Fontenay-aux-Roses

Fontenay-aux-Roses
Fontenay-aux-Roses
L'hôtel de ville.
Blason de Fontenay-aux-Roses
Blason
Fontenay-aux-Roses
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Hauts-de-Seine
Arrondissement Antony
Intercommunalité Métropole du Grand Paris
EPT Vallée Sud Grand Paris
Maire
Mandat
Laurent Vastel
2020-2026
Code postal 92260
Code commune 92032
Démographie
Gentilé Fontenaisiens
Population
municipale
25 342 hab. (2018 en augmentation de 13,25 % par rapport à 2013)
Densité 10 096 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 47′ 22″ nord, 2° 17′ 20″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 164 m
Superficie 2,51 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Paris
(banlieue)
Aire d'attraction Paris
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Châtillon
Législatives Douzième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Fontenay-aux-Roses
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-Seine
Voir sur la carte topographique des Hauts-de-Seine
City locator 14.svg
Fontenay-aux-Roses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenay-aux-Roses
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenay-aux-Roses
Liens
Site web fontenay-aux-roses.fr

Fontenay-aux-Roses (prononcer [fɔ̃tnɛoʁoz] Écouter) est une commune française dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, dans l'arrondissement d'Antony, au sud-ouest de Paris.

Elle se situe à huit kilomètres de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Géographie

Description

Vue de la commune de Fontenay-aux-Roses en rouge sur la carte de la « Petite Couronne » d'Île-de-France.

Fontenay-aux-Roses est une ville de la proche-banlieue sud de Paris située entre les régions naturelles de France du Hurepoix et du Mantois, elle est située à 8,8 kilomètres de la cathédrale Notre-Dame de Paris[1].

Fontenay-aux-Roses est traversée par la Coulée verte du sud parisien qui reprend une partie de la via Turonensis, l'une des quatre chemins de France du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle[2].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Localisation

Fontenay-aux-Roses est limitrophe des villes de Bagneux, Châtillon, Clamart, Le Plessis-Robinson et Sceaux[2]. Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Paris, Antony, Malakoff et Vanves ne sont pas directement limitrophes mais sont situées non loin[2].

Géologie et relief

La superficie de la commune est de 251 hectares ; l'altitude varie de 58 à 164 mètres[3] pour une moyenne de 100 mètres[4].

Située à 8,8 kilomètres au sud-ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris[5] et à 3,98 kilomètres de la porte de Châtillon, Fontenay-aux-Roses est localisée sur le plateau de Châtillon, à flanc d'un coteau dont le point le plus bas se situe au niveau de l'église des Blagis et le point culminant au Panorama. La commune bénéficie d'une situation géographique stratégique[6].

Voies de communication et transports

Fontenay-aux-Roses est principalement desservie par la RD 906[7] (anciennement route nationale 306). La ville est également traversée d'est en ouest par la route départementale 128, du nord au sud par les routes départementales 63 et 67, du nord à l'est par la route départementale 68A et enfin à l'est, par la route départementale 74A.

Il existe à l'intérieur de la ville plusieurs pistes et bandes cyclables.[8] Des signalétiques pour les cyclistes sont progressivement déployées sous les feux tricolores de la ville, dans les carrefours et intersections, leur permettant d'aller tout droit ou de tourner à droite en cas de feu rouge.[9]

Trois stations Vélib' Métropole sont par ailleurs implantées dans la commune.[10]

Transports en commun

Historique
Fontenay-aux-Roses était desservie par une ligne de tramway.

Autrefois, Fontenay-aux-Roses était desservie par la ligne 86 du tramway, maintenant disparue. Cette ligne dont le terminus vers la banlieue était la mairie de Fontenay-aux-Roses amenait dans un premier temps les voyageurs jusqu'à Saint-Germain-des-Prés, puis dans un second temps dans le quartier des Halles devant l'hôtel de ville de Paris. Afin de se rendre compte des trajets effectués à l'époque en centre-ville, des vidéos en noir et blanc, respectant l'ancienne structuration de la ville et son architecture ont été réalisées, et mises en ligne.[réf. nécessaire]

Desserte actuelle
Vue de la gare RER de Fontenay-aux-Roses.

Fontenay-aux-Roses est reliée au réseau RER par l'intermédiaire de la station Fontenay-aux-Roses de la ligne B du RER, et, à 400 mètres au sud-est, par la station Robinson de cette même ligne B mais située à Sceaux.

Par le RER B, Fontenay-aux-Roses est proche des gares parisiennes. Le temps de trajet entre la gare de Fontenay-aux-Roses et la gare du Nord est estimé à 28 minutes (liaison directe par le RER). Par ailleurs, la gare de Lyon est à environ 34 minutes et la gare Saint-Lazare à environ 39 minutes de celle de la ville, correspondances comprises.[11].

Fontenay-aux-Roses est également proche de la gare de Massy TGV que l'on atteint environ en 25 minutes par le RER B et ses correspondances. Cette gare a la particularité d'être à la fois une des gares nouvelles de l'Île-de-France desservie par les TGV Province-Province, et une des gares nouvelles d'une ligne radiale, la LGV Atlantique. C'est ainsi que certains trains desservent à la fois la gare de Paris-Montparnasse et cette gare. Il n'est donc plus utile d'aller à Paris pour prendre ces TGV.

La commune est traversée près de l'arrêt Division Leclerc par le T6 (Châtillon à Viroflay) en correspondance avec la ligne 13 du métro de Paris[12]. Longue de quatorze kilomètres, la ligne T6 comporte vingt-et-une stations dont deux souterraines, réparties dans six villes des Hauts-de-Seine et des Yvelines. Son temps de parcours moyen est d'environ 40 minutes. Le budget de la création de la ligne s'élève à environ 384 millions d'euros (financé par l'État, la région Île-de-France, les conseils généraux des Hauts-de-Seine et des Yvelines, ainsi que la RATP). Quant à la maîtrise d'ouvrage elle est assurée par les deux conseils généraux et la RATP[13].

La ligne de bus no 194 à Paris.

Seize lignes de bus relient en 2021 Fontenay-aux-Roses à Paris et aux communes limitrophes, via les réseaux de bus de l'Île-de-France[14],[15] :

Fontenay-aux-Roses dispose d'un dépôt de bus RATP (Centre Bus Seine Rive-Gauche). Deux bus locaux complètent le réseau RATP.

Le petit fontenaisien mis en place à la demande de la ville par la Communauté d’agglomération Sud-de-Seine. Son trajet concerne les quartiers mal desservis par les bus actuels[17].

« Le Mobi'Bus » destiné aux personnes de plus de 65 ans ou éprouvant des difficultés à se déplacer leur permet, par un simple appel durant toute l’année hors vacances scolaires, d'accomplir leurs démarches quotidiennes (administrations, rendez-vous médicaux, activités collectives, loisirs…) à Fontenay-aux-Roses et dans les communes limitrophes[18].

Fontenay-aux-Roses est située non loin de l'aéroport d'Orly. Depuis le , on peut en un peu plus de quinze minutes le rejoindre par l'Orlyval, métro léger de type VAL à petit gabarit, à partir de la station Antony du RER B qu'on peut atteindre de Fontenay-aux-Roses par ce dernier. L'exploitation de cette ligne est assurée par la RATP ; elle a une tarification particulière qui ne l'inclut pas dans le régime forfaitaire du passe NAVIGO[19].

De plus, les aéroports de Roissy et du Bourget sont accessibles directement par la ligne B du RER (en environ 55 minutes)[20].

Climat

Le climat de Fontenay-aux-Roses est de type océanique dégradé. La station d'observation la plus utilisée pour la météorologie à Fontenay-aux-Roses est celle de Paris - MontsourisParis)[21],[22], commune située près de Fontenay-aux-Roses.

