École supérieure du bois

École supérieure du bois
École supérieure du bois
ESB-logo.png
Image dans Infobox.
Histoire
Fondation
Statut
Type
Président
Jacques Bouillot
Directeur
Arnaud Godevin
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
400
Localisation
Pays
Ville
Localisation sur la carte de la Loire-Atlantique
voir sur la carte de la Loire-Atlantique
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

L’École supérieure du bois (ESB) est l'une des 204 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[1].

Placée sous la tutelle du ministère de l'Agriculture, elle a été fondée en 1934. À l'origine, sa création répondait à un double besoin à la fois des professionnels et de l'administration : donner au Corps des ingénieurs du génie rural et des eaux et forêts une réelle connaissance de la transformation du bois et former des ingénieurs faisant défaut aux industriels du bois. Juridiquement, l’ESB est une association loi de 1901 gérée par un président élu par le conseil d'administration.

Histoire

Parvis de l’École supérieure du bois (ESB) à Nantes sur le Campus de la Chantrerie.
Ancien logo

L’École supérieure du bois (ESB) a été créée en 1934 à Paris dans le 12e arrondissement entre la rue de Picpus et l’avenue de Saint-Mandé, à proximité d’un quartier voué au travail du bois, le faubourg Saint-Antoine. Le , elle est reconnue à l'unanimité par les membres du conseil supérieur de l'enseignement technique dépendant du ministère de l’Instruction publique[2]. L’école n’a à cette époque le droit de délivrer le titre d'ingénieur de l’ESB qu’à des ingénieurs déjà diplômés qui ont été admis sur titre et ont suivi une formation d'un an. Les deux ministères de tutelle de l'ESB sont alors ceux de l’Agriculture et de l’Instruction publique. L’ESB est fondée au sein de l’Institut national du bois, créé la même année, regroupant également d’autres écoles et un laboratoire d’essais des bois. Destinée à former des ingénieurs de haut niveau durant une année de spécialisation, l’ESB devient progressivement une école de techniciens et d’auditeurs libres.

En 1946, l’école ouvre ses portes à d'autres ingénieurs pour deux années de formation.

En 1959, après une réorganisation dans les années 1950, qu’elle deviendra une école d’ingénieur à cursus complet. Elle obtint sa première habilitation de la Commission des titres d'ingénieur en 1959[3].

En 1993 a lieu le déménagement de l'ESB à Nantes sur le site du Campus de la Chantrerie (quartier Nantes Nord), motivé par la vétusté des locaux parisiens. Le choix de Nantes est le fruit d'une forte mobilisation des entreprises de la région, emmenées par Atlanbois, interprofession de la filière. La région des Pays de la Loire apparaît comme la seconde concentration nationale d'emploi dans la transformation de ce matériau (ameublement, menuiserie, construction). Les bâtiments qui abritent l'école, conçus par l'architecte Jean-Pierre Logerais, sont essentiellement construits en bois et ont été édifiés un an auparavant[4].

En 1997, l'ESB devient membre de la Conférence des grandes écoles.

En septembre 2003, l’ESB crée une formation intitulée « International Wood Trade ».

Depuis 2005, les étudiants de l'ESB peuvent suivre une option d’approfondissement de troisième année « logistique de l’approvisionnement bois et première transformation ». Elle se déroulait, jusqu'en 2011 à Mont-de-Marsan, et depuis à Bordeaux en collaboration avec Bordeaux Sciences Agro (anciennement du groupe ENITA).

Les bâtiments sont agrandis en 2012 et 2015.

En 2012 est créé BOIS HD, le centre d’ingénierie de l'ESB pour accompagner les entreprises.

Formations

L’École supérieure du bois forme des ingénieurs en trois ans et leur délivre le titre d’ingénieur diplômé de l’École supérieure du bois[5].

L’enseignement dispensé concerne les métiers et les techniques du bois, ainsi que les sciences humaines, le management, le droit, la politique d’entreprise, les langues étrangères. Cette formation est complétée par 8 mois de stages pratiques dans des entreprises en France ou à l’étranger.

L'ESB propose aussi deux formations préparant au BTS Développement et réalisation bois (DRB) et Systèmes constructifs bois et habitat (SCBH).

En 2019, l'ESB ouvre un parcours de Bachelor pour former des élèves aux métiers de la production.

En 2021, l'ESB ouvre un Mastère Spécialisé (R) Composites biosourcés : innovation et éco-design en partenariat avec l'EDNA, l'Ecole de Design Nantes Atlantique.

Les DEFI

Les DEFI sont des projets pédagogiques dans le cadre du module « Développement, Épanouissement et Formation individualisée », proposé par l'administration de l'ESB à ses étudiants. Le but de tels projets est de former à la réalisation d'un projet en groupe dans un temps et un lieu limité dans un cadre ludique. Il s'agit d'un exercice en 4 jours, noté par groupe de 5, et qui doit allier la créativité, la rapidité, l’originalité et la conception du projet.

Les projets sont parfois mis en œuvre en dehors de l'école, telle la construction de la coque pontée d'un voilier Class 40 pour Benoît Parnaudeau, qui participe à la Transat Québec-Saint-Malo, par 11 élèves de l'ESB durant sept mois en 2006[réf. souhaitée]. Dans le même esprit, six étudiants ont réalisé la coque d'un voilier néo-classique de 8,90 m, le Vert d'Ô dans l'atelier de l'école entre 2008 et 2009.

AIESB - Alumni et Ingénieurs de l'École Supérieure du Bois

L'École Supérieure du Bois est soutenue par son association d'Alumni, l'AIESB[6]. Cette association, créée en 1944, est actuellement localisée dans les locaux de l'école, rue Christian Pauc à Nantes.

L'AIESB se veut avant tout un réseau de relations entre l'ensemble des anciens élèves ayant fréquenté l'École Supérieure du Bois. Ainsi, cette association regroupe les Alumni de l'ensemble des formations dispensées par l'école : ingénieurs, BTS, licence, bachelor, etc.

Elle édite chaque année un annuaire, diffuse des offres d'emploi et des CV, organise des réunions régionales, etc.

Elle est membre de Ingénieurs et scientifiques de France (IESF)

Galerie

Pour approfondir

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Notes et références