare de Séoul et Paris-Gare-de-Lyon », sur Twitter,
  23. a et b « La gare de Lyon à Paris jumelée à celle de Téhéran », sur www.20minutes.fr, 20 Minutes, (consulté le 15 septembre 2020)
  24. Pierre Cheminade, « Bordeaux-Londres en train : jumelage en 2019, voyage en 2022 ? », sur La Tribune, (consulté le 6 septembre 2020)
  25. a et b Xavier Sota, « Les gares de Bordeaux et Londres jumelées… avant une liaison ferroviaire ? », sur SudOuest.fr, (consulté le 6 septembre 2020)
  26. « Les gares de Bordeaux et Londres jumelées, avant la liaison rapide ? », sur 20minutes.fr, (consulté le 6 septembre 2020)
  27. a et b (ru) « Белорусский вокзал Московской железной дороги и главный вокзал Берлина официально объявлены вокзалами - побратимами. Это событие совпало с еще одной знаменательной датой - в сентябре Белорусский вокзал отмечает 135-летие. », sur pass.rzd.ru,‎ (consulté le 6 septembre 2020)
  28. (ru) Mikhaïl Sergueïev, « Вокзалы-побратимы », sur gudok.ru,‎ (consulté le 6 septembre 2020)
  29. (ru) « Программа побратимства между ж/д вокзалами России и Франции продлена до конца 2016 г. », sur rzd-partner.ru,‎ (consulté le 6 septembre 2020)
  30. « Les gares jumelles dévoilent leur plaque », sur www.garesetconnexions.sncf, (consulté le 15 septembre 2020)
  31. Amandine, « Jumelage des gares de Metz et de Luxembourg », sur Tout-Metz, (consulté le 15 septembre 2020)
  32. SNCF Gares & Connexions, « Les gares de Marseille Saint-Charles et Vladivostok jumelées », sur garesetconnexions.sncf, (consulté le 15 septembre 2020)
  33. a b c et d SNCF Gares & Connexions, « Exposition "La Russie vue du train" à Paris Est », sur garesetconnexions.sncf, (consulté le 15 septembre 2020)
  34. (ru) « Российские и французские железнодороные вокзалы стали побратимами. Соглашения о побратимстве заключили "Белорусский" вокзал в Москве с "Восточный" в Париже, а также вокзалы городов Сочи и Ницца. », sur https://www.tomsk.ru,‎ (consulté le 15 septembre 2020)
  35. (ru) « Самарский железнодорожный вокзал останется побратимом вокзала Матабио в Тулузе », sur Волга Ньюс,‎ (consulté le 15 septembre 2020)
  36. (ru) Vladimir Tikhov, « Вокзалы-побратимы: встреча в Сочи », sur gudok.ru,‎ (consulté le 15 septembre 2020)
  37. « Les gares de Strasbourg et Ekaterinbourg officiellement jumelées », sur france3-regions.francetvinfo.fr, France 3 Grand Est, (consulté le 15 septembre 2020)
  38. Xavier Oriot, « À la gare Saint-Lazare, les verres peints de 1930 », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 15 septembre 2020)
  39. SNCF Gares & Connexions, « Les gares de Paris-Austerlitz et Shanghai Sud jumelées », sur garesetconnexions.sncf, (consulté le 15 septembre 2020)
  40. (ru) « Вокзалы Владивостока и Пусана официально стали побратимами (ФОТО) », sur newsvl.ru,‎ (consulté le 15 septembre 2020)
  41. a et b Ambassade de France à Moscou, « Jumelages entre monuments français et russes », sur ru.ambafrance.org, (consulté le 9 septembre 2020)
  42. Maria Tchobanov, « Des expositions aux jumelages: bilan de l'Année franco-russe du tourisme culturel », sur fr.rbth.com, (consulté le 9 septembre 2020)
  43. « Deux maisons d'écrivains jumelées », sur Centre des monuments nationaux, (consulté le 9 septembre 2020)
  44. (ru) « Музей-усадьба Кусково совместно с замком Шан-сюр-Марн выставляет костюмы XVIII века », sur tvkultura.ru, Rossiya K,‎ (consulté le 9 septembre 2020)
  45. Julie Olagnol, « Champs-sur-Marne. Le château jumelé avec un domaine russe », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 9 septembre 2020)
  46. « Kouskovo dresse la table à Champs : Un service impérial d’exception », sur chateau-champs-sur-marne.fr, (consulté le 9 septembre 2020)
  47. « Jumelage CSA HAICA, le projet arrive en gare mi-2020 et marque une nouvelle étape dans les missions de coopération du CSA », sur Régulation, (consulté le 15 septembre 2020)
  48. Ministère de la Transformation et de la Fonction Publiques, « Jumelage entre la Tunisie, la France et la Belgique », sur fonction-publique.gouv.fr, (consulté le 15 septembre 2020)
  49. CSA, « Mission tunisienne dans le cadre du jumelage européen passé par l’INA avec la HAICA (Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle de Tunisie) », sur csa.fr, (consulté le 15 septembre 2020)
  50. Glossaire de termes maçonniques - le jumelage maçonnique.
  51. http://www.francmaconcollection.fr/images/DIP-FR/DIP-FR_AMIT/DIP-FR_AMIT-XXL.php
  52. http://www.lesdemophiles.com/spip.php?page=francmacon
  53. http://www.masonic.ch/editos/edito07.htm

Voir aussi

Bibliographie

  • Corine Defrance, « Les Jumelages franco-allemands : Aspect d'une coopération transnationale », in Vingtième Siècle, 99 (2008), p. 189-201.
  • (de) Ulrich Pfeil, « Ostdeutsch-französische Städtepartnerschaften zwischen Westabschottung und Westorientierung 1958–1973 », in Lendemains (2004), p. 146–165.

Articles connexes

Liens externes