Le parc Montsouris fait des relevés depuis 1873 chaque jour à Paris et la station est devenue la station de référence pour Paris et quelques communes très proches de la capitale. Paris - Montsouris a un climat de type « CFB » (océanique) avec comme record de chaleur 40,4 °C le et comme record de froid -−23,9 °C le . La température moyenne annuelle (entre 1971 et 2000) est de 12,1 °C

Le climat dans les départements de la petite couronne parisienne est caractérisé par un ensoleillement et des précipitations assez faibles. Le tableau suivant permet de comparer le climat de la commune de Fontenay-aux-Roses avec celui de quelques grandes villes françaises :

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Médiane nationale 1 852 835 16 25 50
Paris - Montsouris[23] (Fontenay-aux-Roses) 1 630 642 15 19 13
Paris 1 662 637 12 17 8
Nice 2 724 733 1 27 1
Strasbourg 1 693 665 26 28 51
Brest 1 530 1 210 7 12 76
Bordeaux 2 035 944 3 31 69

Le tableau suivant donne les moyennes mensuelles de température et de précipitations pour la station de Paris - Montsouris recueillies sur la période depuis 1873 :

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,5 2,8 5,1 6,8 10,5 13,3 15,5 15,4 12,5 9,2 5,3 3,6 8,6
Température moyenne (°C) 4,7 5,5 8,4 10,8 14,8 17,6 20 20 16,7 12,6 7,9 5,7 12,1
Température maximale moyenne (°C) 6,9 8,2 11,8 14,7 19 21,8 24,4 24,6 20,8 15,8 10,4 7,8 15,5
Record de froid (°C)
date du record
−14,6
23/1/1940
−14,7
2/2/1956
−9,1
3/3/1890
−3,5
13/4/1879
−0,1
7/5/1874
3,1
10/6/1881
6
3/7/1907
6,3
29/8/1881
1,8
26/9/1889
−3,1
27/10/1887 29/10/1890
−14
28/11/1890
−23,9
10/12/1879
−23,9
10/12/1879
Record de chaleur (°C)
date du record
16,1
5/1/1999
21,4
28/2/1960
25,7
25/3/1955
30,2
18/4/1949
34,8
24/5/1922 29/5/1944
37,6
26/6/1947
40,4
28/7/1947
39,5
11/8/2003
36,2
7/9/1895
28,4
6/10/1921
21
2/11/1899
17,1
16/12/1989
40,4
28/7/1947
Nombre de jours avec gel 7,5 6,5 1,57 0,23 0 0 0 0 0 0,03 2,63 6,17 24,63
Ensoleillement (h) 59,4 85,6 127,8 165,6 197,6 200,5 227,4 230,7 174,3 125,5 79,8 50,6 1 724,6
Précipitations (mm) 53,7 43,7 48,5 53 65 54,6 63,2 43 54,7 59,7 52 58,7 649,8
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
31
21/1/1995
35,3
2/2/1941
31,3
13/3/1980 7/3/1989
29
30/4/1993
68,2
31/5/1992
57,5
24/6/1960
104,2
6/7/2001
95,7
24/8/1987
40,2
14/9/1942
74,1
17/10/1920
38,7
20/11/1965
44,4
6/12/1904
104,2
6/7/2001
Nombre de jours avec précipitations 10,2 9,33 10,4 9,37 10,3 8,63 7,97 6,87 8,47 9,47 9,73 10,7 111,43
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 3,77 2,83 3,17 3,6 4,57 3,53 3,9 2,67 3,77 3,47 3,83 4,17 43,26
Source : Le climat à Paris-Montsouris (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1873)[24]


Urbanisme

Typologie

Fontenay-aux-Roses est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[25],[26],[27]. Elle appartient à l'unité urbaine de Paris, une agglomération inter-départementale regroupant 411 communes[28] et 10 785 092 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[29],[30].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[31],[32].

Morphologie urbaine

Vue d'un ensemble d'habitations à Fontenay-aux-Roses.
Vue d'une partie du centre-ville.

La commune compte cinq quartiers distincts[33] :

  • Le quartier Pervenches - Val Content, au nord-ouest.
  • Le quartier Parc - Centre-Ville, au nord.
  • Le quartier Scarron - Sorrières, au nord-est.
  • Le quartier Ormeaux - Renards, au sud-ouest.
  • Le quartier Blagis - Gare, au sud-est.
Occupation des sols en 2003
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 85,91 % 215,8
Espace urbain non construit 14,09 % 35,38
Espace rural 0,00 % 0,00
Source : Iaurif[34]

La vitesse est limitée à « 30 km/h » sur l'ensemble des voies de circulation. Cette limitation est indiquée aux conducteurs aux entrées dans la commune, sur les panneaux et les plans de la ville. L’Insee découpe la commune en onze îlots regroupés pour l'information statistique soit Scarron, Buffets – Fauvettes, Paradis – Blagis, Gare – La Roue, Parc, Pierrelais, Pervenches, Val Content, Ormeaux, Renards, RER - Lombart[35].

Logement

La ville de Fontenay-aux-Roses comptait 11 497 logements en 2015[36], dont environ 16,5 % de maisons et 43,8 % de logements locatifs sociaux[37].

Projets d'aménagements

Les projets d'aménagements de la ville sont détaillés dans un local mis à la disposition des habitants nommé « Fontenay Scope », et sur le site internet de la commune[38].

Un certain nombre de projets immobiliers voient le jour au cours du dernier mandat[Lequel ?], et les autorisations d'urbanisme délivrées depuis le mois d'avril 2018 sont consultables sur le site de la mairie[39]. Cela fait suite à l'adoption en 2018 d'un nouveau PLU qui rend certains terrains plus constructibles pour les promoteurs[40]. Des programmes immobiliers, érigés sur des terrains non bâtis, ou en lieu et place de pavillons ou d'immeubles existants sont donc prévus,

parmi lesquels :
  • 33 logements rue Auguste-Lemaire ;
  • 38 logements rue des Potiers ;
  • 59 logements avenue Gabriel-Péri ;
  • 25 logements rue Marx-Dormoy (côté pair) ;
  • 121 logements rue Marx-Dormoy (côté impair) ;
  • 46 logements avenue Paul-Langevin (côté impair) ;
  • logements place du Général-de-Gaulle (côté pair) ;
  • 29 logements rue Boucicaut (côté pair) ;
  • 14 logements avenue du Général-Leclerc
[réf. nécessaire]

.

Outre ces projets, d'autres chantiers urbanistiques et des réhabilitations d'espaces publics sont prévus :

  • réfection de la place du Général de Gaulle, construction d'un « pavillon folie » et d'un immeuble en fond de place[41] ;
  • réfection de la place de la Cavée, et construction de trois immeubles pour environ 180 logements[42] ;
  • construction d'un immeuble dans le quartier des Mouilleboeufs, avenue Paul Langevin (côté pair) ;
  • refonte totale du quartier des Paradis et renouvellement urbain, avec l'émergence de 600 logements supplémentaires[43].

Toponymie

La première partie de son nom lui vient des nombreuses sources qui ruissellent sur son territoire, à flanc de coteau du plateau de Châtillon[44].

La deuxième partie de son nom s'explique par la faveur que connut la culture de cette fleur à partir du XVIIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle. Le village eut en particulier le privilège exclusif de fournir en roses le Roi-Soleil. Cela explique en partie l'attrait que le bourg exerce sur les membres de la Société des Rosati de Paris, qui s'y réunirent chaque année de 1892 à 1992 et décernaient un titre de « Rosati d'honneur »[45]

Histoire

En 1168, cette seigneurie appartenait à l'abbaye Sainte-Geneviève de Paris.

La commune ne fut longtemps qu'un hameau de Bagneux. Quand cet écart devint assez important pour avoir sa propre église à la fin du XIIIe siècle, il continua de s'appeler Fontenay-sous-Bagneux. Ce n'est qu'au milieu du XVIIe siècle que le village acquit une autonomie nominale et devint alors Fontenay-aux-Roses, mais longtemps, son histoire s'inséra dans celle du « village mère » et dans celle de Paris dont les liens et l'interdépendance avec la banlieue sont considérables[46].

Au Moyen Âge le territoire de la commune est partagé par trois communautés ecclésiastiques[47] :

En 1670, une partie de la seigneurie fut vendue au célèbre Colbert pour agrandir son domaine de Sceaux (plan de bornage du fief en 1675).

En 1701, elle passa au duc du Maine fils naturel de Louis XIV (plan de bornage du fief en 1724).

Il y avait aussi des fiefs secondaires, dont celui des Devin, depuis 1715 (Jacques Devin, 1675-1762, bourgeois de Paris ; père de Jacques-René Devin, 1700-1778, secrétaire du roi ; père de Jacques-Julien Devin ; père de Jean-Jacques Devin)[48]. Jacques-Julien Devin de Fontenay (1734-1817), seigneur en partie de Fontenay, président à la Chambre des Comptes en 1768, acquéreur du domaine de Maligny en 1791, beau-père de Thérèse Cabarrus (Mme Tallien) par son fils Jean-Jacques Devin (1762-1817), y avait un domaine avec château, en partie repris dans l'ENS (depuis Résidence Universitaire Olympe de Gouges, entre la rue Boucicaut et l’avenue Lombart).

L'église présente l’œuvre de trois siècles différents, mais la plus grande partie est du XVe siècle. On y trouve l'ancienne maison de Paul Scarron.

Le surnom « aux roses » est dû aux rosiers qu'on y a très anciennement cultivés[49].

Les Hospitaliers

Les vignes de Fontenay que le commandeur du prieuré hospitalier de Saint-Jean de Latran faisait cultiver rapportait, en 1190, 12 deniers et, en 1418, 10 livres et 8 sols[50].

Politique et administration

Vue de la façade de la mairie.

Rattachements administratifs et électoraux

Jusqu’à la loi du 10 juillet 1964[51], la commune faisait partie du département de la Seine. Le redécoupage des anciens départements de la Seine et de Seine-et-Oise fait que la commune appartient désormais au département des Hauts-de-Seine à la suite d'un transfert administratif effectif le .

La commune constituait historiquement le canton de Fontenay-aux-Roses. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Châtillon.

Fontenay-aux-Roses relève du tribunal d'instance d'Antony, du tribunal de grande instance, du tribunal pour enfants, du tribunal de commerce de Nanterre, du conseil de prud'hommes de Boulogne-Billancourt, de la cour d'appel de Versailles, du tribunal administratif de Cergy-Pontoise et de la cour administrative d'appel de Versailles[52].

Intercommunalité

La commune était membre fondateur de la communauté d'agglomération Sud de Seine, créée en 2005.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la volonté gouvernementale de favoriser le développement du centre de l'agglomération parisienne comme pôle mondial est créée, le , la métropole du Grand Paris (MGP), à laquelle la commune a été intégrée[53].

La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du (Loi NOTRe) prévoit également la création le d'établissements publics territoriaux (EPT), qui regroupent l'ensemble des communes de la métropole à l'exception de Paris, et assurent des fonctions de proximité en matière de politique de la ville, d'équipements culturels, socioculturels, socio-éducatifs et sportifs, d'eau et assainissement, de gestion des déchets ménagers et d'action sociale, et exerçant également les compétences que les communes avaient transférées aux intercommunalités supprimées.

La commune fait donc partie depuis le de l'établissement public territorial Vallée Sud Grand Paris, créé par un décret du 11 décembre 2016[54].

L'EPT exerce, outre les compétences attribuées par la loi à cette catégorie d'établissement public de coopération intercommunale (EPCI), celles que les communes avaient transféré aux anciennes intercommunalités supprimées à l'occasion de sa création :

Tendances politiques et résultats électoraux

Lors du second tour des élections municipales de 2020 dans les Hauts-de-Seine, la liste UDI-MoDem-LREM-LR13-SL-MR-PA conduite par le maire sortant Laurent Vastel obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 3 090 voix (52,89 %, 27 conseillers municipaux élus dont 1 conseiller métropolitain), devançant la liste DVG menée par Gilles Mergy — qui bénéficiait de la fusion de la liste d'union de la gauche du premier tour menée par Pascal Buchet, maire battu en 2014[55]  — qui a obtenu 2 252 voix (47,11 %, 8 conseillers municipaux élus), lors d'un scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France[56] où 60,61 % des électeurs se sont abstenus[57],[58],[59].

Le candidat battu Gilles Mergy a contesté les resultats de ce scrutin, estimant que la campagne électorale a été irrégulière, ainsi que le compte de campagne du gagnant. Le tribunal administratif de Cergy a rejeté ces griefs le , confirmant les résultats de l'élection[60],[61].

Administration municipale

Compte tenu de la population de la commune, son conseil municipal est composé de trente-cinq conseillers municipaux, dont le maire et ses adjoints[62].

Les séances du conseil municipal sont publiques et retransmises en différé sur le site internet de la ville, ainsi que sur sa chaine YouTube[63]. Les ordres du jour sont également communiqués à l'avance sur le site de la ville.

Liste des maires

Liste des maires de Fontenay-aux-Roses depuis la Libération de la France[64]
Période Identité Étiquette Qualité
août 1944 novembre 1944 Georges Ferré    
novembre 1944 juillet 1946 Albert Henri Montuire SFIO  
juillet 1946 mars 1977 Maurice Dolivet () SFIO, puis PSD  
mars 1977 mars 1989 Jean Fournier UDF  
mars 1989 juin 1994[65],[66] Alain Moizan () RPR Mandat écourté par la démission de 20 conseillers municipaux
juin 1994 avril 2014[67],[68] Pascal Buchet () PS Néphrologue,
Conseiller général de Fontenay (1994 → 2015)
Vice-président de la CA Sud de Seine (2005[69] → )
avril 2014[70],[71] En cours
(au 18 février 2021)
Laurent Vastel () UDI Chirurgien,
Conseiller départemental des Hauts-de-Seine (2015 →2021)
Vice-président de l'EPT Vallée Sud Grand Paris (2016 →).

Jumelages

Au 16 juin 2019, Fontenay-aux-Roses est jumelée avec :

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[73],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 25 342 habitants[Note 4], en augmentation de 13,25 % par rapport à 2013 (Hauts-de-Seine : +1,74 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9427228778041 0219671 0921 0761 176
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6692 1572 3862 3622 9242 8492 9352 6523 343
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4024 0824 4635 2025 9436 8707 1977 4558 626
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
20 23723 35525 59623 91523 32223 53723 96423 28824 117
2018 - - - - - - - -
25 342--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[74] puis Insee à partir de 2006[75].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges (2014)

Pyramide des âges à Fontenay-aux-Roses en 2014 en pourcentage[76]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,1 
6,6 
75 à 89 ans
9,2 
12,9 
60 à 74 ans
13,4 
19,3 
45 à 59 ans
19,9 
20,7 
30 à 44 ans
20,7 
19,0 
15 à 29 ans
18,1 
21,1 
0 à 14 ans
17,6 

Enseignement

École du Parc.

Fontenay-aux-Roses est située dans l'académie de Versailles.

Établissements scolaires

La ville administre 6 écoles maternelles (la Roue, Scarron, Le Parc-Jean-Macé, les Ormeaux, les Renards, les Pervenches) et 6 écoles élémentaires communales (la Roue A, la Roue B, le Parc (école ancienne de plus de 150 ans, qui servit d’hôpital pendant la Seconde Guerre mondiale), les Ormeaux, les Renards et les Pervenches). Il existe également un établissement privé, Saint-Vincent-de-Paul au niveau maternelle et primaire, sans oublier le lycée privé professionnel Saint-François-d'Assise.

Le département gère le collège des Ormeaux et la région Île-de-France le lycée Saint François d'Assise.

Vie universitaire

Une École normale supérieure, fondée par Félix Pécaut en 1880, y a longtemps formé des jeunes filles (chantées par Maxime Le Forestier, avant de devenir mixte en 1981. Devenue spécialisée dans les lettres et les humanités en 1985 sous le nom d'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, elle est finalement délocalisée à Lyon en 2000 pour constituer l'ÉNS Lettres et Sciences humaines. Les locaux ont accueilli de 2002 à 2005 l'UFR d'arts plastiques de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne.

Manifestations culturelles et festivités

  • Février : Forum des métiers (depuis 2004)
  • Juin :
  • Septembre :
    • Forum des Associations
  • Octobre : Brocante (depuis 1994).

Santé

À Fontenay-aux-Roses, se trouvent :

  • le centre municipal de santé (CMS) qui propose des consultations de médecine générale et spécialisée et des consultations dentaires[77] ;
  • une clinique de soins de suite[78] ;
  • un centre médical et social spécialisé dans la maladie d 'Alzheimer[79] ;
  • une clinique psychiatrique[80].

Sports

Composée de 23 sections, l'Association sportive fontenaisienne (ASF) permet la pratique de 24 sports. Elle compte 4 000 adhérents[81].

Le club de boxe Attitude Boxe, situé dans le gymnase des Pervenches, dispense des cours boxe anglaise avec des catégories masculine, féminine et handisport[82].

La municipalité administre une piscine (bassin de vingt-cinq mètres, sauna, hammam, solarium extérieur, espace de musculation)[83] et un club de tennis[84].

Médias

Bien avant la Révolution française, le tambour (objet et métier) est le premier moyen d'annoncer les décisions officielles aux villageois fontenaisiens. Dans les archives, les premières traces de cette méthode de communication datent de 1793. Au mois de décembre de cette année-là, le citoyen-maire, accompagné d'officiers nationaux, se rend aux différents carrefours de la ville pour annoncer, au son du tambour, les victoires des troupes de la République et les décrets votés par la Convention nationale. Ces avis concernent aussi la vie quotidienne. Ainsi, durant la Monarchie de Juillet, le tambour Denis Robquin, qui officie à Fontenay-aux-Roses annonce régulièrement les hausses du prix du pain.

Ce moyen d'information, issu de la culture orale (prédominante jusqu'au XVIIIe siècle) est progressivement concurrencé au siècle suivant par les effets de la démocratisation de l'instruction. Conséquence : l'écrit s'impose dans la seconde partie du siècle comme l'autre moyen d'informer le citoyen fontenaisien. Lors de la création d'un marché aux arbustes en 1862, le conseil municipal prend aussi soin de faire passer des avis dans les journaux locaux et de placarder des affiches dans le village. Le rôle du tambour-afficheur s'étend aussi aux élections à partir des années 1870 (c'est lui qui colle les affiches annonçant les candidats) puis, à partir de 1908, à la publicité des séances du conseil municipal. Parallèlement, deux dispositifs législatifs encadrent son action : la loi de juillet 1881 qui réglemente l'affichage administratif et la loi de mars 1914 qui crée des panneaux électoraux réservés aux candidats.

[réf. nécessaire]

Après la Première Guerre mondiale, le fonctionnement, de plus en plus complexe, des collectivités mais aussi l'extension urbaine et démographique propre à Fontenay-aux-Roses remettent peu à peu en cause la portée du tambour qui était efficace lorsque la majorité des habitants travaillait sur le territoire et se transmettaient entre eux l'information. C'est ainsi qu'en 1931 est créé le premier magazine municipal. Cette publication, centrée sur la présentation du budget, n'a pourtant pas de suite avant 1959 et l'impression d'un véritable bulletin périodique. Le premier numéro, composé de huit pages, ne comporte qu'une photographie. Il présente les principales réalisations de la municipalité et donne des renseignements utiles (tour des gardes des médecins, adresses des services publics…). Les photos et les pages se multiplient de 1964, la couverture adopte la couleur en 1976 et l'ensemble devient mensuel en 1984. Diffusé aujourd'hui à environ 14 000 exemplaires[réf. nécessaire], le Fontenay Magazine a, depuis le début des années 2000, un complément avec le site Internet de la ville[85].

Depuis avril 2012, un collectif de citoyens a lancé un journal local en ligne intitulé « Les nouvelles de Fontenay-aux-Roses » et ouvert à tous les habitants[86],[87].

Cultes

Les Fontenaisiens disposent de lieux de culte catholique, israélite, et musulman.

Culte catholique

Vue globale de la chapelle Sainte-Rita.
Vue latérale de la chapelle Sainte-Rita.

Depuis janvier 2010, la commune de Fontenay-aux-Roses fait partie du doyenné de la Pointe Sud, l'un des neuf doyennés du diocèse de Nanterre[88].

Au sein de ce doyenné, le territoire de Fontenay-aux-Roses relève de trois paroisses différentes[89] :

  • Paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul (entièrement incluse dans Fontenay-aux-Roses, c'est la paroisse de centre-ville)[90] : l'église Saint-Pierre-Saint-Paul et la chapelle Sainte-Rita[91],[92]
  • Paroisse Saint-Stanislas des Blagis (couvrant l'est de Fontenay-aux-Roses et une partie de Bagneux) : l'église Saint-Stanislas des Blagis, sur le territoire de Fontenay-aux-Roses
  • Paroisse Sainte-Bathilde (couvrant le sud de Fontenay-aux-Roses et des parties de Châtenay-Malabry, de Sceaux, et du Plessis-Robinson) : l'église Sainte-Bathilde, située sur le territoire de Châtenay-Malabry

Culte israélite

Le centre Moïse Méniane est une synagogue[93].

Culte musulman

La ville compte une mosquée prenant la forme d'une salle de prière, située rue Paul Verlaine, et gérée par l'association des musulmans de Fontenay-aux-Roses. Celle-ci a été fermée en octobre 2017 par la préfecture dans un contexte d'état d'urgence dans le pays pour cause de provocations et d'apologie du terrorisme, avant de rouvrir un mois plus tard à la suite d'un réexamen des critères sur les fermetures de lieux de cultes[94]. Le lieu accueillerait en 2017 environ 400 fidèles chaque semaine[95].

Économie

Revenus de la population et fiscalité

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 37 121 , ce qui plaçait Fontenay-aux-Roses au 4 431e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[96]. En 2011, il était de 38 107 , ce qui plaçait Fontenay-aux-Roses au 4 525e rang parmi les 31 886 communes de plus de 39 ménages en métropole[97].

En 2011, on dénombrait 240 ménages fontenaisiens redevables de l'impôt sur la fortune ; le montant moyen de l'impôt sur la fortune à Fontenay-aux-Roses était de 6 546 €/an contre 10 616 €/an au niveau de la moyenne nationale ; et le patrimoine moyen des redevables fontenaisiens de l'ISF était de 1 977 335 .

Emploi

La commune de Fontenay-aux-Roses fait partie de la zone d’emploi de Boulogne-Billancourt[99]. Fontenay-aux-Roses connait un taux de chômage de 7,5 % selon le recensement de 1999[100] contre une moyenne nationale de 12,9 %. Et offre de nombreux emplois grâce à la Maison de l’Économie et de l’Emploi qui propose, dans un seul lieu, toutes les informations et les services liés à l’insertion professionnelle et à l’emploi ainsi que les outils nécessaires. Elle héberge différents services en fonction du public.

Structure des emplois à Fontenay-aux-Roses, selon le recensement de 2010

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Fontenay-aux-Roses 0 % 3 % 33 % 27,1 % 26 % 10 %
Moyenne des villes 6,8 % 7,2 % 9,2 % 21,8 % 26,8 % 27,6 %
Sources des données : INSEE

Entreprises et commerces

Le nombre total d'établissements est d'environ 667 (en décembre 2004). Ce qui place Fontenay-aux-Roses au 676e rang national. Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 1,5 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de dix établissements, les industries des biens de consommation représentent 2,2 % avec quinze établissements, les industries automobiles ne comptent aucune entreprise, les industries des biens d'équipement représentent une part de 1,0 % avec sept entreprises. L'industrie des biens intermédiaires comporte quatre entreprises soit 0,6 %, l'énergie s'élève à 0,9 % avec six entreprises, la construction avec ses cinquante entreprises représente 7,5 %, le commerce représente pas moins de 21,0 % du nombre total d'entreprises avec cent quarante établissements, le transport comprend dix-neuf établissements soit 2,8 %. Les activités immobilières totalisent quatorze entreprises soit 2,1 %, les services aux entreprises représentent 27,9 % avec cent quatre-vingt-six établissements, les services aux particuliers comprennent quatre-vingt-huit entreprises soit 13,2 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre cent vingt-huit entreprises soit 19,2 % du nombre d'établissements total. La disparition progressive des commerces de bouche au profit de commerces et d'activités de service (optique, agences immobilières) est une question périodiquement soulevée.

Fontenay-aux-Roses abrite, dans l'ancien fort de Châtillon, un établissement du Commissariat à l'énergie atomique, où fut notamment activée la fameuse pile Zoé et désactivé le MolMan. Le CEA de Fontenay-aux-Roses s'oriente aujourd'hui vers les sciences du vivant, en remplacement de la recherche nucléaire, afin de limiter les risques d'une telle activité en pleine agglomération[103].

Près du CEA se trouve le siège du LCIE Bureau Veritas (filiale du Bureau Veritas), qui délivre des certificats de conformités sur les appareils électriques[104].

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

La commune comprend de nombreux monuments répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel de la France[105].

Monuments

Église Saint-Pierre-Saint-Paul.
Église Saint-Stanislas des Blagis

L'église Saint-Stanislas des Blagis a été construite entre 1934 et 1936 par l'architecte Georges Braive et l'ingénieur Jean Braive[106]. Elle fait partie du programme de construction d'églises nouvelles de l'Œuvre des Chantiers du Cardinal et a été consacrée en 1936. L'histoire de cette église est narrée à travers une plaque commémorative à l'entrée du lieu de culte. Par ailleurs, les vitraux de cette église sont entièrement réalisés en verres spéciaux de Saint-Gobain[106].

Église Saint-Pierre-Saint-Paul

D'après des vestiges, il semblerait que le premier lieu de culte de Fontenay-aux-Roses soit une chapelle datant du XIIIe siècle dédiée à saint Pierre construite sur une église primitive du Xe siècle. Sur ses décombres, l'église, reconstruite en 1550, perdure en mauvais état jusque sous le règne de Louis-Philippe Ier. En 1796, l'état de ruine de l'édifice nécessitera sa démolition[107].

Sa reconstruction, validée par le conseil municipal fontenaisien, est confiée en 1832 à l'architecte Auguste Molinos. Des travaux d'amélioration sont alors effectués entre 1835 et 1836, sur décision de l'architecte Visconti, en raison de défauts de construction et des mauvais matériaux utilisés lors du premier chantier. Des dégradations dues aux pierres friables rendent nécessaire la rénovation du clocher qui est prise en charge en 1968 par la municipalité[108].

Collège Sainte-Barbe-des-Champs
Collège Sainte-Barbe-des-Champs.

Ce château a été construit dans la première moitié du XVIIIe siècle à l'emplacement d'une ancienne maison seigneuriale vouée à Sainte Geneviève. Cet édifice est acheté en 1851 par le collège Sainte-Barbe de Paris qui réaménage l'édifice en 1852[109], et ce, par l'architecte Henri Labrouste[110]. L'aile donnant sur le jardin, et l'aile ouest ont été construites entre 1854 et 1862. Le collège Sainte-Barbe quitte la commune en 1899. Le château est alors racheté par le séminaire Notre-Dame-des-Champs de Paris, ce dernier fera reconstruire l'ancienne chapelle de 1862. Les bâtiments sont d'abord saisis, puis attribués à la commune de Fontenay-aux-Roses (en 1907) à la suite de la séparation de l'Église et de l'État de 1905. Par la suite, des logements sont aménagés en 1927 par l'architecte Georges Boiret. En 1937, une garderie est installée au rez-de-chaussée puis une école est installée dans l'aile donnant sur le jardin. La chapelle est démolie en 1974, puis en 1990 les anciens bâtiments de la cour sont démolis à leur tour. Depuis 2004 - 2005, une médiathèque a été aménagée dans l'aile est, et le jardin est accessible au public[111].

Valery Larbaud est pensionnaire du collège Sainte-Barbe-des-Champs de 1891 à 1895. Il s'en inspire pour le collège Saint-Augustin, cadre de son roman Fermina Márquez[112].

Autres monuments
Le château Laboissière.
  • Château Laboissière, du nom d'un de ses anciens propriétaires du XIXe siècle, Charles Pillault Laboissière. Édifié à la fin du XVIIe siècle pour Denis Thierry, éditeur des Fables de La Fontaine, le château est racheté en 1720 par Pierre Saintard, directeur de la Compagnie des Indes ; revendu en 1747, il passera entre plusieurs mains. Propriété des établissements Citroën en 1955, le château est actuellement propriété de la commune et, après travaux, abrite le Conservatoire à rayonnement intercommunal de musique et de danse, Maison de la musique et de la danse.
  • Le cimetière de Fontenay-aux-Roses, ouvert en 1850, abrite de nombreuses sépultures intéressantes, dont celles de l'écrivain russe André Siniavski, ou de l'acteur Bernard-Pierre Donnadieu...
  • Centre maternel Ledru-Rollin
  • Maison de Paul Léautaud
  • Maison de M. Donard par l'architecte décorateur : Louis Süe (1875-1968), en 1922
  • La statue Le Printemps
  • Le portail de la maison Suard
  • Maison de René Letourneur, sculpteur, prix de Rome en 1926, rue Gambetta, réalisée entre 1934 et 1957 par André Leconte.
  • La statue « Éléphant-Roses »“ de Thierry Benenati à la Roseraie

Espaces verts

  • Le parc Sainte-Barbe (18 000 m2).
  • La Coulée verte (10 hectares).
  • Le square Pompidou.
  • Le site du Panorama (16 800 m2).
  • Les coteaux boisés du Panorama (6 000 m2).
  • Le square Elstree-Borehamwood (2 527 m2)
  • Le square de Wiesloch (1 800 m2).
  • Le square des Anciens-Combattants.
  • Le square des Potiers.
  • Le square Philippe-Kah.

Patrimoine culturel

La Médiathèque.
  • Un théâtre : Le Théâtre des Sources[113].
  • Un cinéma : « Le Scarron »[114].
  • Une médiathèque[115].
  • Une école municipale de musique et de danse agréée par l'État (EMDA)[116].
  • Un espace socio-culturel d’animation et de loisirs éducatifs (Escale), rebaptisée la«  maison de quartier des Paradis » en décembre 2009[117].
  • Un centre culturel de jeunesse et de loisirs (C.C.J.L)[118].
  • Un centre de loisirs : Pierre-Bonnard[119].
  • Une ludothèque : Le Manège aux Jouets[120].

Fontenay-aux-Roses au cinéma

Fontenay-aux-Roses dans la chanson

Personnalités liées à la commune

Paul Scarron, a vécu à Fontenay-aux-Roses.

De nombreuses personnalités ont eu un attachement particulier à la ville, notamment :

  • Paul Scarron (1610-1660) – Écrivain, a vécu à Fontenay-aux-Roses.
  • Madame de Maintenon (1635-1719) – vivait avec son époux Paul Scarron dans une propriété de la commune.
  • Thérésa Cabarrus (1773-1835) – Dite « Madame Tallien » dont la résidence est devenue l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses.
  • Alexandre Ledru-Rollin (1807-1874) – Décédé à Fontenay-aux-Roses, avocat, homme politique, député et ministre.
  • Aristide Boucicaut (1810-1877) – Fondateur du Bon Marché et bienfaiteur de la commune dans laquelle il a longtemps vécu.
  • Florestine de Monaco (1833-1897) – Née à Fontenay-aux-Roses, princesse monégasque.
  • Joris-Karl Huysmans (1848-1907) – Écrivain, a vécu à Fontenay-aux-Roses.
  • Rudolf Ernst (1854-1932) – Décédé à Fontenay-aux-Roses, peintre orientaliste de l'académie de Vienne puis de Paris.
  • Pierre Gauthiez (1862- ?) - Écrivain, critique d'art, né à Fontenay-aux-Roses.
  • Edmond Defonte (1862-1948) - Peintre, mort à Fontenay-aux-Roses.
  • Pierre Bonnard (1867-1947) – Né à Fontenay-aux-Roses, peintre.
  • Julien Benda (1867-1956) – Décédé à Fontenay-aux-Roses, critique, philosophe et écrivain.
  • Paul Langevin (1872-1946) - Physicien, habitait à Fontenay-aux-Roses avec sa femme, Jeanne Desfosses, et leurs quatre enfants.
  • Paul Léautaud (1872-1956) – Écrivain, a vécu à Fontenay-aux-Roses.
  • Alexandra Exter (1882-1949) – Décédée à Fontenay-aux-Roses, peintre.
  • Yvonne Diéterle (1882-1974) - A vécu plus de 50 ans à Fontenay-aux-Roses et y est décédée, sculptrice et peintre.
  • Maurice Toussaint (1882-1974) – Né à Fontenay-aux Roses, illustrateur et spécialiste d'uniformologie.
  • Jean Lébédeff (1884-1972) – Graveur sur bois et peintre libertaire français.
  • Raymond Valabrègue (1899-1966), député de la Drôme, décédé à Fontenay-aux-Roses
  • Hélène Langevin (1909-1995) – Née à Fontenay-aux-Roses, femme politique, députée.
  • Stéphane Hessel (1917-2013) – Diplomate et militant politique, a vécu à Fontenay-aux-Roses.
  • Shozo Awazu (1923-2016) – Judoka, 9e dan, un des fondateurs du Judo en France, a vécu à Fontenay-aux-Roses.
  • Andreï Siniavski (André Siniavsky) (1925-1997) – mort à Fontenay-aux-Roses où il a vécu à partir des années 1970, écrivain russe, professeur de littérature et de civilisation russes, ancien dissident et survivant du goulag.
  • Gérard Avran (1927-2014) – a vécu à Fontenay-aux-Roses, déporté à Auschwitz, survivant et témoin de la Shoah, un des plus jeunes rescapés des camps d'extermination nazis.
  • Paule Emanuele (1927) – Née à Fontenay-aux-Roses, comédienne.
  • Yves Klein (1928-1962) – Plasticien, a vécu à Fontenay-aux-Roses. (une plaque lui est consacrée 5, rue Gentil-Bernard en face de la Chapelle Sainte-Rita depuis 2012)
  • Jean-Paul Escande (1939) – Professeur de médecine, a exercé à Fontenay-aux-Roses.
  • Véronique Pestel (1960) – Née à Fontenay-aux-Roses, chanteuse, autrice-compositrice-interprète française.
  • Isabelle Giordano (1963) – Née à Fontenay-aux-Roses, journaliste.
  • Vincent Dubois (1964) – Né à Fontenay-aux-Roses, humoriste et membre du duo comique Les Bodin's
  • Jean-Marc Laurent (1965) – Homme de média, présentateur radio et journaliste vivant à Fontenay-aux-Roses.
  • Dieudonné M'bala M'bala (1966) – Né à Fontenay-aux-Roses.
  • Laurent Aïello (1969) - Né à Fontenay-aux-Roses, pilote automobile.
  • Richard Marazano (1971) – Né à Fontenay-aux-Roses, scénariste et dessinateur.
  • Loup-Denis Elion (1979) – Né à Fontenay-aux-Roses, acteur et chanteur d'opéra.
  • Ian Brossat (1980) – Né à Fontenay-aux-Roses, homme politique, conseiller de Paris.
  • Swann Arlaud (1981) – Né à Fontenay-aux-Roses, acteur français ayant reçu un césar pour le film Petit Paysan en 2018.
  • Aatif Chahechouhe (1986) – Franco-Marocain né à Fontenay-aux-Roses, footballeur international marocain évoluant au poste de milieu offensif.
  • Adrien Moerman (1988) – Né à Fontenay-aux-Roses, joueur français de basket-ball.
  • Moussa Sao (1989) - Né à Fontenay-aux-roses, footballeur professionnel évoluant au poste d’attaquant.
  • Adama Soumaoro (1992) - Né à Fontenay-aux-roses, footballeur professionnel évoluant au poste de défenseur central.
  • Nicolas Nadau (1975) - Né à Fontenay-aux-Roses, rugbyman puis entraîneur professionnel qui évoluait au poste d'arrière.

Héraldique

Armes de Fontenay-aux-Roses

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

D'azur à la fontaine d'or jaillissante d'argent, posée sur une terrasse du même, au chef d'or chargé de trois roses de gueules boutonnées d'argent.

De leur création en septembre 1942 jusque dans les années 1960, les armes étaient accompagnées d'une devise :

Olim notissima rosis, nunc valet ipsa, celle-ci signifie « Autrefois très connue pour ses roses, maintenant elle vaut pour elle-même ».

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Infrastructures

Politique et administration

Personnalités

Patrimoine civil

Patrimoine religieux

Parcs et jardins

Liens externes

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. Alexandre Dumas, Les mille et un fantômes, vol. La rue de Diane à Fontenay-aux-Roses, Éditions Manitoba, .
  6. Citation originale : Sorrente est une forêt d'orangers ; Fontenay est un bouquet de roses. Chaque maison a son rosier qui monte le long de la muraille, protégé au pied par un étui de planches ; arrivé à une certaine hauteur, le rosier s'épanouit en gigantesque éventail ; l'air qui passe est embaumé.
  7. Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, Folio, .
  8. Citation originale :Il est encore temps, dit vivement Bertuccio, et si votre Excellence veut me charger de chercher partout ailleurs, je lui trouverai ce qu'il y aura de mieux, soit à Enghien, soit à Fontenay-aux-Roses, soit à Bellevue.
  9. Alphonse Allais, À se tordre, Flammarion, .
  10. Citation originale :À quelques jours de là, Vincent tomba éperdument amoureux d’une jeune fille de Fontenay-aux-Roses. ; Peu de jours après cette regrettable scène, il reçut des nouvelles de Fontenay sous la forme d’une demande de divorce.
  11. Certains passages relatent Fontenay-aux-Roses dans cet ouvrage, de plus, quelques paragraphes sont clos par un «À Fontenay-aux-Roses, le…»
  12. Émile Zola, Le Capitaine Burle, Le Livre de poche, .
  13. Citation originale :Nous descendions à la station de Fontenay-aux-Roses. On trouve là une magnifique allée d’arbres. ; La mère Sens tenait un cabaret, entre Fontenay-aux-Roses et Robinson. ; La nuit devenait noire, les rires se mouraient, et l’on n’apercevait plus, dans les ténèbres, que le quinquet éclatant de la station de Fontenay-aux-Roses.
  14. Émile Zola, La Confession de Claude, Flammarion, .
  15. Citation originale :Plus loin, plus haut, au bord du ciel, à travers des ombrages, se montraient les premiers toits de Fontenay-aux-Roses.
  16. Marcel Hégelbacher, La Parfumerie et la Savonnerie, Éditions Garnier Frères, .
  17. Citation originale :Dans la région de Paris notamment la rose est cultivée avec succès, en particulier du côté de Fontenay-aux-Roses et de l'Haÿ.

Références

  1. « Calcul de l'orthodromie entre Fontenay-aux-Roses et Paris » (consulté le ).
  2. a b et c « Carte de Fontenay-aux-Roses et ses alentours », sur Carte-France (consulté le ).
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. « Fiche géographique de Fontenay-aux-Roses. » (consulté le ).
  5. « Calcul de l'orthodromie entre Fontenay-aux-Roses et Paris » (consulté le ).
  6. « Plan d'accès et plan de la ville », sur site officiel de la ville (consulté le ).
  7. « Le projet sur la commune de Fontenay-aux-Roses, la RD 906 se trouve à l'entrée ouest de la commune », sur site de « l'extension réseau » de la RATP. (consulté le ).
  8. https://www.fontenay-aux-roses.fr/fileadmin/fontenay/MEDIA/environnement/cadre_de_vie/Presentation_du_diagnostic_du_plan_de_circulation_et_de_stationnement_de_Fontenay-aux-Roses.pdf
  9. https://www.fontenay-aux-roses.fr/189/stationnement-ville-30-signaletique-pour-les-cyclistes.htm
  10. https://www.fontenay-aux-roses.fr/188/transports.htm
  11. « Transports en Île-de-France - Temps de trajet », sur RATP (consulté le ).
  12. « Tramway Châtillon-Viroflay » (consulté le ).
  13. « Fontenay Mag - Juin 2010 - N°352. » (consulté le ).
  14. « Plan d'accès et plan de la ville » (consulté le ).
  15. « Plans RATP : « Hauts-de-Seine — Sud » et « Au sud de Paris » montrant les différentes lignes de bus passant à Fontenay-aux-Roses. » (consulté le ).
  16. « Lignes du Paladin à Fontenay-aux-Roses » (consulté le ).
  17. « Plan d'accès et plan de la ville - Section Le Petit Fontenaisien », sur de Fontenay-aux-Roses (consulté le ).
  18. « Plan d'accès et plan de la ville - Section Mobi'Bus », sur de Fontenay-aux-Roses (consulté le ).
  19. « Accès à l'Orlyval - Aéroport d'Orly », sur de l'Orlyval (consulté le ).
  20. « Aéroports de Paris », sur des Aéroports de Paris (consulté le ).
  21. « Fiche sur Fontenay-aux-Roses », sur site de Météo France (consulté le ).
  22. « LES INONDATIONS ET LES SUBMERSIONS DE LA BIEVRE », sur site du ministère de l'Équipement, (consulté le ).
  23. « Le climat à Paris-Montsouris (en °C et mm, moyennes mensuelles 1971/2000 et records depuis 1873) », sur du climat parisien (consulté le ).
  24. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  25. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Unité urbaine 2020 de Paris », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  28. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  29. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  30. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  31. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  32. Fontenay Magazine no 349 - mars 2010 : Une carte des quartiers de Fontenay-aux-Roses a été dressée par la mairie
  33. Fiche communale d'occupation des sols sur le site de l'Iaurif. Consulté le 8 septembre 2009
  34. « Plan d'assemblage Grands Quartiers - IRIS 2000 – Fontenay-aux-Roses », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  35. https://www.insee.fr/fr/statistiques/3564300?sommaire=3561690
  36. https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/taux-de-logements-sociaux/
  37. https://www.fontenay-aux-roses.fr/1161/les-projets-de-la-ville.htm
  38. https://www.fontenay-aux-roses.fr/1056/autorisations-d-urbanisme.htm
  39. Ariane Riou, « Fontenay-aux-Roses : harcelés par les promoteurs », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. Le Parisien, « Fontenay-aux-Roses : voilà à quoi ressemblera le parvis du château », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. Ariane Riou, « Querelle autour d’un carrefour à Fontenay-aux-Roses », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. Ariane Riou, « Fontenay-aux-Roses : aux Blagis, la crainte de « devoir changer de ville » », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  43. « Histoire de Fontenay-aux-Roses », sur le site officiel de Fontenay-aux-Roses (consulté le ).
  44. Liste des Rosati d'honneur depuis 1892, Archives de Fontenay-aux-Roses
  45. Histoire de Fontenay-aux-Roses de Germaine Mailhé - page 9
  46. « Communautés ecclésiastiques à Fontenay-aux-Roses », sur le site officiel de la ville (consulté le ).
  47. « Jean-Jacques Devin », sur Geneanet, Pierfit.
  48. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  49. Mannier (1872) p. 36
  50. Journal Officiel, Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant sur la réorganisation de la région parisienne
  51. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  52. Décret n° 2015-1212 du 30 septembre 2015 constatant le périmètre, fixant le siège et désignant le comptable public de la métropole du Grand Paris, sur Légifrance
  53. Décret n° 2015-1655 du 11 décembre 2015 relatif à la métropole du Grand Paris et fixant le périmètre de l'établissement public territorial dont le siège est à Antony sur Légifrance.
  54. Ariane Riou, « Fontenay-aux-Roses : les deux listes de gauche fusionnent face au maire sortant : Gilles Mergy, qui a obtenu 23,67 % au premier tour, sera la tête de cette liste fusionnée. L’ancien maire (PS) Pascal Buchet, qui conduisait l’autre liste de gauche, ne figure plus sur la liste », Le Parisien,‎ 2/6/2020 modifié le 3/6/2020 (lire en ligne, consulté le ) « Ils étaient six candidats sur la ligne de départ. Ils ne sont plus que deux à l'arrivée. À Fontenay-aux-Roses, les deux listes de gauche « Un temps d'avance pour Fontenay » et « Fontenay avec vous » ont décidé de s'« associer » pour le second tour des municipales ».
  55. Charles-Edouard Ama Koffi, « Laurent Vastel, le maire de Fontenay-aux-Roses, est sorti de l’hôpital : L’élu a quitté l’hôpital Percy, à Clamart, pour regagner son domicile ce mercredi matin. Il est encore contagieux mais est tiré d’affaires », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. Charles-Edouard Ama Koffi, « Municipales à Fontenay-aux-Roses : le match retour entre Laurent Vastel et Pascal Buchet ? : Le maire sortant (UDI) Laurent Vastel et son prédécesseur Pascal Buchet (PS) s’affrontent de nouveau. La coalition ayant amené le premier au pouvoir s’est fissurée. Mais l’opposition est aussi divisée. », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Têtes de listes : Céline Alvaro (SE) ; Suzanne Bourdet (SE) ; Gilles Mergy (PRG) ; Pascal Buchet (PS) ; Corine Schäfer-Bénétreau (LFI) ; Laurent Vastel (UDI) ».
  57. Maxime Gil, « Municipales 2020 à Fontenay-aux-Roses : Laurent Vastel réélu maire dans la douleur : Dimanche 28 juin 2020, Laurent Vastel a été réélu maire de Fontenay-aux-Roses (Hauts-de-Seine), à l'issue du second tour des élections municipales. Les résultats », Actu Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. Ariane Rio, « Municipales à Fontenay-aux-Roses : Laurent Vastel retient son souffle... avant d’exulter : Le maire sortant (UDI) a récolté 52,31 % des voix contre 47,69 % pour son opposant, Gilles Mergy. Sa victoire marque aussi l’éviction de l’ancien maire (PS), Pascal Buchet, du paysage politique local », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. Olivier Bureau, « Municipales à Colombes et Fontenay-aux-Roses : les recours n’ont pas convaincu la rapporteure publique : La rapporteure publique du tribunal administratif de Cergy a demandé les rejets de tous les griefs formulés contre les élections de Patrick Chaimovitch à Colombes et Laurent Vastel à Fontenay-aux-Roses », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Promesses déconnectées de la réalité, financement de la campagne mis en question avec achat d'imperméables sur des fonds personnels, allégations mensongères sur des tracts ou « instrumentalisation de la crise sanitaire », rien de tout cela ne tenait suffisamment la route aux yeux de la magistrate ».
  60. Olivier Bureau, « Colombes - Fontenay : l’élection des maires confirmée : Le tribunal administratif a rejeté les recours formulés par l’ancienne maire de Colombes, Nicole Goueta, et le candidat de l’opposition Gilles Mergy, à Fontenay-aux-Roses », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le conseiller municipal d'opposition indique ce jeudi soir qu'il ne fera pas appel ».
  61. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  62. https://www.fontenay-aux-roses.fr/997/les-videos-des-seances-du-conseil-municipal.htm
  63. « Les maires de Fontenay-aux-Roses », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le ).
  64. « Après son échec aux élections cantonales Le maire RPR de Fontenay-aux-Roses est désavoué par sa majorité : Un mois après sa défaite aux élections cantonales face à un socialiste, le maire de Fontenay-aux-Roses, Alain Moizan (RPR), a été désavoué par vingt élus de la liste qu'il conduisait en 1989. Dans cette commune du sud des Hauts-de-Seine, le préfet va devoir décider d'une date pour de nouvelles élections municipales. Comme cela avait été le cas pour les élections cantonales, la droite partira divisée pour ce scrutin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Les résultats connus, certains des vingt-sept conseillers municipaux qui forment la majorité de M. Moizan demandaient son départ de la mairie. Les instances départementales et locales du RPR tentaient de dédramatiser la situation en lui demandant, ainsi qu'à son équipe, de réfléchir, d'analyser et de ne rien faire pour le moment. Quelques jours plus tard, pourtant, Charles Pasqua demandait à Jacqueline Reissier (RPR), premier adjoint, " de se tenir prête " ».
  65. Maguelone Bonnaud, « Foire d'empoigne à droite », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne, consulté le ) « «Ils sont en train d'offrir au socialiste Pascal Buchet son mandat dans un fauteuil », sussurrent les mauvaises langues. Plus sobrement, le moins que l'on puisse dire c'est que la droite peine à trouver un terrain d'entente à Fontenay-aux-Roses ».
  66. C.M., « Fontenay-aux-Roses : fronde contre le maire PS condamné et candidat », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  67. « Après vingt ans, le socialiste Pascal Buchet cède sa place », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne) « Hier soir, la liste de Laurent Vastel (DVD) a arraché la mairie, avec près de 600 voix de plus, soit 52,92 % des suffrages, contre 47,08 % pour Pascal Buchet ».
  68. « Le maire élu président de Sud de Seine », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  69. « À Fontenay, un médecin quasi inconnu a décroché la mairie », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne)
  70. « La droite installée dans le siège de Pascal Buchet », Le Parisien, édition des Hauts-de-Seine,‎ (lire en ligne) « L'ancien maire et les sept autres élus d'opposition ont ensuite refusé de prendre part au vote, laissant les 27 élus de la majorité entériner le choix de Laurent Vastel ».
  71. a b et c  « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le ).
  72. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  73. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  74. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  75. « Évolution et structure de la population en 2014 - Commune de Fontenay-aux-Roses », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  76. « Centre Municipal de Santé de Fontenay-aux-Roses. », sur site de Fontenay-aux-Roses, à la section « Centre Municipal de Santé ». (consulté le ).
  77. « Clinalliance Fontenay. », sur site du Clinalliance de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).
  78. « F.O.L.L.I.N de Fontenay-aux-Roses. », sur site du F.O.L.L.I.N de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).
  79. « Clinique psychiatrique de Fontenay-aux-Roses. », sur site de la clinique psychiatrique de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).
  80. « L'Association sportive fontenaisienne. », sur site de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).
  81. « Associations sportives », sur www.fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  82. « Équipements sportifs de Fontenay-aux-Roses, section piscine municipale. », sur site de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).
  83. « Équipements sportifs de Fontenay-aux-Roses, section « Tennis municipaux ». », sur site de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).
  84. « Fontenay Magazine n°362 - Mai 2011 », sur le site de la mairie de Fontenay-aux-Roses (consulté le ).
  85. Les nouvelles de Fontenay-aux-Roses
  86. Le Parisien, « Dans leur ville, rien n'échappe à leur plume », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  87. « Carte des doyennés janvier 2010 », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le ).
  88. « Liste des paroisses des Hauts-de-Seine », sur le site du diocèse de Nanterre (consulté le ).
  89. « Page d'accueil », sur le site de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul (consulté le ).
  90. « Chapelle Sainte-Rita », sur le site de la paroisse Saint-Pierre-Saint-Paul (consulté le ).
  91. « Chapelle Sainte-Rita », sur le site de la résidence universitaire Lanteri (consulté le ).
  92. « CENTRE MOISE MENIANE » (consulté le ).
  93. Ariane Riou, « Hauts-de-Seine  : fermée pour « apologie du terrorisme », une salle de prière de Fontenay rouvre », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  94. Ariane Riou, « Hauts-de-Seine : une salle de prière fermée pour «provocation à la haine ou à la violence» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  96. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  97. « Les zones d'emploi en Île-de-France », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  98. « Taux de chômage à Fontenay-aux-Roses » (consulté le ).
  99. « Le CEA de Fontenay-aux-Roses », sur CEA de Fontenay-aux-Roses (consulté le ).
  100. « Le Laboratoire Central des Industries Électriques », sur Laboratoire Central des Industries Électriques (consulté le ).
  101. « Fontenay-aux-Roses », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  102. a et b  « L'Église Saint-Stanislas des Blagis », sur Patrimoine de France (consulté le ).
  103. « L'Église Saint-Pierre-Saint-Paul - Origines », sur Église Saint-Pierre-Saint-Paul (consulté le ).
  104. « Patrimoine de France - Église Saint-Pierre-Saint-Paul », sur site du Patrimoine de France. (consulté le ).
  105. « Aménagement du collège Sainte-Barbe-des-Champs », sur Fontenay-aux-Roses (consulté le ).
  106. « Collège Sainte-Barbe-des-Champs », sur Topic-Topos : Les archives de la vie - Collège Sainte-Barbe-des-Champs (consulté le ).
  107. « Collège Sainte-Barbe-des-Champs », sur Patrimoine de France (consulté le ).
  108. Valery Larbaud, Mon itinéraire, Cendres, 1986, p. 17-20.
  109. « Le théâtre à Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  110. « Le cinéma à Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  111. « La médiathèque de Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  112. « L'École de Musique et de Danse de Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le )
  113. « L'E.S.C.A.L.E et la Maison de Quartier des Paradis à Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  114. « Le C.C.J.L à Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  115. « Les centres de loisirs fontenaisiens. », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  116. « La ludothèque de Fontenay-aux-Roses », sur fontenay-aux-roses.fr (consulté le ).
  117. « Éclats de vert de Simonne Pouey-Mounou. », sur le site officiel de la ville de Fontenay-aux-Roses. (consulté le ).